AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Val J. O'NeilGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/09/2016
Pages lues : 78
Crédits : .sassenach (avatar)
Avatar : KJ Apa
Pseudo : Petit_Biscuit alias Cléo
Âge : 19 ans.
MY SOUL

MessageSujet: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mar 17 Jan - 21:45

Val J. O’Neil
Vis ta vie en couleur.

Prénom : Valerie Justin. Il a honte du prénom que son père a choisi en hommage en sa meilleure amie décédée durant son année de naissance. Il se fait surnommer Val. Tout le monde pense que c’est Valentin. Nom de famille :  O’Neil, un nom trainé dans la boue par son père.  Date & lieu de naissance : 15 décembre 1998 à NY. Âge : 18 ans. Métier : Lycéen. Orientation sexuelle : Hétéro.  Statut civil : Célibataire.  Statut financier : Dans la moyenne. Caractère :  il est très doux avec les gens qu’il aime, surement trop doux ; Dragueur, il aime savoir qu’il plait et qu’il a du charme suffisamment pour les faire toute tomber à ses pieds, toutefois il ne craque pas, sauf avec une avec qui il pourrait si elle le voudrait ; Protecteur, il ne supporte pas qu’on fasse du mal à ses amis et à sa famille : Drôle et toujours le sourire aux lèvres, il préfère prendre la vie du bon côté que l’inverse ; rancunier, il pardonne très difficilement, borné, n’aime pas avoir tort, comme tout le monde après tout ;  Il s’énerve assez facilement contre les personnes qui ne font pas partis de ses proches ; Il donne trop facilement sa confiance aux autres et ça c’est un défaut selon lui puisqu’il a souvent été déçu. Parti politique : Aucun parti, il n’y pense pas encore. Groupe : HONEY, I'M GOOD. Avatar : Cody Christian.
Combien de livres lis-tu par mois ? Quels sont tes préférés ?
Combien j’ai lus de quoi ? Non je plaisante. Je sais ce que c’est un livre mais ça c’est pas pour moi. J’suis pas un intello. C’est à peine si je lis pour les cours. Ma liste de livres lus compte à peine les livres imposés par les cours de littérature et encore, je préfère attendre qu’ils sortent en film. Sinon… Hunger Games ? Bon ok, ma sœur le lit en ce moment donc c’est le seul titre de livre auquel je pense pour faire genre mais non, moi je ne lis pas.

Pour toi, l'amitié c'est...
C’est important mais je reste quelqu’un de solitaire. J’aime bien sur passer du temps avec mes potes, faire la fête avec eux mais il n’empêche que j’aime aussi passer des soirées seul dans ma chambre, surtout quand je dessine car je déteste le bruit quand je dessine. Je pourrais me passer de mes avis, j’ai pas honte de le dire mais bon, j’en ai quand même besoin et si je devais les perdre je me rendrais compte de ce propos.
Quelle est la chose la plus folle qu'on a raconté sur toi ?
Que je suis un psychopathe qui suit une fille jusqu’à chez elle, la regarde bizarre, la dessine… Bon ce n’est pas complètement faux, c’est même vrai, rien qu’à voir l’intérieur de mes cahiers à dessin où j’ai plusieurs portraits de Prunille mais je ne suis pas un psychopathe pour autant. Elle m’a redonné le gout de dessiner sans qu’elle ne sache puisque je ne suis pas sûr qu’elle m’ait déjà remarqué. Donc c’est vrai mais faux en même temps. Je n’aime pas qu’on puisse pensée que je suis dangereux ou que je lui veux du mal. Non, j’aime juste dessiner voilà tout. Est-ce un crime ?
Il a redoublé sa dernière année de lycée et la recommence ici dans son nouveau lycée – il adore la cuisine épicée ; le chocolat au riz, dessiner, découvrir de nouveaux paysages, sa famille ce qui lui semble logique, la natation, la chaleur, les tigres, sortir faire la fête, se dire qu’il peut être heureux, la viande, les tag, la glace au caramel, les sorties entre potes, les films d’actions. Il déteste les faux-culs, ceux qui ne respectent pas leur famille, les emmerdeurs, le chocolat blanc, les serpents, les régimes végétariens, les champignons, les entretiens d’embauches pour les jobs d’été, regarder des films à l’eau de rose, qu’on le contredise, avoir tort tout simplement, la maltraitance envers les animaux, lire des romans.
Prénom : Cléo.  Pseudo sur le net : Petit_Biscuit. Âge : 22 ans. Pays : France. Comment as-tu découvert le forum ? C’est un changement de compte mais à la base c’était grace à ma Tréma (a)  Quelles sont tes premières impressions ? ** Crédits : Halloween. Un petit mot pour la fin ?  Point.

Code:
<pris>CODY CHRISTIAN</pris> ► Val J. O’Neil


Dernière édition par Val J. O'Neil le Sam 21 Jan - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Val J. O'NeilGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/09/2016
Pages lues : 78
Crédits : .sassenach (avatar)
Avatar : KJ Apa
Pseudo : Petit_Biscuit alias Cléo
Âge : 19 ans.
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mar 17 Jan - 21:46

You want to make a memory
J'aimerais revenir à l'époque où mon seul soucis était de savoir de quelle couleur j'allais colorier mon dessin...

« Val je vais faire des courses, fais bien attention de ta sœur. » Val venait à peine de se réveiller lorsque sa mère a débarqué dans sa chambre pour lui demander de s’occuper de sa petite sœur. L’ainé de la famille O’Neil n’était âgé que de neuf ans mais ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait avec comme seule compagnie sa petite sœur Maléa qui était sans doute encore dans les bras de Morphée. Son père est sans doute encore en train de travailler, c’est une habitude, si bien qu’il est bien rare de le voir à la maison même en ce samedi matin, comme ça sera encore demain et le jour suivant. Pour être son propre patron il faut faire certaines concessions, c’est bien connu. C’est comme cela que parfois lorsque sa mère, Nadia O’Neil, doit s’absenter une heure ou deux, c’est Val qui s’occupe de sa petite sœur. Pour le jeune garçon, ce n’est pas un problème, sa sœur Maléa est son rayon de soleil et même s’il est encore jeune, il sait qu’il la protègera toujours. La famille s’est sacrée pour le jeune garçon. Sortant donc de son lit à peine après que sa mère soit parti, il était à peine neuf heures du matin et alors qu’il aurait pu profiter d’une bonne grasse matinée pour rattraper les heures de sommeil qu’il a eu en moins il y a deux jours quand des amis sont venus chez lui. Tout comme la famille, le sommeil c’est sacré pour lui. Toutefois, il ne se voit pas surveiller sa sœur en étant en train de dormir. Et s’il lui arrivait malheur ? Peut-être qu’il a un sommeil lourd et qu’il n’entendrait pas, il n’en sait rien c’est bien la première fois qu’il se pose ce genre de question. De toute façon ça ne fait rien, maintenant qu’il est réveillé il aurait de toute manière eu du mal à se rendormir. C’est ainsi qu’il descendit en bas dans le salon habillé simplement de son pyjama avec quelques crayons et du papier. Déjà très jeune, Val avait cette passion pour le dessin, il pouvait passer des heures entières à dessiner sans jamais s’ennuyer. Vous allez me dire qu’à cet âge-là c’est normal, pourtant il dessine plus souvent et certainement mieux que la majorité des gamins de son âge mais bon à ce moment-là c’est plus un très bon passetemps qu’autre chose. Alors que le jeune garçon était en train de dessiner sur la table basse du salon, il entendit le bruit d’une présence dans la pièce et il ne fut pas étonné de voir Maléa débarquer elle à son tour dans le salon. « Ils sont où papa et maman ? » Demanda-t-elle aussitôt alors que son frère s’est levé pour lui faire un câlin en guise de bonjour. « Papa est encore au travail et maman est partie faire des courses, elle rentre bientôt ! » Oui car si elle a dit qu’elle faisait vite, Val la croit, il n’y a aucune raison que ce ne soit pas le cas. « En attendant, des pancakes ça te dit ? » S’il y a bien une seule chose qu’il sache faire en cuisine, c’est bien ça. Le reste, quand sa mère lui demande un coup de main, il déteste ça et à l’impression de perdre son temps.

« Monsieur O’Neil, on verra ce que vous en penserez lors de votre heure de colle ! » Il avait bien commencé l’année mais faut croire que c’était trop beau pour être vrai. Faut dire qu’il s’est fait choper entrain de taguer les murs des toilettes. Un truc moche en plus puisqu’il n’arrive plus à dessiner. Il a un blocage depuis le départ de son père. Il n’avait pas été discret sur ce coup là. Si ce n’est pas la première fois qu’il tague en essayant de retrouver l’inspiration, c’est bien la première fois qu’il est pris la main dans le sac. Val a bien tente de négocier avec lui à la fin des cours mais non rien à faire, au lieu de les enlever, il les a doublé, vous parlez d’une affaire. Si le jeune homme n’en a rien à faire des heures de colles, ce n’est pas les premières de sa vie et ça ne sera sans doute pas les dernières non plus et puis son dossier il s’en fiche puisqu’il ne compte pas faire de grandes études de toute façon, c’est pour sa mère que ça le dérangeait. La plupart des jeunes de son âge s’en contre fiche de l’avis de leurs parents sur de simples heures de colle, ce n’est pas le cas de Val qui ne veut pas la décevoir. En tout cas, s’il avait su ce qu’il se passerait durant ses dites heures de colle, il aurait sans doute négocié pour en avoir plus et non les enlever mais soit. En effet, c’est durant ses heures de colles qu’il a vu une jeune femme pour la première fois, celle que vous remarquez directement. Vous savez c’est le genre de rencontre que l’on fait une seule fois dans sa vie et qu’il est difficile, voire impossible d’oublier. Cette rencontre, elle a eu lieu avec une magnifique blonde alors qu’il venait d’arriver sur un lieu où il a passé ses heures de colle. Il devait retirer les chewing-gum des bancs, les mégots de cigarettes, ramasser des déchets au sol et faire des semblants de TIG pour le lycée mais autant dire qu’il a plus passé son temps à la regarder essayer de faire du patin à glace qu’autre chose. Il n’est pas allé la voir. D’habitude il n’hésite pas à aller voir quand quelqu’un lui plait mais là il s’est juste fait discret. Il s’est juste assit à la regarder avant de se faire engueuler par un surveillant qui est venu voir où il en était. Il s’est retrouvé au final avec une heure supplémentaire mais ça valait le coup, il l’avait vu, elle l’avait subjugué et il avait retrouvé l’inspiration puisqu’il l’a redessiné pendant son temps à l’observer. Il avait retrouvé l’inspiration et c’était grâce à cette jolie inconnue.

« Je vais voir papa avec maman, tu viens ? » Jouant à la console vidéo, Val n’adressa même pas un seul regard à sa sœur, trop concentré dans sa partie de jeu. « Non ! » Une réponse qui sorti de sa bouche directement, en même temps il n’y a pas à réfléchir, ce n’est pas la dernière fois qu’elle lui demande ça et sans doute pas la dernière, à moins que… « Val, on déménage dans moins de deux semaines, si tu veux dire au revoir à ton père avant de partir, c’est maintenant ! » Sa mère avait fait interruption dans la conversation et cette fois, il tourna la tête pour regarder les deux filles de la famille. « A quoi bon ? Je ne voulais pas y aller la première fois, ni les fois d’après alors je ne vois pas pourquoi ça changerait aujourd’hui » Val a toujours refusé d’aller voir son père au parloir et même si bientôt sa mère, sa sœur et lui-même vont quitter la ville pour recommencer leur vie ailleurs, il ne veut pas le voir dans le parloir avant qu’il ne reparte dans sa cellule. Six ans, cela fait six ans qu’il n’a pas vu son père malgré que sa mère ait toujours insisté pour qu’il aille le voir. Il a très mal vécu le fait de vivre sans son père au quotidien. Avant qu’il ne se fasse arrêter par la police pour des choses qu’il était bien trop jeune pour comprendre, il n’était pas beaucoup là mais tous les soirs, même s’il rentrait quand il dormait déjà, il mettait quand même les pieds à la maison et il y avait comme une once rassurante. Aujourd’hui, c’est lui l’homme de la famille et il se sent bien trop jeune du haut de ses douze ans lorsqu’il est parti pour ce rôle qu’on lui a confié malgré lui. Val se souviendra sans doute toute sa vie ce que lui a dit son père alors qu’il venait à peine de rentrer chez lui plus tôt que chez lui à cause de son prof de littérature qui était absent. Les mains menottées, les policiers lui ont permis de dire un dernier mot à son fils « Je compte sur toi pour veiller sur ta sœur et ta mère ok ? » A cet instant, Val n’avait qu’une envie, fondre en larme alors qu’on lui prenait son père mais il n’a pas voulu le décevoir en montrant sa faiblesse, surtout pas devant les policiers qui venaient de lui prendre son père. « Je te promet papa ! » Malgré ça, malgré cette promesse qu’il a tenu et qu’il tiendra encore, il n’a pas voulu allait le voir. Il l’a toujours vu comme un homme droit, un homme sur qui l’on peut compter. Jamais au grand jamais il ne pensait qu’il pouvait être mêlé à certaines magouilles. A chaque fois qu’il le voyait il était au costume, là il n’a aucune envie de le voir en prison, surement des kilos en moins et surtout dans des habits orange qui tuent les yeux. C’est ainsi que sa mère et sa sœur partirent le voir, sans insister puisqu’elles connaissaient son côté borné et c’est ainsi qu’il rata l’occasion de lui dire au revoir. Deux semaines plus tard comme convenu, ils sont tous les trois partis et ce, même s’il ne voulait pas quitter sa vie la bas et son père malgré tout.

« T’as pas cours ? » C’est l’un de ses nouveaux amis qui lui posent cette question alors qu’il est en train de dessiner dans la cours du lycée. « Non, mon prof de math est absent, on se voit pour le déjeuner ? » Il lui fait un check de la main puis se retrouva de nouveau seul. Enfin seul c’est assez relatif étant donné qu’il y a pas mal d’élèves qui ne semblent pas non plus avoir cours puisqu’ils sont nombreux. Ça l’arrange bien, mis à part quand on passe devant lui mais il peut observer la jeune femme qu’il avait vu il y a des années de  ça alors qu’il vivait encore à New York avec sa famille. Il l’avait revu par hasard ici et n’avait pas essayé d’entrer en communication avec elle. Non il avait juste redessiné l’un de ses portraits. Portraits qui est loin d’être unique puisqu’elle l’a aidé à redessiné, il en a pleins encore chez lui dans certains de ses cahiers de dessins. Il est en train de la dessiner. Si certains peuvent le prendre pour un psychopathe, ce n’est pas pour cela qui la dessine. Il ne la suit pas après les cours même s’il pense l’avoir croisé plusieurs fois sur le chemin entre chez lui et le lycée donc ils ne doivent pas vivre bien loin l’un de l’autre. Non, il ne la stalke d’aucune façon mais il est assez inspiré alors qu’il retrace les courbes de son visage sur son cahier qui lui sert uniquement à dessiner dans tout endroit, en cours, quand il mange, chez lui ou ailleurs. C’est le genre de cahier qui ne le quitte jamais. C’est fou en tout cas comment à partir du moment où on remarque quelqu’un, on a tendance à la voir partout. C’est le cas ici mais sans doute est-ce que le fait que la jeune femme blonde du nom de Prunille soit populaire. Ce n’est pas comme si c’était une jeune fille passe partout qui essaye de ne pas se faire remarquer. En tout cas il était en train d’arranger son dessin même s’il est assez fier de son portrait quand il vit, en levant le regard pour regarder Prunille, l’un de ses potes le montrer du doigt. Il ne sait pas si c’est un hasard, si c’est en fait quelqu’un derrière lui qu’il montre mais tout en essayant de ne pas faire trop flagrant, il ferma son cahier avec son dessin inachevé et parti ailleurs, de peur d’avoir été repéré. Si ce n’est pas d’une manière malveillante qu’il l’a fait, il n’a pas envie qu’on le prenne pour un psychopathe.



Dernière édition par Val J. O'Neil le Sam 21 Jan - 23:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Derrick HolloranGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 2168
Crédits : #avatar : acydic. ≡ #crackship : monocle. (none) ≡ #gif : tumblr
Avatar : Chris Wood
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : Trente ans, le bel âge selon certain, pour moi j'attend encore pour voir si je pourrai dire de même. ≡ 31 août 1986
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mar 17 Jan - 21:58

Rebienvenue avec ce perso Bon courage pour ta fichette pink

_________________

Nobody can predict the future. You just have to give your all to the relationship you're in and do your best to take care of your partner, communicate and give them every last drop of love you have. I think one of the most important things in a relationship is caring for your significant other through good times and bad.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mar 17 Jan - 22:01

Re-bienvenue sur le forum avec le sexy Cody.

Bon courage pour cette nouvelle fiche Smile
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mar 17 Jan - 22:24

Re-bienvenue ! courage pour la fiche ♥
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mar 17 Jan - 22:52

REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUE apparemment xD string

Bonne chance pour cette novuelle fichette !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys WalkerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 22/09/2016
Pages lues : 409
Crédits : MØRPHINE. (avatar) bat'phanie (sign) smoking cat (crackship)
Avatar : Bridget Satterlee
Pseudo : smoking cat
Âge : Vingt cinq ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Mer 18 Jan - 14:51

Re-bienvenue parmi nous Smile
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Jeu 19 Jan - 9:16

Le titre de ta fiche est juste

apparemment je dois dire ReBienvenue sur le forum xD
bon courage pour ta fiche
et super choix de vava pink
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Jeu 19 Jan - 19:55

Bienvenue parmi nous
Bon courage avec ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ryan CampbellGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 11/09/2016
Pages lues : 520
Crédits : TAG ♥
Avatar : Jensen Ackles
Pseudo : Elina
Âge : 33 ans (17/07/83)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   Sam 21 Jan - 1:20

Re Bienvenuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: (VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(VAL) Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s'en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Menu de lundi soir
» [X] Aphrodisiac. [Max] [X]
» "Si tu avais combattu comme un Homme, tu n'aurais pas été pendu comme un chien !" # Xora
» Perfect World
» SOS BERGER ALLEMAND + X + PETITE CHIENNE ETAT EPOUVANTABLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Vos papiers, s'il vous plait :: Mon autobiographie :: Bienvenue à Washington-
Sauter vers: