AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Drake M. HawpkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/03/2017
Pages lues : 44
Crédits : Megara-tumblr
Avatar : hugh Jackman
Pseudo : Sugarbabe
Âge : 48 ans
MY SOUL

MessageSujet: On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]   Mer 29 Mar - 1:25


On ne te touche pas.. Jamais  
Drake & Jenna


Je ne savais pas que revenir ici, était vraiment la chose la plus compliquée que j’aurais eu à faire.
Sincèrement, je savais que je ne remettais pas les pieds dans le monde des licornes et des bisounours. Mais finalement c’était plus facile de faire peur à des gars avec les armes que de tenter de discuter avec ses enfants.
Je m’en étais toujours voulu de ce que je leur avais fait, et encore plus à ma petite dernière. Partir comme un gros c*** sans donner de nouvelle, sans attendre sa naissance. Fuir il n’y avait pas d’autres mots. Je n’étais maintenant plus que leur seule famille et il me semblait normal de tenter de renouer des liens. Mais ce n’était pas aussi simple que cela. Je me doutais que dans leurs têtes je n’étais que le géniteur qui comme par hasard réapparaissait quand leur mère venait de décéder.Bien que dans l’idée oui, c’était ce qui m’avait décidé à rentrer, mais j’y avais déjà réfléchi longuement. Mais je suis le genre de personne qui ne sait pas ouvrir la bouche et dire les choses. Comme les sentiments par exemple même si j’en ressens je ne dis jamais que j’aime ou que je tiens aux gens et pourtant..

J’avais déjà tenté une approche vers Megara qui s’était avéré un échec, comme toutes les autres approches que j’avais tentés avec elle. Quand on y réfléchissait, Meg était juste comme moi, le même caractère enfin tout. Je n’étais pas facile à vivre et sans doute qu’elle ne l’était pas non plus. Mais je n’avais pas vraiment ce que ma fille était devenue, comme mon fils. Il semblait être moins fermé à mon retour, bien qu’évidemment il n’allait pas me sauter dans les bras non plus.

Il ne restait que ma petite dernière. Peut-être que j’aurais eu plus de chance? Mais bien sûr que non, même sans m’avoir connu, elle me considérait comme le géniteur qui avait pris peur de son arrivée. Une sensation de rejet, que je pouvais totalement comprendre. Mais ce n’était la vérité. Je savais que j’avais été un manque, la présence paternelle comme tous les autres enfants. Je réalisais que je les avais fait souffrir et pourtant je connaissais cette souffrance. Moi aussi j’avais perdu mes parents les deux. Mais ce n’était pas la même circonstance je le savais . Mais j’avais joué l’abonné absent et je voulais tout faire pour me rattraper. Rattraper le temps perdu. Etre un bon père. Enfin ça, je n’étais pas certain d’y arriver mais je voulais essayer, mais pour cela il fallait que mes enfants me pardonnent. Mais une chose était vraie , je n’allais pas baisser les bras et même si cela allait prendre du temps, j’allais réussir.

J’avais passé une partie de la journée à réfléchir , passer des coups de fil importants et envoyer chier des gars qui n’avaient toujours pas compris que je tentais de me ranger. Mais en quittant le petit bar pour rentrer chez moi, je passais devant l’école de danse de Jenna. Je m’arrêtais devant quelques instants. Je savais qu’elle y venait très souvent et intérieurement j’avais déjà eu l’envie d’entrer pour juste l’observer en cachette mais je m’étais résigné. Bien que je fus sorti de mes pensées par des bruits venant d’une des petites ruelles. Je remis les mains dans les poches pour approcher doucement. Deux gars qui s’en prenaient à une jeune femme. Sur le moment je n’avais pas reconnu Jenna. Mais en avançant pour tenter d’aider un peu, je reconnus ma fille. Mon sang ne fit qu’un seul tour, la colère “ Lâchez-là “ Je fonçais tête baissée pour les éjecter bien loin. Je les attrapais tous les deux par le col de leurs t-shirts pour les projeter contre le mur avec moi. Je les tenais fermement en les fixant tous les deux “ Que je vous revois tourner autour de ma fille et vous risquez vraiment votre vie” Je les plaquais à nouveau contre le mur “ Je suis sérieux “ J’étais vraiment très en colère. Je les relâchais doucement sans baisser le regard “ Ecoutez moi bien, surveillez vos arrières. Car je ne serai jamais loin. Maintenant foutez le camp” Je me retournais vers Jenna, replie contre le mur. Je m’approchais d’elle doucement, me mettant à sa hauteur “ Hey… Ca va ? “ Je passais la main sur son visage, sans vraiment savoir si je faisais bien. Je ne voulais pas savoir s’ils étaient partis. Mais ce qui était le plus important c’était elle


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jenna HawpkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/02/2017
Pages lues : 125
Crédits : Schizophrenic
Avatar : s. gomez
Pseudo : unbroken.
Âge : vingt et un ans mais ça gêne personne de se comporter avec moi comme si j'en avais dix. C'est les inconvénients d'être la petite de la famille.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]   Mar 25 Avr - 18:45

on ne te touche pas.. Jamais!
Jenna & Drake


Tu venais de passer une  sacrée grosse journée. Tu as courues partout, entre ta garde cette nuit que t'as finit à six heures du matin. A peine arrivée chez toi pour te reposer légèrement tu as du repartir vers neuf heures à ton cours d'amphi que tu ne pouvais absolument pas rater. D'ailleurs, si tu avais sue: tu n'aurais pas été. Ton cours s'est terminée quasiment à seize heures de l'après midi. Tu as eu une heure de répit où tu as dormi au lieu de manger. Complètement épuisée après tes heures de cours tu es rentrée manger un bout parce que mine de rien tu avais faim! Tu as du rester presque trente minutes sous la douche à profiter de la chaleur de l'eau qui te collait la peau. Tu as prit ton temps pour aller à dix neuf heures à ton entraînement de danse habituel. Cela devait faire bientôt une bonne semaine que tu n'étais pas allé à ton entraînement de danse. Tu étais tellement submergé de boulot entre les cours, le travail à l'hôpital -où tu dois faire tes preuves- mais également ta vie privée. Tu as l'impression de ne plus vivre par plaisir mais seulement pour l'école. Il est vrai que tu as fait ton choix seule pour ce qui est de ton avenir. Tu veux devenir chirurgienne cardiologue. C'est ton rêve. Mais c'est énormément de boulot. Tu as enfin fait tes preuves pour être la résidence future du chirurgien cardiologue de l'hôpital. En tant qu'externe pour l'instant tu n'es qu'en urgence. Bien que ce soit intéressant tu ne vois malheureusement pas ce qui te plaît. Tu sais pertinemment que ce n'est que pour une année ensuite tu deviendras interne et pourra choisir ton service. C'est ce qui te motive à finir ton année dignement avec de bonnes notes pour pouvoir choisir seule ton service avant que quelqu'un d'autre ne te le pique. M'enfin. Tu arrives à l'entraînement légèrement en retard et cours pour te changer. C'est fou comme la danse te fait changer les idées. Tu aimes ça. Tu oublies tout tes soucis, tu es passionnée et complètement toi-même lorsque tu danses. Tu te donnes tellement à fond que tu termines à danser avec ton coach pour montrer l'exemple aux autres. Tu ne veux pas te l'avouer mais tu es excellente en danse. Tu aurais pu en faire ton métier, ton coach te bassine tout le temps avec ça. Mais tu as fait le choix d'être autre avenir, peut-être plus difficile à attraper; c'est certainement ce qui te plaît. Épuisée de ta journée lourde physiquement mais également mentalement, tu finis ton entraînement avec le sourire. Une pointe de bonheur dans cette journée ne t'aurait pas fait de mal. Tu ris avec tes amis et les laisses tous partir pour te retrouver seule face à se grand miroir que tu fixes longuement en pensant à tout ce qu'il t'arrive en ce moment. Retrouvée le corps de ta mère a été l'une des choses les plus dure pour toi, mais encore plus lorsque tu t'es retrouvé face à cet homme qui est autre que ton géniteur. Durant toutes ces années il a été inexistant et à la mort de ta mère, il revient. Tu as une enfance merdique qui a été sauvé par Josh et Meg, mais tu sais pertinemment que si ta mère était comme ça c'était à cause de lui. Tout est sa faute. Tu souffles un bon moment avant de te mettre à nouveau à danser une heure de plus, seule. Seulement, au bout d'un moment ton corps te lâche: tu étais bien trop faible. Le peu que tu avais intégrée n'était plus dans ton système digestif (enfin, c'est relatif), tu devais reprendre des forces. Tu te soulèves du sol pour récupérer tes affaires et fermer la salle de danse derrière toi. Tu marches, ton écharpes cachant presque ton visage. Tu passes dans la petite ruelle pour rentrer plus rapidement chez toi lorsque tu te retrouves face à quatre hommes qui t'entoure. Instinctivement tu t'arrêtes et les regarde un par un. Tu les reconnais. Ce sont eux. Ceux qui pour la cinquième fois aujourd'hui te retrouve seule pour faire ce qui bon leur semble de toi. Tu inspires en te mordant la lèvre. Tu recules bêtement en te retrouvant coller contre l'un d'entre eux que tu repousses avec ta petite force de femme que tu es. Tu te retrouves coincée entre le mur et ces hommes. L'un d'entre eux, toujours le même s'approche de toi pour toucher du bout de son index la peau de ton visage passant par tes lèvres. Tu savais que si tu t'amusais à mordre son doigt, il s'amusera à faire autre chose et c'est tout sauf ce que tu souhaites. Alors tu tournes simplement ton visage ce qui fait rire la troupe. Il se colle contre toi pour se frotter, tu commences à le frapper sur les épaules. Bien évidement, ça ne fait rien. Tu te débats comme tu le peux en espérant que le ciel t'envoie ta sœur pour te sauver de là. Mais d'un coup, tu sursautes en entendant la voix d'un homme que tu ne reconnais pas.. Tu restes collé contre le mur, surprise par ce que tu vois. Ton père qui les repousses contre l'autre mur. Tu reprends ta respiration que tu avais coupée en espérant trouver de l'aide. Tu restes sous le choc quelques instant. Ton père se retourne vers toi pour te demander si tu vas bien. Tu inspires en regardant les hommes partir en courant et tu déposes à nouveau ton regard sur ton père, encore dans tout tes états. Tu secoues la tête, évidement que tu n'allais pas bien. Tu dois constamment te battre contre ces hommes qui s'amusent à jouer de leurs parties intime contre toi. Tu le regardes, le regard vide. Tu tentes de reculer mais tu te retrouves à nouveau contre le mur. Tu lèves ta main vers lui comme pour le stopper. Ça va. Tu inspires et secoues à nouveau la tête laissant ta main relevée. Mais... Je ne suis pas ta fille. Tu secoues à nouveau la tête, soupirant doucement. Je ne suis pas ta fille. Tu le répètes à nouveau restant buter sur ton état de choc.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake M. HawpkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/03/2017
Pages lues : 44
Crédits : Megara-tumblr
Avatar : hugh Jackman
Pseudo : Sugarbabe
Âge : 48 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]   Mer 10 Mai - 23:44


On ne te touche pas.. Jamais  
Drake & Jenna


Mon sang n’avait fait qu’un tour, voir ces cinq types oser toucher ma fille. Même si elle n’avait pas eu la chance enfin devrais-je dire la malchance de me connaitre, elle restait ma fille, mon dernier bébé. Celle qui pense que je me suis barré à cause d’elle. Alors que ce n’était pas la vérité. J’espérais vraiment avoir fait comprendre à ces cinq mecs que s’ils venaient encore à poser les mains sur Jenna je risquais vraiment d’être moins sympathique que je ne l’avais été il y a quelques minutes. Quand je m’étais approché d’elle, je l’avais bien vue reculer face à moi. Je ne savais pas vraiment ce qu’elle pouvait penser de moi, enfin si maintenant je le savais, l’entendre dire qu’elle n’était pas ma fille. Ce genre de mots qui faisait vraiment mal à entendre. Sur le moment j’avais juste envie de frapper dans le mur à côté d’elle, mais ce n’était pas le moment, je ne voulais pas lui faire peur et lui montrer une image négative de moi. Je me doutais qu’elle en avait déjà une alors je préférais ne pas à l’aggraver encore plus.
J’avais l’envie de la prendre contre moi, de la rassurer. Je me rendais compte que oui j’avais été un mauvais père que je n’avais pas été là durant toutes ses années. “ Non, ça ne va pas. Je le sais Jenna “ Je remarquais qu’elle possédait elle aussi un sacré caractère “ Malheureusement dans ta tête je ne suis peut-être pas ton père, mais sur le papier, tu es ma fille Jenna, et crois moi je regrette vraiment énormément. Mais tu as le droit de me détester, jamais je t’en voudrai de me rejeter. Mais je refuse que tu me mentes en me disant que tu vas bien “ Je tentais de lui donner un électrochoc. Si je n’étais pas arrivé , elle se serait sûrement faite violée mais j’avais besoin de savoir “ Tu connaissais ces gars? S’il te plait “ J’avais besoin de savoir, c’était mon rôle. Doucement je m’approchais d’elle, et en douceur je posais les mains sur ses épaules pour ensuite la prendre contre moi. Forcément je risquais de me faire repousser, mais je pouvais ressentir le besoin de réconfort “ Jenna je te fais la promesse qu’ils ne t’approcheront plus jamais “ Je savais que je pourrais tenir parole et que je ferais tout pour lui prouver que je tenais à elle . “ Je suis désolé pour tout, désolé d’avoir été le pire égoïste Jenna” Je ne savais pas comment me faire mieux comprendre, ce n’était forcément pas l’endroit idéal. Je reculais doucement “ Tu veux que je te ramène chez toi? Où tu veux venir chez moi, le temps de reprendre tes esprits. J’ai des cookies “ J’avais appris que ma petite dernière aimait vraiment les cookies, comme moi. Je croisais les bras lui laissant tout le temps de réfléchir à ce qu’elle désirait. Je ne voulais la forcer à rien, je voulais prendre le temps. Mais j’espérais vraiment que pour le coup, ma fille pourrait voir que j’étais sincère, et peut-être qu’elle serait moins dure que Megara, je l’espérais grandement. Je n’avais qu’une envie retrouver ma famille et enfin pouvoir vivre apaisé.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jenna HawpkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/02/2017
Pages lues : 125
Crédits : Schizophrenic
Avatar : s. gomez
Pseudo : unbroken.
Âge : vingt et un ans mais ça gêne personne de se comporter avec moi comme si j'en avais dix. C'est les inconvénients d'être la petite de la famille.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]   Lun 3 Juil - 21:54

on ne te touche pas.. Jamais!
Jenna & Drake


Tu ne voulais pas être en sa présence en ce moment, bien que si il n'avait pas été là tu ne sais pas dans quel état tu aurais était. Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'ils t'agressent et jusqu'ici tu t'en est plutôt bien sortit. Cela doit faire quasiment la troisième fois que cela t'arrive et ce sont toujours les mêmes. Tu ne sais pas ce qu'ils savent de toi mais tomber nez à nez avec eux, seule, ça en devient lourd. Mais te retrouver face à ton géniteur l'était également. Tu secoues plusieurs fois la tête comme pour refuser de l'écouter parler. Tu es sa fille? Comment il peut dire ça alors qu'il es'est complètement barrée à ton arrivé. Tu n'as pas eu l'ombre de sa présence pendant toutes ces années. Il n'a même pas vu ton visage lorsque tu es née. Il n'était pas présent à toutes tes premières fois. Ce n'est pas ce qu'on dit d'un père. Tu pouffes de rire quand il parle de papier et que tu lui mens. Tu secoues vivement la tête en levant ton index continuant de rire. Ton rire était à la fois nerveux et sincère. Comment ose-t-il te sortir ça? Tu trouves ça si pathétique et ironique à la fois. Il te prend dans ses bras et automatiquement tu le rejettes et le repousses de toute tes forces,
bien que tu n'en as pas énormément. Sur les papiers? Tu ris à nouveau. Tu n'es plus tremblante, tu redeviens peu à peu la Jenna Hawpkins de tout les jours. Tu n'es pas mon père. Un géniteur peut-être. Mais un père, un vrai. Il reste le jour de l'accouchement de sa femme. Il est présent pour toutes les nuits sans sommeil à veiller, changer et nourrir son enfant. Un père pousse et encourage à chaque première fois sa fille. Un père ne laisse pas sa fille avec un mère qui ne s'occupe pas d'elle et qui se foutait royalement de sa vie. Un vrai père ne laisserait pas ses deux grands enfants s'occuper de la petite dernière. Mais surtout, un père, ferait tout son possible pour éviter de voir une fille de vingt se retrouver face au cadavre de sa mère! TU N'ES PAS MON PÈRE. Tu n'es qu'un géniteur. Pendant ton discours tu n'as sûrement pas fais attention à tes yeux rouges qui coulaient de larmes. Tes paroles tu les pensais un par un, tu y as pensée toute ta vie. Pouvoir enfin lui dire de vive voix te rendais assez fébrile et triste à la fois. Repenser à l'image de ta mère, son corps vide te faisait énormément souffrir. Il te propose des cookies et tu te remets à rire bêtement. Nerveusement. Comment il pouvait te demander ça. Tu ne réponds même pas à sa question et souffle un bon coup pour t'éloigner de lui allant vers chez toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On ne te touche pas.. Jamais [Jenna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Capitol Hill-
Sauter vers: