AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This is just a dream, this isn't real. This is just a dream, he isn't real. He isn't... :: Seric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Solora IpkissGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 480
Crédits : #avatar : .sassenach #gif & crackship : tumblr & shellhead.
Avatar : Chloe Wonderful Bennet
Pseudo : monocle. #alice
Schizophrénie : Derrick #ChrisWood Rhett #GrantGustin Andy #AaronTveit Chip #TomHolland Carter #AnnaKendrick Lowen #DanStevens Devon #ZoeKravitz
Disponibilités : closed tommy ; percy ; eric ; kelvin ; trent ; trent ; dorrin
waiting list ▲ nothing
old memories ▲ kelvin ; trent ; cherry blossom
Âge : Trente ans. ▲ 20 juin 1987
MY SOUL

MessageSujet: This is just a dream, this isn't real. This is just a dream, he isn't real. He isn't... :: Seric   Lun 3 Avr - 3:41

Eric & Solora
This is just a dream, this isn't real. This is just a dream, he isn't real. He isn't...
Quatre mois, que j’étais arrivée à Washington. Quatre mois, que j’avais changée d’identité pour jouer Solora Ipkiss. Quatre mois, que j’avais l’impression de vivre à cent à l’heure. Mon adaptation à ma nouvelle vie avait été en quelque sorte plus facile que ce à quoi je m’attendais. Certes ce n’avait pas été facile entre la tentation de me morfondre sur la disparition de Trent était un sentiment qui m’avait longtemps envie. Une chose qui était résolue, puisque j’avais compris la réalité, qui devait malheureusement être tenue secrète. Un autre secret de plus sur mes épaules, j’avais beau aller voir Docteur Ashford, je ne me sentais pas plus légère bien au contraire. Il était là pour m’écouter et je devais retenir mes mots, mes pensées, ce qui me hantait. J’étais impatiente qu’on trouve cet homme pour enfin retrouver ma liberté durement volée. En attendant, je faisais profile bas, continuant ma petite vie de jeune fille du Kentucky qui a décidée de voir plus grand. Poussant la porte de l’entrée de la maison que je devais faire visiter à un jeune couple, je posais mon regard sur l’espace vide. Aucun meuble, aucune essence de vie. J’avais amené mon mélange à biscuit pour rien. Une petite habitude que j’avais pris en faisant cuir des biscuits ou des brookies selon mon humeur de la journée. Ça permettait ainsi de laisser un doux arôme accueillant envahir la demeure, la rendant ainsi plus chaleureuse. Mais cette fois, je ne pouvais pas user de mes talents culinaires pour mener à bien cette vente. Déposant le bol contenant le mélange sur le comptoir, je m’autorisais un tour de la maison rapidement, j’avais près d’une vingtaine de minutes devant moi pour faire le tour, voir que tout était en ordre comme le disait la fiche de vente. Je savais que je referais le même trajet avec les acheteurs, mais j’aimais bien avoir une longueur d’avances, ne pas être prise au dépourvue. Montant à l’étage, je m’arrêtais dans la chambre avec vue sur la rue. Sur le trottoir d’en face se trouvait un homme observant la demeure. M’approchant, je regardais cette silhouette, ce visage… Un frisson parcouru mon échine, dressant mes poils sur mes bras. Était-ce lui ? Je plissais mon regard, espérant mieux discerner les traits. Mon cœur s’emballait et lorsque son regard croisa le mien, je poussais un petit cri, me précipitant pour me mettre dos au mur, serrant ma poitrine, laissant le rythme de mon cœur atteindre un battement inhumain. Quelques secondes s’écoulèrent, secondes qui me parurent une éternité, j’entendis le son du carillon résonner dans la maison vide, me faisant pousser un cri que j’étouffais aussitôt avec mes mains, me laissant glisser contre le mur tout en gardant mes jambes contre ma poitrine. Je sortais mon portable, ce n’était pas l’heure de la visite ! De toute manière, j’étais persuadée que j’avais reconnu son visage, je ne pourrais de toute manière jamais l’oublier. Il était gravé dans mon esprit tout comme le son de sa voix. J’étais tétanisée. Tremblante, j’allais me relever, mais on sonnait de nouveau. Incapable de bouger, je regardais mon portable que je tenais d’une poigne de fer dans le creux de ma main. Je pouvais toujours appeler quelqu’un. Ouvrant mon répertoire, je le laissais et en entendant des coups violents contre la porte d’entrée j’appuyais sur le premier numéro qui passait sous mon doigt. La liste des personnes se trouvant dans mon répertoire n’était pas bien longue, mon fils, le marshall, Trent, Tommy, le bureau et mon psy. Le hasard fit que je venais de composer le numéro personnel du Docteur Ashford, la tonalité résonnait à mon oreille. J’espérais qu’il répondrait, qu’il n’était pas avec un patient sinon je craignais de ne pas avoir la force de faire un second appel. Je ne voulais qu’une chose quitter cet endroit, être en sécurité. Pinçant mes lèvres, je laissais un faible juron m’échapper en tombant sur sa boîte vocale. Les mains trop tremblantes, ma respiration saccadée, je savais que je ne pouvais faire qu’une chose laisser un message en espérant qu’il le prendrait rapidement : « Docteur Ashford, s’il vous plait venez me rejoindre … » Je donnais l’adresse de ladite maison. « …Je crois que j’ai des ennuis. » Je ne savais pas comment formuler la chose, il ignorait mon histoire, mais j’espérais que ça suffirait. Abandonnant mon portable près de l’endroit où j’étais assise, je marchais jusque devant le placard, ouvrant la porte, je me glissais à l’intérieur. Je me retrouvais dans le noir total et déposant mon front sur mes genoux, je fermais les yeux, me concentrant sur le battement de mon cœur toujours aussi rapide.  

_________________

A long love story A story as ours cannot come to an end, although the fact of understanding your voice misses me, to feel the contact of your skin against me is a thing which I would like to feel again. I just have to close eyes to tell to me that you are near me, but as time goes by I realize that you left me and well in spite of me, I feel alone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eric L. AshfordGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/03/2017
Pages lues : 383
Crédits : odistole (vava), Tumblr/Elina (gifs)
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Elina
Schizophrénie : Ryan Campbell, l'ex taulard (Jensen Ackles)
Disponibilités : Jay ~ Solora ~ Isaiah ~ Declan ~ Maximilian#2 ~ Maximilian#3 ~ Jay#2 ~ Gabriel#2
Âge : 35 ans (15 aout 1982)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: This is just a dream, this isn't real. This is just a dream, he isn't real. He isn't... :: Seric   Jeu 20 Avr - 17:53

This is just a dream, this isn't real. This is just a dream, he isn't real. He isn't...
Solora & Eric
Aujourd’hui était mon jour de congés. J’avais donc toute la journée devant moi pour m’occuper. J’avais tenté de me reposer ce matin et de faire une grasse matinée mais mon horloge interne avait décidé de me réveiller à la même heure que d’habitude. Et il m’avait été impossible de me rendormir. Qu’importe, à quoi bon tourner dans mon lit éternellement ? Alors je m’étais levé, j’avais pris mon petit déjeuner et j’avais décidé de faire un peu de ménage. Vivant seul dans cette maison devenue trop grande pour moi, je n’avais pas d'autre choix. Il fallait bien que je m’en occupe même si comme la plupart des gens, ce n'était pas mon passe-temps favori. Cependant, je préférais perdre des heures de ma journée de repos à nettoyer ma maison plutôt que de rester vautrer dans mon canapé. Je n’étais pas le genre d’homme à rester inactif et surtout, étant légèrement maniaque sur la propreté, j’aimais que mon domicile soit propre et bien rangé. J’y avais passé une bonne partie de ma matinée avant d’aller manger un morceau à midi. C’est une fois mon repas terminé que je décidais d’aller prendre ma douche. Une douche bien chaude, dans un environnement qui respirait la propreté, il n’y avait rien de meilleur. Pendant que je profitais de l’eau chaude coulant sur ma peau, je réfléchissais à la manière dont j’allais m’occuper le reste de la journée. Peut-être pourrais-je aller faire un tour en ville ? Ou m’installer dans mon canapé avec un bon livre ? Voir des amis serait assez compliqué étant donné que la plupart d’entre eux travaillait à cette heure-ci. Tout un tas de possibilités s’offraient à moi en ce début d’après-midi, mais je ne m’étais toujours pas décidé en sortant de ma douche.

Une fois habillé, je quittais la pièce pour retourner dans mon salon. Jetant un œil à mon téléphone portable sur la table basse, je constatais que la lumière m’indiquant un appel en absence clignotait. Qui m’avait donc appelé ? Curieux, j’attrapais mon portable pour vérifier et constater que l’une de mes patientes, Solora Ipkiss, avait tenté de me joindre. Lors de mes premières séances avec mes nouveaux patients, il était fréquent que je leur donne mon numéro personnel au cas où ils auraient besoin de me parler en urgence. Cela pouvait arriver. Mais en règle générale, il était bien rare que je reçoive des appels de mes patients. La plupart du temps, ils attendaient leurs séances pour me parler. Composant le numéro de ma messagerie, j’écoutais le message vocal qu’elle m’avait laissé. Sa voix était tremblante, sa respiration saccadée, elle semblait terrifiée. Dans son message, elle me demanda de la rejoindre à l’adresse qu’elle mentionnait. Etant donné l’état dans lequel elle se trouvait, il serait irresponsable de ma part de ne pas intervenir alors sans y réfléchir davantage, j’enfilais mes chaussures et attrapais ma veste en cuir et mes clés de voiture pour me diriger à l’adresse indiquée.

Il ne me fallut pas longtemps pour y arriver, je connaissais ce quartier, l’un de mes amis y vivait. Je me garais devant la maison correspondant à son adresse et sortis de ma voiture pour me diriger vers la porte d’entrée. Une fois devant, je sonnais. Une fois. Deux fois. Trois fois. Pas de réponse. Je ne m’étais pas trompé d’adresse, si ? Perplexe, je revérifiais le numéro de la porte, mais il correspondait bien à ce qu’elle m’avait dit. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Peut-être avait-elle fait un malaise ? Avait-elle eu un accident ? Ne souhaitant pas attendre plus longtemps, j’ouvris la porte pour m’engouffrer précautionneusement dans la maison. « Mademoiselle Ipkiss ? » Silence total. Commençant à m’inquiéter, je jetais un œil dans toutes les pièces du rez-de-chaussée, mais cette maison était vide. Au sens propre. Il n’y avait aucun meuble, rien. Cette demeure n’était pas habitée. Que faisait-elle dans cette maison ? Surpris, je décidais de lui passer un coup de fil. Si elle m’avait appelé dans cette maison, elle devait toujours s’y trouver, non ? Ou peut-être m'avait-elle appelé d'ailleurs, auquel cas, pourquoi me faire venir ici ? Je cherchais son nom dans mon répertoire avant d’appuyer sur la touche pour lui téléphoner. Ça sonnait, personne ne répondait, pourtant j’entendais une sonnerie provenant d’une pièce à l’étage. Laissant mon appel en cours, je montais les escaliers quatre à quatre pour rejoindre le son de son téléphone. Arrivé dans la bonne pièce, j’aperçus son téléphone par terre. Bon sang, que lui était-il arrivé ? Je coupais mon appel pour aller ramasser son téléphone. « Solora ? Êtes-vous là ? » C’est qu’elle commençait réellement à m’inquiéter…

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
 
This is just a dream, this isn't real. This is just a dream, he isn't real. He isn't... :: Seric
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Anacostia :: home-
Sauter vers: