AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rhys ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 10/04/2017
Pages lues : 140
Crédits : shellhead.|avatar ◈ tumblr|gifs
Avatar : chris pine
Pseudo : shelhead.
Âge : 35 ans ◈ 12 décembre 1981
MY SOUL

MessageSujet: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:07

Rhys Linus Zimmer
I have not failed. I’ve just found 10,000 ways that won’t work

Prénom : C'est du prénom Rhys que s'est vu affublé son acte de naissance. Un drôle ensemble de lettres dont il n'a jamais cherché à comprendre l'origine mais qu'il ne rechigne pas. Hériter d'un nom plus classique et historique n'avait pas été dans les projets de ses parents. Il suffisait de voir le prénom de son frère, également. Vient ensuite Linus, hommage à un aïeul du côté de son père. Nom de famille : Zimmer. Deux syllabes, sifflantes et robustes. Original de par ses origines même, Rhys ne s'était pourtant jamais bien soucié de la généalogie, incapable de feindre un intérêt pour des ancêtres et une terre inconnue lorsque le soleil Californien lui caressait la nuque.Date & lieu de naissance : Rhys a vu le jour au cœur de l'hiver, un 12 décembre de l'année 1981, à San Diego, Californie. Âge : Rhys a actuellement 35 ans et c'est volontairement qu'il ne se formalise pas de ce cap de la trentaine passée. Pourquoi le devrait-il? L'horloge ne tique pas à ses oreilles, le pressant de freiner des quatre fers pour se construire une petite famille et adopter un style de vie plus stable. N'est-ce pas vrai que nous allons tous vivre pour être centenaire? Métier : Acteur. Oui, n'est-ce pas? Cela avait aussi amusé son père avant qu'il ne comprenne que son fils était complètement sérieux. C'est qu'il y a des attentes que l'on place sur les épaules d'un enfant, celles de le voir confiné dans un environnement stable et sécurisé. Rhys aurait pu décidé d'aller à l'université, profiter des quelques contacts de ses parents, essayé de se construire une carrière dans une branche un peu plus sérieuse. Mais la simple pensée de louper son coup et de finir à travailler derrière un bureau, constamment accroché à son téléphone, lui avait donné l'impression d'étouffer. Statut civil : Rhys est un habitué des chroniques "célibataire à saisir" des magazines people. Il n'a jamais mis ce statut à l'épreuve, ne s'est même jamais rapproché d'une éventuelle rumeur de fiançailles. Il serait temps, certains diraient, mais Rhys ne leur demande certainement pas leur avis. Statut financier : Autant dire que Rhys n'a jamais été dans le besoin. Troquant une aisance familiale pour des revenus conséquents plus personnels, Rhys a de quoi subvenir à ses moyens et plus. Malgré le petit moment de vide que connait sa carrière, il a encore une bonne dose de marge devant lui avant d'être en difficulté. Caractère : charmeur ◮ charismatique ◮ narcissique ◮ borné ◮ jaloux ◮ décomplexé ◮ susceptible ◮ déterminé ◮ attentionné ◮ impulsif ◮ sociable ◮ possessif ◮ fidèle Parti politique : Démocrate. Groupe : Honey I'm Good. Avatar : Chris Pine
Combien de livres lis-tu par mois ? Quels sont tes préférés ?
Oh, sans doute pas beaucoup. Rhys est de ces personnes qui s'obstinent à vouloir lire un livre coûte que coûte, plus pour la satisfaction d'avoir réussi à finir un ouvrage que le plaisir de la lecture en lui-même. Rhys trimbale toujours un livre avec lui. Un format de poche aux pages cornées qui passe de valise en valise, de table de chevet à table de chevet et qui se lit à une allure d'une lenteur exaspérante. Il n'a jamais le temps, et quand il l'a enfin, c'est la dernière chose qu'il souhaite faire. Lire dans les transports le laisse nauséeux et avant d'aller dormir il est soit trop fatiguée soit trop préoccupé pour se laisser aller à ce loisir paisible. Alors non, Rhys ne compte pas ses lectures en mois mais en années. Pour ce qui est du genre qu'il affectionne le plus, il ne saurait dire. Les polars lui plaisent mais il s'agace de ne pas se rappeler de l'intrigue ou de l'avancée d'une enquête lorsqu'il pause sa lecture pendant plusieurs semaines. Les romans d'aventure, parfois quelques biographies, quelque chose qui attise un tantinet sa curiosité.

Pour toi, l'amitié c'est...
Utile. C'est sans doute un peu brut et dénaturé dis comme ça, mais c'est vrai non? Un ami est quelqu'un avec qui l'on peut passer du temps pour s'occuper, quelqu'un qui peut nous rendre des service, quelqu'un dont la présence nous apporte quelque chose. De ce fait, le mot et large et englobe toute sorte de personnes plus ou moins proches. De vrais amis, Rhys n'en a pas beaucoup. Les personnes qu'il côtoyaient sur les bancs de l'école sont devenus des étrangers et celles qu'il rencontre aujourd'hui ne peuvent être assurées d'être complètement désintéressée par sa célébrité ou son argent. Rhys est devenu quelque peu parano à ce sujet là, il peut l'admettre. Il préfère dire qu'il est prudent. Très sociable, il alimentera la conversation avec quiconque l'a commencera avec lui, il offrira des verres et des plaisanteries, et fera même des plans pour se revoir plus tard. Mais il fait attention à ne pas laisser n'importe qui s'approcher de trop près. Il fait attention à ne rien promettre. Mais dans l'idée? Rhys n'a rien contre l'amitié, au contraire. Ses rares amis en qui il a entièrement confiance, il tient à eux même s'il ne sait pas le dire comme un être humain normalement constitué.

Quelle est la chose la plus folle qu'on a raconté sur toi ?
Oh, par où commencer. C'est le revers de la médaille après tout. Avec la célébrité vient le fait d'avoir ses moindres faits et gestes épiés, ses moindres mots analysés, et les rumeurs vont bon train. Rhys sait tout ça et ne s'en formalise pas trop. Alors oui, il n'arrive pas toujours à se retenir et découvre les nombreuses rumeurs à son sujets, et vu son orgueil et la volatilité de son tempérament, il lui arrive de prendre les choses à coeur. Heureusement qu'il a une PA et autres personnes de son équipe pour l'empêcher de répondre sèchement sur Twitter au premier troll qui salit son nom. Mais la plupart du temps, ça ne l'atteint pas. Il sait qu'il vaut mieux que tout ceux qui n'ont rien d'autres à faire que colporter des rumeurs à son sujet. Lui est là sur le grand écran quand eux se cachent derrière celui de leur ordinateur. Pour répondre à la question, la plus folle a été l'annonce de son décès. Apparemment, il aurait eu un accident de voiture aux abords de San Francisco et aurait perdu la vie. Hallucinant. Sinon, on lui a évidemment prêté de nombreuses relations avec de nombreuses personnes, plusieurs qu'il n'a même jamais croisé de sa vie. Comme quoi.
Un ▬ Rhys vient d'une famille assez aisée. Son père est militaire et sa mère conservatrice d'un musée. Il est l'aîné des trois enfants de la famille. Deux ▬ jeune, Rhys a joué quelques épisodes dans une série télé qui eu son lot de popularité, grâce à un ami producteur de son père qui le trouvait parfait pour un petit rôle. Par amitié et estimant qu'il allait s'agir d'une exception, son père a accepté, ne souhaitant pas lui donner l'opportunité de négliger l'école. Loin de lui de penser que cette petite expérience allait passionner Rhys et lui donner envie plus tard d'en faire une carrière. Trois ▬ Les Zimmer ont déménagé à Washington quand Rhys avait 18 ans, suite à une mutation de leur père à la base navale de la Capitale. Quatre ▬ Il n’a jamais vraiment été très studieux a l’école et à commencé un semestre à l'université de Georgetown avant d'abandonner et de retourner en Californie pour poursuivre son rêve d’acteur. Cinq ▬ ◮ c’est quelque chose qui le complexe énormément, surtout vis-à-vis de sa famille. Sa mère, diplômée de Yale. Son père, Marines gradé qui a fait le serment de protéger son pays au prix de sa vie s'il le fallait. Même son frère qui bouscule le monde de la gastronomie avec ses plats étoilés et son vin. Rhys? Rhys se fait plaquer une tonne de maquillage sur le visage et prétend être quelqu'un d'autre. Est-ce qu'il adore ça? Mon Dieu que oui. Mais il suffit d'un instant. Un instant à penser à sa famille et il se sent légèrement inadéquat. Six ▬ Il a perdu un gros contrat après avoir eu une grosse altercation avec un de ses co-star sur un tournage. Sept ▬ il n’a plus du tout le vent en poupe et ne se voit rien proposer d’intéressant pour le moment, mais son orgueil l’empêche d’accepter des projets plus modestes Huit ▬ il refuse d’admettre qu’il n’est pas au top et prétend qu’il fait volontairement un break. Il est venu à Washington DC pour se ressourcer au calme auprès de sa famille, dans cette vile où, finalement, il n'a jamais vraiment vécu malgré que sa famille y soit installée depuis plus de dix ans. Neuf ▬ il a dû tenter une dizaine de fois d’arrêter de fumer, en vain. Dix ▬ Rhys est quelqu’un d’assez vaniteux et conscient de ses atouts. Il trouve la fausse modestie ridicule et dit souvent ce qu’il pense. Hollywood étant principalement fait de prétention, il sait tout de même très bien lécher les bottes et charmer quand ça l’arrange. Onze ▬ Son orthographe est calamiteuse. Il déteste écrire quand quelqu’un le regarde ou quand il signe des autographes pour des prénoms qui ne sont pas classiques. Douze ▬ Il se vexe très vite et peut partir au quart de tour à la moindre provocation. Treize ▬ ce n'est pas conseillé, mais il tape régulièrement son nom dans Google pour voir ce que les gens disent de lui. Quatorze ▬ niveau relationnel, il lui arrive d’être assez parano, toujours à croire que les gens sont  intéressés uniquement par argent ou ses relations et pas lui. Il n’est pas trop chaud à l'idée de faire pleinement confiance à quelqu'un, au risque que tout tombe à l'eau et qu'il se sente humilié d'avoir cru que c'était honnête. Quinze ▬ il a un chien qu'il a adopté dans un refuge. Il y était pour faire bonne figure à une journée "porte-ouverte" et avait craqué pour les yeux d'un chiot du nom de Bogart, une sorte de croisé entre un golden retriever et une sorte de berger. Rhys n'en savait rien et s'en moquait bien.
Prénom : Margaux. Pseudo sur le net : Shellhead. Âge : 25 ans. Pays : France. Comment as-tu découvert le forum ? C'était le destin. Quelles sont tes premières impressions ?  . Crédits : Tumblr. Un petit mot pour la fin ?

Code:
<pris>CHRIS PINE</pris> ► Rhys Zimmer


Dernière édition par Rhys Zimmer le Dim 23 Avr - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhys ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 10/04/2017
Pages lues : 140
Crédits : shellhead.|avatar ◈ tumblr|gifs
Avatar : chris pine
Pseudo : shelhead.
Âge : 35 ans ◈ 12 décembre 1981
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:08

You want to make a memory
Citation qui représente ton personnage ici

Il en était le portrait craché. Des yeux d'un bleu polaire, l'angle raffiné d'une mâchoire que la jeunesse rendait encore potelée et une chevelure où le soleil plaisait à se refléter. Rhys semblait n'avoir rien pris du physique de sa mère. Ni ses cheveux sombres, ni la teinte brune de ses yeux. Rhys pivota son regard sur sa droite pour observer cette dernière. Une formule génétique diluée dans deux organismes, de l'aîné Rhys au cadet Lowen perché dans les bras de leur mère. Lui aussi ne pouvait rechigner ses origines. Ses cheveux blonds étaient ébouriffés là où il avait passé une main pour en déloger un papillon de nuit qui s'y était logé, un cri horrifié aux lèvres et ses yeux bleus humides sous le dégoût. Rhys leva un regard sur leur père qui approchait et c'est inconsciemment qu'il se redressa, cherchant à se hisser bien plus haut que ses 7 années. Rhys avait toujours voué un culte à son père, se donnant pour mission de devenir exactement comme lui lorsqu'il serait grand. Son père, ce héros. Puissant, intelligent, celui qui mettait combattait les méchants et sauvait le pays. Mais le Marines ne s'arrêta pas auprès de son aîné, continuant son chemin jusqu'à sa femme avant de glisser des mots de l'oreille de celle-ci, une main caressant inconsciemment la cheville découverte du bambin. Rhys pouvait sentir une moue boudeuse déformer ses traits. Il enfonça ses poings dans les poches de son pantalon, se plaisant à déformer la ligne parfaite de la couture. Pour une fois que leurs parents les avaient laissés assister à une des soirées qu'ils organisaient, Rhys se sentait tout de même horriblement négligé. Éternellement avide de la moindre attention, le petit garçon jalousait facilement tout et tout le monde. Il n'avait pas encore la maturité pour comprendre qu'il courrait après une chimère. Ses parents n'avaient jamais cherché à forger une complicité particulièrement avec leurs enfants. Ce n'était pas qu'ils ne les aimaient pas, non. Mais c'est à croire que, peu avant la naissance de Rhys, ils avaient le pacte de ne pas sacrifier leur vie. Très occupés, peu enclins à se priver des plaisirs de la vie pour couver leurs enfants, les parents Zimmer n'avaient aucun remord à refourguer les gamins aux grands-parents pour partir en vacances, ou à les laisser jouer tranquillement dans leur coin tout seul pendant qu'ils faisaient autre chose. Tout le monde n'a pas la fibre parentale, pas le mental pour passer chaque minute de ses journées avec sa progéniture, et Rhys réalisa cette vérité bien vite en grandissante. Une pensée en bousculant une autre, Rhys fut brièvement distrait par les invités qui commençaient à s'engouffrer dans la demeure familiale. Des voisins, des amis de la famille. Devant cette foule grandissante, Rhys sentit que son moment était venu pour se faire remarquer. Il prit place discrètement derrière le piano droit disposé dans le fond la pièce, et laissa ses doigts glisser sur les touches, sa langue coincée entre ses dents sous la concentration. Ce n'était pas une performance. Le bruit du verre qui s'entrechoque continuait à trinquer, les conversations continuaient à s'élever, mais Rhys jouait. Il savait combien sa mère aimait le son de l'instrument, et il ne se formalisa pas des quelques erreurs qu'il fit. C'est un visage rayonnant qu'il leva sur elle lorsqu'il eu finit et elle lui renvoya un sourire en sentant l'insistance de son regard. Il sauta du petit siège pour la rejoindre, tournant un pas de course en une marche vive après un regard réprobateur de son père. « C'était très joli, Rhys » lui dit-elle d'un air distrait avant de reprendre une conversation, et une vague de fierté percuta le petit garçon. Il resta à ses côtés un moment, s'amusant à enfoncer périodiquement et délicatement un doigt sur sous les côtes son petit frère qui jouait à ses pieds, avant que celui-ci ne le fasse cesser d'un coup dans le bras. « Va jouer avec les autres enfants Rhys » le chassa sa mère et il ne se fit pas prier. Le petit garçon avait du mal à rester immobile, toujours animé d'entrain, et c'est sans réflexion qu'il s'imposa dans une partie de cache-cache qui s'improvisait entre quelques enfants qu'il ne connaissait pas. « Hey, on a pas dit que tu jouais!!! »s’indigna une petite fille dans une robe corail, dissimulée grossièrement derrière un rideau. « C'est ma maison, j'ai le droit de jouer si je veux! » riposta-t-il, indigné. Et il en connaissait tous les recoins. Personne ne réussit à le trouver, et c'est avec un air suintant la satisfaction qu'il quitta sa cachette de longues minutes plus tard, avant de décider d'aller piquer quelque chose à manger dans la cuisine. Il n'avait jamais effleuré l'esprit de Rhys que, peut être, ils ne l'avaient jamais cherché pour commencer.  

 «  Et bien ce n'est pas encore ça Mr.Zimmer. Décevant, vraiment ». La voix de son professeur tonnait encore dans ses oreilles, plusieurs heures après. Le devoir noyé sous les ratures au crayon rouge et orné d'une note désastreuse, logeait désormais dans le creux de son poing. Il y appliquait une pression meurtrière par intermittence - une parodie de balle anti-stress - se réjouissant du crissement sous ses doigts et de la texture rêche du papier. L'humiliation se mêlait à la colère dans sa poitrine et c'est brusquement qu'il tournait à l'angle des couloirs de l'école. Furieusement, maladroitement, il glissa une main jusqu'au col de sa chemise pour en défaire l'étreinte. Il n'était  juste pas assez bon. Il avait le goût des chiffres mais la logique des théorèmes plus avancés lui échappait partiellement. Il avait l'intérêt pour la langue et les livres, mais une tendance fâcheuse à oublier l'exactitude de sa prose. Il était cependant terriblement bon à l'oral et savait se loger une place dans le plus insignifiant des débats comme le plus subtil. Rien de tel pour détourner l'attention de ses lacunes. Une très bonne mémoire qui surprenait pas sa capacité à oublier certaines choses les plus simples. Il n'était pas stupide. Il n'était pas non plus particulièrement remarquable. Il était moyen. Et c'était sans doute le problème. «  Comment espères-tu rentrer dans une bonne université avec des notes pareilles? » s'exclama son père, cessant ses cents pas un court instant pour le fixer d'un regard noir. Et n'était-ce pas là la question à 1 million de dollar? Rhys se tortilla sur place, mal à l'aise face à cette discussion qu'il espérait ne jamais avoir. Ses parents n'avaient jamais cacher leur souhait de voir leurs enfants poursuivre une bonne éducation. Quelle manière délicate y avait-il de dire qu'il n'avait aucune volonté de faire comme son père ou sa mère et de poursuivre une carrière académique respectable afin d’accéder à un poste qui l'était encore plus? Et pourtant Rhya avait essayé. Il s'était donné du mal. Malgré son air nonchalant, il avait bossé. Il en avait passé des nuits, ses livres sur ses genoux, à essayer de remonter son niveau. A essayer de rendre son père fier. Et c'est aussi ce qui le rendait aigri. Il avait fait de son mieux mais ça n'était jamais assez bien, n'est-ce pas? Rhys avait envie de leur demander qu'est ce que ça pouvait leur faire. Maintenant ils leur prêtait attention? Maintenant ils se souciaient de ce qu'ils faisaient? Quelle ironie. «  Il y a d'autres options » se surprit-il à dire, mais à peine les mots avaient quittés l'espace de ses lèvres qu'il le regrettait. Rhys n'avait jamais verbalisé cette pensée, sachant pertinemment de quelle manière elle allait être reçue. Mais c'était maintenant ou jamais, non? Rhys ouvrit la bouche mais déjà son père poussait un soupir exaspéré «  Tu ne va pas recommencer avec ça  » dit-il. Et il n'en fallu pas plus pour le vexer. «  Et pourquoi pas? » rétorqua-t-il. « C'est si absurde vouloir faire quelque chose qui me passionne ? » demanda-t-il, incrédulité et vulnérabilité perçant dans sa voix. «  Mais enfin Rhys, tu sais très bien le nombre de jeunes laissés sur le carreau dans cette profession!  », tenta-t-il de raisonner. Pour eux, ça n'avait été qu'une activité, qu'un loisir que leur fils avait poursuivi quelques temps. C'était bien plus que ça. «  C'est ma vie, j'ai le droit de faire ce que je veux » fut son ultime plaidoyer, pathétique et indigne même du haut de ses dix-sept ans. Son père n'était évidemment pas du même avis, et c'est presque un regard de pitié qu'il posa sur son fils. «  Qu'est ce que tu va faire avec juste un diplôme de lycée? Tu penses que je suis méchant, mais je penses à ton futur, Rhys! Tu vas faire quoi si ça ne marche pas? Nettoyer des tables?  ». Rhys haussa les épaules. Il n'avait jamais considéré l'échec. «  Et si je réussis? » le défia-t-il. Son père le toisa un instant avant de secouer la tête.  «  Et bien vas-y, mais ne viens pas te plaindre plus tard  ». Non il n'allait pas se plaindre. Il ne pouvait pas se résoudre à être raisonnable. Pas avant d'avoir poursuivi son rêve et échoué tragiquement.  


Rhys avait perdu le compte. Il n’aurait même pas pu dire le nom de l’établissement dans lequel lui et quelques amis se trouvaient. Ami est un grand mot et Rhys n’aurait franchement pu l’appliquer à aucun des corps alcoolisés autour de lui. Il laissa échapper un gloussement, trouvant la chose particulièrement hilarante sur le moment. Son rire s’étouffa dans sa gorge lorsque la limite entre euphorie et sanglots s’effaça, et Rhys opta pour finir d’une traite le verre de liqueur qu’il avait dans la main. Le club était particulièrement bruyant et la basse résonnait douloureusement contre ses tempes. Il aurait sans douté été plus prudent de rentrer mais la perspective de sa demeure vide et silencieuse le laissait mal à l’aise. Et de toute manière, Rhys jugeait ça approprié. Une soirée difficile pour conclure ce qui avait été une atroce semaine. Elle s’appelait Dawn. Ils s’étaient rencontrés sur le plateau d’un long-métrage, passé assez inaperçu, au sujet d’un directeur d’opéra persuadé qu’on cherchait à le tuer. Ou quelque chose comme ça, il ne se souvenait plus trop. Lui, acteur débutant, elle consultante pour la chorégraphie, ils avaient sympathisés autour du goût détestable d’un  burger de crevette qu’on leur avait proposé au buffet. Rhys avait été charmé par son répondant, la manière qu’elle avait de ne rien lui céder, toujours le remettre à sa place d’un ton qu’elle voulait agacé mais qu’ils savaient tous les deux reconnaître pour l’affection que c’était. Elle était rafraîchissante et n’avait pas nié un instant le vouloir uniquement pour son physique. Car son caractère, lui disait-elle entre deux sourires, était épuisant à supporter. Et puisqu’elle était absolument divine, Rhys n’avait vu aucune raison de refuser. Ils continuèrent cet arrangement sans pression et Rhys s’efforça de ne pas remarquer qu’ils étaient presque devenu exclusif. Ne tombes pas amoureuse de moi, qu’il lui avait dit. Elle avait levé les yeux au ciel devant l’absurdité de la chose. C’est qu’ils s’exaspéraient l’un l’autre, leurs caractères se percutant brusquement et pourtant, ils en redemandaient. C’était presque devenu un jeu. Rhys flirtait sans vergogne et elle feignait de ne pas apprécier l’attention. Ils observaient un étranger demander sa copine en mariage en pleine rue et, en la voyant donner un sourire attendri à la scène, Rhys lui rappelait que si elle s’attendait à ce qu’il fasse de même, elle allait attendre longtemps. Comme si je voudrais de toi, qu’elle lui répondait, avant d’aller acheter un milkshake qu’ils partagèrent sous l’ombre d’un arrêt de bus, se plaignant de la chaleur tout du long. Elle parlait de sa carrière et de son départ prochain pour le ballet de Vienne et Rhys renchérissait avec ses propres succès, chacun préférant ignorer qu’ils n’auraient bientôt plus le même point d’accroche. Rhys fut celui qui la déposa à l’aéroport. Elle critiqua sa façon de conduire puis l’embrassa avant de partir. Pas d’au revoir. C’était comme si elle ne s’en allait pas pour un autre continent, incertaine quant à son retour. Ils n’étaient pas un couple alors elle ne lui demanda pas de l’attendre, et Rhys ne le proposa pas en retour. Ce n’était pas vraiment douloureux. Ils avaient tous les deux su dans quoi ils s'engageaient. Ils gardèrent un contact sporadique. Un sms au beau milieu de la nuit au sujet d’un téléfilm absurde qui passait à la télévision et dont elle ne comprenait pas un traître mot. Une photo envoyée sur un coup de tête, souhaitant dire "je pense à toi" sans jamais l'assumer. Des nouvelles prises par le biais d'autres prétextes pour prétendre un instant qu'ils se connaissaient par cœur. Ils se retrouvèrent parfois. Le hasard de la chose, au coin d'un aéroport ou d'un bar, jamais une occasion de perdue lorsque le destin les amenait dans la même ville. Rhys rentrait d'une avant-première à Berlin et l'a voyait l'attendre au pied de son hôtel, sans montrer sa surprise, comme s'il avait toujours su qu'elle allait être là. Comme si c'était normal. Comme si, parfois, il n'apprenait pas par cœur les dates et lieux de ses performances dans l'espoir de pouvoir la croiser. Parfois, il apparaissait dans les coulisses lorsqu'elle sortait de scène, et elle non plus, ne semblait jamais surprise de le voir. Ils profitaient de ces moments brefs sans jamais en perdre une minute à parler pour ne rien dire. Ils ne parlaient pas de ce qu'ils faisaient. C'était leur normal à eux et ça fonctionnait. Carriéristes l'un comme l'autre, ils savaient qu'une vraie conversation demanderait des sacrifices qu'aucun d'eux n'était prêt à prendre. Pendant ses quelques années, ça avait fonctionné plutôt pas mal, alors pourquoi tout chambouler? Rhys avait été tapé à sa porte, un soir où il l'a savait à Los Angeles. Pour une fois, elle avait été surprise de le voir. Cette fois, elle n'était pas seule. Rhys n'avait jamais été assez idiot pour croire qu'elle se contentait de leurs parties de jambes en l'air, variables et sporadiques. Rhys appréciait la compagnie d'autres femmes de son côté également. Etre confronté avec cette vérité était tout autre lorsqu'il pouvait voir le visage de l'autre homme par l’entrebâillement de la porte. Tout autre lorsqu'il était celui que l'on chassait. Rhys ne se souvient même plus de ce qu'il déclara. Quelque chose de mesquin sans doute. D'insultant. Il n'en avait pas fallu plus pour que Dawn s'énerve à son tour. Ils avaient semblés sur le point d'en venir aux mains lorsque, dans un geste désépéré, Rhys se jetta sur elle pour échanger un baiser violent plutôt que des coups. Elle avait enfoncé ses dents dans sa lèvre inférieure jusqu'à faire perler le sang. Il avait cintré sa taille de ses mains jusqu'à laisser des bleus. Des souvenirs tangibles et douloureux qu'ils emportèrent avec eux. Elle lui avait lancé un dernier regard, l'avait traité de connard ou quelque chose de la sorte et lui avait claqué la porte au nez pour rejoindre son compagnon. Rhys savait que ça ne changeait rien. Ils se retrouveraient dans quelques mois et la danse sera toujours la même. Mais maintenant, Rhys n'arrivait plus à se défaire de la vision d'elle avec d'autres hommes. Et s'il allait passer au second plan à chaque fois maintenant? Et si elle réalisait qu'il était temps d'arrêter leur petit business? Ça l’agaçait profondément et l'avais mis dans une terrible humeur. La semaine qui suivie, il avait complètement pété les plombs suite à une remarque d’un de ses collègues. Avec du recul, cela n’avait été que simple taquinerie et sarcasmes, comme Rhys lui-même avait l’habitude d’en échanger, mais il n’avait pas su reconnaître la chose pour ce qu’elle était. A vif et fatigué, ceci avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. Ils en vinrent aux mains et apparemment casser le nez de l’acteur principal du film n’était pas du tout bien vu par la production. Les conséquences avaient été atroces et Rhys avait l’impression d’avoir vendu son âme au diable tant il avait dû enchaîner les réunions et proliférer des excuses à tout va. Il n’avait pas toujours réussis à rester docile, préférant quitter la pièce et claquer la porte derrière lui dans un BANG satisfaisant. Il détestait qu’on le traite comme un gamin capricieux, et encore plus la voix dans sa tête qui lui susurrait que c’était exactement ce qu’il était. Alors voilà pourquoi il était là, à se ruiner en ingérant substances après substances. Mais il voulait oublier. Pour ignorer les appels incessants de son agent et le sentiment terrifiant d’avoir fait une terrible erreur, chose qu’il refuserait d’admettre sous la torture. Il avait envie d'aller se réfugier dans le vignoble de son frère, là où l'été lui semblait toujours éternel et où son esprit cessait de bouillonner. Rhys avait toujours pensé que s'il n'avait pas été acteur, il aurait bossé pour son frère, à travailler la vigne et goûter du vin contre la pierre froide des caves. Peut-être aurait-il pu devenir sommelier dans son restaurant. Enfoncé dans son siège, la peau humide de sueur et poisseuse là où l'alcool avait débordé de son verre, Rhys trouvait que cette vie semblait parfaitement paisible. Dans un timing presque parfait, son portable vibra contre sa cuisse et Rhys leva un regard vitreux sur l’écran pour voir un énième appel manqué. S’il combattait l’envie de jeter l’engin dans le Pacifique par irritation, Rhys savait reconnaître que le jour où son téléphone cesse de sonner sera celui où il ne pourra plus longtemps ignorer à quel point il a foiré.  


Dernière édition par Rhys Zimmer le Ven 14 Avr - 15:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 204
Crédits : #avatar : Schizophrenic #gif : tumblr #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente-trois ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:12

C'est bon à chaque fois que je vois Linus j'imagine Rhys avec une doudou bleu et le pouce en bouche Bref Je suis tellement contente de revoir Rhys Ce que j'laime ce perso
Rebienvenue choupette Bon courage pour tes deux chapitres restants !! Et vive les bro' Zimmer

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys WalkerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 22/09/2016
Pages lues : 409
Crédits : MØRPHINE. (avatar) bat'phanie (sign) smoking cat (crackship)
Avatar : Bridget Satterlee
Pseudo : smoking cat
Âge : Vingt cinq ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:16

Re-bienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Megara A. HawpkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 11/09/2016
Pages lues : 1190
Crédits : TAG
Avatar : Phoebe Tonkin
Pseudo : TAG
Âge : 25 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:28

REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE !!! string

Ça fait plaisir de revoir ce perso même si je l'ai pas beaucoup connu xD
Revenir en haut Aller en bas
http://tag-gallery.e-monsite.com/
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:30

re bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kelvin ForrestGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/11/2016
Pages lues : 128
Crédits : Avatar: schizophrenic ; Signature : Beylin ; Gifs : tumblr & Trucpau
Avatar : Theo James
Pseudo : Trucpau
Âge : 33 ans - 1er mars 1984
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:31

Re-bienvenue parmi nous

Toujours aussi grrr (ok, sous Kelvin c'est bizarre )

Hâte de voir ce que ça va donner

_________________

I want something just like this
I'm not looking for somebody. With some superhuman gifts. Some superhero. Some fairytale bliss. Just something I can turn to. Somebody I can miss
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhys ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 10/04/2017
Pages lues : 140
Crédits : shellhead.|avatar ◈ tumblr|gifs
Avatar : chris pine
Pseudo : shelhead.
Âge : 35 ans ◈ 12 décembre 1981
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:37

Jesabel Williamson a écrit:
C'est bon à chaque fois que je vois Linus j'imagine Rhys avec une doudou bleu et le pouce en bouche Bref Je suis tellement contente de revoir Rhys Ce que j'laime ce perso
Rebienvenue choupette Bon courage pour tes deux chapitres restants !! Et vive les bro' Zimmer

Ya que toi qui penses à ça -zbaf- J'ai hâte que le frangin débarque

Merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 204
Crédits : #avatar : Schizophrenic #gif : tumblr #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente-trois ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 20:43

M'en fou d'être la seule Rhys est fait Moi aussi

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Derrick HolloranGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 2166
Crédits : #avatar : acydic. ≡ #crackship : monocle. (none) ≡ #gif : tumblr
Avatar : Chris Wood
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : Trente ans, le bel âge selon certain, pour moi j'attend encore pour voir si je pourrai dire de même. ≡ 31 août 1986
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   Lun 10 Avr - 21:57

BIENVENUE
Félicitation, tu es des nôtres


Pour le principe... C'est beau comme message, tu trouves pas ? Je plaisante ! Rhys est juste parfait, j'ai hâte de vraiment le voir évoluer cette fois !!! Et il sera toujours le bien venu dans le vignoble de Lowen Il aura enfin quelqu'un a exploité

Bravo ! Tu fais maintenant partir de notre famille et nous en sommes très heureuses. Nous espérons que tu te feras rapidement une place parmi nous mais en tout cas tu en as déjà une grande pour nous. Et oui chaque personne est importante sur ce forum puisque les autres tout comme toi le font vivre.

Pour que ton personnage ne termine pas seul à distribuer des bouts de pain aux pigeons, bien qu’il puisse le faire si tu en as envie, je t’invite à te créer une fiche de lien mais aussi à venir sur celles des autres tu y trouveras peut-être ton bonheur. Mais les amis, ce n’est pas tout ! Je suis certaine seront très enthousiastes à l’idée de t’héberger chez eux mais avoir un toit pour sois ou avec plusieurs personnes de manière officielle c’est quand même mieux. Viens faire un tour à l’agence immobilière et installe toi où ça te plaît. Et au cas où tu as un métier, pour être certain de pouvoir payer le loyer de ce logement, viens nous le dire à l’office de l’emploi. Si ton personnage est une de tes doubles personnalités n’oublie pas de le signaler ici. Oh et si tu n’as pas envie d’attendre et prévoir une rencontre avec un ami ou un inconnu rends toi sur meeting, tu trouveras ton bonheur. Enfin, tu peux également venir contrôler si j’ai bien fait mon boulot en ajoutant ton personnage dans le bottin des avatars, mais laisse-moi un petit laps de temps tout de même. Allez, maintenant va t’amuser, ne te prive pas, tu es là pour ça. ♥

_________________

Nobody can predict the future. You just have to give your all to the relationship you're in and do your best to take care of your partner, communicate and give them every last drop of love you have. I think one of the most important things in a relationship is caring for your significant other through good times and bad.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night   

Revenir en haut Aller en bas
 
rhys ≡ i have loved the stars too foundly to be fearful of the night
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dallas' Stars
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment
» Dallas Stars
» We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Vos papiers, s'il vous plait :: Mon autobiographie :: Bienvenue à Washington-
Sauter vers: