AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Solora IpkissGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 457
Crédits : #avatar : monocle. #gif & crackship : tumblr & shellhead.
Avatar : Chloe Bennet
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente ans. ▲ 20 juin 1987
MY SOUL

MessageSujet: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   Mar 18 Avr - 20:02

Trent & Solora
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow
Les mains dans l’eau savonneuse, je finissais la vaisselle en laissant la télévision jouer le match des Rangers contre les Canadiens. Je n’étais pas une grande fervente de hockey, je n’y voyais même aucun intérêt, mais il ‘y avait rien d’autre à la télévision. J’avais donc laissé Calvin regarder le match des séries. Les cris provenant de la télévision rendaient la maison plus animée, plus vivante et ça empêchait les prises de têtes entre lui et moi. La dernière assiette essuyée, je la déposais dans l’armoire avec ses consœurs, sans jeter un coup d’œil à Calvin, je prenais la direction de la chambre de Percy, ouvrant la porte doucement, je glissais ma tête à l’intérieur pour le voir assis devant son bureau, le nez plonger dans ses bouquins. Il semblait concentré et je n’osais pas le déranger. Je ne lui avais pas encore parlé de Trent, en fait, je ne savais pas comment amener le sujet. C’était quelque chose de délicat et je savais qu’il m’en voudrait pour cela. Garder aussi longtemps cela pour nous… Seulement, je ne savais pas encore si je devais pleinement faire confiance à Calvin. Notre relation c’était améliorer, mais tant de question restait sans réponse. Je continuais de me persuader qu’en temps et en heure, j’aviserais, même si je ne savais pas ce que ça donnerait. Je refermais la porte de sa chambre, m’éloignant pour aller dans la cuisine. C’était peut-être la seule pièce de la maison où je me sentais chez moi, si je ne prenais pas en compte ma chambre. Je passais la prochaine heure et demi à préparer le lunch de tout le monde pour demain. Je faisais même des muffins frais pour le lendemain matin et finissais la soirée par une douche et me calant dans mon lit un livre à la main. Les pages se tournaient sans attendre, avançant dans l’aventure du protagoniste. Je me tenais en haleine devant le suspense qui se décrivait dans les mots couchés sur les pages. L’encre frais et le papier neuf qui donnait une véritable vie à ce livre. J’entendais Percy aller se coucher ou bien était-ce Calvin, je ne pouvais dire, mais j’avais souhaité par deux fois bonne nuit. La maisonnée devait être endormie, les lumières closent et seule ma lampe de chevet éclairait la pièce. Mes lunettes sur le bout de mon nez, mon corps sous les draps, je n’arrivais pas à démordre de l’œuvre. Il y avait longtemps que je n’avais pas lu pour le plaisir. Généralement, je préférais que ce soit Trent qui me fasse la lecture, j’aimais écouter sa voix grave lire des mots. La tonalité de sa voix était quelque chose que j’avais toujours aimé. Mais puisqu’il n’était pas là, je ne pouvais pas lui demander de me lire quelque chose, je ne me voyais pas non plus le téléphoner pour qu’il me fasse la lecture. J’avais donc replonger dans une lecture seule, mais ça me permettait de me centrer sur moi-même. J’avais avancé de plusieurs chapitres, lorsqu’un bruit attirait mon attention. Relevant mon regard, je déposais le roman sur la couette avant de repousser les draps et de me diriger vers la fenêtre. Le bruit semblait provenir de l’extérieur. Un bruit qui ne me disait rien qui vaille, comme à chaque fois que j’entendais quelque chose. Pinçant mes lèvres, j’ouvrais la fenêtre, glissant ma tête à l’extérieur, laissant une brise fraîche du printemps venir caresser ma peau. C’est dans ces moments-là que je me disais que j’aurais dû prendre des cours de judo ou d’auto-défense, mais non. Je n’avais jamais vu cela comme étant important. Trop gentille pour vouloir faire mal et maintenant, je n’avais aucun moyen de défense et j’étais bien plus souvent prise d’une peur sans nom. Mon regard se baladait sur la cours, mais il semblait ne rien y avoir. Peut-être que je me trompais ?

_________________

A long love story A story as ours cannot come to an end, although the fact of understanding your voice misses me, to feel the contact of your skin against me is a thing which I would like to feel again. I just have to close eyes to tell to me that you are near me, but as time goes by I realize that you left me and well in spite of me, I feel alone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 373
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   Ven 21 Avr - 17:54

Trent & Solora
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow
Trent ne maîtrisait son impulsivité que dans un seul domaine. La médecine – et la chirurgie plus précisément – lui avait appris à canaliser son énergie, à rythmer sa respiration et stabiliser ses gestes. Le calme, la précision, telles étaient les armes nécessaires pour sauver une vie, et Trent n’aurait su y déroger. Il n’était pas toujours irréprochable. En salle opératoire, là où les jugements et les sentiments n’étaient pas permis, Trent ne s’était pas toujours gardé de son hostilité. Un criminel, une personne qui avait provoqué sa propre douleur et l’avait infligée sur d’autres, quelqu’un d’odieux et d’inexcusable; Trent pouvait admettre ne pas avoir la même implication selon ses patients. Il y a juste des gens qui ne méritent pas d’être sauvés. Mais Trent n’était ni juge ni bourreau, alors. Alors.  Dans sa vie de tous les jours, Trent n’était pas restreint le moins du monde. Son irritation pouvait couler à flot, son hédonisme accaparer chaque seconde d’une journée, et son amour toucher qui bon lui semble. C’est bien pourquoi, s’il s’était mis d’accord avec sa femme pour garder la tête froide et ne pas commettre d’erreur pour le bon déroulement de leur futur, Trent n’en faisait un peu qu’à sa tête. L’enjeu était pourtant important. Maintenant qu’ils s’étaient retrouvés, il fallait penser logiquement à la suite des choses : comment s’émanciper et reconstruire leur vie en famille ailleurs ? Comment retourner à la normale, ou ce qui s’en rapprochait le plus ? Trent était à peu près sûr que se rendre à leur domicile secret au beau milieu de la nuit était contre-productif au plus haut point, mais il s’en foutait un peu. Maintenant qu'il savait où se trouvait Raschelle, il ne pensait plus qu'à ça. A la voir de nouveau. A voir son fils également. Si sa femme n'était pas encore convaincue de dire la vérité à Korben, Trent pouvait tout aussi bien se satisfaire en l'observant dormir un instant en toute discrétion. Il voulait juste le voir, rien de plus. Il en avait besoin. Il n'était pas non plus contre l'idée de jeter un coup d'œil dans la chambre du Marshall assurant leur protection, histoire de savoir à qui il avait à faire. Trent ne prévoyait pas une confrontation musclée avec celui-ci dans le futur proche. Ils allaient s'enfuir, simplement et discrètement. Ils avaient juste besoin d'un plan. Mais la curiosité était là et le démangeait. Qui était cet homme à qui l'on avait confié sa famille? Qui était cet homme qui jouissait du privilège de vivre à leur côté alors que Trent, lui, avait été tenu à l'écart? Voilà le genre de question qui bousculait son esprit. Trent n'était pas forcément fier d'avoir suivi - pour ne pas dire stalker - sa propre femme pour savoir où elle logeait. Bêtement, il ne lui avait pas demandé. Peut-être avait-il eu peur qu'elle refuse de le lui dire. Connaissant Trent, elle aurait pu prédire qu'il aurait du mal à se retenir. Il ne regrettait pas son geste et se moquait bien de provoquer la colère de sa femme. Elle pardonnerait ceci à un père qui n'a pas vu son fils depuis le mois de Novembre. La maison se logeait au cœur de Cathedral Heights, un quartier agréable où il aurait pu se voir vivre avec sa famille si le soleil et l'air salé de la côté Californienne ne lui manquait pas autant. Trent avait attendu la nuit et s'était fait discret. Il n'avait pas besoin qu'un voisin trop curieux l'aperçoive et appelle la police. D'une certaine distance, il avait observé les fenêtre illuminée de l'habitation jusqu'à discerner une silhouette féminine derrière l'une d'entre elle. Puisqu'il y avait de grandes chances qu'il s'agisse de sa femme, Trent s'était approché de la maison afin d'en étudier les possibles entrées. En pleine réflexion, il n'avait pas vu un nain de jardin jusqu'à ce qu'il trébuche sur celui-ci et le brise. Et merde. Quelle idée d'avoir ça dans son jardin. C'est moche. C'est pas pratique. Et ça venait sans doute d'attirer l'attention sur lui. Trent se figea un instant face au bruit, inquiet de savoir si un Marshall allait débarquer en pointant un revolver sur lui. A la place, une fenêtre s'ouvrit à la volée et, dans un réflexe, Trent alla se plaquer contre le mur de la maison, juste en dessous pour être hors de vue. Il releva le regard et...« Raschelle? » chuchota-t-il.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Solora IpkissGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 457
Crédits : #avatar : monocle. #gif & crackship : tumblr & shellhead.
Avatar : Chloe Bennet
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente ans. ▲ 20 juin 1987
MY SOUL

MessageSujet: Re: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   Lun 17 Juil - 21:45

Trent & Solora
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow
Si la vie du héros dont je lisais l'histoire piquait ma curiosité, m'invitant à lire davantage pour progresser jusqu'au dénouement, j'en oubliais que ma vie, elle, était digne de ces livres. Un peu tiré par les cheveux. Une histoire dont on découvre peu à peu ce qui les attends réellement. Et comme les protagonistes, on ignorait tout du dénouement ou même le prochain rebondissement. Je préférais de loin me vider l'esprit avec l'histoire de quelqu'un d'autre plutôt que de penser à la mienne ! Ne pouvant vivre avec mon mari, j'avais pris une nouvelle routine, qu'importe la routine de la journée ; Fini les petits déjeuners surprises au lit, lorsqu'il n'était pas de service. Fini les moments complices que l'on pouvait partager dans une journée. Était-ce parce que je n'avais plus tout cela, qu'ils me manquaient tant ? Notre mariage avait eut lieu il y a plus de dix ans et je réalisais que ça n'avait rien de simple... Tourner la page était tout simplement impossible ! Encore plus en sachant que Trent était toujours bel et bien vivant. Le savoir à quelques kilomètres de nous me rendais encore plus désireuse de reprendre notre vie de famille. Toutefois, une embûche persistait : Kelvin – ou Calvin pour moi. Lui fausser compagnie comme l'avait suggéré Trent n'était pas la meilleure des décisions que l'on pouvait prendre. Qui sait les personnes qu'il pourrait envoyer à nos trousses ! Je ne voulais pas passer ma vie à fuir, n'avoir aucun attachement, vivre dans la crainte de toujours être poursuivi... Surtout que, tout prendrait fin sans doute sous peu. Je ne désirais pas non plus infliger cette vie à notre fils. Trop jeune pour comprendre l'étendu de toute l'histoire, je ne cherchais pas à lui offrir une vie sans stabilité. Nous étions les victimes, alors pourquoi se devrait-on de vivre en cavale ? On ne pouvait qu'attendre. Attendre que cet homme soit arrêté pour l'agression qu'il avait commis en novembre dernier. Je ne voyais que cela si je souhaitais un jour retrouver ma vie d'avant. Pour l'heure, mon attention était toute dirigée sur le roman que j'étais en train de lire, jusqu'au moment où un bruit me fit sortir de ma lecture. Un fracas provenant de l'extérieur. Non pas le souffle du vent venant chatouiller la fenêtre, mais plutôt le bruit d'un objet se brisant. Aux aguets, je tendais l'oreille, sachant bien que mon fils ainsi que le Marshall dormaient depuis un moment. La chienne devait quant à elle dormir à proximité de la chambre de Percy, puisqu'elle ne le quittait pratiquement jamais. Je ne pensais pas non plus que ce soit le jeune homme de l'autre jour. Lui, il devait avoir eut sa leçon. Malgré l'inquiétude que je pouvais ressentir, j'eus assez de courage pour ouvrir la fenêtre et jeter un coup d'œil. Le terrain baignait dans l'obscurité, seule la lune dessinait des ombres sur le sol, rendant le paysage sinistre. Je sentais un frisson parcourir mon échine. Je zieutais l'horizon une dernière fois, m'apprêtant finalement à fermer la fenêtre lorsqu'une voix résonna. Aussi douce qu'une mélodie pour mes oreilles. « Trent ? » murmurais-je, avant de baissé la tête pour le voir accroupi sous la fenêtre. Il semblait inconfortable plié de cette manière à tenter de se dissimuler dans le noir. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » demandais-je en lui adressant un sourire mitigé entre l'étonnement de le savoir là et le bonheur de le voir. « Tu sais que tu ne dois pas être ici ! S'il te trouve ça risque de compliquer encore plus les choses... » continuais-je sans cacher une certaine inquiétude qui faisait trembler ma voix. Mais bien que je tenais de tel propos, il en restait pas moins qu'au fond, je désirais ardemment être avec lui, entendre encore sa voix et sentir sa présence près de moi. Des bruits parvinrent de la maison, tournant la tête pour tendre l'oreille, je me pinçais les lèvres. « Ne reste pas là. » lui susurrais-je en me penchant par-dessus la rembarre de la fenêtre, lui tendant la main pour l'aider à se hisser à l'intérieur. Il serait pour le moment plus facile à cacher dans ma chambre que dans le jardin parmi les nains !

_________________

A long love story A story as ours cannot come to an end, although the fact of understanding your voice misses me, to feel the contact of your skin against me is a thing which I would like to feel again. I just have to close eyes to tell to me that you are near me, but as time goes by I realize that you left me and well in spite of me, I feel alone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 373
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   Sam 19 Aoû - 21:07

Trent & Solora
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow
Trent étouffa un soupir de soulagement en entendant la voix de Raschelle. Une voix mélodieuse et rafraîchissante, loin des cris de menaces et les sirènes de police qui auraient tout aussi bien pu l'accueillir. Rien que le son de sa voix suffisait à lui faire dire qu'il avait eu raison de venir, malgré la stupidité et le risque de la chose. Il n'était plus à ça près. Il se décolla du mur, désormais rassuré.  Il fit quelques pas de recul, juste assez pour pouvoir apercevoir la silhouette de sa femme. Un sourire illumina son visage lorsqu'il l'a vit enfin. Il avait beau l'avoir vu récemment, il ne se lassait plus d'admirer son visage, lui qui avait un instant pensé qu'il ne l'a rêverait jamais. Mais un amour comme le leur ça ne s'abandonne pas, ça transcende les obstacles du destin. Et sa femme lui retournait son sourire. Trent savait que tout allait bien se passer, ils allaient se sortir de ce mauvais pas et reprendre leur vie de famille. Il le croyait avec toutes fibres de son corps. « Je voulais te voir » lui dit-il simplement. Ça paraissait bête, mais c'était la vérité. Et la situation n'aurait pu être plus cocasse. Lui au milieu des nains de jardin et elle penchée par-dessus sa fenêtre, comme une parodie maladroite de la scène du balcon dans Roméo et Juliette. « Je sais » répondit-il, balayant son inquiétude d'un geste de la main. Le Marshall ne lui faisait pas peur, et c'était le beau milieu de la nuit, bon sang! Même les forces de l'ordre doivent dormir à un moment ou un autre. « Je veux pas compliquer, j'avais juste besoin de te voir. Promis je resterai pas longtemps » continua-t-il, un air innocent sur le visage que Raschelle saurait reconnaître pour ce qu'il était. Un mépris total pour toutes ces personnes qui tentaient de les séparer. Trent vit sa femme tourner la tête vers l'intérieur de la pièce et ses membres se raidirent, prêt à bondir hors de portée s'il s'avérait que le Marshall était réveillé. Trent s'attendait à ce que Raschelle lui dise de partir, craintive, mais elle fit tout l'inverse. Trent n'avait pas besoin qu'on lui dise deux fois. Il prit un pas d'élan et s'avança contre le mur, sautant pour capturer la main de sa femme et se hisser par la fenêtre. Il enjamba la balustrade et se retrouva face à elle. « Salut » chuchota-t-il, idiot et fou amoureux, avant de déposer un baiser sur ses lèvres.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Solora IpkissGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 457
Crédits : #avatar : monocle. #gif & crackship : tumblr & shellhead.
Avatar : Chloe Bennet
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente ans. ▲ 20 juin 1987
MY SOUL

MessageSujet: Re: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   Lun 28 Aoû - 14:29

Trent & Solora
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow
Un sentiment d'emprisonnement se faisait parfois ressentir alors que je posais mon regard vers l'extérieur. Prise entre les quatre murs de ma chambre, je savais que je ne pouvais pas aller bien loin. Kelvin n'avait posé aucun verrou, mais la liberté de mes mouvements étaient réduits à vivre comme on me le demandait. Si je désirais quitter la maison, je devais lui en parler. C'était une chose que je pouvais faire, mais dès que l'envie de voir mon mari me tordait les tripes, je devais faire taire ce sentiment. D'aucune façon le Marshall devait savoir pour Trent, pour nous. J'avais peur que s'il le découvre, il arrive malheur à mon époux. Donc depuis ce jour de Saint-Valentin, j'avais fait taire mon envi de me retrouver dans ses bras, de toucher une fois de plus sa peau. Ma surprise fut palpable lorsque je le découvrais sous ma fenêtre. Trent n'avait rien de semblable avec les autres hommes. Il avait traversé le pays pour nous retrouver. Il me démontrait autant d'amour que dans notre enfance. Le voir me fit sourire, malgré cette peur qui me glaçait l'échine. Je savais qu'il n'avait pas peur de se retrouver devant Kelvin, mais de mon côté, je ne désirais pas le perdre une fois encore. Craignant qu'on le trouve ou bien que quelqu'un alerte la police, au moindre bruit, je lui tendis ma main. La pénombre de ma chambre rendait sa silhouette imposante. « Salut. » lui répondais-je avec un faible sourire avant de lui rendre son baiser. Me levant sur la pointe des pieds, je glissais mes bras autour de son cou, espérant que ce moment ne se termine jamais. Son parfum était enivrant et la chaleur qu'il dégageait sécurisante. Parfois, il m'arrivait de me demander comme un tel homme avait pu tomber amoureux de moi. Je rompais notre baiser tout en glissant mes doigts sur sa nuque. « Tu es complètement fou de venir ici. » murmurais-je en posant mon regard dans le sien. Je le détaillais, examinant chaque parcelle de son être malgré la pénombre avant d'approcher de nouveau mes lèvres. « Mais je suis tellement heureuse de te voir. » disais-je en posant mes lèvres sur les siennes et l'attirant à moi en serrant un peu plus mes bras autour de son cou. La simple idée qu'on le trouve ici pouvait mal tourner, mais je me sentais comme la gamine qui va à l'encontre de ses parents en attirant son copain dans sa chambre en secret. On avait pourtant passé l'âge de faire cela, mais je me sentais ainsi. Jeune et amoureuse. L'inquiétude finissait par laisser place à l'insouciance. Je laissais mes doigts glisser jusqu'à ses joues, avant de déposer mes pieds à plat sur le sol. « Tu sais que ce n'est pas bien de venir dans la chambre d'une fille ainsi ! » plaisantais-je en glissant ma main dans la sienne et le guidant jusqu'à mon lit pour que l'on puisse s'y asseoir. « Tu me manques tellement. » murmurais-je en me blottissant contre lui. J'étais celle qui avait pris la décision de ne pas fuir, mais par moment je la regrettais, bien que je savais que fuir nous attirait plus d'ennui et je ne souhaitais pas cette vie à Percy. Je devais simplement me dire que tout prendrait fin dans peu de temps et qu'enfin on retrouverait notre vie d'avant. Si seulement c'était aussi simple que cela ! Gardant ma joue collée contre lui, je glissais ma main dans la sienne, mes doigts s'entrecroisant avec les siens. Une chose avait changé. Il manquait quelque chose, quelque chose qui ne se trouvait pas à sa place. C'était sans doute idiot, mais sa main me paressait nue. « Tu as perdu ton alliance ? » demandais-je avec étonnement.

_________________

A long love story A story as ours cannot come to an end, although the fact of understanding your voice misses me, to feel the contact of your skin against me is a thing which I would like to feel again. I just have to close eyes to tell to me that you are near me, but as time goes by I realize that you left me and well in spite of me, I feel alone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 373
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   Sam 9 Sep - 22:34

Trent & Solora
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow
Trent ne voyait aucune folie là-dedans. Un homme qui souhaitait voir sa femme. Il n'y avait rien de plus naturel au monde. Trent s'était également lassé de penser comme un criminel, à se faire discret pour ne pas éveiller les soupçons de la police. Il n'avait rien à se reprocher. Il n'avait commis aucun crime. Rien qui pesait sur sa conscience, du moins. Trent ne voyait pas en quoi le Marshall devait insuffler de la peur en lui. Qu'allait-il faire? Lui passer les menottes? Pour quel motif? Certes, il était sur une propriété privée, mais la propriétaire de la chambre dans laquelle il se trouvait acceptait sa présence et c'était tout ce qui comptait. Le flic devait dormir de toute manière. Tu parles d'un protecteur. Si son père avait trouvé leur cachette et décidé de passer à l'attaque, Kelvin n'aurait rien pu faire, et cela rendait Trent anxieux et agacé. Sa propre volonté ne pouvait tout de même pas aller à l'encontre du système de protection des témoins. Sa femme et son fils étaient surveillés, et leur disparition soudaine ne donnerait lieu qu'à une chasse à l'homme. Idéalement, ce calvaire prendrait fin à la capture de son père. Mais Trent n'avait pas idée d'où se cachait cet enfoiré. Il aurait pu partir à sa recherche pour en finir une bonne fois pour toute, au lieu de courir après sa famille qui ne risquait théoriquement rien sous la protection du FBI. Oui, mais. Ne pas savoir où ils étaient l'avait rendu dingue, et les abandonner à présent semblait trop difficile. Même pour mettre un terme à tout ça. La police avait beau être sur le coup, Trent était persuadé qu'ils n'arriveraient jamais à mettre la main sur son père. Le chirurgien laissa s'échapper cette pensée lorsque Raschelle glissa ses bras autour de son cou. « Ca ne te rends pas un peu nostalgique? » murmura-t-il contre la peau douce de sa mâchoire, avant d'y déposer un baiser. Lorsqu'ils étaient jeunes et que Trent s'infiltrait dans sa chambre, terrorisé à l'idée que son père les prenne en flagrant délit. Déjà à l'époque, Trent avait été un peu trop tête brûlée pour respecter les règles de son futur beau-père. « Toi aussi tu m'as manqué » soupira-t-il contre ses lèvres. Perdu dans ce moment de tendresse, Trent fut pris au dépourvu par la question de sa femme. Il baissa lui aussi le regard sur sa main gauche. « Oh ». Ça lui avait complètement traversé l’esprit. Ce qui n’aurait jamais dû devenir une habitude l’était devenue. « Non, je l'ai enlevé » avoua-t-il, un peu penaud. Si l’on regardait attentivement, on pouvait toujours apercevoir la mince ligne de bronzage inégal, là où son alliance avait fidèlement reposé pendant plus d’une décennie. Mais son annulaire était nu à présent. Ça lui avait fait tout drôle la première fois qu’il l’avait enlevé, comme s'il manquait une part de lui. Il avait passé les premiers jours à passer le plat de son pouce contre cette zone, non habitué à ne sentir rien d'autre que sa peau. Mais comme tout, il s'y était fait. Ce n'était qu'un bijou. Un symbole, certes, mais Trent n'en avait pas besoin pour aimer sa femme ou se rappeler de ses vœux. Aux yeux des autres, cela envoyait peut-être un message. Mais combien de personnes ces jours-ci ne s'embarrassent pas d'une alliance? Même en étant marié, ou se contentant simplement d'une union sans promesses à une entité supérieure. Trent ne s'était pas transformé en célibataire volage lorsqu'il avait enlevé sa bague. Trent pouvait cependant comprendre la surprise de sa femme. Et d'une certaine manière aussi, il aimait savoir qu'elle pouvait alors comprendre ce que ça lui faisait de la voir sans alliance également, à prétendre ne pas être sa femme. A prétendre être une toute autre personne. Mais ça n'était pas sa faute, c'était pour sa sécurité. Le seul fautif dans l'histoire, c'était lui. Lui et son timbré de père. « Ça évite les questions » expliqua-t-il en haussant une épaule. Cela pouvait déjà être considéré suspect qu'un gars de trente ans fasse colocation avec un jeune homme de neuf ans son cadet, alors un homme marié? C'était tout simplement bizarre. Non, c'était mieux ainsi.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parting is such sweet sorrow that I shall say goodnight till it be morrow :: Solent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....
» ON NE FAIT PAS LE BIEN DANS LE DESORDRE...MARTELLY EST-IL TOUJOURS SWEET MICKY ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Cathedral Heights :: home-
Sauter vers: