AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Calories don't count on the week-end ✧ Lowen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 204
Crédits : #avatar : Schizophrenic #gif : tumblr #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente-trois ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL

MessageSujet: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 20:58

Lowen Gaston Zimmer
winners never quit and quitters never win

Prénom : Lowen, d’origine beaucoup plus moderne qu’au moment de ma naissance, ce sont les moqueries des enfants qui a rendu se prénom lourd à porter. Rire et doigt pointé sur ma personne, sans parlé des commentaires qui volaient jusqu’à mes oreilles, j’ai longtemps détesté ce prénom, mais avec le temps, j’ai commencé à m’accepter tel que je suis et ce prénom faisait partie de ce cheminement. Aujourd’hui, je l’arbore fièrement et les moqueries se sont transformer en crainte et en respect. Ensuite, vient Gaston, ce n’est pas un choix que j’aime, surtout quand une de mes exs là découvert par hasard, elle y a vu une ressemblance avec Gaston d’un stupide dessin animé… J’ai une gueule d’analphabète ? Nom de famille : Pour certain la généalogie est quelque chose de fascinant, pour moi c’est un nom sur un bout de papier. Sur mon baptistère, on y trouve le nom Zimmer, mais je préfère de loin le voir à la devanture de mes restaurants ou mon vignoble. C’est plus imposant et marquant. Date & lieu de naissance : C’est dans le Sud de la côte Ouest que j’ai vu le jour, plus précisément à San Diego, le vingt-quatre juin de l’année mille neuf-cent quatre-vingt-trois. La famille Zimmer comptait alors leur second garçon, mais ne réalisait pas encore qu’elle serait au prise avec un enfant tout aussi complexe que son frère. Âge : Si certaine personne ne souhaite pas vieillir, moi c’est tout le contraire. Je ne me formalise pas de l’âge, je ne rouspète pas à chaque anniversaire. L’âge apporte plus que la jeunesse, les longues soirées à boire et se défoncer c’est terminé. Bien que je ne l’aie jamais vraiment fait, tout du moins durant mon adolescence, bien entendu il y a toujours des exceptions à chaque chose. On pourrait autant dire, qu’il y a des hommes de mon âge qui sont toujours aussi immature. Trente-trois ans, bien à l’approche du trente-quatre, je fais partie de ces trentenaires à qui la vie souris et qui ont le sens des affaires. Métier : Petit, j’avais toujours le nez dans la cuisine à observer ma mère faire à manger ou à aller voler les cookies qui traînaient tout en haut du garde-manger. Je savais dès lors que je voudrais travailler dans le domaine culinaire, j’ai pris des petits boulots derrière les fourneaux très jeune. Je n’ai pas la prétention de dire que j’ai étudié dans une école culinaire, bien au contraire j’ai appris le domaine à la dure, j’ai gravi les échelons par moi-même. J’ai fait le tour de plusieurs pays pour apprendre avec les plus grands. Ne pas avoir peur de foncer m’a permis de vivre des expériences incroyables. À vingt-huit ans, j’avais déjà mon propre restaurant certifié une étoile Michelin, à trente ans je m’achetais mon vignoble et à l’aube de mes trente-quatre ans je tente d’avoir ma troisième étoile Michelin, une bataille qui s’annonce difficile. Orientation sexuelle : Pour certain, l’indécision, la remise en question plane au-dessus de leur tête, mais j’ai toujours su ce qui m’intéressait et se sont les courbes féminines qui me font vibrer. Je suis le genre d’homme à tourner la tête dans la rue pour regarder une femme passer. J’aime les complimenter et leur montrer qu’elles peuvent avoir un pouvoir, bien qu’au final je contrôle dans l’ombre. Donc désolé pour les hommes, mais vous avez affaire à un hétéro pure et dure. Statut civil : Être en couple ne me dérange pas, mais je ne suis pas le genre de mec qui planifie, qui voit plus loin que son nez. Un jour, je peux être en couple et le lendemain pour moi c’est fini, je suis prêt à passer à autre chose. Ça ne veut pas dire que je ne suis pas attaché à la personne, seulement pour moi, je ne vois pas l’intérêt de continuer. Je veux passer à autre chose et c’est bien souvent que j’ai largué mes copines sans explication, tout simplement parce que je n’ai pas de raison à leur donner. Mais en ce moment, je suis célibataire, ou tout du moins c'est ce que je dis, car en réalité au fond d'un tiroir se trouve un papier disant que je suis marié. Statut financier : En apparence, je semble être fortuné, mais ce n’est bien qu’en apparence, car bien souvent quand l’argent rentre elle sort aussi rapidement. Caractère : Franc ✧ Volage ✧ Spontané ✧ Imprévisible ✧ Curieux ✧ Culotté ✧ Perfectionniste ✧ Exigeant ✧ Loyal ✧ Indifférent ✧ Égoïste ✧ Charmeur ✧ Charismatique ✧ Borné ✧ Intransigeant ✧ Explosif ✧ Compétitif ✧ Téméraire Parti politique : Démocrate. Groupe : Me, Myself and I. Avatar : Dan Stevens.
Combien de livres lis-tu par mois ? Quels sont tes préférés ?
Le seul temps où je lis c’est dans l’avion, je ne suis pas le genre qui aime regarder des films, donc je me vide l’esprit en lisant. Malgré tout le boucan qu’il peut y avoir dans un avion, ça ne dérangeant pas ma concentration. Je lis donc un livre par trajet, tout dépendant de la distance que j’ai à parcourir. Si je ne l’ai pas fini dans l’allé, je le finis généralement au retour. Et puisque je voyage plus souvent que je n’ai le pied sur la terre ferme, je peux considérer que je lis beaucoup. Combien par mois ? Ça reste néanmoins quelque chose de vague. Premièrement, parce que je ne compte pas et deuxièmement, parce que ce n’est pas un chiffre fixe. Je n’ai pas de livre favori, en réalité j’achète souvent des bouquins dans les aéroports et une fois revenu, j’en fais don dans les boutiques de livres usagés. Vous ne trouverez aucun roman ou tout autre livre chez moi, je ne m’embourbe pas de cela.

Pour toi, l'amitié c'est...
C’est quelque chose qu’on prend et qu’on jette. N’allez pas croire que je suis si indifférent à l’amitié, je suis loyal avec les personnes que j’apprécie, certes peu, mais la quantité ne fait pas la qualité. Je ne recherche donc pas à être entouré de gens, donc je prends ce qu’on a à m’offrir, mais bien souvent, je ne cherche pas plus loin. Peut-être que cela vient du fait que je ne sais pas rester en place, je sais que les gens que je croise, je ne les reverrai peut-être jamais. Mon attachement quelque peu passager, me convient très bien. Toutefois, lorsque je tiens à certaine personne, je reviendrai toujours vers elles, peut-être tardivement si par exemple on m’envoie un sms, mais je répondrai toujours.  

Quelle est la chose la plus folle qu'on a raconté sur toi ?
On dit que je suis terrible, dans ma cuisine je peux être un véritable démon – aussi terrible que Gordon Ramsay. Des employés qui sortent en larme de mes cuisines, c’est quelque chose qu’il paraîtrait qu’on voit souvent. Je ne mentirai pas, c’est vrai. Je me montre sévère avec eux, je tiens à ce que tout soit parfois. On dit aussi que je congédie aisément mes employés, encore quelque chose de vrai. Si la personne ne performe pas assez, si elle rêvasse trop, je ne m’encombre pas d’un poids. Certes le roulement de mes employés est souvent sujet à des rumeurs, mais je ne m’en formalise pas, pour la simple et bonne raison que je suis le seul à diriger ma cuisine, bien qu’Avri est là pour rattraper le coup à chaque fois.
1✧ Ma famille n’a jamais connu de soucis qui aurait pu nous rendre malheureux. Ce n’était pas toujours facile avec un père militaire, mais il y avait toujours notre mère pour rattraper le coup. 2✧ Durant mon enfance, j’étais chubby. Les joues joufflues, les poignées d’amour… Aussi rond qu’un ballon. Je passais mes émotions dans la nourriture, c’était mon seul moyen d’évacuer la peine que je ressentais. Les enfants peuvent être cruel et ils l’étaient avec moi. Mon prénom était sujet à la plaisanterie en tout genre. Hors du commun, on trouvait toujours quelque chose à en redire. Je le détestais, tout comme mon apparence. J’enviais mon frère, même si je ne lui ai jamais dit. Et en grandissant, mon métabolisme a commencé à brûler les graisses naturellement, je me suis tout de même mis au sport. Mais même si mes rondeurs s’étaient évaporés, je n’avais toujours pas de chance, puisque mon visage chubby se transforma en un joli champs de fraise. L’acné… Il me fallait passer le capte du vingt ans pour finalement avoir une belle peau et une apparence se rapprochant de ce que j’ai aujourd’hui. 3✧ Durant le lycée, je faisais le rôle de la mascotte, c’était bien le seul endroit où on voulait bien de moi. Aussi dévalorisant que soit la chose, je me suis tout de même promis d’être quelqu’un. Une personne qu’on ne verrait plus comme ce gamin pointé du doigt. Plus tard, on m’envierait parce que moi j’ai réussi et non eux. 4✧ Au lycée, j’étais doué en science, surtout en chimie, ce qui m’a encouragé à faire de la gastronomie moléculaire. 5✧ J’avais 15 ans, lorsque je me suis trouvé un premier boulot dans une cuisine. Je coupais les légumes, ce n’était pas grand-chose, mais pour moi ça représentait beaucoup. 6✧ Ma famille a déménagé à Washington lorsque j’avais 16 ans. 7✧ Après le lycée, j’ai continué à travailler dans des restaurants. Je ne suis pas allé à l’université. Je n’en voyais pas l’utilité. Ce n’était pas en étant assis sur un banc d’école que j’allais apprendre ce que je voulais savoir. Et franchement, ça m’a plutôt bien réussi. 8✧ À 18 ans, je suis parti vivre en France dans la région de Bourgogne. Mon séjour a duré une année, j’ai travaillé dans les vignes, appris la viticulture et même la sommellerie. Je me suis promener ensuite dans diverses régions pour en apprendre d’avantage, avant de revenir aux États-Unis. Cependant, au lieu de retourner à la capitale, je suis reparti pour San Diego, me permettant d’être témoin au mariage de mon meilleur ami. 9✧ De mes 22 à 24 ans, je suis parti de nouveau, mais cette fois j’ai voyagé à différent endroit. Je me suis fait engagé dans des restaurants de renom. Mon but, c’était d’apprendre avec les plus grands et j’ai réussi. J’avais assez d’audace pour qu’on m’engage et assez de talent pour m’en faire voir de toutes les couleurs. J’ai pleuré, crié, mais au final j’en suis ressorti plus grand. 10✧ J’ai ouvert mon premier restaurant à San Diego, puis un second à Los Angeles. En tout et pour tout, j’en possède cinq (à New York, Paris et Londres). Je n’ai jamais eu peur de foncer tête première et ça me réussit, tous fonctionnent très bien, mais le plus gros, celui où on peut avoir la chance de m’y voir est celui de Los Angeles. C’est lui qui possède deux étoiles Michelin. Je pense en ouvrir un à Washington sous peu. 11✧ Je parle anglais, mais aussi français bien que mon accent d’anglais soit très présent. Il m’arrive de l’utiliser pour séduire des femmes. Sinon, je me débrouille en italien et espagnole et je baragouine le japonais et le mandarin. 12✧ Je ne rouspète jamais dans une cuisine, j’aime tout faire, sauf retirer la coquille des œufs cuits. J’aime qu’ils soient parfaits, lisses, mais avec moi ce n’est jamais le cas et je finis toujours par perdre patience. 13✧ On me reproche souvent de ne pas avoir ma langue dans ma poche et j’aime bien rétorquer que ça vient du cœur. 14✧ L’opinion que les gens peuvent avoir de moi m’importe peu, je suis comme je suis. On m’aime ou on me déteste, au final, c’est tout de même moi qui choisit qui peut entrer dans mon cercle intime. Ils sont que très peu et ça me convient très bien. De toute manière, je n’ai pas le temps de formaliser d’une amitié ou une relation compliqué. 15✧ Je ne supporte pas les gens qui ne finisse pas leur phrase ou les laisse en suspens. Je ne me gênerai pas pour le faire remarquer à la personne, lui conseillant vivement de terminer. Je ne supporte pas non plus les secrets, si vous ne pensez pas le dire, inutile de lancer le sujet, je ferai tout pour découvrir celui-ci, bien que je le garde pour moi. 16✧ Parfois, je reste un certain moment au même endroit, mais il m’arrive de prendre l’avion plusieurs fois dans la même semaine. Quand c’est le cas, je me retrouve vite à être bougon, autant de changement d’horaire affecte malheureusement mon moral. Si je peux prendre quelques jours pour rester sous la couette, je le fais, mais c’est pratiquement impossible. 17✧ J'ai commencé à fumer à quatorze ans et je ne me suis jamais arrêté. J'ai pourtant essayé à quelques reprises, mais c'est une chose que j'ai peine à faire. Je fume pratiquement un demi paquet par jour, ce qui est tout de même moins qu'à une certaine période de ma vie. 18✧ Je fais dans la gastronomie moléculaire et le foodpairing. 19✧ On peut me considérer comme un jazzman. 20✧ En janvier 2016, j’ai été approché par les réalisateurs de la télé-réalité Master Chef USA pour être juge lors de la prochaine saison, mais j’ai décliné l’offre. 21✧ En début d’année on prend tous des résolutions, la mienne a été d’avoir ma troisième étoile Michelin au courant de l’année. Je travaille dure pour y arriver. 22✧ Bourré de défaut, on en trouve aussi en dehors de ma personnalité. Je touche à l’herbe, mais c’est surtout la coke que je prends. Je suis aussi un addict au jeu d’argent, je ne m’en vante pas. Récemment, j’ai perdu ma maison à Los Angeles en pariant celle-ci au poker. Mon vignoble a été hypothéqué il y a un mois pour que je puisse payer une dette. Mon associée, Avri, n’est au courant de rien et je ne tiens pas à ce que ça se sache. Je trouverai le moyen de nous remettre à flot, pour l’instant les restaurants rapportent assez pour que je rembourse, ni vu ni connu. 23✧ Lorsque j’avais 26 ans, j’ai accepté d’épouser une amie européenne pour qu’elle puisse obtenir la carte verte, soit la carte de résident permanent des États-Unis. On a vécu une année ensemble et on a fini par prendre chacun des chemins différents. Elle avait ses rêves et moi les miens. On se parle de temps en temps, mais bien qu’on soit marié je ne m’affiche pas comme tel. Je n’ai jamais cru au mariage, si je l’ai fait c’était simplement par amitié et parce que je savais que de toute manière l’envie de se marier ne se présenterait jamais à moi.
Prénom : Alice. Pseudo sur le net : monocle. Âge : Toujours 26 ans... Pays : Ô Canada ! Arrow Toujours dans la bouche d'Andy, je m'y sens bien !!! Comment as-tu découvert le forum ? Je me pose cette question tous les jours Surprised Quelles sont tes premières impressions ?  Crédits : entête ; tumblr, avatar ; MØRPHINE. et icon ; tumblr Un petit mot pour la fin ? Paix et amour sur vos fesses roses

Code:
<pris>DAN STEVENS</pris> ► Lowen Zimmer

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!


Dernière édition par Lowen Zimmer le Jeu 11 Mai - 8:52, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 204
Crédits : #avatar : Schizophrenic #gif : tumblr #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente-trois ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 20:58

You want to make a memory
My feeling is that labels are for canned food... I am what I am - and I know what I am.

I breathe in slowly. Food is life. I exhale, take another breath. Food is life. And that's the problem. When you're alive, people can hurt you. It's easier to crawl into a bone cage or a snowdrift of confusion. It's easier to lock everybody out. But it's a lie.
Fermant la petite boîte où je nouais un ruban rouge, je me sentais fière. À mon âge, ce n’était pas simple de faire des chocolats maisons, mais j’avais redoubler d’ardeur, laissant les ratés à mon frère. On pouvait dire qu’il y avait plus d’échec que de réussite, mais j’en avais fait assez pour les offrir à la rouquine de ma classe. Cary. Se trouvant deux rangés devant moi, je la regardais pendant le cours de mathématique, d’anglais, bref tous les cours où je pouvais la regarder. Ses longs cheveux vénitiens ondulants sur ses épaules et le reflet du soleil éclairant sa peau claire. Je ne me lassais pas de la contempler et aujourd’hui, en ce jour de Saint-Valentin, j’avais trouvé le courage de lui parler, de lui montrer que j’existais. Je n’avais pas confiance en moi, je ne l’avais jamais eu. Il faut dire que les remarques de mon père pesaient bien souvent sur mes épaules. Avoir un père militaire ce n’est pas toujours facile, surtout lorsque celui-ci bien que très souvent absent, ne nous accordant qu’un bref regard, se retrouve toujours à critiquer mon apparence… J’en avais perdu ma confiance en moi. Je mangeais plus qu’il n’en faut. C’était mon échappatoire depuis tellement d’année. Laissant la boîte sur le comptoir, j’allais me préparer pour l’école. Face au miroir, je regardais ma silhouette ronde. Je n’avais pas la peau sur les os, bien au contraire. Mon apparence me donnait l’apparence d’un petit cochon de lait. Ce visage joufflu aux pommettes bien rondes, ce tour de taille qui n’avait rien d’enviable. Je pinçais mes lèvres, donnant une pichenotte dans mon ventre tout en entendant la voix de mon père résonner dans ma tête : « Tu as encore mangé toute la boîte de biscuit ! Quand comprendras-tu qu’en mangeant ainsi tu ne fais que grossir ! » Ma confiance s’envolait, mais je secouais la tête, serrant mes poings. Cette fois, je n’allais pas être guidé par la peur, je devais me faire confiance. Je le devais car Cary me plaisait et je voulais lui parler. La porte de ma chambre s’ouvrait, laissant apparaître le visage de mon frère. Rhys avait tout pour lui, une apparence bien plus désirable que la mienne et en plus, il avait joué à la télévision. Ce ne serait sans doute jamais mon cas. Il me regardait, m’adressant un sourire, je me tournais pour lui rendre. Rien ne servait que je continue de regarder mon reflet, je ne me faisais du mal pour rien. « Tu viens sinon on va être en retard. » Rhys n’était pas le plus studieux d’entre nous trois, mais lorsque nos parents n’étaient pas présents – comme en ce jour – il prenait tout de même son rôle au sérieux. « J’arrive. » Oubliant mes tourments, je prenais mon sac et allait chercher la boîte de chocolat laissé dans la cuisine avant de rejoindre mon frère et ma sœur, ainsi que la gardienne qui devait nous déposer à l’école. Les minutes s’écoulèrent, se transformant en heure et la pause arriva. Prenant une profonde inspiration, je sortais la petite boîte de mon sac, la faisant tourner entre mes doigts boudinés. Je prenais une grande inspiration, m’avançant vers son pupitre et m’arrêtant près d’elle. « Cary. » disais-je d’une voix tremblante, mon assurance d’il y a quelques instants s’envolant. Elle tournait son regard vers moi, me souriant : « Lowen. » Elle connaissait mon prénom et elle ne l’avait pas dit en plaisantant. Un sourire apparu à la commissure de mes lèvres. Moi qui ne pensait même pas qu’elle connaissait mon prénom. J’entendais quelqu’un l’appeler. « Je suis désolée, on m’appelle. Tu voulais me dire quelque chose ? » J’entrouvrais la bouche, mais aucun son ne sortait, elle me souriait et me saluant, elle s’éloignait. Baissant mon regard, je poussais un soupire, retournant à ma place. Ce n’était pas encore perdu, je pouvais encore lui parler à la pause déjeuner, mais à mon plus grand malheur, je ne la trouvais pas. Je décidais donc de retenter ma chance à la fin de la journée. M’empressant de tout mettre dans mon sac, je me levais en même temps qu’elle et me décidais à la suivre en voyant qu’elle prenait une autre direction que celle des autres élèves. Je tournais le coin d’un couloir et je la voyais avec un garçon plus vieux, ils se tenaient par la main. Baissant mon regard, je tournais les talons et allais attendre mon frère. Assis sur un muret, j’ouvrais la boîte de chocolat et un à un je les engouffrais dans ma bouche, laissant le chocolat barbouiller le contour de mes lèvres. « Tu devais pas les offrir ? » Je relevais la tête pour voir Rhys, tenant la main de notre sœur, haussant un sourcil en regardant le tableau – sans doute pitoyable – que je lui offrais. « Elle a déjà quelqu’un… » disais-je la bouche pleine, laissant même un coulis de framboise s’écouler à la commissure de mes lèvres. Rhys prenait place près de moi, déposant sa main sur mon épaule après un moment d’hésitation : « Tu verras, tu trouveras quelqu’un, t’es encore jeune. » Il disait cela, mais il était à peine plus vieux que moi, mais un premier amour c’est toujours difficile à oublier. J’haussais les épaules, en mangeant un autre chocolat en en donnant un à ma sœur qui semblait heureuse d’avoir du chocolat. « Bon tu m’en donne ! » Je laissais un rire m’échapper, en tendant la boîte à mon frère, alors qu’il en prenait un. « Elle ignore ce qu’elle manque. »

Food, in the end, in our own tradition, is something holy. It's not about nutrients and calories. It's about sharing. It's about honesty. It's about identity.

Posant mon regard sur la façade d’un petit restaurant de quartier, j’affichais un regard déterminé. Ça faisait un moment que je me passionnais pour la cuisine, préparant les repas lorsque nos parents n’étaient pas là, étant le seul qui arrivait vraiment à faire manger notre sœur. Je pouvais passer des heures et des heures à tenter de faire des recettes, de les peaufiner. Mais ce n’était pas assez, je voulais plus, je désirais plus. J’étais avide de connaissance et ce n’était pas en restant dans ma cuisine que j’allais apprendre davantage. Passant ma langue sur mes lèvres, je me décidais à pousser la porte. L’endroit était calme, une serveuse préparant encore les tables pour la journée, elle relevait son regard pour me voir marcher avec assurance vers le comptoir. Je n’étais plus ce gamin rondelet et timide. J’avais commencé à prendre sur moi, à me forger un caractère. J’en avais eu marre qu’on rit de moi, que je me retrouvais à faire la mascotte simplement parce que c’était plus amusant de rire de moi que de me voir comme un potentiel ami. La compassion et l’envie c’était peu à peu transformer en indifférence. Si je ne pouvais compter que sur moi-même, si je n’avais pas vraiment d’ami, je n’allais pas me plaindre. Seul, je n’avais pas de limite, de personne derrière moi pour me dissuader vis-à-vis de mes choix. J’arrivais au comptoir : « Vous désirez une place, vous pouvez prendre celle que vous désirez, une serveuse viendra vous voir. » me disait la femme derrière le comptoir. Sauf que je n’étais pas là pour manger et ça elle allait le comprendre : « Je veux travailler. » Elle relevait son regard pour le poser vers moi, je voyais dans ses yeux qu’elle était en train de m’étudier. Bien que mes rondeurs s’étaient effacé, mon visage restait juvénile, la barbe n’ayant qu’à peine commencé à pousser. « Tu as l’âge pour travailler ? » J’haussais un sourcil, j’étais jeune, mais ce n’était pas ce qui allait m’arrêter. « Ce n’est pas l’âge qui fait le talent. » disais-je avec ce petit air de défi. Oh non, on pouvait être doué très jeune et j’avais le goût inné, faire des accords sans prendre le temps de me demander ce qui irait bien ensemble. La femme me lançait un regard étonné, mais aussi hautaine. Je crois qu’elle n’aimait pas mes propos, mais je ne voyais pas en quoi c’était mal, puisque c’était vrai. « Je veux apprendre et ce n’est pas en restant dans mon coin que je pourrai apprendre. L’école, ça ne sert à rien à pas gérer du stress et des jugements. Je vaux mieux que cela et j’ai déjà les connaissances qu’il me faut pour survivre dans cette jungle. » Elle parut abasourdie, et j’arborais un sourire satisfait, jusqu’à ce qu’un rire se fasse entendre. Je cherchais la provenance, tournant la tête de droite à gauche, un homme apparu derrière le comptoir de service, essuyant ses mains avec un linge à vaisselle. « Tu as du culot. J’aime bien ton audace. » Un sourire retroussa le coin de mes lèvres. « Tu t’appelles comment p’tit ? » « Lowen. » « Ce n’est pas commun. » Ça je le savais, mais je pouvais bien me passer des commentaires sur celui-ci. « Tu as quel âge ? » « Quinze ans. » L’homme sourit, montrant un sourire édenté. L’apparence n’avait pas d’importance en cuisine et ce côté-là aussi me plaisait. « Et pourquoi la cuisine ? » Je prenais une profonde inspiration : « Parce que je ne me vois rien faire d’autre. Je sais que je pourrai arriver à me faire un nom, être quelqu’un. » L’homme éclata de rire : « T’as de l’audace, je t’aime bien p’tit. » Je revenais chez moi, marchant sur le trottoir je vis Trent arriver vers moi. « Et ! » Un sourire apparu sur mes lèvres : « Tu doutais de moi ! C’est dans la poche ! » Ce faisant un highfive, je lui volais le ballon de basket qu’il avait coincé entre son bras et son flan.

As I ate the oysters with their strong taste of the sea and their faint metallic taste that the cold white wine washed away, leaving only the sea taste and the succulent texture, and as I drank their cold liquid from each shell and washed it down with the crisp taste of the wine, I lost the empty feeling and began to be happy and to make plans.
Essuyant mes mains contre mon pantalon avant de passer l’une d’elle sur mon front pour y retirer la sueur, je relevais mon regard pour voir une personne assise non loin de moi. Assise sous un arbre, je reconnaissais la fille aînée du domaine où je travaillais et logeais. M’approchant, je la voyais plongée dans un livre, remontant les manches de mon t-shirt pour les rouler. « Qu’est-ce que tu fais là ? » demandais-je une fois devant elle, elle relevait son regard vers moi m’adressant un sourire. « Je t’attendais. » me répondait-elle en français, me laissant froncer mes sourcils. Bien que je fusse là depuis quelques mois, je ne comprenais pas tous les mots de cette langue. Elle remarquait mon incompréhension, ce qui la fit sourire et je ne pouvais m’empêcher de sourire à mon tour. « Laisse tomber. » me disait-elle cette fois en anglais. « D’accord. » disais-je en venant prendre place près d’elle, appuyant mes coudes dans l’herbe et croisant mes jambes, je basculais ma tête vers l’arrière posant mon regard sur le feuillage. On restait un moment dans le silence, mais elle finit par le briser : « Ça ne te manque pas chez toi ? » Je redressais ma tête. Ma famille… Qu’est-ce que j’en avais à dire… Que très peu de chose, mes parents n’étaient pas les plus présents, bien au contraire. Je leur ressemblais en fait de plus en plus, ne pensant qu’à moi, je n’avais eu aucun mal à partir sans me retourner. Je n’avais même jamais pris le temps de penser à eux depuis que j’étais arrivé sur ce continent. Je savais que mes parents ne s'inquiéteraient pas pour moi, mon frère devait être occupé avec sa carrière et ma petite sœur… C’était sans doute celle qui devait se demander ce que je devenais. Dix-huit ans et vivant je ne sais où. Je n’avais pas dit ma destination, ni même le fait que je partais. C’est sans mot que j’avais levé les voiles pour commencer un nouveau chapitre dans ma vie. Je n’éprouvais pas non plus le mal du pays, au contraire, je découvrais les plaisirs de l’étranger. « Non. » Elle parut surprise et je lui adressais un sourire en coin, ne désirant pas m’étendre sur le sujet. Elle déposait son livre, avant de se tourner vers moi. Je posais mon regard sur elle, la voyant passer sa langue sur sa lèvre avant de la mordre, j’appréhendais la suite. Déposant une main près de moi, elle se mit au-dessus de moi, croisant nos regards, elle vint déposer ses lèvres sur les miennes. Je savais que c’était jouer avec le feu, mais c’était mal me connaître de se dire que je n’aimais pas le risque. Et puis, j’avais toujours été attiré par Perla. Avant, bien avant d’être qui j’étais maintenant, je savais que j’aurais été fou d’elle. Elle avait un visage d’ange et je ne pouvais pas nier qu’elle portait à merveille son prénom. Cette fille était une perle, mais je n’étais plus ce garçon qui mangeait ses émotions. Je n’étais plus cet adolescent gentil. Je lui avais dit adieu il y a bien longtemps, mais en l’embrassant, je me demandais… Et si elle avait fait partie de ma vie avant, serais-je devenu celui que j’étais désormais ? Glissant ma main sur sa joue, j’inversais nos positions passant au-dessus d’elle, je faisais abstraction de ce qui nous entourait jusqu’à entendre : « Lowen ! Il est passé où ce gamin encore ! » Je me redressais, pestant, avant de laisser Perla en plan pour rejoindre son père. Je n’étais pas certain que s’il me voyait avec sa fille, il allait me garder et j’avais besoin de cet emploi. Après tout, à mes yeux c’était bien plus important qu’une fille. Je jetais un coup d’œil à Perla, avant de presser le pas pour retrouver son père. « Monsieur. » disais-je en arrivant près de lui. « Où étais-tu passé ? » Je prenais le temps de réfléchir, mais il continua sans que je puisse donner une réponse : « Enfin qu’importe… Il y a un bri dans ta maisonnette. Tu vas loger quelques jours à la maison. » Chance ? Ou Malheur ? Je ne savais pas comment décrire la situation, mais j’allais prendre quelques vêtements avant de me rendre à la maison principale. C’était immense, devant la porte je regardais celle-ci. J’allais toquer, lorsque la porte s’ouvrit pour laisser voir Perla. « Entre, entre. Je vais te montrer ta chambre. » Je la suivais, laissant ses doigts s’entrelacer avec les miens. Étais-je en train de faire une bêtise ?

How many slams in an old screen door? Depends how loud you shut it. How many slices in a bread? Depends how thin you cut it. How much good inside a day? Depends how good you live 'em. How much love inside a friend? Depends how much you give 'em.
Assis sur la banquette arrière du taxi, je me penchais pour regarder mon reflet dans le rétroviseur pour nouer ma cravate. Je ne savais jamais si je devais passer la cravate par-dessus ou en dessous avant d’en arriver à faire le nœud. Il était peu fréquent que je me vêtisse de la sorte, mais j’avais promis de faire un effort lorsque j’avais appris la nouvelle. Sauf que je ne me voyais pas porter une cravate durant mon trajet en avion. Ça aurait été désagréable et je n’avais pas trouvé d’autre moment pour la faire. Le taxi s’arrêtait devant une petite chapelle, il y avait quelques personnes à l’extérieur discutant sans doute de cette journée qui semblait s’annoncer merveilleuse – a d’autre… Je sortais du taxi, prenant mon sac qui se trouvait près de moi, le balançant par-dessus mon épaule. Je me dirigeais vers l’entré et sans demander mon chemin ou qui s’occupait de quoi, je trouvais la seule porte close où aucune femme se trouvaient devant. Je poussais celle-ci m’annonçant : « Je m’objecte. » Trent devant un miroir sursauta, alors que je laissais tomber mon sac près de moi. Je n’avais jamais été pour cette idée complètement absurde de se marier. Oh non, s’il avait pu me dire ça en face à face, je lui aurais dit qu’il n’avait qu’à se débarrasser du bébé et qu’il était inutile qu’il se passe la corde au cou pour ça ! Je voyais mal une raison comme celle-ci pouvant pousser deux personnes à signer leur mort ! Trent semblait étonné. « Cache ta joie de me voir… J’ai fait un long voyage pour venir à ton enterrement. » disais-je en me laissant tomber sur un fauteuil, sortant mon paquet de clope pour m’en griller une alors que Trent se tournait pour me regarder. « Mon… » J’aspirais une taff, avant de laisser la fumer quitter mes lèvres. « Je ne fais que dire la vérité. C’est pas un mariage quand on fait ça pour un gosse, c’est du suicide ! » Les traits de Trent se transformaient et je baissais mes lunettes de soleil pour le regarder un peu mieux. « Il est jamais trop tard pour annuler. » « La ferme. » Je laissais un sourire s’étirer à la commissure de mes lèvres. Avais-je touché une corde sensible ? « T’es vraiment venu pour gâcher ce jour ? » J’haussais les épaules en regardant mon ami, prenant une seconde taff. « C’est toi qui m’a demandé d’être ton témoin. » J’avais quand même écourté mon voyage dans le département de Rhône pour revenir au pays et ainsi assister à son mariage. Ce n’était pas rien. « Et un témoin c’est supposer dire les vrais choses. » Ce qui ne changeait pas de mes habitudes et j’en avais que faire que ça lui plaise ou non. Je n’étais pas là pour le pousser dans sa tombe, j’avais encore une chance pour le faire reculer. Enfin, une infime chance. Je croisais mes pieds sur la table basse et mes bras derrières ma nuque. « D’ailleurs, t’es au courant que les condoms ça existe ? » Le châtain me lançait un regard sombre, me faisant éclater de rire. « Monte pas sur tes grands chevaux… Je voulais simplement vérifier au cas où. » Il devait regretter de m’avoir proposer d’être témoin, mais soit. Je soufflais la fumée par mes narines, relevant mon regard vers le plafond. « Alors dis-moi… Pourquoi te marié à dix-huit ans ? » J’en avais vingt-et-un et je savais déjà que jamais je n’aurais d’enfant, et encore moins une femme. Tout ce que je voulais c’était arriver à ma carrière et m’encombrer de cela… Très peu pour moi. Je laissais Trent s’adoucir et me parler, l’écoutant sans rien dire – pour une rare fois. Je retirais mes pieds de sur la table, me levant du fauteuil en poussant un soupire. « Bon je crois qu’une femme t’attend. » Je ne pouvais pas le retenir, de toute manière à sa grandeur, il aurait tôt fait de me mettre au tapis. Je tendais ma main pour qu’il me donne les alliances : « Après tout, vaut mieux que ce soit moi en témoin qu’un autre de ses abrutis. » Un sourire narquois, je glissais les alliances dans ma poche avant d’écraser ma clope dans un cendrier. Je m’étais à peine retourner que Trent m’aspergeait de parfum, me faisant tousser. « Si tu voulais te venger, y’avait d’autre moyen. Là je sens ma grand-mère… Tu vas ruiner mes chances avec les amies de ta femme ! » disais-je en toussant de plus belle, alors que Trent abordait un large sourire.

Do we really want to travel in hermetically sealed popemobiles through the rural provinces of France, Mexico and the Far East, eating only in Hard Rock Cafes and McDonalds? Or do we want to eat without fear, tearing into the local stew, the humble taqueria's mystery meat, the sincerely offered gift of a lightly grilled fish head? I know what I want. I want it all. I want to try everything once.
« C’est quoi cette merde ! » L’assiette volait devant mes yeux, alors que je tournais la tête pour regarder le chef qui se tenait devant moi. Soutenant son regard, j’entrouvrais la bouche. « Inutile que tu fasses ton fin finaud, tu recommences ! Et plus vite que ça ! » Je serrais les dents, remontant les manches de mon uniforme, trois mois que je travaillais dans ce grand restaurant Londonien. Trois mois que je me faisais ramasser comme une merde, seulement, j’étais déterminé à ce qu’on me voit comme le meilleur. La fin du service fini par arriver et je balançais mon tablier dans mon casier avant de sortir dehors sans prendre la peine de passer sur mes épaules mon manteau malgré le froid présent dans l’air. « Eh bien, ce n’était pas ta journée. » Je tournais la tête pour voir une fille sortir de l’ombre, laissant un nuage de fumé sortir d’entre ses lèvres. Son visage m’était familier, mais sans plus, je sortais mon paquet de clope de mes poches pour m’en allumer une, avant qu’elle n’arrive près de moi. Je ne lui portais aucun regard, bien trop ancré dans mes pensées. Ce n’était pas coutumier que mon regard ne s’arrête pas sur une fille, je laissais plutôt parcourir la pénombre de la rue. Cigarette entre mes lèvres, je sentais ses doigts glisser près de mon menton, retirant sans gêne aucune le bâtonnet de mes lèvres. Tournant légèrement la tête, je la regardais du coin de l’œil fumer ma clope. « Tu cherches à m’allumer ? » demandais-je sans réfléchir, simplement quelques mots vite pensés, vite dits. Elle rigola, passant devant moi en quittant le trottoir pour marcher dans la rue. « Peut-être bien ! Et si tu m’accompagnais à une soirée ? » J’haussais un sourcil, faisant un pas devant moi. « Et pourquoi je le ferais ? » Habituellement, je sautais sur l’occasion. Plus jeune, j’étais souvent mis à l’écart à cause de mon apparence, mais depuis que j’avais atteint la vingtaine, que mon audace vibrait aisément dans ma gorge, on me portait une plus grande attention. « Ça devrait te plaire. » Elle m’intriguait. Je décidais donc de la suivre, découvrant qu’elle travaillait comme serveuse. Je ne lui avais jamais porté de regard, la croisant plutôt lorsqu’elle venait chercher des assiettes aux passe plat. Sur le chemin, j’appris pas mal de truc, elle était là pour ses études, d’origine Française, elle cherchait à ouvrir plus d’une porte en étudiant à Londres. Je ne parlais pas trop de moi, de toute manière mon accent Américain brisait bien vite l’illusion du British. Je venais de la suivre jusque dans un immeuble, gravissant l’escalier étroit pour finalement toquer à la porte d’un logement où la musique résonnait à travers la porte. Ils nous furent quelques minutes d’attente avant que quelqu’un ne vienne nous ouvrir. Je me glissais à la suite la serveuse, laissant la personne qui nous avait ouvert fermer la porte. Bien vite, je me retrouvais pris dans le tourbillon des personnes m’entourant, passant d’un à l’autre comme une balle de tennis en plein match. « Tu es américain ? », « Pourquoi tu es à Londres ? », « On m’a dit que tu travaillais comme chef, c’est vrai ? » C’était pas mal les mêmes questions que l’on me répétait. « Frimeur. » Un simple mot qui m’avait fait relever mon regard vers une brunette qui me regardait, tournant les talons en buvant dans son verre alors que je venais à peine de croiser son regard. Elle avait brisé la conversation, m’arrêtant dans mes paroles expliquant pourquoi je me trouvais là. « T’en fais pas, elle est simplement jalouse. » me murmurait-on à l’oreille avant que je ne continue de parler. J’avais cherché à revoir ladite fille, elle avait piqué ma curiosité, mais je n’avais pas croisé son chemin, finissant plutôt ma nuit avec la serveuse. Le soleil pas encore levé, j’avais quitté son appartement en douce, je ne m’éternisais jamais. Hors de question que je finisse avec une bague au doigt comme Trent, donc inutile que je donne de faux espoir. Les rayons frappaient l’horizon, alors que je me trouvais un endroit pour m’asseoir près de la Tamise. Je posais mon regard sur l’eau, allumant ma première clope du matin, ouvrant mon manteau pour profiter de ce moment de liberté. Je ne pouvais pas dire pourquoi, mais j’avais toujours apprécié ces moments, simple et évocateur. Je fermais un instant les yeux, laissant la prose caresser mon visage.

Each time a person passes by you and you say 'hello', imagine that person turning into a candle. The more positivity, love and light you reflect, the more light is mirrored your way. Sharing beautiful hellos is the quickest way to earn spiritual brownie points. You should start seeing hellos as small declarations of faith. Every time you say hello to a stranger, your heart acknowledges over and over again that we are all family.
Ouvrant un tiroir que je n’avais pas ouvert depuis ce qui me semblait être une éternité, je farfouillais dans l’espoir de trouver ce que je recherchais, mais je tombais sur un bijou. Une alliance. Jamais je ne l’avais vraiment mise à mon doigt, quelques heures ou tout au plus une journée. Je ne pouvais pas dire, mais si elle traînait dans le fond d’un tiroir c’était surtout que je ne lui portais aucun intérêt. Elle n’avait pas de valeur à mes yeux malgré la signification qu’elle avait. Je la fis tout de même tourner entre mes doigts pendant quelques instants, avant de la remettre à sa place dans le tiroir et de chercher ce que je recherchais à la base. Une vingtaine de minute plus tard, j’étais devant le vignoble. Les vignes à perte de vue, sortant de la voiture je refermais le bouton de mon veston, prenant la direction de l’établissement. Une voix se fit entendre et je baissais mes lunettes de soleil pour voir Avri arriver devant moi. « Tu es en retard ! » J’haussais les épaules, passant près d’elle comme si elle ne m’avait pas interpelé. Quelques minutes, ce n’était pas la mer à boire ! « Lowen, ils sont revenus sur l’offre. » Je me stoppais, me tournant tout en glissant mes lunettes dans la poche de mon veston. « Pardon ? » Avri fit les quelques pas qui nous séparait, me regardant alors que j’attendais des explications. Je ne pouvais l’expliqué, depuis la première fois que j’avais rencontré cette femme, elle réussissait à me faire perdre la tête, et non d’une façon désirée. Loin de là. Elle avait un talent, je ne pouvais pas le nier même si je ne la complimentais que très rarement. On pouvait passer plus de temps à se dire nos quatre vérités au sein de la cuisine. Mais j’aimais ça, j’avais toujours aimé être entouré de gens qui avait de la réparti, qui ne se laisse pas écraser comme de vulgaires moucherons. On avait souvent des discussions endiablées, mais on se respectait tout du moins en tant que carriériste. Je n’avais pas hésité à la faire gravir les échelons et cette fois, je lui proposais d’être associé. Diriger autant de restaurant ainsi que le futur vignoble dont je voulais faire acquisition, je devais bien admettre que je ne pouvais plus faire tout cela seul. J’avais l’argent, là n’étais pas le problème, mais plus ma capacité à tout gérer. Trop sur la go, je ne pouvais pas réagir aussi rapidement sur un problème. C’est là qu’Avri arrivait dans l’équation. « Ils ont ajouté un million de plus à leur offre. » En réponse je fis claquer ma langue contre mon palais, avant de reprendre la direction de l’immeuble central, celui que je voulais transformer en restaurant. « Tu ne vas tout de même pas accepter ! Lowen où tu vas trouver cet argent ! » Je n’écoutais plus Avri, franchissant la porte je voyais mon avocat avec l’agent immobilier qui discutait ensemble. Le bruit des talons d’Avri se fit entendre derrière moi et sans lui apporter un regard de plus, je lâchais : « On accepte. » Je l’entendais soupiré, mais je ne m’en formalisais pas, portant mon attention sur l’avocat qui semblait abasourdit. On échangeait quelque détail et je les laissais discuter entre eux. « Qu’est-ce qui t’a pris ! » Je roulais mes yeux vers le ciel, avant de reporter mon regard vers elle. « Je le veux et je l’aurai. » « Arrête de me sortir ce baratin, ce n’est pas logique où tu vas trouver l’argent. On ne pouvait pas enchérir plus, on avait fait notre dernière offre ! Et puis, on devait être deux à prendre cette décision, c'est ça être associé ! » Je me sortais une clope, qu’elle me retirait des doigts bien avant que je puisse la glisser entre mes lèvres. « Je te parles sérieusement ! Alors arrête de jouer à l’enfant et soit sérieux ! » « Que veux-tu que je te dise… J’aurai qu’à hypothéquer le restaurant de Los Angeles. » Elle semblait outrée. « T’es pas sérieux là ! » Je restais silencieux. « Si t’es sérieux… T’es prêt à tout miser sur ça, au risque de tout perdre ! Mais t’es complètement fou. » « Peut-être. Mais contrairement à toi, je sais qu’on arrivera à faire quelque chose de bien et cet argent on la retrouvera rapidement. » Je sortais une seconde clope, cette fois la glissant entre mes lèvres. C’était son tour d’être silencieuse. « Un jour tu tomberas de haut Lowen. » Je laissais un sourire se former à la commissure de mes lèvres. Elle ne pouvait pas si bien dire…

As much money and life as you could want! The two things most human beings would choose above all - the trouble is, humans do have a knack of choosing precisely those things that are worst for them.

Déposant mon sac sur le bord de la porte, j’étais heureux d’être arrivé chez moi – tout du moins dans ma maison de Londres, j’avais l’impression d’avoir passé la semaine dans les aéroports et j’avais besoin d’un lit. Un endroit pour me reposer et récupérer le peu de sommeil dont j’avais besoin sans penser à tous ses décalages horaires. Tout du moins, c’est ce que je m’étais dit pendant le trajet en taxi, mais une fois la porte de ma demeure passée, c’est une toute autre envie qui me traversa. Me dirigeant vers ma chambre, j’ouvrais un tiroir en sortant un petit flacon rempli de poudreuse blanche et en un instant, je me retrouvais à faire une ligne sur ma table de chevet. Je ne pouvais pas expliquer cette addiction, je savais simplement que je l’avais et elle me permettait de survivre dans cette vie mouvementée. Reniflant, je sortais un joint pré-roulé pour l’allumer alors qu’on sonnait à ma porte. Embrasant mon joint, je me dirigeais vers la porte, je n’attendais personne tout comme personne ne savait que j’étais revenu. Une personne qui faisait du porte à porte ou bien une voisine. J’ouvrais la porte, mais la vision que je m’étais fait était bien loin de la réalité. Un colosse me regardait, il semblait trop grand et trop baraqué pour être réel ! « Zimmer. » J’haussais un sourcil, il voulait que ce soit qui d’autre ? « Ouais. » Avais-je à peine eut le temps de dire ce simple mot qu’il m’empoignait par le bras et bien que je tentasse de me défendre, je ne faisais pas le poids face à lui. Il me balançait à l’arrière d’une voiture où se trouvait un homme. « Décidément, vous n’êtes pas un homme facile à trouver. » Je replaçais une mèche de cheveux, alors que l’homme faisait signe à son gorille de rouler. « Ça dépend de qui me cherche. » répondais-je, bien que je susse que même là ce n’était pas toujours simple. Toujours en voyage, me promenant entre un restaurant et un autre, des pieds à terre un peu partout où j’avais un restaurant. « Il aurait mieux valu que je ne vous recherche pas. Malheureusement, vous me devez de l’argent monsieur Zimmer. » Je tournais mon regard vers l’homme, il ne semblait pas enclin à la plaisanterie. « Ah. » C’était tout ce que j’avais trouvé à dire, c’était assez pathétique en fait. Je faisais partie de ces gens qui gagne tout autant qu’il en dépense et pour cause, j’avais la manie de faire quelques paris. Des paris qui étaient bien plus gros qu’un simple millier de dollars. Parfois, je m’en sortais gagnant, mais bien d’autre fois, ce n’étais pas aussi simple. Le trajet, je ne l’avais pas vu venir ni comme la suite et c’est quelques heures plus tard qu’on me balançait devant chez moi. La drogue m’avait permis de prendre les coups, mais l’effet s’estompait et la douleur se faisait enfin sentir. Je m’empressais de prendre les arrangements pour trouver l’argent, je trafiquais les comptes pour qu’Avri ne remarque rien le temps que je rembourse le tout. J’écoutais ma boîte vocale pour une rare fois depuis des mois, et j’entendais la voix de Trent. Si j’étais indisposé par mes blessures, le simple fait qu’il me disait aller à Washington et tout un tas de charabia que je ne comprenais pas. Dans quelle merde il s’était mis ? Je bouclais mes valises, envoyant un mail à Avri pour qu’elle me retrouve à la capitale. C’était sans doute le meilleur moment pour tirer les vers du nez de Trent à propos de son passé et la meilleure couverture que j’avais c’était d’ouvrir un nouveau restaurant. Avec quel argent ? Ça restait à voir, mais j’avais toujours fait preuve d’inventivité !


Dernière édition par Lowen Zimmer le Jeu 18 Mai - 20:37, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sheri BrackenreidGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/09/2016
Pages lues : 594
Crédits : avatar : Mad Hattress ; signature : sosoland ; gifs : tumblr&Monocle♥&trucpau
Avatar : Lily Cuteness Collins
Pseudo : Trucpau
Âge : Née le 14/03/1990 - 27 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:01

AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH string

MON DIEU QUE TU ES BELLA . Oui oui, tu l'es

Encore une fois bienvenue, amuse toi bien et attend moi hein, j'arriverai dans pas longtemps .

Bref, j'suis trop contente de te voir sous cette... forme si bestial grrrr (oui Margaux, je te le laisse, promis ). Mais pfiou que de liens encore .

Voilà j'ai fini mon monologue et heu... voilà Arrow

_________________
It's always about you.
I know the feeling like you'll never win. Your heart's in the washer, your head's in the spin. You try and you try, but you can't catch a break. But sometimes believing is all that it takes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhys ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 10/04/2017
Pages lues : 145
Crédits : shellhead.|avatar ◈ tumblr|gifs
Avatar : chris pine
Pseudo : shelhead.
Âge : 35 ans ◈ 12 décembre 1981
MY SOUL

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:06

QU'IL EST BEAU C'est MON FRÈRE On fait tellement bien les frères maintenant toi et moi

(re)Bienvenue avec ce perso CANON, depuis le "temps" qu'on l'attend
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Percy IpkissGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 12/02/2017
Pages lues : 59
Crédits : Snape【avatar】tumblr【gif】
Avatar : Ty Simpkins
Pseudo : Mekhaï
Âge : 12 ans【16 mars 2004】
MY SOUL

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:07

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUE Enfin Re mais chut c'est un détail ! T'es sexey ! Pas trop de bordel en attendant ta petite soeur hein
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sarah MasloGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/01/2017
Pages lues : 255
Crédits : Morrigan (avatar) smoking cat (crackship) beerus (signa) faust (icons de sign)
Avatar : Barbara Palvin
Pseudo : smoking cat
Âge : Vingt-quatre ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:08

Aaaah mais lui c'est le prince dans La Belle et la Bête Surprised
Comment ils l'ont mochisé sans respect dans ce film avec ses cheveux mi-longs Arrow
Bref, là il est beau
Re-bienvenue parmi nous en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
H. Rayna ElkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 22/03/2017
Pages lues : 33
Crédits : angie
Avatar : zoey hot deschanel
Pseudo : LKD
Âge : 42 années
MY SOUL

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:19

re bienvenue toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maximilian HaleGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 21/01/2017
Pages lues : 170
Crédits : avengedinchains, xmengif & wadewinstonwilsons & haedall, lehnshark
Avatar : James McAvoy
Pseudo : Marie
Âge : Trente-deux ans ◊ 8 juillet 1984.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:22

Rebienvenue, mille fois rebienvenue, avec ce perso d'enfer


Restaurateur et propriétaire d'un vignoble, il nous faudra tellement un lien Bon courage pour ta fiche, j'ai hâte de lire ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eric L. AshfordGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/03/2017
Pages lues : 216
Crédits : wiise
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Elina
Âge : 34 ans (15 aout 1982)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:24

Reee bienvenuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 204
Crédits : #avatar : Schizophrenic #gif : tumblr #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente-trois ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   Dim 23 Avr - 21:28

@Sheri Brackenreid a écrit:
AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH string

MON DIEU QUE TU ES BELLA . Oui oui, tu l'es

Encore une fois bienvenue, amuse toi bien et attend moi hein, j'arriverai dans pas longtemps .

Bref, j'suis trop contente de te voir sous cette... forme si bestial grrrr (oui Margaux, je te le laisse, promis ). Mais pfiou que de liens encore .

Voilà j'ai fini mon monologue et heu... voilà Arrow

Calme tes hormones poulette Surprised Je sais que je suis belle, parfaite, et tout le tralala... Ouais mes chevilles vont très bien C'est l'effet Lowen Arrow

Bien sure que je t'attend Non mais on va bien s'amuser à les torturer

@Rhys Zimmer a écrit:
QU'IL EST BEAU C'est MON FRÈRE  On fait tellement bien les frères maintenant toi et moi

(re)Bienvenue avec ce perso CANON, depuis le "temps" qu'on l'attend

BROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO LEs Zimmer envoi du lourd

C'est fou comment une idée qui germe peut nous rendre « impatient »

@Percy Ipkiss a écrit:
BIENVENUUUUUUUUUUUUUUE Enfin Re mais chut c'est un détail ! T'es sexey ! Pas trop de bordel en attendant ta petite soeur hein

Je peux rien promettre Lowen porte pas la bride facilement Arrow

@Sarah Maslo a écrit:
Aaaah mais lui c'est le prince dans La Belle et la Bête Surprised
Comment ils l'ont mochisé sans respect dans ce film avec ses cheveux mi-longs Arrow
Bref, là il est beau
Re-bienvenue parmi nous en tout cas

Tu m'as tué C'est vrai qu'il est plutôt moche en version Prince Mais je vais rattraper le coup et montrer comment il est sex

Merci bella

@H. Rayna Elkins a écrit:
re bienvenue toi

Merci chou

@Maximilian Hale a écrit:
Rebienvenue, mille fois rebienvenue, avec ce perso d'enfer


Restaurateur et propriétaire d'un vignoble, il nous faudra tellement un lien Bon courage pour ta fiche, j'ai hâte de lire ça !

C'est clair On a de quoi faire de quoi d'intéressant comme lien Et je vais te ramener d'autre personne, le monde culinaire débarque sur rmm Merci chou

@Eric L. Ashford a écrit:
Reee bienvenuuuuuue

Merci choupette

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Calories don't count on the week-end ✧ Lowen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Calories don't count on the week-end ✧ Lowen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» nouveau lien pour calculer les calories d'un chien
» Invitations au week-end final de bêta-test
» c est le week end ...des amoureux ..........................
» c est le week end youpie........
» Des idées pour un model "count as jokaero weaponsmith"?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Vos papiers, s'il vous plait :: Mon autobiographie :: Bienvenue à Washington-
Sauter vers: