AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rhett HowdenGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/09/2016
Pages lues : 769
Crédits : @avatar : MARTYR ≡ @gif : tumblr ≡ @crackship : monocle. & tumblr
Avatar : Grant Gustin
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : 29 ans ≡ 18 mai 1988
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Mar 23 Mai - 22:40

Sheri & Rhett
bleeding love

Passant la porte de mon appartement, je poussais un soupir en déposant mon sac en bandoulière près de la porte, retirant mon veston. « Monsieur Howden c’est vous ? » Je relevais mon regard, faisant quelques pas dans l’appartement. « Oui Rosa. » Je voyais la femme arriver en trottinant tenant quelque chose dans ses mains. « J’ai trouvé cela en faisant le ménage. » disait-elle en me mettant une boîte remplie d’objet entre mes mains. Ne comprenant pas, je ne savais pas trop quoi dire… Merci ? Qu’est-ce que c’est ? Mais un simple coup d’œil me suffit pour comprendre que c’était des oublis de conquête. Comment avait-elle fait pour les trouver ? Je ne voulais pas le savoir, je posais mon regard sur les objets. Des culottes de toutes les couleurs, un soutif… Je soupirais. Je ne pouvais pas dire que depuis que j’avais annoncé à Sheri la vérité, ma vie sexuelle s’était retrouver fleurissante. Je passais le plus clair de mon temps à mon travail, mais quelque fois comme aujourd’hui, j’arrivais à finir plus tôt. Seulement, avec cette boîte entre les mains, je regrettais de ne pas avoir terminé plus tard. Je regardais un peu plus dans celle-ci quand un objet attira mon attention, prenant celui-ci dans ma main je regardais la culotte en dentelle rouge, déposant la boîte sur la table de salon. Je m’assoyais dans le canapé, jouant avec la culotte qui se trouvait entre mes doigts, glissant mes doigts dans l’ouverture des jambes j’étirais celle-ci. En la regardant, je ne pouvais m’empêcher de repenser à ce soir où Sheri m’avait attendu chez moi vêtue de cette culotte et d’un peignoir. Je me mordais la lèvre, sursautant en entendant Rosa arriver : « Monsieur Howden, j’ai fini. » Je tournais la tête pour la regarder, lui adressant un sourire. « Merci Rosa. » Elle quittait mon appartement et je sortais de derrière mon dos la dite culotte que j’avais dissimulé dans mon dos. Je la balançais celle-ci sur la table basse. « Arrête de penser à elle, ça ne sert plus à rien. » disais-je en me levant passant mes mains sur mon visage avant d’aller prendre une douche. Je ne pouvais pas dire pourquoi, mais bien qu’elle m’eût envoyé deux sms depuis qu’on ne se parlait plus, que je m’étais montré distant, je ne pouvais me la sortir de la tête. Je sortais de la douche, serviette à la taille, cheveux lissés, mon regard se portait de nouveau sur la table de salon où trônait la culotte. Je me mordais la lèvre. Une demi-heure plus tard, je me trouvais sur le trottoir devant l’immeuble de Sheri. « Et merde… » soufflais-je entre mes dents. Je sortais la culotte de la poche de mon blouson. Je ne savais pas trop ce qui m’avait pris, pourquoi j’étais rendu là à la regarder par une fenêtre. Pathétique. On aurait dit un film romantique merdique où le protagoniste se retrouvait à faire je ne sais quelle connerie pour conquérir le cœur de la belle. Je soupirais. C’était merdique comme moment, je ferais mieux de retourner chez moi. C’est ce que je ne cessais de me dire et pourtant, je ne bronchais pas, pas un battement de cil, nada. Je ne comprenais pas mes agissements, après tout, j’étais beaucoup mieux sans elle avant. Pourquoi maintenant je n’arrivais plus à me la sortir de la tête ? Je passais une main dans mes cheveux, laissant quelques mèches retomber autour de mon visage. Je n’avais même pas pris le temps de soignée mon apparence, je n’étais pas non plus négligé, mais j’étais décontracté contrairement à d’habitude. Je voyais du mouvement derrière la fenêtre. Qu’est-ce que je fais là ! Si elle me voyait, je tournais les talons. Mais je sentais toujours la culotte dans ma main, la serrant, je revenais où je m’étais trouvé un instant plus tôt. Les voisins allaient finir par appeler les flics… C’était ridicule, je prenais appui sur l’arbre qui se trouvait dans mon dos, posant mon regard sur la culotte que je n’avais toujours pas lâcher. Qu’importe si ça semblait pervers… Est-ce que je pouvais corriger mes erreurs ? Pouvais-je revenir en arrière ? Avais-je envie de revenir en arrière ? Désirais-je vraiment ce sentiment qui me hantait ? Je ne savais plus quoi penser de tout cela. Tout ce que je savais c’était que j’avais mal. Un mal indescriptible dont j’ignorais le véritable sens.

_________________

Will you forgive me one day ? ♔ The only calibration that counts is how much heart people invest, how much they ignore their fears of being hurt or caught out or humiliated. And the only thing people regret is that they didn't live boldly enough, that they didn't invest enough heart, didn't love enough. Nothing else really counts at all... Fear is temporary. Regret is forever.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sheri BrackenreidGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/09/2016
Pages lues : 781
Crédits : avatar : schizophrenic ; signature : sosoland ; gifs : trucpau&tumblr
Avatar : Lily Cuteness Collins
Pseudo : Trucpau
Âge : Née le 14/03/1990 - 27 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Mer 24 Mai - 0:15

Rhett & Sheri
bleeding love

Arrivant devant mon immeuble, je composais le code et entrai, m’arrêtant devant ma boîte à lettre, je pris le courrier et tiquai sur une enveloppe sans expéditeur. Bizarre. Haussant les épaules, je rentrais chez moi puis fermais à clé avant de m’affaler dans le canapé, enlevant mes escarpins et posant mes pieds sur la table basse du salon. Je lâchais un soupir satisfaisant avant d’ouvrir ce fameux courrier, laissant mon sac à main et mon sac qui contenait mes dossiers sur le canapé. Je me redressais en regardant la lettre et avalai ma salive. Rien de bon ce genre de chose. Ce n’était pas la première fois que j’en recevais mais ça me mettait toujours un peu de stress. Je chiffonnais le papier avant de le défroisser et d’aller le poser sur le meuble en face. Je me dirigeais vers la cuisine, prête à me servir un verre de vin pour terminer cette journée peu réussite. Je n’avais pas perdu l’affaire, mais j’avais l’impression qu’un détail m’échappait, si bien que je n’avais plus beaucoup de temps pour contrecarré la défense. Perdu dans le reflet de ma tête dans mon verre, je n’entendis presque pas le son de mon téléphone. Je tournais la tête et sautais dessus, me renversant du vin sur ma chemise blanche. « Merde ! » Heureusement que j’étais une femme je savais faire deux choses en même temps… Tout en enlevant mon chemisier, je souriais déjà en entendant la voix au bout du fil. Simon. C’était agréable d’entendre sa voix le soir, quelqu’un qui prenait le temps de téléphoner à sa copine. Rien de comparable avec.. Secouant la tête pour me concentrer sur ma conversation avec Simon, je ne pensais pas à celui qui m’avait littéralement brisé le cœur une seconde fois. Je me dirigeais vers la salle de bain, calant mon téléphone entre mon épaule et mon oreille tout en frottant sur la tâche, attrapant un détachant sous l’évier. Quelle cruche je faisais. Je m’énervais à enlever la tâche et désespérais, le laissant dans l’eau avec une bonne dose de détachant. Je retournais dans le salon et passais par la fenêtre, avant de continuer de mon chemin et de m’arrêter pour retourner en arrière. « C’est pas possible… » Je sentis mon cœur s’accélérer et non pas, cette fois-ci par les paroles de Simon mais par la personne qui se trouvait en bas de mon appartement. Je me plaquais contre le mur et essayais de penser à autre  chose qu’à lui, notamment à ce que mon petit ami me disait. J’avalais ma salive et m’excusais pour lui annoncer que je le rappellerai plus tard. Je rangeais mon téléphone dans ma jupe mais je me ravisais pour aller dans ma chambre et enfiler un t-shirt basique ainsi que de troquer ma jupe avec un jean. Je faisais les cents pas assez loin de devant la fenêtre pour ne pas qu’on voit mon ombre mais d’un sens, je voulais tellement savoir s’il se trouvait encore en bas. J’étais contradictoire, je ne voulais plus le voir mais le savoir ici me faisait bizarre. Je ressentais de nouveau ce sentiment que j’avais fait taire il y a deux mois maintenant. Je me passais les mains dans les cheveux en lâchant un cri désespéré. Attachant ses derniers en un chignon lâche, je retournai à la fenêtre pour voir qu’il avait fait quelques pas avant de revenir à son point de départ. J’esquissais un sourire avant de me remettre sur le côté en croisant les bras. Je pesais le pour et le contre et je ne savais pas du tout quoi faire. Je jetais encore un œil et vis qu’il avait quelque chose dans la main, s’en était assez pour piquer ma curiosité à vif ! J’ouvris la fenêtre et me penchais par-dessus la rambarde pour soupirer avant de prendre la parole. « Je peux t’aider peut être ? » Franchement, comme ça, on aurait dit un délinquant sexuel qui attend sa proie. Cela me fit rire même mais je me repris, je ne voulais pas qu’il pense que je lui avais pardonné ce qu’il m’avait fait. Je lui en voulais terriblement, je ressentais encore chaque mot comme un coup de poignard quand j’y pensais. Ca me poursuivait même quand je ne voulais pas y penser. Je voulais passer à autre chose mais au final, Rhett revenait toujours dans ma tête, dans mon cœur. Je me redressais, prête à refermer la fenêtre pour le laisser comme il l’avait fait pour moi, mais je me ravisais pour lui lancer un regard et quelques mots. « Je t’ouvre, si jamais tu as envie de monter. » Décidément, j’avais de ces émotions ce soir, la lettre, mon chemisier tâché puis Rhett... Celui qui faisait partit intégrante de ma vie depuis un long moment mais que je n’arrivais pas à avoir, que je n’arrivais pas à obtenir son amour. Je me pinçais les lèvres et croisais les bras, attendant de savoir s’il allait venir ou non. D’ailleurs, j’allais même déverrouiller la porte. Je verrais bien s’il arrivait dans les minutes qui suivaient ou s’il me faisait faux bon encore une fois. Je ne sais pas ce qui me prenait à agir ainsi enfin si je le savais mais je ne voulais pas que ça revienne, pas pour souffrir une fois de plus.

_________________
It's always about you.
I know the feeling like you'll never win. Your heart's in the washer, your head's in the spin. You try and you try, but you can't catch a break. But sometimes believing is all that it takes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhett HowdenGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/09/2016
Pages lues : 769
Crédits : @avatar : MARTYR ≡ @gif : tumblr ≡ @crackship : monocle. & tumblr
Avatar : Grant Gustin
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : 29 ans ≡ 18 mai 1988
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Ven 9 Juin - 0:32

Sheri & Rhett
bleeding love

Avant même que je réalise mon geste, j’étais devant l’immeuble de mon ex, ou du moins celle qui avait cru être ma petite amie. Je ne pouvais pas nier que tout cela était compliqué, dès le moment où j’avais été téléphoné pour me rendre au plus vite à l’hôpital, rien n’avait plus eu aucun sens. Je m’étais perdu dans le rôle d’un petit ami qui avait depuis des années délaisser ce rôle. Je ne savais plus quoi faire, mais il y avait quelque chose qui avait pourtant changer en moi. Si la première fois que je l’avais plaqué, je n’avais eu aucun mal à lui tourner le dos sans repenser à elle, cette fois j’avais beaucoup plus de difficulté à le faire. Elle hantait mon esprit au point que je ne savais plus quoi penser de tout cela. Ce n’était pourtant pas si compliqué que cela, je n’avais qu’à me plonger dans mon boulot comme je l’avais fait il y a tant d’année, mais au fond de moi j’attendais ce moment où elle franchirait la porte de mon bureau pour m’annoncer qu’elle me sortait de force pour déjeuner. Ce genre de moment, je ne pouvais me les sortir de la tête. Et cette simple culotte avait fait ressurgir des souvenirs, peut-être bancale, mais toujours présent en moi. Je savais que je n’avais pas été sensible à son accident, qu’encore une fois je n’avais pensé qu’à moi… Je ne pouvais pas changer, le gamin qui se souciait de ce que les gens pensaient et attendaient de lui c’était envolé avec les années. Mais peut-être que pour la première fois de ma vie, j’aspirais à changer redevenir ce gamin. La culotte dans ma main, je la serrais fermant mes yeux. Bien que je tentasse de me dire que peut-être que c’était réel, je désirais vraiment changer, ça ne restait qu’un mensonge que je me disais, gardant espoir que je ne sois pas si mauvais qu’on pouvait le croire, mais en réalité, je l’étais. Je l’avais toujours été. Je ne pouvais changer ce qui était encré en moi depuis toujours, si ? Torturé par mes pensées, j’en avais presque oublier que je me trouvais toujours devant l’immeuble de Sheri. L’image que je pouvais offrir ne me dérangeait pas, bien au contraire, puisque je n’y portais pas d’attention particulière. Je sortais simplement de ma léthargie en entendant le son de la voix de l’avocate. Relevant mon regard vers sa fenêtre, je me sentis pris au dépourvu. Comment expliquer ce que je faisais ici ? Je n’en avais pas la moindre idée, je ne savais même pas par où commencer. Restant muet, je la regardais partir pour finalement revenir. Bien qu’elle me dît me déverrouiller la porte, je ne savais pas si c’était une bonne idée d’aller la rejoindre. Quelques secondes s’écoulèrent avant que je prenne la décision plutôt d’aller m’asseoir dans les marches extérieures de son immeuble. Tenant toujours la culotte, je la faisais tourner entre mes doigts, pesant le pour et le contre de ma décision quant à monter ou non. Si j’y allais, qu’allais-je dire ? Si je n’y allais pas, qu’allait-elle penser ? Lui ferais-je plus de peine que je ne lui en avais déjà fait ? Sans doute, ou alors elle n’avait tellement plus d’attente de ma part que de toute manière qu’importe mon choix elle n’en aurait que faire ! À cette pensée, je ne pus m’empêcher de me demander, et si elle avait complètement tourné la page sur notre histoire ? Étais-je en droit de revenir dans sa vie ? Les secondes que je prenais pour réfléchir se transformèrent en minute et bien qu’au-dessus de ma tête s’offrait une nuit céruléenne, quelques gouttes de pluie marquaient le sol une après une. Doucement, elles vinrent caresser mon visage, roulant de mon front à ma joue pour finir leur chute au bout de mon menton. Bien vite la simple pluie se transforma en torrent, laissant mes mèches retomber fluidement sur mon front. Je remontais mon col de mon blouson, avant de tourner la tête pour entendre la porte de l’entrer s’ouvrir. Je ne m’attendais pas à la voir, mais je profitais de cette ouverture pour me glisser finalement dans l’immeuble. L’eau continuant de couler sur mon visage, perlant mes épaules, je prenais le chemin des escaliers, gravissant celles-ci sans me retourner. Bien que tourmenté par mes pensées, si je m’étais retrouver devant son appartement ce soir ce n’était pas pour repartir tel un voleur. J’arrivais devant la porte de son appartement, posant une dernière fois mon regard sur la culotte que je tenais toujours dans ma main. Pinçant mes lèvres, je la fourrais sans délicatesse dans la poche de mon blouson. Je passais ma main dans mes cheveux, laissant quelques mèches rebelles retomber sur mon front. Posant ma main sur la poignée, je tournais celle-ci pour entrer, ravalant ma salive. Sans doute en piètre état, je refermais la porte derrière moi, avant de poser mon regard sur Sheri. « Salut. »  

_________________

Will you forgive me one day ? ♔ The only calibration that counts is how much heart people invest, how much they ignore their fears of being hurt or caught out or humiliated. And the only thing people regret is that they didn't live boldly enough, that they didn't invest enough heart, didn't love enough. Nothing else really counts at all... Fear is temporary. Regret is forever.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sheri BrackenreidGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/09/2016
Pages lues : 781
Crédits : avatar : schizophrenic ; signature : sosoland ; gifs : trucpau&tumblr
Avatar : Lily Cuteness Collins
Pseudo : Trucpau
Âge : Née le 14/03/1990 - 27 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Lun 26 Juin - 22:01

Rhett & Sheri
bleeding love

Mon cœur s’était arrêté à la seconde où je l’avais vu, en bas, devant ma fenêtre. Je m’étais sentie bizarre et j’avais senti ces accélérations de battement qui me rendaient dingue à chaque fois que je croisais le regard de Rhett. Mais ce n’était pas possible, je ne pouvais pas encore ressentir ce genre de chose après ce qu’il m’avait fait. J’avais donc attendu avant de pouvoir me pencher vers la fenêtre pour lui demander, en somme, ce qu’il foutait ici aussi tard. Et dire que j’étais au téléphone avec Simon quelques minutes plus tôt, comme si c’était un signe. Je me sentais tellement horrible en cet instant alors même qu’il n’y avait rien eu mais je me sentais horrible dans le sens où je ressentais encore ce petit quelque chose envers lui. Je ne pouvais pas le décrire, je le sentais voilà tout. Alors oui je lui avais ouvert la porte de l’immeuble et maintenant, j’attendais, j’attendais en faisant les cents pas en me demandant s’il allait venir ou non. Trop curieuse, je me dirigeais vers la fenêtre pour ne plus le voir mais voir la pluie s’intensifier au fur et à mesure que les secondes passaient. Je ne savais même pas s’il avait accepté l’invitation ou si bien qu’il était partit sans demander son reste. En fait, je ne savais même pas quoi penser car l’un dans l’autre, rien ne m’aurait étonné. Je ne m’attendais pas à le voir et je ne m’attendais pas non plus à ce qu’il monte les escaliers pour venir me rejoindre dans l’appartement. De mon côté, ce que j’avais proposé était une erreur mais je ne pouvais m’empêcher de me demander pourquoi il se trouvait là ce soir et pourquoi il était revenu alors qu’on ne s’était pas vu depuis ce fameux jour où il m’avait balancé la vérité. J’avais bien échangé deux ou trois sms pour la forme, mais rien de plus et là il revenait, alors oui, ma curiosité était piquée à vif. Je me mordais le pouce quand j’entendis la porte d’entrée, je me tournais et le regardais avec diverses émotions sur le visage. Je ne saurais les décrire car quand j’entends sa voix, c’est un tout qui se mélange. Je suis si contente de le voir ici mais d’un autre côté, je me dis que jamais je ne pourrais rompre ce lien qui nous unit si je continue de le voir. Puis encore, je ne veux pas que ça se brise, car oui, je suis égoïste, je ne pense qu’à moi et je veux que ça fonctionne, je veux espérer et cela ne se fait pas pour Simon, ni pour Rhett. J’avale ma salive et lui réponds en essayant de ne montrer aucune émotion dans ma voix. « Salut. » Puis je vois à quel point il est trempé jusqu’aux os que ça me fait réagir. Je m’en vais dans la salle de bain pour aller lui chercher une serviette et je la lui donne avant de refermer derrière lui. « Tu sais où se trouve la douche si tu as besoin d’y aller. » Je croise son regard un quart de seconde puis retourne à ma place, laissant cette distance qui me suffit pour ne pas craquer et lui faire comprendre que cet idiot sera à jamais ancré dans mon corps. Je croise les bras sur ma poitrine avant de soupirer et de rigoler légèrement face à la situation. Je suis nerveuse, ça se sent et mon seul moyen d’extérioriser cela est de rire. « Excuse moi… » Je me reprends et vais à la cuisine pour préparer deux cafés bien chaud pour nous réchauffer et surtout pour que je m’occupe les mains. « Alors, une raison particulière de ta venue ici ? » Je lui jette un coup d’œil tout en préparant les tasses sur un plateau ainsi que des gâteaux à grignoter, je sais que c’est trop mais je ne peux pas m’empêcher de faire autrement. J’ai attendu tellement de fois où il venait à mon appartement pour me dire je ne sais quoi que maintenant qu’il est là, je m’attends à tout. Une fois prêt, je pose le tout sur la table basse du salon et me tourne vers le beau brun en me pinçant les lèvres. Je me dois de lui dire ce que je ressens, ce que j’ai envie de lui dire par-dessus tout, je me retiens de ne pas m’avancer vers lui et de le serrer contre moi, je me retiens de toutes ses pulsions qui sont en moi depuis que je le vois. Je suis contradictoire, je le sais, mais ce n’est pas de ma faute si ce mec me rend dingue à chaque fois que je pose mon regard sur lui. Mais je me retiens, juste pour savoir la cause de sa venue.

_________________
It's always about you.
I know the feeling like you'll never win. Your heart's in the washer, your head's in the spin. You try and you try, but you can't catch a break. But sometimes believing is all that it takes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhett HowdenGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/09/2016
Pages lues : 769
Crédits : @avatar : MARTYR ≡ @gif : tumblr ≡ @crackship : monocle. & tumblr
Avatar : Grant Gustin
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : 29 ans ≡ 18 mai 1988
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Dim 30 Juil - 16:23

Sheri & Rhett
bleeding love

À l’intérieur, debout sans dire le moindre mot, je me sentais envahi par la raison. Mais qu’est-ce que je faisais vraiment là ? Pourquoi n’avais-je tout simplement pas fait demi tour ? Je posais mon regard dans le sien, cherchant une réponse à mes propres questionnement. Elle semblait tout aussi surprise que moi, peut-être même plus que je ne l'étais. La regardant s'éloigner, je portais mon attention sur ce qui m’entourais. Les meubles dans leur ensemble, la couleur des murs, la décoration… Tout la représentait. Pinçant mes lèvres, j’hésitais un instant à simplement tourner les talons et partir. Un instant qui fut trop long pour prendre ma décision, puisqu’elle revenait déjà avec une serviette. La prenant, je la remerciais d’un maigre « merci » avant de la déposer autour de mon cou, venant sécher davantage ma nuque et la ligne de ma mâchoire que tout le reste. Bien qu’elle m’offrait d’utiliser sa douche au besoin, je savais au fond de moi que ce n'était pas une bonne idée. Je n’allais pas m'éterniser chez elle. « Ça devrait aller. » finissais-je par dire, trouvant que garder le silence était assez impoli. Surtout en remarquant qu’elle n’éternisait pas son regard sur moi et elle se tenait assez loin pour que je comprenne que je n’avais pas ma place dans son appartement. Une chose compréhensible. Une goutte roula sur mon front et je m’empressais de la sécher avec la serviette, gardant toutefois mon regard vers Sheri. Elle semblait en pleine forme, tout comme elle semblait avoir tourner la page. Peut-être que je m’inquiétais de la savoir dans une phase difficile, la découverte de la vérité aurait pu l’affecter. Sauf que j’avais tellement mis de temps à venir la voir qu’au final, en quelque mois, elle semblait heureuse. Je me grattais l'arrière de l’oreille lorsqu’elle laissa échapper un rire. « Ce n’est rien. » disais-je en glissant mes mains dans les poches de mon blouson, mes doigts effleurant la soie délicate de la culotte. Une légère chaleur se fit sentir sur mes joues et je relâchais le sous-vêtement presque aussitôt. J’avais l’impression qu’elle pouvait voir à travers ma poche, voir que dans ma main se trouvait l’une de ces culottes oubliées. Je me sentais con. Con d'être là devant elle. Con de ne pas pouvoir me la sortir de la tête. Con de pouvoir espérer qu’une culotte vagabonde puisse changer le cours des choses. Con de me dire qu'à cet instant je la trouvais si belle et inaccessible que j’en serais jaloux qu’un autre tourne auprès d’elle. Con de ne pas trouver les mots. Juste con d'être qui j'étais. La voyant se diriger vers ce qui devait être la cuisine, je fis un pas vers elle. Elle préparait du café… Celle-là je ne l’avais pas vu venir… Boire du café malgré l’heure tardive ne me dérangeait jamais, ça ne m’avais jamais empêcher de dormir — pour le peu d’heure que je dormais en général. Seulement prendre le café rendait la chose plus compliquer. Je tournais la tête vers la porte qu’elle avait fermé et j’hésitais toujours à partir. Je sortais de mes pensées lorsque j’entendis sa voix. Une raison. Je n’en possédais aucun tout comme j’en avais des milliers. « Je passais dans le coin. » Menteur ! Elle n'était très certainement pas dupe à ce point-là… Seulement, je ne me voyais pas trop lui dire : “ En trouvant une de tes culottes que tu as oublié chez moi, j’ai pensé à toi et je suis arrivé ici sans m’en rendre compte. Donc je te la rend. ” Pourquoi j’avais l’air d’un gamin à ce moment même ? Un adolescent qui ne sait pas quoi dire devant une fille… Je posais mon regard sur elle, alors qu’elle finissait de préparer le café, l’amenant dans le salon. Je regardais la volute de fumé s'échapper des tasses. « Je n’aurais pas dû venir… » concluais-je au but de quelques secondes. Je me dirigeais vers la porte tout en retirant la serviette de mon cou. Mes doigts effleurèrent la poignée et je fermais les paupières avec puissance. Et merde. Faisant demi-tour, j’acceptais d’avoir l’air con. Je fis les quelques pas qui me séparait d’elle, sortant de ma poche ladite culotte. « Tu as oublié ça chez moi. » Ça semblait tellement surréaliste que j’arrive à lui dire cela. « Tu sembles aller bien. » ajoutais-je sans prendre le temps de tourner ma langue sept fois. Pourquoi avais-je dis ça ? Je lui adressais un sourire en coin, avant de poser la culotte romantique sur la table basse près du plateau de service et je me décidais à repartir.  

_________________

Will you forgive me one day ? ♔ The only calibration that counts is how much heart people invest, how much they ignore their fears of being hurt or caught out or humiliated. And the only thing people regret is that they didn't live boldly enough, that they didn't invest enough heart, didn't love enough. Nothing else really counts at all... Fear is temporary. Regret is forever.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sheri BrackenreidGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/09/2016
Pages lues : 781
Crédits : avatar : schizophrenic ; signature : sosoland ; gifs : trucpau&tumblr
Avatar : Lily Cuteness Collins
Pseudo : Trucpau
Âge : Née le 14/03/1990 - 27 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Mer 2 Aoû - 19:35

Rhett & Sheri
bleeding love

J’avais pris sur moi et maintenant je me retrouvais en face de lui et bon dieu, je ressentais une salve d’émotion que je n’arrivais pas à contrôler alors je préférais garder cette distance que je voulais rompre à chaque fois que je le regardais. Rhett avait toujours eu ce pouvoir sur moi, cette force de me rendre complètement dingue de lui. Il ne valait mieux pas le nier. Après lui avoir donné une serviette, je me contentai de reprendre une place assez loin de lui alors que mon corps entier le voulait. Je savais que ce n’était pas possible. Ca ne pouvait pas être le cas mais sa présence me tracassait, je me demandais vraiment ce qu’il venait faire ici, planté comme un poteau devant mon appartement. Je souriais légèrement après ma petite crise de rire nerveuse. Enfin, j’essayais surtout de faire bonne figure. Je ne supportais pas ce silence qui pesait entre nous à chaque fois que l’un ou l’autre prenait la parole. Je voyais aussi ses mains dans ses poches comme s’il cherchait quelque chose mais je n’osais pas demander quoi que ce soit. Alors, il fallait que je comble ce vide d’une façon ou d’une autre alors je décidais de préparer du café. J’en avais besoin, j’avais besoin de cette dose de caféine pour tenir et le faire rester le temps qu’il me dise pourquoi il se trouvait là. Quand j’entendis sa réponse, je levais les yeux au ciel avant de le regarder dans les yeux. « Je vais faire en sorte de te croire. » J’aurais pu grincer des dents, parler d’une voix mauvaise ou tout simplement lui en vouloir, mais je ne pouvais pas. Je prenais sur moi car je voulais vraiment la vérité. Alors je restais calme, ce qui allait surement l’étonner mais je ne pouvais pas faire autrement. Enfin si, dans une autre version, j’aurais pu le prendre par le cou et le secouer comme un prunier pour lui faire cracher le morceau, tout en lui hurlant dessus. Cependant, cette fois, je ne voulais pas de larme, pas de cris, pas de déboire. Je voulais simplement lui parler et rien que de le voir ça me rendait heureuse. Et ça, je me cachais bien de lui montrer. Alors que je posais les tasses sur la table basse, je faillis lâcher le plateau quand je l’entendis prononcer ces mots. « Pardon ? » Venir ? Il était donc venu de son plein gré ? J’avais bien entendu ? « Tu es venu volontairement ? » J’avais parlé d’une voix blanche, surprise de son acte. Jamais je n’aurais pensé qu’il aurait fait cela par lui-même. Je préférais croire que c’était un coup de chance qu’il se soit trouvé devant chez moi, reconnaissant alors le véritable Rhett que j’avais connu. Mais là, je venais de me prendre une claque, dans le bon sens j’entends. Je le regardais tourner les talons à contrecœur avant de le voir se tourner de nouveau vers moi. Il était si près que je me sentais bizarre et que je pouvais craquer d’un moment à un autre. Je regardais la culotte avant de rougir et de prendre une nouvelle claque en entendant la suite. Puis il tournait à nouveau les talons. Cette fois-ci, je ne me fis pas prier pour le rattraper. A la vue de cette culotte, je m’étais souvenue de ce moment passé avec lui et j’avais de nouveau ressenti ce désir entre nous enfin surtout moi. Cet instant avait été si magique que je ne voulais pas l’oublier! Et en quelque sorte, Rhett venait de raviver cette flamme éteinte en moi depuis l’annonce de cette fameuse vérité. Je posais ma main sur mon bras, resserrant ma prise pour l’empêcher de tourner la poignée. « Rhett, attend ! » Je me glissais entre lui et la porte, chose qui était dangereuse pour mon envie de lui sauter dessus, mais je réussissais à me contrôler. « Je vais bien car je veux le faire croire. Mais… » Je me passe une main dans les cheveux puis pose une main sur son cou, laissant parler mon envie plutôt que de me retenir comme je l’avais mainte fois fait. « Mais je t’ai dans la peau et… » Je décidai de ne pas finir ma phrase. Franchissant les derniers centimètres qui m’éloignaient de lui, je passais mes bras autour de son cou et posais mes lèvres sur les siennes pour l’embrasser. J’avais tellement envie de lui, j’avais besoin de lui, il faisait partit de moi et je n’arrivais pas à m’en défaire. Je savais qu’à cet instant, ça pouvait être quitte ou double. Soit il m’éloignait et il repartait, alors là, ça serait fini. Ou bien, il finissait par craquer. Et au fond, j’espérais tellement que s’il était venu de lui-même ce n’était pas pour simplement me taper la discute ni même me rendre une culotte oubliée.

_________________
It's always about you.
I know the feeling like you'll never win. Your heart's in the washer, your head's in the spin. You try and you try, but you can't catch a break. But sometimes believing is all that it takes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhett HowdenGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/09/2016
Pages lues : 769
Crédits : @avatar : MARTYR ≡ @gif : tumblr ≡ @crackship : monocle. & tumblr
Avatar : Grant Gustin
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : 29 ans ≡ 18 mai 1988
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Lun 28 Aoû - 13:40

Sheri & Rhett
bleeding love

Mon arrivé devant chez Sheri me surprenais encore, je n’avais pas de mot pour expliquer mon geste. Je ne disais rien tout comme je ne répliquais rien. Un simple haussement d'épaule en guise de réponse lorsque Sheri m’adressait la parole. Je me sentais tellement con. Un sentiment qui venait m’envahir une fois de plus lorsque je me retrouvais à lui rendre sa culotte. J’aurais pu tout simplement tourner les talons, partir sans me ridiculiser, mais j’avais tenu pour une raison qui m'échappait lui rendre son bien. Ce que je venais de faire avant de tourner de nouveau les talons sans chercher plus loin à comprendre, sans attendre qu’elle prononce le moindre mot. Ma main effleurait la poignée lorsque je sentis ses doigts agripper mon bras, tournant lentement ma tête vers elle. Je n’avais pas imaginé un seul instant qu’elle me retienne. Je ne savais pas comment interpréter ce geste, est-ce qu’elle souhaitait m’en coller une parce que je lui avais rendu sa culotte ? Me faire comprendre que c'était inutile et que je n’avais plus aucune raison à me présenter devant elle. Ou bien c'était pour le contraire ? Cette option me paressait surfaite, je ne pouvais pas l’expliquer, mais comment on c'était quitté la dernière fois je pensais pas qu’elle puisse vouloir encore me voir. Posant mon regard sur elle, j’avalais ma salive avec une légère difficulté, sans pour autant faire paraître celle-ci. Gardant le silence, je la regardais passer sa main dans ses cheveux avant de sentir le contact de ses doigts sur la peau de mon cou. Elle m’avait dans la peau… Je n'étais pas certain qu’elle pesait ses mots. Comprenait-elle l'étendu de ses paroles ? Je n’avais pas le temps de réagir qu’elle glissait ses bras autour de mon cou avant de poser ses lèvres sur les miennes. Je gardais un moment les yeux ouverts, stupéfait. Elle n’avait cessé de hanter mes pensées depuis quelque temps et en trouvant sa culotte, je n’avais su faire autrement que de venir devant chez elle. Seulement, est-ce que c'était réellement ce que je voulais ? Oui. Non. Je fermais mes yeux, m’approchant d’elle pour la coller contre la porte. Je me laissais envahir par cette envie indescriptible qui m’envahissait à cet instant même. Une douleur chaleur se répandait dans mes tripes. Je lui rendais doucement son baiser, appuyant un peu plus fortement mes lèvres contre les siennes. Mes mains glissant le long de sa taille je retroussais son t-shirt, rompant notre baiser pour lui retirer cette pièce de vêtement plus qu’encombrant. Passant celui-ci au dessus de sa tête, je le laissais retomber près de nous. « On est sans doute en train de faire une bêtise. » disais-je en collant mes lèvres dans le creux de son cou. Son parfum venant caresser mes narines. Je fermais les yeux, glissant mes mains sous ses fesses, je la relevais aisément tout en faisant glisser mes mains le long de ses cuisses. Bien que je venais de lui dire qu’on se trompait, je ne pouvais m'arrêter. J’avais envie d’elle à ce moment même, tout ce qui nous entourait m’importait peu, voir pas du tout. Mes lèvres embrassèrent son cou, remontant jusqu’à sa mâchoire, puis ses lèvres. Je perdais un instant mon regard dans le sien avant de poser mes lèvres de nouveau contre les siennes. De l’autre côté de la porte, j'entendais la conversation animée d’un couple qui semblait s’engueuler. Est-ce qu’ils feraient comme nous ? À la différence que nous, nous étions pas un couple. Pourquoi ressentais-je presque du remord à cet instant ? Fermant un peu plus durement mes yeux j’appuyais mes lèvres contre les siennes. Devrais-je aller plus loin ? En toute honnêteté, j’en avais envie. J’avais envie de passer un moment intime avec elle, mais je continuais de me dire que ce n'était pas une bonne idée. Et puis depuis quand je me préoccupais de ça ? C'était vrai, je n’en faisais généralement qu’à ma tête ! Passant mes bras sur ses hanches, je la retenais alors que je quittais la porte pour la porter sans rompre notre baiser et je venais la déposer sur le canapé. Quittant ses lèvres, je me redressais pour défaire la boucle de ma ceinture, la regardant plongeant mon regard verdâtre dans ses yeux noisettes. Je me penchais à nouveau au dessus d’elle, plaquant ma main sur l’appui du canapé et l’autre déboutonnant son jean. « Tu es certaine que c’est ce que tu veux ? » C'était peut-être trop tard, mais je pouvais encore reculer.

_________________

Will you forgive me one day ? ♔ The only calibration that counts is how much heart people invest, how much they ignore their fears of being hurt or caught out or humiliated. And the only thing people regret is that they didn't live boldly enough, that they didn't invest enough heart, didn't love enough. Nothing else really counts at all... Fear is temporary. Regret is forever.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sheri BrackenreidGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/09/2016
Pages lues : 781
Crédits : avatar : schizophrenic ; signature : sosoland ; gifs : trucpau&tumblr
Avatar : Lily Cuteness Collins
Pseudo : Trucpau
Âge : Née le 14/03/1990 - 27 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   Jeu 7 Sep - 16:25

Rhett & Sheri
bleeding love

Je venais de baisser ma garde mais je n’en avais rien à faire, j’attendais ce moment depuis tellement longtemps. La culotte n’aidant pas au passage à me laisser de marbre face à sa venue. J’étais étonnée au début de le voir là puis ensuite heureuse. Même si je m’étais dit que jamais je ne pourrais le regarder ni même lui adresser la parole, je n’ai pas pu. Tout simplement parce que je n’ai jamais cessé de l’aimer même avec Simon, je n’ai jamais pu m’empêcher de repenser à lui… Et là, maintenant que je peux sentir ses lèvres sur les miennes et ses mains sur ma peau, je sais que je ne pourrais pas revenir en arrière et que je n’en ai pas envie non plus. Ce baiser signifiait tellement de chose pour moi à cet instant, douleur, amour et passion. Je frissonnais en ressentant ses mains contre ma peau nue sous mon t-shirt, je détachais mes lèvres des siennes malheureusement en le laissant faire. Je souris en l’entendant dire cette phrase tout en passant mes mains derrière son cou en relevant la tête, savourant ses baisers dans mon cou. Je décalais ma tête vers la sienne en posant mon doigt sur ses lèvres. « Non. Chut… » Je ne voulais pas l’entendre, je savais que ça en était une, je savais qu’on faisait une bêtise et moi encore plus en sortant avec Simon. Je passais mes lèvres sur les siennes avant de croiser mes jambes autour de son bassin, me rapprochant de lui au maximum. Je plongeais mes lèvres dans son cou, l’embrassant doucement pour ensuite remonter vers son oreille pour attraper son lobe. Mon regard se perdait dans le sien avant de l’embrasser de nouveau, me laissant emporter par cette envie qui grandissait de plus en plus dans le creux de mon ventre. J’avais envie de lui, envie de faire l’amour avec cet homme qui me rendait dingue à chaque fois qu’il me parlait ou me regardait. Je voulais Rhett tout simplement. Mes mains se mirent à chercher plus loin, descendant mes doigts vers sa ceinture et sa chemise, glissant ma main sous son vêtement, caressant son bas ventre du bout des doigts. Puis je me laissais porter jusqu’au canapé où je le sentis m’accueillir avec plaisir. Le regardant, je posais mes mains sur les siennes pour l’aider à déboucler cette foutue ceinture. Une fois fait, je me laissais contre le canapé plongeant encore mon regard dans le sien avant de me mordre la lèvre. La réponse normale que j’aurais dû dire serait non. Mais je n’ai pas pu. « Oui, j’en suis sûre. » Je ne lui posais pas la question, je ne voulais pas la lui poser et de toute façon à en voir son regard, je savais que lui aussi ne pourrait plus s’arrêter. Je m’approchais de ses lèvres et l’embrassais avant de finir de déboutonner mon jean et d’ensuite défaire le sien avant de l’attirer à moi pour le faire tomber à côté de moi. J’en profitais pour passer une jambe de chaque côté des siennes, passant mes mains sous son t-shirt pour le lui enlever également. Mes lèvres allèrent à la rencontre de sa bouche, de son cou puis de son torse, descendant au fur et à mesure vers la naissance de son boxer. Je lui jetais un regard qui en disait long avant de sourire pour descendre son jean puis de remonter mes doigts doucement vers son boxer, caressant la bosse qui commençait à se former à l’intérieur. Remontant vers la bouche du beau brun, je déposais mes lèvres sur les siennes pour l’embrasser doucement, le faisant mariner tandis que ma main se frayait un chemin à l’intérieur du bout de tissu qui restait sur Rhett. Je sentis cette bosse au creux de ma main puis attrapais son sexe qui durcissait au fur et à mesure, mes doigts le caressant et le massant doucement pour commencer. Mon souffle s’accélérait également, le désir ne cessait de grimper dans mon corps. Je détachais mes lèvres des siennes pour mettre ma tête dans le creux de son cou où j’humais son parfum qui me faisait tourner la tête. Je laissais ma main accélérer ses mouvements, sentant son sexe grossir au fur et à mesure ce qui me donnait aussi satisfaction sur le désir de Rhett.

_________________
It's always about you.
I know the feeling like you'll never win. Your heart's in the washer, your head's in the spin. You try and you try, but you can't catch a break. But sometimes believing is all that it takes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)   

Revenir en haut Aller en bas
 
N°2145 :: bleeding love :: Rheri (+18)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imogen S. Jenkins ¤ Bleeding Love ¤
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Capitol Hill :: home-
Sauter vers: