AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Alexander WellingtonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 25/05/2017
Pages lues : 54
Crédits : Avatar : Shiya ; Gifs : Tumblr
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Trucpau
Âge : 32 ans - 13 mars 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:11

Alexander Wyatt Wellington
citation

Prénom : Issu d’une famille assez bourgeoise, j’ai eu l’honneur d’hériter du prénom d’Alexander, prénom de mon défunt arrière-grand-père. C’était très précieux aux yeux de mon père que j’hérite du prénom de son grand-père. Puis pour faire correctement, Wyatt en second prénom. Rien de particulier cette fois, mais à croire que je porte sur mes épaules le poids de la famille et de l’héritage ainsi que la valeur.  Mais le plus souvent, quand je sors du contexte de la haute société, j’autorise tout le monde à m’appeler Alex. Sauf quand on se trouve devant mes parents, il faut à trouver prix le dire entièrement. Cela évite les conflits et les regards d’incompréhension de ma mère. Nom de famille : Wellington, assez réputé, surtout quand ma famille organise des soirées mondaines. Disons que je porte la lourde tâche de faire en sorte que plus tard, un de mes enfants porte ce nom là pour faire perdurer la génération. Date & lieu de naissance : Je suis né le 13 mars 1985 à Washington. J’ai toujours vécu dans cette ville et je ne crois pas avoir vu d’autre pays. Cependant, j’ai voyagé dans tous les Etats-Unis. Le mois de mars est important dans ma famille, quasiment tous les hommes sont nés à cette période, il faudrait presque croire que c’est une bénédiction et que Dieu le veut… Amen. Âge : Trente-deux ans et le cap de la trentaine, j’ai eu du mal à l’accepter cependant, j’assume mon âge et je dois dire que je fais encore plutôt jeune physiquement et moralement. Alors quand on me rajeunit, je ne dis pas non. Métier : Je suis PDG de l’entreprise familiale que j’ai repris il y a peu sous la demande de mes parents. L’entreprise traite principalement dans tout ce qui est High Tech, c’est-à-dire que nos employés font en sorte de découvrir et de travailler sur des produits pour que ce soit performant et durable. Nous essayons aussi de respecter la planète, si bien que récemment, une nouvelle branche à ouverte dans nos locaux pour exploiter les ressources naturelles comme le soleil ou encore la pluie. De quoi être prometteur. Et je me donne corps et âme dans ce métier, parfois trop.Orientation sexuelle : Hétérosexuel, il est inconcevable pour mes parents que je passe de l’autre côté. Issue d’une bonne famille et hautement placée, pas question de céder la place à l’homosexualité. Puis je dois dire que j’aime trop les courbes des femmes.  Statut civil : Récemment j’étais fiancé maintenant je me considère encore tel que bien qu’aux yeux de ma mère je sois célibataire. Mon cœur appartient encore et toujours à Joe et je ne compte pas la laisser partir comme ça. Mais d’un autre côté, il y a cette fille que ma mère ne cesse de me présenter et à me pousser dans ses bras… Statut financier : Etant PDG, je n’ai pas à me plaindre, même depuis que je suis petit, je n’ai pas eu à souffrir du manque d’argent. Caractère : Calme, je traite toujours les problèmes dans ce sens pour ne pas aggraver encore plus la situation. Parfois, il m’arrive aussi d’être snob mais ça, je n’y peux pas grand-chose, je suis né dans ce milieu et parfois ça ressort plus que ça ne le devrait. Quand il s’agit de discussion importante, je suis toujours sérieux, je ne rigole pas pour des sujets comme le mariage, le travail, la famille. D’ailleurs, quand ça concerne les membres qui sont très proches de moi, famille ou amis, je suis toujours quelqu’un de bienveillant, je suis toujours là pour eux et prêt à presque tout pour les rendre heureux. Ne rigolez pas mais pour avoir Joe, j’ai dû usé de mes charmes et elle vous dira que je suis un charmeur né, maintenant, je ne sais plus si elle pense encore la même chose. Mais sachez qu’étant quelqu’un de déterminé je suis prêt à gravir des montagnes pour retrouver celle qui fait battre mon cœur. Je ne lui dirais pas en face mais j’ai ce côté jaloux présent quand elle est trop proche de ses meilleurs amis. Depuis petit, je suis les règles à la lettre pour ne pas faire de faux pas, je crois que j’ai accroché à ce type d’éducation, si bien que je peux paraître hautain dans certains cas…  Parti politique : Etant dans une famille assez modeste pour ne pas dire extrêmement, ils ont soutenu et voté Obama deux fois de suite. Pour ma part, je dirais que je suis démocrate tout comme eux, même si parfois nos opinions divergent. Groupe : Honey I’m Good. Avatar : Ryan Gosling
Combien de livres lis-tu par mois ? Quels sont tes préférés ?
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, j’ai toujours apprécié la lecture. Petit, je lisais toujours un ou deux chapitres avant de dormir et j’adorais aussi quand mes parents me racontaient une histoire. Je trouve que c’est un moyen pour s’évader et se trouver un nouveau monde. Quand je ferme un livre, je retourne à la réalité et ma seule envie est de replonger dans l’univers que je viens de quitter. Alors oui, je lis beaucoup mais je ne suis pas non plus un rat de bibliothèque. Mes lectures se concentrent essentiellement sur des romans avec des enquêtes, du suspens mais aussi de la poésie, je trouve ça très beau. Surtout la poésie française, je trouve qu’il y a quelque chose en plus que je ne retrouve pas chez la nôtre. Bref, j’ai toujours un livre de chevet et je ne déroge pas à la règle de lire avant de dormir. Mon livre préféré ? Disons Oliver Twist de Charles Dickens. Cet enfant a eu une enfance tellement différente de la mienne que c’est pour ça que j’adore le lire et le relire. D’ailleurs, j’ai un exemplaire qui est presque unique et j’en prends extrêmement soin.

Pour toi, l'amitié c'est...
Ayant fréquenté des personnes de la haute comme dirait ma mère, mes amis se résument à des personnes présentent à des galas de charité ou bien soirées mondaines. Disons que je compte mes amis sur les doigts de la main. Il y a bien mon meilleur ami Casey  et Jillian aussi, d’ailleurs, je dois dire que je ne sais pas ce que je ferais sans eux maintenant. Ils m’ont soutenu dans les pires moments et on a toujours fait les quatre cents coups. Je leur dois tout et je serais prêt à tout pour leur rendre service s’il le fallait. C’est important l’amitié, d’ailleurs, sans ça, jamais je n’aurais rencontré ou croisé le regard de cette rouquine qui me fait tourner la tête. Pour elle, je serais prêt à me sacrifier et à laisser ma vie. Je préfère avoir peu d’amis et pouvoir compter sur eux que d’en avoir trop et ne pas savoir ce qu’ils pensent ni savoir si je peux compter sur eux.

Quelle est la chose la plus folle qu'on a raconté sur toi ?
Je ne fais pas attention aux « on-dit », je ne suis pas ce genre de personnes à plonger le nez dans les revues de presse people. Au contraire, je fais abstraction de tout ça. Mais s’il y a bien une chose que je ne laisse pas de côté, ce sont les paroles que j’entends aux soirées que je fais dans la grande maison familiale. Celle-ci sont importantes, notamment quand on entend quelque chose sur soi. Au début, je n’y prêtais pas attention car ça concernait Joe, comme quoi elle n’était pas digne de moi et qu’elle venait d’en dessous de la société, que j’allais me marier avec elle en secret et que mes parents n’étaient pas au courant. Ce n’était pas grand-chose, c’est après que ça s’est aggravé, quand suite à mon mariage qui n’a pas abouti, les langues se sont déliées… Cette fameuse Jillian est au cœur des ragots tout comme moi, j’ai appris récemment qu’on racontait que j’avais mis enceinte cette femme… Je ne sais pas si s’en est venu aux oreilles de mes parents, une chose est sûre. J’ai bien fauté avec elle il y a de ça quelques semaines maintenant… J’espère sincèrement que ce ragot est faux et qu’il va s’atténuer le plus vite possible. Autant dire que je vais faire attention à ce qui se dit de plus les prochains jours.
1. Mes parents m’ont toujours forcé à participer à des soirées de charité, galas, soirées mondaines. Rien de plus ennuyant, je finissais toujours pas me goinfrer de gâteaux pour passer le temps. Maintenant, en étant plus grand, je me dis que ça peut me servir concernant le travail, notamment quand il y a des investisseurs potentiels de présent. 2. Je n’ai pas fréquenté les écoles normales, mes parents ont préféré m’envoyé dans des écoles prestigieuses pour ne pas me mêler aux autres personnes bien trop « banales » à leur goût. 3. J’ai toujours eu un goût prononcé pour la cuisine asiatique, j’adore les épices et je ne passe pas une semaine sans manger japonais, indien ou encore chinois. 4. J’ai rencontré Casey quand je suis entré dans l’entreprise de mon père, à présent c’est mon meilleur ami mais aussi mon bras droit dans cette affaire. C’est comme si c’était un frère pour moi. 5. Je n’ai jamais eu de frère, ni de sœur et pourtant, combien même j’aurais aimé en avoir un ou une pour me sentir moins seul quand j’étais enfant. Je regrette un peu cette vie solitaire que j’ai pu avoir et je ne veux pas de ça pour ma famille, quand j’en aurais une. 6. Je suis allergique aux piqûres de guêpes. Cela m’est arrivé deux fois, une fois quand j’étais enfant, quand on a appris que j’étais allergique à leur venin, la deuxième je me demande encore si ce n’est pas un coup volontaire de Jillian. Bref, je gonfle, je deviens rouge et j’ai de la peine à respirer, donc je ne suis pas friand des dîners exposés aux insectes et en plein soleil. Il me faut des protections et je ne rigole pas avec ça. Enfin ça dépend avec qui. 7. Intransigeant, je ne plaisante pas concernant le boulot, quand ça ne me plaît pas, je fais en sorte que ça se sache pour ne pas que ça se reproduise sinon c’est la porte. 8. Je tiens compte de mes valeurs et aussi de l’éducation que m’ont données mes parents alors il n’est pas question de les décevoir. Mais d’un autre côté, je suis prêt aussi à mettre de côté ces valeurs conservatrices pour être heureux et ce qui me rendait heureux, c’était Joe. 9. Je préfère un bon verre de scotch plutôt qu’une pinte de bière, c’est peut être mon éducation qui fait cela mais c’est aussi le goût qui est important. Je préfère la qualité et en payer le prix plutôt que d’avoir les papilles qui brûlent car ce que je bois n’est pas correct. 10.  Jillian est la femme que ma mère veut que j’épouse, moi, c’est juste une excellente amie avec qui je m’entends à merveille et qui ne me prends pas la tête. Pour elle aussi c’est le cas, enfin, je ne lui ai jamais vraiment demandé en fait car celle que je veux qui soit ma femme, c’est la rouquine. 11. Je n’aime pas voyagé, enfin sauf quand j’y suis contraint, je n’ai pas été habitué aux voyages et je ne supporte pas les vols en avion, ça me rend malade. C’est peut être le seul endroit où je suis vulnérable et qu’on peut faire de moi ce que l’on veut. Très peu de personne le savent. 12. Je possède une belle Buick Riviera de 1965 que je chérie et que je bichonne chaque dimanche comme un enfant. C’est aussi le jour où je la sors aussi et que je profite de cette belle voiture. Sinon, je roule en voiture classique. J’ai également une moto dans mon garage mais je m’en sers pas autant. 13. Je suis très lunettes de soleil, je n’hésite pas à les mettre à la moindre occasion, surtout que je suis sensible au soleil ça m’évite d’avoir les yeux qui pleurent et de paraître triste alors que c’est seulement les rayons qui m’agressent. 14. J’aime écouter la musique en allant au boulot et seulement à ce moment-là, après je n’en écoute pas de la journée, ce n’est pas mon fort. Si je le fais avant d’aller au boulot c’est pour éviter d’y penser avant l’heure, sinon, c’est comme si je travaillais dans ma voiture. 15. En 2014, j’ai eu le coup de foudre et je dirais même que j’ai rencontré mon âme sœur, cependant, je suis bien trop pudique pour dire ce genre de chose à la femme que je vénère et que j’admire. Joe. 16. Je ne suis pas fan des animaux, je n’en ai jamais eu quand j’étais petit, mes parents trouvaient cela trop en dessous de leur valeur… Maintenant, je m’y suis fait et c’est vrai que je ne me verrais pas vivre avec un chien ou un chat. 17. J’ai réussi à faire entrer Joe dans ma famille même si c’était plus que difficile, j’ai annoncé que c’était celle que j’épouserai même si mes parents étaient contre, surtout ma mère. Ca n’a pas été simple mais Joe a pu se faire une place dans ma famille. 18. Depuis peu, je me retranche dans mon travail pour ne pas affronter la réalité qui est que Joe est partit le jour de notre mariage sans prononcer si oui ou non elle me voulait comme époux. Je ne veux pas entendre ma mère dire, encore : « je te l’avais dit. » Concernant le rang de la rouquine… 19. Pour combler le manque de mon ex-future-femme, j’ai couché avec la seule femme que je respecte plus que tout au monde : Jillian. Seul problème, depuis peu, j’entends dire que celle-ci serait enceinte, mais je ne suis pas au courant… 20. Je me suis promis une chose : reconquérir Joe et devenir son mari jusqu’à la fin de nos jours.
Prénom : Pauline. Pseudo sur le net : Trucpau. Âge : 22 Pays : France. Comment as-tu découvert le forum ? Je crois que… je suis plusieurs Surprised.. Puis pour le coup, merci à toi Joe Quelles sont tes premières impressions ? Je fonds  Veux-tu t'inscrire à la newsletter d'intégration ? Ca ira Very Happy.  Crédits : tumblr & endlessy epic (avatar). Un petit mot pour la fin ? Love you.

Code:
<pris>RYAN GOSLING</pris> ► Alexander Wellington
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexander WellingtonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 25/05/2017
Pages lues : 54
Crédits : Avatar : Shiya ; Gifs : Tumblr
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Trucpau
Âge : 32 ans - 13 mars 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:11

You want to make a memory
Citation qui représente ton personnage ici

Je me regardais dans le miroir, tirant sur le nœud papillon qui me serrait la gorge. J’entendais déjà le bruit du grognement de ma mère. « Alexander, reste tranquille veux-tu ! » Je n’avais pas le droit de protester, si bien que je me tournais vers elle en soupirant et laissant mes bras ballant contre mon corps. J’étais légèrement recourbé, je savais que mon dos n’était pas droit et ma mère me regarda d’un regard si intense que je me redressais immédiatement pour ne pas avoir encore des critiques. Je me passais une main dans les cheveux et me dirigeais vers la coiffeuse où ma nourrice vint me coiffer et mettre de l’ordre dans mes cheveux blonds. Je sentais le regard de ma mère partout où je passais, à croire que si je faisais un pas de trop, je verrais sa main atterrir sur mon épaule pour me remettre dans le chemin. Je fixais le garçon en face de moi et souris en regardant la brune qui me coiffait. Que ferais-je sans Denise ? Je dois dire que ma mère était simplement là pour me donner les leçons de bonnes conduites, que je sois un parfait aristocrate, disons-le ainsi et que je mérite la relève de mon père. Et moi, on ne me demandait jamais ce que j’en pensais. Alors que Denise, elle, elle me demandait toujours ce qui me tracassait, ce que je voulais faire, ce que j’aimerai être un jour. Jamais ma mère. Parfois, quand je regardais Denise, j’y voyais ma mère… Triste à dire mais c’est quasiment elle qui m’a élevé pendant que mes parents étaient trop occupés à mettre en scène diverses soirées mondaines ridicules pour récolter des fonds. Enfin, je n’y comprenais vraiment pas grand-chose à ça, un monde de grand. Puis quand elle eut terminé, j’attrapais mon veston et le mis, sans attacher les boutons. Je regardais ma mère, sans sourire, les bras dans le dos, droit comme un « i » attendant l’inspection. Une fois que j’eus son accord, je pus descendre après elle dans le grand salon de notre maison. Ce soir c’était l’anniversaire de mon père et il fallait que tout soit parfait pour les invités, que rien ne dépasse. Bref, même si c’était l’anniversaire de la personne que je vénérais le plus, celui-ci n’était même pas disponible pour moi. Trop occupé à parler business avec des hommes et ma mère… elle, elle ne cessait de rire des bêtises que disaient ces bonnes femmes. Je levais les yeux au ciel, mettant mes mains dans mes poches puis allais dans la véranda. Je vis une jeune fille de dos, une brunette, je m’avançais et me plaçais à ses côtés, lui jetant un coup d’œil. « Bonsoir, je suis A… ». Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase qu’elle m’interrompit en rigolant et posant sa main sur mon bras. « Je sais qui tu es, malheureux. Qui ne connaît pas le fils Wellington, la prunelle et la réussite de la famille ? » Je fus surpris, si bien que je ne pouvais rien dire d’autre que d’écouter cette fille. « Moi c’est Jillian, mon père et ton père sont associés. » Je hochais la tête car même si je connaissais le boulot de mon père, je ne connaissais pas les personnes qui y travaillaient. Mais au fond, j’étais heureux de voir qu’une enfant aussi faisait partie de ce monde qui n’était pas mien. Dans lequel je ne me retrouvais pas, dans lequel je ne me sentais pas à l’aise pour un sou. « Je te fais visiter ? » Je tendis mon bras pour lui faire comprendre que j’étais un gentleman et que les leçons de ma mère n’étaient pas veines. Du haut de mes douze ans, je savais très bien être un homme et je voulais le prouver ! J’en avais marre d’assister à ce genre de soirée auxquelles ne n’avaient aucun intérêt à y participer. Mais je compris une chose ce soir là, je compris que Jillian allait faire partie de ma vie entièrement et que c’était aussi une des seules amies que je m’étais fait à ce jour. Enfin si, il y avait mes camarades de classe mais c’était tellement différent, j’étais différent mais ça mes parents n’arrivaient pas à le voir, mais quand je vis cette brunette, je compris qu’elle, elle l’avait vue.

***

J’étais assis sur ma chaise, tenant ma fourchette dans ma main droite, j’allais la monter à ma bouche quand j’entendis les paroles de ma mère. Je relevais la tête, laissais tomber ma fourchette et articulais fortement. « Pardon ? » Je n’arrivais pas à le croire, elle se foutait de ma gueule ou pas ? Depuis quand on décide de ma vie et avec qui je termine ? Je me pince les lèvres et attends qu’elle répète sa magnifique phrase. Mais je vois bien à son regard que je n’ai pas mon mot à dire encore une fois. J’ai beau être devenu un homme, ma mère ne cesse de vouloir contrôler ma vie de A à Z. « Je disais simplement que ça ne me dérangerait pas de voir Jillian comme belle-fille. » Je n’en croyais pas mes yeux, ni mes oreilles. Comment pouvait-elle penser une telle chose ! Je bouillais intérieurement, mais je ne voulais pas lui montrer. Je prenais souvent sur moi pour ne pas qu’elle gagne, ne pas voir qu’elle a de l’influence. Croisant le regard de mon père, je voyais bien qu’il n’avait pas son mot à dire non plus. Super, c’est ma mère qui porte la culotte ! Je fis grincer ma fourchette dans mon plat et je ne pris pas la peine de lui répondre pour le coup. Je préférais manger plutôt que de gâcher mon repas pour elle. D’où lui venait ce genre d’idée ? N’avait-elle pas pensé que je voulais moi-même me trouver quelqu’un ? Tout ça parce que ses parents lui ont fait un mariage organisé ? Enfin, ils s’aiment, je le sais, c’était de l’amour et le vrai. Venant du même milieu il n’y a pas eu de souci à ce que le mariage ait lieu, mais moi, je ne comptais donc pas ? Je n’avais pas mon mot à dire ? C’était trop facile ce genre de situation et j’étais prêt à me battre pour obtenir gain de cause, je venais de rencontrer une jeune femme, une belle rouquine se nommant Joe. Avec du caractère. Tout ce que j’aime ! Je n’étais pas prêt de faire une croix dessus et je ne voulais pas que ma mère gagne ce combat. Elle avait longuement dirigé ma vie mais c’était à moi seul de faire ce que j’en voulais et pas l’inverse. Je vis la bonne servir le dessert et je trouvais que le moment était parfaitement bien choisit pour lui en parler, alors qu’elle portait à ses lèvres son verre de vin, je me mis à parler d’une voix calme tout en souriant. « J’ai rencontré une femme, elle s’appelle Joe. » Je plantais mon regard dans le sien puis tournais la tête vers mon père tout en souriant toujours. J’entendis tousser et c’est sans étonnement que ma mère avait avalé de travers. Je compris dans son regard que je contrecarrais ses plans mais je n’étais pas né pour qu’on dicte ma vie. Je pris une part de gâteau puis déglutissais avant de continuer. « Je pense que c’est la femme de ma vie si tu veux savoir. » Je repris ma fourchette et la pointais avec pour reprendre. « Si tu n’es pas d’accord, je t’en prie ne viens pas à mon mariage. » Je m’avançais mais je savais que cette fille, je l’épouserai. Prétentieux ? Un petit peu.  Je vis son visage se décomposer et rien que ça, ça me faisait sourire et rire. « Tu n’épouseras pas une moins que rien. » Je fis claquer ma langue sur mon palet et posais mes poings sur la table tout en me levant, un regard de défi dans mes yeux. Mon père n’osait même pas se prononcer, préférant terminer le gâteau que de recevoir les foudres de ma mère de participer à cette conversation. Ceci était privé et entre nous deux, sans mon père pour m’épauler. « Tu ne la connais pas, donc tu n’as rien à dire sur elle. Elle est fantastique. Jillian est une amie, maman. Je ne finirais pas mes jours avec elle pour ton plaisir. » Je me redressais, tournais les talons prêt à sortir quand j’entendis les paroles de ma mère me faire comme l’effet d’un coup de poing. « Ne pense même pas me demander de t’accompagner à l’autel. » Cela me faisait de la peine intérieurement, c’était mon modèle féminin, celui en qui secrètement je vouais un culte. « T’en fais pas pour ça, je m’arrangerai. » Sur ses dernières paroles, je ne la regardais même et sortis, calmement tout pour lui faire perdre son sang-froid et montais dans ma chambre en marmonnant dans ma barbe. Ce n’est pas parce qu’elle voulait que j’épouse quelqu’un de la haute société et du même rang social que j’allais l’écouter, bien au contraire. Je n’étais pas tombé amoureux d’une classe sociale mais de la fille. La jolie rousse. Joe Holbrook.

***

« Joe, veux-tu m’épouser ? » Je soupirais avant de taper contre le miroir. N’importe quoi, j’étais tellement ridicule pour le coup. Alors que j’étais en train d’ajuster ma cravate tout en réfléchissant à comment je pouvais amener le sujet, je me tournais pour aller ouvrir la porte de l’appartement. Je découvris Jillian sur le seuil et souriais avant de l’embrasser et de la faire entrer. « Qu’est-ce qui t’amène ? » Je la vois sourire et je finis par me laisser faire avec ma cravate. Je n’ai jamais été doué pour ça, à croire que ça me poursuivra toute ma vie. « Je viens aider mon ami à passer le cap des fiançailles et que tu ne partes pas au courant pendant ce dîner. » Je me mis à rire puis levais la tête pour lui faciliter la tâche de remettre correctement le nœud de ma cravate. Une fois fait, je tournais sur moi-même et m’arrêtais les bras écartés avec un grand « tadam ». « Parfait, tu es parfait. » Je souriais et finis par déposer un baiser sur son front, la laissant dans l’appartement pour ce soir. J’avais prévu autre chose pour Joe et moi si c’était bon, si je ne m’en sortais pas j’irais sûrement m’enterrer dans ma tombe précommandée par ma mère. Je l’avais tenue au courant de mes plans mais celle-ci ne m’adressait plus la parole depuis que j’avais invité Joe à la maison. Elle avait plu à mon père, je l’avais vu dans son regard mais il préférait se ranger du côté de ma mère pour ne pas que ça fasse d’effusion dans les médias, notre réputation était notre richesse et d’un côté, je pouvais le concevoir. Je marchais au restaurant où j’avais pris une réservation pour vingt heures. J’étais tellement stressé que je me parlais à moi-même puis je ne faisais que de tapoter ma poche où se trouvait la bague. J’espérais tellement avoir bien choisi. Je n’avais pas pris quelque chose de trop pétant, je connaissais trop bien ma jolie rousse pour comprendre qu’elle appréciait la discrétion et qu’on ne voit pas que le diamant énorme sur l’anneau. Non, j’avais pris quelque chose de simple, élégant, en or, qui brillait malgré tout mais qui correspondait à Joe. Ce n’était pas simple parfois de la croiser où autre mais ce soir était le soir et si elle devait repartir, je savais qu’elle repartirait avec une bague au doigt me prouvant son amour et qu’elle allait m’appartenir. J’étais jaloux au fond de voir son meilleur ami la dévorer des yeux alors que c’était ma copine. Non, je n’aimais pas prêter surtout quand je voyais ses yeux s’illuminer en la voyant, il fallait être aveugle pour ne pas voir à quel point il l’aimait. Bref, ce n’était pas le sujet, ce soir Joe serait normalement mienne jusqu’à la fin de mes jours, si elle acceptait. Soupirant, je passais l’entrée et demandais la table de ma réservation et allais m’y asseoir. J’étais en avance mais c’était pour mieux me préparer mentalement, au moins Joe ne me reprocherait pas de ne pas être à l’heure cette fois-ci. Puis quand je vis son visage, mon sourire s’agrandit et je me levais pour aller déposer un baiser sur ses lèvres, la faisant asseoir comme une princesse. Je ne sais pas si ça se voyait si j’étais nerveux mais en tout cas, la jolie rousse n’y voyait que du feu et ça, c’était le principal. Alors qu’on sortait, je reçus un message comme quoi Jillian avait quitté l’appartement, de son côté, Joe me regarda en me confiant qu’elle s’en allait demain. Je sentis mon cœur se briser en entendant encore cette phrase. Il y a des moments où j’aimerai vraiment qu’elle reste auprès de moi et ne s’en aille plus jamais. Je ne montrai pas mon mécontentement cependant, malgré cette nouvelle j’allais faire ma demande ! Pas question qu’elle parte sans cette bague au doigt ! Je lui pris sa main, la tenant dans la mienne et on rentra à l’appartement, je la laissais faire ses affaires, accoudé contre l’amour, l’observant et la dévorant des yeux. Son corps était tellement parfait, cette fille était parfaite ! Je me mordis la lèvre et après avoir discuté quelque peu de son voyage, je décidai de passer le cap. « Epouse-moi, Joe ! » J’étais arrivé devant elle, la bague dans un écrin prête à lui offrir. Je vis dans ses yeux la surprise et au final, même si ce n’était pas vraiment comme ça que je m’imaginais lui demander sa main, je fus fier de moi quand j’entendis sa réponse. Inutile de dire qu’au final, elle resta avec moi pour le reste de la nuit… manquant même son vol. A partir de maintenant, Joe partirait avec cette bague signifiant à présent qu’elle était mienne et que personne n’allait se mettre sur le chemin de notre union.

***

Alors que je prenais un verre de scotch pour me donner du courage, j’allais passer la porte quand je la vis s’ouvrir. J’arquai un sourcil en voyant ma mère entrer dans cette pièce. Elle qui ne voulait pas participer à ce mariage, qu’est-ce qu’elle foutait là ? Je grimaçais, prête à recevoir une réflexion ou me demandant encore une fois d’abandonner cette idée du mariage. Plusieurs fois j’avais eu la remarque quand j’étais venu dîner à la maison et qu’elle ne cessait d’inviter Jillian alors qu’elle-même savait que j’épousais Joe. Soupirant, j’étais prêt à la renvoyer quand elle posa une main sur mon bras, je la regardais les yeux et décidais de lui laisser une chance de s’expliquer. « Tu es mon seul enfant, je n’allais pas ne pas t’emmener à l’autel… »  Je ne sais pas ce qui me prit à ce moment-là mais je serrais ma mère dans mes bras, appréciant son geste mais aussi montrant à quel point son soutien dans cette épreuve m’avait manqué. Je ne pensais pas qu’elle avait accepté mon union avec Joe, en fait je n’en savais rien, je savais seulement qu’elle serait à mes côtés et qu’au fond, elle s’était résolue à avoir Joe comme belle-fille. La gorge nouée, je me séparais d’elle et je finis de nouer ma cravate avec son aide, me tenant droit et appréciant ce moment avec elle. Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas ouvert mon cœur à ma mère que ça me faisait bizarre de ressentir cette joie. J’étais ravi qu’elle fasse partie de mon mariage, qu’elle soit venue et y participe. Je soupirais avant de prendre son bras et de me diriger vers l’autel avec elle. Puis vint le tour de Joe, j’étais si stressé que je sentais mes mains moites et la sueur commencer à venir. Il fallait que je me gère, un coup d’œil dans l’ensemble de nos deux familles et amis me permirent de me sentir mieux et encore, ce n’est qu’en croisant le regard de Jillian et de Casey que ça allait mieux.  Quand je la vis, mon cœur ne fit qu’un bond et je crus que j’allais flancher. Cette fille était magnifique et elle allait devenir ma femme. Quand elle fut devant moi, c’est comme si mon rêve se réalisait, j’étais tellement heureux que je crois que je brillais de bonheur. La cérémonie se déroulait parfaitement, les vœux aussi jusqu’à ce que je prononce ce « oui » fort et clair. Puis j’attendis sa réponse mais rien ne vint, je la regardais insistant lui demandant bien ce qu’elle pouvait faire rien qu’avec le regard. Je vis ses yeux aller vers son meilleur ami et le rouge me monta au visage. Ce crétin allait foutre en l’air mon mariage. Puis j’entendis à peine ses mots quand je la vis partir en courant, je me tournais vers mes meilleurs amis, vers ma mère qui accourait à mes côtés pour me prendre dans ses bras murmurant des mots réconfortants. Je me laissais tomber sur les marches et me pris le visage entre mes mains. Ce n’était pas possible, elle ne pouvait pas m’avoir planté ici, là, maintenant. Avec l’autre, Noe. Non, ce n’était pas possible. Je ne cessais pas de dire ces mots-là, puis j’entendis vaguement dire ma mère des mots qui me poignardèrent encore plus. « Je l’avais bien dit… » Je n’avais pas besoin d’entendre ça, pas plus que d’entendre des excuses de la part des parents de Joe. Ce n’était pas de leur faute je ne leur en voulais pas, j’en voulais à Noe, à Joe aussi de ne pas m’avoir mis au courant pour eux deux. En fait je ne comprenais rien, je savais seulement que j’étais planté là, seul, comme un con en fait en train d’essayer de chercher ce qui avait bien pu se passer dans sa tête. Et ça, je ne sais même pas si j’allais en avoir le fin mot. Soupirant, je me levais, demandais à tout le monde de rentrer chez eux et je fis de même, découvrant un appartement vide et remplis de vêtements de Joe. Je ne sais pas comment j’étais. En fait, je n’arrivais pas à savoir si j’avais envie de tout exploser, de tout envoyer en l’air, de crier, de pleurer, de l’appeler… Je ne savais rien, simplement, j’étais vide. Vide d’émotion ou autre. Je finis par aller dormir, observant mon portable toutes les deux secondes pour savoir si elle allait m’appeler ou autre. Et pour la première fois en plus de trois ans, je dormais seul, sans cette rouquine à mes côtés, sans cette fille au regard d’acier…

***

Cela faisait maintenant deux semaines que je ne cessais pas de la chercher, partout où je voyais une rouquine, je pensais que c’était elle. Combien de fois j’avais agrippé le bras d’une passante avant de m’excuser et de tourner les talons comprenant que mes chances de la retrouver les rues de DC étaient vaines… Je rentrai tous les soirs du boulot, quittant Casey la mine à moitié réjouit, préférant m’enfermer dans un bureau plutôt que de rentrer, dans l’espoir de voir la jolie Joe qui m’attendait, regrettant ce qu’il s’était passé. J’y ai cru ce soir là, oui j’y ai cru ! Quand je suis rentré, j’ai vu cette silhouette dans le salon, son ombre, j’ai accéléré le pas pour découvrir que ce n’était seulement que Jillian. Je soupirais et mon sourire se perdit une fois de plus. « J’ai cru que c’était Joe… » Alors que je ne m’y attendais pas, elle finit par me prendre dans ses bras et je m’y laissais bercer un moment. Je n’avais pas remarqué que j’en avais besoin, que j’avais de cette proximité, de me sentir aimé. Je m’abandonnais dans ses bras, finissant par craquer capturant ses lèvres et elle aussi. Je finis même par aller plus loin, disons qu’on avait franchi une barrière que je crois que je n’aurais jamais dû passer. Autant pour elle que pour moi. On a couché ensemble et quand je me suis réveillé le matin, j’ai tout de suite pensé que c’était une erreur, ça en était une. « On aurait jamais dû faire ça, Jillian ! » J’étais paniqué, tellement paniqué. J’aimais encore Joe, je l’aimerai tout le temps. J’avais simplement perdu pied et j’avais eu besoin de ce moment de tendresse mais jamais ô grand jamais je n’aurais dû aller jusque-là. Je me passais une main sur le visage et soupirais en la voyant s’habiller. Cette fille était comme une meilleure amie, une sœur que je n’avais jamais eue et j’avais couché avec elle… Craquant lamentablement du manque affectif de mon ex-fiancée. Je la vis partir, légèrement vexée de m’entendre dire ça mais je ne pouvais pas le nier, j’avais fait une grossière erreur et je savais maintenant que jamais Joe ne devait être au courant et que je devais à tout prix la reconquérir. Lui montrer que je l’aimais plus que tout au monde, que je voulais finir ma vie avec cette jolie rousse qui me faisait rire et sourire sans obligation. Simplement en la regardant. Alors je ne perdis pas une autre journée à me lamenter sur mon sort, je repris le cours de ma vie, travaillant comme un forcené pour améliorer la boite de ma famille, montrant à ma mère que je n’étais pas abattu. J’allais même participer à une soirée mondaine deux mois plus tard, lui montrant que j’étais bel et bien revenu et qu’Alexander Wyatt Wellington allait devenir la première entreprise dans les nouvelles technologies à développer un concept écologique. J’avais même aidé ma mère à la préparation des mondanités, autant dire que j’étais plus que prêt à affronter les ragots et autre que j’allais entendre pour la soirée. Mais ça allait aussi me permettre de trouver des investisseurs. C’est pour ça que j’étais là, pas pour autre chose. Je croisais le regard de Casey et souriais levant mon verre avant de me diriger vers les cuisines pour voir où ça en était dans les petits-fours. Tout se passait à merveille quand j’entendis une phrase qui me fit cracher mon scotch. « Paraîtrait qu’elle serait enceinte… Du fils Wellington. » Je crus mourir sur place en entendant ce genre de phrase mais je restais en retrait, continuant d’écouter ce que disait cette femme ronde et laide. « Deux mois, tout au plus ! Apparemment il n’assumerait pas… Enfin c’est ce que j’ai entendu dire. » Je fermais les yeux et cherchais la jeune femme du regard, la trouvant en train de discuter avec des clients de ma boîte mais à son sourire, je compris que ce n’était pas vrai, ça ne pouvait pas l’être, c’était trop franc et trop elle pour qu’elle me fasse ce genre de coup. « En plus, ça se serait passé pas longtemps après sa rupture avec cette rousse ! » Ce fut la goutte de trop, je passais à leur côté, leur souriant avant de me diriger vers Jillian et de la regarder dans les yeux. « Qu’est-ce que tu es allé raconter ? Tu l’as dit à qui qu’on avait passé une nuit ensemble ? » Je l’avais prise par le bras, l’accompagnant vers l’extérieur pour ne pas que des oreilles indiscrètes nous écoutent. « Personne voyons ! » Je ne savais pas si je devais la croire, ce que je savais fortement c’était que cette rumeur ne devait pas sortir de cette maison. Mes parents avaient des principes et pas d’enfants avant un mariage, ce que je respectais c’était capital pour moi aussi ! Mais là, non, ce n’était pas possible, pas elle. « Arrange-toi pour que ce soit réglé ce soir ! » Je lui lâchais le bras et rentrais dans la maison en montant dans ma chambre. Si ça venait à être vrai, j’allais devoir finir par l’épouser pour ne pas fausser les bonnes mœurs de ma famille mais aussi pour ne pas laisser un enfant sans père. De l’autre, je voulais épouser Joe et finir mes jours avec elle mais avec cette rumeur je me savais mort d’avance. En bref, ma vie n’allait pas se terminer par un long fleuve tranquille, loin de là.


Dernière édition par Alexander Wellington le Jeu 25 Mai - 21:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joe A. HolbrookGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 22/04/2017
Pages lues : 62
Crédits : unknown (av) .plùm (sign)
Avatar : emma stone
Pseudo : .plùm
Âge : Vingt-sept ans, elle n'aime pas tellement savoir que la trentaine approche à grand pas. (24.03.1990)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:26

pink


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexander WellingtonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 25/05/2017
Pages lues : 54
Crédits : Avatar : Shiya ; Gifs : Tumblr
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Trucpau
Âge : 32 ans - 13 mars 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:28

string

On va faire un duo de fou
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 204
Crédits : #avatar : Schizophrenic #gif : tumblr #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Trente-trois ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:33

Rebienvenue chez toi miss
RYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
Bon courage pour l'histoire de ton monsieur

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexander WellingtonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 25/05/2017
Pages lues : 54
Crédits : Avatar : Shiya ; Gifs : Tumblr
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Trucpau
Âge : 32 ans - 13 mars 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:37

Merci toi

DAAAAAAAAAAN string string string

Pour te rendre la pareille Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amelia L. JeffersonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/05/2017
Pages lues : 49
Crédits : artificial nocturne
Avatar : kelly brook
Pseudo : artificial nocturne
Âge : 34 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:43

bienvenue
très beau choix de scénario
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 01/05/2017
Pages lues : 68
Crédits : Wiise
Avatar : Matthew Daddario
Pseudo : Lydia
Âge : 29 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 20:57

Re-bienvenue you pink Bon amusement avec ce nouveau perso
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 535
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 21:02

Re-bienvenue Smile.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Maëlys WalkerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 22/09/2016
Pages lues : 409
Crédits : MØRPHINE. (avatar) bat'phanie (sign) smoking cat (crackship)
Avatar : Bridget Satterlee
Pseudo : smoking cat
Âge : Vingt cinq ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   Jeu 25 Mai - 21:36

ENCORE TOI Surprised Arrête de te dédoubler, je vais me perdre après
Re-bienvenue sinon
Et très bon choix de scénario
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je vous déclare... Je ne vous déclare pas. ♦ Alexander Wellington
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» MR. HRM Ҩ je vous déclare maintenant mari et femme, vous pouvez actualiser vos statuts facebook.
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» Ahh ! L'Amour... (si vous êtes une femme, retournez immédiatement d'où vous venez) TERMINE
» avez vous une bonne estime de soi ?
» [I]l n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Vos papiers, s'il vous plait :: Mon autobiographie :: Bienvenue à Washington-
Sauter vers: