AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 62
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Ven 23 Juin - 2:22

Adela & Isaiah
I wish someone would do the same for me

Avec la fin de l’année qui approchait, le fait que les examens étaient pas mal terminés et que le destin des élèves pour l’année suivante était joué, il était pas mal rare que je sois contacté par des parents à cette période du parcours scolaire. En vérité, il était rare que je sois contacté par des parents tout court, sauf quand il était question de l’équipe de baseball, équipe qui n’était pas brillante cette année, mais amusante, alors cette affirmation devenait encore moins vraie. Je ne disais pas que je n’aimais pas vraiment discuter avec les parents, quand ils venaient pour les rencontres ou m’appelaient, je les recevais avec un grand plaisir, mais je devais toujours admettre que cela me faisait étrange. Inutile de mentionner qu’à la lumière de ce quotidien qui était devenu le mien ces dernières années, au moment où on m’avait appelé à mon bureau pendant ma pause, pour me dire qu’il y avait quelqu’un qui voulait profiter de ce moment pour me voir, j’étais resté plus que surpris. Pendant un instant, j’avais limite cru à une blague, mais la réceptionniste à l’autre bout de l’appareil semblait on ne peut plus sérieuse. Secouant la tête, je dus me résigner à croire que cela était vrai. Mentionnant que je serais là sous peu, je raccrochai, puis tandis que j’étais en route vers l’entrée de l’école, j’en vins à la conclusion que je ne parvenais juste pas à deviner de quoi il s’agissait. Est-ce qu’il y avait un joueur qui voulait jouer à un plus haut niveau, un niveau que je ne pouvais pas lui proposer cette année ? Est-ce qu’il y avait un souci avec un élève avec lequel je pourrais aider, même si je n’avais plus vraiment de cours de sport, sauf avec les plus jeunes ? Au bout du compte, même si le trajet n’était pas des plus courts, je décidai de me rendre à cette rencontre en ayant aucune hypothèse, puisqu’aucune ne me semblait valide pour le coup. Et puis, à ce point, je verrais certainement de quel parent il s’agissait, et ce serait suffisant pour mettre de l’ordre dans ma tête. Sauf que lorsque j’arrivai à la réception et que la secrétaire me désigna la personne qui m’attendait, que je me rendis compte qu’elle était trop jeune pour être mère d’un de mes élèves, j’écarquillai les yeux. Il me semblait pourtant l’avoir vue précédemment, mais je ne saurais dire où, là tout de suite, avec le choc que j’étais en train de subir. Cependant, puisque j’étais bien élevé et je ne voulais pas manquer de professionnalisme, je m’approchai, puis je dis:  « Bonjour, je m’appelle Isaiah. Vous avez demandé à me voir ? » En effet, j’étais si peu certain de tout cela que je voulais m’assurer que ce n’était pas une erreur avant de dire ou faire quoi que ce soit d’autre.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adela J. GarciaGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 23/03/2017
Pages lues : 402
Crédits : Vava .nephilim ; Sign Emi Burton ; Gif Tumblr
Avatar : Miranda May Kerr
Pseudo : GekkuNeko
Âge : Trente-cinq ans, je ne les fais pas mais bon..
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Mar 27 Juin - 11:20


Isaiah & Adela
I wish someone would do the same for me
Il y a de cela quelques jours déjà je me baladais en ville avec mon charmant époux, ou presque, Pedro et j'ai croisé à ce même moment un patient de l'hôpital dont je me suis occupé à plusieurs reprises. Alors que Isaiah était allé de son côté Pedro m'a tapé une violente crise de jalousie dans la rue comme ça devant tout le monde et j'ai très clairement vu le patient appeler les flics certainement inquiet de la tournure que pourrait prendre la suite des évènements. Par chance Pedro n'a pas pété un câble trop long et nous avons fini par nous barrer tous les deux rentrant à la maison, enfin maison est un trop gentil mot pour désigner ce lieu, j'appellerais plutôt ça la prison ou la niche vu que bien souvent j'ai plutôt l'impression d'être prisonnière de mon mariage et traité comme un chien par mon époux ... Mais ça c'est un point de vue personnel sans doute que dans la tête de Pedro je reçois ce que je dois recevoir et il n'a pas à se remettre en question. De toute manière Pedro a toujours été assez particulier dans sa façon d'être et quand il doit se remettre en question il ne le fait jamais, il est comme ça, il l'a toujours été de toute façon. C'est son frère jumeau, Berto qui est plus calme et n'a jamais trop de soucis pour se mettre en question quand il le faut.
Mais pour l'heure aucune importance parce que je me décide à aller à l'école de Washington souhaitant voir Isaiah et le remercier pour sa gentillesse à mon égard. Naturellement j'ai mentis à mon mari, comme j'ai souvent l'habitude de le faire, prétextant que j'allais bosser alors qu'en fait non. Si par malheur il m'a suivit sans que je m'en rende compte c'est sûr je suis sérieusement dans la merde. Alors, tandis que je soupire à cette pensée je pénètre dans l'établissement scolaire et me présente à la réceptionniste, précisant que je souhaite voir un certain Isaiah, ne me rappelant pas de son nom de famille ce fût compliqué pour réussir à lui faire comprendre précisément qui je veux voir mais après une petite dizaine de minutes nous avons enfin trouvé la bonne personne. Elle l'appelle donc précisant que quelqu'un souhaite le rencontrer maintenant et elle m'apprend une fois avoir raccroché qu'il arrive très bientôt, j'acquiesce alors. « Je vous remercie. » Dis-je simplement à la charmante jeune femme tandis que je finis par voir Isaiah devant moi se présenter en me demandant si c'est bien moi qui voulais le voir, j'acquiesce alors. « Bonjour Isaiah. Je suis Adela, on s'est croisé à plusieurs reprises à l'hôpital et précédemment dans la rue il y a peu. Du coup oui je voulais vous voir suite à ça .. » Répondis-je simplement au jeune homme tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres après avoir prononcé ces quelques mots....


Dernière édition par Adela J. Garcia le Jeu 17 Aoû - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 62
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Ven 7 Juil - 15:07

Adela & Isaiah
I wish someone would do the same for me

Je n’avais pas reconnu la jeune femme devant moi comme étant la mère d’un de mes étudiants, mais je savais qu’elle ne m’était pas totalement inconnue. J’avais vu son visage quelques fois, mais je ne lui avais jamais vraiment parlée ou quelque chose dans le genre, alors pour moi, du coup, c’était encore plus flou, mais également frustrant, parce que je voulais savoir à qui je parlais, et je me sentais ridicule de ne pas avoir ne serait-ce qu’une idée vite fait d’à qui je parlais. Devrais-je lui demander au bout du compte ? En ajouter un peu plus pour savoir à quoi m’en tenir ? Avant que je ne puisse me décider sur ce fait, la jeune femme prit la parole, en venant à se présenter et ensuite, comme si limite elle avait lu dans mes pensées, me dire où nous nous étions croisés exactement. Sitôt, je m’en montrai troublé, puisque rapidement, des souvenirs me revinrent à l’esprit. Des souvenirs de mes passages à l’hôpital, plus flous, mais plus précisément celui de la rue, celui où j’avais vu cette femme en difficulté avec un homme. Son mari ? Un ami ? Je l’ignorais totalement, parce que je ne lui avais pas demandé, et je ne me voyais pas le faire. Plus encore, j’étais persuadé que c’était un épisode terminé, que je n’en entendrais plus parler. Et pourtant, cette femme était en train de me prouver le contraire. En revanche, cela ne voulait pas dire que je savais davantage ce qui en était de ce côté, bien au contraire. Toujours dans le flou, je fronçai les sourcils suite à son propos, et de façon un peu idiote, je ne sus faire mieux que de lui dire:  « Hum… D’accord… » Maladroitement, je regardai quelque peu autour de moi, me rendant compte qu’ici, dans le hall d’entrée de l’école, alors que tout le monde pouvait passer et écouter les conversations, d’autant plus que c’était un lien très ouvert, je ne me voyais pas vraiment parler de cela dans cet endroit, et je me doutais bien qu’Adela ne voulait pas cela non plus. Voilà pourquoi, au final, je me permis de proposer:  « Allons à mon bureau, si vous le voulez bien. Nous serons plus à l’aise pour discuter… » Sur ces mots, je lui désignai le couloir principal d’un signe de main, la laissai passer devant moi par courtoisie, puis je me rendis ensuite à sa hauteur pour ne pas la laisser seule devant. Tandis que nous marchions, même si ce n’était pas sur une grande distance, je me permis de lui demander, candidement, par pure curiosité:  « Comment… Comment avez vous su que je travaillais ici ? » J’avais bien compris qu’elle savait mon nom, autrement jamais je n’aurais été appelé à l’accueil comme cela venait d’arriver, mais après, comment l’avait-elle su ? Qui lui avait donné le chemin pour se rendre ici ? Voilà ce que j’étais curieux de savoir en ce moment.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adela J. GarciaGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 23/03/2017
Pages lues : 402
Crédits : Vava .nephilim ; Sign Emi Burton ; Gif Tumblr
Avatar : Miranda May Kerr
Pseudo : GekkuNeko
Âge : Trente-cinq ans, je ne les fais pas mais bon..
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Lun 17 Juil - 11:07


Isaiah & Adela
I wish someone would do the same for me
Le fait est de venir au lycée de Washington ça me fait bizarre parce qu'en fin de compte je n'ai pas passé mes années lycée et j'en passe ici mais plutôt à Porto Rico chez moi à San Juan par conséquent venir dans cet établissement ça me fait bizarre mais je sais parfaitement que je n'ai pas d'autres choix. Depuis mon mariage avec Diego je n'ai jamais eu qui que ce soit qui m'a protégé ou défendu de lui d'une quelconque façon tout simplement parce que jamais personne n'a su que j'étais une femme battue, du coup, je suis extrêmement touché que cet homme qui ne me connait pas tant que ça ai pu faire une chose pareille comme d'appeler les flics en craignant certainement que Diego en arrive à me casser la gueule en pleine rue. Ce taré en serait parfaitement capable, vu ce qu'il me fait subir dans la maison dans laquelle nous vivons je ne serais pas étonné qu'un jour il en arrive à me tabasser en pleine rue, venant de lui plus rien ne m'étonne à vrai dire. Alors, lorsque je vins à entendre les mots de Isaiah soit de nous rendre dans son bureau un peu plus loin dans le couloir visiblement, afin d'être plus à l'aise, j'acquiesce alors. « Et bien très volontiers merci ! » Répondis-je tandis que j'avance dans le couloir principal du bâtiment tout en faisant un rapide geste de la main à la demoiselle de la réception puis je continue à marcher dans ce lieu me laissant guider par Isaiah qui est venu entre temps se poster à côté de moi me demandant alors comment j'ai su ce qu'il faisait dans la vie. « En fait lors de l'un de vos passages à l'hôpital vous m'aviez mentionné travailler au lycée de Washington du coup je suis venu ici afin de vous retrouvez. C'était important pour moi de le faire et de vous trouvez pour vous parlez de tout ceci et surtout vous remerciez. » Expliquais-je au jeune brun que je scrute longuement de mes yeux bleus tout en affichant un grand sourire sur mes lèvres. Après quoi je continue d'avancer avec lui jusqu'à ce que nous arrivions depuis une porte, je fixe Isaiah longuement cherchant à savoir si c'est son bureau ou non...


Dernière édition par Adela J. Garcia le Jeu 17 Aoû - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 62
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Sam 22 Juil - 15:15

Adela & Isaiah
I wish someone would do the same for me

Bien sûr je m’étais rendu à l’hôpital précédemment, et bien souvent par mes propres moyens, non seulement parce que bien souvent, mes blessures ne m’empêchaient pas de fonctionner à peu près correctement et de plus, il était hors de question que j’embête quiconque avec mes soucis, et encore moins que j’en vienne à expliquer pourquoi je m’étais blessé d’une façon ou d’une autre. Mais sitôt que ces épisodes étaient terminés, je tentais de passer outre, aller de l’avant, oubliant bien souvent les détails de ma visite, y compris ces moments où je remplissais les formulaires pour moi-même, y écrivant inévitablement là où je travaillais et le métier que je pratiquais, pour percevoir les assurances afin de ne pas payer mes frais médicaux. Ce n’était pas du vol, j’y avais droit, alors autant les utiliser. Par contre, jamais je n’aurais cru que ce genre de formalité aurait pu paraître importante aux yeux de la jeune femme, qui avait pris la peine de se rappeler que je travaillais ici. Enfin, s’était-elle souvenue de ce que je lui avais dit, comme elle le prétendait, ou bien avait-elle fouillé dans mon dossier ? Mais même si elle y avait fouillé, elle avait forcément dû se rappeler de mon nom pour le faire, n’est-ce pas ? Quelque peu perturbé pour le coup, je ne sus faire mieux que de lui servir un sourire gêné, ne sachant pas si je devais être embarrassé d’avoir été retrouvé ainsi, ou bien touché que la dame se soit souvenue de moi et avait tenu à faire tout le trajet jusque dans un lycée public pour me voir. Ne sachant que répondre pour le coup, je trouvai le moment limite parfait pour arriver à mon bureau, puisque pendant un bref instant, je fus occupé à déverrouiller la porte, puis l’ouvrir pour laisser entrer la jeune femme, lui signifiant qu’elle pouvait le faire avec un simple:  « Après vous. » Une fois que je fus entré à mon tour, je l’invitai à s’asseoir d’un signe de la main dans la petite salle dotée d’une baie vitrée donnant vue sur le gymnase, vide pour le moment. Légèrement gêné de la situation, je tentai de détendre l’atmosphère en disant:  « Ce n’est pas la vue la plus merveilleuse qui soit, je l’admets. », adressant un petit sourire amusé à la jeune femme, ne sachant même pas si cela allait marcher pour le coup. Par contre, je n’allai pas plus loin, gardant le silence, attendant de voir ce qu’Adela voulait me dire par rapport à ces remerciements dont elle parlait. Peut-être cela installerait un blanc dans la discussion, mais au pire, je pourrais toujours me rattraper par la suite, dès que je trouverais quoi dire, si nécessaire, bien évidemment.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adela J. GarciaGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 23/03/2017
Pages lues : 402
Crédits : Vava .nephilim ; Sign Emi Burton ; Gif Tumblr
Avatar : Miranda May Kerr
Pseudo : GekkuNeko
Âge : Trente-cinq ans, je ne les fais pas mais bon..
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Ven 4 Aoû - 16:22


Isaiah & Adela
I wish someone would do the same for me
J'admets que je suis quand même stressé maintenant que je me retrouve face à lui ainsi qu'au fait qu'il ai sans doute comprit que je suis une femme battue. Depuis toutes ces années je tente tant bien que mal de garder ce secret très lourd pour moi par peur qu'on me regarde bizarrement ou qu'on ai pitié de moi parce que je me fais tabasser par mon mari. Évidemment ça n'a rien de drôle ni de joyeux, c'est même douloureux et pénible à vivre au quotidien mais j'ai finis par faire avec, par m'habituer si on peut dire. C'est dur, très dur de me dire que cet homme que j'ai épousé ne m'aime pas et me tabasse et me viole à chaque fois qu'il en a l'occasion. Je souffre de cette horrible situation, j'en souffre de ne pas être aimé et que ce mariage soit faux, pas un mariage fait d'amour et de sentiments tendres. Il n'y a rien de tout ceci depuis tellement longtemps. Si seulement je m'étais douté qu'il deviendrait comme ceci j'aurais sûrement tourné mes yeux vers son jumeau, Berto, qui est sans nul doute meilleur pour moi. Pourtant, maintenant que je suis dans cette situation je sais que je ne peux plus revenir en arrière, que je me dois juste d'accepter cette vie et faire avec, comme je le peux. En arrivant devant le bureau de Isaiah je souris et pénètre à l'intérieur une fois qu'il m'eut invité à rentrer à l'intérieur puis lorsqu'il me proposa par un geste de la tête de m'asseoir je ne me fais pas prier et m'installe sur un siège en face de lui. Il me fait alors un commentaire sur la vue sur le gymnase et je ris en scrutant longuement le gymnase vide. « Oh vous savez les vues pourries j'ai l'habitude à l'hôpital. » Plaisantais-je c'est vrai que l'hôpital de Washington ne dispose pas des meilleures vues que la ville peut offrir et à la limite ce n'est pas fait pour ça. L'hôpital c'est fait pour soigner des gens pas pour leur offrir de belles chambres avec des vues a en couper le souffle donc on fait avec. « Je ne sais pas si vous vous rappelez mais il y a quelques petits jours on s'est croisé dans la rue on s'est salué et alors que vous partiez dans votre direction et moi dans une autre avec mon époux je vous ai vu appeler la police alors que mon mari commençait a être un peu trop agressif. » Rappelais-je au jeune homme que je scrute longuement de mes yeux bleus tout en grimaçant en me rappelant de tout ceci... Oui c'est dur de parler de tout ça avec quelqu'un, une personne qui semble savoir...


Dernière édition par Adela J. Garcia le Jeu 17 Aoû - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 62
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Mar 15 Aoû - 14:22

Adela & Isaiah
I wish someone would do the same for me

Je me doutais bien que l’hôpital n’était pas un lieu idéal pour avoir une fenêtre avec une vue imprenable sur quoi que ce soit, d’où le fait que je ne protestai pas, même si au fond de moi, je ne démordis pas du fait que me concernant, je n’étais pas tant satisfait de ce que je pouvais voir depuis mon bureau. Non pas que je n’étais pas à l’aise dans un gymnase, et plus encore, j’adorais quand certains étudiants venaient s’amuser pendant la pause du repas en attendant la reprise des cours ou quelque chose dans le genre, mais je savais que cela pourrait être mieux. En effet, ce fameux gymnase était particulièrement défraichi, aurait besoin de maintes rénovations, rénovations que je demandais à voir arriver à chaque année, sans que qui que ce soit soit en mesure de m’exaucer. C’était frustrant, je ne pouvais pas le nier, mais en même temps, que pouvais-je faire de plus ? Pas grand-chose, en toute franchise. De ce fait, je prenais sur moi, espérant que le tout ne soit pas désagréable pour les quelques personnes que je recevais dans mon bureau. Dans le cas de la jeune femme, cela ne sembla pas la contrarier ou du moins, pas suffisamment pour qu’elle s’arrête et en vienne à ne rien dire de ce dont elle semblait vouloir me faire part. Au contraire, elle n’attendit pas plus longtemps pour se lancer dans ses propos, me rappelant cet incident que j’avais vu il y a quelque temps dans la rue. Bien malgré moi, ses dires me laissèrent quelque peu inconfortable, dans le sens où j’aurais voulu rester anonyme pendant toute cette histoire. Non pas que j’avais honte d’avoir appelé les autorités pour signifier qu’il y avait une femme qui se faisait malmener par son mari dans la rue, mais parce que justement, je ne voulais pas avoir de retour sur cette histoire. Par contre, visiblement, je n’avais pas le choix d’affronter ce dit retour ici et maintenant, et malgré cela, je ne le fis pas de la façon la plus gracieuse qui soit; j’eus une grimace typique d’un enfant gêné, puis je balbutiai:  « Oh je… C’est… C’est normal… » L’était-ce vraiment, normal ? Malheureusement, j’en doutais fort, et partagé, j’ajoutai:  « Je ne voulais pas vous laisser dans cette situation, mais je ne voulais pas m’en mêler directement non plus… » Pourquoi ? Parce que ce n’était pas là mes affaires dans un premier temps, c’était l’explication la plus logique mais de plus je craignais des représailles. Bien des hommes ne soulèveraient pas ce second argument, mais je faisais partie des quelques-uns qui pensaient ainsi, de ces quelques-uns susceptibles de craindre que cela n’ait fait qu’empirer les choses. C’était à un tel point que je me demandai pendant un instant si je ne ferais pas mieux de m’excuser d’être intervenu de la sorte, mais je me ravisai, me disant que ce serait paradoxal compte tenu qu’Adela m’avait déjà dit qu’elle voulait me remercier, d’où le fait de sa venue dans cette école alors qu’elle avait fort probablement mieux à faire. Me ravisant, mais toujours inquiet pour le coup, je ne sus faire autrement que de lui demander alors:  « Et… Ça s’est… arrangé ? » J’étais trop peu convaincu que c’était là le terme approprié, mais je ne cherchai pas à corriger ma question pour le moment, attendant de voir comment mon interlocutrice allait réagir avant tout.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adela J. GarciaGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 23/03/2017
Pages lues : 402
Crédits : Vava .nephilim ; Sign Emi Burton ; Gif Tumblr
Avatar : Miranda May Kerr
Pseudo : GekkuNeko
Âge : Trente-cinq ans, je ne les fais pas mais bon..
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Lun 4 Sep - 12:41


Isaiah & Adela
I wish someone would do the same for me
Il a toujours été un patient adorable et vraiment courtois, je n'ai jamais eu à me plaindre de lui mais je me dis que lui aussi il cache des choses, comme moi. Souvent quand il vient à l'hôpital avec pas mal de blessures sur le corps ou son visage il dit s'être cassé la figure dans les escaliers ou quelque chose du genre, bref, des excuses bidons qui sont évidemment fausses mais je m'efforce de lui poser des questions afin de ne pas le mettre mal à l'aise. Moi-même lorsqu'on me demande comment ça va avec Diego ça se voit rien qu'à la gueule que je tire que ça ne va pas du tout, que ça me met mal à l'aise qu'on me pose de telles questions par conséquent je ne fais pas aux autres ce que je ne veux pas qu'on me fasse à moi, c'est un principe que j'ai. Le brun semble étonné que je le remercie ainsi pour son geste à mon égard et je lui souris doucement. « Oui oui je comprends parfaitement que vous n'ayez pas eu envie de vous en mêlez directement... Mon époux est un peu... Spécial disons. » Dis-je à l'attention de mon patient tout en roulant des yeux sans en dire plus, je pense qu'il a comprit de toute façon à quel point mon mari est spécial. Il a pas l'air bête Isaiah il a forcément comprit que je suis une femme battue et ça me laisse un peu inconfortable qu'il puisse savoir ça mais je suppose qu'il ne dira rien à personne. Il me demande ensuite si ça s'est arrangé entre nous et je soupire de lassitude tout en secouant la tête comme pour dire que non mais jugeant que ce n'est pas suffisant j'ajoute un « non... Vous savez comme je vous l'ai dis il est spécial mon mari... Et je doute qu'un jour ça ira vraiment mieux entre nous. » Avouais-je au brun tout en roulant des yeux en prononçant ces quelques mots à son attention. Oui j'en doute, je doute sérieusement qu'un jour ça s'arrange entre Diego et moi déjà parce qu'il semble habitué à cette situation et en plus parce que je ne l'aime plus, que je ne suis plus intéressée par un quelconque changement entre nous. J'aimerais juste le quitter. « Et vous, comment ça va ? » Demandais-je alors histoire de prendre un peu de ses nouvelles également, de voir comment ça se passe pour lui également...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 62
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Lun 11 Sep - 2:10

Adela & Isaiah
I wish someone would do the same for me

Je ne prétendais pas être exact dans mes hypothèses, mais quelque chose me disait que le « spécial » qu’Adela me servit en parlant de son mari était un euphémisme. Cependant, puisque je ne le connaissais pas personnellement, puisque je l’avais vu qu’une seule fois, j’étais trop mal placé pour me prononcer. En somme, c’était seulement une impression, une idée que je m’étais fait, probablement altérée par ce que je pouvais vivre moi-même au quotidien. Par contre, ce qui était une vague supposition devint soudainement plus claire au moment où la jeune femme poursuivit, en venant à me dire que ce n’était pas une situation qui pourrait s’arranger. Après, je ne pouvais pas encore le confirmer, mais il fut certain que je ne pus rester indifférent, et comme pour lui montrer que je comprenais, j’eus un sourire triste. Toutefois, je ne dis rien, parce que je me sentais quelque peu impuissant. Que pouvais-je faire de plus après tout ? Les lèvres désormais pincées, il me fallut faire limite un effort pour ne pas en venir à lui conseiller de s’éloigner de lui, limite de demander le divorce si le problème devenait trop lourd. Mais qui étais-je pour lui recommander une chose pareille ? Oui, quelqu’un qui vivait potentiellement une situation similaire à la sienne, mais quelqu’un qui ne divorçait pas de sa femme par peur, craignant un peu trop ses représailles, alors que ses représailles, j’en avais fait le tour. J’étais mal placé pour le faire donc, même si j’avais le sentiment que cette femme était mon reflet, en femme, bien évidemment, en jolie femme même. Mais au final, je n’eus pas à dire quoi que ce soit, puisqu’Adela reprit la parole, me demandant une question bien vague, de laquelle je profitai pour changer un peu le sujet et lui répondre:  « Oh, ça va, merci. » Bon d’accord, au bout du compte, cela ne changea pas tant le sujet, parce qu’en fait, je ne me voyais pas tant m’éterniser sur le sujet. Je savais bien qu’elle m’avait vue dans un état pas mal plus lamentable à l’hôpital, et pour ça, peut-être aurais-je pu expliquer davantage, mais je ne me voyais pas tant le faire. Me retrouvant alors une nouvelle fois à garder le silence, et ne voulant pas que celui-ci devienne inconfortable, et légèrement en mode panique, certainement parce que d’une certaine façon, j’étais troublé de ce que j’avais pu entendre et comprendre, je lui dis:  « Vous savez, si jamais vous avez besoin… De parler, ou de quoi que ce soit… » Je m’arrêtai avant de terminer mon propos, ne sachant pas tant ce que je pourrais lui proposer, et me surprenant de lui proposer une telle chose. Parce que je refusais de rester passif ? Parce que je compatissais avec sa situation ? Je ne savais pas trop, mais quelque chose me donnait envie de l’aider. Mais après, comment pourrais-je faire une telle chose ? Ça toutefois, je n’en avais aucune idée, d’où le fait que je m’étais arrêté de parler, laissant ma phrase en suspens dans l’espoir qu’elle me répondrait quelque chose.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adela J. GarciaGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 23/03/2017
Pages lues : 402
Crédits : Vava .nephilim ; Sign Emi Burton ; Gif Tumblr
Avatar : Miranda May Kerr
Pseudo : GekkuNeko
Âge : Trente-cinq ans, je ne les fais pas mais bon..
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   Ven 22 Sep - 8:55


Isaiah & Adela
I wish someone would do the same for me
Bien souvent je me suis posé des questions au sujet de cet homme, presque à chacune de ses visites à l'hôpital. Il est sans nul doute le patient sur lequel je me pose autant de questions parce qu'en fin de compte il arrive toujours en mauvais état en disant qu'il a fait une mauvaise chute alors qu'il a des marques sur son corps similaires aux miennes et de ce que j'en ai vu dans son dossier il est marié... Je me demande s'il ne vit pas la même situation que moi mais dans le sens inverse c'est à dire qu'il est battu par sa femme et moi par mon mari... C'est possible, ça arrive bien plus souvent qu'on ne le pense. De ce fait lorsque je vins à entendre mon patient me proposer de me confier si j'en ressens le besoin j'affiche un large sourire sur mes lèvres ravie de voir qu'il est aussi gentil à l'intérieur de l'hôpital comme à l'extérieur. « Merci beaucoup c'est très gentil. Mais vous savez il n'y aurait pas grand à dire qui serait intéressant à écouter ou encore agréable... Et je n'ai jamais parlé de ça avec qui que ce soit. » Avouais-je au brun en me mordillant la lèvre inférieure quelque peu mal à l'aise pour le coup d'en dire autant... Je pense qu'il a dû comprendre ce que je vis vu la tête qu'il a tiré en entendant mes paroles de tout à l'heure concernant mon mariage qui n'a plus la moindre chance et ce que j'ai pu dire avant encore... S'il n'a pas comprit je pense qu'il doit être aveugle ou vivre dans un conte de fée mais je n'y crois pas non plus. « Mais vous savez vous pouvez me parler vous aussi. » Dis-je alors en brun en faisant évidemment référence à ses nombreux passages à l'hôpital depuis bien longtemps maintenant.. Si moi je peux me confier sur ma situation lui-même peut le faire tout aussi bien...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me   

Revenir en haut Aller en bas
 
ISAIAH & ADELA → I wish someone would do the same for me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’OBAMANIA, MALADIE INFANTILE DU NOIRISME
» ISAIAH VERGAS ► Jon Kortajarena
» The back alleys [Dana & Isaiah]
» Les appels du ciel [Soren & Isaiah]
» ISAIAH DEAGLAN HOPKINS ► oliver sykes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Anacostia :: Anacostia High school-
Sauter vers: