AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Haley MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/12/2016
Pages lues : 153
Crédits : Eriam
Avatar : Kristina Pimenova
Pseudo : Sugarbabe
Âge : 13 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]   Dim 25 Juin - 19:17



❝C'est la fin ... d'un rêve  ❞
Savannah & Haley

Tout devenait assez important autour de moi, la fin de l’année approchait et j’avais pu rattraper tout mon retard accumulé. C’était déjà une grande chose, mais il y avait aussi le spectacle de fin d’année à la danse. Et c’était du grand boulot depuis le temps que nous répétions, les danses commençaient à être au point, ainsi que les costumes. J’avais hâte encore plus que les années précédentes car pour une fois papa serait là, assis à côté de maman au premier rang. Chaque année maman réservait les meilleures places et ici encore une fois elle avait réussi et il y en avait une pour papa. Il était ravi que je lui dise qu’il pouvait et moi donc de pouvoir lui montrer ma passion. Même si je voulais devenir médecin je gardais toujours dans l’idée que je pouvais devenir professionnelle un jour, mais l’important c’était aussi d’avoir un autre diplôme car parfois la danse ce n’est pas non plus un gros gagne-pain. Enfin sincèrement tout était vraiment bien défini dans ma tête. Mais là je ne pensais que répétitions, de plus nous étions mercredi après-midi et donc depuis la sortie de l’école nous dansions, on tentait de faire les enchainements, de voir comment on pouvait changer de costumes en peu de temps, ce qui était un peu mon cas, j’avais de ces changements, abusé, mais cela me plaisait vraiment. C’était ça d’être une petite perle de la danse, de progresser dans différents groupes de niveau et de se retrouver au spectacle avec plein de danses et plein de changements à faire mais j’adorais vraiment ça.

Cela faisait plus ou moins deux heures que nous dansions sans relâche, mais en s’hydratant un peu, et j’avais mangé un morceau sur la route entre l’école et la salle de danse sachant parfaitement que manger sur place serait totalement impossible. Mais c’était ça la vie de danseurs et danseuses. De plus nous avions découvert de nouveaux costumes, il me tardait vraiment de répéter avec tout cela. Mais dans un premier temps, les mesures , les dernières retouches. J’en étais vraiment excitée de tout ça. Je me tenais prête pour une danse que j’aimais tout particulièrement, c’était ma récompense pour une année de persévérance : Les pointes. Une danse classique, douce mais super technique. Je me concentrais en plus, ma prof m’avait offert le plus beau cadeau possible, être devant c’était la plus belle et la plus grosse récompense. La musique commença, j’y étais, concentrée, mais à un petit moment, une fraction de seconde, le monde s’écroulait autour de moi. Une douleur fulgurante au genou, le droit. Je m’effondrais sur le sol en poussant un cri énorme. Je me tenais la jambe, cela faisait vraiment très très mal. Mes amies tentaient de m’aider à me relever mais impossible, j’avais si mal. Je regardais autour de moi, c’était un peu la panique à bord. Je refusais qu’on puisse me toucher, mais je n’avais pas le choix, je finis par retirer en douceur ma pointe droite entre temps, je savais qu’on avait appelé une ambulance . Mais je voulais juste ma maman, j’avais mal, terriblement mal. Pourquoi cela arrivait à moi , comme si je n’avais déjà pas assez chié dans ma vie comme ça, non il fallait encore. Mais maman n’était pas là et je partais pour l’hôpital accompagnée de ma prof, qui venait de suspendre les répétitions pour moi. Elle me tenait la main alors que je pleurais, parce que j’étais désolée de gâcher la répétition. Mais je n’avais pas le droit de penser à cela, c’était ce qu’elle me répétait. De plus j’avais si mal, ma jambe avait été placée dans une espèce de corniche, bien tendue, mais la douleur était insupportable. Je n’étais pas du genre à pleurer mais là...La douleur était vraiment forte. D’ailleurs dans l’ambulance le docteur m’avait demandé de noter ma douleur sur une échelle de 1 à 10 j’en étais à 9 vraiment. Après un petit moment en salle d’examens où je ne savais pas ce qu’on me faisait mais j’étais de retour dans une chambre, un peu dans le gaz. On m’avait donné un anti-douleur assez fort, ma jambe était dans une grande attelle, mais je n’en savais pas plus. Sauf que maman allait arriver.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Savannah MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 27/08/2016
Pages lues : 278
Crédits : Avatar : Shyia ; Gifs : Monocle & tumblr ; Signature : Motley control
Avatar : Leah Pipes
Pseudo : Trucpau
Âge : 30 ans - 14 Octobre 1986
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]   Lun 17 Juil - 19:05

Haley & Savannah
C'est la fin... d'un rêve

Depuis plusieurs jours je n’arrêtais pas de penser à toutes sortes de choses, si bien que j’en oubliais même que j’étais au boulot. On ne cessait de me rappeler à l’ordre, de me demander où en était mes dessins pour les journaux… Bref, la totale. Là encore, j’étais en train de dessiner la dernière audience d’hier et après avoir fait les principaux contours, j’étais en train de peaufiner le reste. J’étais surtout dans les nuages, si bien que je ne regardais pas tellement l’accusé à la barre cette fois-ci. Je sentais des regards sur moi et me mis à travailler pour essayer de sortir quelque chose de potable et surtout pour ne pas que ça me coûte mon travail. En entendant le coup de marteau, je lève le regard et ramasse mes affaires pour me diriger vers le hall principal. Je regarde mon téléphone et le repose tout en admirant ce que j’ai dessiné puis je grimace. C’est vraiment pas les meilleurs dessins que j’ai pu faire. Alors que je continue de soupirer face à mon désastre, j’entends mon téléphone vibrer dans ma poche. J’arque un sourcil en voyant le numéro de Haley. Normalement à cette heure-ci elle est à la danse en train de s’entraîner et elle ne m’appelle pas. Bizarre. Et mon cœur ne fait qu’un bond quand j’entends la voix de sa professeure. Je sens mes mains tremblées et je hoche la tête tout en parlant brièvement. Je lui demande d’accompagner Haley à l’hôpital où je la rejoindrai dans quelques minutes. Je raccroche puis tourne la tête pour trouver le bureau où se trouvent le juge et le reste des avocats. Je dois les avertir. J’entre en expliquant mon cas puis je les laisse avec mes ébauches de dessins, espérant que ça ne les déçoit pas. Je sais que je ne dois pas faire cela, partir en pleine séance mais je m’en fiche, il s’agit de ma fille et elle passe avant tout le reste. Je déboule dans le hall en courant, remontant mon sac sur l’épaule pour me rendre à ma voiture. Une fois installée, je ne demande pas mon reste pour me mettre en route direction l’hôpital. Je klaxonne à la moindre personne qui ose prendre son temps sur la route, et j’arrive même à griller quelques feux là où je sais que la circulation est plus légère. Je ne veux pas laisser ma fille dans une douleur atroce et surtout, je ne veux pas la laisser seule. Je soupire et quand je vois enfin la pancarte de l’hôpital, je me sens presque soulagée mais pas encore. J’ai l’impression d’être une mauvaise mère, que je l’ai abandonnée alors qu’elle soufre. Quand je me gare, je sors puis ferme la voiture avant de courir jusqu’à l’admission des urgences là où elle est arrivée. Devant l’accueil, je pose mes mains sur le bord du comptoir et demande en hâte où se trouve ma fille. « Miles, Haley Miles. » Je tapote des doigts puis me mords la lèvre en regardant l’infirmière qui se charge de me trouver ma fille. Puis quand elle me dit où elle est, je ne perds pas de temps en écoutant ses explications, je fonce pour aller dans sa chambre et j’arrive en marchant vite. Je jette un œil par la vitre et vois la tête de ma fille. J’entre sans hésiter et je soupire avant de lui parler, me dirigeant vers elle pour attraper sa main. « Mon bébé ! Je suis désolée de n’arriver que maintenant. » Je dépose un baiser sur son front et laisse ma tête sur la sienne avant de reprendre. « Comment tu vas ? » C’était une question bête mais je voulais savoir si elle souffrait ou si les médecins avaient fait en sorte de lui atténuer la douleur. Je sais qu’ils font leur boulot mais parfois on oublie un patient. Bref, je ne supporterai pas de voir ma fille souffrir devant mes yeux. J’attrape la chaise derrière moi et m’assois tout en caressant son front. Des gestes pour lui montrer que j’étais là et que j’allais prendre soin d’elle.

_________________
    when I say I love you, just shut up
    Holy road, is at my back. Dont look gone, take me back again. We'll make memory out of it. We finally follow pattern. We break each others senses. We wanna live young love. With better start, today⠇NOT TODAY - Imagine Dragons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Haley MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/12/2016
Pages lues : 153
Crédits : Eriam
Avatar : Kristina Pimenova
Pseudo : Sugarbabe
Âge : 13 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]   Dim 3 Sep - 14:41



❝C'est la fin ... d'un rêve  ❞
Savannah & Haley

Je ne savais plus trop comment je devais réagir. J’avoue que dans la panique j’avais envoyé des sms à papa, mais maman était en route , je ne voulais pas qu’elle aie un accident aussi. Ca aurait été le bouquet. J’en avais eu marre des examens et j’avais surtout mal et je ne savais pas ce qu’on allait me faire?? Je devais attendre dans cette chambre. Super la jambe complètement amochée et je pensais à mes copines restées à la danse alors que mon prof était avec moi. Chose que j’appréciais vraiment. Mais je voulais juste ma maman, elle me manquait et j’avais l’impression que le temps était si long et qu’elle n’allait jamais arrivé. J’avais reçu un petit médicament pour me calmer, j’en avais eu bien besoin, ça aidait pour la douleur et je finis par m’endormir. J’avais vraiment l’impression d’être si bien, de ne plus avoir mal, mais c’était une simple impression. Il m’avait semblé avoir entendu la voix de ma maman. Mais j’avais ouvert
un oeil et ça me paraissait assez trouble mais maman était là, et elle parlait avec le docteur et ma prof, je finis par retomber dans le sommeil, je n’entendais pas ce qu’il se disait. “ Voilà votre fille, nous lui avons donné un sédatif pour l’instant, pour diminuer la douleur, mais nous devons discuter des résultats concernant son genou. Je ne vais pas aller par quatre chemins, c’est un problème très sérieux. Après les nombreux examens que nous lui avons fait, nous sommes restés sur le même diagnostic qu’à son arrivée : Cartilages émiettés avec déboitement de la rotule droite. Forcément, ce n’est pas un diagnostic très joyeux. Sans opération il est sûr et certain que la demoiselle n’aura aucun espoir de reprendre la danse. Mais tout cela n’est sans garantie, mais je vous donne toutes les possibilités possibles pour tenter une guérison définitive.” Forcément je ne percevais pas ce qui se disait, mais avec le peu que je pouvais ouvrir les yeux sur le moment, je pouvais voir l’expression grave du docteur et ma maman qui se décomposait. Ou alors je rêvais et j’allais me réveiller bientôt. Je ne sais pas, un petit instant d'inconscience à nouveau avant de réellement ouvrir les yeux, entendre mieux les voix. Je tournais la tête vers ma petite maman qui avait fait vite, voyant ma prof de danse échanger quelques mots avec elle avant de sortir. Je tentais de sourire un peu mais forcément à voir la tête de maman je ne savais pas si c’était une bonne idée… Mais le docteur finit par sortir de la chambre et je regardais maman qui s’approchait doucement “ Coucou maman. Pardon de te déranger comme ça “ Forcément je m’en voulais de la situation comme si tout n’était déjà pas difficile “ Il t’a dit quoi le médecin? “ Il était tout simplement inutile de me cacher les choses plus longtemps. Je voulais vraiment savoir.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Savannah MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 27/08/2016
Pages lues : 278
Crédits : Avatar : Shyia ; Gifs : Monocle & tumblr ; Signature : Motley control
Avatar : Leah Pipes
Pseudo : Trucpau
Âge : 30 ans - 14 Octobre 1986
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]   Mar 12 Sep - 19:40

Haley & Savannah
C'est la fin... d'un rêve

J’avais ressenti cette panique au moment même où j’avais entendu la voix de la prof d’Haley. Cette inquiétude qui montre que vous êtes connectée avec votre enfant et que l’instinct maternelle est plus que vital. Je me suis sentie flancher mais à en croire les paroles de la prof de Haley, je n’avais rien à craindre et qu’elle était entre de bonnes mains. Mais quand même, ma fille avait mal et je n’étais pas présente pour elle. Alors je faisais au plus vite, respectant de temps à autre les limitations de vitesse. Je ne voulais pas que ma petite Haley soit seule aussi longtemps. Mais une fois arrivée devant l’hôpital, j’étais si inquiète que j’aurais étranglé l’infirmière qui prenait son temps pour rechercher ma petite fille. Je l’aurais fait si au final, elle ne l’avait pas trouvé, mais c’est bon, je savais où la retrouver. Je courrais dans les couloirs, alors que c’était défendu sûrement mais j’en avais rien à faire, je voulais retrouver ma petite blondinette et la serrer dans mes bras pour la rassurer. Une fois près de sa porte, je croise sa prof que je remercie en serrant sa main doucement, sans elle je crois qu’Haley aurait paniqué. Je voulus entrer quand le médecin m’interpella, la main sur la poignée, la porte entrouverte, je l’écoutais et je sentis mon monde s’écrouler sous mes pieds également. Le rêve de ma fille allait sûrement s’effondrer et je ne pouvais le concevoir. Je me pinçais les lèvres pour ne pas pleurer et jetais un regard vers ma brunette qui dormait paisiblement. Je fermais les yeux et hochais la tête envers le médecin avant de lui répondre d’une voix étrangement calme. « Merci docteur. Je vous tiens au courant après, je veux juste l’expliquer à ma fille et prendre la décision avec elle ainsi que son père. » Je baissais le regard et relevais la tête, une figure de marbre s’y installait. Pas question de me montrer faible devant Haley, elle allait avoir besoin de soutien et il ne fallait pas que je pleure devant elle, que je me sente aussi faible qu’elle sinon le parcours serait encore plus douloureux. Entrant enfin dans la chambre, je refermais derrière moi et allais à sa rencontre en posant ma main sur son front, lui caressant ensuite les cheveux, mon regard sur ses yeux qui s’ouvraient enfin. « Haley… » Je déposais un baiser sur son front avant de m’asseoir à côté d’elle et de la tenir dans mes bras, regardant en face de moi, ne sachant pas par où commencer. Haley était comme moi, elle ne tournait pas autour du pot et ne voulait pas qu’on le fasse. Elle aimait la franchise et je ne pouvais pas la contredire là-dessus. « Déjà, jamais tu me déranges. Depuis quand ma fille me dérangerait ? » Je souriais légèrement avant de tousser et de la regarder tendrement, prête à lui annoncer cette terrible vérité qui lui tombait dessus sans prévenir. « Alors… ce n’est pas simple Haley, ce que tu as c’est très grave. Pour faire simple, une opération peut t’aider à aller mieux mais le médecin ne peut pas t’assurer à cent pour cent que tu pourras de nouveau danser comme avant… » Je plantais mon regard dans le sien, lui faisant comprendre que c’était un sujet sérieux, qu’il ne fallait pas le prendre à la rigolade. « S’il faut aller dans un centre pour que tu récupères et que tu fasses de la rééducation, on ira. Je te le promets. » Je voulais lui faire comprendre que j’étais prête à tout pour que son rêve se réalise et qu’elle réussisse à devenir une grande danseuse. Je caressais ses joues encore humides et la serrais contre moi, lui donnant toute mon affection maternelle et pour une fois, je n’aurais pas dit non pour la présence de Levi afin de nous aider à traverser ça, surtout aider Haley.

_________________
    when I say I love you, just shut up
    Holy road, is at my back. Dont look gone, take me back again. We'll make memory out of it. We finally follow pattern. We break each others senses. We wanna live young love. With better start, today⠇NOT TODAY - Imagine Dragons
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est la fin... d'un rêve [PV Savannah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black History: Haitian Monument
» Les gens détestent voir débarquer des gens qui ont du talent, surtout ceux qui n'en ont pas.
» 01. You, me, her and...chocolate
» Recption pour le baptême de Savannah [Libre]
» LA ROUTE DES PLANTATIONS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown :: MedStar Georgtown University Hospital-
Sauter vers: