AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Life is crap, except when you are here. [Crys <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Cléa S. MorganGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/04/2017
Pages lues : 16
Crédits : Merenwen
Avatar : Candice Accola
Pseudo : Aya
Âge : 26 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Life is crap, except when you are here. [Crys <3]   Jeu 6 Juil - 10:34

Life is crap, except when you are here.
Crys & Cléa
Vous connaissez cette journée où vous vous dites que vous auriez carrément mieux fait de rester au lit ? Ces moments où vous vous demandez pourquoi ça tombe sur vous ? Qu'est ce que vous avez fait pour mériter ça ? Qu'il aurait bien mieux valu que vous vous cassiez une jambe plutôt que d'affronter toutes ces conneries les unes après les autres ? Et bien si vous ne voyez pas de quoi je parle, sachez que Cléa si. Car elle était entrain de vivre une de ces journées pourries de A à Z.
S'était-elle levée du pied gauche ? Pas qu'elle s'en souvienne. Ce dont elle se rappelait très bien par contre c'était que quand elle avait ouvert les yeux ce matin la, elle s'était retrouvée dans un endroit qui n'était clairement pas son appartement. Les posters de Justin Bieber au mur en étaient la preuve flagrante. En y regardant de plus près, elle se retrouvait dans ce qu'il semblait être une chambre d'étudiant. Un bureaux où se trouvait des cahiers et des livres d'histoire ainsi que de science étaient ouverts sur le sol. Elle se redressa légèrement se rendant alors compte qu'elle ne portait absolument rien sur elle. Cléa remonta le drap et continua d'inspecter la chambre. Elle put alors constater que si elle ne portait pas ses vêtements c'est parce qu'ils formaient une sorte de petit chemin menant de la porte jusqu'à ce fameux lit. On aurait dit les cailloux semés par le Petit Poucet dans la forêt pour retrouver sa route. En tournant la tête, la blonde sursauta en tombant nez à nez avec une peluche de Kermit la grenouille qui semblait la fixer avec un sourire quelque peu inquiétant.
Alors qu'elle dévisageait le batracien comme si il allait prendre vie, Cléa sentit bouger à côté d'elle. Au vu de la déco de la pièce, elle était quasiment sur de voir émerger une jeune étudiante de sous les draps. Alors qu'elle ne fut pas sa surprise en découvrant un garçon d'une vingtaine d'années qui lui souriait. Elle resta interdite plusieurs secondes, priant intérieurement pour que sa « conquête » soit majeur.
Cléa fouilla sa mémoire et tenta de retrouver des brides de sa soirée de la veille. Elle se souvenait avoir rencontrer une connaissance dans un bar et celle-ci lui avait parler « d'un super bon plan » pour boire à l’œil et faire des rencontres. Elles étaient donc allées se taper l'incruste dans une fraternité... La jeune femme fit un effort supplémentaire pour se remémorer comment elle était tombée sur le sosie de Zac Effron dans High School Musical. Mais un brouillard sentant la vodka pomme avait laissé un trou noir dans ses souvenirs. Ce fut la voix du jeune homme qui la tira de ses pensées. Il lui demandait si elle avait bien dormi avec un sourire digne d'une pub pour dentifrice. Cléa n'arriva pas à articuler un mot car tout ce qu'elle voulait dire c'était « Je peux voir ta carte d'identité ? ». Elle bégayait quelque peu. Heureusement, son téléphone se mit à vibrer. Elle vit le nom de son patron s'afficher sur l'écran et c'était bien la première fois qu'elle était aussi heureuse que son boss l'appelle. « Une seconde. ». Elle se saisit de l'appareil et décrocha. L'appel dura à peine une minute et quand elle raccrocha, Zac lui demanda ce dont il s'agissait. « Je dois aller bosser. ». Cléa se leva en emportant le drap avec elle histoire de cacher sa nudité le temps qu'elle se rhabille. Elle avait l'impression d'avoir fait une grosse bêtise. Et si elle l'avait dépucelé ? « Tu sais, t'es pas la première fille que je vois à poil. ». Super, il avait déjà trempé son biscuit. Ou alors il matait les nanas sous la douche après l’entraînement... Une fois habillée elle se dépêcha de récupérer son sac et fit semblant de ne pas avoir envie de quitter cet endroit au plus vite, ce qui fut très dur. Elle lui dit au revoir et il se leva pour venir l'embrasser. Elle se détourna rapidement en le voyant dans le plus simple appareil. Elle le considérait comme un petit agneau trop jeune pour s'être fait croquer par le grand méchant loup. Et pourtant... Elle ouvrit la porte et dut se faire violence pour ne pas partir en courant. Zac lança un « On s'appelle ! » par l'encadrement qu'elle ferait semblant de ne pas avoir entendu. Une fois dehors, elle se promit de ne plus jamais squatter les soirées étudiantes.

Cléa arriva au Starbucks habillée d'une robe plutôt courte avec des sequins argentés, des chaussures à talons bien trop hauts pour piétiner derrière un comptoir et une pochette assortie. Elle croisa les yeux de son collègue et son regard ainsi que son petit sourire en coin ne laissaient aucun doute sur ce qu'il pensait. « Aucun commentaire... ». Elle alla se changer et put prendre son service.
La encore ce fut un vrai calvaire. A la base, elle ne devait pas bosser mais une de ses collègues était tombée malade et il manquait quelqu'un. D'habitude, elle aurait sans doute bataillé des heures avant d'accepter de venir. Mais elle avait été tellement pressée de se barrer de cette chambre à la gloire de Justin Bieber... Enfin, elle tenta de faire disparaître ce réveil plus que bizarre de son esprit.
Si elle pensait que la journée allait aller en s'arrangeant, elle se plantait. Les clients étaient exécrables ! A priori, le soleil ne les mettait pas de bonne humeur. Sans doute la température plutôt élevée qui les échauffait... Elle garda tout de même le sourire malgré l'envie de plus en plus grande de leur envoyer leur frappuccino caramel en pleine tête. Alors qu'elle allait prendre sa pause, qu'elle ne fut pas sa surprise quand elle se retrouva en face de Zac Effron encore une fois... L'avantage au Starbucks, c'était que les prénoms des clients étaient notés sur les gobelets. Elle put alors enfin mettre un nom sur un visage. « Aaron... qu'est ce tu fais la ? ». Et surtout comment t'as su que j'étais la ?! Il lui expliqua qu'elle avait parlé de son boulot ici à la fête de la veille et il avait décidé de passer la voir. Quelle horreur... Rien de pire qu'un coup d'un soir qui s'accroche. Elle décida de prendre sa pause pour expliquer à ce petit écureuil que parfois, la vie est dure.
Quand il partit en claquant la porte, elle crut voir une petite larme naître au coin de ses yeux et Cléa se dit qu'il n'avait sans doute pas que de l'admiration pour Justin.

Il était 18h quand la blonde put rendre son tablier couvert de café qu'un empoté lui avait fait tomber dessus. Devant son casier, elle constata qu'elle avait trois appels en absence, un message vocal et deux sms. Tous de sa mère... La jeune femme n'était pas en bon terme avec ses parents et elle se demandait qu'est ce qu'il pouvait bien amener sa génitrice à la harceler comme ça. Elle décida tout de même d'écouter son répondeur. Dès qu'elle entendit le prénom de son petit frère et le mot accident, elle ne perdit pas une seule seconde à écouter le reste. Elle prit ses affaires et partit à tout allure en direction de Anacostia. Arrivée devant la petite maison où elle avait grandi, Cléa refoula les souvenirs de son enfance. Elle sonna à la porte et sa mère vint lui ouvrir rapidement. Elle passa devant elle sans lui dire bonjour. « Je vais voir Danny. ». Elle monta les escaliers quatre à quatre et déboula dans la chambre de son frère. « On avait dit plus de conneries. » dit-elle d'un ton qui se voulait accusateur. Son frère était alité et il lui lança un petit sourire complice. Elle passa plus d'une heure à discuter avec son frère mais elle dut lui dire au revoir. Elle n'aimait pas le laisser ici avec ces parents qui n'en étaient pas. Bien qu'ils aient toujours été plus aimant avec Danny qu'avec elle, ils n'étaient vraiment pas digne d'être appelés des parents. Cléa n'attendait qu'une seule chose, que son frère atteigne la majorité pour qu'il dégage de cette baraque. Elle s'apprêtait à franchir la porte quand sa mère lui proposa de dîner avec eux. Pour seule réponse, elle lui envoya un regard dédaigneux et ferma la porte.

En rentrant à son appartement, la jeune femme était plus que déprimée. Cette journée était une des pires de sa vie. Elle s'était déjà réveillée à côté d'un mec ou d'une nana sans se rappeler son prénom. Elle avait déjà eu des envies de meurtre au boulot. Et elle avait également du claquer la porte de chez ses parents des dizaines de fois, se retourner sans un regard en arrière, n'avoir que du mépris pour ses géniteurs. Pourtant, en cet instant, elle avait vraiment l'impression d'avoir merdé sur toute la ligne.
Cléa prit une douche et s'habilla d'un jean slim noir, d'un débardeur en soie avec dentelle sur le décolleté et enfila une paire d'escarpins noires. Elle prit son portable, un billet de 20 dollars et ses clés et se dirigea vers un bar à trois pâtées de maison de chez elle. Arrivée à destination, elle prit place au comptoir et commanda une tequila qu'elle descendit d'une traite avant d'en commander une autre. Elle devait renvoyer une image bien naze de pauvre fille seule en train de picoler dans un bar. Elle sortit son portable de sa poche : il était plus de 20h. Elle posa les yeux sur son fond d'écran. L'image rayonnante de Crys à côté d'elle la fit sourire. C'était pour son anniversaire, la brune lui avait organisée une fête surprise. Elle portait un diadème ridicule et elle avait de la chantilly dans les cheveux mais c'était un des meilleurs souvenirs qu'elle avait.
Elle déverrouilla l'écran de son portable et ouvrit l'application message. « Salut Crys, tu viens me tenir compagnie ? Je suis en train de me soûler au bar près de chez moi et c'est moins drôle sans toi. ». Après quelques secondes elle décida d'en envoyer un deuxième. « Plus sérieusement, je viens de passer une mauvaise journée. J'ai vu mes parents... Ton sourire serait le bienvenue ^^. ». Elle posa l'appareil sur le comptoir et commanda un troisième verre en attendant sa meilleure amie.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
 
Life is crap, except when you are here. [Crys <3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Downtown-
Sauter vers: