AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Micah Landry-PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/04/2017
Pages lues : 108
Crédits : cranberry (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Nick Jonas
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#EnCours Chelsea ; Elena ; Elizabeth ; Jazz ; Kayla ; West


Âge : Vingt-six ans (18 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Dim 23 Juil - 3:44

West & Micah
Don't believe everything hapiness says

Je ne pouvais pas nier que je fus touché par le fait que j’étais le premier que mon père revoyait depuis son retour au pays, mais malheureusement, ce ne fut pas suffisant pour me faire passer autre chose, me faire oublier ce qu’il avait pu me dire précédemment quant à la possibilité qu’il reparte alors qu’il venait de s’absenter pendant neuf ans. Et pour cette raison, je ne parvins pas à répondre à ses propos autrement que par un sourire particulièrement gêné, incapable d’ajouter quoi que ce soit, laissant un léger silence s’installer dans la conversation, un silence quelque peu pesant, que je ne pensais pas voir arriver dans ces retrouvailles avec mon paternel. Visiblement, je n’étais pas le seul à me sentir inconfortable dans le cas présent, puisque bien rapidement, mon père reprit la parole, en venant à m’avouer, en quelques sortes, pourquoi il en était venu à évoquer la possibilité de repartir. Par son discours, il tenta de me faire comprendre qu’il craignait de ne pas pouvoir trouver une place dans cette vie qui n’était plus la sienne, que ses proches n’auraient pas besoin de lui, moi le premier. Je dus admettre que dans un premier temps, je fus quelque peu décontenancé par ces propos. Oui, j’étais parvenu à faire quelque chose de ma vie malgré son absence, et je ne regrettais pas ce que j’avais pu accomplir, mais il n’en demeurait pas moins qu’il y avait tant que je n’avais pas pu faire parce qu’il n’était pas là. Combien de fois m’étais-je retrouvé, désemparé, en ne sachant pas vers qui me tourner ? Combien de fois aurais-je voulu qu’il soit là ? Ne serait-ce que pour être là, pour m’épauler. Et je sentais que ce besoin, je l’avais toujours en quelques sortes, même si clairement, il me faudrait aussi l’aider certainement, je préférais savoir qu’il serait là plutôt que de m’inquiéter pour lui plus longtemps. Mais comment lui faire savoir tout cela ? Les choses ne faisaient pas tant de sens dans ma tête, alors au final, je décidai de me concentrer sur ce qu’il avait dit en dernier, concernant son métier. Maladroitement, je tentai de lui dire:  « Si tu veux travailler ici je peux t’aider à trouver un boulot… » Je marquai une petite pause, histoire de mettre un peu de l’ordre dans mes propos, puis j’ajoutai:  « Je… Peut-être que c’est égoïste de ma part, si toi tu as envie de repartir, mais… J’aimerais que tu restes… » J’aurais pu continuer un peu plus longtemps, mais mon paternel me devança sans même le savoir quand il en vint à demander comment allait ma mère, son épouse. Déglutissant et baissant la tête histoire de dissimuler mon air triste, je finis par répondre, encore plus hésitant que précédemment:  « Elle… » Ne parvenant pas à continuer ainsi, je décidai de prendre sa main, comme pour me donner du courage, mais aussi le préparer, comme si je refusais qu’il ait un trop gros choc, comme si je refusais qu’il prenne la fuite après ce que j’allais lui dire:  « Elle a… très mal pris ta disparition… » Fermant les yeux un instant, je me pressai toutefois à ajouter, histoire de ne pas provoquer de confusion:  « Ça fait huit ans qu’elle est dans un hôpital psychiatrique… » Et alors que j’avais appris à vivre avec cette dure réalité ces dernières années, tous mes efforts furent vains, la culpabilité prit le dessus, et d’une voix brisée, je lui dis:  « J’aurais voulu faire en sorte qu’elle aille mieux, je te le jure, je suis désolé… », obligé d’inspirer profondément pour ne pas céder aux larmes une nouvelle fois, d’autant plus que cette fois-ci, ce ne serait pas des larmes de joie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
West PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/07/2017
Pages lues : 99
Crédits : Lenvy
Avatar : James Marsden
Pseudo : Lenvy
Schizophrénie : Nope
Disponibilités : 1/3 Libre - Micah / Lennon

Finis: Joyce / Micah
Âge : 45
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Dim 23 Juil - 16:22

Micah & West
Don't believe everything hapiness says

Je l'écoutais, sans rien dire. Je reprenais le contrôle de mes émotions. Je ne pouvais clairement pas exprimer tout ce que je voulais. Sûrement une déformation professionnelle, à force de cacher ses sentiments, on le faisait dans toutes les circonstances, même celle ci. Micah ne voulait pas que je partes. C'était une chose très importante à mes yeux. A vrai dire,
je ne voulais plus être militaire, cela m'avait fait rater tellement d'étape de sa vie. Même lorsque j'étais encore 'présent' . Mon père avait toujours été là pour moi et m'avait toujours soutenu, ce que je n'avais pas pu offrir à son petit-fils... Je lui demanda si sa mère allait bien... Cette question que j'ai voulu maintes fois lui poser mais dont je n'avais pas envie d'entendre la réponse. Dans ma tête, les scénarios se bousculaient alors qu'il baissa la tête. Bizarrement ce n'était pas le scénario de 'tout va bien pour elle' qui m'arrivait en premier lieu, au vu du visage de Micah.
Il me prit la main. De mieux en mieux... Dans ma tête je la voyais déjà morte avec cette tête d'enterrement que le brun affichait. Surtout lorsqu'il m'expliqua qu'elle avait mal pris le fait que j'avais été annoncé disparu, mort au combat. Mes mains tremblèrent. Le suicide... ? Etait-ce possible... Ma femme n'était pas comme ça... Elle m'avait promis de prendre soin de notre fils pour nous deux. Puis finalement, la vérité me fut révélée. Je n'en revenais pas malgré tout... Je soupira de soulagement, un soupir que moi seul pouvait comprendre. Même si son état présent était préoccupant, j'avouais préférer ça à une tombe à laquelle je devrais me recueillir chaque semaine. Très vite, je réalisa qu'il n'avait pas eu la vie facile depuis tout ça... Il n'avait plus eu de parents depuis bien trop longtemps. Je devrais faire face à ça et reprendre mon rôle de père, et ce, dès maintenant, entendant sa voix flancher encore une fois. Je le repris dans mes bras, le serrant fermement. « Hey... Viens là... C'est pas ta faute mon grand.... Je.. Tu n'as pas à t'excuser... c'est mon absence qui a fait ça, tu n'a pas à t'en vouloir... C'est de ma faute. Je suis désolé Micah... » Si tout aller mal ainsi, ce n'était clairement pas de sa faute et il ne devait pas avoir ce lourd poids sur les épaules, je reprendrais le flambeau, voulant qu'il soit plus léger. Mon étreinte se resserra d'autant plus alors que je me retenais de finir comme lui, en trop plein d'émotion qui l'atteindrait d'une certaine manière. « Je... Je vais rester, j'annoncerais que je ne souhaite pas réintégrer l'armée. Je retrouverai bien quelque chose à faire d'accord...?» Je le regardais, espérant que cela le rassurerait un peu alors que mon corps me trahissait : je tremblais encore, je ne savait plus comment réagir. On m'avait appris à gerer les situations de crise,
mais là, ça me dépassait beaucoup trop. « Ton père sera là maintenant... Il est pas très doué, faudra pas lui en vouloir s'il commet des erreurs... Ca fait longtemps qu'il n'a pas été en société pour tout avouer »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Micah Landry-PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/04/2017
Pages lues : 108
Crédits : cranberry (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Nick Jonas
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#EnCours Chelsea ; Elena ; Elizabeth ; Jazz ; Kayla ; West


Âge : Vingt-six ans (18 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Mer 26 Juil - 16:26

West & Micah
Don't believe everything hapiness says

Honteux, j’avais sincèrement craint que mon paternel m’en veuille de ne pas être parvenu à soutenir sa femme, et ma mère convenablement et ainsi, faire en sorte qu’elle puisse continuer sa vie, progresser malgré sa disparition. Comment aurais-je pu faire une telle chose toutefois ? Ça, je ne le savais pas trop. Maintes fois, je m’étais senti terriblement impuissant, et je me sentais encore ainsi aujourd’hui quand j’allais la visiter et que les choses ne se déroulaient pas au mieux que ce soit. Et pourtant, jamais personne ne m’avait dit d’agir au contraire de ce que je faisais, à croire que je ne pouvais en faire plus et maintes fois, je m’en étais montré frustré, désemparé. Mais là, c’était probablement pire que jamais, parce que j’avais dû annoncer à mon paternel que je n’avais pas été l’homme de la maison, comme il me l’avait demandé chaque fois qu’il devait partir en mission. Voilà comment je me sentais, et ça me rendait encore plus gêné et triste de tout cela. Mais à mon grand soulagement, il ne sembla pas m’en vouloir. À la place, il me reprit dans ses bras, m’offrant une étreinte qui se voulut des plus rassurantes, une étreinte à laquelle j’aurais voulu avoir droit plus d’une fois ces dernières années, une étreinte qui, malgré la tristesse de la situation, vint mettre un baume sur mon coeur que jamais je ne pensais ressentir de nouveau dans ma vie. Bien sûr, cela ne me plut pas que mon paternel en vienne à prendre le blâme, d’où le fait que contre lui, je secouai la tête, pour lui signifier tant bien que mal qu’il n’avait pas à s’en vouloir non plus. Qui pouvait être blâmé dans une telle situation ? Je ne saurais plus trop le dire à ce point, mais une chose était certaine, c’était que je ne saurais pas en vouloir à mon père. Après tout, je me doutais bien que jamais il nous aurait abandonné volontairement pendant neuf ans. Et même si je n’allais pas lui demander ici et maintenant de me raconter ce qui s’était passé, d’autant plus que probablement jamais je ne saurais ce qui s’était vraiment passé pendant tout ce temps, j’avais cette ferme croyance que si ça n’avait été que de lui, il serait revenu vers nous bien avant aujourd’hui. En tout cas, c’était ce que j’espérais, fortement. Et puis, comme pour venir me le prouver, mon paternel en vint à me dire qu’au final, il allait rester, se trouver un boulot dans les environs. Bref, il ne réintègrerait pas l’armée. Peut-être qu’à un moment donné, cela allait lui manquer, mais quand même, là tout de suite, je trouvai cela plus que rassurant, si bien que je trouvai finalement le courage de me décaler un peu - mais pas trop - de son étreinte, histoire de l’entendre me dire qu’il serait présent, même si ce ne serait pas toujours facile. Même si je me doutais que ce n’était pas la meilleure réaction à avoir, j’eus un petit sourire, et une fois qu’il eut terminé ses propos, je finis par lui dire, doucement, beaucoup plus calme que précédemment:  « Tu sais papa, je suis là pour t’aider, moi aussi… » Parce que même si je savais que ma présence serait pour moi plus que rassurante et aidante, il n’en demeurais pas moins que je pouvais aussi l’aider. Comment aurait-il besoin de moi ? Je ne savais pas encore, et je ne voulais pas lui imposer quoi que ce soit, mais qu’importe quand et comment il aurait besoin d’un coup de main, je serais le premier à l’aider, c’était sûr et certain. Et comme pour le lui prouver que je tenais à son bien-être, que je tenais à le rendre aussi à l’aise que possible, je lui pris la main de nouveau, simplement pour ne pas complètement couper le contact physique entre nous, et je lui demandai, désormais un peu plus serein:  « Tu… Tu as quelque part où rester ? » Et sachant déjà que j’avais une idée derrière la tête par rapport à cela, je me mordillai la lèvre inférieure, histoire de ne pas ajouter quoi que ce soit avant d’entendre sa réponse. Après tout, peut-être voudrait-il avoir son espace à lui encore un peu, voire même tout le temps, et je ne pourrais pas lui en vouloir. Tout ce que je voulais savoir à ce moment précis, c’était s’il avait un toit sur la tête et s’il y était bien, parce que jamais je ne pourrais me permettre de le laisser à la rue, ou dans un endroit où il n’était pas à l’aise, et c’était encore plus vrai maintenant que j’avais un endroit à lui proposer pour dormir et vivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
West PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/07/2017
Pages lues : 99
Crédits : Lenvy
Avatar : James Marsden
Pseudo : Lenvy
Schizophrénie : Nope
Disponibilités : 1/3 Libre - Micah / Lennon

Finis: Joyce / Micah
Âge : 45
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Mer 26 Juil - 23:40

Micah & West
Don't believe everything hapiness says

J'avais survécu a des années de tortures... Ce n'était pas maintenant que je devais flancher, après avoir éviter tous les dangers. Je devais être plus solide que ca, simplement... Mais comment retrouver sa place après autant de temps d'absence... Ce n'était pas réalisable, cela me paraissait impossible à vrai dire. Je n'étais plus le même que la dernière fois que je suis parti en mission. Cela m'a changé, m'a fait devenir moins sociable, plus méfiant, et parfois paranoiaque. Est-ce que je pourrais redevenir le père que j'ai été auparavant pour Micah ? Et ma femme qui se trouve dans un hopital... Pourra-t-elle elle aussi surmonter cela, me revoir, redevenir la femme que j'ai chérie de tout mon coeur ?Toute ces questions n'attendaient que des réponses, que je n'avais certainement pas pour le moment, et, je ne saurais dire si un jour je les aurais. Je le serrais simplement contre moi, a finalement endosser mes responsabilité, et le poids de la culpabilité qu'il avait sur ses épaules, et qui ne lui appartenait simplement pas, caressant sa tignasse brune. Je me fichais pas mal qu'il refuse, au fond, c'était ma disparition à cause de mon métier qui faisait que sa mère n'avait pas pû être là pour lui. Je le laissa malgré tout se reculer, et je souria doucement à ces dire. Dis comme ça, cette phrase paraissait banal pour tous. Mais simplement à l'entendre m'appeler 'papa' ,  cela faisait de moi un homme heureux, car il ne m'avait pas renier, ni oublié par ailleurs.
Depuis nos retrouvailles, il n'avait que peu utiliser ce mot, alors, rien que pour ça... je m'en sentais ému, c'était ridicule, même moi je me le dis mais c'est comme ça... « Que tu sois là et que tu ne manques de rien est bien suffisant. Ca m'aide déjà bien de te savoir en forme. » Oui, je pense que je ne serais pas dans le même état si son état avait empiré a cause de moi. Je supposais que ca n'avait pas du être facile tous les jours, surtout avec sa mère mais... J'espérais qu'il ait eu une vie potentiellement normale malgré ça. Il me demanda si j'avais quelque part où crecher. J'haussa les épaules, quelque peu gêné.  « L'hotel c'est pas mal à vrai dire. J'y vais depuis plus d'une semaine, c'est pas la mort. » Je me mis à rire légèrement, embarassé de devoir avouer que je n'avais pas encore chercher de domicile, après tout, avant aujourd'hui, je ne savais pas si je pouvais chercher ou non, puisque j'aurais pu vivre aux crochets du pays si j'avais repris du service.  « Si tu veux l'adresse de l'hotel je te le note pour éviter de rester planter ici à handicaper ton job. J'ai vraiment pas envie de t'embeter Fiston. » J'essayais, tant bien que mal, de me dire que je le reverrais si je devais partir pour le laisser travailler. Mais j'en avais peur. Peur que ce ne soit qu'une illusion. Peur que malgré toutes les précautions prises, on me retrouve pour que mon fils soit de nouveau seul... Pire encore... J'espérais qu'on ne trouve pas ma famille pour leur faire du mal... Après, je supposais qu'ils n'allaient pas venir jusqu'en Amérique afin de retrouver un prisonnier qui n'a pas ouvert la bouche durant sa captivité...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Micah Landry-PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/04/2017
Pages lues : 108
Crédits : cranberry (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Nick Jonas
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#EnCours Chelsea ; Elena ; Elizabeth ; Jazz ; Kayla ; West


Âge : Vingt-six ans (18 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Sam 29 Juil - 16:52

West & Micah
Don't believe everything hapiness says

Malgré ma confusion et ma tristesse par rapport à la conversation que nous venions d’avoir, j’eus un petit sourire au moment où mon paternel en vint à me dire que simplement en étant en forme, je l’aidais quelque peu. Comment ? Je ne savais pas trop, mais me refusant de poser trop de questions pour le moment, en ces circonstances, je n’allai pas plus loin dans ma réflexion, préférant détourner quelque peu le sujet, en venant à demander s’il avait un endroit où rester. Ce fut ainsi que j’appris que mon père restait dans un hôtel, et que visiblement, cela lui convenait. Mais à quel point ? Voilà encore une question que je n’osai pas lui demander, lui laissant alors l’occasion de me proposer de me donner l’adresse de son hôtel, réitérant qu’il ne voulait pas rester trop longtemps, m’embêter dans mon boulot. Oubliant soudainement l’idée que j’avais à l’esprit, je secouai la tête, comme si je venais de me rappeler soudainement où je me trouvais, ce que j’avais à faire. Et pour la première fois depuis que j’avais obtenu ce poste de dresseur de dauphins, je n’avais plus tant envie d’être ici. Ce n’était pas un manque de motivation permanent, mais je me disais que là, tout de suite, j’avais mieux à faire que d’être ici, il me fallait passer du temps avec mon paternel. Regardant autour de moi, me rendant compte qu’il n’y avait plus personne autour du bassin, à croire que tout le monde était parti ailleurs, ne s’occupant plus de ce qui se passait en ces lieux, je ne cherchai pas à me convaincre davantage pour dire :  « Je… Je peux aller demander congé pour le rester de la journée. Je crois que si je leur explique la situation, ils ne vont pas me le refuser. » Et puis, ce n’était pas comme si j’étais celui qui s’absentait constamment. Depuis que je travaillais ici - soit depuis le début de ma formation environ - jamais je n’avais pris un jour de congé personnel de la sorte. Et encore là, ce n’était pas comme si je ne m’étais pas pointé au boulot du tout; non seulement, j’étais venu à la même heure que d’habitude et de plus, j’avais accepté de présenter un numéro différent de d’habitude. Je ne disais pas que j’étais un employé parfait, je savais très bien que comme tout le monde, j’avais mes ratées parfois, mais je n’étais pas celui qui faisait le plus d’erreurs, volontaires ou involontaires, alors en quoi pourrait-on me dire non ? Après, si jamais il était obligatoire que je reste, je resterais, donnerais rendez-vous à mon père plus tard, mais cette éventualité était surtout mon plan de consolation, pas ce dont j’avais réellement envie. Par contre, avant de faire quoi que ce soit, je me disais qu’il n’y avait pas que mon supérieur que je devais convaincre. En effet, au vu de comment mon père s’était proposé de partir précédemment, et même maintenant, je me disais que je devais aussi le convaincre que ce petit congé ne serait pas plus mal. Mais pour ça, j’avais peut-être de quoi le persuader. Enfin, je n’étais pas totalement certain, mais si jamais il n’avait pas tout oublié de sa vie avec nous pendant son absence, je me dis que ça ne lui ferait certainement pas de peine de m’entendre dire:  « On pourrait aller faire un tour… Où tu veux… Dans ta voiture… » Je marquai une petite pause, et comme un enfant qui venait de faire une gaffe, je fis un petit sourire maladroit, et je lui dis:  « J’ai gardé ta Camaro… » Sur ces mots, je me mordillai la lèvre inférieure, préférant attendre sa réaction avant de dire quoi que ce soit. Parce que sachant à quel point il aimait cette voiture, j’espérais qu’il soit content que je ne m’en sois pas départi, mais en même temps, j’ignorais si cela allait lui plaire que je l’utilisais au quotidien depuis que j’avais mon permis maintenant. Bien sûr, je ne l’avais pas abîmée, j’en avais toujours pris un grand soin, et il m’avait promis qu’elle serait mienne avant de partir, mais bon, on ne savait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
West PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/07/2017
Pages lues : 99
Crédits : Lenvy
Avatar : James Marsden
Pseudo : Lenvy
Schizophrénie : Nope
Disponibilités : 1/3 Libre - Micah / Lennon

Finis: Joyce / Micah
Âge : 45
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Dim 30 Juil - 1:19

Micah & West
Don't believe everything hapiness says

Je voulais quelque peu quitter l'endroit. Non pas par soucis envers Micah, loin de là, j'étais heureux de le retrouver, de voir que même s'il avait vieillit, il restait le garçon que j'avais laissé à la maison en étant confiant pour lui. Je ne me sentais pas de rester simplement car je pensais ne pas le mériter, ne pas mériter de pouvoir sortir autant de temps. De pouvoir respirer impunément, alors que finalement, j'avais rendue ma femme folle, car je n'avais sû défendre mon escouade face à une embuscade. Que j'avais été faible , j'aurais pu faire plus, même si l'un de mes bras s'était pris des balles, il m'en restait un... Je n'avais pas sû réagir, alors au fond, je ne méritais pas d'être là. Puis surtout, je ne voulais pas causer des soucis au brun, j'étais venu sur son lieu de travail, là où devait être disponible au moindre instant, et j'étais là, à lui faire perdre son temps, car je ne pouvais certainement pas faire passer cela comme un visiteur ayant une question. Micah était sorti du bassin d'un bond bien executé et nous avions passé bien trop de temps enlacé pour me permettre de sortir ce gros mensonge. Il vint à proposer de prendre congé. Pour moi ? Après que je m'avouais que je ne méritais pas tout ceci ? Cette seconde chance, malgré que j'ai durement travaillé pour ? « Tu es sur ? Je veux pas... » j'arreta mon discours de 'je ne veux pas te déranger plus, je voulais simplement te voir, dire que j'etais là à présent' lorsqu'il me proposa un tour dans ma voiture. Je fronçais les sourcils. J'étais venus à pied, je n'utilisais rien d'autre pour le moment, profitant de la ville, la redécouvrant au fil des kilomètres de marche que j'effectuais. Puis il précisa dans un sourire bien a lui qu'il avait gardé ma Camaro, celle dont je lui avais promis les clés lorsqu'il serait en mesure de conduire. Je me mis à sourire, riant légerement. « T'es bien le digne fils de ton père ahah! » alors qu'une nouvelle fois, et sous le coup de l'émotion, de la fierté, je vins lui ebouriffer les cheveux, le lui décoiffant -même si... je ne savais pas s'il pouvait les coiffer...- « Tu sais comment m'amadouer... C'est mal ça ! » Je soupira un peu. Il savait ma passion pour les voitures, et surtout ce modèle, j'avais pu me la payer il y a fort longtemps, et je lui avais promis qu'elle serait sienne à un moment donné. Cela m'ému lorsque je sus qu'il l'avait toujours, alors qu'il aurait pu la vendre et en raffler un bon prix, mine de rien. Allais-je vraiment capituler sur ce point... ? J'étais faible, et je voulais malgré tout ce que je me persuadais, passer du temps avec ma descendance, savoir un peu ce qu'il était devenu... En tout cas, un peu plus en détail. « Je t'attends ici pour savoir si tu peux prendre ta journée alors... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Micah Landry-PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/04/2017
Pages lues : 108
Crédits : cranberry (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Nick Jonas
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#EnCours Chelsea ; Elena ; Elizabeth ; Jazz ; Kayla ; West


Âge : Vingt-six ans (18 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Dim 30 Juil - 2:34

West & Micah
Don't believe everything hapiness says

Je ne fus pas tant surpris que mon paternel paraisse quelque peu hésitant à l’idée que je prenne le reste de ma journée de congé, mais sitôt que je vins à parler de sa voiture, je vis son regard s’illuminer, et je compris bien rapidement que j’étais parvenu à le convaincre grâce à cette simple référence. En étais-je fier ? J’aurais pu l’être, je ne pouvais pas le nier, mais ce que je ressentais plus que de la fierté, c’était de la joie. De la joie à l’idée de passer du temps avec mon paternel, de la joie à l’idée qu’il retrouve cette voiture qu’il chérissait tant. Combien de fois, par le passé, je m’étais surpris à l’admirer tandis qu’il en prenait soin ? Combien de fois avais-je été fou de joie à l’idée de lui donner un coup de main pour la nettoyer ? Cette voiture, elle me rappelait que de bons souvenirs avec lui, et pour cela, pour sa mémoire, jamais je n’aurais su m’en départir, et maintenant, je m’en congratulais plus que jamais. Cependant, malgré tout cela, je ne m’en réjouis pas complètement pour le moment, puisqu’il me restait encore une chose à faire, soit demander ce fameux congé. Mais déterminé à ne pas attendre plus longtemps, sitôt que mon père m’en donna la permission, je ne me fis pas prier pour lui dire: « Parfait, je reviens dans un instant. » Et perdu dans mon enthousiasme, je posai un geste que je n’avais pas posé depuis que j’avais probablement douze ans à son égard, c’est-à-dire que je déposai un baiser sur sa joue avant de partir vers la section réservée aux employés, presqu’en courant autour du bassin pour m’y rendre, oubliant complètement le manque de virilité de ce geste, simplement content d’avoir pu lui montrer autrement mon affection. Quelques secondes plus tard, j’atteins la zone des employés, et aussi rapidement que j’y étais arrivé, je me précipitai dans le bureau de mon supérieur. Soulagé de voir qu’il était dans son bureau, et disponible pour me parler, je me calmai avant de toquer à la porte. J’entrai à sa suggestion, pris quelques secondes pour tourner mes mots, avant de lui expliquer que je souhaitais avoir congé parce que quelque chose de totalement imprévu venait d’arriver. Pendant un instant, il sembla s’en inquiéter - ce qui me toucha quelque peu, puisque cela me montrait que je n’étais pas qu’un numéro pour lui - et devant son air inquisiteur, je ne fis que lui dire: « Mon père est là… » Ne me souvenant plus si je lui avais avoué ce qui en était, je pinçai les lèvres, laissant un silence s’installer dans la salle, tandis que je le considérais avec son air choqué. Finalement, peut-être lui avais-je dit, au minimum que je ne l’avais pas vu depuis des années maintenant. Il sembla réfléchir pendant un moment, et au final, il m’accorda ce fameux congé. Avec un large sourire, je lui dis: « Merci, merci beaucoup ! » avant de prendre la porte, aller me changer prestement, et mettre mes affaires trempées dans mon sac. Ne voyant pas ce que je pourrais faire de plus en ces lieux, je retournai en direction du bassin des dauphins, les clés de la voiture à la main - sur lesquelles j'avais gardé le même porte-clé que mon père utilisait - appréhendant le moment de retrouver mon paternel pour finalement quitter cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
West PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/07/2017
Pages lues : 99
Crédits : Lenvy
Avatar : James Marsden
Pseudo : Lenvy
Schizophrénie : Nope
Disponibilités : 1/3 Libre - Micah / Lennon

Finis: Joyce / Micah
Âge : 45
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Lun 31 Juil - 23:40

Micah & West
Don't believe everything hapiness says

Je le laissa s'en aller en courant alors qu'il venait de me déposer un bisou sur la joue comme le gamin que je laissais partir la matin, heureux que son père le dépose à l'école pendant qu'il était présent. Je me souvenais ces longues permissions ou je retrouvais un quotidien de parent a peu près normal, me réveillant aux côtés de ma femme, lui disant de profiter de son matin, le temps que je prépare notre gamin pour l'emmener à l'école. C'était surement l'époque que j'ai le plus apprecié de notre vie en famille. Cette vie me manque à vrai dire.
Je m'appuie alors sur sur la barrière limitant le bassin des dauphins, les regardant nager, plongé dans mes pensées, mes souvenirs du passée, mes appréhensions de ce futur qui m'attend, et les paroles de cette vieille folle que j'avais tant apprecié de son vivant. Comment pourrais-je reprendre une vie normale avec tout ça. Je n'étais pas sûr que cela soit possible, mais je ferais tout pour que Micah retrouve le père qu'il n'a pas eu durant ces dernières années.
A regarder ces... poissons ? Mammifères pour me corriger moi même, je me calmais doucement, me souvenant que mon fils travaillait là, il devait être passionné. C'était assez marrant, lui qui ne savait pas tellement nager. Encore une chose que je n'avais jamais eu le temps de lui apprendre, et avec sa mère qui n'aimait pas vraiment l'eau, ça avait dû être difficile. Mais s'il était maintenant dans son élément, ça m'allait, et je serais, de toute manière, toujours aussi fier de lui. De la force qu'il a eu à s'en sortir en mon absence, et en l'absence de sa mère aussi, dans un sens.
Je me promena un peu, m'éloignant un peu du bassin afin de regarder un peu les alentours, voir un peu où mon sang passait ses journées. C'était un endroit paisible. Enfin, je trouvais. Si je voudrais me détendre, je m'installerait volontier sur un banc sous un arbre. Et c'est peut etre ridicule a penser cela mais, je pourrais y rester toute une journée, simplement a profiter du temps, de la végétation, de l'ambiance générale du lieu, sans jamais essayer de me fondre dedans. Simplement être spectateur, sans qu'on ne vienne me demander quoique ce soit.
Je m'étais un peu éloigné, et je ne vis pas tout de suite que Micah était sortit, non je le vis en revenant doucement près du bassin, pensant que le temps se faisait long. Je me mis à sourire alors, lui faisant signe en revenant de nouveau à sa rencontre.
« Excuse moi... Je vagabondais comme ça. Et je me suis un peu trop éloigné ahah » Je ne pouvais simplement pas lui dire que malgré tout, la période sombre de ma vie que j'ai eu m'avais fait changer, et que je m'émerveillais devant tout ce qui était naturel, ou simplement pure. C'était là la seule chose que j'avais retrouver a me retour, certains arbres de la ville, où j'adorais me posait, où lorsqu'on faisait des sorties dans des parcs, ces coins n'avaient presque pas changé, et il m'arrivait d'y aller lorsque je doutais encore trop souvent de moi-meme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Micah Landry-PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/04/2017
Pages lues : 108
Crédits : cranberry (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Nick Jonas
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#EnCours Chelsea ; Elena ; Elizabeth ; Jazz ; Kayla ; West


Âge : Vingt-six ans (18 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Ven 4 Aoû - 23:17

West & Micah
Don't believe everything hapiness says

Je n’allais pas le nier, au moment où je me rendis compte que mon paternel ne se trouvait pas exactement, ni même à quelques mètres, de l’endroit où je l’avais laissé avant de piquer une course vers la salle des employés, j’eus un bref instant de panique. Non pas que je craignais que quelque chose lui soit arrivé, il y avait trop peu de gens et l’endroit était trop bien sécurisé pour que telle chose survienne. Ce que je craignais, c’était que j’aie imaginé tout ce qui s’était passé, que je sois en train de rêver, et que ce rêve ce soit soudainement transformé en cauchemar. Ou bien que pire encore, il avait décidé de partir, parce qu’il se disait que c’était mieux alors que clairement, je n’étais pas de cet avis. Est-ce que ça, il le savait ? Avais-je été suffisamment clair de ce côté ? Aurais-je dû directement lui demander s’il voulait venir s’installer chez moi en attendant d’avoir un emploi, une vie un peu plus stable, voire même plus longtemps, aussi longtemps qu’il le souhaitait ? Légèrement troublé, je n’eus pas à me poser des questions plus longtemps heureusement, puisque peu de temps après, quelque temps après que je me sois décidé à lâcher un timide:  « Papa ? » inquisiteur, celui-ci apparut de nouveau dans mon champ de vision, s’excusant, puisqu’il s’était quelque peu éloigné. Je lui servis un petit rire nerveux, surtout parce que je ne savais pas vraiment comment réagir autrement, puis je lui dis:  « C’est pas grave, ne t’en fais pas. » Puis, prêt à partir, je me surpris à jeter un petit coup d’oeil du côté des dauphins, comme si je voulais m’assurer qu’ils allaient bien avant de quitter. Et c’est à ce moment que je me surpris à dire, sans trop réfléchir:  « Si tu veux, un jour, je te les présenterai un peu plus longuement. », un sourire timide aux lèvres. Loin de moi était l’idée de l’imposer à faire quoi que ce soit qu’il n’aurait pas envie et évidemment, encore plus loin l’idée d’y aller trop rapidement. Mais je pensais que là, lancer cette idée n’engageait en rien, et je ne cherchai pas à insister non plus, me contentant de simplement lancer ce propos, ne pas ajouter quoi que ce soit, prenant, en sa compagnie, la route de la sortie du zoo. Une fois que nous y fûmes, je ne me rendis toutefois pas dans le parking principal, détournant quelque peu pour aller dans celui des employés. C’est là que j’y retrouvai la fameuse Camaro, toujours en bon état. Un petit sourire aux lèvres, le coeur battant la chamade, je considérai mon paternel, puis je vins à lui demander:  « Où tu veux aller ? » De mon côté, j’étais prêt à l’emmener faire un tour où il avait envie d’aller. Il était évident que j’aurais voulu être capable de deviner ce dont il aurait envie, lui faire une surprise, ce genre de chose, mais je ne me sentais pas suffisamment à l’aise pour faire une chose pareille, d’où le fait que je préférai lui laisser le choix, et également le temps de considérer sa voiture tant aimée, espérant sincèrement que je n’aurais pas fait d’erreur avec celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
West PalmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/07/2017
Pages lues : 99
Crédits : Lenvy
Avatar : James Marsden
Pseudo : Lenvy
Schizophrénie : Nope
Disponibilités : 1/3 Libre - Micah / Lennon

Finis: Joyce / Micah
Âge : 45
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   Lun 7 Aoû - 22:11

Micah & West
Don't believe everything hapiness says

Je ne savais pas trop combien de temps j'avais mis à promener çà et là loin du bassin, parfois ça m'arrivait, d'avoir quelques pertes de conscience, avançant sans vraiment m'en rendre compte. Mais ce n'était pas si grave que ça, c'était surement quelques petits étourdissements passagers à cause de mon retour au pays. Enfin, j'étais revenu assez près pour voir que Micah était de retour. Alors, je m'excusais légèrement pour ma petite absence. Je n'espérais pas lui avoir fait peur, ayant beaucoup insisté sur le fait de partir pour ne pas l'embeter. Bien que, j'y avais pensé au fin fond de moi, mais il était partit demander un congé, alors ce serait horrible de le laisser ainsi. Enfin, il souria, semblant un peu nerveux. J'avais vu juste ?
Il proposa, qu'un jour, il me présente...Quoi en fait ? Je n'avais pas franchement compris sur le coup, j'étais vraiment à coté de la plaque mais a force, je compris qu'il parlait de ses amis aquatiques. Je me mis à sourire un peu, je n'etais pas encore habitué à le voir aussi à l'aise avec l'eau, j'avais du mal à le concevoir pour le moment. Je ria donc « Si tu veux mon grand, mais on a le temps t'inquiètes pas. » Alors nous marchons, jusqu'à sortir de là, allant sur le parking dédié aux gens travaillant là bas. Je vis donc mon ancienne Camaro, resplendissante comme toujours. Je me mis à sourire alors que je l'inspectais doucement, mais mon fils en avait pris grand soin à ce que je voyais, elle était comme neuve, comme lorsque je l'avais laissé. « Tu l'as bien entretenue dis moi. Je suis agréablement surpris. » Oui, sur ce coup, cette voiture avait besoin de délicatesse et elle en avait eu plus que nécessaire, cela se voyait, et ma fierté envers le brun ne cessait d'augmenter. Puis, le jeune homme me demanda si je souhaitais aller quelques part. Je ne savais pas vraiment, je n'avais pas pris le temps de me promener alors je n'avais pas grand chose comme lieu de référence... Ma mémoire de Washington n'était franchement pas la chose que j'avais conserver. « Hmm... Je sais pas, je ne me souviens pas de tout... Le..Le parc où je t'emmenais il existe toujours ? » N'ayant aucune idée, je me disais qu'aller près du parc où j'adorais promener avec Micah quand il était gosse était une bonne idée. Il n'y avait rien d'exceptionnel, juste qu'il possedait une grande étendue d'herbe où j'aimais aller pour jouer avec mon fils. J'avais énormément de souvenir là-bas. « Sinon... C'est comme tu veux, je connais pas vraiment de bon coin puisque je navigue entre l'hotel, un garage et l'enceinte militaire... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says   

Revenir en haut Aller en bas
 
WEST&MICAH ▬ Don't believe everything hapiness says
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» (Terminée) l'Appel du Far West.
» En route pour le Old West!
» Far-west en Auvergne
» WILD WILD WEST.
» Black West Indies Leaders And The American Connection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown-
Sauter vers: