AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Come get me when the night grows deep ○ trent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 24
Crédits : shellhead
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Come get me when the night grows deep ○ trent   Dim 6 Aoû - 1:07

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       

Les néons de la ville aveuglaient son regard d’une façon qu’il ne saurait décrire, ce n’était pas désagréable. Peut-être nouveau. Oui, surtout cela. Une jambe relevée sur le siège de la voiture, mouvement peu commun dans ce genre de situation mais confortable pour lui. Son menton avait pris refuge sur le pli que formait son genou et s’y reposait. Ses lèvres fines remuaient lentement en rythme d’un air connu que la radio laissait filtrer. Sans intérêt. Un comme cette soirée qui s’annonçait pour lui. Maxence maudissait sa faiblesse, maudissait les yeux trop bleus de son colocataire. Un océan, voilà vers quoi ses pensées l’avaient entrainé à leur première encontre. Un océan qui à présent le submergeait de la façon la plus inattendu. Et Maxence ne savait s’il devait lutter contre le courant ou se laisser dériver. Peut-être que ce serait moins difficile de se laisser aller. Peut-être était-ce pour cela qu’il se retrouvait assis dans cette voiture, côté passager. En avant vers la découverte. Une boite de nuit, les garçons de son âge n’en étaient plus à leur première expérience. Pourtant, c’était le cas pour lui. Il pourrait jeter le tort aux cours interminables de médecine. Mais tous les deux savent qu’il en est autrement. Le cœur du problème, ce n’était pas ses fiches d’anatomie, c’était plus ce qui se passait dans sa tête.
Sa tête d’adulte encore adolescent qui soupirait quand son colocataire le regardait pendant plus de trois secondes d’affilé et qui commençait à s’imaginer les scénarios les plus divers. Les plus improbables. D’ailleurs, Maxence jugeait avoir bien assez reluqué son colocataire dans la mesure de l’acceptable pour le moment. Et c’était sans joie qu’il se détournait de nouveau les néons. Les détestables néons jusqu’à destination cette fois. Plus une fois, il ne tournait les yeux, pas même quand il fallait répondre à quelques banales questions.
Devant la file d’entrée, Maxence se tint droit, menton relevé. Envie de se faire moins juvénile, de paraitre tout aussi homme que Trent à ses côtés, parfaitement à l’aise. Il l’envia, vraiment, de cette aisance. Pourtant, dans un élan enfantin, il se colle un peu plus à Trent une fois à l’intérieur comme par peur de le perdre ou de se perdre dans la foule de corps en sueur. La musique était assourdissante et le brouhaha ambiant incessant. C’était un terrain nouveau, un où Maxence fut loin de se sentir l’envie de conquérir. Mais il n’avait pas réussi à résister très longtemps à la proposition de Trent, comme toujours. Pourtant, la réalisation que ce genre d’endroit n’était certainement pas l’idéal pour lui ne cessait de passer en boucler devant lui. Il soupira avant de passer une main pour arranger son haut qui dissimuler à la perfection sa chair osseuse. Il était là alors autant en profiter, comme il pouvait et de toute façon, du temps passé en compagnie de Trent ne serait jamais du temps perdu. Il jeta un regard aux alentours, un éclair de génie traversant rapidement son esprit. « On peut boire quelque chose pour commencer ? » L’alcool, la solution facile, celle des faibles. Maxence ne s’est jamais targué d’être autre chose. Presque innocemment, il vint saisir l’avant-bras de son colocataire vers le bar qu’il avait repéré plus tôt.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 393
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Lun 7 Aoû - 12:35

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep
La mélancolie personnifiée se trouvait sur le siège à côté de lui. Ou bien était-ce la résignation. Une figure qui semblait trop à l'étroit dans son propre corps, calée contre la portière, le regard sur les lumières de la ville. Trent l'observait plus qu'il n'observait la route. À la recherche de quoi? Il n'était pas bien sûr. D'un signe qui témoignerait d'un entrain caché, d'une motivation insoupçonnée mais bien réelle. Une volonté qui pouvait accompagner celle de Trent. Car c'est bien lui qui avait été l'investigateur de cette petite virée en boite entre mecs. Trent était rentré chez eux avec cette idée dans la tête. Une distraction qui s'était transformée en caprice, impossible à déloger. Cela lui avait semblé être une merveilleuse idée. Un moyen de se distraire de ses propres problèmes. Lui qui n'avait jamais eu qu'une seule réaction face à l'adversité - celle de continuer à vivre encore et encore - n'avait pas souhaité se laisser abattre par la vision de sa femme et son fils jouant à la famille parfaite avec un autre homme. Si proches mais si loins, Trent tendait la main sans trouver une seule prise à laquelle se raccrocher. Alors il l'occupait autrement. Une douce pression contre l'épaule de son coloc lorsqu'il lui ventait les mérites d'aller en boîte avec lui. Une poigne assurée lorsqu'il se glissait derrière le volant. Un dernier tapotement sur le genoux pour assurer que "ça va être sympa". Maxence n'avait pas semblé être convaincu. Mais il avait fini par accepter et, honteusement, Trent s'y était attendu. Max était une perle. Intelligent, doté d'un humour sec dont il n'avait pas conscience, plein de bonne volonté, pas dérangeant, le jeune homme se présentait comme le colocataire idéal. Trent n'en avait jamais espéré autant lorsqu'il avait répondu à son annonce, et pourtant. Terriblement domestique, Trent était quelqu'un qui avait besoin d'un chez lui. D'un endroit où retourner chaque soir. En l'absence de sa famille, il avait projeté ce besoin à la première façade en brique qui l'avait accueillie. Au premier visage innocent qui lui avait ouvert la porte. L'appartement niché au cœur de Georgetown et qu'il partageait avec Max lui avait fait oublier un instant la situation impossible dans laquelle il se trouvait. C'était aussi sa manière de renvoyer l'ascenseur. Sortir Maxence de sa zone de confort, le voir s'amuser, effacer le sérieux sur son visage et lui faire oublier ses cours un instant. Il avait l'intuition que Maxence sans inhibitions méritait le coup d'être vu. Trent posa un énième coup d'œil de biais. Le menton posé sur son genoux replié, Max paraissait presque boudeur. Ses lèvres s'entrouvaient autour des mêmes mots diffusés par l'auto radio, et Trent se demandait s'il allait également transformer ces murmures en éclats de voix sous la musique assourdissante de la boite. Trent posa quelques questions en cours de route et Max lui répondait, sans pour autant pivoter son regard sur lui. Trent ne s'en formalisait pas. Ils arrivèrent bien assez vite, s'engouffrant dans la masse animée de la file d'attente. L'énergie était communicative. Ils s'engouffrèrent finalement dans la boite, une musique sourde les accueillant tandis que leurs regards s'habituaient aux spots vifs de lumière perçant la pénombre. La foule était dense et il pouvait sentir Max pressé contre son flanc. Il se demanda un instant s'il était intimidé par l'endroit, mais Max fut celui qui pris les devants. Il hocha la tête, bien plus efficace que des mots dans cette cacophonie. « C'est moi qui régale » dit-il avant de se laisser guider par son coloc, sa poigne malmenée par les corps environnants, si bien que Trent enroula ses propres doigts autour de son poignet. Une fois au bar, Trent usa de sa grand taille pour se faire remarquer, se pressant contre le comptoir. « Qu'est ce que tu prendras? » demanda-t-il a l'oreille de Max pour se faire entendre. Quel était son poison? Trent ne se souvenait pas l'avoir déjà vu boire. Ce qui était certaines, c'est qu'il allait apprendre plein de nouvelle chose sur son coloc lors de cette soirée.


_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 24
Crédits : shellhead
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Jeu 17 Aoû - 0:10

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       


Il jetait le tort sur les yeux trop bleus de son colocataire, cet océan dans lequel il se sentait submergé à chaque fois que leurs regards se croisaient. Comment dire non à la moindre de ses demandes ? Difficile. Quasi impossible. Etre de faiblesse, Maxence avait finalement courbé l’échine, acceptant cette escapade d’un hochement de la tête. Soit. Une boite de nuit, il n’y avait rien d’effrayant là-dedans. Une musique assourdissante, des esprits ivres, des corps intiment enlacés. Cool. Tout ce qu’il détestait rien que ça. Et il se demandait encore par quelle sorcellerie il se retrouvait malgré tout assis dans cette voiture aux côtés de son colocataire, son regard réussissant avec beaucoup de mal à ne pas scruter comme un obsédé la perfection de son profil ou les muscles de ses bras qui se tendaient alors qu’il tenait le volant. Ce n’était que le début. Trent le fascinait et ce, depuis leur première rencontre quand il était apparu au pas de sa porte, affirmant être son nouveau colocataire. Maxence s’était attendu à tout, mais surtout à un jeune adulte de son âge, un étudiant en galère qui cherchait une colocation pour réduire les frais. Trent n’avait cessé de le surprendre depuis, encore plus par sa capacité à lui faire faire tout ce qu’il désirait. Maxence descendit de la voiture qu’ils venaient de garer, à présent direction la boite de nuit. Mauvaise idée, il en était certain. Cela ne pouvait être qu’une mauvaise, et dangereuse, idée. Il était en environnement hostile. Ses yeux de chat perdu observaient les alentours malgré une prime envie de ne pas paraitre intimidé par ce qui l’entourait. Mais comme un animal craintif, il eut ce réflexe de se rapprocher de la seule présence familière à proximité. Trent. Une stature haute, des épaules larges. Une étreinte surement rassurante et sécurisante. Et ce sont les pensées du pauvre enfant qui prirent le large et s’éloignèrent. Ses rêveries pouvaient être tout aussi dangereuses. Alors il les stoppa et décida plutôt de prendre les devants, vers le bar. « Bien sûr que c’est toi. » répondit-il dans un fugace sourire espiègle, comme un mirage qui ne dure que le temps d’un clignement d’œil. Ils se frayèrent un chemin parmi les masses d’os et de chairs et le regarde de Maxence ne put que tomber sur les doigts de Trent autour de son poignet. Pour la première fois, il bénissait le fait d’être dans cet endroit peu lumineux, la pénombre cacher les honteuses rougeurs sur ses joues pour un moment. Il tourna le visage de trois-quarts vers Trent, son oreille prisonnière du souffle chaud du plus vieux. Son cœur rata un battement mais il tenta de ne rien en faire paraitre. « Whisky-coca. » Pas un mot de plus, juste le strict nécessaire pour réussir à contrôler le moindre tremblement possible. Le Whisky avait toujours eu une agréable douceur à son palais malgré son fort goût. Son père était un adorateur de cet alcool. Et Maxence, enfant, aimait jouer à l’adulte en volant quelques gorgées de la collection de son paternel quand il avait le dos tourné. Il ne cessait de grimacer au goût, détester encore plus le monde des adultes. Éventuellement, son palais se retrouva à s’y habituer. Et l’âge lui fit découvrir les nombreuses saveurs qu’on pouvait rajouter à l’alcool pour en améliorer le goût. Pas dans les soirées de lycéens débauchés. Simplement devant son ordinateur, à faire défiler les pages et tester ce qui lui paraissait le moins dégoutant. Il remercia finalement Trent qui lui tendit son verre, il en prit une gorgée un peu trop longue. « Tu veux faire quoi ? » demanda-t-il, ses lèvres venant chatouiller à leur tour l’oreille du plus vieux, comme une tentative de lui faire ressentir le même trouble. Assez puérile, certes. « J’veux dire, les gens font quoi ici…à part se dévorer le visage ? » ajouta-t-il tandis que deux jeunes gens à moins d’un mètre d’eux partaient dans des découvertes des plus intimes.


(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 393
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Ven 18 Aoû - 15:57

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep
Ça n'avait rien de charmant, rien de sophistiqué. Trent pouvait déjà sentir une pointe d'humidité s'accumuler dans le creux de son dos tandis que la musique tapait vivement contre ses tempes, impossible à ignorer. Plus d'un membre baladeur vint percuter le creux de ses côtes alors qu'il essayait de se frayer un chemin parmi la foule. Le sol était collant sous ses semelles et les néons agressifs contre sa rétine. Chacun de ses sens submergés et atténués. Tous sauf un. Tel un aveugle, Trent était guidé par la main de Maxence; une lanterne dans la nuit. Sa peau paraissait incroyablement pâle sous les stroboscopes, presque éthérée, et Trent cru y discerner un sourire lorsqu'il lui répondit. Son rire fut étouffé par la battement de musique, mais de toute manière Max ne le regardait déjà plus. Il était en mission. Peut-être était-ce la pénombre, mais Trent n'arrivait pas à lire son colocataire. Était-il intimidé, excité, ennuyé? Trent savait que ce n'était pas l'endroit pour tout le monde. Lui-même ne le supportait qu'à petite dose. A l'occasion, il aimait se perdre dans cette cacophonie, guidé par des instincts aussi primaires que le martellement d'une basse et la pression d'un toucher. C'était inélégant, euphorique et rauque. Et peut-être, seulement peut-être, cela allait faire du bien à son colocataire. Lorsqu'ils arrivèrent au bar, Trent déroula ses doigts du poignet de Max pour lever une main en l'air et capter l'attention du barman. Un whisky-coca. Trent en commanda deux. Un regard rapide pour lui et aucun pour son compagnon dont la majorité aurait pu être contestée. Mais il avait bel et bien 21 ans, Trent s'en était assuré. Il lui tendit un verre et porta le sien à ses lèvres, satisfaisant une soif soudaine. Maxence faisait de même avec la dextérité d'une personne qui n'a pas attendu l'âge fatidique pour goûter aux plaisirs de l'alcool. Bien vite, le jeune homme pencha la tête vers lui pour se faire entendre. Ses boucles brunes lui chatouillait la tempe et son souffle semblait particulièrement humide dans cette fournaise. Ce qu'il voulait faire. Trent pivota son regard sur le couple en question et laissa s'échapper un rire. « Tenter de discuter, boire, danser, rencontrer des gens....et inévitablement, des choses un peu plus », il fit un geste approximatif avec son verre en direction des deux tourtereaux. « décomplexées ». Trent n'avait aucun programme établi. Ça n'était pas le but de ce genre d'établissement. Il souhaitait plutôt aller au rythme de Maxence, le garder à l'aise et non l'abandonner à son triste sort au milieu de cette foule d'inconnus. « Promis, ce qui se passe dans cette boîte restera dans cette boîte » plaisanta-t-il dans un clin d’œil. Trent avait cru comprendre que Maxence avait une copine. Des informations prises à la volée qu'il n'avait jamais cherché à valider de quelque manière. Il n'était pas bien sûr et ça ne le regardait pas vraiment. Trent termina son verre d'une gorgée et le déposa sur le comptoir avant de se tourner pleinement vers Maxence. « Tu veux danser? » lui demanda-t-il, un sourire amusé aux lèvres, convaincu qu'ils seraient condamnés à rester accoudés au bar toute la soirée si Trent ne leur donnait pas un peu d'impulsion. Il ne souhaitait pas le mettre mal à l'aise, où l'obliger à faire quoique ce soit, mais rien ne valait un petit baptême sur le dancefloor pour laisser tomber sa garde.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 24
Crédits : shellhead
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Lun 21 Aoû - 12:41

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       


Il aimerait partir. Mais il aimerait rester le plus longtemps possible en compagnie de Trent aussi. Drôle de dilemme, parce que Trent l’avait emmené dans un de ces lieux qu’il n’affectionnait que très peu. Un discret soupir traversait de temps à autre la paroi de ses lèvres boudeuses, quand la musique montait à son pique, quand quelqu’un le bousculait, quand il voyait des effusions trop intimes devant ses yeux. Maxence était bien plus pudique. Même en compagnie de sa petite-amie, il n’arrivait pas à se permettre ce genre de contacts en lieu public, à vrai dire, il préférait même être le plus loin physiquement possible d’elle. Il savait que ce n’était pas juste. Elle était jolie, affectueuse ; la fille parfait. Elle méritait mieux que quelqu’un comme lui. Pourtant, il continuait son jeu, lui donnait l’illusion d’un amour sincère et d’un bonheur à deux. Pourtant, il avait l’impression que le mot menteur est écrit en lettres roses clignotantes sur son front. Ou qu’il était tracé au couteau, douloureux, quand ses yeux se posaient sur Trent. Ses contacts avec les êtres humains étaient souvent épuisants, il arrivait rarement à discuter longtemps ou partager ses ressentis avec quelqu’un. Et là, Trent avait réussi dès le début à se démarquer du rester. Du monde. Il ne se lassait pas de l’écouter, malgré le visage ennuyé que Maxence abordait souvent, tel un masque. Il attendait à chaque fois son retour à l’appartement pour manger ensemble, regarder la télé ou simplement sentir une présence à ses côtés. Il savait que ce n’était pas bien, son intuition le lui murmurait à maintes reprises mais c’était une envie irrépétible. Alors il continuait. Il tentait aussi de se persuader que, dans les faits, il ne faisait rien de mal. Ses pensées et ses sentiments lui appartenaient à lui seul tant qu’il décidait de ne pas les partager. Qu’importe. Son verre à la fin, un mot de remerciement découla de ses lèvres avant qu’elles ne viennent s’emparer du bord du verre. Une longue gorgée qui le désaltéra et, il espérait, lui changerait les idées. Et bien qu’il ait pu passer sa soirée à bar à côté de ce bar, chose qui lui paraissait plus intéressante que se mêler à la foule, c’était aussi quelque chose qu’ils auraient simplement pu faire chez eux. Il se tourna malgré tout vers Trent pour lui demander ce qu’il aimerait faire. Trent lui donna alors un rapide cours sur les activités auxquelles les gens s’adonnaient en pareils endroits, c’était assez proche de l’idée qu’il s’en faisait et il ne détesta le lieu qu’encore plus. Il n’avait pas envie de faire connaissance avec qui que ce soit, ni de sentir des mains baladeuses et indésirables sur son corps. « Je ne compte rien faire de discutable. » s’offusquait-t-il face au clin d’œil de son colocataire. Surtout pas quand la seule personne avec laquelle il aimerait tenter quoi que ce soit était hors d’atteinte, alors même qu’elle était en face de lui. Il suivit le même mouvement que Trent, finissant d’une traite son verre. Il avait besoin d’un autre mais se tut. Il jeta un regard à la foule. « Au milieu des gens ? » Il leva un sourcil, question stupide. C’était évident. « Ouais, pourquoi pas. J’imagine que ça sera plus facile pour toi de draguer là-bas, en plus. »

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 393
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Mar 22 Aoû - 19:53

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep
Trent ne pouvait que rire face à la réaction de son colocataire; un air outré qui déformait chaque trait de son visage. « Tu dis ça maintenant » renchérit-il, son regard scannant déjà la foule devant eux. Maxence était une cible facile, une invitation à la taquinerie dont Trent se saisissait à pleines mains, dévoué dans sa mission pour lui faire passer un bon moment. La clé de la réussite ne semblait pas résider chez les personnes autour d'eux, mais peut-être Maxence se montrait-il simplement timide. Comme pour prouver le contraire, le jeune homme ne rejeta pas immédiatement sa proposition. « Oui, au milieu des gens » répéta-t-il, amusé. Mais il accepta, non sans offrir une remarque qui fit ouvrir de grands yeux à Trent. Draguer. Quel concept. Cela faisait plus d'une décennie que Trent n'avait pas eu l'utilité de ce genre de séduction. C'est à peine s'il se souvenait avoir joué de tous ses atouts pour charmer sa femme. Il semblait qu'un instant ils avaient été amis, et celui d'après ils s'avouaient leur attraction mutuelle. Pas de grands discours, pas de grands gestes. Et si Trent pouvait être un flirt incorrigible par moment, il n'avait jamais ressenti le besoin de s'attirer les faveurs de quelqu'un d'autre que celle qu'il avait pris pour femme. Il ne prévoyait pas de changer ça ce soir. Malgré la distance, malgré ces longs mois de solitude qui lui faisait désirer les plus simples des contacts. Trent était une créature profondément tactile, et s'immerger dans le flot étroit des danseurs offrait une parodie acceptable. « Tu cherches à te débarrasser de moi Max? » plaisanta-t-il en se détachant du bar, passant un bras autour des épaules de son colocataire pour le guider au cœur de la pièce. Ça le contraria un moment que Maxence se soit attendu à ce qu'il parte en chasse de compagnie, mais ce n'est pas comme s'il savait vraiment pourquoi Trent les avait amenés ici. Il n'y avait pas de bonnes manières de dire "relax, décoince toi un peu, bois un coup", alors Trent avait fait tout un spectacle de les sortir en boîte. Il ne souhaitait pas bousculer sa façon d'être, mais Trent avait été à sa place. Noyé entre des bouquins de médecine, à faire passer biens des choses au second plan, même les plus primaires. « Tu peux bien danser deux minutes avec moi avant de me pousser dans les bras du premier inconnu qui passe » continua-t-il, comme s'il allait l'abandonner à son triste sort pour aller poursuivre d'autres plaisirs. Et ils y étaient. Au milieu de la foule, pressés de chaque côtés. Trent devait se faire plus petit qu'il n'était pour espérer apercevoir autre chose que les boucles brunes du jeune homme. Et puisque Trent n'avait jamais été du genre à parler dans le vide, il montra l'exemple. La vérité? Il n'était pas très bon danseur. Des genoux trop noueux et un sens du rythme qui peinait à coordonner ses longs membres. Béni par une inhibition quasi-inexistante, Trent se souciait peu de la grâce qu'il déployait en se balançant sur ses deux pieds. La chanson était médiocre et le genre indécis, mais il y avait quelque chose d'exaltant et de presque honteux dans le fait de se laisser submerger par la musique et d'oublier juste un instant tout le reste. Il posa un regard sur Maxence. La tension de ses épaules, la pression de sa mâchoire, le jeune homme n'avait pas encore réussi à se délaisser de tout. « Détend toi » lui dit-il, et Max n'aurait pu espérer le comprendre sans lire sur ses lèvres. Trent voulait qu'il se délaisse de toute conscience, se purge de toutes ses pensées parasites. Qu'il s'amuse. Dieu seul sait la peine employée pour extraire un seul sourire sur ce visage. Qu'il n'ai pas peur du ridicule, parce qu'il n'y avait que Trent pour le voir. Maxence agissait comme s'il était invisible et il y avait tant à voir. Le tatouage discret derrière son oreille, illuminé brièvement sous les stroboscopes. La mince griffure sur sa clavicule, causée par son foutu chat qui semblait n'avoir aucune sympathie pour Trent. Pour personne, vraisemblablement. Trent le voyait et il n'était sans doute pas le seul. Trent avait toujours été un admirateur de la beauté sous toutes ses formes. Et, la peau chauffée par l'effort - ou bien était-ce l'embarras -, et l'angle de sa mâchoire saillante sous les spots, Maxence n'en restait pas moins un bel exemple. Trent pouvait sentir des regards dans sa direction, en avait même croisé un ou deux, mais ce qui était sûr, c'est qu'ils ne lui étaient pas tous destinés.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 24
Crédits : shellhead
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Sam 26 Aoû - 21:43

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       


Il ne comptait pas s’adonner à la moindre dérive ce soir. Pas par dévotion pour sa petite-amie. Pas en l’honneur des sentiments qu’il éprouverait pour elle, ils n’existaient pas. Il n’y avait rien. Même pas un semblant d’amitié envers elle. Elle était là un jour, s’est déclarée et il avait été incapable de l’accepter. Mais surtout, elle était un atout. Une pièce à rajouter sur le tableau de normalité auquel il essaye de se conformer. Bonnes études, carrière déjà tracée, petite-amie parfaite, c’est un peu tout ce qu’on lui demande. Pourtant, ce n’est pas continuer à calquer sur ce schéma qu’il ne fera rien, c’est surtout parce qu’il n’en avait pas la moindre envie. Aucun intérêt pour des personnes qui n’étaient ici que pour un échange charnel avec un inconnu, quel qu’il soit. Il ne répondit pas à l’énième taquinerie de Trent, se contentant de lui offrir un sourcil relevé. Un pli se forma au milieu de son front, lui donnant, le temps de quelqu’une seconde, l’image de quelqu’un de plus vieux. Il grimaça de nouveau à l’idée qu’ils allaient se mélanger aux autres personnes, aller danser au milieu de la foule. Cela semblait logique, mais pas agréable pour autant. Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas prétexté avoir des examens la semaine prochaine pour réussir à échapper à cette sortie nocturne. Il observa Trent, l’imagine en tant que prédateur à l’affut de la moindre souvenir. L’image était presque comique, pas très réaliste non plus. Il ne connaissait pas cette facette de lui mais ne pouvait s’empêcher de se dire que l’homme ne devait pas être un séducteur de première. Simple intuition ou bien l’absence d’une petite-amie. Il n’avait jamais posé la question explicitement, mais il ne lui semblait pas que Trent était engagé à qui que ce soit. La curiosité l’avait pourtant gagné à plusieurs reprises, surement due à l’intérêt que le grand brun lui suscitait. Mais son naturel réservé l’avait empêché de chercher à poser plus de questions. Trent l’attira contre lui, un bras sur ses épaules avant de l’entrainer vers la piste. Comme toujours, un battement de plus, plus rapide. Comme si son corps ne s’habituerait jamais à ce genre de contact. « Parce que les hommes de ton âge savent danser ? » demanda-t-il d’un faux air surpris. Ses petites piques faisaient partie de lui. Et elles se montraient de plus en plus à mesure qu’il se rapprochait de Trent. Maxence n’était pas spécialement un bon danseur, mais son regard posé sur Trent le rassura malgré tout sur le fait d’être un meilleur danseur que lui. Du moins, il l’espérait. Il lâche un long soupir, le regard baissé vers sa droite, doucement. Comme s’il montrait un moment de faiblesse. « Difficile d’être détendu au milieu d’autant de personnes. » Il n’était pas assez bourré pour pouvoir oublier leur présence. Mais il avait aussi peur de ce qu’il pourrait faire avec plus d’alcool dans le sang. Il passe une main dans ses cheveux, relevant ses boucles un instant, dévoilant à la fois son tatouage à la nuque et celui à son doigt. Il regarda autour de lui. « Tu aimes vraiment ce genre d’endroits ? » Son ton était à la fois confus et curieux, pourtant son corps semblait suivre de lui-même le rythme de la musique sans qu’il n’y porte réellement attention. « Ça ne te gêne pas de te sentir observé ? » Il sentait les regards sur lui, il n’en comprenait même pas la raison. Il n’y avait rien à voir chez lui. Il était simplement un grand gringalet. Une personne un peu trop enthousiaste derrière lui dansait avec de grands mouvements et finit par le pousser jusqu’à ce qu’il se retrouve contre Trent, ses mains accrochées à son haut sous le coup de la surprise. Il se tourna légèrement comme pour voir le fautif, complétement bourré et hors de contrôle. Dans sa position, il pouvait sentir le parfum de Trent et la légère odeur d’alcool dû à ce simplement verre. Les secondes passèrent, plus que ce qu’il ne faudrait. Il recula, silencieusement.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 393
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Ven 1 Sep - 22:05

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep
Un homme sur le chemin de son exécution aurait sans doute montré autant d'enthousiasme que Maxence. Sous son bras, Trent pouvait sentir la raideur de ses épaules, la réluctance qui l'habitait sans doute à la perspective de rejoindre la foule des danseurs. Celle-ci n'avait pourtant rien de bien de bien intimidante, chacun trop préoccupé par ses propres plaisirs pour s'inquiéter de la prestation des autres. Trent pressentait que leur virée n'allait pas durer bien longtemps. Il viendrait un moment où Maxence trouvera une excuse pour précipiter leur départ. Sans aucun doute qu'il invitera Trent à rester plus longtemps, mais la chose perdait de l'intérêt en solitaire. Autant profiter du temps que son colocataire lui accordait, encore restreint par la politesse et peut être une touche de curiosité. Mais Maxence était bon joueur et se laissait entraîner vers un moment qu'il anticipait comme déplaisant, non sans ménager son sarcasme. Trent glissa un regard sur le, les sourcils froncés et un sourire au coin des lèvres. « Ça et plein d’autres choses. Je ne me laisse pas abattre dans mon vieil âge » ironisa-t-il aisément. Max était loin d'être bavard, mais il avait un sacré répondant lorsque l'envie lui prenait de dire quelque chose. Trent aimait bien cette facette de sa personnalité. Discrète, mais efficace. Plus le temps passait et plus Maxence se laissait aller à ce genre de piques. Trent prenait ça comme un bon signe. Une fois sur la piste, la performance limitée de Trent sembla rassurer le jeune homme et il ne tarda pas à l'imiter. Ils n'étaient certainement pas un duo gagnant au niveau de la technique, mais Trent espérait compenser par l'enthousiasme. Maxence ne fut pas particulièrement encouragé par son conseil et Trent haussa une épaule. Lui n'avait jamais été particulièrement intimidé par la foule, gracié par une pudeur très minimaliste, mais il pouvait comprendre les réticences de son compagnon à se détendre au milieu d'inconnus. « A petite dose » avoua-t-il. La chose était plus amusante en groupe, mais restait rapidement lassante. Maxence serait peut-être rassuré de savoir qu'ils n'allaient pas répéter l'expérience d'aussitôt.  « C'est à moitié flatteur » dit-il en balayant lui aussi la foule du regard. Certains ne venaient d'ailleurs que pour ça. Trent s'en préoccupait peu, confiant en sa capacité d'envoyer balader quiconque se montrerait un peu trop insistant. Max semblait moins appréciateur et plus perplexe. « Si ça peut te rassurer » dit-il.  « Y'a de grandes chances qu'une majorité pense qu'on est ensemble » continua-t-il dans une arrière pensée. La remarque était désinvolte mais pas anodine. Max et lui n'avaient jamais eu de conversations assez personnelles pour que Trent puisse prédire la réaction de son colocataire. Il connaissait bien des gens qui ne seraient pas du tout confortables avec le fait d'être vu de la sorte, même par de parfaits inconnus. Mais c'était en effet une impression qu'ils pouvaient donner, à danser tous les deux sans se préoccuper de trouver un autre partenaire. Trent avait observé dans son champ de vision une jeune rouquine qui semblait essayer depuis une bonne dizaine de minute d'analyser la situation entre eux avant de faire une tentative d'approche. Avant que la conversation puisse aller dans une direction comme dans une autre, Maxence fut percuté contre son torse par un danseur un peu trop enthousiaste. Dans un réflexe, ses mains vinrent saisir les épaules de son colocataire pour le stabiliser. Ses boucles brunes lui chatouillait la mâchoire et il pouvait sentir son souffle contre la peau sensible de sa gorge. Un frisson le parcouru et Trent blâma ses longs mois d'abstinence. Mais c'est que dans cette position, ils étaient terriblement proches. Trent aurait été capable de compter le nombre de ses cils et ce fait l'hypnotisa un instant. Il fut rapidement rattrapé par l'instant lorsque Max pris du recul. Trent jeta un coup d’œil et loin et - yup - la jeune femme avait disparue dans la foule. Ce petit tableau avait eu raison de son audace. Trent reporta son regard sur son colocataire, qui paraissait presque gêné. « Il fallait le dire si tu voulais danser un slow » plaisanta-t-il avant de réaliser que ça n'allait pas forcément aider le jeune homme à se sentir moins mal à l'aise. « Ça va? » préféra-t-il demander, conscient qu'il était particulièrement désagréable d'être bousculé négligemment par un mec sans doute bourré.
 
 

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 24
Crédits : shellhead
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Ven 8 Sep - 6:19

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       


Il était surement idiot, le plus idiot, pour se retrouver en ces lieux ce soir. Pourtant, ce n’était pas à cause de la curiosité. Contrairement aux jeunes adultes de son âge, il y’avait certains endroits pour lesquels Maxence ne ressentait pas le moindre attrait. Notamment ceux où il était le plus susceptible de rencontre des jeunes gens en recherche d’amusement ou d’un quelconque moyen d’évacuation d’un stress causé par des études supérieures étouffantes ou un travail fatiguant. Non. Lui préfère s’éloigner de la foule, plus il est loin et plus il adore. Une boite de nuit, rapidement suivi par les bars dans sa liste, faisait partie, sans doute, des lieux à éviter. Lister noir et lettes barrées. Et il se moquait lui-même de sa faiblesse alors qu’il se voit se dandiner au rythme de la musique, les yeux ancré dans un regard trop bleu en face de lui. La vérité, est qu’il désirait seulement passer du temps avec Trent, être avec lui. Pensée d’un pauvre imbécile quand on savait qu’ils habitaient ensemble et la présence de l’autre était un fait parfaitement habituel. Peut-être pour palier à son malaise et le combler, le jeune redoublait de sarcasme, sa victime étant l’âge de son colocataire. Mais l’autre lui répondit avec ironie, lui décochant un soupir. Trent était une des rares personnes à connaitre cette facette de lui. Parce qu’il n’y avait que peu de personnes qui pouvaient affirmer être proches de Maxence. Sa famille faisait partie du lot évidemment, mais son éducation lui interdisait d’user d’un tel répondant envers eux. Il sourit presque à cette pensée futile. La pensée qui la suivit fut celle des regards braqués sur eux, chasseurs et emplis de désirs. « Je ne vois pas en quoi c’est flatteur d’être dévoré des yeux par des inconnus. » Ce n’est pas une prestation de cynisme, son côté enfantin n’arrivait pas à comprendre le fond de la chose. Et pour tout, cela lui semblait malsain, pervers et dangereux. En aucun cas flatteur. Il ne saurait dire s’il était le seul à penser de cette façon ou si cela était seulement dû à sa réclusion par rapport au milieu social. Il releva la tête, attendant d’entre les mots rassurants de Trent. Mais ce fut l’effet inverse. Joues rosées, épaules tendues, il avait le regard qui se tourne vers des personnes au hasard. Comme s’il voulait s’en assurer de lui-même, les regardait-on réellement de cette façon ? Ses sentiments étaient-ils si limpides pour creuser ce genre de confusions dans l’esprit d’inconnus ? « Tu crois ? » C’était une question presque naïve, sans le moindre autre sentiment. Cette copine qui ne cessait de se pavaner à ses bras n’était qu’un ornement, une façon d’être normal. Maxence, lui, n’avait jamais douté de ses préférences. Mais il était conscient, comme un savoir inné, que c’était une chose qu’il ferait mieux de garder pour lui-même.

Il se retrouva rapidement projeté contre Trent. Étreinte inattendue, presque immorale, parce que durant un éclat de seconde, il en avait profité. Il avait apprécié sentir Trent proche de lui et la chaleur de son cœur. Un infime moment qui lui laissait un goût de culpabilité. Il se braqua à la remarque du plus vieux, les sourcils froncés et un pli se formant au milieu de front. « Tu racontes n’importe quoi. » S’il avait pu avoir le moindre doute avant, à présent c’était la plus grand ses certitudes, il détestait cet endroit, il ne voulait plus y retourner. « Ça va, j’ai juste besoin d’un autre verre…ou de prendre l’air. » Ou les deux. Il étouffait. Mais pour le moment, un verre semblait être ce qu’il y’avait de meilleur comme idée et il était prêt à repasser au milieu des amas humains pour arriver au bar de nouveau. C’est ce qu’il fit, entrainant Trent à sa suite, tout en arrivant cette fois-ci à garder une distance entre eux, tant bien que mal. Il tendit sa carte vers le barman, commandant les mêmes boissons que plus tôt et rajoutant un shot à chacun. Il ne pouvait pas laisser Trent payer à chaque fois. Maxence était d’une famille riche, pourtant on lui avait inculqué la valeur de l’argent, il n’oubliait pas non plus d’où il venait réellement. Il avait aussi une idée en tête. Surement stupide mais au point où il en était, tous ses actes semblaient l’être. Idée simple aussi, avoir assez d’alcool dans le sang pour que Trent juge qu’il fallait le ramener à l’appartement, puisque sa fierté l’empêchait pour le moment de se plaindre comme une fille et demander à rentrer. Ce fut sur cette pensée qu’il avala le contenu de son verre.



(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 393
Crédits : shellhead|avatar + crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Dim 10 Sep - 18:14

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep
Trent avait bien compris qu'il n'arriverait pas à redorer l'image des boîtes de nuit auprès de son colocataire. Un combat qu'il avait sans doute perdu avant qu'il ne commence réellement. Il suffisait de voir la réserve de Maxence et sa manière de remettre en question chaque agissement. Il n'avait pas forcément tort dans son analyse, mais Trent refusait de se laisser abattre. Il était évident que s'il lui proposait de rentrer, Max sauterait sur l'occasion. Subtilement, comme s'il n'avait pas attendu que Trent prononce ces mêmes mots depuis leur arrivée. Mais il ne paraissait non plus complétement déterré. Il dansait même, comme tant d'autres personnes à leurs côtés. Et il avait accepté de venir, après tout. Trent réalisait tout de même une chose : chacune de ses paroles semblait inspirer une opposition chez son interlocuteur, comme s'il ne pouvait résolument comprendre leur point de vue différents sur la situation. Il ne comprenait pas. Clairement. Mais peut-être cherchait-il trop à comprendre, là où Trent se laissait porter par le courant. Il se moquait du sol collant sous ses chaussures, de la peau d'un inconnu qui rencontrait brièvement la sienne au détour d'un mouvement de danse trop ample, ou encore des quelques regards intéressés qui pouvaient se poser sur sa personne. Trent ne devait rien à personne. Ni son attention, ni son inquiétude. « Tout ce que je dis, c'est que ça peut être agréable de savoir qu'on plait » résuma-t-il avec un geste vague de la main. Ils tournaient en rond avec ce sujet de conversation et Trent réalisa qu'il était temps de le laisser mourir naturellement. Dans sa tentative de rassurer Maxence face à ceux qu'il considérait comme un danger pour sa vertu, Trent fit plus de mal que de bien. Ça avait été une pensée comme une autre, fausse ou véridique, là n'était pas la question. Sa supposition sembla mettre Maxence dans tous ses états, et le jeune homme basculait déjà la tête de gauche à droite à l'affut d'un regard qui confirmerait la chose. Trent était partagé entre la gêne d'avoir mis son colocataire mal à l'aise et le léger agacement de réaliser que Max se souciait de l'opinion que de parfaits inconnus pouvaient avoir à leur propos. Trent se ravisa bien vite. Il n'aurait pas été le premier hétérosexuel à angoisser à l'idée qu'on se trompe sur son compte, et étant donné les forts préjugés qui existaient toujours aujourd'hui, cela pouvait se comprendre. Trent réalisa que Maxence n'avait aucune idée qu'il était autant attiré par les hommes que par les femmes, mais le mentionner à présent semblait particulièrement gauche. « Non, j'en sais rien, je dis ça comme ça » tenta-t-il de se rattraper d'une voix volontairement légère pour apaiser le jeune homme. Et comme si Trent était incapable de réfléchir avant de parler, il enfonça le clou par une plaisanterie qui passa, elle aussi, très mal. Encore plus mal. S'il avait réagit avec surprise et innocence juste avant, il se brusquait à présent. Sans doute la goutte de trop. La mine pincée et le ton définitif, il renvoya aussitôt sa remarque avant de prétexter avoir besoin d'un verre. Une excuse comme une autre. Trent se contenta de le suivre, résigné mais pas démoralisé. Il y avait été un peu fort, à l'aise dans ses certitudes sans prendre en compte les réserves de son colocataire. Il le laissa commander les boissons sans rien dire, haussant tout de même les sourcils en observant les shots additionnels. Maxence ne perdit pas une minute, vidant le contenu de son verre dans la foulée. Il tendait la main vers son shot quand Trent fut plus rapide et décala le verre vers lui. Il avait été sur le point de stopper son poignet lorsqu'il réalisa qu'il devait peut être arrêter d'être aussi tactile avec le jeune homme étant donné ce qui venait de se passer. « Vas-y mollo quand même » intima-t-il avant de le laisser accéder à son shot. « Je ne te porte pas si tu es trop bourré pour marcher » plaisanta-t-il. C'est qu'il n'était pas bien en chair le pauvre garçon, et Trent connaissait mal sa résistance à l'alcool. Le chirurgien s’empara de son propre verre et en pris une gorgée. « Désolé pour juste avant » se sentit-il obligé de préciser après un battement de silence. « Je ne voulais pas te mettre mal à l'aise ». Il valait mieux faire table rase s'ils voulaient profiter du reste de la soirée. Du moins, du mieux qu'ils pouvaient avant que Max ne se lasse d'une manière ou d'une autre.
 
 

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Come get me when the night grows deep ○ trent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» 06. Rolling in the deep.
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown :: Boite de nuit-
Sauter vers: