AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Come get me when the night grows deep ○ trent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 30
Crédits : pando
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Dim 17 Sep - 20:25

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       


Yeux rivés sur une plastique agréable au regard, simplement stimulé par les sens et rien d’autres. Des prédateurs. C’est ainsi qu’il percevait les autres, les intrus. Parce qu’ils s’infiltraient dans son espace vital, le rendait moins à l’aise. Et il ne pouvait s’en plaindre, parce qu’il avait choisi de lui-même de venir jusqu’à ici. Evidemment, il avait été en quelques sortes, encouragé par les mots de Trent à venir dans ces lieux ce soir, par son regard trop bleu qui le faisait chavirer et devant lequel il ne saurait jamais dire non. Il hait cette faiblesse. Mais il hait aussi l’idée d’être trop loin de lui, ou même de l’imaginer dans ces lieux, seul, livré aux regards des autres. A leurs envies et désirs. Maxence aimerait être ailleurs, mais il préfère aussi être ici. Pensée paradoxale et quelque peu stupide. Si cela ne tenait à lui, ils voulaient que leurs regards ne s’en aillent nulle part. Il ne voulait pas qu’ils remarquent les autres, parce que leurs yeux ne serait que braqués l’un sur l’autre. Maxence et Trent. Mais c’était trop espérer. Se bercer d’illusions factices. Alors il continuait la partie, tentait de ne pas être un trop mauvais joueur. Ne pas paraitre trop transparent, surtout. Sentiments verrouillés, il continuait les remarques de gosse insolent. Trent qui mentionnant que les autres devaient les prendre pour un couple, surement. Pour le plus jeune, c’était comme si quelqu’un venait d’entrer dans son intimité. Les yeux foulant rapidement les corps à leurs alentours. C’était innocent et naïf. Ils n’étaient que des inconnus, ce n’étaient pas ses parents. Sa plus grande hantise quant à la découverte de ses préférences. Peut-être aussi, un peu, la peur que Trent ne se doute de quelque chose et finisse par s’éloigner de lui. Il est comme un gosse. Trent se rattrapa par une autre réplique à laquelle il ne fit pas tant attention.
Par la suite, il préféra retourner au bar, vers les boissons alcoolisées et leur réconfort. Il se connaissait, il était mieux après quelques verres. Bien qu’il n’ait jamais réellement bu à excès en public, il préférait le faire chez lui où il pouvait s’assommer sans la moindre crainte, son lit n’étant jamais bien loin. Les verres en mains, il baisse le regard quand il sent la main de Trent s’approcher de lui mais jamais le toucher. Il aurait aimé pourtant. Quoi qu’il en dise, il ne pouvait qu’apprécier chaque petit contact physique entre eux. Il se sentait plus proche de lui, ainsi. Maxence eut au début une petite esquisse, qui finalement se transforme en un plus grand sourire. « Bien sûr que si, tu m’as ramené ici, tu es responsable de moi. » Il rit doucement. Il savait que Trent n’aurait aucun mal à le porter s’il ne pouvait plus marcher, tout comme il n’aurait aucun mal à l’arrêter de boire aussi s’il le voulait réellement. Le liquide glissa de nouveau au fond de sa gorge. Et finalement, il le releva les yeux vers le plus vieux. « Ne t’excuse pas. » murmura-t-il lentement, n’étant pas spécialement conscient de pourquoi l’autre se devait de dire ses mots. Il ne savait pas comment sa réaction avait été interprété, pas si bien peut-être. Il se mordillait l’intérieur de la joue fauche, un peu pensif. « Ce n’est pas que je suis mal à l’aise…Je pense qu’on peut aimer n’importe qui, peu importe…C’est juste que tout le monde ne partage pas le même avis. » Son phrase se termina dans un simple soupir. L’alcool commençait progressivement à faire son effet. C’était bon pour le moment. Il observait les gens qui continuaient à danser, sans jamais sembler se fatiguer. Distraitement, s’il s’était un peu appuyé contre Trent durant ce processus mais n’y fit pas tant attention. Les minutes passaient. Il commençait à mieux s’adapter à la musique ambiante. « Tu veux toujours danser ? Même si t’es un peu nul ? » Il le taquinait, riant du peu de délicatesse de ses mots.



(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 485
Crédits : shellhead|vava+crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Nash (evans) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : closed solora; lowen; maxence; lowen AU; solora (II); resto à cinq
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Dim 24 Sep - 15:52

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep
Un sourire s'étira sur les lèvres du jeune homme, toute frustration précédente effacée de son visage. Maxence rebondissait avec bonne humeur sur sa remarque et Trent s'empara de son propre verre avant de le porter à ses lèvres. « Ok! C’est ta dignité, pas la mienne » capitula-t-il, s'imaginant un instant obligé de traîner le corps amorphe de son colocataire jusqu'à sa voiture. Puis jusqu'à leur appartement. Un beau spectacle pour leurs voisins les plus curieux. Heureusement, Trent doutait qu'ils en arrivent à ce niveau. Maxence ne semblait pas sur la pente vertigineuse de l'abus, trouvant vraisemblablement un simple accès de confiance dans son verre. Trent n'était pas là pour jouer le rôle de l'adulte responsable, à réprimander le plus jeune pour son comportement. Leur différence d'âge n'avait jamais gêné le chirurgien, chacun possédant une maturité et des intérêts qui trouvaient écho chez l'autre. Ils ne se voyaient pas comme mentor et disciple, réunis autour de la médecine, ou tout autre dynamique relative à l'âge où Trent se verrait attribuer le rôle du responsable. Ils étaient juste deux colocs, devenus amis, et profitant simplement d'une soirée. Du moins du mieux qu'ils pouvaient avant que Trent ne les oriente vers une discussion moins légère. Il fut soulagé de voir que Maxence ne lui en portait pas rigueur, et que le cœur du problème n'était pas une homophobie refoulée. Ça aurait été un tantinet gênant. Sa logique n'était cependant pas totalement fausse. « y'a des cons partout » dit-il, une platitude pourtant bien réelle. Trent avait eu la chance de ne pas subir les préjugés des plus étroits d’esprit au cours de sa vie. S’il n’avait jamais caché son attirance pour les hommes à ses proches ou quiconque qui lui demandait, sa longue relation avec une femme avait réduit cette part de lui à un détail. Un détail qu'il aurait pu partager avec Maxence. Après tout, celui-ci venait d'admettre ne pas se soucier de l'orientation des autres personnes, alors pourquoi pas. Mais la chose lui semblait trop abrupte, délivrée ainsi dans ce contexte. Une autre fois, peut-être, là où Maxence serait moins enclin à remettre chacun de ses gestes et paroles en question.  « Mais je comprends » acheva-t-il, en prenant une nouvelle gorgée. Ils partagèrent un moment de silence, Maxence s'appuyant progressivement contre lui. Trent tourna la tête vers lui, mais non, il ne s'endormait pas, il observait simplement les danseurs. Trent l'imita, calé contre le bar et le flanc de son ami, sirotant son whisky. Une drôle de trêve, calme et confortable – du moins autant que ça pouvait l'être dans une boîte de nuit - s'était installée, et Trent n'était pas pressé de la briser. Ce fut Maxence qui s'exprima en premier. Trent n'eu pas le temps d'être surpris de réaliser que Max était prêt à donner une seconde chance à la piste de danse, amusé par la taquinerie du plus jeune. Un léger rire s'échappa d'entre ses lèvres. « T'a de la chance que je t'aime bien » dit-il, une fausse mine vexée au visage, avant de s'enfiler le shot qui traînait sur le bar. « J'vais me trouver un partenaire de danse qui m’appréciera à ma juste valeur si ça continue » renchérit-il en bousculant son épaule contre la sienne. La liqueur brûlait encore dans le fond de sa gorge lorsque Trent se détacha du bar, et les trois verres qu'ils s'étaient enfilés vibraient paisiblement sous sa peau. Il faisait terriblement chaud dans cet endroit, et Trent pouvait sentir l'humidité s'accumuler dans le creux de son dos. « Pourquoi tu me montres pas tes mouvements? » le mis-t-il au challenge en montrant le flot des danseurs d'un signe de la main. Ça lui apprendra à faire son malin!

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone


Dernière édition par Trent Donnelly le Ven 13 Oct - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 30
Crédits : pando
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Jeu 5 Oct - 14:55

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature at night and day – Come get me when the night grows deep.

       


« Tu sais, je serais surement trop bourré pour penser à ma dignité. Je t’en voudrai le lendemain quand j’aurais décuvé. » Il riait doucement, il imaginait la scène, une aussi grande promiscuité physique avec Trent n’allait surement pas l’aider à penser à autre chose. Mais l’idée était amusante et même s’il ne comptait pas spécialement s’enivrer jusqu’à ne plus savoir marcher droit, c’était rassurant de savoir qu’il avait une personne à ses côtés assez responsable pour le ramener chez lui sain et sauf. Trent était plus âgé, surement plus apte à se contrôler que lui. Bien qu’il n’aimait pas particulièrement considérer Trent comme un adulte pourtant. Il préférait les faits qu’ils soient simplement des colocataires qui s’apprécient, peut-être même des amis. Et c’est bien pour préserver ce lien-là que Maxence tenait à ne jamais demander quoi que ce soit par rapport à ses cours à Trent, bien qu’il avait conscience que le plus vieux pourrait surement l’aider et lui donner d’excellents conseils. Non seulement il ne voulait pas l’utiliser ainsi mais Maxence était aussi borné, le genre à toujours vouloir faire les choses de lui-même. Une manière bien à lui de se prouver il ne savait trop quoi. Un sourire vint finalement border les commissures de ses lèvres alors qu’ils restaient près du bar, le regard se perdant un peu dans la foule devant eux, puis revenant de temps à autre vers Trent. Visage plus familier. Plus attrayant. De façon quasi interdite. Il refréna un soupir, préférant penser à autre chose. Il commençait doucement à prendre goût à cette soirée et malgré ces précédents dires, c’était plutôt amusant. Il en était le premier surpris bien qu’il se retiendra de le dire à voix haute, il ne voulait pas offrir satisfaction à Trent. Mais à présent qu’il avait plus ou moins beaucoup d’alcool qui coulait dans le sang, il se sentait mieux. Un peu moins intimidé par l’amas de gens qui les entouraient. Peut-être qu’il arrivait même à oublier leur présence et se focaliser sur celle de Trent, ce qui en soi n’était pas si dur que cela. Il se calait petit à petit à Trent, s’appuyant finalement sur lui. Il détourna la tête légèrement, simplement le temps de laisser le rouge sur ses joues se dissiper un peu. Trent l’aimait bien. Evidemment. Il savait que ce n’était que d’une façon amicale, ils s’entendaient bien après tout. Il releva le visage, un peu plu insouciant, il n’avait qu’à remettre la faute sur l’alcool, la chaleur, cet endroit trop bondé pour ses habitudes. « Non, je te laisserai pas partir. » Petite moue même s’il était certain que l’autre n’en ferait rien. « Mes mouvements ?» Il laissa un rire s’échapper sans mal de la barrière de ses lèvres sans y prêter plus d’attention. Puis une idée se présenta à lui, surement guidé par l’alcool qui commençait à faire son effet. Il se sentait plus brave, plus entreprenant. Il regrettera surement. « J’ai une autre idée, et si on faisait un pari ? » Il souriait, s’humidifiant les lèvres de façon hésitante. « Tu penses pouvoir séduire une personne que je choisirais ? » Il tourne à moitié le visage vers la piste de danse, puis le bar, tentant de trouver sa cible. Finalement, il leva légèrement la main et se pointa lui-même du bout de l’index. « Genre, moi ? » Il espérait vraiment que l’alcool l’assommera assez pour qu’il n’ait pas de souvenirs de ce moment.





(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 485
Crédits : shellhead|vava+crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Nash (evans) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : closed solora; lowen; maxence; lowen AU; solora (II); resto à cinq
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Dim 15 Oct - 18:01

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep

Trent aimait bien cette facette de Maxence. Décomplexé et taquin. Si l'alcool y était pour quelque chose, le jeune homme semblait enfin se détendre et prendre du plaisir. Rien n'avait changé. Pas la population de la boite de nuit, et encore moins ses divertissements. Mais Max souriait, Max rigolait, et Trent ne se sentait soudainement plus comme le colocataire relou qui avait imposé une sortie pénible à son ami. « Que d'exigences » dit-il d'un ton faussement rebuté. Évidemment qu'il n'allais pas l'abandonner, et s'il devait le balancer par dessus son épaule pour le sortir d'ici, il le ferait. « Oui, puisque apparemment tu es bien meilleur que moi » ajouta-t-il en haussant un sourcil. Mais Maxence sembla oublier instantanément sa proposition de retourner danser, comme foudroyé par une idée brillante. « Un pari? » dit-il, surpris et malgré lui instantanément curieux. Au fur et à mesure des semaines passées ensemble, Maxence se révélait à lui. Sa personnalité, ses habitudes, ses nuances, tout devenait plus clair et plus harmonieux au fil des jours. Que son colocataire soit particulièrement joueur ne lui était jamais apparu comme une évidence, et peut-être seul l'alcool animait ce trait de caractère, mais Trent voulait en savoir plus. Lui-même n'avait jamais vraiment pu résister à un défi. Un caractère compétiteur qui avait été aiguisé au fil des années par ses pratiques sportives diverses et sa relation animée avec son meilleur ami. Il suffisait que Lowen se prétende meilleur à une chose, ou mette en doute ses compétences, et Trent s'empressait de tenter de lui donner tord. Un pari? Trent n'avait certainement pas besoin d'un verre de plus pour l'accepter. « Je t'écoute ». Il aurait pu s'agir de n'importe quoi, et pourtant, lorsque Maxence  verbalisa sa pensée, la chose lui apparue comme une évidence. Quoi d'autre. Ils avaient déjà vaguement abordé le sujet de la drague et de la séduction en début de soirée, sous le coup de la taquinerie, et voilà que Maxence remettait la chose sur le tapis de manière concrète. Ca n'effrayait pas Trent, et c'est un sourire amusé qu'il lui renvoya. Il fit un signe de main, comme pour dire "vas-y surprend-moi", mais Maxence balayait déjà la pièce du regard à la recherche d'une cible. Trent n'était pas arrogant au point de penser qu'il pouvait faire craquer n'importe qui, mais il se savait assez charmant pour faire une bonne tentative. C'était un simple pari après tout, et il n'avait pas l'intention d'abandonner son colocataire ou de finir dans le lit de quelqu'un ce soir. Des sourires, une brève discussion, juste de quoi faire rosir les joues et peut-être échanger quelques pas de danse. Rien de bien méchant. Trent suivait le regard de Maxence, essayant d'anticiper son choix. Puis le jeune homme se retourna finalement vers lui, et ce qu'il lui dit, il n'aurait pas pu le voir venir. « Toi ? » répéta-t-il après un battement, surpris. C'était comme tourner la tête trop rapidement et souffrir d'un nerf qui se coince. Déconcertant et inattendu. Trent fronça un instant les sourcils, basculant le poids de son corps d'un pied sur l'autre, comme pour laisser le temps à la chose de faire sens dans son esprit. Le séduire lui? Ce jeune homme qui quelques minutes plus tôt se dégageait physiquement de ses mots dans la crainte qu'on y interprète quelque chose de faux. Il le dévisageait à présent avec malice et challenge dans le regard, son index pointé sur lui-même, plein d'audace. Et Trent, pourtant conscient de l'absurdité de la chose, ne pu s'empêcher de se tourner pleinement pour lui faire face. Son flanc lui paraissait soudainement froid, là où Maxence s'était appuyé contre lui pendant de longues minutes. « Ça ne me paraît pas très fairplay » fini-t-il par dire. « Qui dit que tu avoueras être séduit? ». Trent balaya son regard sur la silhouette de Max, l'observant sous une lumière qu'il n'avait jamais considéré. Celle d'un homme qui convoiterait son intérêt. C'était quelque peu déconcertant. Mais n'était-ce pas là le but du jeu? Maxence, persuadé qu'il ne pourrait être charmé par un homme, cherchait-il à lui rendre la tache difficile en sélectionnant la cible la plus réticente? De nombreuses questions traversaient l'esprit de Trent. La gêne d'une telle situation après l'alcool purgé de leur sang. La stabilité de leur amitié. Les limites d'un tel pari. Peut-être Max avait-il compris que Trent s'intéressait également aux hommes et se trouvait curieux d'observer sa méthode d'approche. Trent n'en avait aucune idée, mais il se trouvait incapable de briser cette étrange tension. Alors Trent glissa sa main dans la sienne et l'entraîna de nouveau sur la piste de danse. S'il s'agissait d'une compétition d'audace, Trent ne serait certainement pas le premier à flancher. Maxence allait retrouver sa pudeur et admettre défaite. Trent était persuadé que là était le challenge, et qu'il ne risquait pas grand chose à le faire. Une fois immergé dans le flot des danseurs, Trent attira Max contre lui, une main toujours dans la sienne et l'autre calée dans le creux de son dos.  « Normalement je commence par une conversation, mais on a déjà passé ce cap » murmura-t-il à son oreille, détaillant son mode opératoire comme s'il n'avait pas perdu l'habitude de faire ce genre de choses. Il ne s'agissait pas d'un slow, mais toute musique était bonne pour danser collé serré lorsque l'occasion s'y présentait. « Et après... » laissa-t-il en suspens. Trent avait toujours été tactile, et estimait qu'un toucher était parfois plus parlant que des mots. Ça ne le gênait pas particulièrement de toucher Maxence de la sorte; ils se connaissaient assez à présent. Il guida les mains de son colocataire jusqu'à ce qu'ils les nouent autour de son cou. Ils n'avaient à présent pas d'autre choix que de se faire face, terriblement proches, Trent devant baisser légèrement son visage pour pouvoir rencontrer les yeux de Maxence. Le jeune homme était loin d'être désagréable à regarder. Un visage de porcelaine aux angles vifs, des lèvres rougies sous un mordillement occasionnel, et des pupilles dilatées sous la pénombre et la particularité de la situation. C'est là que beaucoup commençaient à rougir sous l'attention, ou encore trouvaient le courage de séduire à leur tour, conscients de plaire. Trent ne savait pas comment Maxence allait réagir à cette première épreuve d'intimité, encore innocente mais terriblement brusque au regard de leur relation, mais il pensait que ça allait suffire pour lui faire réaliser l'erreur de son pari. Trent avait toujours joué pour gagner. S'il devait passer à la vitesse supérieure, il n'allait certainement pas se gêner.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 30
Crédits : pando
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Jeu 16 Nov - 14:07

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       

Responsabilité épelée sur ses fines lèvres que l’alcool n’avait de cesse d’humidifier, Maxence souriait allégrement, ses premières inhibitions rapidement dissipées. Il se permettait une certaine promiscuité physique avec Trent pour laquelle il aurait eu beaucoup de mal en temps normal, s’il pouvait se la permettre plus ou moins dans l’intimité de leur appartement, c’était autre chose d’être ainsi en public, devant le regard d’autant d’inconnus. Pourtant, l’alcool diminuait sa conscience de ce qui les environnait et même de ses propres mots, c’est ainsi que sa proposition à aller danser fut rapidement oublié, pour à la place opter pour un pari qui l’intéressait bien plus en ce moment. Dans son état, il aurait même pu jurer n’avoir jamais dit à Trent qu’ils pouvaient de nouveau rejoindre la piste de danse, son esprit à présent entièrement dédié à sa nouvelle pensée. Trent répéta ces quatre lettres après lui, lui décochant un petit sourire, il avait bien remarqué son élan de curiosité, et souvent, c’était bien suffisant pour donner l’intérêt à ce qu’il comptait suggérer par la suite. Il y’avait des personnes qui ne savaient résister à un défi et quelques chose en Trent lui susurrait qu’il en était de même pour son ainé aussi. Après tout, Trent était une de ses principales occupations à côté de ses études. Maxence ne voyait pas beaucoup de gens, avait une petite-amie qui portait plus de l’élément de décoration que quelqu’un pour lequel il s’intéressait réellement. Non, en dehors des heures passées à réviser encore et encore ses cours de médecine, il n’y avait qu’une seule personne qui venait parfois importuner ses pensées, s’imposer devant son regard ; se demander où elle était, ce qu’elle faisait, si elle avait mangé ? Et cette personne était en moment même devant lui, ses larges épaules à elles-seules semblant être capable de l’abriter de tout regard. Maxence était grand, il dépassait aisément la taille moyenne américaine et pourtant, devant la haute de stature de Trent qui le dépassait largement, il se sentait si petit, si insignifiant. Devoir lever les yeux pour parler à son interlocuteur n’était pas quelque chose à laquelle il avait été réellement habitué par le passé, elle lui laissait un sentiment mitigé au fond de lui. Il recula légèrement, lâchant l’appui qu’il avait sur son colocataire, mais son regard toujours fixé sur l’océan devant lequel il ne pourrait qu’éternellement chavirer, valsant à mesure que les vagues le transportaient de part en part. Une esquisse vint réveiller les commissures de ses lèvres alors qu’il expliquait ce fameux pari. Séduire quelqu’un. Ils étaient entourés de tant de personnes, quelque chose qui n’arrivait pas souvent, ce n’était dans leur appartement à deux qu’ils pourraient effectuer ce genre de jeu…quoi que, avec la suite de ses mots, le doute persiste. Le sourire de Trent était sans équivoque, clairement il acceptait son défi, attendant seulement qu’il lui montre du doigt qui serait la cible. Peut-être bien que Maxence cachait une envie de se faire du mal, se poignarder de lui-même le cœur au lieu de mettre la dague entre des mains étrangères. Et c’est pour cela qu’il se choisit lui-même. Pour Trent, ce ne serait qu’un jeu, il n’y avait pas d’autres options, mais pour lui cela allait au-delà. Mais s’il pouvait l’approcher sous un prétexte, puis assurer ne rien se rappeler à cause de l’alcool le lendemain pour éviter toute gêne, il ne reculerait pas. « Oui, moi. » répéta-t-il doucement, lèvres devenues nerveusement prisonnières de ses canines, comme si, le temps de quelques secondes, il hésitait finalement sur son choix. « Je suis pas un mauvais joueur… » laissa-t-il simplement filtrer, haussant légèrement son sourcil gauche. « Ou tu as peur que tes techniques de vieux ne marchent pas sur moi. » Il gloussa de cette manière idiote que seul l’alcool pouvait provoquer, tête légèrement sur le côté pour l’observer. La vérité était que Trent n’avait absolument pas besoin de faire quoi que ce soit pour le séduire, il l’avait déjà dans la peau, depuis des semaines, plus, il n’en savait rien, mais c’était là. Sans que l’autre ne le sache, c’était une manière égoïste de l’avoir à ses côtés un peu. Il y’aurait surement des regrets mais l’envie dépassait ce sentiment-là. Quelques secondes au goût d’éternité passèrent alors que leurs regards semblaient se guetter. Il n’arrivait pas à deviner ce à quoi le plus vieux pensait, mais il fut arrêté par une main qui glissa dans la sienne et l’emmena jusqu’au milieu de la piste. Les corps les avoisinant étaient bien moins gênant qu’avant les quelques verres qu’il avait pris. Il n’y faisait plus attention, celle-ci entièrement dirigé vers Trent. Il était curieux de lui, cette façon silencieuse dont il avait accepté son pari, sans réellement savoir à quoi il pensait. Il sentit la main libre de l’homme trouver refuge au creux de son dos, une sensation à la fois brûlante et agréable. « Hm, je connais déjà ton prénom, c’est vrai. » répliqua-t-il sur le même ton, petit sourire sur ses lèvres mais qui disparut progressivement quand les paroles de Trent restèrent en suspens. Ses mains se retrouvèrent autour du cou de Trent, ce qui les rapproche sensiblement plus, il sentait le tissu du haut de Trent contre le sien, leurs yeux se retrouvant de nouveau alors qu’il se baissait vers lui. Maxence n’écoutait quasiment plus la musique. Son esprit entièrement dirigé vers Trent alors que les battements de son cœur prenaient une allure plus vive jamais éprouvée auparavant. Il ne se souvient pas s’être senti ainsi en compagnie de sa petite-amie, le contraire l’aurait étonné de toute façon. Pendant de longues secondes, ils continueraient à se guetter ainsi. Trent, d’aussi près, lui paraissait d’autant plus séduisant, il voyait à quel point il correspondait à son idéal, autant physiquement que mentalement. Et à travers cela, Maxence vit son espoir que tout ne soit qu’une phase, une amourette éphémère, s’envoler. Il n’y avait réellement que lui. Il fit un pas de plus, mettant fin aux quelques centimètres qui subsistaient encore entre eux. Il réalisait avec peine qu’il se relevait légèrement sur ses pieds pour combler encore plus la distance, le souffle de Trent s’échouant à présent sur son visage, un mélange de dentifrice mentholé et d’alcool que Maxence décida être son préféré. Peut-être qu’il frôla ses lèvres à un moment, à peine, légèrement comme un battement d’ailes de papillon. Il ne le lâcha pas des yeux. « Et après ? » répété-t-il, sa propre voix lui semblait soudainement peu familière. Ses doigts remontèrent doucement contre la nuque de Trent, jouant avec quelques mèches qu’il arrivait à toucher.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 485
Crédits : shellhead|vava+crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Nash (evans) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : closed solora; lowen; maxence; lowen AU; solora (II); resto à cinq
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Mar 28 Nov - 10:11

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep

Trent lui avait montré une échappatoire ; l’opportunité de reprendre ses mots et les appliquer différemment. Mais Maxence ne présentait aucun embarras face à son audace, allant jusqu’à répéter ses dires et affirmer son propos, une énième taquinerie aux lèvres. « Tu sais ce qui vient avec les techniques de vieux ? L’expérience » répondit-il, prétentieux et joueur dans la certitude de ses atouts. Et Trent n’avait plus qu’à lui montrer. Il l’entraîna sur la piste de danse et le jeune homme se laissa faire, malléable et curieux. Trent observait son visage avec attention, à l’affut du moindre malaise ou regret, lorsqu’il l’attira contre lui, guida ses mains autour de son cou et le piégea sous son regard. Il n’en était rien. Il fit même un pas de plus, hissé sur la pointe de ses pieds ; si proche que ses lèvres frôlèrent les siennes lorsqu’il s’exprima. Une dernière confirmation. Trent sentait ses doigts s'entremêler à la base de sa nuque, caressant la peau sensible qui s'y trouvait. Ça n'était pas l'acte d'un indécis en pleine crise d'identité, mais celle de quelqu'un qui savait parfaitement ce qu'il faisait. Trent en venait à se demander qui était réellement en train de se faire séduire sur cette piste de danse. Ce qu'il se passait après? Ça se passait de réponse. Ce fut presque naturel de parcourir les dernières millimètres séparant leurs lèvres; à peine plus intime que le souffle qu’ils partageaient jusqu’alors. Un contact doux et chaste qui paraissait presque déplacé au regard de la fougue qui existait à leur périphérie. Pendant un instant, il ne s'agissait plus d'une question de séduire et d’être séduit, juste deux personnes se perdant dans l’acte naturel et agréable d’un baiser. Trent se sentait presque honteux de la satisfaction que ce simple échange lui apportait; une intimité classique qui lui avait terriblement manqué. Il n’y pensa pas à deux fois avant de libérer une de ses mains pour la glisser dans la nuque de Maxence, une manière de le stabiliser avant de recapturer ses lèvres de manière sensiblement moins pudique. Ce n’est pas comme s’il y avait plusieurs degrés de transgression, un baiser restait un baiser, et Trent ne s’en sentait pas coupable. Plusieurs pensées l’incitaient au contraire : celle de son colocataire et sa légère ébriété, puis celle de vœux de fidélité prononcés il y a plus d’une décennie de cela. Mais c’est Maxence qui avait lancé ce jeu, Maxence qui avait fixé ses lèvres comme pour lui dire "vas-y", et encore lui qui s’était débarrassé de toute prétention en répondant à son geste. Ce n’était qu’un baiser, et Trent s’y autorisait. Cela faisait des années qu’il n’avait pas embrassé un homme, et la chose l’exaltait. Une mâchoire pas tout à fait lisse, des angles bruts sous ses mains et une voix qu’il imaginait rauque s’il lui laisser l’occasion de s'exprimer. Embrasser son colocataire, une perspective qui lui aurait encore paru absurde il y a quelques minutes. Une perspective interdite qui apportait une dose insoupçonnée d’adrénaline. C’était un baiser comme il n’en avait pas donné en quinze ans. Sans motivation particulière, sans message ou promesse. Trent n’aurait pas embrassé n’importe qui. La chose restait loin d’être anodine, mais elle n’avait rien à proclamer. Elle existait dans son propre écosystème, là où elle n’était pas remise en cause. Que faisaient-ils, pourquoi, et après…autant de questions qu’ils ne se posaient pas. Pas dans cette boîte de nuit, pas dans cet état d’esprit non plus. Dans un autre monde, Trent aurait pu se laisser prendre à son propre jeu, croire à ses mensonges et se réinventer. Dans un autre monde il aurait pu accueillir cette évolution avec nonchalance; et peut-être laissé s’éveiller une attirance pour un homme de dix ans son cadet. Au lieu de cela, Trent se satisfaisait de sa propre vérité: Maxence l'avait mis au défi de le séduire, et il ne faisait que répondre à la provocation. Que Max semble particulièrement favorable à cette évolution ou que lui-même se perde dans le geste, n'avait d'impact que si Trent le décidait. Et Trent refusait, tandis que sa main s'enfonçait dans les boucles brunes du jeune homme. Un baiser, un battement, et Trent se recula juste assez pour pouvoir observer le visage de son colocataire. « Tu n’as pas choisi la cible la plus difficile » fut sa conclusion, décomplexée et prudente. « Séduit? » demanda-t-il, presque un défi à part entière.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maxence MarinGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/07/2017
Pages lues : 30
Crédits : pando
Avatar : timothée
Pseudo : (love)
Âge : vingt-et-un ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Jeu 30 Nov - 17:54

At home, they don’t know I’m like this. they don’t know the difference in temperature atnight and day – Come get me when the night grows deep.

       

Danger, danger. Alarme qui sonne l’alerte, dans son esprit qui s’enivre peu à peu. Le regret, Maxence le sait, viendra surement le lendemain, amer et brutal. Non pas parce qu’il doute, il n’y a pas lieu à ça, il est certain de ses envies et de ses sentiments, mais plutôt parce qu’il tournait tout ça en un stupide jeu. Séduis-moi, qu’il sous-entendait dans un sourire espiègle, regard voilé par l’alcool, comme si ça ne l’affecterait pas plus, comme s’il ne mourrait pas depuis des semaines de sentir les lèvres de Trent contre le sienne. Désir qu’il n’avait cessé d’enfouir au fond de lui, simulant la normalité en cette jeune femme qui paradait bien souvent à son bras frêle. Désir de plus en plus difficile à dissimuler, quand son objet partage le même toit que lui, devienne presque une part entière de son quotidien. Maxence avait les épaules peu larges, bien fragiles pour les tissus de mensonges dans lesquels il s’engouffrait. « Oh mais, je ne demande que ça, que tu me montres toute ton expérience. » Joues rougies, par l’alcool, la chaleur de la pièce ou simplement cette promiscuité si peu habituelle. Il rit et se laisse aller, entraîné vers la piste de danse sans une parole de plus. Toujours plus proches, comme si chaque centimètres qui les séparait était bien trop pesant. Maxence s’enivre de la distance qu’il comble et quand ils s’embrassent enfin, c’est son être entier qui s’embrase. Souffles échouées sur ses lèvres qui quémandent toujours plus. Il ne se souvenait plus de la dernière fois où il avait été ainsi avec un autre homme. Plusieurs mois. Beaucoup trop. Il combla un peu plus distance entre leurs deux corps, le torse de Trent contre le sien, hissé sur ses pieds, ses lèvres étaient parfaitement accessibles. Maxence se soutenait à lui à travers ses bras qu’il enserrait autour du coup du plus vieux. Son cœur s’affola, presque apeuré à l’idée que le contact soit rompu mais c’était simplement Trent qui le ramenait un peu plus contre lui, sa main brûlante sur sa nuque. Il en perdait la tête. Maxence se détestait, d’avoir cédé et faibli, mais aussi de ne pas l’avoir fait bien plus tôt. Ses paupières étaient à moitié closes, il profitait d’un échange intime et fougueux qu’il n’avait jamais osé imaginer. Une de ses mains glissa sur le torse de Trent, s’agrippa de toutes ses forces au haut. Il ne pouvait pas le lâcher, il ne le voulait pas surtout. Il se blottit contre Trent de tout son poids, sans y penser, la certitude que le plus vieux saurait toujours le soutenir. Il ne pensait pas à sa copine, elle n’était qu’un maillon de la chaine, une nécessité qu’il avait dû s’obliger d’avoir, quand les doutes commençaient, quand les questions de ses parents devenaient trop fréquentes. Une parure pour ne pas éveiller de soupçons, quand dans l’ombre il laisse aller ses réelles envies. Surement est-il un monstre, le plus détestable, le plus hypocrite. Et il envoyait toute pensée de rédemption au diable, il n’en avait que faire, si le toucher de Trent perdurait un peu plus. Il retrouvait lentement son souffle, la peau pâle de ses joues prenant plus de couleur, il la sentait chauffer, à mesurer que son cœur reprenait un rythme plus régulier, mais légèrement rapide. Ses doigts sur le haut se desserraient simplement pour trouver refuge autour du bras de Trent. Mécanisme de l’enfant qui craignait qu’on s’éloigne de lui, de se voir abandonné trop vite. Il baissa les yeux légèrement, inconscient de ce qui s’était réellement passer. Et si ce n’était que le songe d’un esprit trop imaginatif. Mais Trent était face lui, regard ancré dans le sien et il s’attarda sur ses lèvres rougies et gonflées. Il en avait toujours envie. « Peut-être… » Oh, il était séduit depuis bien longtemps déjà. « T’es trop sûr de toi, peut-être que j’voulais juste pas que tu aies l’air idiot. » Mais le rire qui suivit, l’éclat de prunelles claires prouvait qu’il avait pris tout autant de plaisir à ce baiser, surement plus qu’il ne le fallait. Il attira Trent de nouveau vers lui et sans un mot reprit possession de ses lèvres, plus possessif et dominant. Il voulait s’accrocher encore un peu plus, profiter d’un instant d’égoïsme. Sa main chercha sa jumelle et l’enlaça avant de reculer. « Rentrons. J’ai assez vu de monde. » Lèvres boudeuses, un caprice, la musique assourdissante résonnait de nouveau à ses oreilles quand il n’y avait plus les lippes de Trent contre les siennes pour l’en détourner.




(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trent DonnellyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/02/2017
Pages lues : 485
Crédits : shellhead|vava+crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Nash (evans) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : closed solora; lowen; maxence; lowen AU; solora (II); resto à cinq
Âge : 31 ans ◈ 26 juillet 1986
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   Dim 17 Déc - 0:12

Trent & Maxence
come get me when the night grows deep

Des points d'ancrage, Trent n'en manquait pas. Le plus évident de tous se manifestait dans l'union de leurs lèvres, fil rouge d'une séduction dont la motivation s'échappait au grès des secondes. Il y avait également le parcours de ses mains et l'histoire qu'elles lui contait. Le relief d'une pomme d'Adam sous ses doigts lorsqu'ils glissèrent sur l'angle de sa mâchoire en chemin vers sa nuque, caressant une peau devenue moite sous la chaleur pressante de la boîte. Autant de signes qui lui montraient ce qu'il faisait et avec qui. Et Trent avait le plein contrôle. Il menait l'échange comme il menait le semblant de danse qu'ils avaient partagés; avec toute la confiance d'un homme en paix avec soi-même. Trent s'était attendu à ce que Maxence s’embarrasse de son audace, trop têtu pour faire marche arrière mais pas assez téméraire pour prendre position. Oh qu'il avait eu tord. Ça l'avait toujours fasciné chez son colocataire. Cette fougue qui semblait dormir en surface, observée par quelques privilégiés et ignorée par la plupart. Une fort caractère qui s'était jusqu'alors manifesté dans son sarcasme ponctuel dont Trent se délectait déjà. Qu'il mette à profit cette passion dans un acte plus physique n'aurait pas dû l'étonner plus que ça. Mais en être le destinataire privilégié était tout autre. La poigne farouche de Maxence sur son haut, la pression brutale de son corps contre le sien comme s'ils ne formaient plus qu'une entité, provoqua une exaltation indéniable chez Trent. Celle d'avoir provoquée cette facette insoupçonnée chez lui. Celle de s'adonner à un acte terriblement plaisant. Trent avait toujours été terriblement tactile et n'avait jamais vraiment appris à refouler cette habitude. Les surfaces interdites des statues dans les musées ou la courbe d'un poignet, il ne pouvait pas toujours s'en empêcher. Comme en cet instant. Ils s'embrassèrent pendant de longues secondes, juste assez pour s'y perdre, à taquiner la chair de leurs lèvres et l'humidité de leurs souffles. Max laissa glisser sa main de son torse jusqu'à son bras lorsque le baiser pris fin, comme si briser tout contact aurait été trop brusque. Trent s'autorisa à dévisager Maxence; le cramoisi de ses joues, puis le mouvement de ses lèvres lorsqu'il s'exprima. « Tu es trop généreux » railla-t-il avec humour, mais Trent n'avait pas besoin d'être convaincu. C'est à peine s'il fut surpris lorsque Maxence laissa s'échapper un rire avant de l'attirer vers lui pour l'embrasser de nouveau. Un tout autre baiser. Quelque chose de plus brutal qui lui fit poser les mains sur les hanches de Maxence, et tandis que le jeune homme assouvissait sa pulsion, Trent réalisa qu'il ne menait plus du tout la danse. Il ne pensa même pas à lutter lorsqu'il s'empara de sa main et lui annonça qu'ils partaient, telle une sirène le guidant sans résistance jusqu'à sa propre perte. Ils traversèrent la foule, passant devant le bar où le défi avait été lancé, puis devant les vestiaires, là où Trent avait tenté de convaincre Maxence qu'ils allaient passer une bonne soirée, jusqu'à la voiture, là où Maxence s'était lové dans le siège passager à regarder les lumières de la ville d'un air maussade. C'était une toute autre personne qui semblait prendre place à côté de lui à présent. Trent aperçu son propre reflet dans le rétroviseur et s’y attarda un instant. Il avait l’air débauché avec son haut froissé, ses lèvres rougies et des mèches qui laissaient entrevoir qu’une main s’était glissée parmi elles. Un coup d’œil à Max lui fit réaliser qu’ils présentaient une sacré paire. Il priait pour qu’ils ne se fassent pas arrêter sur la route, l'alcool lourd dans ses veines et ses pêchés projetés sur son visage.  Soudainement, la voix de Maxence résonna dans son esprit. "les gens font quoi ici…à part se dévorer le visage ?" avait-il demandé, et l'ironie de la chose le fit sourire. Trent mis le contact et guida la voiture hors du parking; le volant froid sous des mains qui s'étaient de nouveau habituées à la chaleur humaine. L'image de ce qu'il s'était passé tournant en boucle dans sa tête; une scène qu'il croyait confinée aux limites de la boîte de nuit, mais dont Maxence faisait perdurer l’écho. Trent ressentait le besoin de dire quelque chose, pressé par une électricité latente qui rendait l’habitacle du véhicule plus confiné qu’il n’était réellement. Il semblait inhabituellement conscient de l'espace que prenait Maxence, du positionnement de chacun de ses membres et de la direction générale de son visage. Alors, ça n'était pas si terrible finalement, n'est-ce-pas? » demanda-t-il, candide et lâche, lui accordant un regard pour réaliser que Maxence avait déjà les yeux fixés sur lui. Trent réalisait lentement sa bêtise. Non pas son geste, mais le changement de perspective qu’il avait autorisé en posant ses lèvres sur celles de Maxence. La possibilité était là, tangible dans l’air, et Trent se demandait si son colocataire prévoyait de s'en saisir de nouveau sans crier garde, comme ce baiser qu'il avait réclamé avant de partir. Une nouvelle dynamique qu'il aurait créé sans s'en rendre compte. Cette simple pensée transpirait d'arrogance et Trent la chassa dans la foulée.  Mais il se demandait aussi ce qu'ils se diraient une fois rentrés chez eux, s'ils se délaisseraient du moment au détour d'un "bonne nuit", comme c'était prévu.

_________________

It’s so much darker when a light goes out than it would have been if it had never shone
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Come get me when the night grows deep ○ trent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Come get me when the night grows deep ○ trent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» 06. Rolling in the deep.
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown :: Boite de nuit-
Sauter vers: