AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ✰ somebody save me. (derrick)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jessie MatthewsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 03/08/2017
Pages lues : 269
Crédits : hershelves. (avatar) ✰ tumblr (gifs) ✰ mine (crackship)
Avatar : adelaide cutie pie kane
Pseudo : .truelove (sonia)
Âge : vingt-huit ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: ✰ somebody save me. (derrick)   Lun 7 Aoû - 0:27



≈ ≈ ≈
{ When the night has come and the land is dark
And the moon is the only light we see, no, i won't be afraid
just as long as you stand, stand by me. }
crédit/ tumblrflorence and the machine.

Jessie est heureuse parce que ce matin son réveil n'a pas sonné. Aujourd'hui, sa présence n'était pas indispensable sur le tournage, elle n'avait aucune scène à tourner donc bien qu'elle aime voire qu'elle adore ses collègues plus que tout au monde, la brune n'avait pas fait le déplacement. De toute façon, elle avait d'autres projets en tête. Notamment un déjeuner avec son agent, du shopping avec l'une de ses amies et tant d'autres actions aussi insignifiantes. Ce qu'elle sait par contre c'est qu'elle doit être rentrée avant le soir chez elle, parce que GOT oblige. You know nothing Jon Snow. Jessie est une jeune femme bien éduquée, elle n'a pas DL l'épisode qui a fuité, elle n'a surtout pas trouvé le temps de le faire. Elle attend sagement la diffusion américaine sur son grand écran. Faut bien contribuer au taux d'audience. Mais Jessie n'a pu dormir aussi longtemps qu'elle l'aurait voulu. Un appel de sa mère l'a réveiller. Juste une erreur de sa part. Une erreur qui ne dura pas moins d'une bonne demi-heure, autant dire qu'après c'était mort pour que la brune retrouve le sommeil. La prochaine nuit de sommeil attendra. De toute façon, il était temps qu'elle se réveille puis Jessie n'est pas une grande dormeuse. Une fois qu'elle fut levée, le reste de sa journée passe à une vitesse phénoménale, comme si elle avait activé la vitesse trois dans les Sims. La nuit commençait déjà à tombée et l'actrice était de retour dans l'appartement qu'elle partageait avec Derrick, sa co-star à l'écran. Même à Los Angeles, elle n'arrivait pas à se défaire de ce jeune homme. Enfin jeune, il est plus vieux qu'elle. Puis vu le temps qu'ils passaient l'un et l'autre dans cette ville, ça aurait été idiot de louer deux appartements différents. Ils avaient choisit la facilité et puisque Jessie refusait de vivre seule, ça avait été le compromis parfait. La soirée de Jessie se résuma à un plat de pâtes à emporter, une bouteille d'eau et Kit Harrington. Le générique en tête, elle n'hésite pas à pousser la chansonnette en complétant même sa story Instagram. Deux tweets plus tard, elle est comme une enfant devant une télévision ne voulant pas en manquer la moindre seconde. Après son épisode, Jessie essaya de suivre la suite mais sans succès, elle ferma paisiblement les yeux prête pour le pays des rêves. La vie passionnante de Jessie Matthews. Sauf qu'un bruit étrange la tire de son rêve. Quoi ? Elle l'ignore mais son cœur se met à battre de plus en plus fort. Absolument pas courageuse, Jessie sort en courant de sa chambre emmitoufler avec sa couette pour rejoindre celle de Derrick. En réalité, elle ignore s'il est là, elle ne l'a pas entendu rentrer. Elle prie de toute ses force et qu'il soit avec quelqu'un ou pas, ça ne changera rien à l'histoire. « Dede !! » Hurle-t-elle en sautant sur son lit et se cachant sous les draps. « Je crois qu'il y a quelqu'un dans la cuisine, j'ai entendue du bruit ... » Avoue-t-elle haletant presque. « Tu crois que c'est un psychopathe qui veut faire un remake de notre dernier film ? » Murmure-t-elle désormais pour ne pas avertir le dit psychopathe de leur présence dans la chambre à coucher. « Va voir toi ! Moi je suis trop jeune pour mourir. » Dit-elle en accompagnant ses paroles d'un coup de coude. « J'ai peur ... » Admet-elle en tournant son regard vers lui assez paniquer par la situation qui se présente à eux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Derrick HolloranGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 2739
Crédits : #avatar : Lempika. ≡ #crackship : mon ananas (.truelove) ≡ #gif : tumblr
Avatar : Chris Shipshape Wood
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : Voilà trente ans est passé et je ne vois pas de différence, je me sens le même à trente-et-un ans... ≡ 31 août 1986
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: ✰ somebody save me. (derrick)   Lun 7 Aoû - 4:54



≈ ≈ ≈
{ When the night has come and the land is dark
And the moon is the only light we see, no, i won't be afraid
just as long as you stand, stand by me. }
crédit/ tumblrflorence and the machine.

Jour après jour les journées se ressemblaient toutes en quelque sorte sur un plateau de tournage. Des paroles mainte et mainte fois répétés tout comme les gestes, tout était calculé et pensé, la voix du réalisateur résonnait plus souvent qu'on pouvait le croire. Cette journée n'échappait pas à la routine, sauf une chose : Le rire de Jessie. Depuis le nombre d'année où je travaillais à ses côtés, j'avais pris l'habitude d'entendre son rire résonner, un fou rire impossible à maîtriser. S'il pouvait agacer certaine personne, moi, il me faisait sourire à chaque fois. Peut-être était-ce ce rire qui m'avait mener à sortir avec elle il y a quelques années... Je ne pouvais pas dire, en fait, je ne m'étais jamais posé la question, tout ce dont j'étais certain c'est que lorsqu'elle ne se trouvait pas sur le plateau tout semblait plus terne. Le décor prenait une apparence fade et les personnes m'entourant abordaient des airs sérieux et concentrés. Autant dire que Jessie était notre petit rayon de soleil, la dame aux doigts de fée qui par sa présence illuminait nos journées de boulot.  Aujourd'hui, elle n'y était pas, n'ayant pas de scène à tourner, j'avais quitté notre petit appartement avant même que les rayons chauds du soleil ne se réveil. La laissant dormir, j'avais passé une journée longue et quelque peu pénible dans des scènes plus dramatiques que d'autre. Le faux sang ne m'avait jamais dégoûté, habitué aux films d'horreur, je n'avais aucun mal à être maquiller de ce sirop sucré et horriblement collant. La tournure des événements annonçait l'achèvement de la première saison, quelque chose qui semblait grandiose, offrant aux spectateurs une finale alléchante et divertissante. Étendant la fin de prise, je poussais un soupir en ouvrant les yeux, voyant l'assistante se précipiter vers moi et me rendre la main alors que je tentais de me relever péniblement. « Bordel que ça fait mal. » disais-je en serrant les dents et retirant le gilet par balle que je portais. Avec précaution, je relevais mon t-shirt où une ecchymose bleutée venait se dessiner sur mes côtes. « La prochaine fois vise le gilet. » disais-je en relevant la tête posant mon regard sur l'acteur qui devait faire feu avec les balles à blanc. Encore une dure sensation du métier d'acteur. On pouvait bien croire que c'était mignon et plaisant, mais beaucoup ignorait l'envers de la médaille de ce métier. C'était difficile, épuisant et si on ne se perdait pas en chemin il y avait toujours quelque chose qui alimentait une rumeur non fondée. C'est en partie pourquoi je tenais à carreau Savannah ou bien sa fille Haley, je les avais toujours protégées de cet océan rempli de requin affamé de ragot. Même ma relation avec Isobel je tentais de la tenir le plus secrète possible, une chose que je faisais en général avec toute mes copines. Retirant mon t-shirt et essuyant mon visage couvert de maquillage, je prenais la direction de ma caravane. J'en ressortais quelques instants plus tard, changé et propre. Si je commençais à travailler à l'aube, je finissais lorsque le soleil était à son zénith. Un tableau d'orange brûlé, de rose bonbon et autre couleur chaude peignait le ciel, baignant la ville des anges dans les dernières minutes accordées au soleil. Bientôt la journée chaude laisserait place à la nuit, plus fraîche, mais aussi bien plus décousu. En regardant le ciel, on pouvait à peine distinguer les étoiles et si on pensait en voir une on comprenait vite que celle-ci n'était rien de plus qu'un hélicoptère, ça ne changeait pas de ma ville natale, mais pour un oiseau de nuit, plonger mon regard sur les constellations n'étaient pas mon passe-temps favori. Tout au contraire, je préférais aller passer ma soirée dans un bar pour simplement faire la fête. Un nombre incalculable de verre et une ou deux raies de coke plus tard, je rentrais chez moi pour m'installer dans mon lit, seul. Depuis que je commençais à sortir avec Isobel je m'étais juré que je ne serais plus et abrutit que j'avais pu être. Fini les tromperies. Fini les soirées de débauches – peut-être que ça c'était pas tant fini. J'avais tout à perdre si je me conduisais comme un con. Retirant tout sauf mon boxer, je me glissais sous les draps frais, calmant mes bras sous ma nuque et vissant mon regard sur le plafond. La fatigue me gagnait et pourtant, mes yeux ne trouvaient pas la force de se fermer. J'y parvenais tout de même, pour combien de temps ? Une voix stridente me fit ouvrir les yeux, extrait de mon sommeil j'avais à peine le temps d'analyser ce qui se passait que je ressentais une chaleur tout près de moi. Grimaçant et poussant un grognement, je soulevais le drap pour mieux voir Jessie qui venait de faire irruption dans ma chambre comme une furie et se cachait à présent sous mes draps. « Mais qu'est-ce que tu racontes ? » disais-je d'une voix rouillé par le sommeil, sentant venir aussi un mal de crâne me prévenant qu'au petit matin j'allais être terriblement hangover. Je tentais de l'écouter, mais je devais bien admettre que je n'y comprenais pas un traitre mot ! « Arg. » soufflais-je entre mes dents en sentant son coup de coude en plein dans mon ecchymose. Décidément, elle cherchait à me tuer ! Un complot de mauvais goût pour me faire avoir une attaque ! Passant une main sur mon visage, je repoussais les draps pour m'asseoir sur le rebord du lit. « C'est bon la trouillarde. » Je ne pensais pas réellement ce que je venais de dire, je savais qu'elle avait peur et j'étais loin de me moquer d'elle, seulement, je me vengeais de son attaque surprise. Je poussais un bâillement en me levant, remontant d'une main nonchalante les tissus de mon boxer qui avait glissé sur mes hanches pendant que je dormais. « Je fais quoi si je tombe sur Jason ou Freddie qui prennent le thé dans la cuisine ? Je leur offre des petits gâteaux ? » la taquinais-je en me dirigeant vers la porte qu'elle n'avait pas fermé. « Tu comptes rester seule dans ma chambre ? »

_________________

Nobody can predict the future. You just have to give your all to the relationship you're in and do your best to take care of your partner, communicate and give them every last drop of love you have. I think one of the most important things in a relationship is caring for your significant other through good times and bad.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessie MatthewsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 03/08/2017
Pages lues : 269
Crédits : hershelves. (avatar) ✰ tumblr (gifs) ✰ mine (crackship)
Avatar : adelaide cutie pie kane
Pseudo : .truelove (sonia)
Âge : vingt-huit ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: ✰ somebody save me. (derrick)   Mar 8 Aoû - 22:30



≈ ≈ ≈
{ When the night has come and the land is dark
And the moon is the only light we see, no, i won't be afraid
just as long as you stand, stand by me. }
crédit/ tumblrflorence and the machine.

Los Angeles est une ville que Jessie affectionne très particulièrement. Peut-être pas autant que sa ville natale, mais elle y tient. Seulement, la brune apprécie énormément de se déconnecter du monde dans lequel elle vit pour rejoindre l'appartement qu'elle occupe à Washington. Si Derrick n'y avait pas posé ses valises, c'est certain qu'elle n'aurait jamais songé à s'y installer également. Une fois encore, elle l'a suivit. Plus le temps passe, plus Jessie est certaine qu'elle serait capable de suivre cet énergumène jusqu'au bout du monde. Puis jusqu'à présent, il ne s'est jamais plaint de sa présence et si ça le faisait vraiment chier, ils n'auraient pas aménager ensemble dans cet appartement à Los Angeles. Franchement si on avait dit à Jessie il y a plus de dix ans qu'une banale rencontre dans une audition manquerait autant sa vie, elle ne l'aurait pas cru. C'est même possible qu'elle se serait mise à rire. Sa rencontre avec Derrick était des plus banales, puis quand elle avait apprit qu'ils allaient jouer dans le même film, c'était comme si quelque chose d’inexplicable s'était produit. Le courant était immédiatement passer et elle se souvient même avoir rit cinq minutes plus tard à propos d'une blague qui au final n'était pas si amusante que ça. Derrick c'était un peu son coup de foudre amical. Depuis ils ne se sont jamais réellement quittés. Jessie a d'ailleurs été plus heureuse d'apprendre qu'elle allait pouvoir encore donner la réplique à Derrick. Enfin si le rôle avait été attribué à un autre, Jessie l'aurait bien vécu mais le rendu à l'écran n'aurait peut-être pas été le même. C'est ce qu'elle aime avec Derrick, c'est qu'il la connait parfaitement autant qu'elle peut le connaitre et ça joue énormément sur les scènes qu'ils tournent ensemble, si bien qu'il lui arrive un grand nombre de fois d'improviser, sans que ça ne choque le brun. Jessie n'aime pas quand les chevilles de Derrick enfle mais elle doit reconnaître que c'est un très bon acteur. Sauf que ce soir Jessie n'a pas besoin de ses talents d'acteurs qu'elle connait que trop bien. Elle a besoin de lui, du vrai lui pour la sortir de cette situation délicate. Vu le bruit qu'elle a entendue dans la cuisine, Jessie est plus que certaine qu'il y a un cambrioleur dans leur appartement. La chose logique aurait voulu qu'elle compose le 911, mais à la place l'actrice ne trouve rien de mieux que d'aller trouver refuge sous les draps de Derrick. Chance pour elle, il est seul. Sinon elle aurait écraser sans pitié sa petite-amie #DésoléIsobel. La brune tient à sa vie, elle est trop jeune et trop jolie pour mourir. Puis ses fans seraient tellement triste de sa disparation. Et elle ne veut pas faire subir ce genre de chose à ses parents également. Tous ses espoirs reposent désormais sur la personne qu'est Derrrick. C'est un homme, logiquement il est fort et il ne doit pas avoir peur. « Il y a un intrus dans la cuisine, on va mourir. T'as compris maintenant ? » Ou elle doit lui expliquer en une autre langue ? Pas de chance pour lui, hormis l'anglais, Jessie n'est pas douée dans ce domaine. « Eh ! J'suis pas une trouillarde d'abord ! » Le tirage de langue c'était même cadeau. « Enfin si peut-être un petit peu ... » Jessie avait peur et ce n'était un secret pour personne. « Ça risque d'être difficile, les placards sont vides ... Donc le casse-croûte ça sera toi. » Et Jessie a finit la dernière boite de céréales ce matin. « Jamais de la vie. » Hors de question qu'elle reste toute seule. Jessie se lève à son tour et se planque derrière Derrick, comme s'il était son bouclier humain. S'ils veulent tuer quelqu'un qu'il le prenne lui avant. « Attend, attend. » Jessie tend l'oreille vers la porte et tente d'écouter ce qui se passe dans la pièce à vivre de cet appartement. « Et s'ils étaient armés ? Tu veux te défendre avec quoi ? » Parce qu'elle a beau le regarder de la tête aux pieds, elle ne voit aucune arme sur lui hormis s'il la cache très très bien et sa troisième jambe ne compte pas. Au même moment où ils allaient poser un pied dans le couloir, un gros bruit sourd se fait entendre. « Bordel de merde ! » Avant même que Derrick puisse faire un pas supplémentaire, Jessie l'avait tirer de force dans la chambre en prenant le soin de refermer la porte derrière elle. Sans attendre, la brune prit la chaise disponible et la pose contre la porte. « On fait bien comme ça dans les films. » Alors il n'a pas le droit de se moquer. Sauf que jamais une chaise ne résiste à un serial-killer. A croire que Jessie n'a pas bien fait ses devoirs.  Une fois encore la brune sursaute et son coeur s'enflamme. Machinalement, elle prend la main de Derrick et le tire sous le lit afin de se cacher. « On devrait peut-être appeler la police ? » C'est surement la meilleure chose à faire. Jessie sort donc de sa cachette et part donc à la recherche de son téléphone qu'elle a du perdre toute à l'heure sous les draps. « Trouvé ! » Elle le lève même en l'air tel Link qui vient de découvrir un item dans Zelda., puis reprend place aux côtés du brun. Sauf qu'à la place de composer le 911, ses doigts se perdent sur instagram, cherchez la logique Jessie, il n'y en a pas et elle se décide de lancer un live. Elle salue rapidement ses internautes avant de rentrer dans le vif du sujet. « C'est peut-être notre dernière vidéo avec Dede, on est en train de vivre un film d'horreur en direct et je vous confirme que je flippe ma race. La police devrait arriver d'une minute à l'autre ... » Elle tourne son regard vers sa co-star. « Une dernière volonté mon chat ? » S'il veut se confesser c'est maintenant ou jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Derrick HolloranGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 2739
Crédits : #avatar : Lempika. ≡ #crackship : mon ananas (.truelove) ≡ #gif : tumblr
Avatar : Chris Shipshape Wood
Pseudo : monocle. (alice)
Âge : Voilà trente ans est passé et je ne vois pas de différence, je me sens le même à trente-et-un ans... ≡ 31 août 1986
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: ✰ somebody save me. (derrick)   Mer 9 Aoû - 13:34



≈ ≈ ≈
{ When the night has come and the land is dark
And the moon is the only light we see, no, i won't be afraid
just as long as you stand, stand by me. }
crédit/ tumblrflorence and the machine.

Dealer avec le fait de vivre avec une fille. Simple. Enfin, j'avais pratiquement toujours vécu avec des filles, seule la période où j'étais membre dans un boysband avait été une vie partagée avec des hommes – si je ne compte pas les groupies. Donc vivre avec Jessie n'était pas plus ardu que de vivre avec Savannah et Haley. Il y avait tout autant de produit de beauté, de maquillage ou autres produits féminins – bien que je me tenais toujours loin des boîtes de tampons – la durée dans la salle de bain était bien souvent d'une longueur interminable. Je ne m'en plaignais jamais. À quoi bon ? J'avais tort et elles raisons. Voilà une façon de penser qui déplairait plus d'une femme, mais au moins les engueulades n'étaient pas aussi fréquente qu'on pourrait le croire. Bien qu'avec Jessie, il n'y avait jamais de prise de tête, je la comprenais tout comme elle me comprenait. Je pourrais dire aisément qu'elle était ma moitié, certes j'avais Savannah comme meilleure amie, mais Jessie avait plus, elle était et serait toujours plus à mes yeux. Une amitié indescriptible s'était forgé avec le temps. Je connaissais chaque détail d'elle, une émotion que je pouvais comprendre en un instant, pas de mot, simplement une pensée – sans compter le plaisir que je pouvais lui offrir, ouais celui auquel vous pensez ! Bien qu'encore endormi, je tentais de comprendre ce qu'elle me disait. « Mourir... T'y vas pas un peu fort. » rouspétais-je en tournant la tête vers elle pour la regarder malgré la noirceur. Je n'avais perçu aucun bruit et je me doutais que ce devait être rien, une fabulation de Jessie. Ça ne me dissuada pas de lui venir au secours enfilant ma tenue de chevalier servant – en boxer je précise. Enfin, je me sentais surtout comme la maman qui va regarder sous le lit ou dans le placard de son enfant avant de fermer les lumières, sauf que là, ma tâche se résumait à aller voir dans l'appartement si quelqu'un ne s'était pas introduit. Des fans un peu intense nous avaient à un moment donner fichu une trouille bleu, on devait toujours se méfier. « Nooooon t'es pas trouillarde... Tu accours juste dans mon lit comme un enfant qui vient d'entendre le tonnerre. » répliquais-je suite à son tirage de langue, avant d'ajouter d'une voix taquine et agrémenté d'un clin d'œil : « mais c'est pas pour me déplaire. » Bin quoi ? C'était tout de même mon ex et je ne pouvais nier qu'elle était mignonne et la voir ainsi ça donnait surtout envie de la protéger. Debout à quelques pas de la porte, je laissais un rire m'échapper. « Sympa. En gros, tu me jète en pâture aux lions ! Ça me rappel un film. » Référence facile quand on sait que Dessie ne jouait pratiquement que de l'horreur ! Les pauvres clichés du mec sexy qui meurt dans les premières séquences parce qu'il est trop sans cervelle pour aller voir la provenance du bruit sans se poser de question, eh bien, c'était souvent ce que je jouais et voilà que je faisais pareil dans la vraie vie... Trouver l'erreur. N'approchant encore plus de la porte, je sentais la chaleur de Jessie dans mon dos, tournant la tête vers elle. « Les mots ne peuvent-ils pas être une arme ? » disais-je avec un sourire. Je ne pouvais pas nier en caleçon ça le faisais pas trop face à quelqu'un armé... Mais je trouverais bien de quoi me défendre avant le face à face. J'aurais pu, si Jessie ne m'avait pas tirer vers elle et nous avait pas enfermé dans ma chaise. Derrière elle, je la voyais mettre la chaise et je retenais un rire entre l'amusement et la tendresse. « Ouais... Et tu sais comment ça fini... Tu n'as pas assez tourner de scène comme ça pour savoir qu'au final les personnes qui se barricadent finisse très souvent par mourir ? » demandais-je en croisant mes bras sur mon torse. Une fois encore je me fis balloter jusque sous les draps encore tiède. Tenant un instant la main de Jessie, je la relâchais pour la laisser chercher son portable. « T'es vraiment sûr que tu veux appeler les flics ? On sait même pas ce qui se passe. C'est peut-être rien. » Mais je devais bien admettre qu'avant qu'elle m'empoigne la main, j'avais perçu du bruit. Rien d'alarmant, mais rien de rassurant non plus. Trop tard. Loin de téléphoner au flic, je la vois commencé un live. Seriously ! J'en restais sans voix. « Jessie !! Tu crois que c'est le moment ??? Comment tu veux que les flics arrivent si tu vas sur insta !!! » disais-je tout en saluant la caméra – un ne rattrape pas l'autre. « Non mais je vais voir et baisse la caméra !! On va encore penser qu'on fait des trucs ! T'as vu ma tenue... Et merde. Arrête de filmer ! » continuais-je en tentant de lui prendre le téléphone des mains, me penchant par dessus elle pour l'envelopper de mes bras. « Jessie je t'interdit de poster ça ! » Je pensais surtout à Isobel... Qu'est-ce qu'elle dirait ? Je ne savais jamais quoi dire à mes copines pour expliquer ma relation avec Jessie, pourtant, c'était simple en quelque sorte. Sauf que bien souvent les gens confondaient réalité et vie fictive. Nous voir tous les deux sous la même couette pouvait d'ores et déjà créer une rumeur. Je parvenais à lui prendre son portable des mains, mais ça semblait trop tard. Couché sur Jessie, je posais mon regard sur elle. « T'étais pas censé appeler les flics ? » lui demandais-je en posant son portable sur la table de nuit. Un bruit sourd. « Merde c'était quoi ? » Ouais, pas rapide le mec... Un autre bruit. « Faudrait peut-être que j'aille voir. » disais-je quelque peu incertain cette fois.

_________________

Nobody can predict the future. You just have to give your all to the relationship you're in and do your best to take care of your partner, communicate and give them every last drop of love you have. I think one of the most important things in a relationship is caring for your significant other through good times and bad.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessie MatthewsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 03/08/2017
Pages lues : 269
Crédits : hershelves. (avatar) ✰ tumblr (gifs) ✰ mine (crackship)
Avatar : adelaide cutie pie kane
Pseudo : .truelove (sonia)
Âge : vingt-huit ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: ✰ somebody save me. (derrick)   Ven 11 Aoû - 20:02



≈ ≈ ≈
{ When the night has come and the land is dark
And the moon is the only light we see, no, i won't be afraid
just as long as you stand, stand by me. }
crédit/ tumblrflorence and the machine.

Peu de personne semble comprendre la relation qui unie Jessie et Derrick. A vrai dire, hormis eux deux, personne ne saisit réellement ce qu'ils partagent. Et Jessie trouve ça lassant à force. Lassant de toujours devoir se justifier auprès des autres comme quoi ils ne sont absolument pas ensemble et que la fiction reste donc de la fiction. A chaque fois que la brune est interviewée, qu'elle se rend à une convention pour échanger avec ses fans, à chaque fois elle a toujours le droit à cette même question : et avec Derrick ? Certes, ils ont été durant un temps en couple mais jamais personne n'a été au courant et cette information restera entre eux, longtemps encore. En quoi est-ce si difficile de croire en une amitié homme / femme ? Toute façon à chaque fois que Jessie a le malheur de s'afficher à l'extérieur ou sur les réseaux sociaux avec un homme, une heure plus tard, il est qualifié de son petit-ami. Alors à force à force, ça énerve la brune et elle a simplement décider de ne plus prêter attention à la presse à scandale. S'ils veulent lui prêter une relation avec le Prince Harry, ils ne peuvent ça lui fera une belle jambe. Bref qui sait de quoi demain sera fait. A cette heure-ci, Jessie ignore même si demain matin, elle sera en vie. Un bruit suspect l'a réveillée en pleine nuit. Et au lieu de se la jouer téméraire et courageuse, l'actrice a foncée tête baissé en hurlant dans la chambre de son colocataire, Derrick. La chose la plus logique aurait été qu'elle contacte immédiatement la police, mais c'était plus rassurant d'aller plonger dans le lit de son brun. Au moins, elle se sentirait en sécurité et ensemble ils pourraient appeler la police. Seul petit bémol, Derrick est encore dans le pâté. Chance pour elle, il n'est pas de mauvaise humeur quand il se fait réveiller. « Un peu mais au moins ça te réveillera plus vite. » Sauf qu'elle n'est pas sûr que ça fonctionne. Mais mine de rien, Derrick semble croire à son histoire du moins le fait qu'il y a quelqu'un ou quelque chose dans l'appartement. Ce n'est peut-être que le vent, mais Jessie est certaine qu'il s'agit d'un gros psychopathe près à les découper en morceaux. A force de trop jouer dans ce registre, ça lui monte à la tête. « J'ai peur de l'orage aussi ... » Jessie n'aurait jamais eut sa place chez les Gryffondor, c'est certain. Elle tourne même ses pouces entre eux, assez gênée par la situation. C'est effectivement une grande trouillarde. Mais un large sourire prend possession de ses lèvres quand elle l'entend lui avouer que ça ne le déplaît pas. C'est toujours plaisant à entendre et ça la rassure dans un sens. « Je suis trop jeune pour mourir moi, toi tu as vécu plus longtemps que moi, alors tu peux y aller sans crainte. » Son excuse était totalement idiote et elle ne tenait absolument pas la route. « Promis, je ne ferais rien graver d'idiot sur ta pierre tombale, juste que tu me manqueras. » Parce qu'un monde sans Derrick Holloran du moins pour Jessie Matthews ça serait trop fade, trop terne et pas assez amusant. Non mais sérieusement, elle ferait quoi sans lui ? « Finalement c'est pas une bonne idée, reste avec moi. » Jessie refuse qu'ils finissent en pâtures pour les lions. Ils sont trop jeunes et trop beaux pour mourir. Puis de toute façon, ils n'avaient pas d'armes donc comment pouvaient-ils riposter si l'intrus en avait une ? « Si, je suppose. » Au pire, ils avaient de l'argent. Suite au nouveau bruit qui vient de résonner dans l'appartement, Jessie fait machine arrière et décide de les enfermer dans la chambre. « On n'est pas dans un film. » Donc ils ont plus de chance de survie que dans un film, c'est tout. « Laisse moi croire qu'ils ne savent pas ouvrir les portes pour une fois. » Et qu'ils vont tenir jusqu'à la fin pour une fois. « Fait confiance à celle qui survie plus souvent que toi dans les films. » Si elle était prête à lui sourire une fois encore, son sang ne fait qu'un tour et elle les traîne jusqu'au lit. Des draps peuvent sauver, on y croit. « C'est peut-être rien ? C'est étrange quand même et tu as entendu comme moi les bruits étranges ... » Dans sa logique c'est plus simple d'appeler les flics pour qu'ils viennent leur porter secours. Sauf qu'une fois son téléphone en main, Jessie oublie cette information et ne trouve mieux à faire que de lancer un live, ce qui n'est pas au goût de Derrick. « J'ai peut-être des policiers dans mes followers qui vont venir nous sauver. » Sait-on jamais. « Quoi ? » Ils ne sont pas nus donc Jessie ne voit absolument pas où est le problème dans l'histoire. Mais pourquoi il veut lui enlever des mains ? Si Jessie tente de se débattre, elle perd la bataille. Dede : 1 - Jessie : 0. « Je l'aurais bien supprimé mais tu m'as piqué mon téléphone des mains. » Toute façon il faisait tellement noir dans la pièce que Jessie n'est même pas sûr qu'on y voit grand chose. C'est ce qu'elle espérait. « Désolé ... » Elle se sent comme une enfant qu'on réprimande et qui demande pardon à ses parents pour la bêtise qu'elle vient d’effectuer. « Mais heureusement que je ne filme plus maintenant parce que vu ta position, là on pourrait se poser des questions. » dit-elle assez amusé. Son cœur fait encore un bond quand un autre bruit sourd se fait entendre. Ils ont décidé de réduire en miette leur cuisine ou comment ça se passe ? Derrick semble vouloir jouer les héros, Jessie n'est pas tellement convaincue par cette idée. « Tu penses que c'est une bonne idée ? » l'interroge t'elle, tout en se mordant l'intérieur de sa joue. La jeune femme n'est absolument pas à l'aise. « J'ai trop peur Dede. » Logiquement il devrait le voir dans ses yeux tremblant. Elle est à deux doigts de se mettre à pleurer, mais Jessie tente autant qu'elle peut de ne pas craquer, cherchant comme elle peut du réconfort dans le regard de son ami. « Hors de question que je te laisse jouer les supers-héros tout seul, je viens avec toi. » Après avoir prit sur elle, Jessie souffle un grand coup avant de finalement se lever. Elle enlève la chaise présente devant la porte et laisser l'homme l'ouvrir. Oui faut pas quand même lui en demander trop. Jessie continue d'avancer derrière Derrick, laissant son cœur battre la chamade. « Tu vois quelque chose ou quelqu'un ? » murmure t'elle auprès du jeune homme. Sauf que dans le noir, ce n'est pas évident de voir grand chose. Jessie appuie donc sur l'interrupteur dont la lumière lui tue les yeux. Ses yeux mettent quelques secondes à s'adapter. « Y'a quelqu'un ? » Parce qu'elle ne voit personne dans la cuisine. Et là, c'est le drame. Jessie voit une chose non identifié qui se dirige en toute vitesse de la cuisine vers le salon. Elle crie une fois encore et finit sa course dans les bras de Derrick. C'est décidée elle ne touche désormais plus le sol. « C'est un lapin, je suis sûre que c'est un lapin et qu'il va nous dévorer !! » Et là c'est plus fort qu'elle, des larmes coulent le long de ses joues. C'est idiot et pourtant c'est la peur numéro une de Jessie. Derrick va encore la prendre pour une folle, pour changer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: ✰ somebody save me. (derrick)   

Revenir en haut Aller en bas
 
✰ somebody save me. (derrick)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: ailleurs-
Sauter vers: