AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
A. Daryl ReevesGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 1150
Crédits : rogers (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Chris Hemsworth
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour un Rp, viens faire ta demande !

#EnCours Athena ; Kacey ; Maddison ; Toi ?
Âge : Trente-cinq ans (30.10.1982)

MessageSujet: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Sam 26 Aoû - 2:29

Joyce & Tommy
I would catch a grenade for you



Depuis quelques semaines maintenant, j’avais l’impression plus qu’agréable que tout allait pour le mieux entre Joyce et moi. Bon d’accord, je n’étais pas encore totalement serein à l'idée de devenir père, mais je commençais à m’y faire, lentement mais sûrement. Et puis, je devais avouer que voir Joyce prendre du poids, rayonner de plus en plus dans sa grossesse, même si ce n’était pas toujours chose simple, ne me déplaisait pas. Et puis, elle aussi, me paraissait un peu plus sereine, maintenant qu’elle était allée demander une injonction restrictive contre son ex-amant, faisant en sorte qu’il ne serait plus en mesure de l’approcher. Après, peut-être étais-je à côté de la plaque, peut-être cela l’angoissait toujours, mais nous n’en avions pas reparlé depuis, ce qui était bon signe, à mon avis. Par contre, cela me fit aussi prendre pour acquis, peut-être un peu trop rapidement, que cet homme que je ne connaissais pas, mais que j’exécrais déjà, que jamais il ne s’approcherait de ma petite-amie. Et je pensai ainsi jusqu’à aujourd'hui, pendant encore une bonne partie de la journée, soit jusqu’à ce que je sorte de ma dernière réunion avant de pouvoir rentrer chez moi. Joyce était déjà partie depuis un petit moment, et je ne lui en voulais pas. Au contraire, c’était moi qui lui avais dit qu’elle pouvait rentrer, puisqu’en rencontre avec des investisseurs, je ne pouvais pas lui permettre de faire grand-chose au bureau, alors je préférais de loin qu’elle prenne du temps pour elle, pour se reposer, pour travailler sur sa formation à laquelle elle tenait beaucoup, j’en étais conscient. De ce fait, ce fut seul que je sortis finalement du bâtiment de l’entreprise. Normalement, je laissais ma voiture dans le parking qui m’était réservé sous l’immeuble, mais ayant quelque chose à aller prendre avant de quitter dans un commerce voisin, j’avais décidé d’être plus stratégique, sans penser que j’allais le regretter. En effet, à peine eussè-je franchi la porte que je me fis aborder, par un homme dont je peinai à voir le visage tellement tout se passa rapidement. Je crus entendre un bruit sourd, je fus soudainement aveuglé, aux prises avec une douleur au visage que je ne compris pas, tant et aussi longtemps que je ne repris pas mes esprits et que je ne compris pas que je venais d’être frappé, comme ça, gratuitement. Sur le coup, je ne sus faire mieux que m’exclamer:  « Merde ! C’est quoi ton problème !? » Je voulus le bousculer, mais je n’y parvins pas que je me pris un second coup, et ce second me fit perdre pied me jeta au sol. Étais-je faible quand venait le temps de se battre ? Non, mais quand j’étais pris de court comme en ce moment, je ne donnais pas cher de ma peau, il fallait l’admettre. Sauf que là, éveillé, conscient de la situation, je voulus riposter, avant de me rappeler que j’étais devant mon immeuble, et que si une seule personne voyait ce qui se passait sur les caméras de surveillance, alors personne n’aurait fini d’en parler. Je me ravisai donc, et au final, je n’eus pas à faire grand-chose, puisque l’endroit étant grandement fréquenté, des gens de l’autorité débarquèrent, arrêtant l’homme et l’embarquant. Un des policiers m’aida à me relever, me demandant si ça allait. Rapidement, j’acquiesçai, puisque j’étais secoué, certes, mais pas blessé pour autant, ou du moins, pas suffisamment pour ne pas être capable de fonctionner, ou demander à l’agent qui était cet homme. Après avoir vérifié son identité, ils en vinrent à me confirmer celle-ci, rendant le tout beaucoup moins surprenant à mes yeux, mais pas pour autant dégoûtant. Le policier ne tarda pas à le remarquer, puisqu’il me demanda si je le connaissais, et ce fut sans gêne que je lui dis:  « Personnellement, non, mais ma petite-amie a obtenu une ordonnance restrictive contre lui. » Et apparemment, j’en aurais besoin d’une moi aussi, même si ça, ça pouvait attendre, parce qu’il était évident que je n’en resterais pas là. Après avoir laissé mes coordonnées au policier, pour déposer une éventuelle plainte formelle pour voie de faits contre ma personne, je quittai finalement les lieux de la scène, envoyant un message à ma petite-amie pour ne pas qu’elle s’inquiète. Puis, toujours dans le but de la rassurer, j’allai faire cette course qu’elle voulait que je fasse. Une fois que ce fut fait, je repris la route de la maison, tentant d’ignorer pendant tout ce temps le fait que le visage et le bras m’élançaient, persuadé que ce n’était pas grave au point d’aller perdre mon temps aux urgences pour quelque chose qui pourrait être arrangé avec une compresse et quelques pansements. J’arrivai à la maison quelques minutes plus tard, espérant juste qu’une fois que j’aurais ouvert la porte, j’aurais un bref moment pour m’éclipser aux toilettes pour voir ce qui en était avant que Joyce ne me voie.

Revenir en haut Aller en bas
Maddison PiracciGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 1124
Crédits : Odyssea (avatar et gifs), endlesslove (signature).
Avatar : Amélia Zadro.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (1/3 - Disponible)

Daryl
Âge : 25 ans (8 Février).

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Sam 26 Aoû - 3:05

Plus les jours passèrent et plus la blonde était heureuse, aussi bien dans son couple que dans son travail. Bon, bien sûr être secrétaire n'a jamais été un rêve pour elle, mais ça n'empêche pas que ce n'est pas un métier désagréable, surtout auprès de Tommy, qui hormis d'être son petit ami, était un patron en or. Il est vrai que son avis n'est peut-être pas objectif, même pas du tout, mais au monde, il traite ses employés comme des humains, et pas seulement comme des esclaves comme il aurait pu le faire avec Joyce. Bien trop souvent les secrétaires sont vu comme des personnes de bas rang, utile seulement pour apporter le café, faire des photocopies, prendre des rendez-vous et éventuellement corriger quelques dossiers. De ce côté là, elle n'avait jamais eu à se plaindre.

Sa grossesse continuait petit à petit, son ventre commençait légèrement à être arrondi. Pour les personnes au courant ça pouvait paraître mignon, pour d'autres ils mettraient sans doute ça sur de la bonne nourriture. Joyce de son côté était assez fatiguée, entre les nausées et les petits malaises qu'elle faisait, elle avait besoin de se reposer, et pourtant, elle continuait de travailler d'arrache pied, aussi bien au bureau, que dès qu'elle rentrait à la maison pour sa formation à distance.

La belle blonde accordait une importante toute particulière à celle-ci, devenir décoratrice d'intérieur n'a jamais été vraiment un rêve de carrière, mais c'est quelque chose qu'elle aime faire : donner vie à des lieux grâce à quelques touches de décoration. Ça pouvait paraître simple dans un premier temps, mais il y avait pas mal de critères à prendre en compte pour que la pièce prenne vie tout en restant harmonieuse et simple.

Aujourd'hui, Tommy l'avait autorisé à quitter un peu plus tôt puisqu'il avait une réunion avec des investisseurs. N'ayant pas sa place dans une telle réunion, il lui avait plutôt dit de rentrer pour aller se reposer l'instant qu'il ne la rejoigne. Il ne devrait pas en avoir pour très longtemps. En quittant le bureau, la blonde lui avait demandé s'il avait le temps, de passer au supermarché acheter de la glace. Non pas qu'elle était en manque absolu, mais la boite diminuait grandement et, Tommy ne serait probablement pas contre d'en manger lui aussi. Voilà pourquoi elle lui avait demandé cette petite course, mais si elle avait su à quoi ça l'engageait, elle se serait ravisé.

Devant l'ordinateur, perdue dans ses notes et ses cours à n'en plus finir, Joyce entendit son téléphone émettre une sonnerie. Elle se leva pour aller le prendre et lire le message. C'était son petit ami qui lui disait qu'il aurait un peu de retard. Bien évidemment, comme d'habitude, son tempérament angoissé prit le dessus et elle ne put d'empêcher d'imaginer le pire, sans doute à tord d'ailleurs. Ne voulait pas passer pour une rabat-joie, elle décida de ne pas chercher plus loin et de se contenter de la réponse de Tommy. Si seulement elle avait su à cet instant précis de quoi il était question, elle aurait eu raison de s'inquiéter pour son petit ami.

Environ une heure après avoir reçu le message de son compagnon comme quoi il aurait du retard, elle entendit la porte s'ouvrir.

" - C'est toi mon ange ?"

Même si Joyce ne parlait plus d'Eliott depuis qu'ils avaient demandé une ordonnance restrictive contre lui, ça n'empêchait pas la jeune femme d'être toujours sur ses gardes. Au fond d'elle, elle savait que ce vulgaire bout de papier ne suffirait pas à empêcher son ancien amant de l'approcher, il n'avait peur de rien, et encore moins de la justice, bien qu'il en ai fait parti un certain temps. La suédoise avait toujours eu peur de lui, et malgré cette mesure qu'ils avaient pris, elle ne sortait jamais dans la rue totalement sereine. La vérité, c'est qu'elle avait parfois l'impression de le voir partout, et c'était encore pire avec la fatigue qu'elle ressentait.

Finalement, elle fut rassuré quand elle entendit la voix de son homme, les battements de son coeur retrouvaient un rythme normal. Elle n'allait pas sauter sur Tommy à peine arrivé, elle le laissait arriver, se mettre à son aise avant que de lui demander comment s'était passé sa réunion avec les investisseurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
A. Daryl ReevesGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 1150
Crédits : rogers (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Chris Hemsworth
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour un Rp, viens faire ta demande !

#EnCours Athena ; Kacey ; Maddison ; Toi ?
Âge : Trente-cinq ans (30.10.1982)

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Sam 26 Aoû - 16:24

Joyce & Tommy
I would catch a grenade for you



Une fois que j’eus répondu à Joyce:  « Oui, c’est moi. », il était évident que j’aurais voulu tout de suite me rendre à sa rencontre, qu’importe où elle était dans cette grande demeure, l’embrasser, l’étreindre, lui demander comment elle allait et tout ce qui venait avec. Peut-être était-ce un peu cliché, mais personnellement, cette idée comme quoi je pourrais rentrer à la maison et être gratifié par sa présence était un petit bonheur dont je ne saurais me passer désormais, et qui, je l’espérais, serait accentué au moment où notre enfant serait au monde. Mais là, je ne pouvais pas me le permettre, parce que je ne me voyais pas aller à sa rencontre alors que je ne savais même pas de quoi j’avais l’air. Alors tristement, ce regret était devenu plutôt un soulagement, dans le sens où j’avais la voie libre pour aller déposer la glace dans le congélateur, puis me rendre à la salle de bains. Ce fut une fois dans cette dernière pièce que je constatai l’ampleur des dégâts; la lèvre fendue, une enflure sur la joue et un élancement au niveau de l’oeil qui allait certainement devenir un cocard d’ici le lendemain, voire d’ici quelques heures. En somme, rien de bien grave aux premiers abords, mais quand même visible. Et puis, ça ne comptait pas cet élancement horrible que ça me provoquait depuis un bon moment maintenant. Jurant entre mes dents, je me rendis compte qu’après-coup que ce n’était pas que mon visage qui avait écopé. En effet, il suffit que je me tourne sur le côté pour me rendre compte que ma tenue avait pris un coup aussi. En effet, ma chemise était déchirée du côté que j’étais tombé, laissant voir une éraflure considérable qui avait même commencé à tacher le tissu. Inutile de mentionner que pour le coup, celle-ci était foutue. Après, ce n’était pas un drame, ce n’était pas de ça que je manquais, mais ce que je craignais encore et toujours, c’était la réaction de Joyce. Clairement, je ne pourrais pas prétexter un accident de moto, je ne l’avais pas prise aujourd’hui. Je ne pourrais pas prétexter une maladresse, ce n’était pas mon genre. Et puis, je savais que je ne serais pas à l’aise avec l’idée de lui mentir, mais après, comment pourrais-je lui dire ? Quel genre de conversation ça donnerait ? Je n’allais pas le nier, je redoutais le moment, grandement, même si très certainement, il serait précipité par mon apparence actuelle. Tentant quand même d’apaiser mes blessures, je me passai de l’eau froide au visage dans l’espoir d’effacer quelque peu le sang qui s’était écoulé de ma lèvre, puis je retirai ma chemise ainsi que mon pantalon pour les troquer contre un jogging et un t-shirt. Bon, ce n’était pas la meilleure idée du monde, puisque désormais, l’éraflure était plus que visible, mais il était hors de question que j’enfile des manches longues. Et comme si cet effort avait été trop me demander, ou bien pour la première fois depuis bientôt une heure, je me sentais réellement faiblir, la tête commença à me tourner, et ce fut lamentablement que je me trainai jusqu’au salon, m’affalant sur le canapé en fermant les yeux en espérant que ce moment de faiblesse allait éventuellement passer.
Revenir en haut Aller en bas
Maddison PiracciGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 1124
Crédits : Odyssea (avatar et gifs), endlesslove (signature).
Avatar : Amélia Zadro.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (1/3 - Disponible)

Daryl
Âge : 25 ans (8 Février).

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Sam 26 Aoû - 17:53

Joyce était heureuse de pouvoir, une fois rentrée chez elle, partager encore son quotidien avec son petit ami. C'est quelque chose à laquelle elle s'était habituée avec le temps, jamais avant elle n'aurait pensé pouvoir avoir le droit à ce bonheur de partager la vie de quelqu'un de la sorte. Et pourtant, c'était une chose bien réelle aujourd'hui. Pour tout l'or du monde, elle ne quitterai pas cette demeure, malgré que ce ne soit pas la sienne et qu'elle se sente parfois étrangère, puisqu'hormis les courses, elle ne participait pas vraiment de quelconque manière financière. Bien sûr, il lui arrivait de faire le ménage, mais même pour ça, Tommy avait embauché quelqu'un. Du coup, il lui restait simplement les tâches basiques d'une femme au foyer : vaisselle, lessive, repassage et parfois les courses aussi.

Afin de laisser son compagnon arriver et prendre le temps de se relaxer un peu, elle continua d'être absorbé par l'ordinateur portable sur lequel elle suivait sa formation à distance. Une fois de plus, ce n'était pas le sien, elle avait dû emprunter celui de son petit ami pour être en capacité de réaliser ses envies. Au fond, ça gênait Joyce de devoir dépendre de Tommy sur autant de critères, mais elle n'avait clairement pas les moyens d'investir dans une telle technologie, alors, elle était obligée de faire avec pour le moment.

Elle entendit le congélateur s'ouvrir, l'eau couler dans la salle de bain, mais elle ne s'inquiéta pas pour autant, il avait sans doute besoin de se rafraîchir. Cependant, comme si elle avait un sixième sens, comme celui que les mamans ont pour leur enfant, quelque chose ne semblait pas aller, mais elle ignorait quoi. Du moins jusqu'à ce qu'il apparaisse dans le salon.

Détachant ses yeux de l'ordinateur, Joyce les posa sur son homme et immédiatement, une mine d'horreur se dessina sur son visage.

" - Qu'est-ce qui s'est passé mon ange ?"

À en voir sa tête, quand il avait dit qu'il allait être retardé, c'était sans doute à cause de tout cela. Est-ce qu'il s'était fait tabasser ? Avait-il été agressé pour de l'argent ? Joyce commençait à se faire tout un scénario sans pour autant en trouver un seul qui pouvait correspondre à Tommy. Elle passa sa main sur sa joue, à la limite de l'oeil qui commençait à gonfler. Elle remarqua également l'éraflure sur son bras, bien que peu profonde, elle semblait tout de même le faire souffrir. Et ce n'était que le physique, comment se sentait-il psychologiquement ?

" - Je vais chercher de quoi te soigner, ne bouge pas."

Elle espérait simplement qu'il finirait par lui dire ce qui s'était passé pour qu'il revienne dans cet état, mais dans l'immédiat, le plus important était de le soigner. Elle prit un gant humide ainsi que du désinfectant et des compresses puis elle revient, le visage pâle vers son petit ami. Le voir dans cet état serrait le coeur de la blonde, elle se sentait coupable, si elle était restée au bureau, peut-être que rien de tout ne serait arrivé après tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
A. Daryl ReevesGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 1150
Crédits : rogers (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Chris Hemsworth
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour un Rp, viens faire ta demande !

#EnCours Athena ; Kacey ; Maddison ; Toi ?
Âge : Trente-cinq ans (30.10.1982)

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Sam 26 Aoû - 18:24

Joyce & Tommy
I would catch a grenade for you



Sitôt que je me fus affalé dans le canapé, non loin de ma petite-amie par la même occasion, celle-ci ne tarda pas à réagir à mon état, ce qui ne me surprit pas, mais qui ne me fit pas plaisir pour autant. Ce n’était pas tant mon orgueil qui me rendait honteux de mon état, du fait que je n’avais pas tant su me défendre et que lorsque j’aurais pu le faire, mon poste m’en avait mentalement empêché. Ce qui me perturba le plus dans la réaction de ma petite-amie, qui me fit ouvrir les yeux sitôt qu’elle se fut exclamée, ce fut de voir ce regard d’horreur dans ses yeux, son air décomposé à elle. Combien aurais-je donné pour être capable de me soigner moi-même, être capable de me mettre du fond de teint pour effacer ces blessures de sa vue jusqu’à ce qu’elles disparaissent pour de bon ? Combien aurais-je donné pour ne pas l’inquiéter ? Maintenant que je la voyais, n’importe quoi. Me sentant coupable, je ne sus pas trop comment lui répondre. Pouvais-je vraiment lui dire ce qui s’était passé comme ça, d’un seul coup ? N’y parvenant juste pas, en grande partie parce que j’avais encore la tête qui tournait, j’optai pour une réaction relativement débile dans le cas présent, mais qui, sommes toutes, me ressemblait; je tentai de lui dire:  « Je trouvais que mon visage manquait de couleur… Oh, et ma chemise est foutue. » mais encore là, je savais que je n’étais même pas crédible et que pire encore, je n’étais même pas drôle. Me résignant, je ne tentai même pas de sourire ou quoi que ce soit. De toute façon, cela m’aurait été impossible, puisque peu après, Joyce s’approcha de moi, déposant ses doigts sur ma joue. Normalement, j’aurais grandement apprécié ce contact, mais là, il m’arracha un grognement d’inconfort de même qu’une grimace qui ne vint pas m’aider. Le seul effet que ma réaction eut, ce fut de faire en sorte que Joyce en vint à s’éloigner, histoire d’aller chercher de quoi me soigner, si je me fiais à ses dires. De mon côté, n’étant pas vraiment capable de le faire, je ne bougeai pas, la laissant revenir quelques instants plus tard. Ce fut à partir de ce moment que j’assistai à tout ce qu’elle vint à faire pour me soigner, ce que je n’avais clairement pas su faire pour moi-même pour le coup, alors que je devrais être le premier à le savoir, au vu de comment j’étais capable de me faire ce genre de blessures au quotidien depuis que j’étais gamin. Enfin, je ne me faisais pas frapper dans la rue à tous les jours - heureusement d’ailleurs - mais il était un peu lamentable de voir comment je n’étais pas capable de m’occuper de ma personne. Mais plutôt que de rechigner par rapport à cela, ce qui ne serait certainement pas venu détendre l’atmosphère, je me contentai de simplement me radoucir, puis dire tendrement à ma jolie blonde:  « Tu sais bien t’occuper de moi en tout cas… » Sur ces mots, je lui souris doucement, aussi bien que je le pouvais, même si je vis encore et toujours cet air inquiet sur son visage, cet air inquiet qui me rendait inquiet aussi, parce que je savais que je la rendais nerveuse et je ne le voulais pas. Voilà pourquoi, à défaut de pouvoir prendre sa main, je décidai de glisser mes doigts sur son bras pour les passer en une fine caresse, puis je lui dis:  « Hey… Ne t’en fais pas, je vais bien… Il se peut que tu me trouves moins beau pendant quelques jours, mais je vais bien. » Ou bien me trouverait-elle plus beau, si ça venait à me donner un air de dur ? Je ne savais pas trop, mais quelque chose me disait que ce n’était pas le cas, alors je préférai ne pas m’aventurer dans cette voie, ou n’importe quelle autre, me contentant de la laisser opérer sa magie en faisant mon possible pour ne pas trop grimacer ou quoi que ce soit du genre, même si le désinfectant, ce n’était pas la chose la plus agréable qui soit pour la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Maddison PiracciGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 1124
Crédits : Odyssea (avatar et gifs), endlesslove (signature).
Avatar : Amélia Zadro.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (1/3 - Disponible)

Daryl
Âge : 25 ans (8 Février).

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Sam 26 Aoû - 19:27

Lorsque Tommy en vient à s'affaler dans le canapé, la blonde tourna immédiatement la tête vers lui. En temps normal, elle en aurait sans doute profité pour réclamer un câlin et se détendre dans les bras de son petit ami, mais dans l'état actuel des choses, il en était hors de question. En voyant son visage tuméfié, elle prit peur. Non pas qu'il faisait peur, quoique, il n'était pas non plus très agréable à regarder avec ces traces de sang et les hématomes qui allaient naître. Mais c'était le dernier des soucis de la suédoise, elle cherchait simplement à savoir comment tout cela était arrivé. Est-ce qu'il lui dirait la vérité ? Elle n'en savait rien, mais pour le moment elle se sentait le coeur serré et lourd de le voir ainsi. Il était mal et elle s'en voulait.

" - Tommy ce n'est pas vraiment le moment de plaisanter. Et on s'en fou de ta chemise, ça se rachète et puis, t'en a plein dans le dressing.."

Oui pour le coup, elle avait sans doute été plus froide qu'elle ne l'aurait voulu au premier abord, mais l'humour habituel de son petit ami était particulièrement mal placé. En tout cas, pour le moment, elle n'avait aucune envie de rire sur la situation, même si elle appréciait ce côté insouciant qu'avait Tommy, mais elle n'avait pas le coeur à rire, d'autant plus qu'elle ignorait s'il était encore en danger ou non.

Finalement, la blonde prit la décision d'aller chercher le nécessaire pour pouvoir le soigner, elle ne pouvait pas le laisser ainsi. Peut-être qu'à l'issue de tout ça, il sera plus à l'aise pour pouvoir se confier et lui dire ce qui lui était arrivé. De nouveau auprès de lui, elle se mit à genoux pour s'occuper par un premier temps de son bras. Un coup de désinfectant arracha une grimace de douleur à son petit ami. Joyce était à deux doigts de tout arrêter et de fondre en larmes. C'était la première fois qu'elle le voyait ainsi, elle se sentait pourtant si impuissante face à lui.

" - Tommy je t'en supplie, dit moi ce qui s'est passé.." fit-elle avec une voix à deux doigts de se briser.

Le médecin avait dit à Joyce qui lui fallait le moins possible de stress et d'émotions trop fortes, pour le coup, les deux étaient présents. Elle continua tout de même de le soigner comme elle le pouvait, elle n'était pas infirmière et donc, elle ignorait si les blessures qu'elle avait sous les yeux étaient sérieuses ou non. Si tel était le cas, elle ne pourrait pas le laisser ainsi, elle devra le forcer à aller aux urgences.

" - Je me fiche pas mal de tes blessures, je t'aime pas pour ça et tu le sais.."

Lorsqu'elle eut terminé de le soigner en mettant le dernier pansement, avant de se relever et disparaître de nouveau dans la salle de bain afin de remettre la trousse en place. Mais plutôt que de revenir immédiatement, elle resta dans la pièce quelques minutes, se laissant aller. Est-ce qu'il lui faisait vraiment confiance ? Si oui, pourquoi ne lui parlait pas de ce qui s'était passé pour qu'il se retrouve dans un tel état. En attendant, elle essayait d'envisager toutes les possibilités, même celle qui lui paraissait impossible et qui confirmerai qu'elle ne connaissait pas si bien que ça l'homme qui partageait sa vie. Et s'il était un dealer ou autre ? Non c'était impossible. Elle secoua la tête refusant d'y croire. Puis une fois qu'elle se sentit plus ou moins prête, elle regagna le salon, les yeux rougis et gonflés.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
A. Daryl ReevesGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 1150
Crédits : rogers (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Chris Hemsworth
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour un Rp, viens faire ta demande !

#EnCours Athena ; Kacey ; Maddison ; Toi ?
Âge : Trente-cinq ans (30.10.1982)

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Dim 27 Aoû - 2:26

Joyce & Tommy
I would catch a grenade for you



Je savais à la base que ma plaisanterie ne serait certainement pas la plus appropriée dans le cas présent, et mon intention première n’avait pas été de faire des blagues, mais tenter de détendre l’atmosphère tant bien que mal et surtout, me faire gagner du temps, pendant que je cherchais comment je pourrais lui dire et surtout, si je lui disais tout en détails. Cependant, je ne m’attendais pas à ce que ma petite-amie le prenne si mal, en devienne froide, me réponde d’une façon distante, me faisant perdre tout enthousiasme pendant un moment et me rendant même inconfortable. Ce fut à un tel point qu’une fois les railleries passées, je ne parvins pas à dire quoi que ce soit, laissant Joyce s’occuper de ma personne, n’osant même plus ouvrir la bouche au moment où elle en vint à me demander de nouveau, suppliante, ce qui avait pu se passer. C’est là que je compris que je ne pourrais clairement pas m’en sortir sans lui expliquer. Non pas juste en raison de mon apparence actuelle, mais parce qu’en la voyant aussi désemparée et triste, je savais que je ne parviendrais pas à ne pas lui dire. Peut-être que c’était une preuve que j’étais faible, mais comment pourrais-je lui cacher quoi que ce soit ? De plus, nous avions déjà connu un incident selon lequel Joyce m’avait caché le fait qu’elle avait revu son ex-amant, et je l’avais terriblement mal pris, alors je ne me voyais pas lui faire subir la même chose. Et pourtant, malgré toute cette volonté à me plier à sa demande, je ne parvins pas à lui dire autre chose que:  « Rien qui pourra nous faire du mal… » En fait, limite, en y repensant, c’était limite un mal pour un bien, mais ça, je ne parvins pas à lui dire, et je savais que je ne pourrais pas lui dire. Nerveux, à court de mots, je n’arrivai pas au bout de mon propos, déviant encore celui-ci, en venant à la frustrer encore plus, si bien que lorsqu’elle quitta le salon pour aller certainement ranger tout ce qu’elle avait utilisé pour me soigner, elle mit de longues secondes à revenir, des secondes pendant lesquelles j’en viens à m’inquiéter, mais aussi à me remettre en question, sur ma façon de me comporter, sachant que je ne l’aidais pas dans tout cela. Mais est-ce que cela l’aiderait vraiment de savoir que c’était son harceleur qui s’en était pris à ma personne ? Voilà ce que je craignais le plus. Mais comprenant que je ne serais pas confortable tant que je ne le saurais pas, tant que je ne lui dirais pas donc, je me résignai. Enfin, je fus encore hésitant quand je la vis revenir, mais lorsque je vis ses yeux gonflés, signe qu’elle avait pleuré dans la salle de bains, je cédai. Me redressant sur le canapé, maintenant que le malaise était passé, je lui fis signe de me rejoindre avec un petit:  « Viens ici… » J’allongeai mon bras valide comme pour lui montrer que j’étais prêt à la prendre dans mes bras pour la rassurer, et lorsque je me sentis finalement prêt, j’inspirai profondément, puis je lui dis:  « Quand je suis sorti de l’immeuble après le boulot, un homme s’est approché et il m’a flanqué un coup… Je n’ai pas compris au début, puis il a recommencé, mais je ne me suis pas défendu… Et c’est là que la police a débarqué… » Quand on y repensait après tout, je n’avais pas grand-chose à me reprocher pour le coup, puisque je n’avais pas répliqué. Et certainement que je n’allais pas regretter de maintenir ma plainte contre lui, surtout si ça pouvait ne plus me mettre en danger, et encore moins mettre Joyce et notre enfant en danger. Si jamais c’était à elle que c’était arrivé, jamais je n’aurais su me le pardonner. Je m’en étais rendu compte suite à l’incident, plus concrètement que jamais. Mais encore là, ça, je n’osai pas le dire tout de suite, profitant du fait que lui avouer m’avait quelque peu calmé - même si je ne lui avais toujours pas dit de qui il s’agissait - pour ajouter:  « Je suis désolé, je ne voulais pas te faire peur… Mais c’est fini maintenant, je te le promets… » Et dans l’espoir de la calmer un peu, je caressai doucement son dos, l’embrassant sur le front tendrement, même si ce ne fut pas la chose la plus confortable pour moi à faire au vu de ma lèvre fendue. Mais puisque ça valait le coup, je n’en fis rien, espérant juste être parvenu à tenir un discours un peu plus convenable.
Revenir en haut Aller en bas
Maddison PiracciGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 1124
Crédits : Odyssea (avatar et gifs), endlesslove (signature).
Avatar : Amélia Zadro.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (1/3 - Disponible)

Daryl
Âge : 25 ans (8 Février).

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Dim 27 Aoû - 3:46

Joyce était bouleversée par tout ce qui venait de se passer. Elle avait quitté son petit ami au bureau, tout allait pour le mieux, il avait simplement une réunion et à l'issue de celle-ci une petite course à faire. En somme, rien qui ne devait lui prendre beaucoup de temps. Mais rien ne s'était passé comme prévu, et c'était en l'occurrence à cause de cette fameuse course qu'il lui était arrivé ça, et mar conséquent à cause de Joyce. Comprenez, elle l'attendait sagement à la maison, pensant pouvoir partager une soirée en amoureux devant un film quelconque ou bien, un repas qu'elle pourrait lui préparer, au lieu de ça, elle retrouve son compagnon groggy et le visage abîmé ainsi que son bras. Elle se sentait impuissante devant cette situation.

D'autant plus que jusqu'à maintenant, elle n'avait aucun détail de ce qui s'était passé, peut-être que Tommy cherchait à la protéger, mais dans le cas présent, moins il lui dirait les choses, plus elle se sentirait mal. Mal de ne pas savoir quoi faire pour l'aider, pour le soutenir et lui permettre d'oublier sa douleur. Elle l'avait certes soigné, mais c'était tout de même la moindre des choses qu'elle pouvait faire pour lui, et puis, elle n'allait pas le laisser avec des coulées de sang séché sur le visage tout de même.

Joyce essayait de le soigner du mieux qu'elle pouvait, malgré cela, elle se heurtait à un mur concernant son petit ami. Pourquoi refusait-il tant de lui dire ce qui s'était passé ? Est-ce qur finalement l'une de ses hypothèses était la bonne ? Connaissait-elle vraiment Tommy pour affirmer que c'est un homme bien ? La suédoise était perdue et ne savait que penser. Le silence de son compagnon ne l'aidait pas à avoir les pensées claires.

Finalement, une fois qu'elle fut terminé de le soigner, elle retourna dans la salle de bain, après avoir rangé le nécessaire elle s'assit sur le rebord de la baignoire et se laissa aller. Non seulement elle avait extrêmement peur pour Tommy, qui lui disait qu'il n'était pas encore en danger à l'heure actuelle ? Et s'il sortait, risquait-il de subir le même sort ? Et elle ? Mais la fatigue ainsi qur ses nerfs ne l'aidaient pas à se ressaisir. Ce n'est qu'une fois ses pensées noires mises de côté qu'elle regagna le salon. Tommy avait dû voir l'état dans lequel se trouvait Joyce puisqu'il l'invita à venir auprès de lui, elle vient alors se blottir dans ses bras en prenant soin de ne pas lui faire mal.

Elle écouta ses propos, mais son histoire ne tenait pas debout. Pourquoi un homme irait le frapper à la sortie de l'immeuble gratuitement ? À moins qu'il se soit trompé de cible, elle ne voyait pas d'autres explications.

" - C'était qui cet homme ? Tu as porté plainte au moins ? La police t'a dit quelque chose ?"

Beaucoup de questions, mais aucune réponse ne semblait pouvoir résoudre les incompréhensions de la jeune femme. Elle avait tout de même un doute, non pas vis-à-vis de Tommy en lui même, elle était persuadée qu'il avait fait ce qu'il fallait dans cette situation, mais quelque chose disait à Joyce qu'elle n'avait pas toute la vérité. Est-ce qu'il la lui cachait volontairement ? Si tel était le cas, elle avait le droit de savoir, elle partageait tout de même sa vie. Depuis leur dernière dispute, ils s'étaient promis de ne plus avoir de secrets l'un pour l'autre, Tommy était en train de rompre cette promesse.

" - J'ai l'impression que tu ne me dis pas tout Tommy.. J'ai besoin de savoir, j'ai le droit de savoir ce qui s'est réellement passé.. J'ai peur pour toi, et si cet homme revenait ici, ou bien s'en prenait de nouveau à toi, tu y as pensé à tout ça ?"

Elle s'arrêta au dernier moment, elle avait envie de lui dire qu'elle avait tout simplement peur de le perdre, est-ce que c'était un crime pour autant ? Pas à ce qu'elle sache en tout cas.

" - Dit moi la vérité.. Et puis, si tu as encore mal demain, il faudrait qu'on aille voir un médecin. Je t'ai peut-être soigné mais je ne suis pas infirmière, peut-être que les blessures paraissent plus grave qu'elles en ont l'air, je ne peux pas te laisser comme ça.."

Glissant sa main sur le visage du brun, du côté où il ne semblait pas être abîmé, elle fit quelques caresses avant de prendre sa main pour la caresser et essayer de lui montrer qu'elle resterai auprès de lui.

" - Est-ce que tu as besoin que je t'apporte quelque chose ? Un verre d'eau, à manger ou autre ? Je comptais cuisiner ce soir, mais si tu n'es pas en forme, on peut reporter le dîner à demain ou plus tard.."

Tout ce stress et cet énervement avaient fatigués la blonde, elle n'était pas au mieux de sa forme, entre ses nausées qui la prenait un peu n'importe quand. Sans compter les douleurs qu'elle ressentait parfois dans son ventre, elle n'en avait encore jamais parlé à Tommy pour ne pas l'inquiéter, et puis, ce n'était sans doute pas grave, ça faisait parti de sa grossesse. Mais soudain, la blonde se plia en deux, secouée par une nouvelle vague de douleur. Sa main sur son ventre, le visage déformé par la douleur, elle essaya de se détendre pour que celle-ci passe, mais en vain.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
A. Daryl ReevesGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 1150
Crédits : rogers (avatar) ;; tumblr (gifs)
Avatar : Chris Hemsworth
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour un Rp, viens faire ta demande !

#EnCours Athena ; Kacey ; Maddison ; Toi ?
Âge : Trente-cinq ans (30.10.1982)

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Dim 27 Aoû - 15:43

Joyce & Tommy
I would catch a grenade for you



Je me rendis compte qu’après-coup qu’en fait, mon discours, sans nommer de nom ou quoi que ce soit, n’était pas nécessairement des plus clairs et ressemblait plus à un mensonge pourri plus qu’autre chose. Le plus triste dans tout cela, c’était la vérité vraie; on m’avait frappé et voilà tout. Je n’avais pas perdu mon portable, ni mon portefeuille, rien de tout cela. Mais il manquait un morceau de l’histoire, un morceau essentiel qui ferait en sorte que tout viendrait à faire du sens, sauf qu’encore une fois, je ne sus pas comment le dire. Évinçant alors la question maladroitement, je m’attardai sur ce que Joyce en vint à me demander par la suite, ce à quoi je répondis, sans trop hésiter:  « Ils l’ont embarqué et m’ont demandé de leur laisser mon numéro. La plainte est toujours là et je n’ai pas l’intention de la retirer. » Cela pouvait paraître plus que rancunier aux premiers abords, mais dans le cas d’Eliott, c’était plus que justifié à mon avis, d’autant plus que le policier qui m’avait parlé avait eu une réaction qui en disait long au moment où je lui avais parlé de l’ordonnance restrictive. Après, il ne m’avait pas dit que ça changerait quelque chose, mais c’était suffisant pour me faire comprendre qu’il ne pourrait pas s’en sortir avec une caution ou quelque chose dans le genre et franchement, ça me convenait très bien. Plus que ça, j’étais déterminé à faire en sorte qu’il ne s’approche plus du tout, de Joyce ou de moi, et sachant que je tenais toutes les cartes pour que ce soit ainsi, je ne m’en faisais plus pour cela, contrairement à ma petite-amie, qui, elle en était encore inquiète. Sachant qu’au moins, sur ça, je pouvais la rassurer, je la serrai un peu plus contre moi, puis je lui dis:  « Il n’y a aucune chance qu’il vienne me faire du mal. Et si jamais il y avait ne serait-ce que le moindre risque, je prendrais les mesures nécessaires. Je t’assure, tu n’as pas à t’inquiéter. » Avoir su toutefois, je lui aurais probablement dit qu’elle n’avait pas à s’inquiéter pour mes blessures non plus. Bien sûr, j’avais eu ce bref moment de faiblesse il y avait de cela quelques minutes, mais maintenant, je me sentais reprendre des forces peu à peu. Évidemment, je ne dirais pas non pour manger quelque chose et me reposer un peu, mais ça pouvait attendre également, attendre que je sois finalement en mesure de dire à Joyce tout ce qui s’était passé, que nous puissions faire retomber la poussière et reprendre notre vie normale, d’une certaine façon. De ce fait, je ne pensais pas que j’avais besoin de voir un médecin ou quelque chose dans le genre, et je le savais depuis un moment, même si ce fut que maintenant que je vins à lui dire:  « Ce que tu as fait, c’est parfait, ma chérie. Et puis je ne me suis pas cogné la tête où que ce soit… Ça ira. » Parce qu’en effet, dans mes moments de délire quand j’étais adolescent - voire même parfois encore aujourd’hui, quoique depuis que j’étais avec Joyce, je m’étais quelque peu calmé - j’avais chuté plus fortement que ça et je n’avais jamais vraiment eu de problème, alors je ne voyais pas pourquoi j’en aurais ici et maintenant. Après, je devais admettre que je trouvais plus que mignon que Joyce me materne de la sorte, et continue de le faire, mais je ne voulais pas abuser non plus, d’où le fait où je fus prêt à lui dire que je n’avais pas besoin de quoi que ce soit, sauf sa présence, et que pour le dîner, nous verrions en temps et lieux. Peut-être même pourrais-je l’aider pour lui montrer que tout allait bien de mon côté ? Avant même que je ne puisse me faire une idée sur le sujet, je fus obligé de m’arrêter, puisque soudainement, Joyce en vint à se replier sur elle-même, le visage déformé par la douleur, comme jamais je ne l’avais vue avant. Combiné avec le fait qu’elle avait posé sa main sur son ventre, ce fut suffisant pour m’inquiéter, voire même me faire paniquer, si bien que j’oubliai mon propre épisode et je lui dis:  « Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu as ?! » Est-ce que quelque chose n’allait pas avec le bébé ? Était-ce ma faute, parce que je l’avais inquiétée ? Toutes ces idées en vinrent à tourner dans ma tête, si bien que je ne savais même plus quelle question poser. Les mains tremblantes, je tentai tant bien que mal de prendre mon téléphone dans ma poche, tout en tentant de dire:  « Je vais appeler le médecin… » sans toutefois parvenir à prendre mon appareil pour le moment, alors que pourtant, il me le fallait bien, parce que ça ne me plaisait pas de voir Joyce souffrir ainsi, même si je n’avais aucune idée de ce qui était en train de se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Maddison PiracciGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 1124
Crédits : Odyssea (avatar et gifs), endlesslove (signature).
Avatar : Amélia Zadro.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (1/3 - Disponible)

Daryl
Âge : 25 ans (8 Février).

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   Dim 27 Aoû - 16:23

Joyce avait toujours été du genre à s'inquiéter pour un rien, mais pouvait-on reprocher à quelqu'un qui s'inquiète lorsqu'un proche va mal ? Certainement pas. Et encore moins ce coup-ci puisqu'il s'agissait de son petit ami. De toute manière, même si elle n'avait pas été de nature soucieuse, voir son compagnon rentrer avec de telles blessures pouvait affoler n'importe qui. Bien qu'en soit les blessures ne paraissaient pas très profondes, elle ne pouvait pas faire abstraction des marques sur son visage qui l'avait inquiété dès lors qu'elle avait croisé le regard de Tommy quand il était rentré.

Bien évidemment, toutes sortes de questions lui passait par la tête, des questions qu'elle posa à son compagnon dans l'espoir d'y voir un peu plus clair, de comprendre ce qui s'était réellement passé, parce que désormais elle en était sûre, Tommy lui cachait un élément clé qui l'aiderai à comprendre pourquoi lui, pourquoi au bureau. Avait-il des soucis avec quelqu'un de pas vraiment fréquentable ? Avait-il une autre femme dans sa vie ? Joyce devenait totalement paranoïaque mais il y avait de quoi. Elle n'avait que quelques morceaux du puzzle, pas assez pour le reconstituer entièrement.

Tommy rassura Joyce en lui disant que la police avait fait son travail et que désormais, une plainte était déposé contre cet homme. Avait-il un casier ? Était-il un adepte de ce genre de pratique, à savoir de frapper des personnes au hasard dans la rue ? Joyce devenait folle avec toutes ces questions sans réponse. Mais, le jeune homme poursuivit en lui disant qu'il était en sécurité, qu'ils l'étaient tous les deux et que désormais, ils ne risquaient plus rien. Pouvait-elle réellement lui faire confiance ? Après tout, elle avait ce mauvais pressentiment qu'il lui cachait quelque chose, elle se souvenait de la dernière fois où elle avait osé lui cacher la vérité, ça avait fini en dispute. Et quelle dispute.. Elle n'était pas prête à vivre la même chose.

Malgré les paroles rassurantes de son compagnon, Joyce ne pouvait s'empêcher d'être inquiète tant qu'elle ne saura pas le fin mot de cette histoire, qui lui paraissait plus rocambolesque qu'autre chose. Il finit par lui dire gentiment qu'il n'avait aucunement besoin d'aller voir un médecin pour ses blessures, que ce n'était pas grand chose. Bien sûr, elle agissait comme si c'était un enfant, mais elle ne pouvait s'empêcher de le protéger, elle l'aimait trop pour le laisser dans cet état là. Peut-être qu'elle en faisait trop, mais c'était dans son tempérament.

Elle avait fini par essayer de mettre de côté tout ce qui venait de se passer, elle lui proposa de manger, de préparer le repas pour qu'ils puissent profiter de la soirée et laisser ce mauvais passage derrière eux, mais au lieu de ça, ce fut elle qui se plia en deux, ressentant de fortes douleurs dans le ventre, mais ça lui était déjà arrivé. Essayant de se calmer, la blonde avait le visage déformé par la douleur quand elle entendit son petit ami se mettre à paniquer. Si elle était sadique et dans d'autres conditions, elle aurait pu dire qu'au moins désormais ils étaient à égalité, mais elle avait trop mal pour penser ce genre de choses.

" - Rien.. C'est rien.. Juste une douleur au ventre.."

Dit comme ça, c'est sûr que ça paraissait insignifiant, mais Joyce n'était pas dupe, bien évidemment qu'elle avait pensé que ces douleurs pourraient peut-être provoquer la perte du bébé, et si c'était le cas, comment allait-elle réagir ? Est-ce qu'elle allait s'en remettre ? Est-ce que Tommy lui en voudra de ne pas s'être ménagé ? Elle n'avait aucune envie d'aller aux urgences ou même de voir un médecin, ce n'était pas la première fois qu'elle avait de telles douleurs, mais elle était forcée de reconnaître que le médecin pourrait sans doute l'éclairer sur l'origine de ces douleurs qu'elle ressentait dans le ventre. Elle ne voulait pas le reconnaître parce qu'elle n'était pas du genre à se plaindre, mais le médecin semblait être l'option la plus plausible.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tommy & Joyce - I would catch a grenade for you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» I'd catch a grenade for ya throw my hand on a blade for ya (siggy)
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Topic Catch
» Tommy Walker
» Ulysses Joyce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes :: Les rp's archivés-
Sauter vers: