AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Declan&Lennon + Welcome to your new life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lennon P. DaughertyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 25/12/2016
Pages lues : 127
Crédits : (c) Tearsflight & Tumblr
Avatar : Eddie Redmayne
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux faire ta demande.

#EnCours Declan + Jessie+West

#EnAttente Carter

Âge : Trente-et-un ans (10 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Declan&Lennon + Welcome to your new life   Mer 27 Sep - 1:53

Declan & Lennon
Welcome to your new life


Des nouveaux employés, il y en avait relativement fréquemment à la base, parce que du personnel de plus n’était jamais de trop. J’en étais conscient, mais j’étais rarement, voire jamais celui qui était chargé de leur souhaiter la bienvenue, leur faire visiter les lieux et s’assurer que tout était convenable afin qu’ils puissent commencer à travailler. Personnellement, cela serait une trop grande source de stress et ça, mes supérieurs le savaient. De plus, ils savaient que d’autres étaient mieux placés, davantage charismatiques que moi pour faire ce genre de boulot, et ça me convenait comme ça. Cependant, aujourd’hui, j’avais décidé de faire une exception, une exception qui avait étonné bien des gens en me proposant pour accueillir le nouvel employé, psychologue à la base. Et c’était si exceptionnel que personne n’avait su me dire non. Si ç’avait été le cas, je n’aurais pas fait tout un cas non plus, mais je fus particulièrement satisfait qu’on veuille bien me laisser ce boulot pour une fois. Après, si jamais je faisais un bon boulot, allait-on me demander de le faire de nouveau ? Je ne savais pas trop, mais pour sûr, je n’allais pas insister, parce que là, c’était une énorme exception, exception prévue depuis un bon moment maintenant. En effet, cela ne datait pas d’aujourd’hui que Declan était venu me voir pour me demander si j’étais en mesure de lui trouver un boulot. Suite à cette conversation, j’étais allé parler à mes supérieurs pour leur demander s’il n’y avait pas moyen de proposer sa candidature comme potentiel remplaçant pour le psychologue de la base qui avait choisi de prendre sa retraite plus tôt que prévu. Bien sûr, je n’avais pas eu l’occasion d’exiger que ce soit lui qui soit choisi, ce serait carrément injuste, mais j’avais pu au moins suggérer sa candidature et m’assurer que celle-ci soit prise en considération. Puis, suite à maintes démarches, démarches desquelles je n’avais pas pu me mêler, puisque ce n’était pas à moi de le faire, Declan avait obtenu le boulot. Inutile de mentionner que j’étais plus qu’heureux pour lui, heureux aussi pour ma cousine Carter par la même occasion, d’autant plus que si je ne me trompais pas, ce boulot tombait à pic, au vu de la naissance de leur prochain enfant qui surviendrait sous peu. Après, ce n’était que ma vision des choses, peut-être qu’eux, ils pensaient autrement, alors pour sûr, je n’allais pas aborder la chose. De toute façon, ce n’était pas dans mon descriptif de tâches de la journée. Ce que je me dus de faire, ce fut, une fois que j’eus déposé mes affaires et que je me sentis prêt, de me rendre à l’entrée de la base, là où, semblait-il, on avait dit à Declan de se présenter à l’heure venue. Pendant le trajet que je dus franchir à pied pour m’y rendre, je ne pus nier que je me sentis quelque peu nerveux, mais sachant que mon cousin par alliance me connaissait, connaissait mon comportement et ne serait pas du genre à m’en vouloir si je cafouillais, ce n’était pas la panique non plus. Enfin, ce ne fut pas suffisant pour que je sois totalement terrorisé lorsque je me retrouvai à l’attendre à l’entrée, compte tenu que j’avais un peu d’avance, et plus encore, ce fut même avec une certaine contenance que je patientai de voir Declan arriver.

_________________

Je voulais que tu comprennes ce qu'est le vrai courage, au lieu de t'imaginer que c'est un homme avec un fusil à la main. Le vrai courage, c'est de savoir que tu pars battu, mais d'agir quand même sans s'arrêter. - Guillaume Musso
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Declan GardnerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/09/2016
Pages lues : 454
Crédits : shelhead.|avatar+crackship ◈ tumblr|gifs
Avatar : sebastian stan
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Trent (hammer) Nash (evans) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : open derrick; carter; eric; lennon; carter (II); alec
Âge : 32 ans ◈ 12 novembre 1984
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Declan&Lennon + Welcome to your new life   Ven 6 Oct - 19:09

Declan & Lennon
Welcome to your new life


Lennon avait tenu sa parole. Declan n'en avait pas espéré moins de la part de son cousin par alliance. Une semaine, puis deux s'étaient passées depuis leur dernière rencontre, jusqu'à ce qu'il oublie même l'audace de sa démarche et la promesse qu'on lui avait faite. Puis il avait reçu un coup de fil un matin de la base militaire, alors qu'il aidait son fils à terminer un puzzle. Il n'aurait pas pu plus être pris au dépourvu. Heureusement, il ne s'agissait pas d'un pré-entretien par téléphone, juste une formalité pour convenir d'une date. Il ne se serait pas vu défendre ses atouts, vêtu d'un jogging et assis sur le tapis du salon, la moitié d'une écaille de dinosaure dans la main. Declan n’avait pas espéré grand-chose. L’entretien ne s’était pas mal passé. Rien n’avait suggéré un faux pas ou un désintérêt profond pour sa candidature. Il n’avait même pas eu l’impression d’être un traitement de faveur, une interview que l’on donne pour faire plaisir à un collègue sans intention de voir la chose aboutir. Tout avait été réglo de A à Z, comme s’il avait en effet une chance d’obtenir le job. Declan y avait cru un instant. En remontant dans sa voiture, la douce sensation d’espoir s’était emparée de lui, détendant les muscles de son visage et lui faisant imaginer un futur encore incertain. La distance et le trafic difficile avait eu raison de sa bonne humeur. Un feu rouge trop long et Declan avait commencé à douter de chacune des phrases qu’il avait pu dire. Une priorité refusée et Declan s’imaginait déjà le profil glorieux et imaginaire d’autres candidats. Arrivé chez lui, il n’espérait plus grand-chose. Le pessimisme, la plus efficace de ses armes, et indéniablement sa préférée. Declan s’y réfugiait plus que nécessaire. Comme promis, Declan n’avait rien dit à Carter, préférant attendre le verdict final. Celui-ci ne mis pas longtemps a tomber. Son cœur avait fait un bon en apercevant le numéro sur son téléphone, et c'était le souffle court qu'il avait décroché. La nouvelle avait achevé de le laisser sans voix. Il avait eu le poste. Lui, Declan Gardner, avait été accepté en tant que psychologue au sein d'une base militaire. L'ironie de la chose ne lui échappait pas, mais il était trop surpris et soulagé pour en tenir compte. Declan se souvenait à peine de ce qu'il avait répondu ; des mercis et des confirmations d'échanges administratifs, ainsi que la date et l'heure à laquelle il devait se présenter le jour J. Il s'était assis après avoir raccroché, un sourire aux lèvres et un air abasourdi sur le visage. Enfin un pas dans la bonne direction. Il n'avait qu'une hâte : que Carter rentre pour lui annoncer la bonne nouvelle. Evidemment, Il était en période d’essai pour les trois prochains mois, rien encore de garantie à 100%, mais c’était un début. Declan savait dans quoi il mettait les pieds. Il savait qu’il n’avait pas la mentalité d’un militaire, qu’il s’engouffrait dans un milieu inconnu et dur, mais on lui avait donné le job, non ? C’est qu’il devait en être capable. D’un point de vue professionnel, ce job était extrêmement intéressant. Les traumatismes et angoisses liés à ce corps de métiers étaient nombreux et complexes, et pour la première fois depuis de nombreuses années, Declan ressentait de nouveau la passion qui l’habitait sur les bancs de l’université. Malgré tout, c’est nerveux qu’il gagna la base pour son premier jour. Il n’avait pourtant rien à craindre. On allait lui laisser le temps de s’acclimater, de se familiariser avec les locaux et le staff, mais Declan craignait encore que quelqu’un réalise soudainement qu’ils avaient fait une grosse erreur et que Declan n’était pas du tout adéquat pour le job. Autant dire qu’il fut soulagé en voyant Lennon l’attendre à l’entrée de la base. Peut-être était-il juste là pour l’accueillir avant de retourner à ses occupations, mais le simple fait de voir un visage familier le rassura d’emblée. « Hey Lennon » le salua-t-il avec un sourire et une poignée de main chaleureuse. « Je crois que je t’ai déjà remercié une dizaine de fois, mais merci encore, je ne serais pas là sans toi » dit-il, un rire nerveux aux lèvres. Declan était persuadé que sa candidature n’aurait pas passé le premier tour des éliminations sans le soutien de Lennon. Le piston, il n’y a que ça de vrai. « C’est toi qui me fait la visite ? » demanda-t-il, espérant une réponse positive.  

_________________

I always marvel at the humans’ ability to keep going. They always manage to stagger on even with tears streaming down their faces

♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lennon P. DaughertyGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 25/12/2016
Pages lues : 127
Crédits : (c) Tearsflight & Tumblr
Avatar : Eddie Redmayne
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux faire ta demande.

#EnCours Declan + Jessie+West

#EnAttente Carter

Âge : Trente-et-un ans (10 décembre)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Declan&Lennon + Welcome to your new life   Dim 29 Oct - 22:15

Declan & Lennon
Welcome to your new life


Au vu de l’enthousiasme que me procurait cette idée d’être celui qui allait officiellement accueillir mon cousin par alliance dans mon milieu de travail, être calme, contrairement à mes habitudes, ne fut pas tant difficile dans un premier temps. Je savais que j’avais fait exprès d’arriver d’avance, histoire de ne pas le laisser poireauter si jamais il choisissait d’en faire de même. Mais plus les minutes passaient, plus je me surprenais à regarder l’horloge, plus je commençais à angoisser. Je n’angoissais pas pour Declan, pensant qu’il avait changé d’idée, serait en retard ou un truc du genre. J’angoissais surtout pour moi, me remettant en question lentement, mais sûrement. Est-ce que j’étais au bon endroit ? Est-ce que j’étais à la bonne heure ? M’étais-je trompé de jour, de semaine, de mois ? Y avait-il eu un quelconque malentendu ? Ça semblait idiot, mais me concernant, c’était le genre de détails susceptible de me faire angoisser. Et là, ça me fit angoisser pendant quelques secondes, mais heureusement, le tout se résorba quand je vis le jeune homme passer la porte. Détendu d’un seul coup - ce qui n’était pas une sensation qui me plaisait en temps normal, au vu du bouleversement émotif que ça provoquait - je fis comme si rien ne s’était passé dans ma tête, puis je servis à mon cousin par alliance un sourire chaleureux comme rarement je le faisais, non pas que je ne voulais pas, mais parce qu’en temps normal, ça ne me venait pas aussi naturellement qu’à cet instant précis. Mais il fallait avouer que là, je n’avais aucune raison d’éprouver du stress ou de la retenue; non seulement, j’étais content que tout ait marché pour Declan, qu’il ait trouvé un boulot dans son domaine et qui, je l’espérais, allait lui plaire, mais de plus, il faisait partie d’une des personnes avec qui j’étais le plus à l’aise. Je ne savais pas expliquer pourquoi ni comment, mais je n’avais pas honte d’être moi-même en sa compagnie. Était-ce parce qu’il m’acceptait ? Comprenait ce que je vivais au vu de sa formation ? Je ne savais pas trop, mais ça me faisait sentir bien, ça me faisait sentir plus normal qu’avec quiconque probablement. Pour cette raison, ce fut sans trop de mal que je lui rendis sa poignée de main avec une aisance similaire à celle que j’avais eue quand il avait franchi la porte, même si ce confort fut chassé d’un revers de la main quand il vint à me remercier encore une fois de lui avoir trouvé ce boulot. Retrouvant mon attitude gênée qui me caractérisait si bien, je lui répondis:  « Oh… Ce n’est… Ce n’est pas grand… grand-chose tu sais… » Je ne disais pas cela pour m’attirer des compliments ou jouer les humbles, je le pensais vraiment. Tout ce que j’avais fait en gros, c’était lui présenter un poste qui pourrait être dans ses cordes, mentionner à mes supérieurs que je connaissais quelqu’un. Le reste, je n’avais rien fait d’autre, parce que je n’avais pas voulu me mêler du processus et en subir des conséquences quelconques. Mais surtout, dans ma tête, ce que j’avais fait, c’était surtout aider ma cousine et son mari, pour que ça aille pour le mieux entre eux. N’était-ce pas ce que n’importe quel membre de la famille devrait faire ? Bon, ma propre famille n’était pas tant un exemple de ça, mais ça ne changeait pas mon avis sur la question, pas envers des gens à qui je tenais et qui avaient su me faire sentir, en quelques mois, plus intégré que mes parents en plus de trente ans d’existence. Et en fait, c’était plutôt moi qui étais en train d’exprimer ma reconnaissance envers Declan pour ça, en me portant volontaire pour lui faire la visite et tout ce qui vient avec, comme je pus lui confirmer en hochant positivement la tête à sa question, puis en ajoutant, sans trop réfléchir cette fois-ci:  « Normalement ce n’est pas à moi qu’on demande de le faire… » Et je le comprenais parfaitement, et je ne voulais pas le faire non plus, sauf aujourd’hui, parce que:  « Mais pour toi, je me suis dit que je ferais une exception. » Surtout qu’en fait, si on ne me laissait pas faire, ce n’était pas parce que je ne connaissais pas la base, le boulot et tout ce qui venait avec, mais surtout parce que j’avais bien du mal à interagir avec les autres. Mais avec quelqu’un que je connaissais, ça pouvait que bien aller, je l’espérais en tout cas. Après, ça ne voulait pas dire que je savais pile comment on faisait, donc ce fut un peu plus hésitant que je vins à lui demander, ou plutôt, lui suggérer:  « Tu… Tu veux aller déposer tes affaires quelque part ? Il y a un vestiaire pour les employés, sinon, je peux toujours t’emmener à ton bureau… » Je ne savais pas tant si c’était une bonne idée de lui montrer son bureau dans un premier temps, mais en même temps, je n’étais pas sûr qu’un vestiaire lui soit aussi utile qu’à d’autres gens comme moi, qui n’avait pas de bureau ou de local assigné, sauf pour les pauses, mais ça, c’était pas mal pour tout le monde, Declan y compris.

_________________

Je voulais que tu comprennes ce qu'est le vrai courage, au lieu de t'imaginer que c'est un homme avec un fusil à la main. Le vrai courage, c'est de savoir que tu pars battu, mais d'agir quand même sans s'arrêter. - Guillaume Musso
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Declan&Lennon + Welcome to your new life   

Revenir en haut Aller en bas
 
Declan&Lennon + Welcome to your new life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: ailleurs-
Sauter vers: