AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 916
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Ven 10 Nov - 11:53

En vérité, Joyce n'était pas compliquée et la chambre, enfin plutôt la suite lui convenait parfaitement. Elle avait du mal à se dire qu'il y a quelques mois voire années plus tôt, elle ne touchait quasiment pas un rond et vivait avec la peur de ne pas finir le mois. Aujourd'hui, elle vivait dans le luxe permanent, bien qu'elle ne s'y sente pas vraiment chez elle.

Joyce ne voulait pas trop tarder, elle savait que pour jouer les touristes, il y avait des horaires à respecter. Si elle voulait faire tout ce qu'ils avaient prévu, elle avait intérêt à se dépêcher un peu et ne pas trop traîner dans la chambre. La suédoise ne se sentait pas exténué, mais malgré le court voyage, elle ressentait tout de même un peu de fatigue, mais pas assez pour venir gâcher ce moment qu'elle avait prévu avec son compagnon.

Après ce petit moment câlin dont la blonde avait besoin, elle se détacha de lui afin de ne pas trop traîner. Elle sourit aux propos de son compagnon.

" - Je crois que je le sais, mais j'aime toujours t'entendre me le dire.." fot-elle avec un petit sourire.

Et c'était la vérité, elle le savait que Tommy l'aimait mais l'entendre le lui dire était toujours différent, et c'est probablement quelque chose dont elle ne se lassera jamais.

Sur ces belles paroles, ils quittèrent l'hôtel pour se retrouver dans la rue, Tommy lui indiqua que c'était à quelques pas d'ici, inutile donc de prendre un taxi. Déjà parce que Joyce n'était pas en sucre malgré la fatigue qui l'envahissait mais surtout, elle ne se voyait pas jouer les fainéantes et payer un taxi pour quelques rues seulement. Encore moins avec l'argent de son petit ami. Et oui, elle restait bornée sur le sujet de l'argent, elle refusait d'en dépenser des tonnes même s'il avait largement de quoi acheter tout ce qu'il souhaitait.

" - On y va à pied alors."

Et puis, elle qui aimait la nature, marcher ne lui ferait pas de mal. Si vraiment elle se sentait trop fatiguée au point de ne plus pouvoir marcher, dans ces cas-là, elle en ferait part à Tommy et seulement à ce moment là ils aviseront sur la solution à prendre, mais pour le moment, elle se sentait suffisamment en forme pour pouvoir se déplacer à pieds en présence de son petit ami. D'ailleurs, elle vient se blottir tout contre lui, comme si elle craignait qu'il la laisse seule parmi toute cette foule, elle se perdrait à coup sûr, et serait bien incapable de retrouver l'hôtel.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 729
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment mais tu peux toujours réserver ta place.

#EnCours Alec + Amaya + Aurora + Joyce + Kayla + Solora
#EnAttente

Âge : Trente-deux ans. 27.04.1985
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Ven 10 Nov - 22:14

Joyce & Tommy
La vérité est parfois dure à entendre


Comme si je voulais être sûr et certain que ma petite-amie n’avait pas pris la décision de marcher jusqu’à Central Park que pour me faire plaisir, ou bien pour éviter de prendre un taxi, ce qui représenterait sommes toutes un caprice, je la regardai, pour finalement me rendre compte, au vu de son teint, de son allure générale, que probablement elle acceptait de s’y rendre à pied parce qu’elle se sentait suffisamment bien pour le faire. Après, il n’en demeurait pas moins que je n’étais pas le plus perspicaces des hommes, alors peut-être je me trompais, mais quelque chose me disait qu’en cas contraire, surtout après ce qui était arrivé quelques semaines plus tôt, Joyce me préviendrait, et nous agirions en conséquence. Je l’espérais en tout cas, puisque je n’allais pas nier que lorsqu’elle avait eu ces contractions, j’avais été mort de peur, si bien que ça s’était répercuté - pas toujours de la bonne façon - sur comment j’agissais avec elle de temps à autre. Bien sûr, je comptais faire des efforts, à commencer par maintenant, lorsque je me contentai de simplement acquiescer avec un petit sourire, continuant alors à marcher vers notre destination, ma main toujours dans la sienne. Comparativement à l’habitude, il n’y avait pas tant de gens qui se promenaient sur la même rue que nous, d’où le fait que dans un premier temps, je crus que lui tenir la main serait suffisant, mais bien rapidement, ma jolie blonde me fit comprendre que ce n’était pas le cas quand elle vint se blottir contre moi, comme si elle craignais que je la lâche à tout moment. Allais-je répliquer de quelconque façon ? Certainement pas. Je connaissais son besoin de protection, et en l’accueillant dans ma vie, j’acceptais pleinement ce rôle. Et puis, je devais avouer que d’une certaine façon, ça ne me déplaisait pas, dans le sens où j’aimais bien me sentir utile pour quelque chose. Finalement, comment pourrais-je râler à l’avoir comme ça, contre moi, sans que ce soit nuisible à notre marche ? Je n’avais aucune raison de m’en plaindre. Plus encore, afin de rendre le tout plus confortable pour elle comme pour moi, je me permis de lâcher sa main, histoire de passer mon bras autour de ses épaules, comme pour lui signifier que je voulais bien qu’elle reste ainsi. Ce fut de cette façon que nous continuâmes notre progression dans les rues de New York, me permettant, de ma main libre, de lui montrer certains bâtiments, sans toutefois être très loquace à leur sujet, parce que même si je les reconnaissais, faire des recherches sur leur historique, même pour des faits cocasses, ce n’était pas tant fait pour moi. Puis, tel que promis, au bout d’une dizaine de minutes de marche environ, nous arrivâmes dans un grand espace vert, à perte de vue de là où nous étions. C’est là que je me permis de signifier à ma petite-amie:  « Nous y sommes. » Je ralentis quelque peu le pas pour lui laisser le temps de considérer les lieux, où il y avait tant à faire, d’une certaine façon; un petit pont pour avoir une meilleure vue, des bancs pour s’installer tranquillement, un vendeur de nourriture ambulant et plus loin, le zoo dont je lui avais parlé. Tout naturellement, je continuai à marcher en direction de cette dernière destination, puisqu’elle m’avait fait part de son envie de s’y rendre, mais je ne forçai rien non plus, lui laissant l’occasion de choisir ce qu’elle, elle voulait faire d’abord et avant tout.

_________________

You're an angel, tell me you're never leaving 'Cause you're the first thing I know I can believe in
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 916
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Sam 11 Nov - 14:31

Joyce aurait été capable de dire à Tommy d'y aller à pied simplement pour éviter de payer le taxi. Certes cette dépense était sans doute aussi minime que beaucoup d'autres, mais aux yeux de la blonde, elle avait son importance. Elle qui avait toujours tout calculé afin de gagner quelques sous à la fin du mois pour nourrir son fils, chaque pièce comptait. Et puis malgré tout, elle ne s'était toujours pas habitué à ce que Tommy puisse tout lui offrir, elle se sentirait sans doute, toujours mal à l'aise à l'idée qu'avec cet argent il pourrait acheter ce qu'elle désirait, comme ferait un enfant capricieux à Noël.

Finalement son petit ami semblait plutôt serein de la voir en forme, elle était fatiguée certes, mais pas assez pour emprunter un taxi et faire quelques mètres avec, elle pouvait encore marcher, et fort heureusement ! Au bout du compte, la jolie suédoise finit par se rapprocher de son compagnon, lui lâcha la main pour venir se blottir contre lui. Ce n'était plus un secret pour Tommy, il savait que Joyce avait non seulement, besoin d'être rassurée mais également d'être choyée. Elle était en constant besoin d'affection, mais ça ne semblait pas tant lui déplaire puisqu'il passa sa main sur les épaules de la blonde afin de la garder auprès de lui.

Il leur suffit d'une dizaine voire une quinzaine de minutes avant qu'ils ne se retrouvent devant cette énorme étendue verte. Elle s'étendait à perte de vue. Que ce soit à Washington ou bien chez elle, elle n'avait jamais vu quelque chose d'aussi immense. Alors forcément, sa réaction lorsque Tommy lui annonça qu'ils étaient arrivés, fut d'être bouche bée. Joyce était une parfaite touriste dans les rues de New-York. Malgré l'énorme étendue, le jeune homme continua d'avancer pour aller là où la future maman avait fait part de son envie de se rendre. À savoir : au zoo.

Ses yeux avaient tellement de choses à observer à la fois qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Est-ce que Tommy serait partant un de ces jours pour qu'ils fassent un pique-nique dans ce même parc ? Il faudra qu'elle pense à le lui demander, ça pourrait être sympa et renforcer leur complicité encore plus qu'elle ne l'ai déjà.

Après quelques pas, les deux amoureux arrivaient devant le zoo en question. Joyce était dans certaines situations encore une enfant, elle n'avait que rarement eu la chance de pouvoir se rendre dans de tels lieux pour voir les animaux exposés. Il lui aura fallu des années et arriver quasiment à trente ans pour finalement se rendre dans un zoo. Mais qu'importe, au moins, elle l'aura fait. Une chose à cocher sur sa liste des choses à faire avant ses trente ans.

Quelques personnes étaient déjà présentes devant eux dans la queue pour entrer dans le fameux zoo. Vu l'étendue du parc, Joyce se demandait si le zoo était aussi gigantesque que ce dernier, et si c'est le cas, ils allaient sans doute avoir des tonnes et des tonnes de choses à faire. Il ne fallait pas traîner.

" - C'est quoi tes animaux préférés ?" demanda-t-elle à son petit ami en attendant que leur tour n'arrive.

Elle ignorait quel type d'animaux pouvaient être dans un zoo, peut-être des singes ou même des félins ? Elle n'avait aucun souvenir d'avoir déjà vu de tels énergumènes. Mais s'il y avait des félins, pour sur qu'elle allait y passer plusieurs minutes à le observer. Elle adorait ces animaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 729
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment mais tu peux toujours réserver ta place.

#EnCours Alec + Amaya + Aurora + Joyce + Kayla + Solora
#EnAttente

Âge : Trente-deux ans. 27.04.1985
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Dim 12 Nov - 2:05

Joyce & Tommy
La vérité est parfois dure à entendre


Même si je continuai de marcher dans le parc comme si nous n’y étions pas encore, tout ça pour se rendre au zoo qui s’y trouvait, je ne pus m’empêcher de considérer ma petite-amie du coin de l’oeil une fois que nous fûmes dans l’étendue verte, par curiosité, histoire de voir comment elle allait réagir à la vue de ce parc qui était immense, si exceptionnel dans une ville remplie de gratte-ciels qu’il en était devenu mythique, présent dans les films, connu de bien des gens à travers le monde. Ce fut avec amusement que je constatai qu’elle semblait surprise par son ampleur, émerveillée limite de voir une telle étendue de verdure si sereine en plein coeur d’une ville qui ne dormait jamais. Mon amusement fut tel que je me permis même de sourire doucement, sans toutefois passer quelconque commentaire, marchant simplement en direction du zoo qui était à quelques mètres, si je me souvenais bien. Aux premiers abords, on ne le voyait pas, mais il était bel et bien là, il était impossible qu’il ait disparu en quelques mois, d’autant plus qu’il était encore dans les brochures touristiques. Comme de fait, il nous fallut que quelques minutes de marche pour se rendre à une des entrées du dit zoo, entrée à laquelle certaines gens attendaient déjà pour y entrer, ce qui n’était pas étonnant. Dans les attractions touristiques, il y avait toujours des gens et encore là, nous avions de la chance, il n’y en avait pas tant. Il nous faudrait une dizaine de minutes tout au plus pour y entrer et ainsi, commencer à profiter de la présence des animaux et de ce que les lieux avaient à proposer. Pendant ce temps, Joyce eut pleinement l’occasion de m’adresser la parole, en venant à me poser une question qui me fit froncer les sourcils, non pas pour son caractère étrange, mais parce que je devais avouer qu’il y avait bien longtemps qu’elle ne m’avait pas été demandée et que du coup, je ne savais pas tant quoi répondre. Mais ne me voyant pas la laisser sans réponse, je m’accordai juste un temps pour réfléchir à ce que j’allais lui dire, et quand j’eus la réponse, je lui dis:  « J’ai toujours trouvé les singes très amusants… » En même temps, ce n’était pas surprenant venant de moi, bien capable de m’extasier devant toute grimace et geste de ces créatures semblables à des humains un peu trop poilus. Mais après, ce n’était que mon avis, et cela ne voulait surtout pas dire que je n’aimais pas d’autres animaux. En fait, je ne pensais pas en détester un, même si bon, évidemment, il y en avait certains que je n’aurais pas comme animal de compagnie à la maison.  « Et toi ? » fut ce que je dis par la suite, curieux de savoir ce que Joyce allait me répondre, compte tenu que je ne lui avais posé la question. Décidément, nous avions encore des choses à apprendre l’un de l’autre, mais je ne pensais pas que ce soit une mauvaise chose, bien au contraire. Tout savoir, ne plus avoir de surprise, c’était ennuyant, mais là, j’en découvrais encore chaque jour sur ma petite-amie, et c’était ainsi que ça me plaisait. Au bout des quelques minutes que j’avais estimées nécessaires pour pouvoir passer la porte, je payai l’entrée pour nous deux, sans poser de question, et nous fûmes finalement admis dans le zoo, commençant à en faire un tour selon l’ordre normal. Certains enfants s’approchaient des enclos de plus près, payant de la nourriture pour pouvoir en donner aux animaux qui étaient présents. En tant qu’adulte, je me serais peut-être tenu à l’écart de cela, mais parce que je n’étais pas tout à fait adulte dans ma tête, sitôt que je vis une distributrice à nourriture, je pris un air plus enfantin, et je demandai à ma jolie blonde:  « Tu veux essayer de les nourrir ? » Après, si elle ne voulait pas, je n’allais pas lui en vouloir, mais je jugeais plus poli, plus simple, de l’inclure dans mon idée plutôt que de la garder à l’écart et prendre le risque de la décevoir.

_________________

You're an angel, tell me you're never leaving 'Cause you're the first thing I know I can believe in
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 916
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Dim 12 Nov - 14:00

Bien que Joyce soit habituée aux grandes étendues de neige à perte de vue, ici, l'étendue verte était plus surprenante qu'elle le pensait. Bien sûr elle en avait déjà entendu parler, mais elle ne se doutait pas que ça pourrait être aussi gigantesque. N'y avait-il pas de grandes chances pour se perdre dans ce parc si on ne suivait pas les chemins sablonneux ?

Le tout était que la blonde ne savait plus où donner de la tête, elle retombait même un peu en enfance, les yeux pétillants par rapport à ce qui s'offrait à elle. Comment pouvait-elle être plus heureuse ? Tommy était auprès d'elle, dans sa ville natale, prêt à lui faire découvrir des lieux qu'elle n'avait jamais imaginé que dans ses rêves les plus fous, et il avait même déplacé son rendez-vous afin qu'ils puissent profiter de cette journée, ou plutôt de l'après-midi ensemble.

Arrivés devant le zoo, la jeune femme ne cessait d'agir comme une enfant, ses yeux se posant sur tout ce qu'il y avait aux alentours, comme si elle doutait toujours d'être à New-York. Pendant les quelques minutes d'attente, la jolie blonde décida de questionner son petit ami concernant sa préférence sur les animaux présents dans le zoo. Ce qu'elle aimait dans leur relation, c'est que malgré les mois depuis lesquels ils se fréquentaient ils ne cessaient d'en apprendre sur l'autre chaque jour qui passe. Se découvrir au fil du temps à un impact important pour la suédoise qui prend un réel plaisir à partager toutes ces nouvelles choses auprès de l'homme qu'elle aime.

La réponse de Tommy la fit sourire. Ce n'était pas si étonnant que ça finalement, les singes avaient pour habitude de faire toute sorte de grimace, de ne pas toujours agir comme des adultes, le jeune homme en était un peu la copie, sans lui manquer de respect bien effectivement. D'autant plus, qu'elle avait toujours eu peur des singes, les petits gabarits qui sont malins et savent comment s'y prendre pour voler de la nourriture ou même autre chose aux visiteurs. Elle fit quelques pas afin de se rapprocher doucement mais sûrement de la caisse afin qu'ils puissent entrer définitivement dans le zoo, mais elle fut interrompu par la question de son petit ami qui lui demandait en retour quels étaient les siens.

" - J'ai toujours eu une fascination pour les félins : les lions, les tigres.. Ça m'a toujours émerveillée.." fit-elle espérant que sa réponse ne déplaise pas à son compagnon.

Après tout, malgré leur relation de couple, rien ne leur interdisait de ne pas être d'accord sur un sujet, ou même de ne pas aimer les mêmes choses. C'est justement là que ça fait toute leur force, c'est de réussir à faire plaisir à chacun d'entre eux sans laisser l'autre de côté.

Finalement, après avoir passé la caisse, ils entraient directement dans le zoo suivant le plan qu'on leur avait fourni afin de faire les stands dans un ordre précis. Il est évident que rien ne les empêche de le faire d'une autre manière, mais c'est toujours mieux de suivre le plan pour ne pas s'y perdre.

Dans un premier temps, ce sont les oiseaux qui sont mis en avant. Perroquets, vautours et tout autre bestiole pouvant voler, mais rapidement l'esprit de son compagnon semblait ailleurs, un coup d'oeil vers les enfants réunis autour de la marchande ambulante de nourriture pour animaux suffit à lui faire comprendre. Parfois Joyce se demandait si Tommy pourrait être mature à quelques occasions, mais c'est aussi ce côté enfantin et insouciant qu'elle aimait de lui. Tout comme son côté de n'accorder aucune importance aux regards extérieurs, elle aimerait tant avoir la même capacité mais ce n'était pas le cas.

Joyce et Tommy se dirigèrent alors vers cette demoiselle faisant le bonheur des enfants et des moins enfants visiblement ai vu de la mine enfantine de son petit ami.

" - Les nourrir ? Les singes ou les autres animaux ? On peut toujours en acheter, ça ne sera pas perdu dans tous les cas." fit-elle avec un sourire se voulant rassurant pour ne pas que Tommy pense qu'elle faisait ça uniquement pour lui faire plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 729
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment mais tu peux toujours réserver ta place.

#EnCours Alec + Amaya + Aurora + Joyce + Kayla + Solora
#EnAttente

Âge : Trente-deux ans. 27.04.1985
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Lun 13 Nov - 1:10

Joyce & Tommy
La vérité est parfois dure à entendre


Un petit sourire apparut sur mes lèvres lorsque Joyce me fit part de la famille d’animaux qu’elle préférait, devant admettre que c’était également un bon choix. En revanche, je devais avouer que j’avais un peu plus de difficulté à m’identifier à ces félins, puisqu’à mes yeux, ils étaient majestueux, élégants, bref, tout le contraire de moi. Ça pouvait paraître complètement idiot comme façon de penser, mais c’était la mienne, et je ne la changerais pas, comme, je le pensais, Joyce ne changerait pas la sienne, et jamais je ne lui demanderais de faire une telle chose non plus. Là, ce que je fis, c’est que je me contentai d’acquiescer, puisque de toute façon, je n’aurais pas eu l’occasion d’ajouter quoi que ce soit, compte tenu que nous arrivâmes à la billetterie, m’obligeant à porter mon attention sur la guichetière pour payer nos entrées et ainsi, commencer la visite. Mais bien rapidement, je ne portai pas pleinement mon attention sur les animaux, mon regard s’étant détourné sur le stand déambulant permettant d’acheter de la nourriture pour nourrir les bêtes qui s’approchaient des touristes. Il était évident que ce serait chose complexe à faire avec des tigres et lions, mais pour de plus petits animaux, c’était faisable, voire facile. En tout cas, moi, je ne m’étais jamais lassé de faire cela, même étant adulte, comme je l’avais prouvé à ma petite-amie, qui, à mon agréable étonnement, s’était montrée plutôt réceptive à l’idée. Souriant de toutes mes dents, je lui répondis, dans un haussement d’épaules:  « Oh, la majorité des animaux aiment cette bouffe. », lui faisant comprendre que si elle préférait ne pas s’approcher des singes, je n’allais pas l’obliger à le faire. Et si elle ne voulait pas donner de nourriture à quelconque animal, je ne lui en voudrais pas non plus. Par contre, ce ne fut pas suffisant pour m’arrêter d’acheter un sac à la dame, la remerciant avant de le garder dans ma main, au cas où l’envie me prenait d’en utiliser un peu en continuant de marcher vers les enclos. De ma main libre, j’entourai de nouveau les épaules de ma petite-amie, continuant la visite en marchant lentement, se laissant en quelques sortes bercer par le bruit des volatiles qui s’agitaient dans l’espace qui leur était réservé. En voyant un perroquet, un petit sourire apparut sur mes lèvres, puis je crus bon de faire savoir ma pensée du moment à ma jolie blonde, en lui disant à voix basse:  « Quand j’étais enfant, ma mère avait acheté un perroquet pour se sentir moins seule quand mon père n’était pas là. Mon frère et moi, on lui a appris qu’à dire des cochonneries… » Je ne m’étalai pas plus longtemps, voulant quand même rester acceptable dans un environnement familial, où il y avait plusieurs enfants. Bon d’accord, ceux-ci portaient plus attention aux animaux qu’aux conversations des adultes, mais quand même, il fallait faire gaffe, puisque ce n’était pas le cas de tous, à commencer par ce petit gamin, qui ne devait pas avoir plus de trois ans qui, planté au milieu de l’allée, était seul, pleurait. Fronçant les sourcils, je ne sus pas vraiment quoi faire, me tournant alors vers ma petite-amie en lui demandant, un peu gêné:  « Tu… Tu crois qu’on devrait aller le voir…? » Parce qu’aux premiers abords, personne ne semblait s’occuper de lui, comme si ses parents n’étaient pas là. Étaient-ils vraiment là en fait ? Je ne saurais pas le dire, j’étais quelque peu confus, et j’avais pour espoir que Joyce aurait un meilleur instinct que moi pour le coup.

_________________

You're an angel, tell me you're never leaving 'Cause you're the first thing I know I can believe in
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 916
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Lun 13 Nov - 13:49

Joyce ne pouvait pas vraiment expliquer ce qui l'attirait tant chez les félins, peut-être leur pelage qui pouvaient les faire passer pour des peluches vivantes ou bien, cet air qu'ils avaient, qui les faisaient passer pour les rois de la savane. Et ce n'était pas totalement faux au final étant donné que l'un d'entre eux étaient dénommé ainsi. Parfois il y a des choses dans la vie qui ne s'explique pas et sa fascination pour ces animaux, en est la preuve.

Quelques minutes plus tard, la billetterie passée, le couple avanca dans les allées du zoo. Il y avait des animaux un peu partout, des pancartes indiquaient le chemin à suivre pour rejoindre les crocodiles, les éléphants ou encore les pingouins. Un coup d'oeil sur le plan suffit à montrer à la blonde l'endroit où se déroulaient les spectacles. Peut-être qu'ils pouvaient d'abord faire un tour et puis ensuite assister à l'un d'entre eux ?

Tommy fut alors distrait par la marchande de nourriture pour animaux, Joyce aurait pu lui dire de ne pas jouer les enfants, mais elle n'avait pas le coeur a brisé cet instant entre eux, ils partageaient quelque chose de magique et elle refusait de faire une remarque quelconque pouvant gâcher ce moment. Alors ils s'approchèrent de la demoiselle pour lui acheter un sachet que le jeune homme garda sous la main. Joyce était prête à nourrir beaucoup d'animaux, mais lui demander de le faire avec les singes c'était trop. Elle était prête à nourrir des oiseaux, des biches, des loutres ou même des ânes, mais pas des singes.

" - On pourra toujours voir en avançant parmi les enclos." fit-elle en suggestion espérant que ça convienne à son petit ami.

En avançant un peu plus, sur les côtés se trouvaient des cages d'oiseaux. Majoritairement des perroquets. C'est alors que Joyce sembla avoir apercu un sourire sur le visage de son compagnon, peut-être que ces animaux lui rappelaient des souvenirs. Mais avant même qu'elle ai pu le lui poser la question, il lui livrait une anecdote sur son frère et lui.

" - Je sais pas pourquoi, mais ça ne m'étonne pas du tout de toi." dit-elle avec un large sourire.

Tommy avait toujours le chic pour faire des choses totalement enfantines, mais tant que ce n'était que ça, c'était toujours plus marrant que d'essayer de foutre le feu à la maison, comme beaucoup d'enfants ont pu le faire. Ça restait bon enfant et drôle.

Soudain, alors que les deux amoureux poursuivaient leur chemin, un petit enfant d'à peine quatre ans était seul, au milieu de la foule en train de pleurer. Quelques minutes plus tard, personne n'était venu le récupérer, alors Joyce ne prit pas la peine de répondre à son compagnon et prit la décision d'agir selon ce qui lui semblait être la meilleure option.

S'approchant doucement du petit, Joyce se voyait presque avec Isaak, comme si faire une bonne action et rendre cet enfant à ses parents allait lui rendre son fils..

" - Et bah alors bonhomme, t'es perdu ?" demanda-t-elle d'une voix douce et apaisante.

Jetant un coup d'oeil derrière pour voir si Tommy était toujours auprès de lui, elle continua de s'occuper de l'enfant comme une mère le ferait. Ce dernier lui annonça qu'il avait perdu ses parents, ni une ni deux, ils n'étaient qu'à quelques mètres de l'accueil, Joyce ne pouvait pas le laisser comme ça c'est pas possible.

" - Tu veux bien le prendre dans tes bras, on va le ramener à l'accueil, peut-être que ses parents y seront.."

Elle l'espérait sincèrement. Elle laissa alors Tommy faire comme si ça devait être naturel alors qu'il ignorait comment prendre le petit dans ses bras. Après quelques minutes, Joyce lui montra comment le tenir afin qu'il ne lui fasse pas mal et ils se dirigèrent vers l'accueil où deux adultes semblaient heureux de les voir arriver avec leur enfant.

Cependant, Joyce se demandait comment on pouvait perdre son enfant de la sorte, puis elle se rappellerait qu'elle avait fait pareil avec son fils. Ses souvenirs revenaient mais elle essaya de les chasser pour continuer à profiter de cette journée. Après des remerciements, les deux amoureux purent repartir sur leur chemin.

" - Tu feras un très bon papa d'après ce que j'ai vu avec cet enfant." fit-elle en se glissant contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 729
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment mais tu peux toujours réserver ta place.

#EnCours Alec + Amaya + Aurora + Joyce + Kayla + Solora
#EnAttente

Âge : Trente-deux ans. 27.04.1985
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Mar 14 Nov - 1:05

Joyce & Tommy
La vérité est parfois dure à entendre


Sitôt que j’avais fait savoir à Joyce que cet enfant était là, seul et que quelque chose n’allait pas, elle sembla oublier ma présence, se concentrant uniquement sur le bambin afin de s’assurer de son bien-être, qui passait par le fait de régler le souci. Je ne fus pas tant surpris de sa réaction, mais en fait, j’en fus surtout impressionné, si c’était là le mot le plus approprié pour décrire ce que je ressentais à ce moment précis. Impressionné parce que j’avais le sentiment que c’était là son instinct maternel qui prenait le dessus, un instinct maternel qui était fort, qui fit en sorte qu’elle parvint à convaincre le gamin de nous accompagner afin qu’on puisse l’aider à retrouver ses parents, autrement qu’en restant planté dans le milieu du zoo, là où il y avait peu de chance que les parents nous retrouvent. Mais après, allait-il vraiment nous suivre ? Le pauvre, il paraissait terrorisé, si bien que je me demandais s’il allait bouger à un moment ou un autre. Et s’il ne bougeait pas, comment allions-nous faire ? Ma petite-amie eut rapidement réponse à ma question silencieuse, me demandant de prendre le petit dans mes bras pour l’emmener à l’accueil. Refusant de me mettre au travers de l’opération, j’acquiesçai, mais je ne pris pas le petit dans mes bras tout de suite, sachant qu’il pourrait probablement hurler et me mettre dans un grand ennui. Je commençai par lui demander comment il s’appelait, sans avoir de réponse. Puis, je décidai de lui proposer:  « Tu sais, je peux faire en sorte que tu sois plus grand que tout le monde. » Sur ces mots, je lui tendis les bras, peu certain que ç’allait marcher, mais à mon agréable étonnement, il me tendit les siens en retour, me donnant l’occasion de le prendre. Mais après que je l’eus soulevé, je ne fus pas tant convaincu de comment le tenir, mais heureusement, ma jolie blonde me vint en aide, me montrant de le caler contre ma hanche pour le soutenir un peu mieux qu’en le tenant comme s’il était sale. Cela sembla rassurer le petit, qui commença à regarder les animaux de son poste d’observation, jusqu’à ce que nous arrivâmes à l’accueil, où les deux parents attendaient, l’air désespéré. Rapidement, je leur rendis leur gamin, acceptai leurs remerciements avec un sourire poli, puis sans attendre plus longtemps, Joyce et moi reprîmes la route, ne disant rien comme si cet incident était déjà effacé. Mais ce n’était pas le cas, comme elle me le fit remarquer quand elle passa un commentaire qui me surprit, et qui me fit penser que me concernant, il n’en était rien comparativement à sa réaction et son comportement à elle. Mais refusant de ternir ce moment, je décidai d’adopter un ton un peu plus taquin, lui demandant avec un sourire espiègle:  « Parce que tu en doutais ? » en gardant ma contenance autant que possible, même si, mine de rien, je venais d’avoir quelque chose similaire à une révélation, celle que Joyce ne serait pas une bonne mère comme je le pensais à la base, mais une mère exceptionnelle, et j’avais l’impression que je n’avais plus de raisons de craindre quoi que ce soit concernant notre prochain statut de parents. Je savais que j’aurais du temps pour le lui dire, parce que pour sûr, lorsque je trouverais la façon de le lui dire sans raviver chez elle de mauvais souvenirs, je le ferais et ce, sans hésiter un seul instant.

_________________

You're an angel, tell me you're never leaving 'Cause you're the first thing I know I can believe in
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 916
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Mar 14 Nov - 13:02

Joyce avait agit un peu comme une impulsion, voir cet enfant seul, en pleurs au milieu de la foule, c'en était trop pour elle. Alors quand Tommy lui avait demandé s'il serait bon d'agir, elle n'avait pas hésité une seule seconde, elle s'était dirigé vers l'enfant essayant de le rassurer avant toute chose. Il était encore tout jeune, ses parents ne devaient pas être loin, à part si.. Et s'ils avaient décidé de l'abandonner ici pour qu'il puisse trouver une famille qui lui convienne mieux ? Oui l'idée avait traversé l'esprit de la suédoise, mais elle la chassa bien rapidement pour reporter son attention sur le bout de chou qui lui faisait face.

Ce ne fut qu'à l'issue de quelques minutes de discussion, ou plutôt de monologue de la part de Joyce qu'elle réussit à instaurer un climat de confiance et surtout, de rassurer assez l'enfant pour qu'il décide de venir avec elle et retrouver ses parents. Accroupie à côté de lui, elle lui présenta Tommy, son petit ami avant de finalement se lever et demander à Tommy s'il voulait bien le prendre avec lui.

Bien évidemment, elle aurait pu lui prendre la main et l'emmener, mais il semblait si fatigué qu'elle ne voulait lui imposer de marcher. Pour eux ce ne sont que quelques pas, pour les enfants ça représente une véritable marche de l'extrême. Prenant les devants, elle vit Tommy entamer une discussion avec le garçon avant finalement de le prendre contre lui. Un sourire lui échappa lorsqu'elle remarqua que son petit ami ne savait pas vraiment comment le tenir, alors elle se permit d'intervenir pour lui montrer une position plus confortable aussi bien pour lui que pour l'enfant, qui entre temps semblait s'être apaisé.

Ils rebroussèrent chemin jusqu'à l'entrée où ils finirent par trouver les deux parents. Joyce avait peut-être mal entendu mais à aucun moment elle n'avait entendu un quelconque message comme quoi ils recherchaient leur enfant. Vu leur position, c'était à se demander s'ils avaient vraiment essayé de retrouver leur fils. Toute cette situation avait retournée Joyce, elle voyait en ces parents la mauvaise mère qu'elle avait été pour Isaak, celle qui n'avait pas su le retenir au moment fatidique. Irrémédiablement, elle posa sa main sur son ventre se demandant si elle serait capable d'élever ce petit être qui poussait dans son ventre. Et si elle reproduisait les mêmes erreurs ? Soudain elle n'était plus sûre de son avenir en tant que mère.

Décidant de dériver le sujet pour ne pas revenir à elle, et ne pas créer de malaise, encore moins ici et maintenant, Joyce décida de féliciter Tommy pour son premier portage d'enfant. Elle n'avait jamais eu de doute concernant sa paternité, il fera un excellent père, il suffit juste qu'on lui montre certains gestes.

" - En fait c'était un test, c'est moi qui l'ai mis ici pour comment tu te débrouillais avec." fit-elle d'un ton sérieux.

Mais rapidement, elle perdit sa contenance et se mit à rire.

" - Bien sûr que non je n'ai jamais douté de toi, que ce soit pour ton rôle de papa ou même de petit ami."

Enfin, elle avait quand même douté de lui quand elle l'avait surpris avec sa nouvelle ancienne secrétaire, mais c'était plus par manque de confiance d'elle-même que parce qu'elle savait Tommy capable d'aller voir ailleurs. Jamais il ne le ferait souffrir de la sorte, pas intentionnellement en tout cas, c'était une certitude de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 729
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment mais tu peux toujours réserver ta place.

#EnCours Alec + Amaya + Aurora + Joyce + Kayla + Solora
#EnAttente

Âge : Trente-deux ans. 27.04.1985
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   Mar 14 Nov - 18:53

Joyce & Tommy
La vérité est parfois dure à entendre


Incrédule que Joyce aurait pu me faire une telle blague, peu convaincu que c’était vrai, j’haussai quand même les sourcils, histoire de voir comment elle allait réagir. Finalement, cela eut son effet, puisqu’elle ne garda pas sa contenance bien longtemps, éclatant de rire pour me faire comprendre que c’était une plaisanterie. À cela, je souris doucement, trouvant cela adorable qu’elle ait tenté de me taquiner, mais aussi ravi de l’entendre rire sincèrement comme cela. J’avais le sentiment que ces derniers temps, cela n’arrivait pas si souvent que ça, pas aussi souvent que ça devrait à mon avis. Évidemment, j’en prenais le blâme, et pour sûr, j’allais m’assurer que cela arrive plus souvent, et pas juste dans ce petit séjour loin de la maison. Plus encore, j’étais beaucoup plus heureux moi-même de la voir heureuse, comme je me le prouvai quand elle vint à tenir ces paroles adorables qui vinrent me rassurer tout en me faisant chaud au coeur. Je me rendais compte que même si je savais que parfois, l’humeur de ma petite-amie était affectée par sa grossesse, provoquant chez elle des réactions excessives et que je ne devais pas le prendre personnel, mais quand même, il me faisait du bien qu’elle me rappelle que je faisais mon mieux pour elle, et que c’était vu et apprécié. Souriant doucement à ses dires donc, je saisis le moment pour la reprendre contre moi, l’embrasser furtivement, et chuchoter à son oreille:  « Je t’aime… » Je savais que c’était tout simple, et je pensais encore et toujours que j’aurais pu lui en dire davantage, mais encore une fois, je le gardai pour moi, reportant encore une fois le moment, même si je commençais à me dire que le moment parfait pour le lui dire ne saurait tarder, tout dépendant de ce que nous allions faire en sortant de ce zoo. Mais pour le moment, nous continuâmes notre visite, tantôt en regardant les animaux, tantôt en sortant un peu de nourriture du sac pour les nourrir quand ils étaient prêts et ne faisaient pas trop peur à Joyce. Au bout du compte, une fois que nous eûmes faire le tour, j’en vins à la conclusion que cette visite avait été des plus agréables. Déterminé à ce que la journée continue de si bon train, nous sortîmes du zoo, puis je me tournai vers ma bien-aimée pour lui demander:  « Que veux-tu faire maintenant ? » Voulait-elle continuer à marcher dans le parc ? Manger un morceau acheté d’un marchand ambulant ? Se poser dans un restaurant un instant ? Aller à l’Empire State Building ? Les options étaient variées, mais aucune d’entre elles ne me gênait vraiment, d’où le fait que je préférais lui demander.

_________________

You're an angel, tell me you're never leaving 'Cause you're the first thing I know I can believe in
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: {HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
{HOT} La vérité est parfois dure à entendre [Feat. Tommy S. Grayson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» La vérité est parfois dure à accepter. Feat Nuage de l'Escargot.
» Il suffit parfois d'une chanson [ feat. Natsuki ]
» La vie nous réserve parfois des surprises — feat douty.
» La vérité est enfin devant mes yeux [Feat. Jeremiah Frey]
» Un peu de fantaisie après une dure journée - Feat Gethin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Downtown-
Sauter vers: