AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ✰ if you love me, don't let go (lolia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ofelia MorelloGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 08/10/2017
Pages lues : 68
Crédits : abisror (avatar) ✰ mine (crackship)
Avatar : lily cupcake james
Pseudo : .truelove (sonia)
Schizophrénie : jessie matthews (adelaide kane)
Disponibilités : if you love me, don't let go (lowen)even if we're apart, i'll always be with you (jane)visite après lecture (sasha)drop everything (rhett) ✰ (noah, à venir)
Âge : trente-deux longues années.
MY SOUL

MessageSujet: ✰ if you love me, don't let go (lolia)   Jeu 12 Oct - 15:00



≈ ≈ ≈
{ Hold, hold on, hold on to me
'Cause I'm a little unsteady, A little unsteady. }
crédit/ tumblrx ambassadors.

Ofelia avait passer toute sa soirée d'hier à ranger ses affaires. C'était fou de se dire que toute sa vie pouvait simplement rentrer dans un carton et deux sacs, juste ça. Oh la vie avec sa meilleure amie, Ofelia avait toujours adorée ça, mais elle pouvait comprendre qu'avec son petit-ami ils avaient besoin d'intimité et qu'elle était de trop dans cet appartement. Ofelia avait besoin d'espace également. Elle aurait tant aimé prendre son propre appartement, mais son salaire ne lui permettait pas un tel engagement et la seule solution qui s'offre à elle c'est : Lowen. Il fallait bien que son mari serve à quelque chose quand même. Le seul problème ? C'est qu'elle ignore où il loge en ce moment. C'est pour cette raison qu'elle a contacté Raschelle / Solora elle ignore toujours pourquoi elle deux prénoms afin de prendre de ses nouvelles et également si elle en avait de Lowen et notamment sa nouvelle adresse. Après plusieurs échanges de messages, Ofelia avait obtenue ce qu'elle désirait. Si ça la réconfortait, Jane l'était encore plus qu'elle. Ofelia venait à se demander la tête que ferait Lowen, surtout qu'ils ne s'étaient pas vu depuis près de sept ans. Elle devrait peut-être filmer le moment. Mais pour une raison qu'elle ignore, elle était persuadée qu'il allait accepter qu'elle s'installe chez lui. Il ne pourrait pas laisser sa femme à la porte ? Il ne pouvait pas ? Il n'avait pas le droit ! Et s'il n'acceptait pas, elle lui taperait peut-être une scène devant sa porte pour qu'il change d'avis. « Je repasse ce soir après le boulot, chercher mes affaires. A toute à l'heure mon chat. » dit-elle en embrassant la joue de sa meilleure amie, adressant un signe de main au petit-ami de cette dernière avant de quitter l'appartement et de prendre le chemin du boulot. La journée était passée rapidement. Comme à chaque fois qu'elle finit sa journée, la brune fait craquer son dos et chaque articulations de son corps. Rester trop debout, ça lui tire toujours dans le dos. Elle veut un massage. Ofelia ne tarde pas à regagner l'appartement de Jane pour y récupérer ses affaires et ses deux chatons par la même occasion. Lowen va être RAVI c'est certain. Jane se propose pour la déposer à l'adresse envoyé par Solora. Ce qui n'est finalement pas de refus, ça aurait été un peu compliqué de transporter tout ça dans le métro. « C'est là ! » dit-elle en pointant du doigt le numéro correspondant à celui qu'elle a noté. Après un bref échange avec sa meilleure amie, celle-ci l'abandonne. Une fois devant la porte d'entrée, Ofelia hésite. Elle se demande si c'est une bonne idée qu'elle soit là. De toute façon qu'à t'elle à perdre ? Certainement rien. Ofelia se décide donc à sonner et à attendre patiemment qu'on vienne lui ouvrir. Lowen n'est peut-être pas présent après tout. Pourtant quelques minutes plus tard s'ouvre, sur lui. « Salut ! » Vu sa tête, il doit certainement se demander ce qu'elle est en train de faire devant sa porte. Ou alors il ne la reconnait pas, ça peut se comprendre aussi. « Je sais c'est surprenant au début, tout le monde me le dit mais j'en avais marre du blond. » dit-elle en tentant de sourire. « J'te dérange peut-être ? T'es avec quelqu'un ? » S'il lui annonce qu'il était en train de s'envoyer en l'air ça ne la surprendra certainement pas, seulement elle veut quand même rentrer chez lui. « J'ai eut ton adresse grâce à Rashelle qui l'a eut de Trent, bref. » Voilà pour la petite histoire. « J'serais pas là si j'avais pas besoin de toi ... Mais j'avais nulle part où aller ... » Puis il a du le comprendre en voyant ses affaires à ses pieds. « Enfin je ne suis pas toute seule ... » Non elle ne va pas lui sortir un enfant caché. « J'te présente Tic et Tac. » Il ne pouvait pas dire non à des chatons, il ne pouvait pas ! Ofelia se permettait enfin de le regarder avec plus d'attention. Il avait certes prit de l'âge et peut-être quelques rides, mais il était toujours aussi séduisant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 430
Crédits : #avatar : Outlines #gif : tumblr #ship : .truelove #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Andy #RGosling Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Devon #ZKravitz
Disponibilités : closed maëlys ; trent ; avri ; ofelia ; oliver ; lisbeth
alternative life trent
waiting list rhys
Âge : Trente-quatre ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: ✰ if you love me, don't let go (lolia)   Sam 28 Oct - 4:25

Ofelia & Lowen
if you love me, don't let go

Quelques instants passés au restaurant pour donner certaine directive, j'avais quitté celui-ci, laissant le chantier aux mains de celui qui s'en occupait. Rester dans cet endroit pour entendre un tapage insupportable, sans façon et puis ce n'est pas comme si j'avais que ça à faire. Je retournais chez moi, ce loft que j'avais pu trouver assez rapidement et dont le prix était abordable. Enfin un endroit où je pourrais être en mesurer de cuisiner et de vivre comme j'avais l'habitude de le faire, ce que les hôtels n'offraient généralement pas, sans compter que le montant de ma facture dans de l’hôtel qui j’avais quitté devenait faramineuse. Et puis, j’avais besoin d’un endroit pour moi. Mon regard se posait sur les quelques cartons que j’avais fait venir de ma maison de San Diego, sachant que j’allais rester ici un petit moment certaines choses étaient nécessaire. Seule la décoration et les meubles étaient minimalistes, un matelas, une chaise… Je n’allais pas aller bien loin avec si peu de meuble, c’est pourquoi j’avais pris rendez-vous avec une décoratrice. Encore des dépenses, encore du magasinage. J’aurais pu demander à Avri de s’occuper de tout cela pour moi, mais elle en avait déjà assez sur les épaules. En fait, c’était surtout que son agenda était bien plus comblé que le mien et je n’allais pas contredire le fait que la décoratrice m’avait tapé dans l’œil lors de notre première rencontre. Un vite brin de toilette et je partais pour le lieu de rendez-vous. Loin d’être le genre de mec patient pour le magasinage, j’éprouvais rapidement l’envie de lui donner ma carte de crédit pour qu’elle puisse utiliser celle-ci à sa guise pour meubler mon loft, mais si je faisais cela, ça voulait donc dire que je n’aurais aucune compensation – une phrase digne des harceleurs… On regardait pour toutes les pièces et j’acquiesçais d’un signe de tête si ça me convenait ou tournait les talons si tout au contraire c’était loin de me plaire. Il n’y a que lorsqu’on arrivait pour trouver les choses de la cuisine que j’éprouvais un réellement sentiment d’intérêt. J’aurais voulu tout acheter. Finalement, après quelques boutiques, quelques achats ici et là, on retournait dans mon loft et elle testait quelques échantillons de peinture sur les murs. Quelques coups de pinceaux, quelques commentaires et tout dérapait comme ça avait toujours été dans ma vie. Étendu sur le sol, nos vêtements éparpillés un peu partout, je la laissais en plan pour aller prendre une douche. Je sortais de celle-ci lorsqu’on sonnait à la porte. Enroulant une minuscule serviette à main autour de ma taille, de gardait ma main pour retenir le tissu qui semblait plus propice à tomber, tout en allant ouvrir. Dire que je m’attendais à la personne qui se trouvait de l’autre côté de ma porte était un euphémisme. Voir le visage de ma femme me fit perdre contenance et la serviette glissait de mes doigts bien rattrapé par ceux-ci. « Je te préférais blonde. » disais-je avec la plus grande des franchises. Elle semblait toujours plus délicate et angélique en blonde. J’haussais les épaules en guise de réponse, tournant la tête pour regarder mon loft où trainait encore les vêtements de la décoratrice. « Tu me dérange pas, elle partait. » Voilà ça au moins c’était décider la femme n’allait pas s’éterniser davantage. Mon regard se posait finalement sur ses valises près d’elle. J’allais devoir remercier Trent et sa femme… Je n’avais rien contre ma femme, mais je ne m’attendais pas à la voir débarquer sur le seuil de ma porte après sept ans de vie séparée. Je m’étais toujours dis qu’on avait construit notre vie chacun de notre côté. N’avait-elle personne d’autre ? Je restais taciturne, j’allais sans doute savoir le fin mot de l’histoire d’Ofelia, mais elle me prenait de court en me montrant deux boules de poils. Je ne cachais pas mon dégoût en les voyants. « T’es pas sérieuse. Je veux pas de ça chez moi. » disais-je en pointant la boule blanche, puis la noire. Mais croire que j’avais un certain pouvoir sur ma femme, c’était mal me connaître. C’était sans doute la seule personne hormis Trent ou ma famille qui pouvait exercer un certain contrôle sur moi. Peut-être qu’avec elle, c’était tout simplement parce que c’était la première fille que j’avais aimé et qui m’avait réellement aimé en retour. Je penchais ma tête vers l’arrière poussant un soupir las, avant de m’écarter pour la laisser entrer avec ses bestioles. « C’est qui elle ? » Oups… Je regardais la décoratrice. « Ma femme. » En fait, ça pouvait avoir de l’utilité d’avoir une femme si on voulait voir quelqu’un déguerpir ! Elle semblait sous le choc et avec toute ma délicatesse, je lui montrais la porte. Une fois partie, je me retournais vers Ofelia. « Laisse-moi enfiler quelque chose de plus habillé. » disais-je en prenant la direction du dressing, tout en cherchant quelque chose de plus décontracté qu’un complet, je disais : « Alors tu m’explique ce que tu viens vraiment faire chez moi. »  

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ofelia MorelloGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 08/10/2017
Pages lues : 68
Crédits : abisror (avatar) ✰ mine (crackship)
Avatar : lily cupcake james
Pseudo : .truelove (sonia)
Schizophrénie : jessie matthews (adelaide kane)
Disponibilités : if you love me, don't let go (lowen)even if we're apart, i'll always be with you (jane)visite après lecture (sasha)drop everything (rhett) ✰ (noah, à venir)
Âge : trente-deux longues années.
MY SOUL

MessageSujet: Re: ✰ if you love me, don't let go (lolia)   Dim 19 Nov - 19:27



≈ ≈ ≈
{ Hold, hold on, hold on to me
'Cause I'm a little unsteady, A little unsteady. }
crédit/ tumblrx ambassadors.

Ofelia savait très bien que la cohabitation avec le fiancé de sa meilleure amie, ne pourrait pas être éternelle. Elle avait repousser ce moment le plus longtemps avant de voir dans le regard de Jane qu'il était impossible que ses valises restent plus longtemps chez eux. Elle pouvait s'estimer heureuse d'avoir pu rester aussi longtemps déjà. Ce qu'elle redoutait désormais c'était la manière dont Lowen allait l'accueillir enfin le connaissant, elle se doutait bien qu'il accepterait sa requête, mais ce qui la perturbait un peu plus c'était de découvrir qu'il avait peut-être refait sa vie. En soit ça ne la dérageait pas c'était son droit, seulement, elle craignait que la personne partageant la vie de Lowen soit du même avis. Surtout que connaissant Lowen, elle doutait sincèrement qu'il ait avouer à une femme qu'il était déjà marié à une autre, en l’occurrence elle. Tout comme elle, elle ne l'avait jamais avouer à un seul homme qui avait partager ses draps. A quoi bon ? Lowen était juste Lowen, juste celui qui lui avait permit d'obtenir une carte verte pour rester sur le territoire. Sans oublier le fait qu'il avait été accessoirement le premier homme à la défleurir et le premier qu'elle avait aimé, juste ça. C'est donc après une longue inspiration qu'elle avait enfin oser se trouver devant sa porte. Porte qui s'ouvrir quelques secondes plus tard face à un Lowen plus âgé que dans ses derniers souvenirs. Un Lowen à moitié nu également. Cette image par contre n'avait jamais quitter son esprit. Vu sa tête, il a l'air surprit de la voir ou alors il ne la reconnait plus ? Cela se peut, elle a changée de couleurs de cheveux depuis la dernières fois. « Vraiment ? » Ofelia attrape l'une de ses mèches de cheveux et l'observe avec attention. « Tu es la première personne qui me dit ça. » Voilà que maintenant il va remettre en doute ses cheveux. Le blond s'était mieux ? Peut-être qu'il arrivera à la convaincre de changer, elle l'ignore. Lowen lui fait une fois encore froncer ses sourcils dès lors qu'il évoque le fait qu'une tierce personne partait. Mais tant qu'elle ne le dérange pas c'est le plus important, non ? Surtout qu'elle ne vient pas toute seule, mais avec deux boules de poils trop mignonnes. « Meh ! Ils sont très mignons, j'suis sûre que dans quelques jours tu ne voudras plus les quitter. » Ofelia ne compte pas partir dès demain, Lowen va devoir s'y faire autant qu'à Tic et Tac. A peine a t'elle franchit le seuil de la porte que ses yeux traînent dans la pièce à la découverte des lieux, pour finir par tomber sur une femme. Ofelia ne lui adresse qu'un simple de la main, avant de réaliser que cette pauvre femme venait surement de se faire prendre pour une conne. Elle en vient même à se demander si elle aurait du faire une crise de jalousie à Lowen pour rendre la chose plus crédible. « Je ne pense pas qu'elle te rappellera. » avoue t'elle une fois l'autre femme parti. Pendant que Lowen venait de la quitter pour changer de tenue, elle déposa l'ensemble de ses affaires à ses pieds dans l'entrée du loft, laissant ses chatons faire plus ample connaissance avec les lieux. « Tu pourrais faire au moins semblant d'être content de me voir. » Il y a deux minutes ça l'arrangeait de voir sa femme dans les parages. « Le mec de ma meilleure amie m'a mise à la porte d'une certaine façon. » Ils ne s'aimaient pas et ce n'était un secret pour personne. « Je n'avais pas envie de chambouler ta vie une fois encore, mais je ne savais vraiment pas où aller ... » Puis frapper à la porte d'un plan cul régulier c'était pas ce qu'il y avait de mieux. « Tu pourrais m'héberger quelque temps ? Juste le temps que j'trouve de quoi rebondir ... » Dès lors qu'elle aura assez d'argent de côté pour s'prendre un appartement, soit pas d'ici demain la veille. « Si tu ne veux pas, j'comprendrai ... Mais laisse moi au moins dormir chez toi, ce soir. » Juste ça et après elle disparaîtra comme elle sait si bien le faire jusqu'au prochain épisode. « Dans tout les cas, ça m'fait plaisir de te voir. » Elle ne l'admettra pas, mais il lui avait manquer au cours des dernières années. Et le voir face à elle, avait le don de lui faire remonter d'innombrables souvenirs à la surface et cette sensation était plaisante, autant que son regard sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lowen ZimmerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 26/03/2017
Pages lues : 430
Crédits : #avatar : Outlines #gif : tumblr #ship : .truelove #sign : monocle. #lyricsign : believer ; imagine dragons
Avatar : Dan priceless Stevens
Pseudo : monocle. #alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Andy #RGosling Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Devon #ZKravitz
Disponibilités : closed maëlys ; trent ; avri ; ofelia ; oliver ; lisbeth
alternative life trent
waiting list rhys
Âge : Trente-quatre ans ✧ 24 juin 1983
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: ✰ if you love me, don't let go (lolia)   Lun 1 Jan - 20:28

Ofelia & Lowen
if you love me, don't let go

Devant la porte de mon appartement se trouvait une femme que je n’avais pas vu depuis un sacré bout de temps. Dire que revoir Ofelia ne me faisait rien aurait été un mensonge, mais ce n’était pas pour autant que j’allais m’esclaffer de son arriver devant ma porte. La surprise devait d’avantage marquer mon visage et je restais fidèle à moi-même. Sans prendre le temps de peser mes mots, je lui parlais avec une franchise mordante, qui étonnait généralement plus d’un. « Je ne fais rien comme tout le monde. » disais-je en guise de réponse et ce fait était plus que véridique. Et pour appuyer cela, il n’y avait que très peu de personne près à ouvrir la porte vêtue que d’une simple serviette à main. En gros, quelque chose qui ne couvrait que très peu ce qui aurait dû être couvrit. Un détail qui m’avait presque sorti de l’esprit en voyant ma femme. « Ouais, à d’autre. » Aucune chance que je tombe amoureux de ces boules de poils. Loin d’être un fervent admirateur des bêtes à fourrure. Je n’avais jamais aimé les animaux, ça prenait du temps et j’avais en général d’autre préoccupation que de m’occuper d’animaux. Mais je ne pouvais pas faire grand-chose face à Ofelia, ses prunelles noisette. La laissant entrée, j’en venais à me rappeler la décoratrice avec qui j’avais joué. Comment d’écrire ce qu’on avait eu autrement ? Je n’avais jamais de sentiment dans ce genre de moment, très peu en général de tout manière. Je ne désirais pas d’attache et encore moins d’avoir quelqu’un dans ma vie. M’injuriant, la jeune femme quittait mon appartement en claquant la porte, me laissant pousser un soupir las de tout ceci. Pourquoi devait-on toujours s’attendre à ce genre de réaction ? N’avais-je pas été clair depuis le moment où l’on avait franchi la porte ? Le plaisir de la simple chair, ne connaissaient-elles pas ? Reportant mon regard vers Ofelia, je laissais un sourire se dessiner à la commissure de mes lèvres. « Tant pis. » De toute manière, je ne l’aurais pas rappelé moi-même, hormis pour la décoration, bien que j’aurais pu tout simplement changer, ce que j’allais devoir faire de toute évidence. Sans m’attarder plus sur le sujet, je partais vers ma chambre pour troquer la serviette contre des vêtements. Laissant la serviette glisser entre mes mains, je prenais un jean que j’enfilais sans même prendre la peine de mettre un boxer. Faire semblant… Encore là, ce n’était pas dans mon habitude. Et même si je n’affichais pas une joie exaltante, j’étais tout de même heureux de la voir, quoi que toujours surpris de la voir débarquer ainsi. Prenant un simple t-shirt, j’enfilais celui-ci tout en revenant vers l’entré où j’allais délaisser ma femme et ses bestioles. Comme ça elle avait été mise à la porte. Je ne savais pas trop quoi dire. Il y avait une bonne raison à cela ? Sortant ma tête de l’encolure du t-shirt, j’arrivais devant Ofelia, passant ma langue sur mes lèvres. « Tu as de la chance que je sois à Washington. » Si elle avait déboulé chez moi c’était surtout parce que je me trouvais dans cette ville, elle n’aurait très certainement pas pu parcourir le pays pour me rejoindre. Un sourire prenait place sur mes lèvres. « Je n’ai pas vécu avec quelqu’un depuis… depuis un sacré bout de temps. Ça ne me fera sans doute pas de mal d’avoir de la compagnie. Tu peux rester. » Je n’allais pas la mettre à la porte. Ce n’est pas Ofelia qui me dérangerait, loin de là. « Je tiens juste à préciser qu’il n’y a qu’un lit. Donc faudra partager. » Je m’approchais d’elle. « Je peux prendre très peu de place. » Ou pas… Plongeant mes iris bleutées dans ses prunelles noisette, je laissais mon sourire s’étirer davantage. « Et ça me fait aussi plaisir de te voir. » Mes doigts vinrent jouer avec une mèche de ses cheveux devenus bruns, approchant mes lèvres des siennes. Je lui capturais délicatement lui offrant un baiser doux. D’une durée relativement courte, je me reculais pour lui sourire. « C’est ainsi que devrait se dire bonjour deux personnes mariés, non ? » Dire le mot « marié » avait quelque chose d’étrange. Elle avait beau être ma femme, je ne m’étais jamais senti comme un homme marié. Peut-être parce qu’on n’avait jamais été vraiment ensemble depuis que je lui avais passé l’anneau au doigt.

_________________

Inhibited, limited I was broken from a young age Taking my soul into the masses Write down my poems for the few That looked at me, took to me, shook to me, feeling me Singing from heart ache, from the pain Take up my message from the veins Speaking my lesson from the brain Seeing the beauty through the... Pain!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: ✰ if you love me, don't let go (lolia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
✰ if you love me, don't let go (lolia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Downtown :: home-
Sauter vers: