AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 neon lights and uncovered sins ≡ devon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nash HowdenGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/08/2016
Pages lues : 299
Crédits : cosmic dust|avatar ◈ monocle & shellhead.|ship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Chris Evans
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Trent (hammer) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : open carter; devon; rhett
Âge : 35 ans ◈ 12 avril 1983

MessageSujet: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Mer 1 Nov - 18:37

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Workaholic assumé, on ne pouvait pourtant pas dire que Nash ne savait pas s'amuser. Le manque de sociabilité n'avait jamais été un problème de sa vie, et son emploi prenant n'avait jamais empiété sur cette part de sa personnalité. Le mot casanier ne faisait pas partie de son vocabulaire, et ses nombreuses connaissances étaient de toute manière incapables de le laisser profiter d'une soirée au calme. Non pas qu'il le souhaitait. L'inactivité ne lui réussissait pas et il se moquait bien qu'une journée ne compte que 24h. Bien avancé dans la trentaine, il était loin d'un fêtard invétéré, mais ses semaines s'accompagnaient souvent de quelques petites soirées. Rien de bien extrêmes. Quelques verres avec des amis, des diners, un tour en club plus rarement. Il s'agissait d'une de ces fois. Nash était encore au bureau quand Mike, un de ses amis de la fac, l'informa que lui et d'autres de ses potes se retrouvaient dans un club plus tard dans la soirée. S'il était partant? Pourquoi pas, il n'avait rien d'autre de prévu. Le bureau était calme, aucune urgence ou scandale en vue, et c'est serein que Nash quitta l'établissement. Il passa rapidement chez lui histoire de prendre une douche et se changer avant de conduire au cœur de Georgetown. Il connaissait l'endroit de nom, l'avait sans doute déjà fréquenté, mais ne s'en souvenait pas vraiment. Il n'avait pas la mémoire pour ce genre de chose. La population qui se pressait vers la porte était avant tout masculine, et Nash ne s'en surprenait pas. Il savait ce qu'il l 'attendait derrière ces portes. De la musique, de l'alcool, certes. Mais aussi des danseuses exotiques qui avaient le don de capter le regard. Nash n'était pas un sain, et c'était tant mieux étant donné le milieu dans lequel il bossait. Il se vantait d'être galant et poli, l'éducation de sa mère une présence constante dans l 'arrière de son esprit, mais rien n'empêchait de regarder, n'est-ce pas? Il n'était pas de ces hommes qui touchent sans permission, estimant qu'une parcelle de peau dénudée équivaut à une invitation. Nash retrouva bien vite son ami et c'est ensemble qu'ils entrèrent dans le club. Le reste de la bande arriva bien vite. Des visages connus, d'autres moins, mais Nash n'avait jamais été timide face à l'inconnu. Une première tournée fut servie tandis qu'ils s'installèrent autour d'une table en demi-cercle, offrant une vue imprenable sur le centre de la pièce où se produisait les danseuses. Nash laissait son regard dériver entre quelques gorgée et discussions. Il donnait son opinion sur le dernier match des Redskins lorsque son regard se posa sur une nouvelle silhouette qui se déhanchait. Une silhouette, et surtout un visage, qu'il connaissait. Denise. Son blind date datant de peu. Nash avait passé un moment plutôt agréable en sa compagnie et il était persuadé qu'à aucun moment elle n'avait mentionné être danseuses exotique! Leur amie en commun qui avait arrangé ce rendez-vous lui avait même dit qu'elle était secrétaire médicale!! Nash devait être figé, les sourcils froncés sous sa confusion, puisque Mike lui donna un coup de coude et lui demanda ce qui n'allait pas. « J'la connais » dit-il d'une voix perplexe. Ceci provoqua une explosion attendue de sifflements et réflexions plus ou moins déplacées.  « T'es pas le seul à la connaître je pense » railla l'un d'entre eux. « Ferme la » dit-il, mi-amusé mi-agacé, son regard scotché sur la jeune femme. Elle était sublime. Nash le savait déjà après avoir passé du temps en sa compagnie, mais il y avait quelque chose de très particulier dans le fait de la voir danser ainsi pour les yeux de tous. Notamment ceux de ses compagnons qui avaient perdus toute retenue et contenance face à cette nouvelle information. Nash, lui, était complètement paumé et fasciné par la même occasion. Il pouvait comprendre qu'elle n'ai pas osé avouer cette profession, il se connaissaient à peine après tout. Ce qui est sûr, c'est que celle qui avait déjà retenue son attention l'avait définitivement captée.

_________________


in each and every world
and in the middle of the night ✻ i may watch you go. there'll be no value in the strength of walls that i have grown
Revenir en haut Aller en bas
Devon FloydGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 21/10/2017
Pages lues : 617
Crédits : Lempika. (avatar) ✰ gif (tumblr) ✰ ship (shellhead. & tag)
Avatar : Zoe sweety Kravitz
Pseudo : monocle. ✰ alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Lowen #DStevens Jesabel #LCollins Jonas #TEgerton
Disponibilités : closed (6/5) nash ; austin ; jared ; benjamin ; alec ; maëlys (uc.)
waiting list ≡ nothing
Âge : 24 ans ✰ 31 juillet 1993

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Jeu 2 Nov - 5:53

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Quittant l’appartement, je prenais la direction de l’arrêt de bus pour me diriger vers le boulot. Les gens que je croisais revenaient pour la plupart du leur, désirant retrouver le confort de leur domicile, cette douce chaleur et profiter de leur soirée pour être en famille, sortir entre amis ou tout simplement se reposer. Je les enviais presque. Eux ils avaient des emplois banaux, dont ils ne devaient éprouver aucune honte à en parler, peut-être de l’ennui, mais très certainement pas de la honte. En avais-je pour le mien ? Oui et non, j’assumais ce que je faisais, mais certain soir, ce n’était pas le cas et c’est versant des larmes que je me couchais tentant d’oublier une part de ma vie merdique. Mais je devais me compter chanceuse, j’avais un toit sur ma tête, un emploi, fini la vie dans la rue et encore plus le vol. Montant dans le bus, je regardais mes messages, une fille du club qui me disait qu’il y avait pas mal de personne ce soir et donc que les pourboires seraient sans doute plus qu’intéressant, ce qui me fit sourire. Au moins, il y avait cela. Les pourboires. Je mettais mes écouteurs, appuyant sur play et bien vite la musique résonnait dans mes oreilles. Inerte, je me mettais tout doucement à hocher la tête, fermant les yeux, puis petit à petit la mélodie prit le contrôle de mon corps. Pied, hanche, tête, aucune partie de mon corps ne semblait résister à cette envie soudaine de danser à l’arrêt d’autobus. J’en oubliais les passants, me laissant simplement aller au rythme de cette musique, tout du moins jusqu’au moment où le bus s’arrêtait devant moi ouvrant ses portes pour laisser voir un chauffeur amusé de me voir agir ainsi. Mes joues s’empourprèrent sans nul doute d’un léger rose, mais je tentais de ne rien laisser paraître, me dirigeant plutôt vers le fond du véhicule. De descendais quelques arrêts plus loin, marchant deux coins de rues plus loin et j’arrivais devant le club. Au lieu de passer par la porte réservée aux clients, j’allais toquer à une autre. Il fallut attendre quelques instants avant qu’elle ne s’ouvre, laissant voir une armoire à glace de deux mètres. Son air renfrogné changeait aussitôt en posant son regard sur moi, lui adressant un sourire, je me glissais à l’intérieur. La musique et la mélodie des conversations résonnaient dans le club, je venais glisser ma tête par la porte menant à la salle. Posant mon regard sur la foule captivé par les danseuses. Encore une soirée qui s’annonçait comme les autres. Laissant mes ongles pianoter un instant sur l’encadrement de la porte, je me dirigeais vers le vestiaire trouvant bon nombre de filles qui s’apprêtaient, enfilant vêtement et perruques. Je déposais mon sac sur la maquilleuse qui m’était réservé avant de me préparer. Contrairement à elles, je ne cherchais pas à changer mon apparence, mon maquillage n’avait rien d’excessif, des lèvres d’un rouge sensuel, mais ça se limitait pas mal à cela. Je n’allais même pas jusqu’à changer mes cheveux. Peut-être qu’au contraire j’aurais dû changer mon apparence, mais je savais aussi que je pouvais être moi malgré le fait que je dansais pour des hommes comme des femmes. « Coco c’est à toi. » J’avais repris mon nom de scène que j’utilisais dans le cirque, voilà mon identité secrète, je ne pensais simplement pas qu’une autre allait me rattraper ce soir. Repoussant mes nattes d’un mouvement de la main vers mon dos, avant de me diriger vers la scène. Les spots, la chaleur, la noirceur de la salle… J’attendais que la musique de mon numéro commence avant que mes mouvements s’harmonisent avec la mélodie, roulant mes hanches et caressant doucereusement la pole. Les gestes venaient sans que je ne prenne le temps d’y réfléchir. Je sentais les billets se glisser dans le peu de tissus qui me couvrait encore. Les exclamations se perdaient dans la musique. Je ne faisais qu’une avec la pole, j’avais passé un moment à devoir l’apprivoiser, mais en réalité ce n’était pas bien différent du mât chinois. Bien que je n’eusse jamais été très douée pour cette pratique, ça restait une question d’équilibre, de force et de contrôle, ce que j’étais parvenue à faire avec de la pratique constante. La musique finissait par prendre fin et quittant la scène, je commençais à prendre les billets qui brodaient ma culotte. Je poussais la porte pour retourner dans le vestiaire. « Qu’est-ce que les gens ont à payer avec les billets d’un dollar ! » m’exclamais-je en glissais les quelques liasses dans une enveloppe. Un débat commençait lorsque la porte s’ouvrait de nouveau. « Coco va dans la salle. » Je poussais un soupir, pas trop le choix, mais je savais que ça impliqué qu’on pouvait me demander une tonne de chose dont je préférais taire. J’enfilais un mini short et une camisole, avant de me rendre dans la salle. Arpentant celle-ci, j’essayais d’éviter qu’on me mette la main aux fesses. Mon regard se posait sur une table. Ouvrant grands les yeux, je déviais rapidement mon regard. Nash. Manquait plus que ça. Je ne lui avais toujours pas dis ma véritable identité, bon je n’en voyais pas non plus l’utilité. J’avais joué un rôle et je n’étais pas certaine s’il désirait me revoir. Mais il y a une chose dont j’étais certaine, il ne devait pas s’attendre à ce que Denise secrétaire médicale se retrouve à faire la danseuse au bout milieu de Georgetown. Je tournais les talons avant qu’il ne m’aperçoive, après tout peut-être que lui et ces amis venaient tout juste de s’installer à cette table ! Mais j’ignorais que c’était trop tard.  

_________________
I've got no roots I like digging holes and, hiding things inside them When I grow old, I hope I won't forget to find them Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night I build a home and wait for, someone to tear it down Then pack it up in boxes, head for the next time around Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night And a thousand times I've seen this road A thousand times
Revenir en haut Aller en bas
Nash HowdenGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/08/2016
Pages lues : 299
Crédits : cosmic dust|avatar ◈ monocle & shellhead.|ship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Chris Evans
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Trent (hammer) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : open carter; devon; rhett
Âge : 35 ans ◈ 12 avril 1983

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Mar 7 Nov - 21:47

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Depuis qu'elle était apparue, il avait du mal à détourner son attention d'elle. Et il n'était pas le seul. Nash observait certains clients tirer sur l’élastique de ses sous-vêtements pour y glisser un billet, leurs doigts s’attardant sur sa peau au détour d’un mouvement de danse. La chose lui laissait un arrière-goût désagréable dans le bouche. C’était irrationnel. Il s’agissait des aléas du job, d’une manière de récupérer quelques pourboires et de faire le spectacle. Nash savait aussi que ça ne l’émouvait pas plus que ça de témoigner du même rituel chez les autres danseuses. Parce qu’il ne les connaissait pas. Parce qu’il y avait une distance qui l’empêchait de se mêler de ce qui ne le regardait pas. Les activités de Denise n’étaient certainement pas ses oignons – ils se connaissaient à peine – mais le contraste était trop brusque avec la jeune femme qui avait partagé un repas avec lui. Peut-être encore s’agissait-il d’une envie particulièrement déplacée et possessive de la toucher lui aussi. Seulement lui. Sans l’ombre d’un billet ou de regards curieux. Nash était attiré par elle, il ne s’en cachait pas. Il avait accepté ce fait dès l'instant où elle s’était assise face à lui jusqu'au moment où elle s'était glissée dans ses draps. Elle était jeune et terriblement belle. Que ne pouvait-il pas aimer ? Ils avaient passé une nuit ensemble et Nash aurait pu s’en satisfaire; laisser les autres tenter leur chance. Il n’avait pas l’habitude de retourner voir la même personne. Ça lui arrivait, bien évidemment, lorsque les esprits étaient clairs et qu’il ne prenait pas le risque d’échanger autre chose que des moments de plaisirs sans accroche. La situation avec Denise était plus particulière. Ils s’étaient rencontrés sous le prétexte d’un rendez-vous arrangé. La revoir sonnait terriblement comme la prochaine étape d’un schéma de romance typique. Nash ne voulait pas lui donner de fausses idées, mais il était à peu près sûr que la jeune femme était sur la même longueur d’onde. Il s’était donc mis en tête de la recontacter, histoire de voir s’il ne pourrait pas remettre le couvert. L’expérience avait après tout était agréable pour l’un et l’autre, et il n’y avait pas de mal à se faire plaisir comme on dit. Mais voilà qu’ils se revoyaient par surprise, dans un contexte tout autre. Nash l’observait danser, devinant des courbes qu’il connaissait déjà, et le souvenir semblait indigne d’être partagé dans un endroit aussi peu intime. Bien vite, elle cessa tout mouvement. La danse était terminée. Le temps qu’il tourne la tête vers ses compagnons, Denise avait déjà disparue, sans doute déjà retournée en coulisses. C’était sans doute mieux ainsi. Il n’avait pas besoin de l’avoir sous les yeux toute la soirée, alimentant les railleries de ses amies et les questions sans réponses dans son esprit. On avait rempli son verre face à lui et Nash ne se fit pas prier pour en prendre une gorgée, le rhum lourd sur sa langue. Il s’était plus ou moins replongé dans la conversation normale lorsqu’il aperçu de nouveau la jeune femme. Elle se mêlait aux clients, dos à leur table. Nash n’avait aucune idée de la procédure de ce club. Etait-ce habituel de venir se joindre à la foule après une représentation ? Etait-ce autorisé de leur parler ? Avait-elle d’autres responsabilité ? Quelqu’un proposa d’une voix lourde de payer un lap dance à Nash et l’humiliation de la chose le fit se lever. Il ne savait pas si elle offrait en effet ce genre de service, mais il était hors de question qu’il laisse un pote bourré la mettre dans une telle position. Il décida d’aller lui parler. Peut-être l’avait-elle vu, il serait bizarre de l’ignorer, non ? A moins que c’était la chose à faire, se voiler la face et ne pas l’embarrasser en l’a confrontant avec son métier. Mais ça n’avait pas d’importance, Nash arrivait déjà à sa hauteur. « Salut Denise » dit-il simplement pour attirer son attention. Etait-ce contre protocole de l’appeler par son prénom ? Elle devait avoir un nom de scène après tout. Ce n'est pas comme si d'autres pouvaient les entendre. « Je ne m'attendais pas à te croiser ici... ». L'euphémisme du siècle.

_________________


in each and every world
and in the middle of the night ✻ i may watch you go. there'll be no value in the strength of walls that i have grown
Revenir en haut Aller en bas
Devon FloydGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 21/10/2017
Pages lues : 617
Crédits : Lempika. (avatar) ✰ gif (tumblr) ✰ ship (shellhead. & tag)
Avatar : Zoe sweety Kravitz
Pseudo : monocle. ✰ alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Lowen #DStevens Jesabel #LCollins Jonas #TEgerton
Disponibilités : closed (6/5) nash ; austin ; jared ; benjamin ; alec ; maëlys (uc.)
waiting list ≡ nothing
Âge : 24 ans ✰ 31 juillet 1993

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Mer 15 Nov - 19:19

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Ce qui aurait pu être une soirée comme tant d’autre, voilà que je me retrouvais devant une situation quelque peu tendue. Enfin, pour moi, quoi que pour lui ça devait l’être tout autant s’il réalisait que je me trouvais dans ce club. Préférant faire comme si je ne l’avais pas vu – tout du moins après avoir tourné les talons – je croisais les doigts pour qu’il ne me reconnaisse pas. Comment pourrais-je réagir s’il me faisait venir à sa table ? Je posais mon regard sur la porte séparant la salle des coulisses. Croisant le regard du gérant qui me faisait signe de continuer à me promener. Meilleure manière de se faire voir après le show et ainsi les clients étaient plus désireux de demander un show privé et ainsi on ramenait plus d’argent. Pour la première fois, je me sentais gênée d’en accepter un en sachant que Nash pourrait s’apercevoir de la chose. Pourquoi ça me travaillait autant ? On ne s’était pourtant pas revu depuis cette fameuse soirée où j’avais joué la vie d’une autre. Une vie que je m’étais surprise à apprécier. Je ne connaissais pas cette Denise, mais elle semblait avoir une vie si banale qu’elle me faisait envie. Rien à voir avec la mienne. Je ne pouvais malheureusement changer aucune de nos deux vies, je devais faire avec ce que j’avais. Au moins, je pouvais me dire qu’elle s’était grandement améliorée. J’avais fait quelques pas, avant d’entendre sa voix derrière moi. Prise de court, je me figeais. J’étais prise entre l’envie de sourire heureuse d’entendre sa voix et celle de me cacher pour ne pas qu’il me voit ainsi. Je préférais qu’il ait une meilleure image de moi. Après tout j’avais appris qu’il était un homme « important », certes il n’était pas la tête sur les affiches électorales, mais il avait une certaine notoriété et celle-ci pourrait sans doute être entacher si on le voyait avec une strip-teaseuse. Et puis, je n’avais pas menti que sur mon prénom en jouant le rôle de Denise, mais aussi sur la carrière, mon âge… Tellement de chose que j’avais à cet instant peur de me perdre dans ceux-ci. Devais-je jouer la carte de l’ignorance ? Faire comme si je ne le connaissais pas ? Ce serait assez déplacé… « Tu t’appelles Denise. » Je sortais de mes pensées, tournant la tête vers le client qui passait près de nous, me jetant un regard qui me donnait envie de répliquer, mais je n’avais pas ce pouvoir. Je me tournais finalement vers Nash à qui je faisais toujours dos, posant mon regard sur lui. Je n’avais que quelques secondes pour réfléchir et je ne perdais pas de temps lui prenant la main. On n’était pas supposé avoir ce genre de contact, mais si on restait là pour faire un brin de causette, ça finirait par attirer les regards. Prenant donc sa main, je le traînais avec moi jusque dans une salle privée. Le laissant entrer, je refermais la porte derrière nous. « Ici c’est Coco. » disais-je finalement en appuyant mon dos contre la porte et croisant mes bras, tentant tout signe pour garder mes distances. « Ne t’en fais pas, je te ferai pas payer pour un show privé. Disons que c’était la seule manière de passer plus inaperçu. » Je passais ma main dans mes cheveux, poussant un soupir. « Moi non plus je ne m’attendais pas à te voir ici… » Je marquais une pause avant d’ajouter : « Je n’aurai pas non plus cru que tu viendrais me parler en découvrant cela. » Soyons franc, pourquoi il chercherait à garder un lien avec une strip-teaseuse, le boulot de secrétaire dentaire devait sembler très peu payant si je faisais un accoté. Je relevais mon regard vers lui, tenter de lui dire qu’en fait je n’avais rien de Denise, mais comment aborder le sujet sans que ça dérape. Mais est-ce que je désirais qu’il sache la vérité ? En fait, c’était ça la véritable question, après tout, la dernière personne qui avait su la vérité m’avait traité comme un animal et je n’étais pas prête à remettre ça. Je frottais ma main sur mon bras, cherchant à chasser l’illusion d’un frisson qui me parcourait l’échine.

_________________
I've got no roots I like digging holes and, hiding things inside them When I grow old, I hope I won't forget to find them Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night I build a home and wait for, someone to tear it down Then pack it up in boxes, head for the next time around Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night And a thousand times I've seen this road A thousand times
Revenir en haut Aller en bas
Nash HowdenGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/08/2016
Pages lues : 299
Crédits : cosmic dust|avatar ◈ monocle & shellhead.|ship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Chris Evans
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Trent (hammer) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : open carter; devon; rhett
Âge : 35 ans ◈ 12 avril 1983

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Sam 9 Déc - 22:08

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Il avait été facile d'être transporté ailleurs. Un contexte trop récent pour devenir automatique, mais Nash se retrouvait de nouveau plongé dans l'atmosphère électrique d'un tête à tête avec la belle jeune femme. Ils auraient pu se lancer dans une conversation anodine, quelques informations échangées et des rires faciles et sans prise de tête. C'était facile avec Denise, et c'est aussi pourquoi il avait souhaité la revoir. Mais ils n'étaient pas dans un restaurant. Ils n'étaient pas non plus chez l'un ou l'autre, ou même au détour d'une rue. D'une certaine manière, l'endroit n'avait pas d'importance. Il aurait été cocasse et assez amusant de tomber sur elle ici, eut-elle été une simple cliente comme lui. Le fait qu'elle y travaillait changeait passablement la donne. Les preuves s'accumulaient encore et encore. Dans la tenue légère de son interlocutrice. Dans les lumières tamisées et chaudes sur leur peau. Dans la réflexion d'un client qui sonnait à la fois intrusive et innocente. Un monde très particulier que Nash côtoyait avec ironie et parcimonie. Un monde à la périphérie du sien, là où tant de politiques aimaient se perdre. Et c'est Nash qui se chargeait de rendre la chose discrète au risque de devoir tout nettoyer sur leur passage. Denise, elle, en faisait partie à part entière semblait-il. Elle ne répondait pas de suite, et Nash craignait que sa simple présence lui soit insupportable. Il s'agissait de son lieu de travail après tout. Et pas le plus anodin. Avant qu'il puisse ouvrir la bouche pour tenter de s'expliquer, Denise l'attrapa par la main pour le guider dans une salle. Une salle dont il pouvait très bien deviner la fonction. Nash imaginait déjà les visages hilares et taquins de ses compagnons en le voyant disparaître derrière cette porte, guidé par la plus belle créature en ces lieux. Nash ne pouvait espérer leur faire croire que rien n'allait se passer entre ces quatre murs. Il s'en moquait bien. La porte se ferma derrière eux et c'était comme enfouir sa tête sous l'eau. La musique de la salle principale lui parvenait en un son étouffé, et c'est un regard curieux qu'il posa sur la jeune femme. Elle était adossée contre la porte, la posture défensive et la mine gardée. Il pouvait très bien imaginer pourquoi. Pourtant, il n'était pas là pour l'accuser de quoique ce soit. « Coco » répéta-t-il, comme pour texter le nom sur ses lèvres. Son pseudo ne l'intéressait pas vraiment. Il n'avait aucune intention de rejoindre le groupe des hommes l'ayant appelé ainsi. Des hommes qui n'avaient jamais eu le plaisir de partager un repas avec elle, et un moment naturel et plaisant qui ne pouvait pas exister entre ces murs. Denise ironisa sur leur situation, et Nash aurait été incapable de dire si la plaisanterie était de mauvais goût ou non. Si quelqu'un avait le droit de faire preuve de sarcasme là-dessus, c'était bien elle. Il s'y était attendu, mais la remarque dépréciative de la jeune femme le laissa mal à l'aise. Il haussa une épaule. « Je suis surpris, bien évidemment » dit-il, ne souhaitant pas feindre une nonchalance qu'il ne ressentait pas pleinement. « Mais je suis pas là pour te juger ». Denise était une grande fille, parfaitement capable de prendre ses propres décisions et faire ce que bon lui semble avec son corps. Il y avait bien pire au monde que d'être strip-teaseuse, de plus. « Je bosse dans la politique, j'en ai vu d'autres crois moi » continua-t-il. Si elle pensait le choquait, elle était loin du compte. Il espérait qu'elle le crois, qu'elle ne pense pas qu'il se donne un genre, prétende accepter son métier pour s'attirer de nouvelles faveurs. « Je peux m'en aller si tu préfères » dit-il après un moment de silence. Peut-être que c'était elle qui le jugeait, elle qui le voyait désormais comme le genre d'homme qui fréquente les strip-club sans aucun égard pour les personnes qui y travaille. En cet instant, ils étaient tous les deux bien loin du duo décomplexé qui avait partagé un rendez-vous agréable.

_________________


in each and every world
and in the middle of the night ✻ i may watch you go. there'll be no value in the strength of walls that i have grown
Revenir en haut Aller en bas
Devon FloydGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 21/10/2017
Pages lues : 617
Crédits : Lempika. (avatar) ✰ gif (tumblr) ✰ ship (shellhead. & tag)
Avatar : Zoe sweety Kravitz
Pseudo : monocle. ✰ alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Lowen #DStevens Jesabel #LCollins Jonas #TEgerton
Disponibilités : closed (6/5) nash ; austin ; jared ; benjamin ; alec ; maëlys (uc.)
waiting list ≡ nothing
Âge : 24 ans ✰ 31 juillet 1993

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Mar 2 Jan - 4:51

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
C’est dans des circonstances totalement différente que j’aurais préféré revoir Nash. Loin du club. Loin de cette vie qui était la mienne. Lui donner la chance de revoir Denise, même si je savais que je ne pouvais pas m’attacher à ce rôle. Je ne pourrais pas le jouer toute ma vie. Tôt ou tard il faudrait bien qu’il sache que je n’étais pas la femme qu’il aurait dû rencontrer. Un hasard que j’avais tourné à mon avantage. Maintenant, j’en payais le prix. Moi qui ne désirais plus voler, je venais pourtant de recommencer. J’avais volé un moment à une autre femme, profitant de cela pour faire la connaissance d’un homme attachant. Mon karma allait être entaché, ça, je pouvais en être certaine. Si je voulais que ça continue, je devais arrêter de me dire que peut-être la vraie Denise lui plairait plus que celle que j’avais inventé pour lui. Peut-être que par ma faute deux personnes n’avaient pas pu se rapprocher. Tout cela me hantait alors que je le regardais, gardant mes distances face au trentenaire. C’est sur la défensive que je me tenais devant lui. J’aurais aimé être plus décontracté et c’est sans doute ainsi que j’aurais été si tout avait été différent entre nous. Il ne savait rien de la vérité, mais moi je savais. Bien évidemment. Qui ne l’aurait pas été ? Je me pinçais les lèvres. Disait-il la vérité ? « Pardon ? » Il en avait vu d’autre… Je ne savais pas trop comment prendre ses mots. Était-il en train de me comparer à un politicien ? Pour jouer double face, il n’avait pas tout à fait tort, mais je me gardais encore de dire quelque chose sur ce sujet. C’était à m’en mordre les doigts, comment pouvais-je tenir sans rien dire ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais c’était un poids de plus en plus pesant à porter sur mes épaules. Haussant les sourcils, je ne cachais pas mon étonnant lorsqu’il reprit la parole. Il était prêt à partir. Laissant mes bras retomber le long de mon corps, je m’approchais de lui. « Je n’ai jamais dit que je désirais te voir partir. » Je me mordais la lèvre, brisant la distance qui nous séparait, laissant mon corps onduler. Je me tenais devant lui, mon regard plonger dans le sien. J’aurais pu me noyer dans ses yeux. « Ça me fait plaisir de te voir… même si on dirait pas… » Je laissais un rire nerveux et discret m’échapper. « Disons que je n’avais pas imaginer te revoir de cette manière. Ça n’a rien à voir avec ce repas qu’on a échangé. » Je fronçais le nez. « Ça en est bien loin même. » Bien sur que je m’étais montré sur la défensive, au fond de moi, je l’étais encore, ne sachant pas trop sur quel pied danser. Je restais un moment silencieuse, oubliant que derrière la porte fermée se trouvait un tout autre monde. Un endroit qui pouvait nous séparer, nous ramener à la réalité. Qui pouvait me faire rappeler que je n’étais pas sa Denise. Je n’avais pas envie de retrouver ce monde. « Qu’est-ce qu’on fait ? » demandais-je finalement au bout de longues secondes de silence. « Je devrais retourner travailler, mais j’aime bien être ici. Tes amis vont finir par se faire des films… Et je ne sais pas pourquoi, mais te faire une danse me rendrait nerveuse. » Pourquoi est-ce que je lui disais cela ? Nerveuse… Pourquoi ? Il avait déjà vu mon corps ! Peut-être parce que je ne lui avais pas tout montrer l’étendu de ce que je pouvais faire, mais s’il avait vu mon show sur scène, il en avait eu un bon aperçu. Peut-être parce que je ne désirais pas qu’il voit ce que c’était de faire une danse privée ? Mais qui me disait qu’il n’en avait pas déjà eu ? Il était peut-être un habitué ? Je n’étais en poste que depuis quelques mois, rien ne me disait qu’il ne venait pas régulièrement et qu’on ne s’était juste pas croisé avant ce soir…

_________________
I've got no roots I like digging holes and, hiding things inside them When I grow old, I hope I won't forget to find them Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night I build a home and wait for, someone to tear it down Then pack it up in boxes, head for the next time around Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night And a thousand times I've seen this road A thousand times
Revenir en haut Aller en bas
Nash HowdenGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/08/2016
Pages lues : 299
Crédits : cosmic dust|avatar ◈ monocle & shellhead.|ship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Chris Evans
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Trent (hammer) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : open carter; devon; rhett
Âge : 35 ans ◈ 12 avril 1983

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Sam 13 Jan - 18:32

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
La pénombre de la pièce n'était pas propice à la conversation qu'ils devaient avoir. Des lumières tamisées, une atmosphère à la fois lourde et enivrante, Nash aurait été incapable d'ignorer où il se trouvait. La silhouette de Denise se voulait plus contrastée, incapable à ignorer; le phare au milieu de la tempête. Mais Nash n'était pas sur le point de chavirer. La surprise et le léger malaise de la chose n'avaient pas encore lâchés leur emprise sur lui, et c'est perplexe qu'il regardait la jeune femme. Comment se comporter, que dire, autant de questions qu'il ne s'était pas posé leur de leur rendez-vous. La conversation avait été naturelle et légère et les avait guidés vers des chemins plus intimes. Intime, la situation présente l'était aussi, mais trop brutale. Nash prononçait des mots mal assurés qui semblèrent vexer Denise. Il se ravisa, levant une main dans un geste d'excuse, une grimace au bord des lèvres. « Je voulais juste dire que je n'en pense pas moins de toi » tenta-t-il de se rattraper. C'était innocent après tout. Une activité comme une autre, si ce n'est plus sensuelle et vulnérable aux préjugés. Bien loin des travers et vices plus répréhensibles dont il avait témoigné au fil de sa carrière. Chantage, drogues, prostitution, le monde de la politique était à la hauteur des clichés qu'on lui attribuait. A ce titre, Denise avait plus de raisons de douter de lui que l'inverse. Pour ce que ça valait, il n'était pas blanc comme neige, mais il savait jusqu'à quel point il ne s'abaisserait pas. De toute manière, il laissait à son frère le loisir de s'occuper de toutes ces petites manigances. Convaincu que ce n'était pas forcément un bon moment de remettre en question les vérités qu'ils avaient échangés, Nash proposa de partir. Ils pourraient reprendre cette conversation à un autre moment, dans un autre lieu, à tête reposée. Denise préféra ne pas saisir la perche qu'il lui tendait. Au contraire, elle se rapprocha. Avait-elle conscience de la manière dont son corps se déplaçait vers lui? Sans aucun doute. Il était partagé entre le léger malaise de se voir traiter comme un client lambda et la faiblesse de craquer devant l'attirance fatale qu'elle dégageait. Mais ses paroles n'avaient rien de surjouées. Elle ne le traitait pas comme un de ces anonymes de l'autre côté du mur. « Moi non plus » dit-il, un léger sourire aux lèvres. Oui, il ne s'était pas attendu à la voir dans ce contexte, et oui c'était bien différent du repas qu'ils avaient partagés. « Ca n'est pas forcément une mauvaise chose » dit-il. C'était différent, et alors? Elle pouvait être honnête avec lui à présent, ne pas cacher ce métier. « Je ne veux pas t'attirer de soucis avec ton boss » murmura-t-il, mais il n'avait pas non plus envie qu'elle le quitte. Pas vraiment envie qu'elle retourne à son occupation, à vrai dire, mais ça n'était pas ses oignons. « Ils se font déjà des films, ne t'occupes pas de ces imbéciles » rétorqua-t-il avec une note d'exaspération amusée. Nash savait bien que, quoi qu'il dise, ses amis ne croiraient jamais que rien ne se soit passé dans cette pièce. Nash laissa effleurer la pulpe de ses doigts contre son poignet. « Tu n'as pas à faire ça » dit-il, les sourcils légèrement froncés. Ce n'est pas ce qu'il demandait. Donnait-il cette impression? Qui cherchait-il à berner, bien sûr que le contexte de la chose faisait bouillir son sang et lui donner envie de toucher, encore et encore. Mais il n'était pas un client. Il n'était pas venu pour ça.

_________________


in each and every world
and in the middle of the night ✻ i may watch you go. there'll be no value in the strength of walls that i have grown
Revenir en haut Aller en bas
Devon FloydGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 21/10/2017
Pages lues : 617
Crédits : Lempika. (avatar) ✰ gif (tumblr) ✰ ship (shellhead. & tag)
Avatar : Zoe sweety Kravitz
Pseudo : monocle. ✰ alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Lowen #DStevens Jesabel #LCollins Jonas #TEgerton
Disponibilités : closed (6/5) nash ; austin ; jared ; benjamin ; alec ; maëlys (uc.)
waiting list ≡ nothing
Âge : 24 ans ✰ 31 juillet 1993

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Mer 4 Avr - 5:22

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Bien que le lieu soit intime, que leur conversation le soit tout autant, Devon ne peut renier qui elle est, ce qu’elle fait. Elle arrive à distinguer les traits de Nash sans pour autant les détailler dans leur intégralité, mais elle voit se former ce qui ressemble à une grimace. Il semble désolé et ça lui décroche un sourire au coin de ses lèvres charnues. Elle le regarde, l’observe même avec attention. Ils viennent tous les deux de deux mondes totalement différents, mais ça elle le sait depuis longtemps. En fait, depuis ce moment où ils ont partagé un repas ensemble. Ce moment où elle a pris l’identité d’une autre pour profiter de lui, de sa compagnie. Elle est sans doute aussi manipulatrice que les politiciens, finalement. User de belles paroles, de son charme, qu’on vienne à ne regarder qu’elle et qu’on finisse par croire à tout ce qu’elle peut dire. Malgré cela, elle a ce côté franc avec lui, cette part d’elle qu’elle ne lui a jamais caché. Est-ce assez pour qu’il l’accepte comme elle est ? En tout cas, il n’a pas pris la fuite en découvrant qu’elle possède un accoté – qui n’en est pas vraiment un. Brisant la distance qui les sépares, l’afro-américaine joue de ses charmes sans même le réaliser. Elle est si souvent dans cette peau, qu’elle en oublie d’être autrement, plus détendue, plus naturelle. Sa démarche est fluide, ses hanches roulent à chaque pas, elle ne semble pas marcher, mais flotter. Près de lui, elle cherche son regard ses prunelles clairs. Elle les distingue et bien vite elle s’y perd. Elle n’a jamais pensé qu’elle le reverrait ainsi, qu’elle se tiendrait devant lui si peu vêtue. Son cœur s’emballe sans qu’elle s’y attende. « Tu trouves ? » Elle ne peut s’empêcher de lui demander, même s’il semble accepter sa situation, elle s’attend à ce qu’il retourne sa veste de côté à tout moment. Ce n’est pas facile de croire, même avec la meilleure volonté du monde, qu’un homme puisse s’intéresser à une stripteaseuse. C’est ce que pense Devon, même si elle ne le dit pas, ne désirant pas le froisser. Les hommes comme lui doivent d’avantage aimer les femmes comme Denise, ce n’est pas pour rien qu’elle a jouée ce rôle dans ce dîner. Elle voulait savoir comment on pouvait se sentir en étant ce genre de femme. « Tu ne m’attireras pas de soucis. » dit-elle sans savoir si elle a raison ou non. Si elle sort sans être payer, on risque de lui poser des questions. Seulement, elle n’a pas envie de le traiter comme un simple client. Elle ne veut pas le voir assis dans ce fauteuil à la regarder pendant qu’elle se déhanche pour lui. Elle ne veut pas le faire payer plus cher pour quelques suppléments. « J’imagine le genre de film qu’ils peuvent se faire. » sourit-elle amuser de le voir exaspéré. Ce genre de film bien des hommes se les font et elle ne dit rien, elle ne dira jamais rien, de toute manière, ils sont libres de leur imagination. Seulement, les films qu’ils se font, elle se les fait aussi. Ils envahissent son esprit lorsqu’elle sent cet effleurement sur son poignet, ce faible contact qui l’électrolyse de la pointe de ses cheveux sombres à ses orteils. Elle n’a pas oublié le contact de son corps sur le sien, son corps non plus n’a pas oublié. Elle vibre, son regard s’assombrissant. « Je sais. » dit-elle, en le poussant doucement pour qu’il recule assez et que son corps rencontre le fauteuil derrière lui. Elle le pousse une dernière fois pour le faire s’asseoir, seulement, elle ne se dirige pas vers la radio pour mettre de la musique, elle ne se met pas à ondulée comme elle devrait le faire. Bien au contraire, elle monte à califourchon sur lui, passant ses jambes repliées de part et d’autre de lui. Ses bras passent autour de son cou et vont se déposer sur le dossier du fauteuil. « Qu’est-ce qui t’amène dans ce genre d’endroit ? » Elle cherche à créer une conversation, car bien que l’envie de lui sauter dessus s’empare d’elle, elle ne peut pas. Pas ici. Elle ne veut pas s’offrir à lui ainsi, donc elle s’interroge sur ce qui l’amène dans le stripclub. Peut-être qu’il est plus régulier qu’elle croit. Peut-être qu’il a certain penchant qu’elle ignore. Elle s’immisce dans les désirs charnels qu’il peut vouloir.  

_________________
I've got no roots I like digging holes and, hiding things inside them When I grow old, I hope I won't forget to find them Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night I build a home and wait for, someone to tear it down Then pack it up in boxes, head for the next time around Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night And a thousand times I've seen this road A thousand times
Revenir en haut Aller en bas
Nash HowdenGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 28/08/2016
Pages lues : 299
Crédits : cosmic dust|avatar ◈ monocle & shellhead.|ship ◈ tumblr|gifs
Avatar : Chris Evans
Pseudo : shellhead.
Schizophrénie : Declan (stan) Trent (hammer) Neil (downey) Rhys (pine) Avri (vikander)
Disponibilités : open carter; devon; rhett
Âge : 35 ans ◈ 12 avril 1983

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Mer 11 Avr - 16:46

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
« Ça me fait plaisir de te revoir, peu importe le contexte » répondit-il en haussant une épaule, un brin charmeur. Ça n’était pas l’idéal, évidemment. Il y avait la gêne évidente d’avoir surpris Devon dans une activité qu’elle n’avait pas souhaité lui révéler. Malgré lui, il avait forcé la chose, et l’ambiance qui en résultait n’était forcément pas celle paisible et naïve d’un premier dîner en tête à tête. Peut-être qu'elle n’avait jamais eu l’intention de le rappeler, mais il en doutait quelque peu. Une certaine alchimie était là et c'est sans doute ce qui aidait à rendre cette réunion plus anecdotique qu'elle ne l'était réellement. « Si tu le dis » répondit-il, peu convaincu malgré lui. Après tout, il n'en savait rien, il ne connaissait pas les rouages de cet établissement en particulier, mais tout business man qui se respecte n'aime pas perdre de l'argent. Et un long tête à tête avec une danseuse qui ne rapporte rien? C'était loin d'être idéal. Mais c'était Devon la professionnelle ici, et Nash choisissait de lui faire confiance. Il esquissa un sourire en entendant la jeune femme imaginer les pensées - sans aucun doute déplacées - de ses amis. Les murs autour d'eux devaient avoir de lourds secrets, témoins silencieux de nombreuses scènes qu'il valait mieux taire. Nash ne souhaitait pas agrandir la collection. Ce que Devon avait à offrir, il l'avait déjà vu, et il préférait mille fois l'intimité de son domicile à cet endroit impersonnel. Mélanger travail et plaisir devait également être une règle que Devon se refusait à briser.  Et c'était mieux comme ça. Cela ne l'empêchait pas de se laisser enivrer par sa présence et la proximité de sa peau. S'ils étaient tous les deux sur la même longueur d'onde, il devenait de plus en plus difficile de se tenir à ses principes. D'autant plus lorsque Devon le poussa à s'asseoir dans le fauteuil derrière lui avant de se mettre à califourchon sur ses jambes. Une sacrée contradiction. Mais il n'agissait pas d'une provocation et, quitte à ne rien faire, Nash n'allait pas rechigner un peu de proximité. Il passa ses bras autour de sa taille, répondant à la question avec la voix calme et un corps alerte de la moindre sensation. « La pression sociale » avoua-t-il dans un sourire dépréciateur. « Je ne fréquente pas souvent ce genre d’établissement, mais mes amis étaient insistants ». La chose sonnait terriblement comme une excuse, repoussant la faute sur des camarades qui, eux, n’auraient eu aucune à honte à revendiquer leur lieu de fréquentation. Nash n’était pas réellement embarrassé. Il avait en effet déjà mis les pieds dans un club de strip-tease, plusieurs fois, toujours avec des groupes de copains ou lors de sorties moins décomplexées avec des gens de son parti. Il n’y avait rien de répréhensible là-dedans. Et pourtant, Nash ne souhaitait pas que Devon se fasse une fausse image de lui. Il n’y avait jamais rien de déplacé, jamais d’attentes perverses ou de désirs inavoués dans ses visites. Il n’était jamais l’investigateur, sauf une rare fois où il avait dû organiser l’enterrement de vie de garçon d’un de ses amis et les avait inévitablement menés dans un strip-club. Pour un groupe de mecs cherchant à éponger de nombreux verres d’alcool, c’était un lieu comme un autre, avec une belle vue en prime. « Ça fait longtemps que tu travailles ici? ».

_________________


in each and every world
and in the middle of the night ✻ i may watch you go. there'll be no value in the strength of walls that i have grown
Revenir en haut Aller en bas
Devon FloydGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 21/10/2017
Pages lues : 617
Crédits : Lempika. (avatar) ✰ gif (tumblr) ✰ ship (shellhead. & tag)
Avatar : Zoe sweety Kravitz
Pseudo : monocle. ✰ alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Chip #THolland Carter #AKendrick Solora #CBennet Lowen #DStevens Jesabel #LCollins Jonas #TEgerton
Disponibilités : closed (6/5) nash ; austin ; jared ; benjamin ; alec ; maëlys (uc.)
waiting list ≡ nothing
Âge : 24 ans ✰ 31 juillet 1993

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   Sam 9 Juin - 9:19

Nash & Devon

hips don't lie but those lips sure do

neon lights and uncovered sins
Peut-il y avoir pire contexte que celui qu’ils sont en train de vivre ? Sans doute que, mais quand on prend le temps de réfléchir, il y a toujours pire que ce que l’on croit. Et même si cette rencontre anodine peut sembler terrible, elle a ses avantages. Ils sont seuls dans une cabine privée, lumière tamisée, personne pour les dérangés. Pour une seconde rencontre ça aurait pu être pire, en effet. Elle essaie simplement de ne pas penser à tout ce que peut mener cette seconde rencontre. Découvrir qu’elle n’est pas Denise ou alors que son patron découvre qu’elle n’a pas fait payer un client. Toutefois, elle sait comment le faire changer d’idée, elle n’a qu’à voler pour lui. Après tout, elle travaille aussi de cette manière. Un rouage dont elle a un mal terrible à se déprendre. Il la tient et si elle se pensait en liberté, elle se retrouve encore une fois prisonnière d’une cage. On lui coupe ses ailes, mais c’est une chose dont elle l’habitude. Elle s’y fait tout simplement parce que c’est ainsi. Elle ne peut pas voir un avenir sans vivre de cette façon, peut-être parce qu’elle n’a jamais rien connu d’autre. Être un oiseau en cage lui convient, tout du moins, elle croit que cela lui convient. Et puis, que peut-elle faire d’autre ? Elle ne voit pas d’autre possibilité. Elle rêve d’être cette Denise. Son regard s’est perdu dans les iris clairs de l’homme qui se trouve avec elle. Elle l’écoute parler, soulagée, mais aussi amuser de voir qu’il cherche une forme d’excuse à sa présence dans cet endroit. « Tu pouvais aussi refuser catégoriquement aussi. » dit-elle en souriant, le taquinant avant d’approcher ses lèvres de son oreille. Elle en profite pour humer ce parfum musqué qui est le sien, cette touche sucrée dégagé par le gel. « Mais on ne se serait pas revu dans cette circonstance si tu avais refusé. » Elle sous-entend qu’elle l’aurait revu si ça n’était pas de ce soir. Quand ? Où ? Elle ne sait pas, elle ne pensait pas à l’appeler, tout du moins pas pour l’instant, laissant leur première rencontre s’estomper. C’est bien ce qu’on doit faire ? Devon n’est pas très douée lorsqu’il s’agit de drague. Elle ne comprend pas cela et si on lui a dit qu’elle se devait de se faire désirer, elle ne le fait pas toujours raisonnablement. Elle est même assez excessive, un peu comme dans tout. Elle ne connait pas la demi-mesure. Elle se recule pour croiser son regard, cette fois elle n’a pas besoin de mentir. Il ignore tout de cette facette d’elle, elle peut donc lui dire une once de vérité. « Quelque mois. » Elle ne donne pas plus de détail, si elle le fait elle devra dire des choses qui trahiront ce qu’elle est réellement. « Mais ça reste un boulot, ça paye les factures, les petits plaisirs qu’on veut s’octroyer par moment. » Elle se rapproche à nouveau, glisser une main dans les cheveux de sa nuque. « Ça ne fait pas de moi une fille facile. » Elle murmure contre ses lèvres. « Ce serait davantage de ta faute. » Elle se montre audacieuse en disant cela, mais elle ne peut nier l’attirance qu’il y a entre eux. Si elle ne serait pas à son boulot, sans doute qu’ils ne seraient pas en train de discuter paisiblement comme ils le font à cet instant.

_________________
I've got no roots I like digging holes and, hiding things inside them When I grow old, I hope I won't forget to find them Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night I build a home and wait for, someone to tear it down Then pack it up in boxes, head for the next time around Cause, I've got memories and travel like gypsies in the night And a thousand times I've seen this road A thousand times
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: neon lights and uncovered sins ≡ devon   

Revenir en haut Aller en bas
 
neon lights and uncovered sins ≡ devon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» we’ll be burning up like neon lights.
» 05. Black Sins and White Vertus...
» 3-2-1 GOGOGO { PV Devon}
» I write sins not tragedies [Panic! At the disco]
» Des dessins (sins)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown-
Sauter vers: