AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 955
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Mar 7 Nov - 0:31

Cela faisait maintenant deux ans, deux ans que son fils était mort et qu'elle était incapable de faire son deuil. Deux ans que chaque enfant qu'elle croisait lui faisait penser à lui. Joyce avait toujours été une jeune femme pleine d'énergie, toujours souriante malgré les épreuves qu'elle avait dû traverser, et pourtant, à la mort de son fils quelque chose s'était brisé en elle, quelque chose qui semblait ne jamais pouvoir cicatricé.

Depuis ce soir, la jolie blonde n'était plus aussi pleine de vie comme elle l'avait été. Bien sûr parfois elle était heureuse, surtout depuis sa rencontre avec Tommy, mais elle avait encore beaucoup de chemin à parcourir. Manque de confiance en elle, elle se rabaisse sans cesse parce que c'est la seule chose qu'elle a toujours eu. Son ancien amant l'avait utilisé et manipulé sans même qu'elle ne s'en rend compte.

Aujourd'hui avec son petit ami les choses sont bien différentes, elle a appris à aimer mais surtout, à être aimer pour ce qu'elle était réellement. Quoi de mieux pour avancer ? Il lui manque néanmoins une chose, l'amour pour un enfant, alors pour combler tout cela, Joyce est du genre à aimer les balades en pleine nature, que ce soit dans la forêt ou même un parc. Ce même parc où elle va régulièrement. Ce parc rempli d'enfants accompagnés de leurs parents, bien souvent des mères. Ces enfants semblaient si épanouis, si heureux, tout ce que Joyce n'avait jamais su faire avec son fils. Du moins c'est ce dont elle s'était persuadé.

Comme bien souvent, la blonde s'était installée sur un banc à l'écart tout en regardant les enfants jouer ensemble. Elle voyait en chacun Isaak, s'il était encore en vie il aurait probablement le même âge que certains. Peut-être même qu'il se serait fait des amis parmi ceux présents dans ce parc. Joyce avait le coeur serré en les voyant ainsi, son souffle commençait à s'accélérer et elle peinait à reprendre sa respiration. Tous les symptômes d'une crise d'angoisse. Une autre encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Alaska N. HopkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 21/09/2017
Pages lues : 106
Crédits : .sapphire
Avatar : Eliza Taylor
Pseudo : .sapphire
Disponibilités : 4/2 Pas libre pour le moment, mais on peut se prévoir un rp quand vous voulez.
Connor - Joyce -Kelvin - Sheri
Âge : 26 ans, du 24 octobre
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Lun 13 Nov - 20:31

Les oiseaux. Venir les voir dans le parc, les observer voler, les écouter chanter, les voir sauter d’arbre en arbre… Ça a le don de me détendre. J’en ai beaucoup dans mon jardin car j’ai fait en sorte que ce soit vraiment un sanctuaire pour les oiseaux, mais ce n’est rien comparé à toutes les espèces que l’on peut trouver dans le parc. Quand on sait où se mettre, c’est un spectacle incroyable à voir. Néanmoins, ça fait un moment que je suis entre les arbres et je décide qu’il est temps de rentrer. Je n’ai pas de boulot en retard, alors j’ai pu me permettre cette balade. Même si, dans le fond, je n’ai jamais de travail en retard. Quand j’en ai, je le fais tout de suite et tout en seule fois. Si bien qu’une fois fini il me reste plus qu’à attendre une nouvelle affaire. Je crois que des fois j’embête vraiment mon père à réclamer du travail, mais je m’ennuie très rapidement quand je ne bosse pas. Je range toute mes affaires dans mon sac et sors d’entre les arbres pour reprendre le chemin du parc. Je m’approche d’un banc où je vois une femme avec une chevelure couleur blé, mais à vrai dire ce n’est pas la chose qui m’interpelle le plus. J’accélère le pas dans sa direction.

-Essayez de respirer calmement.

Je laisse tomber mon sac à dos sur le banc et ouvre la fermeture éclair d’un coup sec. Je fouille dedans et retire un petit sachet qui contient un bijou acheté un peu plus tôt quand je suis passée devant une vitrine. Je laisse le bijou glisser dans mon sac et donne le plastique à la jeune femme devant laquelle je m’accroupie, mais il sera inutile si c’est une crise d’asthme. Dans tous les cas, je sais qu’il faut qu’elle se calme et respire doucement. Le plastique peut aider ou sinon…

-Concentrez-vous sur les mouvements de votre abdomen. Respirez avec le ventre, sentez le se gonfler et se réduire sous l’effet de l’inspiration et l’expiration.


Je ne suis pas de nature à paniquer devant une personne malade et d’ailleurs il faut montrer du calme devant une personne qui fait une crise respiratoire peu importe l’origine. Toujours accroupis devant elle, je pose une main sur son genou. Geste qui se veut rassurant et apaisant. Il faut rapidement que j’évalue la situation car si elle n’arrive pas à reprendre une respiration normale, je vais devoir appeler les urgences.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 955
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Mar 14 Nov - 1:50

Joyce aimait venir se changer les idées dans un endroit entouré de nature et pour cela, quoi de mieux que de venir passer un peu de temps ? C'est donc ce qu'elle avait décidé de faire, mais aussi parce que cet endroit était le repère de mamans accompagnés de leurs enfants. C'est une petite habitude que la blonde a pris maintenant, même si au fond d'elle, elle sait que ce n'est pas la meilleure. Venir se torturer l'esprit en regardant ces enfants, tout simplement comme si elle avait l'impression qu'une part de son fils pouvait vivre en eux.

Elle avait prit l'habitude de s'installer, elle restait parfois quelques minutes, parfois quelques heures et parfois même, elle y restait tout l'après-midi, enfin c'était avant qu'elle ne trouve du travail dans l'entreprise de Tommy, désormais, elle pouvait enfin gagner son propre argent et se faire plaisir si elle en avait besoin, même si à ses yeux l'argent n'avait jamais rien acheté, encore moins l'amour.

Ce n'est qu'après quelques heures assise sur ce banc qu'elle commençait à se sentir mal, les regards s'étaient portés sur elle sans pour autant s'y attarder. Les personnes la regardait comme si elle était une bête curieuse, comme si elle était capable de faire du mal à ces enfants, si seulement ils savaient.. Joyce ne voulait faire de mal à personne, elle essayait tant bien que mal de faire son deuil comme elle le pouvait, mais ce n'était jamais suffisant pour effacer complètement cette douleur qui lui brûlait la poitrine. Est-ce qu'un jour elle pourra s'en débarrasser sans pour autant oublier le visage de son fils ?

Soudain, une femme s'approcha d'elle comme si elle avait remarqué sa détresse. Bien sûr chamboulée, la blonde essaya d'appliquer les conseils de l'inconnue mais plus elle essayait de ralentir sa respiration et plus elle paniquait. La suédoise faisait toujours tourner les mêmes images en boucle, celles où elle quitte son fils des yeux et où il s'éloigne d'elle. Elle donnerait n'importe quoi pour revivre ces quelques minutes et changer le cours des choses, mais elle en est incapable, tout comme elle est incapable de se calmer, ce qui n'arrange rien à sa respiration qui devient de plus en plus saccadée et bruyante.

Aux conseils de la jeune femme, elle plaça une main sur son ventre, essayant de faire abstraction du reste pour se concentrer sur sa peau qui gonfle et se dégonfle. Elle semble retrouver un semblant de sérénité, mais rien n'est gagné, Joyce broit du noir et ce, depuis trop longtemps.

Le parc se vide peu à peu autour d'elle, les gens rentrent chez eux pour reprendre le cours normal de leur vie, tandis qu'elle, elle a l'impression que sa vie s'est arrêtée le jour où son fils est décédé, depuis elle survit plus qu'elle ne vit réellement. La blonde retrouve son calme mais sa respiration laisse désormais place à des larmes qui inondent son visage, bien que l'inconnue soit toujours auprès d'elle, elle semble lâcher prise et ne plus se soucier de sa présence. Joyce est à bout, elle a besoin de se confier et d'évacuer toute cette douleur qui la ronge depuis tant d'années.

" - Je.. Pardon.. Merci.." murmura-t-elle en séchant ses larmes et reprenant un semblant de contenance.

Joyce avait du mal à retrouver ses esprits, mais elle essayait de faire du mieux qu'elle pouvait après l'assaut que son corps venait de subir.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Alaska N. HopkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 21/09/2017
Pages lues : 106
Crédits : .sapphire
Avatar : Eliza Taylor
Pseudo : .sapphire
Disponibilités : 4/2 Pas libre pour le moment, mais on peut se prévoir un rp quand vous voulez.
Connor - Joyce -Kelvin - Sheri
Âge : 26 ans, du 24 octobre
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Lun 20 Nov - 13:39

Je vois tout de suite que la femme du parc a du mal à se calmer Au contraire elle semble stresser encore plus et j’ai peur que ça tourne vite plutôt mal. Cependant je teste encore un peu de l’aider. Elle teste ma méthode du ventre. Je le sais car je la vois poser sa main dessus et c’est exactement ce qu’il faut faire. Je la vois se concentrer sur sa respiration. Les urgences ne seront peut-être pas nécessaires en fin de compte. Petit à petit elle semble plus calme jusqu’à ce que je voie des larmes couler sur ses joues. Bientôt ça devient un véritable flot. J’ai peur que de pleurer lui pose de nouveau des problèmes de respiration, mais des fois ça fait du bien de pleurer. C’est toujours mieux dehors que dedans. Le problème c’est que c’est loin d’être glamour ! Je sais que j’ai un paquet de mouchoir. Je le cherche dans l’une des pochettes de mon sac et lui tend.

-Tenez.

Je commence à me sentir mal à rester accroupi ainsi. J’ai des genoux du tonnerre pour ce qui s’agit de la marche, mais je me fatigue dans une position comme celle-là. Je décide de bouger mon sac pour le déposer par terre et me redresse (non sans un craquement de genoux) pour m’assoir sur le blanc à la place de mon sac. Juste à côté de la jeune femme en pleurs qui s’excuse. Je secoue la tête.

-Vous n’avez pas à vous excuser. Pleurer permet d’évacuer les peines. C’est comme les personnes qui ont mal, crier un bon coup leur permettent de sentir un peu mieux pendant quelques instants. Ça ne règle pas le problème de fond, mais quand ça veut sortir il ne faut pas hésiter à se laisser aller.

Ça fait un peu de bien et c’est toujours mieux que laisser quelque chose nous bouffer de l’intérieur. C’est mauvais des garder des problèmes non réglés au fond de nous. Après quelque temps ça fini souvent par nous rendre très mal, trop mal pour pouvoir les régler tout seul. Et c’est souvent comme ça que des gens finissent chez moi. Je sais que ce n’est parfois pas difficile d’affronter certaines choses ou tout simplement d’accepter des mauvais évènements qui ont pu nous arriver pourtant c’est la meilleure chose à faire pour ne pas qu’ils prennent trop de place dans notre vie et finissent par nous rendre dingue. Je regarde la jeune femme. Je ne sais pas pourquoi elle pleure, mais je suppose qu’elle ne veut juste pas en parler comme ça avec une inconnue qui passe, cependant je demande :

-Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ? Aller vous chercher une boisson chaude quelque part pour vous réconfortez peut-être ?

Personnellement quand je suis mal la chaleur me fait du bien. Faire la larve dans mon canapé deux couvertures sur moi et un chocolat chaud entre les mains. C’est ma thérapie personnelle. Après j’ai bien conscience qu’il en va au goût de chacun.


Dernière édition par Alaska N. Hopkins le Lun 27 Nov - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 955
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Jeu 23 Nov - 11:54

Suite à sa crise de panique, la jolie blonde a beaucoup de mal à se calmer, ce n'est hélas pas la première fois qu'elle est prise de telles crises. Plus d'une fois elle a déjà terminé à l'hôpital afin de pouvoir se reposer et se détendre autant que possible dans un tel lieu, mais ça ne l'empêchait pas de penser à tout un tas de choses, elle avait toujours été comme ça.

Alors forcément, quand la jeune femme lui explique une méthode afin d'essayer de calmer sa respiration, elle se dit qu'elle n'a rien à perdre, et de toute facon, dans la situation actuelle, elle n'a pas vraoment le choix de faire autrement que de tenter cette solution. Elle commence par poser une main sur son ventre puis doucement, elle tente de caler sa respiration avec les mouvements de bas en haut de ce dernier.

Après quelques minutes, cela semble faire son effet, elle n'ai pas encore totalement calmée, c'est même tout le contraire, mais sa respiration se fait un peu plus régulière qu'auparavant. Ce n'est qu'une fois qu'elle a retrouvé un semblant d'esprit que les nerfs lâchent et qu'elle se met à sangloter devant cette inconnue. En temps normal, Joyce accorde beaucoup d'importance sur le regard que les autres ont de sa personne, mais dans l'immédiat, c'est bien la dernière chose qui lui importe. Et puis, si la jeune inconnue ne supporte pas ses larmes, alors elle la laissera tomber, même si elle en doute au vu de sa présence auprès d'elle.

Elle écouta avec attention ses propos entre deux sanglots et, malgré la véracité de ceux-ci, elle ne pouvait en être entièrement convaincue. Elle avait déjà tenté de faire sortir plusieurs fois le mal qui la rongeait de l'intérieur. Elle avait pleurée, criée mais au fond, elle ne s'était pas sentie mieux pour autant. Joyce était consciente que tant qu'elle n'aura pas réussi à mettre des mots sur sa douleur intérieure concernant le décès de son fils, elle restera bloquée à jamais dans le passé. Mais jusqu'alors, elle n'avait pas réussie à se confier, parfois elle avait abordée le sujet comme avec Wesley ou bien Tommy, mais ça restait très succinct et elle faisait tout pour changer rapidement de thème de discussion.

La jeune femme tenait le mouchoir que l'inconnue lui avait tendu et essuyait les larmes qui coulaient le long de ses joues. Une dizaine de minutes environ après, elle était un peu plus présentable et ses sanglots s'étaient arrêtés. Elle avait alors osé jeter un regard à celle qui lui était venue en aide sans même la connaître. Ce genre de gestes se faisait de plus en plus rare dans la société où elle vivait. La règle d'or était plus chacun pour sa peau que venir en aide aux autres.

" - C'est gentil à vous, je pense que vous avez déjà assez fait, je ne voudrais pas vous retardez.."

Elle avait sans doute bien mieux à faire que de s'occuper de cette fille paumée sur qui elle était tombée, qui pleure pour un rien et vers qui elle s'est sans doute sentie obligée d'intervenir. Enfin, c'est ce dont s'était persuadée Joyce, pour elle, aux yeux des autres elle n'avait aucun intérêt, sauf à ceux de son petit ami qui essayait de lui faire gagner de la confiance en elle. Au vu d'aujourd'hui, c'était encore loin d'être le cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Alaska N. HopkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 21/09/2017
Pages lues : 106
Crédits : .sapphire
Avatar : Eliza Taylor
Pseudo : .sapphire
Disponibilités : 4/2 Pas libre pour le moment, mais on peut se prévoir un rp quand vous voulez.
Connor - Joyce -Kelvin - Sheri
Âge : 26 ans, du 24 octobre
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Lun 27 Nov - 16:04

Pour les psychologues, pleurer est une manière de se soulager, d’évacuer des émotions que nous n’arrivons pas à verbaliser. Mettre des mots sur ce que l’on ressent est parfois compliqué et c’est encore plus difficile de les faire comprendre à quelqu’un. Un bébé en début de vie ne sait pas parler, pour faire comprendre qu’il a mal ou a faim, il pleure. Même à l’âge adulte. Certes, pour des raisons différentes car en grandissant les problèmes que l’on doit vivre sont différentes. Mais peu importe l’âge pleurer fait souvent du bien. C’est prouvé que les larmes contiennent des endorphines, un analgésique qui soulage la souffrance émotionnelle. Bien-sûr chaque personne est différente et il faut voir la nature du problème. Mais ça reste primordial de libérer toutes les tensions accumulées dans notre corps en pleurant pour éviter un surplus de stress qui pourrait avoir des conséquences néfastes comme des angoisses, des problèmes de sommeil ou pire des expressions. En pleurant, nous libérons le corps de ses tensions.

La femme accepte mon mouchoir et je la laisse se « débarbouiller » sans dire mot. Beaucoup de personnes ont honte de pleurer. Moi la première je suis quelqu’un qui n’aime pas être surprise en train de pleurer. Bien que j’accepte que c’est un processus naturel est bon pour évacuer les émotions négative, je préfère que l’on me voit souriante et sans problème. Mais pleurer, surtout chez les femmes, est un signal d’alarme. Un signal comme quoi on a besoin d’être consoler, qu’on a besoin de réconfort et d’attention. Personnellement je trouve mon réconfort dans la chaleur, sous une couette avec un chocolat chaud. J’aime aussi qu’on reste à côté moi dans ces moments-là et qu’on essaye de me divertir en parlant de quelque chose que j’aime bien. Mais on est toute différente et ce n’est pas facile de savoir ce qui pourrait faire du bien à la jeune femme à côté de moi. Je lui propose ce que j’aime, mais elle décline ma proposition.

-Oh vous ne me retardez pas, je n’ai pas de rendez-vous qui m’attend et je me sentirai mal de laisser quelqu’un livré à sa peine.

Je regarde autour de moi. Je sais que beaucoup de gens ne réagisse pas face à ce genre de comportement. Certains ont même peur des gens qui pleurent, mais moi je vois vraiment un SOS qu’on me lance. Bien-sûr c’est plus facile de consoler quelqu’un que l’on connait qu’une inconnue totale.

-Je peux rester auprès de vous. Parler si vous en avez envie ou je peux même chanter pour vous changer les idées ? Mais je pense qu’il y a des meilleurs chanteurs dans ce parc.

Plus doucement je chuchote :

-Tendez l’oreille et écoutez les oiseaux.


Je pose mon index sur mes lèvres pour indiquer de faire silence quelques instants. Encore une fois ce n’est pas sûr que ça marche, mais se concentrer sur autre chose, dans ce cas en écoutant la nature s’agiter, permettra peut-être quelques secondes de changer les idées de la femme à côté de moi. Bien que je sache que c’est que c’est temporaire. Je laisse retomber ma main et observe ses réactions. Voir si l’apaise un peu plus même si le plus gros de sa crise de larmes semble être passée. Je ne veux pas la forcer à me parler si ce n’est pas ce qu’elle souhaite, mais au moins je peux essayer de lui apporter un peu de divertissement et je l’espère de douceur. Et si elle ne veut pas de moi, je suis sûre qu'elle me le dira.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 955
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Dim 3 Déc - 13:18

Joyce a toujours été une femme honnête, sensible mais surtout franche, enfin bien évidemment dans certaines situations, il faut savoir agir avec parcimonie. Elle a pas mal souffert dans son passé bien qu'elle soit encore jeune, elle n'a même pas encore passé la barre des trente ans, et pourtant, parfois elle a l'impression d'en avoir quasiment le double de son âge actuel. Les situations dans lesquelles elle a été n'ont jamais été très simples à vivre, mais elle a réussi à s'en sortir indemne. Enfin, plus ou moins. Elle n'a peut-être aucune cicatrice sur son corps mais son esprit a des marques indélébiles qui l'a suivront probablement toute sa vie.

Dans ses habitudes, Joyce n'a jamais vraiment appris à montrer ce qu'elle ressent, elle est plutôt du genre à sourire pour faire croire à tout le monde qu'elle va bien, que tout va bien dans le meilleur des mondes, mais la vérité est bien différente. Elle souffre mais fait tout pour le cacher, et un sourire est souvent la meilleure des solutions pour pallier à ce genre de choses. Avec le temps, elle a appris à ne pas montrer ses faiblesses aux autres, notamment en se mettant à pleurer devant un public, mais cette fois-ci, elle a enfreint ses principes en s'exposant ainsi devant cette inconnue. Bien qu'elle ne semblait représenter aucune menace, il n'en demeurait pas moins que désormais la blonde avait appris à se méfier des apparences, bien trop souvent trompeuses.

Au moment où on lui proposa de lui acheter quelque chose, comme un chocolat chaud afin de la remettre sur pied, elle refusa. Joyce avait toujours été une femme indépendante, elle ne voulait dépendre de personnes, d'autant plus après cette altercation avec son ex petit ami qui désormais lui pourissait l'existence. Parfois, il lui arrivait de se demander si sa vie serait la même si elle n'avait pas rencontré Tommy, si elle n'avait pas flashé sur lui et surtout, si elle n'était pas venue dans cette ville. Est-ce que Eliott l'aurait tout de même retrouvé ? Est-ce qu'il aurait autant insisté pour revenir dans sa vie ? Est-ce qu'elle aurait accepté de le côtoyer de nouveau ? Peut-être. Avant d'arriver à Washington, Joyce était une jeune femme totalement perdue qui aurait presque accepté un poste miteux si ça pouvait lui permettre de gagner de l'argent, même si elle devait faire le trottoir pour ça, aujourd'hui tout était si différent, mais une chose n'avait malheureusement pas changé, le manque de son fils et cette culpabilité qui la rongeait au quotidien.

La jeune femme a toujours été très sensible, les choses l'a touche directement, mais le montrer publiquement est une honte pour elle, c'était la porte ouverte à ceux qui veulent la blesser voire la détruire, et elle s'en voulait d'avoir agit de la sorte. Son regard se posa sur le visage de la blonde face à elle, elle avait une aura protectrice, comme si elle passait sa vie à rassurer des gens simplement de par sa présence. C'est sans doute pour cette raison que Joyce s'est sentie mieux lorsqu'elle est arrivée et la bercée avec sa douce voix.

" - Je n'aurai jamais dû venir ici, mais c'est le seul endroit où j'ai l'impression qu'il est encore avec moi. J'ai peur que si je ne viens plus ici pour les regarder, que son souvenir s'efface et que je ne me souvienne plus à quoi il ressemblait.."

Ses yeux deviennent brillants et sa voix tremblante, elle ne voulait pas se plaindre, ce n'était clairement pas son intention, puisqu'elle détestait ça, au contraire, elle passait son temps à enfouir au fond d'elle toutes ces blessures pour les cacher aux yeux des autres.

Puis soudain, la jeune femme qui plaisantait deux secondes avant en lui disant qu'elle pouvait chanter si c'est ce qu'elle voulait, se mit à chuchoter pour pouvoir entendre le bruit de la nature. C'est pour cette raison que Joyce adorait les parcs, la forêt ou autre endroit de verdure, c'était ce qui l'apaisait le plus. Et une fois de plus, ça fonctionnait.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Alaska N. HopkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 21/09/2017
Pages lues : 106
Crédits : .sapphire
Avatar : Eliza Taylor
Pseudo : .sapphire
Disponibilités : 4/2 Pas libre pour le moment, mais on peut se prévoir un rp quand vous voulez.
Connor - Joyce -Kelvin - Sheri
Âge : 26 ans, du 24 octobre
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Ven 8 Déc - 20:40

Il est difficile de certains les raisons des pleurs d’une personne et encore plus quand on ne l’a connait pas très bien, voire dans mon cas, pas du tout. Cette blonde est une totale inconnue pour moi, mais c’est totalement contre mes principes de laisser quelqu’un en proie à temps de peine toute seule. On dit parfois que je suis trop emphatique pour une psychologue, que j’ai tendance à avoir trop mal pour les gens. Pourtant je trouve que je suis assez solide, mais parfois on en peut faire autrement que d’être touché. Je n’ai pas un cœur de pierre ! Loin de là !

Finalement la jeune femme du banc m’en apprend un peu plus tout en restant vague. Il faut que je décode les mots. Qu’il est encore avec moi. Elle fait face à un deuil j’en suis sûre. Elle a perdu un être cher. Sans doute un endroit où elle avait l’habitude de venir avec cette personne perdue. Les regarder. Je me permets de retourner la tête pour voir dans la direction dans laquelle regardait la jeune femme. Qu’est ce qu’il y a de particulier ? Des enfants. Des enfants et leurs parents. Oh non… J’espère qu’elle n’a pas perdue un enfant. C’est une chose que j’ai tellement de mal à gérer ! Je n’ai jamais été mère alors c’est une relation que je ne saisis pas entièrement et c’est quelque chose qui n’est pas dans l’ordre des choses. Les parents partent avant les enfants, pas le contraire… Je ne sais pas si on guérit de ça un jour… J’essaye d’agir. Je plaisante puis je lui propose de se concentrer sur le chant des oiseaux. Ça semble fonctionnait et elle ne se remet pas à pleurer alors qu’après ses paroles j’étais sûre que ça allait de nouveau sortir tellement ses yeux brillaient. Finalement il faut croire que j’ai trouvé la bonne chose à faire. J’attendis un moment avant de prendre la parole :

-Je n’ose pas imaginer à quel point c’est difficile, mais pour avoir perdu un être cher je sais que l’on oublie jamais son visage et la façon dont elle nous souriait. C’est des choses qui restent gravées là.

Je désigne mon cœur en posant ma main sur ma poitrine. Ça remonte à loin pour moi, mais le visage de ma mère je m’en souviens parfaitement. Sa voix c’est plus difficile, j’étais assez jeune et beaucoup d’années sont passées depuis. Et comme souvenir précieux bien souvent il reste les photos, on peut se replonger dedans quand on veut et ça ravive bien souvent des souvenirs de notre esprits. Après on a parfois pas le réflexe de prendre souvent des photos. Souvent pendant les fêtes j’en fais. Noël, les anniversaires… Ça me permet de garder des traces des êtres qui me sont chers et en plus dans un souvenir heureux.

-Vous avez un album souvenir ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 955
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Schizophrénie : Johan Rieder.
Disponibilités : RPs (2/3 - Disponible)

Tommy × Alaska ×
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Sam 9 Déc - 19:00

La réalité de la situation actuelle, c'est que Joyce venait de montrer à une femme, aussi attentionnée qu'elle soit, qu'elle était faible et surtout que la vie l'avait quasiment totalement brisée. Heureusement, Tommy était là auprès d'elle, mais malgré l'amour qu'elle avait pour lui, rien ne remplacera celui qu'elle avait pour son fils. L'amour d'une femme et celui d'une mère sont deux choses distinctes et elle aurait voulu allier les deux. Elle était persuadée que si Isaak était encore là, il aurait aimé Tommy, son humour et son détachement dans des situations parfois un peu complexes. Finalement les deux amoureux s'étaient bien trouvés, mais ça n'enlevait pas la douleur qui brûlait la suédoise de l'intérieur.

Elle ignore pourquoi elle s'est confié à elle de la sorte, peut-être parce que cette inconnue avait le don de la faire sentir à l'aise avec elle, sans risque d'être de nouveau manipulée. C'est sans doute pour cette raison qu'elle s'était laissée aller à cette confession par rapport à la jeune inconnue lui faisant face.

Joyce avait réussie à se calmer petit à petit, ses sanglots s'étaient arrêtés mais son visage était toujours humide des larmes qui y avaient coulé précédemment. Elle avait écouter attentivement les conseils de la jeune femme et il faut croire qu'attirer son attention sur autre chose avait été bénéfique.

Elle ne pouvait qu'approuver les propos de l'inconnue. Elle entendait encore la voix d'Isaak résonner dans son esprit, parfois, il lui arrivait même de sentir sa petite main se glisser dans la sienne. Au fond, lui n'était plus là, mais son fantôme l'a hantait toujours et ce, probablement jusqu'à la fin de ses jours.

Depuis son décès, Joyce avait toujours une petite photo de lui dans son porte monnaie, c'était comme s'il était toujours à ses côtés, où qu'elle aille. Elle avait également une photo, une seule, qu'elle avait disposé sur sa table de nuit. Mais parfois elle regrettait de l'avoir laissé à sa vue, car ça lui causait plus de peine qu'autre chose. 

À la question posée par la jeune femme, elle secoua la tête. Essuyant ses larmes d'un très de sa manche de manière peu élégante, elle sortit ensuite son porte feuille dans lequel était enfoui une petite photo qu'elle tendit à son interlocutrice, une fois de plus, sans réellement savoir pourquoi elle se confiait de la sorte.

" - Il avait deux ans, il avait encore toute la vie devant moi. Mais j'ai été une mauvaise mère pour lui et c'est à cause de ça qu'il est parti."

Joyce parlait de son fils comme s'il avait simplement quitté la ville ou bien le pays, mais au fond, il avait quitté bien plus que ça, en commençant par la vie de sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Alaska N. HopkinsGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 21/09/2017
Pages lues : 106
Crédits : .sapphire
Avatar : Eliza Taylor
Pseudo : .sapphire
Disponibilités : 4/2 Pas libre pour le moment, mais on peut se prévoir un rp quand vous voulez.
Connor - Joyce -Kelvin - Sheri
Âge : 26 ans, du 24 octobre
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   Ven 22 Déc - 23:43

La blonde assise à côté de moi semble très attentive à mes propos et  surtout je sens qu’elle y est réceptive et c’est ce qui m’importe le plus. Si dans mon métier il est important d’écouter il est parfois encore plus important de savoir se faire entendre et de toucher le cœur des gens, dans l’espoir peut-être de les apaiser un peu. Je demande alors si elle a des souvenirs en papier glacé de la personne qu’elle a perdu et m’apprend que oui par un signe de tête. Après s’être essuyé un peu le visage d’un revers de manche, elle sort son portefeuille et en extrait une photo. C’est drôle, beaucoup de personnes ont des photos de proches dans leur portefeuille, moi la première. Et c’est une tendance que j’ai du mal à m’expliquer. Je me saisis doucement de la toute petite photo qu’elle me tend. Mon cœur se serre. J’aurais tellement voulu avoir tort et que ce ne soit pas la mort de son enfant qu’elle pleure. Deux ans. C’est si jeune… Le monde est parfois bien trop cruel et c’est ce genre de choses qui rend septique sur l’existence d’un dieu au-dessus de nos têtes. S’il existait vraiment, il empêcherait ce genre de chose non ? Un enfant c’est l’incarnation même de l’innocence…

-Je ne pense pas que vous étiez une mauvaise mère. Pour moi, seules les mères aimantes pleurent ainsi le départ de leur enfant.

Une mauvaise mère aurait plutôt tendance à se braquer et dire que ce n’est pas de sa faute si son enfant est mort alors qu’au contraire les bonnes mères penseront toujours que c’est de leur faute, qu’elles n’ont pas réussi à lui donner assez d’amour, ou n’ont pas réussi à bien s’occuper de lui. Je continue de regarder la photo. J’hésite un instant entre parler au présent ou passé, mais finalement je demande :

-Comment s’appelle-t-il ? Et vous aviez une raison particulière pour choisir ce prénom ?

Je ne sais pas si parler un peu plus de lui et la bonne solution, je tente et je jaugerais la réaction de mon interlocutrice. D’ailleurs, je ne connais même pas le prénom de la femme à côté de moi, mais je préfère y aller étape par étape. Je ne veux pas me montrer intrusive et si elle veut que je parte et qu’on arrête notre conversation, elle se sera sans doute plus libre en ne connaissant pas mon prénom et en ne m’ayant pas partagée le sien. Il est parfois plus facile de se confier à une inconnue et c’est peut-être que je reste ainsi pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hors de contrôle [Feat. Alaska N. Hopkins]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tailler la chair et broyer les os : une équipe hors de contrôle [Kyulin, Minamistu, Shizukanaru]
» Le ministre des Haitiens hors-Haiti visite la diaspora
» Jean Pascal Vs. Bernard Hopkins
» Tout est sous contrôle
» Les Hors série

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Downtown :: Lafayette square-
Sauter vers: