AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 life is tough but so are you (olivia & eric)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité

MessageSujet: life is tough but so are you (olivia & eric)   Lun 4 Déc - 20:14



❝I'm hoping to see a bit of happiness today
Olivia && Eric 

      Quand Olivia se réveille ce matin là, il y a une fine couche de neige sur le rebord de sa fenêtre et la maison est aussi silencieuse qu'un temple. Elle sait avant même de se lever, que personne ne partagera son petit déjeuner... comme d'habitude. Pour quelqu'un qui passe un temps fou à s'assurer de l'emploi du temps de sa fille, la mère d'Olivia se retient bien de lui rendre la pareille. Olivia n'apprécie guère la double mesure et les valeurs monarchiques qui règnent dans le foyer Ashmore. Après tout, sa mère pourrait avoir un petit copain, et Olivia n'en saurait rien vu le peu d'information que sa mère partage avec elle. 

    Cette dernière se lève avec grand effort, s'arrachant au confort et à la chaleur de son lit. Enroulée dans un plaid, elle traverse les couloirs vides de sa maison en direction de la cuisine pour un petit déjeuner qu'elle veut bien gras, elle envisage des pancakes avec du bacon et même un œuf ou deux. Enfin, c'est ce qu'elle aurait aimé avoir car encore une fois, sa mère a rempli les placards uniquement avec de la nourriture saine et équilibrée, bonne pour la santé. C'est donc avec beaucoup de ronchonnement et de mots très épineux à l'envers de sa mère, qu'Olivia se saisit d'un bol de céréales allégées en sucre, en sel et en goût. Alors qu'elle mâchonne sa rancœur et son petit déjeuner par la même occasion, Olivia aperçoit le calendrier accroché à côté du frigo. Sa mère, la contrôle freak qu'elle est, note absolument tous les rendez-vous d'Olivia et autres anniversaires sur ce calendrier (cependant aucun rendez-vous en rapport avec son travail, ah ça non, il manquerait plus que cela) et ce qui ressort ce mois-ci n'est pas le jour de Noël ou encore celui du nouvel an mais c'est une date tout autre, entourée en rouge plusieurs fois.

      La présence de cette date dans la vie des Ashford remplit Olivia d'une mélancolie sombre. Elle n'a jamais eu la chance de bien connaître Chloé, la femme d'Eric, mais elle l'a toujours trouvée gentille et amusante. Elle l'avait rencontrée ici et là, à Thanksgiving quand Eric et elle venait à New York pour une réunion de famille ou bien quand Olivia rendait visite à son oncle à Washington, mais toutes leurs rencontres bien que positives n'avaient été que brèves. Alors ce n'est pas tant sa propre tristesse qui assombrit Olivia mais plutôt celle de son oncle. Eric est toujours plus distant et plus renfermé quand approche la date fatidique mais cette année, c'est la première année où Olivia aura la possibilité de faire quelque chose pour changer l'humeur de son oncle. Oh, elle n'espère pas lui remonter le moral entièrement mais elle voudrait simplement lui changer les idées, lui montrer que même si un chapitre de sa vie c'est terminé subitement il y a quatre ans, il a encore une vie entière devant lui.

      C'est donc décidée qu'Olivia finit ses céréales, son amertume contre sa mère complètement oubliée, et qu'elle envoi immédiatement un texto à son oncle suggérant un tour au centre commercial afin qu'il puisse l'aider à choisir un cadeau significatif à sa mère. Olivia offre toujours deux cadeaux à sa mère pour Noël et ce depuis qu'elle est enfant, en effet malgré toutes les différences qu'elle peut avoir avec sa mère elle n'oublie pas que cette dernière l'a élevée seule et pour cela, Olivia lui en est reconnaissante. Elle offre donc un cadeau général à sa mère comme un nouveau sac, une robe ou un collier puis avec l'aide d'Eric, elle lui offre aussi quelque chose qui, à sa manière, exprime cette reconnaissance. Peut-être est-ce parce qu'il est psychologue ou peut-être est-ce simplement sa grande empathie, ou alors il est juste très doué en cadeau, mais les cadeaux choisis par Eric sont toujours ceux qui font le plus d'effet à sa mère. De temps en temps, ils lui mettent même les larmes aux yeux. C'est la version de sa mère qu'Olivia préfère.

      La dernière fois qu'Olivia et Eric ont réellement pu choisir le cadeau ensemble et non au téléphone remonte à quelques années et Olivia s'illumine à l'idée de pouvoir recommencer. Elle reçoit l'accord d'Eric alors qu'elle s'habille et il la prévient qu'il passera la prendre dans quelques instants. C'est donc en vitesse qu'elle termine sa routine, incluant son maquillage, et elle est prête et avachie devant la télévision quand son oncle klaxonne pour lui signaler sa présence. Elle se précipite dehors, en prenant soin d'activer l'alarme de la maison avant de sa diriger vers la voiture. Sans surprise, son oncle n'a pas l'air en grande forme. Il semble songeur et préoccupé mais Olivia ne désespère pas : elle est bien décidée à faire sourire son oncle et à lui mettre du baume au cœur, ne serait-ce que pour une journée.  

© Pando


Dernière édition par Olivia Ashford le Lun 8 Jan - 0:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric L. AshfordGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 24/03/2017
Pages lues : 482
Crédits : angie (vava), Tumblr/Elina (gifs)
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Elina
Schizophrénie : Ryan Campbell, l'ex taulard (Jensen Ackles), Lorenzo A. Mills, le flic (Daniel Gillies) & Joy D. Willis, la journaliste geek (Emilia Clarke)
Disponibilités : Maximilian#3 ~ Maximilian#4 ~ Gabriel#2
Âge : 35 ans (15 aout 1982)

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   Sam 23 Déc - 19:01

Life is tough but so are you
Olivia & Eric
La fin d’année était une période difficile pour moi. Un mauvais moment à passer. Cela ferait bientôt quatre ans. Quatre longues années que Chloé m’avait quitté, emportée par sa maladie. Chaque année, c’était la même chose, je sentais un profond désespoir m’envahir à mesure que la date fatidique de sa disparition approchait. Chaque année, j’étais plus morose, plus distant, plus fermé à l’approche de cette date anniversaire maudite. Je ne pouvais rien y faire, c’était plus fort que moi. Elle me manquait terriblement et j’en voulais à la vie, à la terre entière de me l’avoir arrachée aussi violemment. J’avais même pris l’habitude en cette période de l’année de prendre bien moins de rendez-vous qu’à l’accoutumée, mes patients s’imaginant sans doute que la préparation des fêtes me prenait un temps fou. Il n’en était rien. Je me fichais des fêtes de fin d’année. Noël n’avait plus la même saveur sans elle, je n’avais pas le cœur à la fête. Je ne sortais plus de chez moi que pour le strict minimum, faire des courses pour survivre et aller travailler. Je ne voyais plus mes amis et j’avais tendance à rompre tout contact avec tout le monde pendant cette période. A quoi bon diffuser ma mauvaise humeur et ma morosité ?

Je ne travaillais pas aujourd’hui, alors j’avais prévu de passer ma journée affalé dans mon canapé à regarder inlassablement les conneries qui étaient diffusées à la télé. Cigarette entre les lèvres, main derrière la tête, mon regard vide fixait l’écran quand j’entendis mon portable vibrer sur la table basse devant moi. Lentement, mon regard se posa sur mon téléphone et ma main l’attrapa mollement pour voir qui m’avait écrit. Livie. Ma douce Olivia me proposait un tour au centre commercial pour trouver un cadeau pour sa mère. Je soupirais un instant, imaginant sans mal le monde qui avait eu la même idée et cet attroupement certain que nous allions trouver dans les magasins. J’hésitais quelques secondes parce que je n’avais aucune envie de me retrouver au milieu de toute cette foule, mais en même temps, je savais que les cadeaux d’Olivia pour sa mère lui tenaient à cœur. Surtout que cette année, nous étions dans la même ville et je pouvais l’aider de vive voix et non par téléphone. Malgré mon état plutôt lamentable, j’avais à cœur de lui faire plaisir parce que j’aimais cette petite comme si elle était ma propre fille. J’avais aidé ma sœur à l’élever alors forcément, j’étais très attaché à elle. Je réponds à son message en lui précisant que je passais la chercher d’ici quelques minutes et je me levais du canapé pour aller m’habiller.

Une fois prêt, j’attrapais mes clés et j’aperçus mon reflet dans le miroir. J’avais une mine déplorable… Qu’importe, ce n’était pas la joie en ce moment et Livie en avait parfaitement conscience. Après tout, la mort de Chloé n’était un secret pour personne dans la famille. Et je savais que ma nièce avait tendance à me harceler quand arrivait cette date, pour m’éviter de broyer du noir trop longtemps. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour arriver devant chez elle. Restant dans la voiture, je klaxonnais pour signaler ma présence. Inutile que je sorte de la voiture pour aller jusqu’à la porte vu qu’elle m’attendait. Je la vois rapidement sortir de la maison pour me rejoindre et monter dans la voiture. Je lui adressais un faible sourire. « Salut ma puce. » Inutile de lui demander si elle allait bien, elle avait l’air rayonnant. Un véritable contraste avec moi. Sans plus de cérémonie, je pris la route pour rejoindre le centre commercial, que j’espérais peu bondé de monde. « Tu as déjà une idée ? Ou un semblant d’idée de ce que tu aimerais lui prendre ? Peut-être un type de magasin à cibler ? »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   Lun 8 Jan - 4:03



❝I'm hoping to see a bit of happiness today
Olivia && Eric 

      Sans surprise, Eric passe directement au cœur du sujet sans bavardages inutiles. Il est certainement pas d'humeur et n'a accepté uniquement parce qu'Olivia est Olivia. Et ça elle le sait bien et elle compte en profiter. Il prend la route du centre commercial instinctivement même si c'est probablement le dernier endroit dans lequel il a envie de se trouver en ce moment. Olivia, quant à elle, se nourrit du chaos des acheteurs stressés qui se bousculent et de l'énergie des fêtes de fin d'année, ça l'amuse infiniment. Elle aime les endroits bondés et bruyants, va chercher. La rousse inspecte distraitement la voiture de son oncle, ouvrant la boîte à gant ou cherchant le vide poche. Elle allume la radio, jusqu'à maintenant éteinte, et change de station avec un record de rapidité avant de s'arrêter sur une chanson pop d'une chanteur féminine qu'elle connaît déjà par cœur. Pour beaucoup ce comportement serait insupportable mais elle sait que son oncle n'est pas dérangé pour cela, ou bien simplement il ne lui en tient pas compte.

« Tu as déjà une idée ? Ou un semblant d’idée de ce que tu aimerais lui prendre ? Peut-être un type de magasin à cibler ? »

Olivia hume son approbation, « Avec le froid qu'on se tape en ce moment je me disais une écharpe serait plutôt cool ? Ou un cashmere ? » Elle se mordille les ongles inconsciemment. « Est-ce que c'est trop basique ? » Elle soupire pathétiquement et s’avachit dans le fauteuil. « Ugh c'est si compliqué, on a qu'à commencer par MACY's et on verra bien, je suis sûre qu'il y aura un truc qui cliquera... »

C'est bien connu qu'Olivia et sa mère ont des goûts diamétralement opposés, jusqu'à leurs couleurs favorites, alors pour trouver un cadeau Olivia cherche généralement le truc qu'elle ne peut pas supporter ou qu'elle ne porterait jamais et prend celui-là. En y réfléchissant, Olivia ne connaît que les choses que sa mère abhorre mais elle a peu d'idée concernant ce que cette dernière apprécie. Est-ce que cela veut dire quelque chose sur leur relation ? Probablement.

La voiture et ses deux occupants poursuivent leur chemin au travers des rues de plus en plus occupées, et Olivia ressent le besoin de papoter comme elle le fait toujours.

« Tu veux quoi toi pour Noël ? Un nouveau téléphone te ferais du bien, j'ai pas pu m'empêcher de remarque que le tiens date un peu, tu sais l'autre jour. » Oh, Olivia a bien une petite idée de ce qui ferait du bien à son oncle, surtout après ce dont elle a été témoin l'autre jour en question, mais elle le garde pour elle. Pour toute son insouciance et son rentre dedans, Olivia sait que ce n'est pas le moment d'évoquer sa petite mission personnelle de trouver quelqu'un à son oncle aujourd'hui, ou bien même avant la fin de l'année. La rousse n'est pas non plus complétement sans coeur et elle tient à son oncle plus que tout au monde.

« On pourrait s'arrêter manger un truc, une fois dans le centre commercial je veux dire, t'as mangé ce matin ? Tu faisais quoi d'ailleurs quand j'ai appelé ? Si je me souviens y'a un Starbucks on aura qu'à aller là ! »  
Olivia se souvient particulièrement de la librairie qui se trouve juste en face de ce café précis et elle connaît l'amour de son oncle pour ces derniers. Peut-être se perdre une heure ou deux dans les rayons lui changerait les esprits et il pourrait tenter de la convaincre de l'intérêt d'un ouvrage ou d'un autre, une occupation dans laquelle il a mis beaucoup d'ardeur par le passé : en vain. Olivia peut bien souffrir de l'engouement prononcé de son oncle pour les livres si cela lui remonte le moral et avec un peppermint mocha, elle peut tout affronter. 

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Eric L. AshfordGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 24/03/2017
Pages lues : 482
Crédits : angie (vava), Tumblr/Elina (gifs)
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Elina
Schizophrénie : Ryan Campbell, l'ex taulard (Jensen Ackles), Lorenzo A. Mills, le flic (Daniel Gillies) & Joy D. Willis, la journaliste geek (Emilia Clarke)
Disponibilités : Maximilian#3 ~ Maximilian#4 ~ Gabriel#2
Âge : 35 ans (15 aout 1982)

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   Sam 3 Fév - 13:07

Life is tough but so are you
Olivia & Eric
On était entré dans la période de l’année que je détestais le plus. La fin d’année, la période des fêtes. Depuis que Chloé n’était plus là, je détestais Noël. Cela avait toujours été sa fête préférée et depuis sa disparition, j’avais perdu toute la joie de célébrer cet évènement. Il n’était que synonyme de douleur pour moi. Mais j’avais accepté d’emmener ma nièce au centre commercial, même si c’était bien le dernier endroit sur terre où je voulais me rendre. Je savais que l’endroit allait être bondé de monde et que ça allait m’agacer. Cette sortie avait l’air de lui tenir à cœur et c’était la première fois depuis des années que je pouvais être présent avec elle pour choisir un cadeau pour sa mère. Elle se mit à farfouiller un peu partout et à allumer la radio pour passer en revue toutes les stations. Ça ne me dérangeait pas plus que ça, au moins ça l’occupait le temps du trajet. De toute manière, j’avais un peu la tête ailleurs pour réellement y prêter attention.

Je lui avais demandé si elle avait déjà une petite idée de cadeau. Elle proposa une écharpe ou un cashmere avant de finalement se rétracter. Je jetais un coup d’œil dans sa direction avant de reporter mon attention sur la route. « C’est basique mais on peut trouver de très jolies écharpes. Au moins avec le temps qu’on a en ce moment, ça lui servira. » Même si je supposais que Hope avait déjà des tas d’écharpes et de foulards en tout genre. « On trouvera quelque chose, ne t’inquiète pas Livie. » On trouvait quelque chose chaque année, ce n’est pas cette année que nous allions rentrer bredouille. « Peut-être une montre ? Elle qui calcule tout à la minute près, ça lui servira aussi. » Je me doutais qu’elle avait déjà une voire même plusieurs montres fonctionnelles mais elle était une femme. De ce fait, elle aimait changer de temps à autre et ne pas porter toujours les mêmes accessoires.

A mesure que nous approchions du centre commercial, la file de voitures se faisait plus dense jusqu’à ce qu’on entre dans les bouchons. Merveilleux. La voiture à l’arrêt pour un temps indéfini, je posais mon coude sur le rebord de la portière pour soutenir ma tête alors que l’autre restait sur le volant. Olivia profita de ce temps de pause pour me demander ce que je voulais pou Noël. Elle émit l’idée d’avoir un nouveau téléphone, parce que selon elle, le mien commençait à se faire vieux. Evidemment, l’autre jour elle l’avait utilisé quand Maximilian était chez moi. J’eus un léger rire alors que je reportais mon attention sur elle. « Je n’ai pas besoin d’un nouveau téléphone, le mien me convient très bien. Du moment qu’il fonctionne encore, c’est le principal. Je n’ai besoin de rien, ne t’inquiète pas pour moi ma chérie. » Je ne voulais pas de cadeau, je préférais qu’elle garde son argent pour s’en acheter un pour elle. « Et toi ? Qu’est-ce qui te ferait plaisir ? » Je ne lui avais encore rien acheté, c’était le moment pour elle de me donner quelques idées.

Son interrogatoire continua et je sentais qu’elle s’inquiétait pour moi. Evidemment, tous les ans c’était la même chose. Sauf que cette année, elle était sur place pour constater l’ampleur des dégâts. C’était bien plus facile d’assurer par téléphone que tout allait bien, ça l’était un peu moins de vive voix. « On ira au Starbucks si tu veux oui. Si je ne te connaissais pas aussi bien, je m’étonnerais de cet interrogatoire. Ne t’inquiète pas pour moi ma puce. Ça va aller. » Ce n’était pas le cas, mais je préférais la rassurer quand même. « J’ai mangé ce matin, oui. Je ne vais pas me laisser mourir de faim ne t’en fais pas. Et j’étais simplement devant la télé quand tu m’as contacté. » Rien de bien exceptionnel en soit. La voiture devant moi avançait et après de longues minutes à tourner en rond, je trouvais enfin une place pour me garer. Il était temps d’affronter la foule. « Prête ? » Je détachais ma ceinture et sortis de la voiture. L’air frais me glaçait déjà le sang, inutile de s’attarder trop longtemps dehors. Je verrouillais la voiture lorsqu’elle en fut sortie et je me dirigeais avec elle vers l’entrée du centre commercial. « Alors qu’est-ce que tu veux faire en premier ? Chercher un cadeau pour ta mère ou aller au Starbucks ? » Elle avait suggéré les deux idées dans la voiture, restait juste à savoir par quoi elle voulait commencer.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   Lun 12 Fév - 17:45



❝I'm hoping to see a bit of happiness today
Olivia && Eric 

      Eric adhère distraitement aux propositions de sa nièce et malgré ses surenchères, Olivia ne peut s'empêcher de réaliser qu'il n'est qu'à moitié présent. Même lorsqu'il surenchère sont enthousiasme sonne légèrement faux. Olivia réalise que lui demander de l'aide pour choisir un cadeau féminin n'était peut-être pas la meilleur chose à faire en cette période si sensible pour lui mais choisir ensemble le cadeau de sa sœur a toujours été l'une de leur petite tradition. Elle sait que la fin d'année est une période difficile pour lui et elle n'en tient pas rigueur, de plus elle peut voir qu'il fait un effort aujourd'hui ne serait-ce que par sa présence. L'idée de la montre est plutôt cool cependant si Olivia ne connaissait pas son oncle, elle penserait que ce dernier vient de faire une petite pique contre sa sœur. Olivia se permet un sourire en coin mais ne commente pas.

La jeune rouquine n'a pas l'habitude de prendre soin des autres, premièrement parce qu'elle est souvent seule et rarement responsable pour le bonheur de qui que ce soit et deuxièmement parce que son groupe d'amis ne marche pas comme ça. Ils affichent tous des sourires tout en se jugeant dans le dos des uns et des autres alors montrer un signe de faiblesse est strictement hors de question. Olivia est comme un poisson rouge hors de son vase, elle ne sait pas trop comment elle doit agir, doit-elle prétendre que tout va bien (ce qu'elle fait depuis sa montée en voiture) ou alors peut-être qu'adresser le problème directement serait une meilleure technique ? Son oncle, qui a sans doute remarquer ses manœuvres pour se renseigner sur son humeur depuis le début, la prend en pitié et met fin à ses souffrances. Il la rassure de sa voix grave et posée qui a calmée Olivia dans bien des colères et des peines de cœur au fil des années.

Cependant, la jeune femme ne peut s'empêcher de remarquer le changement de sujet subtil d'Eric qui préfère orienter les questions vers la rousse plutôt que sur lui-même. Elle ne forcerait jamais son oncle à parler mais elle doit aussi lui faire comprendre qu'elle est désormais une adulte et qu'elle est digne de confiance et capable de l'écouter au besoin, renverser un peu leur dynamique habituelle. Bien sûr, l'illusion de sa maturité est rompue par l'utilisation constante des sobriquets que lui donne son oncle. Elle ne va pas se mentir, elle les adore après tout il est le seul qui lui en ai jamais donné, sa mère préférant l'utilisation de son simple prénom. Alors recevoir des petits surnoms ici et là, fait qu'elle sent spéciale mais clairement il la considère toujours comme une enfant.

Depuis qu'elle est arrivée à Washington, Olivia n'a pas vu son oncle sortir avec qui que ce soit, amicalement ou autres. Elle en vient à se demander si il a réellement des amis ou s'il les cache juste très bien. Il y a bien l'homme brun et aux yeux, au combien bleus, qui est venu à l'appartement l'autre jour. Olivia est certaine qu'il y a quelque chose entre les deux mais à part lui, personne. Il lui faudra mettre cela en lumière.

Ah, l'attendue question du cadeau de Noël. Tout au long de l'année, Olivia a le temps de bien songer à ces cadeaux et généralement elle profite que son anniversaire soit en fin d'année pour faire un combo mais pas cette année. Elle a bien réfléchie à ce qu'elle voulait mais alors que la date fatidique approche, tout lui semble frivole. Des palettes de maquillages, des robes Calkin Klein... Rien ne semble être exactement ce qu'elle veut et elle sait déjà qu'elle aura tous cela par sa mère de toute façon. Non, elle veut quelque chose de particulier cette année, elle ne sait juste pas quoi.


« Je suis toujours en pleine réflexion. Quand j'ai une idée ne t'inquiètes pas je te ferais signe. »

La réponse semble dérouter le conducteur, il est vrai qu'Olivia est d'habitude loin d'être une indécise. Il faut croire que Washington la change déjà. Il arrive finalement au centre commercial et trouve une place plus rapidement que ce qu'Olivia aurait estimé. Son oncle sort en premier après une dernière parole pour sa nièce et la jeune femme le suit en dehors de la voiture avant de le regretter instantanément. Quelques jurons lui échappent mais elle tente de les camoufler dans son écharpe avant qu'ils n’atteignent son oncle. Elle est gelée sur place et peut-être que mettre aujourd'hui n'était pas la plus sage décision. Lorsqu'ils franchissent les portes, elle prend le bras de son oncle et le guide sans hésitation.

« Okay Monsieur Ashford, premier arrêt : café. J'en ai besoin, tu en as besoin et cela nous tiendra chaud. Je suis certaine qu'une fois nos cerveaux caffeinés, l'inspiration frappera. Ensuite, on peut se perdre quelques instants dans la librairie si tu veux. » Elle adresse à son oncle son plus grand sourire avant le serrer un instant.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Eric L. AshfordGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 24/03/2017
Pages lues : 482
Crédits : angie (vava), Tumblr/Elina (gifs)
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Elina
Schizophrénie : Ryan Campbell, l'ex taulard (Jensen Ackles), Lorenzo A. Mills, le flic (Daniel Gillies) & Joy D. Willis, la journaliste geek (Emilia Clarke)
Disponibilités : Maximilian#3 ~ Maximilian#4 ~ Gabriel#2
Âge : 35 ans (15 aout 1982)

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   Ven 23 Fév - 15:17

Life is tough but so are you
Olivia & Eric
Cette sortie au centre commercial avec Livie n’était pas une si mauvaise idée en soit. Certes, je n’avais aucune envie de me retrouver au milieu d’une foule noire de monde mais dans mon fore intérieur, je savais que j’en avais besoin. L’isolement n’était jamais bon pour une personne broyant du noir. Je savais ce qu’il fallait que je fasse pour sortir la tête du l’eau, c’était mon travail après tout. Cependant, c’est toujours plus difficile d’appliquer ce qu’on conseille aux autres sur soi-même. L’entreprise se révèle même impossible dans mon cas. J’avais quand même fait l’effort d’accepter, pour faire plaisir à ma nièce, parce que je savais que ça lui tenait à cœur de solliciter mon aide pour trouver un cadeau pour sa mère. Maintenant qu’on vivait dans la même ville, c’était bien plus facile de passer du temps ensemble. Si par les années passées je la conseillais toujours par téléphone, cette année, j’étais en capacité de le faire de vive voix. Autant en profiter. Et puis la voir me faisait du bien, il ne fallait pas se leurrer.

Il allait d’ailleurs falloir que je m’active question cadeaux parce que je n’avais toujours rien à offrir. Alors j’en profitais pour glisser la question à Olivia, pour savoir ce qui lui ferait plaisir. Comme tous les ans, elle devait avoir des tonnes d’idées en tête et j’allais devoir choisir parmi sa liste. Pourtant sa réponse en fut tout autre et cela me surprit. Olivia Ashford, toujours en pleine réflexion à quelques semaines de son anniversaire ? Comment était-ce possible ? La voiture à l’arrêt à cause d’un feu rouge, je posai ma main sur son épaule en faisant mine de chercher quelque chose. « Mon dieu mais où est donc passée ma nièce ? Celle qui a toujours une liste d’idées de cadeaux tellement longue qu’elle tient sur plusieurs pages ? » Le feu passa au vert et je me remis en position pour conduire et reprendre plus sérieusement. « C’est bien la première fois que tu n’as pas au moins une idée en tête. Comment ça se fait ? » C’était étonnant.

Nous arrivions finalement dans le centre commercial après avoir trouvé une place pour se garer rapidement. Il ne nous fallut pas longtemps pour nous engouffrer à l’intérieur de l’établissement parce qu’il faisait un froid à vous glacer le sang dehors. On était bien mieux au chaud ! Maintenant restait à savoir où Livie voulait se rendre en premier. Glissant son bras sous le mien, elle ne mit pas longtemps à se décider et à m’entrainer en premier lieu dans un café pour nous réchauffer. « Ton programme me convient, faisons ça. » Assurais-je avec un sourire en déposant un bisou sur son front. Elle n’aimait pas spécialement les livres alors je me doutais qu’elle voulait m’emmener dans une librairie juste pour me faire plaisir. « Tu as décidé de te mettre à la lecture ? Tu ne veux toujours pas lire un petit Sherlock Holmes ? Ces livres sont assez fins et je les lisais quand j’étais petit, donc rien de trop… chiant ? » Elle connaissait mon gout prononcé pour ce personnage de livre, il avait été le héros de mon enfance. Mais jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais voulu tenter d’en lire au moins un.

Nous arrivions dans le café mais il y avait un peu de file d’attente. Visiblement, nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée pour nous redonner chaud. Au moins, le temps de faire la queue, nous aurions le temps de réfléchir à ce que nous allions prendre. Pour ma part, un expresso suffirait. « Qu’est-ce qui te ferait envie ? » Il était évident que j’allais lui offrir sa boisson chaude. Quel genre de famille serait-ce si je la laissais payer ?

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   Mer 7 Mar - 3:46



❝I'm hoping to see a bit of happiness today
Olivia && Eric 

      

 Devant la réponse nonchalante d'Olivia concernant les cadeaux de son anniversaire, Eric semble choqué et prend bien soin de le communiquer en profitant d'un feu rouge pour en rajouter des tonnes. Olivia ne peut s'empêcher de rougir légèrement mais elle cache son embarras derrière un roulement des yeux. « Haha très drôle Drama Queen, les yeux sur la route s'il te plaît. » Elle sourit tout de même car cela lui fait plaisir de voir son oncle plaisanter ainsi. Si Olivia tient son côté extravagant de quelqu'un c'est bien de lui, même s'il le cache plus qu'il ne l'affiche son oncle est bourré d'humour. Il faut croire que les grands-parents d'Olivia n'avait qu'une dose limité d'humour en réserve et que c'est lui qui a tout hérité parce que la mère d'Olivia est loin d'être une comique. Eric lui rappelle par la même occasion sa mauvaise habitude d'écrire des pages et des pages de demandes plus futiles les unes que les autres, et Olivia se sent stupide. Il enchaîne tout de suite avec une question cherchant à éclaircir les raisons de son changement d'attitude et franchement il aurait pu demander « et qu'est ce que tu ressent ? » et cela aurait été plus transparent. Cela ne la dérange pas cependant, elle est habituée aux légères déformations professionnelles.


« Aucune idée, la flemme probablement. Y'a rien qui m'attire vraiment, c'est la phase blasé du jeune adulte à l'université » plaisante-t-elle, évitant la question avec de l'humour comme à son habitude.


Une fois à l'intérieur du centre commercial Eric approuve le plan d'Olivia, ce qu'elle gratifie « Bien sûr que mon programme est génial » avant d'entraîner son oncle en direction du café. Eric fait preuve d'une marque d'affection en l'embrassant sur le front ce qui ne fait qu'agrandir le sourire d'Olivia. Après tant d'années à discuter principalement par skype et téléphone elle vit désormais dans une constante overdose d'Eric. Elle a la possibilité de le voir tous les jours, même si ce n'est que pour prendre un café entre deux cours, c'en est presque surréaliste. Enfant, elle rêvait du retour d'Eric à New York, il serait venu vivre avec elle et sa mère ou au contraire, elle aurait laissé sa mère derrière pour venir vivre chez lui à Washington... Certes, ce n'est pas exactement la même chose mais ça a au moins l'avantage d'être réel.


 « Tu as décidé de te mettre à la lecture ? Tu ne veux toujours pas lire un petit Sherlock Holmes ? Ces livres sont assez fins et je les lisais quand j’étais petit, donc rien de trop… chiant ? »


Voir Eric se creuser la tête pour adapter ses goûts littéraires à ceux d'Olivia qui sont bien plus de l'ordre du magazine people au rare livre pour jeune ado est plutôt comique. Elle sait qu'il n'est que bonnes intentions mais vraiment Sherlock Holmes ? Elle n'y survirait pas. « Tu sais qui tu me rappelles là tout de suite ? Maman et sa Jane Austen. Vous êtres des vrais nerds pour la littérature britannique vous deux. Je passe pour Sherlock Holmes, j'ai déjà regardé tous les épisodes alors je connais. Je me laisserais bien tenter par des livres français, mon prof nous a donné quelques recommandations l'autre jour. Des envies particulières de ton côté ? » Il faut dire que les cours de français sont les seuls qu'elle apprécie un tant soit peu. Elle commence même à songer d'en faire sa matière principale mais elle est presque sûre que cela causerait un anévrisme à sa mère.


Dans la fille d'attente, Eric lui demande son choix de boisson alors qu'ils avancent à deux à l'heure. Pour Olivia, le café est un art qu'elle savoure à chaque tasse, elle est devenue experte dans le domaine quand elle s'est rendue compte que cela l'aidait avec ses gueules de bois. Elle répond en un instant, « mocha chocolat blanc avec un shot d'expresso, » avant d'ajouter par réflexe, « Et toi ? » Elle n'a même pas fini sa phrase qu'elle a une illumination soudaine, elle se tourne vers son oncle hâtivement, « Oh ! Une machine à café ! Pour mon anniversaire ! »

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: life is tough but so are you (olivia & eric)   

Revenir en haut Aller en bas
 
life is tough but so are you (olivia & eric)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Olivia Kerner (Poufsouffle)
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes :: Les rp's archivés-
Sauter vers: