AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bandy ▬ Remind Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Baby ColemanGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/09/2016
Pages lues : 454
Crédits : Mayiie (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Julianne Hough.
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#Encours Andy ; Azura ; Crystal ; Trystan ; Violet
#Alternatif Andy
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (30.10.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Bandy ▬ Remind Me   Lun 11 Déc - 1:23


Andy & Baby

I miss the way that it felt back then
I wanna feel that way again

Remind Me
Le soleil était à peine levé que l’alarme retentit dans la chambre d’à-côté, se transmettant dans l’émetteur pour bébé qui se trouvait sur la table de chevet à côté du lit. Ce n’était toutefois pas le type d’alarme qui était possible d’arrêter en appuyant sur un bouton, même violemment, mais qui était aussi ponctuelle qu’une horloge suisse. Hedwige Greenfield, deux mois et quelques jours, plus précise d’un coq qui doit chanter le réveil d’une ferme en entier. Et comme l’agriculteur qui se doit de se tirer du lit, je repoussai les couvertures, enfilai mes pantoufles qui étaient désormais toujours au pied du lit en cas de besoin - même si heureusement, ces derniers temps, elles devenaient de moins en moins essentielles au milieu de la nuit - attrapai mon peignoir le plus près - puisque j’avais bien compris que je ne pouvais pas carrément me changer et enfiler des vêtements plus chauds - et je me dirigeai vers la chambre de notre fille à Andy et à moi. Malgré ses pleurs, ce fut d’un ton rassurant que je lui fis savoir que j’étais là, et que j’allais m’affairer à ce qu’elle ne se sente plus en besoin de quoi que ce soit. Évidemment, ce ne fut pas suffisant pour qu’elle cesse complètement de geindre, d’où le fait que je la gardai contre moi, le temps de descendre au rez-de-chaussée pour pouvoir éloigner le bruit de mon fils et mon fiancé, qui dormaient toujours et ce, même si Wesley ne tarderait pas à se lever pour aller à l’école, même si en tant que parent, Andy se devrait peut-être de se lever. Pour le matin, je ne lui en tenais pas rigueur, considérant que lorsqu’Hedwige se réveillait ainsi le matin, c’était pour boire, et en ce moment, il n’y avait que moi qui pouvait subvenir à ce besoin. Prenant le temps nécessaire pour nourrir Hedwige, je la berçai encore quelques minutes une fois que ce fut chose faite, le temps de la rendormir. Mais avant que j’y parvienne, à croire qu’il m’avait fallu pas mal de temps avant qu’elle soit complètement rassasiée, Wesley vint à se tirer du lit, descendant au rez-de-chaussée, à l’heure pour pouvoir se préparer à aller à l’école sans rater le bus scolaire qui passait le prendre à une heure précise chaque matin. Refusant de laisser mon fils aîné de côté, comme je me l’étais promis bien avant qu’Hedwige soit née, je déposai celle-ci dans son couffin au salon, me permettant alors d’avoir les mains libres pour préparer un petit-déjeuner à mon fils, terminer de faire son goûter pour l’école, restant en sa compagnie jusqu’à ce qu’il quitte la maison. Pendant ce temps, la petite avait finalement retrouvé le sommeil, suffisamment pour que je puisse la prendre dans mes bras et la ramener dans son lit, là où elle ferait certainement une meilleure sieste que comme ça, au salon, à la lumière du jour. De plus, compte tenu qu’il était encore relativement tôt, je me disais que cela me donnerait l’occasion de retourner au lit encore quelques instants, ne serait-ce que pour m’y allonger, trainer un peu avant de réellement entamer la journée. Mais lorsque je revins à la chambre, ce ne fut pas une pièce plongée dans la pénombre que je trouvai, mais bien à rideaux ouverts, avec un lit encore défait, mais où personne ne dormait. Trouvant Andy devant son ordinateur, l’air sérieux, même si je ne saurais dire si son air austère était dû à sa concentration pour écrire son livre ou parce qu’il ne comprenait pas un meme sur Instagram, je lui fis quand même savoir ma présence par un timide:  « Hey… » Puis, toujours avec la même retenue, je m’approchai, puis passai mes bras autour de lui avant de l’embrasser sur la joue. Mon but n’était pas tant de le déconcentrer, mais me disant que ces moments étaient trop rares ces temps-ci, j’avais juste envie de lui donner un peu d’affection, quitte à me rétracter par après si jamais il préférait ne pas quitter son ordinateur pour le moment. Mais avant de me détacher, ou réagir autrement, je crus quand même bon de lui demander:  « Tu veux un truc à manger ? », me disant qu’après, je pourrais m’ajuster selon sa réaction, soit attendre un peu avant de bouger ou bien le laisser tranquille pour aller préparer le petit-déjeuner.

_________________

We'll build this love from the ground up + For worse or for better + And I will be all you need + Beside you I'll stand through the good and the bad + We'll give all that we have - And we'll build this love from the ground up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 396
Crédits : #avatar : abisror #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Ryan priceless Gosling
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (CWood) ≡ Rhett (GGustin) ≡ Chip (THolland) ≡ Carter (AKendrick) ≡ Solora (CBennet) ≡ Lowen (DStevens) ≡ Devon (ZKravitz)
Disponibilités : open azura ; baby ; jazz ; mila
flashback or flashforward ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente deux ans. ≡ 10 novembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Bandy ▬ Remind Me   Lun 11 Déc - 5:30

baby & andy

i miss the way that it felt back then
i wanna feel that way again

Remind Me
Les minutes s’écoulaient sans que je m’en aperçoive, la lune était haute lorsque je réalisais l’heure qu’il pouvait être. La maison était silencieuse. Enregistrant ce que j’avais écrit et fermant mon ordi, je l’avais glissé sous mon bras avant de prendre la direction de la chambre de ma fille. Je m’arrêtais un instant devant celle de Wesley, pinçant mes lèvres, avant de poursuivre mon chemin pour pousser doucement celle du nourrisson. La pénombre envahissait la pièce, mais je pouvais distinguer les lignes du berceau. Sans m’approcher, je posais mon regard sur la silhouette endormie. Je ne savais toujours pas comment agir en tant que père. Peut-être était-ce parce que je n’avais jamais connu le mien ? Ce n’était décidemment pas quelque chose d’inné pour moi, mais je ne pouvais rien faire à part attendre. Attendre que je trouve ce gêne qui semblait s’être évanouie à ma naissance. Peut-être que je n’avais jamais été fait pour être père. Peut-être que ce n’était pas mon rôle. Secouant la tête, je fermais la porte pour rejoindre la chambre des maîtres de la maison et Baby par la même occasion. Un maigre sourire apparu sur mes lèvres en regardant sa silhouette étendue de son côté du lit. Je n’avais vraiment eu l’habitude de partager un lit, mes relations s’achevant généralement bien avant de commencer, je ne cherchais pas à m’éterniser dans le lit d’une conquête et j’invitais celles-ci à prendre le chemin de la porte lorsqu’elles restaient un peu trop longtemps à mon goût. Et maintenant, ça faisait deux mois que je partageais le lit conjugal de Baby. Un autre homme avait partagé celui-ci avant moi, il avait pris ma place durant mon absence et pourtant, je ne me sentais pas toujours très à l’aise de me glisser entre les draps pour la rejoindre. Je n’étais pas la cause de leur séparation – pas totalement – et pourtant, c’était tout comme. Cette place n’avait jamais été la mienne. Ce n’était pas mes courbes qui s’étaient imprimés dans le matelas. Déposant mon ordinateur sur la table de chevet, je retirais mon t-shirt pour aller le mettre dans le panier à linge sale se trouvant dans la salle de main. J’y mettais aussi mon pantalon, ne gardant que mon boxer. Restant quelques instants dans cette pièce, je venais rejoindre Baby sous les draps tièdes contrastant avec la fraîcheur de ma peau qui ne prit que quelques instants avant de diffuser une douce chaleur. Des pleurs. La voix de Baby qui résonnait dans un grincement de parasite. J’empoignais les draps, me tournant et retournant sous ceux-ci. Au bout de quelques minutes, je poussais un soupir las, repoussant les draps, je me levais. J’entendais le bruit provenant de la cuisine, mais c’est en solitaire que j’avais envie d’être ce matin. Trop peu dormi sans doute et ça permettait à Baby d’avoir ces moments avec son fils, ne préférant pas m’immiscer entre eux. J’y allais doucement avec Wesley, ne sachant pas trop comment me comporter avec lui, je préférais faire un petit pas vers lui plutôt qu’un gros et qu’on finisse tous deux mal à l’aise. J’ouvrais donc les rideaux pour laisser entrer les rayons du soleil dans la chambre et revenant dans le lit, je posais mon ordi sur mon ventre pour l’allumer. Bien vite, j’ouvrais le logiciel de rédaction, poursuivant où je m’étais arrêté quelques heures plus tôt. Les mots coulaient sous mes doigts et j’étais soulagé de voir que l’inspiration revenait d’elle-même. La cause en restait tout de même un mystère. J’entamais un nouveau chapitre lorsque j’entendis la voix de Baby, timide. Un sourire apparu aux coins de mes lèvres, alors que je relevais mon regard de mon écran. « Bon matin. » disais-je en ramenant mes prunelles bleutées sur l’écran. S’il y avait une chose que je détestais par-dessus tout c’était de ne pas achever une phrase – qu’on me dérange passait toujours, mais laisser une phrase en suspend me faisait perdre mes idées pour celle-ci. Je sentais le mouvement près de moi, sa chaleur autour de mes épaules et ses lèvres sur ma joue alors que je poursuivais l’écriture de ces quelques lignes. « Hum. » Une brève réflexion m’amenant à dire : « Je veux bien un café. » Toujours noir, sans sucre ni crème ni lait. « S’il te plait. » Mes doigts n’avaient pas cessé de taper sur le clavier, mon regard toujours porté sur l’écran. Mais avant qu’elle ne bouge, j’appuyais sur la touche du point, mettant fin à mes idées que j’avais voulu coucher sur la page virtuelle avant que celles-ci s’envolent. Repoussant mon ordinateur sur mes cuisses, j’entourais mes doigts autour de son bras, la tirant à moi pour qu’elle prenne la place préalablement occupée par mon outil de travail. J’entourais mes bras autour d’elle. Je ne me savais pas des plus présents ou affectif depuis ma sortie, mais inutile de précipiter les choses, non ? La collant à moi, je posais mon menton sur son épaule. « Et si on se faisait un petit déjeuné au lit ? Hedwige dort, non ? Wesley est parti pour l’école ? On peut bien prendre ces quelques minutes pour nous ? » disais-je un sourire amusé sur mes lèvres. Avions-nous droit d’être simplement un couple ? Pendant un instant, pouvions-nous vivre ce qu’on avait jamais eu la chance de pleinement vivre ?

_________________
Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Baby ColemanGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/09/2016
Pages lues : 454
Crédits : Mayiie (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Julianne Hough.
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#Encours Andy ; Azura ; Crystal ; Trystan ; Violet
#Alternatif Andy
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (30.10.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Bandy ▬ Remind Me   Lun 18 Déc - 1:19


Andy & Baby

I miss the way that it felt back then
I wanna feel that way again

Remind Me
Cette crainte de déranger, de faire quelque chose de travers quand il était question d’Andy, qui était pire quand il était en train d’écrire, était malheureusement toujours présente, même après deux mois. Ce n’était pas de quoi remettre en question notre relation, mais elle était suffisante pour me rappeler que nous avions beaucoup à faire pour nous adapter, pour avoir une vie de famille à peu près normale, ou juste de simplement habiter ensemble, compte tenu que c’était quelque chose que nous n’avions jamais fait avant aujourd’hui. Pour le moment, les choses se passaient quand même bien au vu des circonstances, mais il était évident que ce n’était pas parfait, à commencer par cette barrière que je m’imposais qui me gênait de faire tout ce que je voudrais faire, de dire ce qui me passait par la tête sans me complexer, comme j’avais eu l’habitude de faire avec lui lorsque nous étions ensemble. Au centre, j’avais retrouvé quelque peu cette aisance, mais le fait que je le voyais qu’à l’occasion, en mon sens, ne se comparait pas au fait de vivre ensemble, d’où ce blocage, d’où mon comportement craintif, ma peur d’en faire trop et provoquer un malaise en me rendant compte que mon intention et mes gestes avaient eu au final l’effet contraire sur mon fiancé. Comme là, je craignis sincèrement que mon étreinte et le fait que je lui adresse la parole alors qu’il était plongé dans son écriture vienne le déranger, mais au final, cela eut l’effet contraire, puisqu’il eut un petit sourire qui vint sitôt me rassurer. Ce fut un peu mieux quand il vint répondre par la positive concernant le petit-déjeuner, mais ce qui vint à me rassurer complètement, ce fut le fait que plutôt que de me laisser me lever de nouveau, il m’attira dans ses bras, m’empêchant d’aller où que ce soit. Allais-je le repousser ou même m’en plaindre ? Certainement pas, ce n’était juste pas possible. En effet, j’avais compris que je me devais de saisir chaque occasion que j’avais d’avoir un petit moment tendre avec lui, et cet instant en faisait partie. Me laissant aller contre lui, me disant que c’était bien suffisant pour moi, je ne m’attendis certainement pas à être comblée par sa proposition, qui était tout simplement adorable, et plus qu’appropriée. Lui répondant d’abord avec un sourire, j’y ajoutai peu de temps après un petit:  « Je crois bien… » à caractère énigmatique, juste pour lui faire savoir avec un brin d’enthousiasme de plus que j’appréciais grandement l’idée. Après, qui disait petit-déjeuner au lit disait qu’il faudrait avoir quelque chose à manger, ce qui n’était pas le cas en ce moment. Avoir su, j’aurais pris moi-même l’initiative, puisque là, la préparation devint chose un peu plus compliquée, raison étant que:  « Par contre il va falloir que tu attendes que j’aie le courage de me lever… » Parce que celui-ci, en quelques secondes, avait disparu. Je n’étais pas de nature paresseuse, ayant appris bien rapidement à me tirer du lit au moment voulu, ou bien parce que je n’avais pas le choix dans le cas où on me réclamait pour une raison ou pour une autre. Mais depuis combien de temps n’avais-je pas eu cette petite chance de rester dans les bras de l’homme que j’aimais ? Depuis trop longtemps, voilà ce que je pensais. Bien sûr, je ne le ressassai pas ainsi, préférant plutôt rester positive, et donc seulement lui dire:  « Je suis bien comme ça… » Après, est-ce que cela signifiait que j’allais m’adonner à dormir quelques minutes, quelques heures de plus ? Ce n’était pas dans mon intention, pas alors que j’avais mon fiancé tout à moi. Saisissant toujours le moment présent, je me redressai quelque peu, simplement pour positionner mon visage à la hauteur du sien et ainsi, sceller nos lèvres en un tendre baiser. Par la même occasion, cette nouvelle position, ou façon de le regarder, me permit de détailler un peu plus ses traits, particulièrement tirés. Même si je me doutais bien le pourquoi du comment il avait cette tête, je crus quand même bon de lui demander, un peu inquiète pour le coup:  « Tu as l’air fatigué… As-tu dormi un peu au moins ? » Même si bien souvent, j’allais dormir avant que lui ne le fasse, parce que je savais que mon alarme préférée allait me réveiller tôt le lendemain, j’étais consciente qu’il écrivait beaucoup ces derniers temps. Je ne le lui reprochais pas, trouvant ça génial qu’il retrouve l’inspiration après tout ce qu’il avait traversé ces derniers temps, mais je ne pouvais m’empêcher de penser à son bien-être dans la foulée, ce qui me valait de lui poser des questions comme ça, même si c’était plus par affection qu’autre chose.

_________________

We'll build this love from the ground up + For worse or for better + And I will be all you need + Beside you I'll stand through the good and the bad + We'll give all that we have - And we'll build this love from the ground up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 396
Crédits : #avatar : abisror #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Ryan priceless Gosling
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (CWood) ≡ Rhett (GGustin) ≡ Chip (THolland) ≡ Carter (AKendrick) ≡ Solora (CBennet) ≡ Lowen (DStevens) ≡ Devon (ZKravitz)
Disponibilités : open azura ; baby ; jazz ; mila
flashback or flashforward ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente deux ans. ≡ 10 novembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Bandy ▬ Remind Me   Ven 19 Jan - 7:07

baby & andy

i miss the way that it felt back then
i wanna feel that way again

Remind Me
Ce qu’il y a une dizaine d’année m’aurait sans doute semblé facile, aujourd’hui c’était un apprentissage plus ardu que je ne le pensais ou même voulait l’admettre. Une décennie à vivre seul, ce n’était pas quelque chose d’aisé de se dire que maintenant je devais vivre avec la femme que j’aimais, mais aussi notre fils et notre fille. Tout s’était imposer dans ma vie avec une telle rapidité que c’était difficile pour moi de prendre mes aises. J’étais pourtant heureux, bien plus heureux qu’avant, mais il avait des adaptations que je devais faire. Prendre le temps d’apprendre à vivre à deux, même de vivre à plusieurs. Dans les moments que je trouvais les plus difficiles, je m’éclipsais dans l’écriture de mon roman, couchant mes idées sur une page. L’écriture était revenue comme le naturel peut revenir au galop. Je me nourrissais comme je l’avais fait durant bon nombre d’année. Je ne pouvais nier que ça me faisait un bien fou, même si je reprenais mes vieilles manies d’entrer dans ma bulle, oubliant de manger, oubliant tout simplement de vivre. Elle ouvrait la porte, laissant entrer la lumière dans mon monde, captant mon attention. Si je désirais que ça fonctionne entre nous, je devais faire l’effort de l’inclure dans ce monde. Un monde qui n’avait jamais connu d’autre personne que moi et mon imaginaire, et pourtant, elle avait longtemps fait parti de mon imaginaire. Si mon premier roman parlait de nous, dans les deux autres elle s’y trouvait aussi. Que ce soit dans la description d’un personnage ou dans le caractère d’un autre. Il faut dire qu’elle n’avait jamais quitté mon esprit. Laissant la réalité me rattraper, je l’emprisonnais entre mes bras. Un geste que je n’aurais eu aucun mal à faire dans mes rêves les plus fou. Peut-être que je rêvais encore ? Je ne pouvais pas dire, mais si c’était le cas, je ne souhaitais en aucun cas me réveiller. Un sourire s’étirait sur mes lèvres. « Tu crois ou tu en es certaine ? » Il y avait toute une différence entre les deux. Et si Hedwige était bel et bien réveillée, on pouvait dire adieu à notre petite matinée cocooning ! Je laissais un rire m’échapper. « Le courage de te lever. » répétais-je amusé de la voir dans un tel état. Elle semblait avoir perdue toute motricité, ce qui m’amusait. Je retirais mes lunettes de vue pour les déposer sur la table de chevet de mon côté. Gardant mon sourire, je réduisais mon étreinte en la sentant bouger, posant mes lèvres sur les siennes pour lui rendre ce baiser qu’elle venait de me donner. Je venais me gratter le menton à sa question. Avais-je dormi ? Oui. Assez ? Peut-être pas. Mais j’en avais l’habitude, mon rythme de sommeil reviendrait lorsque j’aurai terminé mon roman – ce qui ne serait pas pour tout de suite. « Oui j’ai dormi. Et ne t’en fais pas j’ai l’habitude. Je ne dors jamais beaucoup lorsque j’écris. » disais-je en haussant les épaules. Si je devais m’adapter à sa vie, elle devait autant en faire pour moi. Bien que je comprenne que ce ne soit facile ni l’un ni pour l’autre. Si je devais jongler avec une vie de famille, elle, elle devait le faire avec mes habitudes de célibataire. Ce qui était une maigre contrepartie puisque mes habitudes de célibataire, je les perdais de jour en jour. « Mais au moins j’ai la plus belle des infirmières. » Il y avait ce côté que je n’avais jamais eu avant : quelqu’un pour réellement se soucier de moi. Toutefois, je n’allais pas rester là à afficher cet air d’endormi. Passant mon bras autour de sa taille, je le soulevais sans grand mal pour la coucher près de moi, me mettant au-dessus d’elle. « Et si on descendait tous les deux pour faire le petit-déjeuner. Je suis plutôt doué pour faire le café. » C’était sans doute mon seul « talent » culinaire. En dehors de cela, je ne savais pas très bien cuisiner. Et si je passais ma vie à me nourrir de nicotine ou d’héroïne, le reste du temps, je mangeais dans des restaurants. Ce qui n’avait rien à voir avec un petit plat préparé made in home.

_________________
Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Baby ColemanGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/09/2016
Pages lues : 454
Crédits : Mayiie (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Julianne Hough.
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#Encours Andy ; Azura ; Crystal ; Trystan ; Violet
#Alternatif Andy
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (30.10.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Bandy ▬ Remind Me   Lun 29 Jan - 1:33


Andy & Baby

I miss the way that it felt back then
I wanna feel that way again

Remind Me
 « Hum… Certaine. » Voici ce que je dis à mon fiancé quand il vint à me demander si j’hésitais encore sur le fait que ce serait chose difficile de bouger du lit désormais ou pas. En fait, sitôt qu’il m’avait pris dans ses bras, qu’il avait répondu à ma présence, à mes avances, j’avais compris que ce ne serait pas simple de me relever comme si rien n’était passé. Ç’avait beau ne pas être simple en tout temps, il était vrai que parfois je sentais que je me devais de me retenir, mais il n’en demeurait pas moins que dans ces temps-là, je perdais la notion de ce que c’était, des temps difficiles. Alors que normalement, je ne trainais pas au lit, avec lui, je devenais paresseuse, j’avais envie de rester avec lui, même quelques minutes de plus, comme si ces quelques minutes seraient les dernières. Je savais maintenant, ou plutôt, j’avais meilleur espoir que ce n’était pas le cas, que pour une fois, nous avions du temps devant nous, nous avions l’avenir devant nous. Évidemment, j’étais consciente que ce n’était pas définitif, mais dans ces instants de tendresse, j’avais envie d’y croire, de ne pas m’inquiéter pour ça. Après, cela ne voulait pas dire que je ne m’inquiétais pas d’autres choses, comme le temps de sommeil de mon futur époux, comme je lui fis remarquer. Ce n’était pas la première fois ces derniers jours que je voyais ses traits aussi tirés, même si ce n’était pas la première fois non plus que je le surprenais avec son ordinateur, en train d’écrire. Toute seule, j’avais compris que les deux allaient probablement ensemble, ce qui me fut confirmé par le principal concerné, d’un propos suffisant pour me rassurer. Enfin, pas au point que plus jamais je n’allais m’en faire sur son état de fatigue, mais assez pour que je puisse le garder pour moi sans angoisser pour autant, estimant que si c’était normal pour lui, alors je me devais, en quelques sortes, de faire avec, concéder le fait que je n’irais pas toujours dormir à la même heure que lui, que je n’allais pas toujours me réveiller à la même heure que lui. C’était simplement une réalité avec laquelle je devais apprendre à vivre, comme il apprenait à vivre dans cette réalité à laquelle il n’avait jamais été habitué précédemment. Cela expliquait pourquoi je sentais que je me devais de lui laisser de l’espace, mais je me devais aussi d’accepter ses habitudes. Acquiesçant donc, sans rien de plus, je m’assurai seulement de ne pas avoir été trop envahissante, mais bien rapidement, je fus aussi réconfortée de ce côté quand je me rendis compte qu’Andy semblait prendre le tout plus à la blague qu’autre chose. Souriant à son commentaire, je perdis quelque peu ce sourire quand soudainement, je me sentis retournée dans m’y en attendre, pour lâcher un petit cri de surprise, rien de bien bruyant toutefois, histoire de ne pas réveiller Hedwige qui dormait toujours. Réalisant lentement, mais sûrement ce qui se passait, mon sourire revint et naturellement, mes bras vinrent s’enrouler autour de la nuque de mon bien-aimé, trouvant refuge sur ses épaules, naturellement. Ne pouvant refuser sa proposition, je me permis quand même de mettre un bémol sur celle-ci, lui demandant, pour être sûre:  « Et après, on reviendra manger le tout ici ? » Puis, me rendant compte que mes dires n’étaient pas tout à fait justes, je me repris pour ajouter:  « Enfin… Manger et boire du café. » L’air un peu plus espiègle qui se forma sur mon visage ne vint rien changer au fait que je venais là de me trahir, trahir le fait que cette idée de manger notre petit-déjeuner au lit m’intéressait beaucoup, même si cela impliquait un aller-retour avec tout le nécessaire. En fait, dans ma tête, c’était même secondaire, sachant que j’aurais fait le dit aller-retour malgré tout, même s’il ne comptait pas m’accompagner. Sachant que c’était la seule chose dont je voulais m’assurer, et que je ne m’opposais à quoi que ce soit d’autre, je crus bon de finalement dire:  « J’aime bien cette idée. » avec un sourire plus sérieux, plus doux, qui s’évanouit quand je vins cueillir un nouveau baiser sur les lèvres de mon fiancé.

_________________

We'll build this love from the ground up + For worse or for better + And I will be all you need + Beside you I'll stand through the good and the bad + We'll give all that we have - And we'll build this love from the ground up
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Bandy ▬ Remind Me   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bandy ▬ Remind Me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» remind me how it feels to hear your voice ✿ dylan
» | Remind You ... | [PV Gryfi]
» Remind me the story that I won't get insane | Astrid
» A million mile from home, I'm walking away. I can't remind your eyes, your face
» you remind me | oscar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Cathedral Heights :: home-
Sauter vers: