AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. + Carter Gardner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité

MessageSujet: A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. + Carter Gardner    Sam 16 Déc - 6:29



Carter & Christian Gardner


« A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. »

En ce début de soirée, je contemplais le magnifique ciel étoilé qui se dévoilait sous mes yeux tout en étant plongé dans mes pensées. Dans un peu plus d'une semaine, nous allions fêter Noël et bientôt, une nouvelle année allait s'achever. Que le temps passait vite: parfois, cela me faisait presque froid dans le dos. Et dire qu'à une époque, je rongeais mon frein attendant avec impatience d'atteindre ma majorité pour pouvoir mener ma vie comme je l'entendais: aujourd'hui, je crois que je serais prêt à tout donner pour revivre l'insouciance de mon adolescence. Comme chaque année, j'étais persuadé que j'allais passer des instant merveilleux en compagnie de Carter et des autres membres de ma famille mais encore une fois, je savais également que ces fêtes auraient en quelque sorte un goût amer. Depuis que l'on m'avait diagnostiqué une tumeur au cerveau, je n'étais heureux qu'en apparence: la plupart du temps, mes sourires étaient faux mais j'étais bien obligé de faire bonne figure pour donner l'illusion que je nageais dans le bonheur le plus complet. Hors de question d'inquiéter Carter ou Noah ainsi que toutes les personnes qui éprouvaient de l'affection à mon égard. Ils avaient déjà assez souffert lorsqu'ils avaient appris que Summer était atteinte d'une leucémie, je ne voulais pas qu'ils revivent les mêmes épreuves par ma faute. De plus, je n'avais surtout pas envie que l'on me plaigne: je refusais que les membres de ma famille me voient comme une personne mourante, cette simple idée était insupportable à mes yeux. Pourtant, j'étais bien conscient que tôt ou tard, mon état de santé finirait par tellement se dégrader qu'il me serait alors impossible de cacher la vérité à mes proches mais j'avais déjà prévu de m'envoler sous d'autres cieux lorsque j'entrerai dans la phase terminale de ma maladie.  

En attendant, je voulais juste profiter de chaque jour comme si c'était le dernier: à quoi bon continuer de vivre si je me lamentais sur mon sort? Ce n'était pas dans ma nature de broyer du noir et je faisais donc de mon mieux pour demeurer positif. De plus, je tenais à rattraper le temps perdu avant qu'il ne soit trop tard: ces dernières années, il m'était souvent arrivé de prendre de mauvaises décisions mais mon plus grand regret était sans doute d'avoir tout plaquer pour donner la priorité à ma carrière professionnelle. Bien évidemment, j'étais heureux d'être devenu DJ tout comme cela me plaisait de vivre de ma passion mais je ne gardais pas que de bons souvenirs de cette période. Avec le recul, je réalisais surtout que j'avais laissé un grand vide derrière moi en quittant Washington. D'ailleurs, je crois que ce n'était pas un simple hasard si j'avais de nouveau succombé à la tentation en prenant de la drogue à cette époque: c'était le meilleur moyen que j'avais trouvé pour combler le vide que j'éprouvais au plus profond de mon cœur. Même encore aujourd'hui, je m'étais bien caché de le dire mais la vérité, c'est que tous les membres de ma famille m'avaient affreusement manqué.

D'une certaine manière, je pense que je voulais me racheter et montrer à quel point mes proches comptaient à mes yeux à commencer par Carter. Cela faisait peut être un peu plus d'un an que j'étais revenu à Washington mais je n'avais pas vraiment l'impression d'avoir accordé beaucoup de temps aux gens que j'aimais et tant que je n'en avais encore les moyens, je voulais leur prouver qu'ils occupaient tous une place spéciale dans mon cœur. Sans doute que sans vouloir me l'avouer, j'avais aussi besoin de passer du temps avec eux car leur présence me rassurait. Toujours est-il que c'est pour cette raison qu'il y a environ un quart d'heure, j'avais envoyé un texto à Carter en lui demandant de me rejoindre aux abords d'un parc qu'elle connaissait bien car nous avions l'habitude de nous y promener quand nous étions plus jeunes.

Je reconnaissais volontiers que je l'avais prise un peu au dépourvu en la prévenant à la dernière minute mais connaissant ma sœur, j'étais persuadé qu'elle ne me ferait pas faux bond. En l'attendant, je décidai d'écouter de la musique: c'était encore le meilleur moyen de me détendre.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Revenir en haut Aller en bas
Carter GardnerGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/12/2016
Pages lues : 481
Crédits : @avatar : monocle. ✘ @gif : tumblr
Avatar : Anna Lovely Kendrick
Pseudo : monocle. #alice
Schizophrénie : Derrick #CWood Rhett #GGustin Chip #THolland Solora #CBennet Lowen #DStevens Devon #ZKravitz Jesabel #LCollins Jonas #TEgerton
Disponibilités : open (4/5) maximilian ; declan ; noah ; declan
waiting list alec
old memories declan ; declan; nash
Âge : Trente-et-un ans. ✘ 31 octobre 1987

MessageSujet: Re: A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. + Carter Gardner    Sam 10 Fév - 20:07

Christian & Carter

A sister is a gift to the heart
a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life

the family is most important
Tenant Polly contre ma hanche, je déposais une boule de noël sur l’une des branches du sapin. Elle semblait émerveillée de voir toutes ces décorations. Une chose que je comprenais parfaitement, ça avait quelque chose de magique et même si elle était encore qu’un poupon, les couleurs, les décorations scintillantes ne pouvaient qu’attirer son attention. Quant à son frère, il se trouvait lui a décorer le bas du sapin, mettant surtout ses jouets sur les branches. Lego. GI Joe. Tout semblait être amusant pour décorer. J’avais toujours aimé la période des fêtes hivernal, c’était toujours rassembleur. Une fête familiale. Une fête que je pouvais maintenant fêter avec ma propre famille. Une chose que je n’aurais jamais cru avant de rencontrer Declan. Il faut dire que ma seule relation sérieuse avait été avec Jada et on ne pensait pas tellement à fêter ce genre de fête. Et puis, ça n’avait rien de comparable avec le fait de fêter cela avec des enfants. C’était plus festif, plus magique, c’est ce que j’avais découvert en le soulignant après la naissance de Steve. Mon portable sonnait et j’allais donner Polly à Declan, tout en prenant l’appareil pour y découvrir un sms de Christian. Christian que j’avais l’impression d’avoir vu filer entre mes doigts ces dernières années. Si on avait partagé notre enfance et notre arrivé à la vie adulte, parfois, je me disais qu’on était devenu pratiquement étranger. Je ne pouvais pas d’écrire ce sentiment que je ressentais, mais inséparable on était devenu loin l’un de l’autre. J’avais l’impression de ne plus savoir ce qui se passait dans sa vie tout comme lui ne devait plus savoir ce qui se passait dans la mienne. J’étais tout de même heureuse de recevoir un sms de sa part, j’avais besoin de mon frère. De sa présence, de lui parler comme on le faisait. Et puis, qu’importe la raison, qu’importe le moment – ou presque – je trouvais toujours le moyen d’accourir lorsqu’un membre de ma famille avait besoin de moi ! Regardant Declan, je lui volais un baiser, lui disant simplement que j’allais sortir. Je ne pensais pas rentrer tard, mais sait-on jamais. Enfilant mon manteau et enroulant une longue écharpe autour de mon cou, je me préparais à affronter le froid de cette soirée. Sortant de l’immeuble où je vivais depuis tant d’année, je poussais un soupir en glissant mes mains dans mes poches et enfouissant mon nez dans l’écharpe. Montant dans ma voiture, je conduisais jusqu’au lieu de rendez-vous. Si je pouvais passer des heures sur le toit de notre maison familiale lorsque j’étais jeune et que je désirais être seule, c’est dans ce parc que je passais mes plus grands moments avec Christian. C’était notre refuge, notre manière de s’éclipser de notre famille. Une famille tellement difficile à cerner parfois, mais tellement protectrice qu’on ne pouvait que les aimer. Uni. Voilà ce qu’on était et Christian en partant avait briser en quelque sorte notre union. Je ne lui en voulais pas. Il avait voulu faire sa vie et je pouvais le comprendre, tout le contraire de moi qui avait arrêter de vivre en découvrant la maladie de Summer. Seulement, il m’avait manqué et il me manquait toujours cet idiot. Laissant ma voiture près du parc, je marchais dans l’herbe me dirigeant vers cet endroit secret. Une silhouette se découpait dans le paysage, dans cette noirceur. « Tu aurais pu me proposer un autre lieu. Y fait froid ! Et c’est pas bien de faire venir une jeune femme dans un endroit comme celui-ci le soir ! » disais-je en arrivant près de lui. Voyant qu’il avait ses écouteurs, je poussais un soupir, tirant sur l’un des fils pour dégager une de ses oreilles. « T’écoute quoi ? » demandais-je en mettant l’écouteur dans mon oreille, me fichant de lui faire peur dans cette arrivée surprise ! Je tournais ma tête vers lui, lui adressant un sourire : « Ça t’arrives souvent de ramener des filles dans ce genre de lieu ? Parce que tu aurais pu m’offrir un chocolat chaud ! » Un large sourire aux lèvres, je laissais un rire m'échapper. Moi aimer le chocolat, ce que la grossesse avait pu faire de moi !

_________________

To say that one waits a lifetime for his soulmate to come around is a paradox. People eventually get sick of waiting, take a chance on someone, and by the art of commitment become soulmates, which takes a lifetime to perfect.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. + Carter Gardner    Mar 27 Fév - 4:25



Carter & Christian Gardner


« A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. »

Je me doutais par avance que j'allais passer une soirée inoubliable pour la simple et bonne raison que chaque moment que je partageais avec Carter demeurait gravé dans ma mémoire. Je ne comptais plus le nombre de fois où elle m'avait redonné le sourire et pour autant que je me rappelle, elle avait toujours répondu présente chaque fois que j'avais ressenti le besoin de lui faire des confidences. Il faut dire qu'à l'époque où je n'étais encore qu'un simple étudiant, j'étais un jeune homme bien différent de celui que j'étais devenu aujourd'hui. Insouciant et parfois immature, j'étais du genre à profiter du moment présent sans me soucier des conséquences de mes actes. Bien évidemment, Carter ne m'avait jamais surveillé comme le lait sur le feu mais elle avait tout de même fait en sorte de me remettre sur le droit chemin quand elle jugeait que cela était nécessaire. Il faut dire que de son côté, elle possédait déjà une certaine sagesse et d'ailleurs, elle était la seule capable de raisonner si bien que j'avais toujours écouté ses précieux conseils. En quelque sorte, je lui devais beaucoup et j'espérais qu'un jour ou l'autre, je pourrais lui rendre la pareille.

Alors que j'étais plongé dans mes songes et que je me laissais bercer par le rythme de la musique, je sursautai légèrement lorsque soudainement, je sentis qu'on me léchait la main. L'espace d'un instant, j'avais oublié que je n'étais pas seul : en effet, Lucky était de la partie et visiblement, il essayait de me faire comprendre à sa façon qu'il en avait marre d'attendre. Je l'observai alors l'espace de quelques secondes tout en arborant un sourire amusé : quand il affichait cette bouille, je le trouvai mignon à croquer. Voilà maintenant plusieurs mois que ce berger allemand était devenu mon nouveau compagnon à quatre pattes et dire que nous étions devenus inséparables relevait de l'euphémisme. Autant que possible, je tentais de l'emmener partout avec moi : je crois que d'une certaine manière, sa présence me rassurait car avec ma maladie, on ne savait jamais ce qui pouvait m'arriver. Et puis surtout, je l'aimais plus que tout au monde : je n'avais pas honte de dire que je le considérais même comme mon bébé. Tout en lui caressant la tête, je lui fis signe de se coucher et de rester tranquille : Lucky avait beau être une vraie pile électrique, il était également très obéissant.

Même si j'avais hâte que Carter me rejoigne, je ne pouvais pas m'empêcher d'éprouver de l'appréhension à l'idée que l'on reste ensemble durant quelques heures. A vrai dire, chaque fois que j'étais en compagnie de l'un de mes proches, j'étais habité par cette même crainte. En effet, j'avais toujours peur que ma tumeur au cerveau fasse des siennes et que brusquement, je sois victime d'un malaise. Heureusement, la plupart du temps, il m'arrivait juste d'avoir le tournis l'espace de quelques instants ou d'être victime de tremblements et chaque fois, je trouvais alors une bonne excuse pour ne pas inquiéter mon entourage. Pour autant, je n'étais pas à l'abri d'une mauvaise surprise mais je ne pouvais pas faire autrement que de courir ce risque : hors de question à mes yeux de couper les ponts avec ma famille.

Dans mon genre, j'étais assez tête en l'air et quand j'étais dans mes pensées, j'oubliais souvent tout ce qui se déroulait autour de moi. Ainsi donc, je n'avais même pas vu que brusquement, Lucky s'était levé pour accueillir Carter comme il se doit. Ce n'est donc qu'au moment où ma sœurette chérie tira sur l'un de mes écouteurs que je remarquai sa présence. Aussitôt, un large sourire se dessina sur mes lèvres : cela me faisait tellement plaisir de la voir qu'intérieurement, je débordais de joie.

- See you soon de Charlie Puth mais je suppose que tu t'en étais déjà rendu compte.

Par la suite, je m'amusais de sa réflexion. Je reconnaissais bien là le côté taquin de Carter : il faut dire qu'à ce niveau, on formait la paire car on adorait se charrier. D'ailleurs, ne disait-on pas qui aime bien, châtie bien ? Sachant que nous étions inséparables, il n'était donc pas surprenant que l'on s'envoie des piques à la pelle. Dans la mesure où l'humour était comme une seconde nature chez moi, je n'allais pas me priver pour emboîter le pas à ma sœurette.

- Oui, il m'arrive souvent de ramener des filles en ces lieux. Ne le dis à personne mais il se trouve que je suis un serial-killer et que c'est dans ce parc que j'enterre mes victimes mais rassure toi, je ne trucide que les nanas avec lesquelles je couche.

Dans la foulée, je pris soin d'afficher un air limite effrayant avant de donner un petit coup d'épaule à Carter.

- Rassure toi, je suis juste un serial-tombeur : j'attire les nanas comme des mouches. Et entre nous, ton addiction au chocolat m'inquiète : tu devrais faire attention à ta ligne.

Evidemment, je ne pensais pas un mot de ce que je venais de dire mais j'étais très doué pour sortir un tas de conneries. D'ailleurs, en apparence, j'étais toujours le même gars que durant mon adolescence mais en réalité, ce n'était qu'une illusion. Finalement, je repris mon sérieux et indiquait à ma sœur de me suivre.

- Je ne t'ai pas fait venir là par hasard : j'ai une surprise à te montrer.

Ainsi donc, je pénétrais dans le parc accompagné de Carter et Lucky. J'avais tant de choses à lui demander mais après tout, rien ne pressait : nous avions toute la soirée devant nous.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. + Carter Gardner    

Revenir en haut Aller en bas
 
A sister is a gift to the heart, a friend to the spirit, a golden thread to the meaning of life. + Carter Gardner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'
» A gift to Haiti from the White House: right-wing dictators for you!
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏
» The way of the heart.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes :: Les rp's archivés-
Sauter vers: