AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si ce qui se passait dans notre télévision était réel ! ✰ Dessie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Derrick HolloranGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 4163
Crédits : #avatar : monocle. ≡ #crackship : bae ♥ & monocle. ≡ #gif : tumblr
Avatar : Chris Shipshape Wood
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Rhett #GGustin ≡ Chip #THolland ≡ Carter #AKendrick ≡ Solora #CBennet ≡ Lowen #DStevens ≡ Devon #ZKravitz ≡ Jesabel #LCollins ≡ Jonas #TEgerton
Disponibilités : closed (9/5) haley ; avri ; azraël ; zoya ; meg ; treesome ; lisbeth (uc.) ; sam ; jessie
waiting list ≡ carson, levi
old memories ≡ shaz ; meg ; freya ; "jazz" ; levi ; savannah ; sheri ; declan ; lisbeth
Âge : Trente-et-un ans ≡ 31 août 1986

MessageSujet: Et si ce qui se passait dans notre télévision était réel ! ✰ Dessie   Sam 6 Jan - 0:42

Juliet & Liam

Vegas is comming

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Et si ce qui se passait dans notre télévision était réel !
Huit mois. Voilà le nombre de temps qui s’était écoulé depuis la fusillade dans le casino Bellagio. Huit mois, que j’avais repris connaissance dans un hôpital de la ville après avoir reçu une balle. Huit mois, que j’avais demandé ma mutation dans une autre ville pour tout simplement oublier. Trop d’année dans le service de police de Vegas. Égoïstement, j’avais besoin de changer d’air même si ça impliquait de laisser Juliet derrière moi. Notre couple n’était plus ce qu’il était et l’idée même de recoller les morceaux ne me venait pas. J’avais besoin d’autre chose et c’est tel un voleur que j’avais disparu de sa vie sans rien lui demander en retour. Mais voilà qu’il a un mois, j’avais reçu l’offre d’une promotion. Mon ancien chef qui désirait me voir retourner au bercail. De longs jours s’étaient écoulés depuis, l’espoir même de prendre une décision. Rentrer chez moi ou rester dans cette nouvelle vie qui n’était pour l’instant rien de plus qu’une ébauche. Aucun point de repère. Aucune attache. Vegas était loin de me manquer, cette ville de vice. Seule une personne pouvait me faire revenir chez moi. Une personne qui animait mes rêves. Les mains sur le volant, je poussais un soupir en passant près de la pancarte Nevada et baissait le regard en voyant l’immense « Bienvenue à Las Vegas » écrit sur un écriteau lumineux. Retour à cette ville, a ce boulot de flic. Je passais dans le centre, cette ville aux lumières toujours présente, brillant durant toute la nuit. La foule allant d’un casino a un autre sans jamais se dire qu’il ferait mieux de réduire leur dépense et investir leur argent ailleurs plutôt que dans quelque chose qui ne rapporterait rien. Je dépassais le centre-ville pour me rendre en banlieue, des rues plus calmes, des maisons pittoresques… Un paysage qui ne m’avait pas manqué. Arrêtant ma voiture devant l’une de ses maisons, je poussais un soupir malaxant la cicatrice que j’avais sur mon pec. Vestige de ce qui s’était passé il y a quelques mois. Une sensation de picotement en permanence à mon poitrail. Mon regard se posait sur la porte d’entrée de ladite maison. Devrais-je m’y rendre ou prendre une chambre d’hôtel? Comme si quelqu’un répondait à ma question, la porte s’ouvrait sur Juliet sortant en compagnie de Spencer. Je déglutissais. Ce n’était rien. Il devait simplement avoir été un support pour elle. Serrant le volant, blanchissant mes jointures sous la force que je déployais dans ma prise, je repartais sans même sortir de la voiture. Aucun regard derrière moi. Je prenais donc une chambre dans un motel merdique et finissait la soirée dans un bar tout aussi douteux que la chambre que j’avais loué. Tout au long de la soirée, j’avais passé un moment à me demander ce qui s’était passé pendant huit mois. Pourtant, c’était moi qui était parti. Moi qui n’avait rien dit. Moi qui avait eu besoin de prendre mes distances. Moi. Moi. Moi. Je n’en avais fait qu’à ma tête, comme toujours. C’était moi qui ne m’investissait pas dans notre couple. C’était moi l’infidèle. C’était moi qui donnait trop d’importance à mon boulot. C’était moi qui avait été mis en premier plan le jour de l’attentat. Moi. Moi. Moi. Toujours moi. La nuit m’avait paru longue, n’arrivant pas à fermer l’œil. L’insomnie faisait encore des siennes et c’est durant les derniers mois que celle-ci s’était agrippé à moi tel une sangsue, réduisant mes nuits a des cauchemars plus sanglants et terrifiant chaque nuit. Dans ma chambre de motel, j’enfilais mon uniforme, boutonnant ma chemise d’un geste mal assuré. Pourquoi avoir fait le choix de revenir? Ce n’était rien de plus qu’une promotion que j’aurais pu obtenir n’importe où ailleurs… Une apparence négligée, je me rendais au poste, ce même poste ou j’avais été accepté dès ma sortie de l’académie de police. Un simple café pour commencer la journée, je garais ma voiture dans le stationnement, me dirigeant vers l’entrée. Il m’aura fallu que de quelques pas pour tomber nez à nez avec la brune. Juliet. Accompagnée de Spencer. Il s’était transformé en son ombre ma parole? Sauf que mes yeux commençaient à me jouer des tours. Devant moi, tous deux s’embrassaient. Rien de véritablement chaste. « Juliet. » La surprise de les voir ensemble venait d’avoir raison de moi. Baissant le regard, ravalant ma salive et cherchant à contenir mon envie de faire scandale en serrant les poings, je m’apprêtais à poursuivre mon chemin pour rentrer au commissariat, sauf que ce fut plus fort que moi. La jalousie. La possessivité. L’orgueil. Des sentiments qui s’immisçaient en moi à la vitesse de l’éclair. S’ils n’avaient pas remarqué ma présence, là ce serait chose faite : « Retire tes sales pattes de ma meuf ! » Dire qu’elle était encore ma nana était audacieux et je savais que je pouvais me prendre une réplique bien méritée. Sauf que la colère de les voir ensemble, laissait place à la tristesse, marquant mon visage de ces traits que je n’avais pas montré depuis tant d’année.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nobody can predict the future. You just have to give your all to the relationship you're in and do your best to take care of your partner, communicate and give them every last drop of love you have. I think one of the most important things in a relationship is caring for your significant other through good times and bad.
awards
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Et si ce qui se passait dans notre télévision était réel ! ✰ Dessie   Dim 7 Jan - 23:34



≈ ≈ ≈
{ You’re the first face that I see and the last thing I think about.
You’re the reason that I’m alive, you’re what I can’t live without. }
crédit/ mineplumb ♫ don’t deserve you.


Au cours des huit derniers mois, soit depuis la fusillade, beaucoup de choses avait changer dans la vie de Juliet Everdeen. La brune avait perdue celui qu'elle considérait comme l'homme de sa vie mais également son coéquipier. Liam. Un simple prénom composé de quatre lettres, qui avait chambouler sa vie. Certes le couple n'était plus au beau fixe depuis un long moment, seulement quand Juliet avait apprit que Liam avait été blesser lors de la fusillade, son coeur s'était presque arrêter de battre. Et celui-ci avait cesser de battre quand elle avait apprit qu'il avait quitté la ville sans même un au revoir ... Pourquoi l'avait-il quitté de la sorte ? Plus les semaines passaient, plus Juliet a comprit qu'il ne reviendrait pas. A force à force, elle s'est simplement fait une raison de son absence et qu'il n'était qu'un pauvre con. Elle est consciente qu'une partie d'elle-même ne parviendra jamais à l'oublier, cependant elle devait continuer à vivre sans lui. Heureusement que le boulot était présent pour lui faire penser à autre chose. A sa grande surprise, Spencer avait été d'un grand soutien durant cette épreuve. Il était le premier à lui proposer de sortir avec les autres et plus l'opération se répétait, plus Juliet était séduite. Et c'est sans trop de surprise que quelques mois plus tard, elle avait commencé une relation avec Spencer. La brune était sous le charme totalement, son cœur s'était remit à battre tout en douceur mais assez pour qu'elle se croit sur un petit nuage arrivant même à oublier Liam. Il n'était plus qu'un vague souvenir, une ancienne relation. Actuellement Juliet était plus qu'aujourd'hui dans sa vie. Elle semblait avoir trouver un juste équilibre entre sa vie sentimentale et professionnelle. Cela lui convenait parfaitement. Aujourd'hui n'était donc plus qu'une journée de plus à inscrire à son journal. Comme depuis les trois derniers mois, elle s'était réveiller dans les bras de Spencer. Son simple sourire au réveil l'avait rendue heureuse, se voyant même chanceuse d'être tomber sur un homme comme lui. Pendant qu'elle prenait sa douche, il lui avait préparer son petit-déjeuner. Quand elle disait que cet homme était parfait, il était presque bon à marier. Une fois le ventre remplit et avoir bu son café, le couple prit la direction du poste de police pour attaquer une journée de boulot sachant très bien qu'ils n'allaient pas s'ennuyer. Si au début, Juliet et Spencer avaient eut envie de garder leur relation pour eux, ils avaient été très vite trahi. Tant qu'ils restaient professionnel au bureau, c'était le principal. C'est le sourire aux lèvres après une blague de Spencer qu'elle arrive devant le poste. Machinalement, elle dépose ses lèvres contre les siennes, un baiser qui devient rapidement plus profond. Si Juliet était dans sa bulle, celle-ci vient d'exploser quand elle entend une voix familière derrière elle. « Liam ? » La brune se retourne immédiatement se retrouvant face à face avec celui qui était autrefois l'amour de sa vie. Juliet ne prête cependant pas attention à ses propos, à quoi bon ? Il a du bien comprendre qu'elle n'était plus " sa meuf ". « Rentre, je te rejoins. » La brune dépose un bref baiser sur les lèvres de Spencer, avant qu'il ne rentre à l'intérieur du poste. C'était plus sage ainsi, beaucoup plus. « C'est une blague ? » Juliet s'était mise à rire nerveusement, c'était plus fort qu'elle. « Tu te barres pendant huit mois et je devais faire quoi ? T'attendre comme une idiote ? » Oui, oui, Juliet est en train de lui taper un scandale en pleine rue et franchement elle n'a pas le moindre regrets pour la scène qu'elle est en train de lui faire. « Tu veux quoi ? Un câlin ? » Désolé mais c'est juste impossible en ce moment, elle a été trop blessée. « Je ne t'appartiens pas Liam, on n'est plus ensemble depuis longtemps et merde je n'ai même pas de compte à te rendre. » La brune se contrôle pour ne pas craquer, il mériterait juste sa main sur sa joue et non pas ses larmes. « Maintenant fait ce que tu sais faire de mieux, va-t-en. » C'était bas, elle le sait, mais il l'avait cherché. « Il y a des gens qui travaillent ici. » Notamment elle. Et c'est en le regardant de haut qu'elle lui tourne le dos et monte les marches afin de rejoindre le reste de l'équipe à l'intérieur, mais surtout d'essayer cette image de Liam devant ses yeux qui avait réveiller en elle un tant d'émotions qu'elle pensait perdue à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
 
Et si ce qui se passait dans notre télévision était réel ! ✰ Dessie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelqu'un faussement oublié reste toujours dans notre cœur [ PV : SANI ! ]
» Les lieux sont aussi des liens. Et ils sont notre mémoire. ~ Gabrielle de Vendôme
» Lara Croft L'extraordinaire est dans nos actes et non dans notre façon d'être
» [Magie] La magie dans notre monde.
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes-
Sauter vers: