AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 155
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Ven 26 Jan - 22:54

Samedi soir. Azraël pour la première fois depuis des mois avait enfin prit le temps de retrouver des amies au restaurant, des amies de longue dates qui étaient de passage en ville, elle était enfin sortie de chez elle plus de quinze minutes pour pouvoir aller dans cet italien qu'elles appréciaient toutes les trois et puis, elle était allée au cinéma voir la dernière comédie musicale du moment et il fallait dire que ça lui avait fait du bien de penser à autre chose qu'au bureau, de penser à autre chose que ce foutu dossier de fraude à l'assurance et le divorce de ce couple dont la femme avait omis de dire qu'elle avait peut-être décidé de jouer au docteur avec son jardinier, et que peut-être il y avait eu tromperie. Toutes ces histoires de riches fatiguaient Azraël parce qu'elle savait pertinemment que malgré le fait qu'elle savait qu'il y avait eu adultère, elle devait tenter de défendre sa cliente pour qu'ils trouvent un terrain d'entente. Et ça s'avérait pas mal compliqué, mais elle tenait bon. Sophie était là pour l'aider et elle avait même réussi a lui trouver des pistes pour que le contrat soit viable et surtout, qu'elle ne soit pas jetée dans la gueule du loup trop rapidement. Azraël devait vraiment beaucoup à Sophie parce qu'elle l'aidait énormément. Mais parfois, elle n'avait pas besoin d'elle, Sophie vérifiait juste et approuvait tout ce qu'elle venait de faire ce qui rendait Azraël plus qu'heureuse parce qu'elle avait de plus en plus de facilité à trouver les failles dans les dossiers et donc, à enlever plus d'une épine du pied de Sophie. Et ça, ça valait tout l'or du monde quand on y pensait. Elle lui devait bien ça quand elle y pensait. Elle faisait tellement pour elle qu'elle ne pouvait que la remercier de la sorte. Quoiqu'il en soit, les trois amies terminaient leurs soirées dans ce bar où elles étaient un peu trop connues et Azraël optait pour un verre de vin blanc, histoire de terminer en paix, et étant donné qu'elle dormait que trop peu, ce petit verre d'alcool aurait le pouvoir de l'assommer quand elle rentrerait et peut-être qu'elle n'aurait pas besoin de prendre un somnifère pour pouvoir dormir convenablement, c'est à dire plus de trois heures. Et pour la première fois depuis de longues semaines, elle n'avait pas prêté attention à son téléphone et elle n'avait même pas penser à Oliver. Bien sûr que si, elle y avait pensé quand les filles lui avaient demandé l'état de sa vie amoureuse, mais elle avait jugé bon de dire qu'elle avait eu quelqu'un, que ce n'était pas si sérieux que ça et puis maintenant, elle était bien mieux toute seule, que c'était mieux ainsi et qu'elle verrait pour se trouver quelqu'un quand elle sera sûre d'avoir une place dans le cabinet, parce qu'une relation c'est bien mais le boulot c'est mieux. Les filles n'étaient pas forcément d'accord avec elle, il n'y avait que Blair qui était d'accord parce qu'elle, elle était journaliste mode et son ex-fiancé n'avait pas toléré qu'elle ait besoin de partir en Europe trop souvent. Alors elle l'avait plaqué et elles s'étaient retrouvés pour boire à sa santé. Parce qu'après tout, on célèbre toujours les mariages, mais on peut bien célèbrer les séparations non ? Tant que ce n'est pas dans les cris et dans la douleur pour l'amie, c'est toujours mieux et puis cela avait été une occasion de boire un coup. « Bon les filles, je vais rentrer à l'hôtel moi, demain j'ai un avion pour Londres, c'est la fashion week et on se doit de couvrir l'événement et si vous pensiez que j'allais louper ça, vous vous mettez un doigt dans l'oeil. » Azraël riait un peu et saluait son amie qui venait de s'enfoncer dans le taxi avec une tête de six pieds de long parce que cela sentait la cigarette et qu'elle n'aimait pas cela. C'était d'ailleurs pour cela qu'Azraël et Agnes s'étaient retenues de fumer et maintenant, elles prenaient le temps de s'en griller une avant qu'Agnès lui annonce qu'elle devait rentrer aussi, son mari l'attendait et il allait finir par appeler le FBI si jamais elle ne rentrait pas. La brune levait les yeux au ciel, toujours aussi étonné de l'attitude un peu trop possessive du mari mais elle ne disait rien. Après tout, ce n'était pas son rôle de dire quelque chose, elle se contentait d'acquiescer et laissait son amie filer dans la nuit, quant à elle, elle jetait un coup d'oeil à son téléphone et fronçait un peu les sourcils en finissant sa cigarette devant le pub dans l'attente d'un taxi. Elle avait deux messages d'un numéro qu'elle ne connaissait pas. Elle croyait rêver en voyant le premier message, mais la photo que contenait le deuxième lui glaçait le sang. Son ex était devant chez elle, et il l'attendait. Impossible. Mais la photo le prouvait bien et elle pouvait voir sa boîte aux lettres juste derrière lui. Putain. Elle ne pouvait pas rentrer chez elle, elle commençait à paniquer. Elle n'avait pas son badge pour entrer au bureau et de toutes façons, les locaux étaient fermés. Sophie était parti en week-end dans sa famille, Alessia était à Aspen pour une semaine. Le seul endroit où elle pouvait aller... Et bien c'était sûrement le dernier endroit où elle devait être mais elle devait y aller. Elle ne pouvait pas rentrer chez elle. Pas ce soir. Elle donnait alors l'adresse au chauffeur de taxi et elle tentait de calmer ses tremblements. Elle allait sûrement être en sécurité. Peut-être qu'il allait la ramener chez elle, peut-être qu'il allait faire en sorte qu'elle puisse aller dormir au bureau. Putain de connard. Lorsqu'elle arrivait devant la bâtisse, son regard se perdait sur la hauteur de ce gratte-ciel et elle bénissait le voisin qui ne fermait jamais correctement la porte puisqu'elle arrivait à se glisser dans l'immeuble, elle montait les escaliers jusque l'étage, en tremblant, toujours, et elle ne remarquait même pas qu'elle pleurait. C'était sûrement devenu une habitude. Et s'il n'était pas seul ? Et s'il n'était pas là ? Et si Paul était là ? Elle n'avait pas assez réfléchi avant de venir chez lui et les conséquences qui pourraient en sortir n'étaient toutes pas bonnes mais elle s'en fichait, elle toquait « Oliver... C'est Az... » Sa voix était tremblante et elle se trouvait stupide [b] « Ouvre moi s'il te plaît, j'ai besoin de toi, il est chez moi, je ne peux pas rentrer, j'ai nul part d'autre où aller... » Et les secondes devenaient interminables, et si c'était ça qu'elle devait faire, rentrer chez elle et subir ? C'était peut-être la seule solution.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 173
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 1:30

Azraël & Oliver
The truth was obscure, too profound and too pure
Pour une fois, la journée s'est passée sans encombres, tu étais au tribunal presque toute la journée, entre deux affaires et des coups de téléphone, notamment avec Paul pour votre soirée chez toi, autour d'une bonne bouteille de whisky afin de préparer votre projet, le mettre en place, vérifier si les fonds sont présents etc... Tout ce que vous détestez, mais ce que vous devez absolument préparer, du coup, c'est chez toi, à l'appartement avec une pizza, du whisky et de la musique classique. Vous commencez vers dix-huit heures, surprenant tout le monde en quittant tôt le boulot pour vous retrouver tous les deux dans ton salon. Paul est avachi sur le canapé et toi, tu es installé sur le fauteuil, les manches de ta chemise retroussées, des lunettes sur le bout du nez en train de lire les derniers rapports du comptable qui ne sont malheureusement pas si bon que ça, en effet, vous avez trois clients qui sont en retard de paiement et ça vous met presque dans le rouge. Tu as horreur de courir après l'argent et Paul aussi, du coup, tu sens que vous allez coller un associé là-dessus pour régler le problème. Tu espères simplement que ces clients ne vont pas demander des rendez-vous, sinon, vous allez devoir vous y coller. Paul sirote son verre de whisky tranquillement, les yeux mi-clos, réfléchissant à sa dernière affaire qui le taraude énormément, il est persuadé qu'il a loupé quelque chose et ça, même après avoir gagné l'affaire, comme si quelque chose lui a échappé avec sa cliente. Tu le sais perfectionniste, mais tu avais oublié que ça le travaillait même après la fin d'un procès. Du coup, il a la tête ailleurs et malheureusement tes connaissances sur son affaire sont trop peu nombreuses pour que tu puisses comprendre ce qu'il te raconte et ce qu'il essaie de résoudre. Tu te lèves abandonnant tes papiers, tu t'avances vers ton téléphone posé sur le dock qui diffuse de la musique et heureusement que tu fais ça parce que tu entends toquer à ta porte et immédiatement une voix se fait entendre, celle d'Azraël et tu n'es pas le seul à la reconnaître, Paul se redresse d'un coup, son regard est noir. Il s'apprête à dire quelque chose, mais comme toi il se confond dans le silence et tu peux entendre ce qu'elle prononce, elle parle de lui, son ex. Tu sens ton cœur accélérer et sans prévenir, tu quittes le salon, prenant ta veste. Tu vas ouvrir la porte à la volée, découvrant Azraël, des larmes sur les joues. Tu vas tuer ce type. Paul est sur tes talons, il a eu le temps de glisser une clope entre ses lèvres, ses affaires dans son sac qu'il porte sur son épaule et il ne dit rien. « Tu restes ici, tu ne bouges pas, tu entends ? » Tu lui parles, enfin non, tu lui ordonnes de rester et elle n'a pas le choix, tu la fais entrer dans l'appartement. « On revient. » Paul ne dit toujours rien et il reste avec toi, tu fermes la porte sur elle, chez toi, en sécurité et vous partez chez elle. Vous ne prenez même pas la peine de prendre l'ascenseur tu dévales les escaliers en demandant le téléphone de Paul qu'il te donne sans broncher, inquiet et curieux de savoir ce qu'il va se passer. « Bonsoir, j'appelle pour prévenir la présence d'un individu dangereux... » Et tu continues, tu donnes l'adresse, le nom et tu expliques vaguement l'histoire qui fait étrangement sourire Paul, il se frotte les mains allumant sa clope une fois dehors. « Tu sais ce que tu as à faire ? »  Il hoche la tête et vous vous dirigez vers chez elle, rapidement, tu cours même. Tu veux le tuer. Si la police n'est pas là avant vous, tu vas le tuer. Tu n'hésiteras pas. Heureusement pour toi, tu n'es pas tout seul. La chance est de son côté, la police est présente avant vous, tu vas saluer les officiers, évidemment que tu les connais, enfin surtout Paul, mais vous vous connaissez, tu prends le chef à part, un peu perdu et tu lui expliques sans trop rentrer dans les détails. Il comprend et vous explique qu'il ne peut pas faire grand chose si ce n'est le faire partir pour le moment, maintenant c'est à vous de jouer. Paul s'annonce immédiatement comme l'avocat d'Azraël et il le cherche, il se joue de lui, il est bon pour ça, avec les mots, c'est un tueur. Tu souris malgré tout, l'adrénaline joue beaucoup, ton sens ton cœur battre à une vitesse ahurissante. Vous restez un moment avec la police et cet enfoiré qui n'a pas l'air de comprendre réellement ce qu'il va lui tomber dessus. Paul lui explique rapidement qu'il va devoir se trouver un avocat dans les plus brefs délais et qu'il va être convié à une entrevue dans un lieu neutre au palais de justice, il pense à tout. Vous suivez les policiers ensuite, histoire de ne pas rester avec lui parce qu'il t'a reconnu et tu étais à deux doigts de lui en coller une. Enfin, une bonne demi-heure plus tard, vous prenez le chemin de l'appartement, Paul te raccompagne juste t'expliquant qu'il ne veut pas être entre elle et toi. Il attend que tu te calmes cependant, le temps de fumer trois clopes avant de monter dans l'immeuble, les mains tremblantes, le cœur battant à toute rompe. Tu entres dans l'appartement silencieusement, tu fermes la porte derrière toi à clés et tu la cherches du regard. Tes jambes sont comme du coton, il faut que tu t'assois.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 155
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 1:59

Le monde ne tourne plus rond. Azrael va devenir folle, elle a le cœur qui tambourine plus que de raison. Pourquoi fallait-il qu’elle croise sa route, pourquoi fallait-il qu’elle s’enamoure d’un type pareil. A croire que toutes ces histoires d’amour sont condamnés à être merdiques. Elle aurait voulu ne pas aller le voir, mais Oliver était certainement l’une des seules personnes capable de la protéger ce soir malgré ce qu’elle pouvait dire ou faire, il n’y avait qu’en lui qu’elle avait confiance et elle savait qu’il ne ferait rien de stupides. Elle a peur Azrael, elle n’aurait jamais pensé qu’il reviendrait. Peut-être qu’il était déjà revenu, peut-être qu’il avait déjà tenté de la revoir mais elle passait tellement de temps dans son bureau qu’elle n’avait simplement pas dû le voir. Mais comment avait-il eu son numéro ? Elle n’en savait rien et c’était assez flippant. Qu’est-ce qu’il savait d’elle encore ? Est-ce qu’il savait qu’elle était seule ? Plus seule que jamais. Elle avait le cœur pansé de toutes ses plaies mais elle se sentait terriblement seule encore. Quand la porte s’ouvrait à la volée, elle n’avait le courage de ne rien dire. Parce qu’elle n’avait rien à dire. Elle n’avait même pas à être là et maintenant, elle se retrouvait face à ses deux patrons, en larmes, un samedi soir. Elle essuie rapidement les larmes qui ont prit place le long de ses joues et elle murmure « Oui.. je.. Oui.. » Elle ne comprend rien à ce qu’il se passe, elle est complètement déphasée, quand il la fait entrer à l’intérieur, elle ouvre la bouche avant de prononcer un « Ne me laisse p... » mais quand la porte se referme, elle regarde autour d’elle, les issues de secours. Elle se rappelle mentalement ce qu’il lui avait dit un soir et elle va vérifier que les fenêtres s’ouvrent après avoir déposé son sac à main, elle laisse la fenêtre ouverte et elle s’installe dans le canapé avant de se lever pour aller à la fenêtre prendre un bol d’air. Elle aimerait que sa vie soit aussi calme que la nuit noire, seulement dérangée par le bruit des sirènes des pompiers ou des ambulancier. Elle aimerait parfois se dire que ce sera simple demain, mais non, ça ne le sera jamais parce qu’elle attire le chaos Azrael, qu’elle le veuille ou non, c’est le chaos qui lui colle à la peau. Elle reste silencieuse avant de retourner s’installer dans le canapé, ses bras entourant ses genoux, la tête blottie entre ses genoux pour pouvoir réfléchir. Elle a peur qu’Oli fasse une connerie. Et elle ne supporterait pas qu’il se mette en danger, pas pour elle, elle ne le mérite pas. Non, pas elle. Une autre peut-être mais pas elle. Elle aimerait que son téléphone sonne qu’il lui dise que tout ira bien mais aucune sonnerie. Pas même le bruit insupportable du vibreur. Elle joue avec ses mains, et elle va dans la cuisine de servir un verre d’eau qu’elle boit d’une traite. Et quand elle entend la porte qui s’ouvre elle ne bouge pas. Puis quand elle se décide enfin à bouger, elle reste à une distance sécuritaire de lui avant de murmurer « Je suis tellement désolée. Je ne savais pas où allait. J’ai paniqué. Pardon. » Elle se déplaçait alors jusque sur le canapé et elle tentait de calmer les tremblements incessants de ses mains « Je voulais pas Oli... Je voulais pas.. » Son discours était tellement incohérent que même elle ne comprenait pas. Elle avait peur de poser cette question « Il est parti ? » Elle l’espérait réellement. Elle ne voulait plus qu’il soit là. Et elle parlait trop, beaucoup trop. C’était intolérable. « Je suis désolée... Ça va ? » Parce qu’il n’avait pas l’air franchement bien et c’était de sa faute. Encore une fois. Une fois de plus, une fois de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 173
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 2:29

Azraël & Oliver
The truth was obscure, too profound and too pure
Elle ne vient pas immédiatement à ta rencontre, tu as une seconde pour toi, une seconde pour respirer, pour te calmer, fermes les yeux et se rappeler des mots de Paul bien plus sage que toi ce soir, qui était à deux doigts de frapper cet homme jusqu'à ce qu'il ne respire plus. Dès qu'elle a commencé à parler de lui, les quelques fois ou elle a osé le faire, tu sentais cette rage bouillonner en toi. Tu sembles être un homme réfléchit au premier regard mais en réalité, tu es impulsif et extrêmement colérique. Tu n'as que ça pour relâcher cette douleur et cette colère que tu gardes en toi à cause de ton passé. Et là, tu n'as rien pu faire et pourtant tu as quelque chose en toi qui va partir, que tu dois lâcher mais tu ne sais pas comment. Azraël arrive enfin, tu ouvres les yeux doucement, tu as senti son parfum et ensuite c'est sa voix qui vient te sortir de ta torpeur et ça t'énerve, elle se fait minuscule, elle s'excuse, elle n'est pas bien et tu te sens déraper. Tu es tellement en colère contre ce type. « Arrête. » Lances-tu sèchement et tu passes à côté d'elle, tu vas te saisir de la bouteille de whisky que vous avez laissé tout à l'heure, tu l'ouvres et tu t'en verses une bonne rasade dans ton verre que tu bois cul sec. L'alcool semble être une excellente idée, mais au final, pas tant que ça, tu es avec elle, vous êtes seuls dans ton appartement et tu sais que Paul ne va pas revenir et tu te doutes que si elle est ici, c'est qu'elle n'avait personne d'autre à aller voir. Tu étais le dernier choix. Ça te fait sourire. Tu restes dos à elle un moment avant de te retourner. « Arrête de t'excuser. » Tu passes ta main droit sur ton visage avant de poser le verre vide sur la table basse et tu ranges les papiers, tu en fais un tas que tu vas poser sur la table du salon et enfin, tu reviens auprès d'elle, tu as besoin de te canaliser et tu ne vois pas comment, pas quand elle est là, tu vas faire des dégâts. « Il a gentiment été raccompagné chez lui par les officiers de police que j'ai appelé en chemin. » Tu bouges à nouveau afin de reprendre ton téléphone sur le dock que tu avais laissé ici en partant tout à l'heure, tu le regardes et tu vérifies tes messages, pour le moment il n'y a rien, mais tu sais que Paul ne va pas tarder à envoyer quelque chose, tu le connais. « Tu vas certainement devoir aller dans le bureau de Paul demain à la première heure, il va s'occuper du cas de ton ex. Tu peux lui faire confiance, ça se passera bien. » Tu maintiens son regard, surtout vis à vis de la dernière conversation qu'elle a eu avec toi au sujet de ton meilleur ami, elle ne l'aime pas et est persuadée que lui non plus et pourtant c'est lui qui va la défendre contre cet enfoiré. « On a pas réellement eu le choix vis à vis de la police qui s'est déplacée. » C'était ça, ou tu le frappais jusqu'à ce ce qu'il arrête de respirer et que tu te fasses arrêter par les flics pour meurtre. « Putain, je comprends pas comment est-ce que tu as fais pour rester avec un fils de pute pareil... » Et là revoilà cette magnifique colère qui revient à la charge, s'occupant des mots que tu prononces, tu devrais la rassurer, mais tu ne peux pas, si tu t'approches d'elle tu ne vas pas la rassurer, tu vais t'assurer qu'elle est en vie, tu vas t'assurer qu'elle respire et qu'elle le fait au même rythme que toi. Tu fermes les yeux, ta main sur ton visage, tu dois absolument te calmer. « Si tu veux prendre une douche, tu peux, je peux te préparer ce dont tu as besoin et tu vas passer la nuit ici, je te laisse dormir dans la chambre et tu n'as pas le choix. » Le regard sombre ancré dans le sien, tu la commandes, tu ne veux pas qu'elle se mette contre toi, tu ne veux pas qu'elle discute tes ordres. Pas ceux-là, tu ne veux pas qu'elle réponde à ça, tu veux autre chose et ça, tu ne peux pas l'avoir. Tu ne canaliseras pas ta colère ce soir, tu n'en as pas le droit. « Tu appelleras une de tes sœurs pour prévenir où tu es et ce qu'il s'est passé. » Tu te doutes qu'elle n'est pas en état pour réagir correctement alors tu dois le faire pour elle, lui rappeler ce qu'elle doit normalement faire lorsque ça ne va pas. Tu la connais et non, évidemment que non, tu n'as pas oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 155
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 9:54

Le palpitant est affolé, les pensées sont retournées, dérangées. Elle n’arrive plus à penser, elle ne sait même plus ce qu’elle doit faire ou ne pas faire. Elle est complètement perdue. Tout est bien trop compliqué pour le moment et elle est seule. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit accompagné, enfin si elle y pensait, mais elle pensait surtout qu’il ne la laisserait ô pas seule. Parce que ce n’est pas l’idée du siècle de la laisser seule dans une situation pareille. Cependant, il revient bien assez vite et elle voudrait le remercier mais les mots ne viennent pas. Elle préfère se confondre en excuses, parce qu’elle la dérangeait, parce qu’elle ne doit pas être là normalement et pourtant elle n’avait pas vraiment le choix. C’était ça ou chez elle, ça ou elle fait exploser en mille morceaux son cœur et la dignité qui lui restait. Elle a préféré rester debout. Même si c’est compliqué. La voix d’Oliver lui glace le sang et elle serre un peu les poings pour calmer les tremblements qui deviennent plus forts, plus importants. Elle le regarde, perdue. Elle ne sait pas vraiment quoi faire. Elle est soufflée de voir à quel point il est en colère et à quel point, elle est bête. « Oli... » La voix est etouffee, le cœur est compressé. Elle sait qu’elle n’a aucun droit de lui demander de se calmer mais pourtant, elle essaye. Quand elle l’entend lui dire qu’il a été raccompagné chez lui par la police, elle fait les yeux ronds et c’est encore pire quand il lui dit que Paul va s’occuper de lui. Non. Juste... non. « Non je ne... pourquoi ? Oliver il trouvera toujours un putain de moyen de nuire... » Elle baisse la tête et passe une main dans ses cheveux, elle va devenir complètement folle si ça continue. Réellement. Elle le regarde et les mots font mal. Elle voudrait modeler la vérité, lui dire qu’elle était très heureuse avec lui mais que ça a finit par déraper. Mais non. « Je l’aimais et j’avais envie de me dire qu’il m’aimait aussi. Que... qu’on aurait pu être heureux. Mais je donne toujours trop d’amour et malheureusement je n’apprend pas de mes erreurs. » Elle ne disait pas ça pour lui, oh non. Elle disait ça pour elle, pour se rendre compte que ce n’était pas normal d’être comme ça. Elle voit que c’est la colère qui est la, sur ses traits et elle se sent terriblement responsable. Elle s’en veut beaucoup trop. « Oui je.. Oui je veux bien. » Elle est complètement perturbée la brune, son regard sonde celui d’Oliver et tout ce qu’elle y voit c’est de la colère qui lui retourne l’estomac. Il pourrait presque lui faire peur. Elle reste la, sa tête un peu penchée en arrière pour pouvoir avoir ce contact visuel et elle se sent affreusement petite. Et sa colère ne change pas vraiment les choses. « J’ai déjà envoyé un sms a Alessia. Elle doit dormir ou à défaut être sur les pistes. Mais je l’appellerais demain. » Parce qu’il est tard dans la nuit et que ça ne sert à rien de l’inquiéter. Après tout, maintenant elle est en sécurité. Son regard reste sur celui d’Oliver et elle aimerait bien qu’il se calme, elle voit bien sa mâchoire qui est contracté et ça lui brise le cœur en deux morceaux nets et distincts. Quand il s’enfuit pour préparer ce dont elle a besoin, elle éteint son téléphone, elle n’a plus envie qu’il sonne cette nuit. Les tremblements se sont calmés et quand il revient enfin, elle file dans la salle de bain, elle a envie de pleurer mais rien ne sort. Alors elle reste sous cette douche brûlante, elle laisse l’eau lui brûler la peau et quand elle en a enfin décider elle sort, s’affuble de cette chemise, encore, toujours. Et elle le rejoint dans le salon « J’ai peur Oli... » C’est presque robotisé, elle prononce les mots comme ça. Comme si de rien était. Elle cligne des yeux et elle vient près de lui « Mais merci, et je suis déso... laisse tomber » Il ne voulait plus qu’elle s’excuse alors elle ne le faisait plus mais elle voyait encore la colère qui prenait trop de place sur ses traits alors timidement, elle osait poser sa main sur sa joue, ce geste qui avait eu temps de répercussions lors de leur dernière discussion « Calme toi s’il te plaît... » Elle ne savait pas comment lui faire comprendre qu’elle allait bien, qu’il n’y avait plus de danger. Elle le devait pourtant. Pour lui, pour elle. Pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 173
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 11:28

Azraël & Oliver
The truth was obscure, too profound and too pure
Malgré tout, tu arrives à lui cracher dessus, tu sais que tu ne devrais pas, qu'elle est sous le choc, qu'elle a énormément de mal avec les émotions aussi, tu as l'impression d'effrayer une biche, clairement. C'est ce qui t'a toujours fait peur avec elle, c'est sa fragilité et même si elle fait croire qu'elle ne l'est pas, c'est dans ses gênes, c'est ancré sur son visage qu'elle est fragile. Et toi, tu fais quoi avec les gens fragiles, tu les protèges, bien que parfois, lorsqu'ils sont en travers de ton chemin, tu les brises. Actuellement tu luttes pour calmer ce que tu as en toi, ce que tu n'as pas réussi à cracher sur cet enfoiré et elle n'arrange absolument pas les choses. Tu sens tes poings se serrer, tes ongles brûler ta peau. Apparemment c'est trop lui demander que de dire merci. Tu as envie de lui cracher ton venin au visage, mais tu n'en fais rein, tu te retiens, ajoutant de la frustration à cette putain de colère. « Mais de rien Azraël, je suis ravi de prendre soin de toi et de te protéger de cet enfoiré. » Tu souris, méchamment, certes, mais tu arrives à lui offrir un sourire. Tu sais que tu ne devrais pas te comporter de la sorte, lui parler de cette manière, mais elle ne te laisse pas le choix. Elle ne fait rien pour que tu te sentes mieux, absolument pas, elle te parle de lui, de l'amour, de ce qu'elle avait pour lui, qu'elle croyait que ça pouvait marcher... Et évidemment que oui, tu prends ces derniers mots pour toi et ça fait mal. Tu lâches un rire, désabusé. Tu es certainement la dernière personne qu'elle aurait voulu voir mais elle est quand même là, chez toi, complètement paniquée, tremblante et tu sais que tu seras incapable de lui donner ce qu'elle veut ce soir. Ton regard est toujours aussi noir, tu n'as pas bougé d'un pouce pour le moment, mais tu termines enfin, tu te déplaces afin d'aller lui préparer des affaires dans la salle de bain, te permettant de t'éloigner d'elle et de la protéger de cette colère. Tu lui sors de quoi se sécher, une brosse à dents et tu lui mets une chemise à disposition avant de sortir et de la rejoindre les mains enfoncées dans tes poches. « Bien, au moins elle sait où est-ce que tu es. » Tu es surpris de savoir qu'elle a réussi à envoyer un message pour prévenir sa sœur, mais c'est bien, tant mieux. Ça ne te calme pas pour autant malheureusement. Tu restes alors dans le salon pendant qu'elle prend sa douche tranquillement et tu restes debout, tu as le temps de te descendre un verre cul sec et tu lis le messages sur ton téléphone, plusieurs sont de Paul qui te demande comment ça se passe, un autre qui dit qu'il est bien arrivé et un dernier au sujet de l'enfoiré que Paul a plus que hâte de démolir au palais de justice. Tu lui réponds qu'il ne risque pas d'aller au palais puisqu'Azraël ne croit pas en eux et il répond d'un magnifique message vide, au presque, simplement trois petits points. Tu laisses le téléphone tomber sur le canapé et tu restes debout, comme un con, tendu au possible, incapable de soulager cette douleur dans ton dos et ce mal de crâne qui pointe le bout de son nez. Tu ne dois absolument plus boire. Elle revient, elle parle et elle ose venir te toucher, le contact t'électrise et ton cerveau hurle à la mauvaise idée, tu te recules immédiatement et tu secoues la tête de gauche à droite. « Pas ce soir non, ne me touche pas... » Ce n'est pas un ordre, mais plutôt un avertissement, tu ne pourras pas constamment garder le contrôle si elle reste aussi proche de toi et si elle veut jouer à ça, te toucher, caresser ta joue. Il faut qu'elle comprenne, elle est intelligente putain, elle va savoir ce qu'il se passe pour toi. Et peut-être même qu'avec un peu de chance, elle ne t'en voudra pas. « Tu n'as pas de raisons d'avoir peur, tu peux aller dans la chambre te reposer, je reste ici, il ne sait pas que tu es là, il ne viendra pas ici, c'est bon. » Tu as besoin qu'elle s'éloigne de toi, tu ne dois surtout pas resté avec elle, dans la même pièce et encore moins dans la chambre et pourtant tu sais, tu te doutes qu'elle va demander à ce que tu sois là, que tu la serres dans tes bras, mais c'est bien trop t'en demander, elle ne se rend absolument pas compte de ce qu'il se passe en toi et tu ne peux pas lui en vouloir et pourtant tu le fais, cette colère se retourne contre elle et ce n'est pas normal. En plus de la protéger de cet enfoiré, tu dois la protéger de toi, mais tu la connais, elle va vouloir se la jouer brave fille et vouloir rester, elle ne se rend simplement pas compte... « S'il te plaît. » Tu arrives à prononcer ces mots, comme une supplication, un dernier avertissement à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 155
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 12:14

Elle est désemparée, elle ne comprend pas. Pourquoi est-ce qu'il s'énerve sur elle, pourquoi est-ce qu'il ose élevé la voix sur elle. S'énerver comme ça alors que c'est elle la victime. Elle n'avait rien provoqué de tout cela, elle n'avait pas fait en sorte qu'il vienne chez elle. Elle se sent terriblement mal. Elle serrait les dents quand elle l'entendait répliquer, elle avait juste une envie, c'était de partir. Mais pour aller où ? Elle n'avait nul part où aller et elle n'avait certainement pas envie de rentrer chez elle, parce que qui sait, il était peut-être encore là, il était peut-être revenu « Oliver... » Le ton est plaintif encore une fois, elle ne comprend pas, ses traits sont déformés par la colère, elle a peur, peur de ce qu'elle pourrait voir. Jamais, Ô grand jamais, elle ne l'avait vu en colère de la sorte et ça lui donnait la nausée. Elle avait envie de vomir mais elle savait que rien ne viendrait. Il fallait qu'elle s'éloigne surtout quand le rire d'Oliver lui parvient aux oreilles, elle sait qu'elle n'arrivera à rien lui faire comprendre, qu'il est buté, borné et qu'il ne voudra pas entendre ce qu'elle a à lui dire. Elle n'a pas encore su user des bons mots. Ca va devenir son habitude, ne pas user des bons mots et s'en mordre les doigts. « Oui, je lui ai dit que j'étais en sécurité. » Parce que même si Alessia a tout deviné, elle n'avait pas envie de lui dire qu'elle était chez lui, elle se ferait sûrement hurler dessus qu'elle est trop bête, trop stupide. Et Azraël n'avait certainement pas besoin de ça ce soir, pas après toute cette haine qu'elle a accumulé face à lui. La douche ne soulage rien, elle ne sert qu'à brûler la peau, laisser partir les pensées néfastes et nocives, elle est restée plus de temps à réfléchir qu'à vraiment se laver, mais au moins, elle a les idées claires ou presque. Elle est presque étonnée que l'alcool n'ait pas fait son effet, mais elle a juste eu le temps de monter, de sentir l'alcool qui faisait son effet avant de redescendre aussi sec. Elle n'avait pas le temps d'être ivre, parce que clairement, elle n'aurait pas su comment réagir. Quand elle revient dans le salon, elle est d'abord surprise de le voir encore debout mais elle ne peut s'empêcher de venir chercher un peu de chaleur humaine, elle a besoin de sentir qu'il est là, même s'il semble encore terriblement en colère. Elle s'en veut. Tout ça c'est de sa faute, c'est de sa faute s'il est en colère et elle se déteste. Elle n'est qu'un poids pour lui. Elle aurait dû le savoir. Elle n'aurait pas dû venir. Mais ses mots... Ses mots. Elle ne les attendait pas. Elle récupère alors sa main et les glisse le long de son corps avant de faire un pas en arrière, contre-coup du choc. Et elle le regarde, méfiante. « Mais je... » Mais quoi ? Elle n'avait rien à dire. Ca se contractait, encore, toujours, un muscle par un muscle, ça se contractait et elle allait devenir une boule de noeuds, ses muscles n'allaient plus être que douleurs. Elle passe une main dans ses cheveux, puis sur son visage, elle a l'impression d'halluciner. Elle se reculait alors, et commençait à partir en direction de la chambre, en silence, elle s'installait sur le lit. Et son regard vide, fixait le mur en face d'elle, elle n'arrivait plus à bouger, elle était tétanisée, elle avait eu trop de haine ce soir, et elle n'allait pas supporter tout ça. Mais elle se relevait après de trop longues minutes, elle savait qu'elle n'allait pas réussir à dormir. « Je n'ai pas envie de rester toute seule... Je sais qu'il ne viendra pas. Mais... j'ai peur. » Oui, elle avait peur de lui, de ses démons aussi, il avait réussi à briser la muraille qu'elle avait construite en un instant, il l'avait fait exploser avec un futile message. Elle ne savait pas ce qu'elle faisait. Elle avait bien besoin d'un verre, mais elle savait qu'il la tuerait si jamais elle le faisait, alors elle se contentait juste de le contourner pour pouvoir aller dans la cuisine et elle se servait un verre d'eau, restant encore de trop longues secondes dans ses pensées. Elle ne pouvait plus penser, c'était impossible. Quand elle retournait dans le salon, elle le voyait sur son ordinateur et elle tentait sûrement trop le diable mais elle se rapprochait de lui et délicatement, elle déposait son front contre l'épaule d'Oliver en fermant les yeux « Et je ne voulais pas dire que tu étais une erreur tout à l'heure. » Oui, elle avait besoin de le préciser. Elle restait là, tout contre lui et doucement, les battement de son coeur s'apaisait. Avec difficulté, mais elle arrivait à les apaiser. Et c'était grâce à lui. Inconsciemment, même avec toute cette haine, il arrivait à l'apaiser.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 173
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 12:35

Azraël & Oliver
The truth was obscure, too profound and too pure
Évidemment qu'elle ne te comprend pas, elle n'a jamais réellement saisit l'histoire de l'espace personnel, il a toujours eu ce besoin constant de venir se coller à toi, quoi que tu faisais et effectivement, au début, c'était mignon, mais là non, plus du tout. Si elle te pense buté et borné, tu n'en penses pas moins d'elle et pourtant elle n'a pas les forces pour supporter ce que tu es actuellement, mais évidemment, elle a besoin de se rassurer, elle ne comprend simplement pas que tu n'es pas celui dont elle a besoin. Tu auras beau lui dire, elle ne voudra pas l'entendre parce qu'elle a besoin d'avoir le dernier mot alors tu ne dis rien, tu ravales ta colère, cette acidité. Elle ne reste pas bien longtemps dans la chambre, comme tu l'avais prédit et évidemment, elle vient se coller à toi et tu voudrais bouger, tu voudrais retirer ton épaule, tu voudrais la repousser mais tu ne fais rien, tu te sens atrocement mal mais tu ne bouges pas, ce n'est pas pour autant dire que tu la regardes. Tu fais comme si elle n'était pas là même si son odeur vient chatouiller tes narines et tu rendre presque malade. Ce n'est pas contre elle, non, c'est toute cette situation et son comportement qui te rendent fou. Tu n'as rien pour lâcher cette colère et elle agit comme si de rien n'était, avec ces petits mots, ces petits gestes, elle ne rend pas compte une seule seconde de ce dont tu es capable sous cette colère qui te rend dangereux. Mais elle s'en fout, c'est elle qui compte. Elle a peur, elle ne peut pas rester toute seule dans la chambre alors elle vient se coller à toi, attisant cette bête qui sommeille en toi. Tu voudrais que cette odeur disparaisse, tu voudrais qu'elle parte, tu voudrais prendre chaque objet de ton appartement et les lancer contre le mur, un à un jusqu'à t'écrouler de fatigue, exténué. Elle te rend fou, elle et sa vie, elle qui ne te lâche pas, elle qui est absolument partout où est-ce que tu vas, elle qui te demande si, qui te demande ça, elle qui ne veut pas rester seule, elle qui ne veut pas tu tu sois dans l'embarra à cause de ses histoires, elle qui veut te toucher la joue, elle qui est putain de partout. Et toi, on te demande ce que tu veux ? Non. Tu dois dormir plus, tu dois faire attention à toi, tu dois manger si, dire ça, faire ça, surveiller ton langage etc... Tu fixes l'écran de ton ordinateur dans le vide, bien trop occupé à contrôler cette colère qui n'a pas de cesse, tu ne peux pas te calmer, pas tant qu'elle est là, comme ça, collée à toi. Il faudrait que tu bois, il faudrait que tu casses tout, il faudrait que tu hurles, il faudrait que tu relâches cette pression.Tu sens qu'elle va parler, tu sais qu'elle n'aime pas le silence, tu paries qu'elle va te demander ce qu'elle peut faire pour que tu te sentes mieux ? Et ta réponse serait qu'elle parte mais évidemment que non, tu ne vas pas le dire, tu ne peux pas la laisser seule mais elle ne peut pas comprendre. Tout ce que tu fais depuis un moment déjà, c'est pour elle, mais c'est caché, dans le silence, l'incompréhension. Tu la protèges de tout ce qui pourrait lui faire mal en cherchant à s’éloigner d'elle aussi, mais elle revient à la charge, elle est toujours là et tu comprends maintenant pourquoi elle est restée avec lui, parce qu'elle croyait que ça pouvait marcher malgré tout, alors si elle l'a presque pardonné après tout ce qu'il lui a fait évidemment qu'elle peut te pardonner parce que tu l'as trompé. Tu comprends maintenant. Et putain, qu'est-ce que ça fait mal. Machinalement tu changes de pages sur ton écran pour faire croire que tu lis effectivement quelque chose, montrant que tu es occupé. Tu sens cependant l'anxiété arriver, mêlée à la colère, tu sais que ce mix ne va rien donner de bon alors tu as ce réflexe, le plus mauvais du monde. Tu te penches légèrement en avant et tu prends tes clopes, tu en allumes une avec le briquet que tu avais dans la poche. Tu fermes alors les yeux, profitant du goût de la fumée et tu fais attention à ne pas lui souffler la fumée dessus, tu penches ta tête en arrière afin qu'elle fasse face au plafond. Tu te confonds dans le silence, encore et toujours en espérant qu'elle comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 155
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 15:21

Ça ne peut pas être possible, ça ne peut pas se passer comme ça. Est-ce qu’il lui en voulait d’avoir eu idée d’être venue chez lui alors qu’elle n’avait sûrement nul part où aller ? Ou alors, est-ce qu’il lui en voulait d’avoir prononcé les mots qu’elle avait prononcé ? Elle n’en savait rien et elle ne poserait pas la question. Ça ne servait à rien. Qu’a faire plus de mal, qu’à enfoncer plus le couteau dans la plaie béante. Azrael ne sait pas vraiment ce qu’elle doit faire et elle aimerait des réponses, des indices, des indications. Mais rien ne vient, le moment n’est pas propice. Elle se sent bien contre lui mais elle sait qu’il est tendu. Elle le sent et elle ne dit rien. S’il aurait voulu parler il l’aurait déjà fait. S’il aurait voulu prononcer quelque chose il l’aurait fait. Mais non. Rien. Le silence, elle ne regarde même pas l’écran d’ordinateur, elle se fiche de ce qu’il fait. Elle a juste envie de trouver de l’apaisement qui ne vient pas. C’est trop compressé à l’intérieur. Ça fait trop mal. Elle aimerait prendre ses sentiments, son angoisse et sa tristesse et les jeter dans un broyeur pour ne plus rien ressentir. Que de l’apaisement. Mais c’est impossible. Ce serait bien trop facile. Ce serait trop de facilité pour trop de sentiments. Exaspération, tristesse, décontenance. Trop de si petites choses dans un si petit corps. Quand finalement, il change de page, elle ne bouge toujours pas et elle se redresse uniquement quand il prend son paquet de cigarettes et qu’il s’en allume une. La, elle comprend. Elle se relève alors et elle s’en va dans la chambre, machinalement, elle retire les draps, la couverture et elle se glisse dessous. Elle ne ferme pas les yeux et pourtant, le sommeil arrive et elle s’endort. Mais le cauchemar arrive trop vite. Elle ouvre les yeux en hurlant et elle se redresse. Elle ne peut pas. Elle secoue la tête, se dirige dans la salle de bain et elle se passe de l’eau sur le visage. Les nuits seront blanches pendant longtemps. Elle rejoint alors la cuisine et en passant dans le salon elle annonce « Ne te préoccupe pas de moi. » Elle cherche alors son paquet de cigarettes dans lequel elle en tire une et elle part se mettre sur le pan de travail, fenêtre ouverte. Elle tire sur cette cigarette trop rapidement et elle en rallume une autre. Elle se mord le haut du pouce, en pleine réflexion avant de se dire qu’elle a loupé quelque chose, elle descend alors écrase le mégot dans un cendrier du plan de travail et elle rejoint le salon « Remercie Paul pour moi s’il te plaît. Et demande lui à quelle heure il veut que je passe le voir demain. Ou lundi. J’ai envie que ça cesse. »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 173
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   Sam 27 Jan - 18:10

Azraël & Oliver
The truth was obscure, too profound and too pure
C'est comme si elle était chez elle au final, elle sait tout ce qui se trouve dans ton appartement, comment ouvrir la fenêtre récalcitrante de la cuisine et ou se trouve le café. Rien n'a bougé ni changé depuis que vous n'êtes plus tous les deux, sauf toi et ton comportement. Là, tu es invivable, affublé d'une colère noire qui ne passe pas et elle ne peut rien faire à ce sujet et lorsque tu allumes cette cigarette dans le salon, signe que ça ne va vraiment pas, elle se souvient et elle s'en va. Tu mets alors de la musique sur ton ordinateur et tu continues de lire. Tu n'arrives pas à te calmer, rien ne fonctionne, l'alcool, la cigarette, le travail rien du tout, tu restes autant tendu. Tu sais pertinemment que tu ne pourras pas dormir parce que tu es trop tendu, tu as l'impression que si tu bouges ton bras trop vite tu vas le péter. Cet type a eu le don de te mettre dans une colère noire et la suite, ses mots n'ont rien arrangé et ça, même si elle est venue s'excuser après, ça n'a rien changé, absolument rien. Tu ne peux pas trouver le calme et tu sais que tu vas devoir tout garder pour toi, ravaler toute cette haine à nouveau, comme avant. Tu coupes la musique de ton ordinateur d'un geste sec, même ça, ça t'énerve, tout t'énerve en fait. Tu prends ton visage entre tes mains, tu n'as même pas entendu le cri, tu n'as même pas entendu ses mots lorsqu'elle est allée dans la cuisine, ta capacité d'attention est au niveau zéro et tu ne sais même pas combien de temps est passé depuis qu'elle est partie, tu es perdu. Entre ton corps tendu, ta tête qui tape, cette fatigue qui vient te déranger. Tu te masses doucement les tempes et la voilà qui revient. « Mh ? » demandes-tu soudainement, tu as entendu ce qu'elle a dit, mais ton cerveau a prit du temps pour analyser. Tu lèves tes yeux vers elle, tu n'as absolument pas bougé d'un pouce. « Il est déjà sept heures ? » tu te frottes machinalement les yeux, tu regardes sur l'écran du pc, il est trois heures du matin, encore quatre à supporter dans cet état. « Tu verras avec ça, enfin, tu verras avec lui au bureau. » Il dort, tu le sait et si tu lui envoies un message il n'y répondra pas, ça n'a pas d’intérêt. Tu as l'impression de perdre ta cohérence et tu n'es même pas ivre, tu as bu quatre verres dont ceux avec Paul et tu tiens très bien l'alcool. Tu soupires doucement et tu poses le pc sur la table basse à côté du cendrier qui est presque plein, tu as eu le temps de finir le paquet que tu avais sous la main. « Viens. » Dis-tu simplement et tu te couches sur le canapé, sur le dos, tu lui laisses de la place pour qu'elle vienne contre toi, collée à toi, tu sais qu'elle a besoin de ça lorsqu'elle a du mal à dormir. Toi, tu ne sais pas de quoi tu as besoin, mais tu lui proposes et elle ne refusera pas. Tu lui proposes ça en tant qu'amis et tu espères que tu vas réussir à te contrôler, rester calme, ne rien tenter. Elle aurait des soupçons, pourquoi est-ce que tu la tromperais juste pour le sexe alors que vous deux, le sexe, c'était génial. Tu veux juste qu'elle puisse se reposer, elle en a grandement besoin et ce type, cet enfoiré, cette crevure, bientôt, elle n'aurait plus à s'inquiéter de lui, vous allez l'envoyer en prison et elle sera tranquille, elle pourra respirer et vivre, sans se soucier qu'il puisse apparaître dans sa vie. Tu t'occuperas de toi plus tard, quand elle sera partie, tu iras éclater ton point dans un mur jusqu'à ce que ça passe, ça ne sera pas la première fois de toute façon...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you   

Revenir en haut Aller en bas
 
OLIVAEL ✻ After everything I've lost on you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes :: Les rp's archivés-
Sauter vers: