AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité

MessageSujet: Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.    Dim 13 Mai - 2:57

Tu es énervé depuis ce matin par la copine du client qui t’a cherché et le sang froid que tu n’as pas eu. Par l'arrivée de celle qui partage certaines de tes nuits. Par le fait que tu te mens si bien que tu y crois à tes conneries. Que l’une d’entre elle te la fera oublier. Que tous les types qui la touchent ou l'ont touché ne te donnent pas envie de tous les éviscérer. Tu t’es convaincu qu'elle était celle qui t’a laissé plonger. Mais si elle était toujours tienne, tu aurais fini mal. Tu aurais vu dans tous les regards ceux qui te l’ont prise. Tu es pathétique, pour ceux qui savent et c'est un secret bien gardé. Tu te perds entre les jambes de femmes que tu n’aimes pas ou que tu n’arrives pas à considérer. Certaines ont tes faveurs. Mais pas une n’a ton cœur. Il est resté sous ses talons. Ses griffes toujours planté dedans. Tu sais où elle est mais tu n’as pas osé t'approcher. Tu n’as plus assez de retenue pour ça. Tu la veux autant que tu la fuis. Tu ris. Tout seul e’ regardant dans le miroir de la salle de bain la tronche que tu te payes. Ya du sang sur ton débardeur blanc. Tu t’en moques. Tu es seul. Tu l’es même quand ya des gens autour. Tu comprends toujours pas pourquoi baby continue de te considérer comme un ami. Tu te rappelles encore avoir regardé son gosse. T'être dit que merde, tu te voyais lui faire un gamin. Ça aussi ça t’a gavé. Tu montes sur le toit. La soirée continue sans toi en bas. Tu as les coudes sur le rebord. Tu observes. Tu entends une porte claquer. Putain. Quelqu'un t’a suivi. Problème, la porte a tendance à se bloquer. Tu te retournes pas encore. Tu ris de ta voix rauque. - Je crois bien avoir marqué interdit sur cette fichue porte. - Tu fais même paq semblant d'être agréable. Pas de masque. Juste le connard que t’es devenu. Ou celui que tu étais déjà ? Tu te demandais ce que tu serais devenu sans tout ça. Si elle était tienne. Tu prends une gorgée du whisky irlandais que t’as embarqué en haut. Tu ris. La personne est coincé avec toi. Si tu savais.
Revenir en haut Aller en bas
Maureen JímenezGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 14/03/2018
Pages lues : 307
Crédits : amantia + tumblr + pilgrim , monocle.
Avatar : Emeraude Toubia.
Pseudo : Mehza/Pilgrim
Schizophrénie : L'adorable, Zoya. La nympho, Lisbeth. La rebelle, Selina. La sulfureuse, Elliot.
Disponibilités : Full 4/3
Elijah,Alicia, Rhett#4, Nash
fini :Alicia, Rhett#3, Rhett, Trey, Rhett#2,
Âge : 30 años. (12/02/1988)

MessageSujet: Re: Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.    Dim 27 Mai - 22:22

Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.
EXORDIUM.
Si elle avait su, elle n'aurait probablement pas accepté de retrouver la bande ce soir mais comment aurait-elle pu prévoir qu'ils choisiraient de se rendre dans un club de strip-tease.  Et pas n'importe lequel, bien sûre, il avait fallut que ce soit le sien. A aucun moment, elle aurait pu se douter de la tournure que prendrait cette soirée. Ils avaient commencé par quelques cocktails dans leur bar habituels, toujours le même, toujours cette même table. A se raconter des anecdotes ou les commérages qui avaient bien pu ponctués leur semaine. Et deux contre trois, la décision revenait amplement à la majorité. « Je pensais pas que t'allais nous la jouer coincée, Mau », elle n'avait pu que lever les yeux au ciel. De toute les personnes du monde, c'était elle qu'on venait appeler une coincé, on aura probablement tout entendu. Mais il n'y avait que de cette manière qu'on pouvait la pousser vers la stupidité. En piquant sa fierté. « Chéri, si t'étais moins gay, je te montrerais qui est le plus coincé de nous deux. », elle avait un sourire au coin de ses lèvres, écarlate par son maquillage. Peut-être qu'elle aurait dû leur dire pourquoi est-ce qu'elle ne comptait pas mettre un pied dans cet endroit mais elle ne s'était pas imaginé le faire devant les portes d'entrée du club. Visiblement, il était bien trop tard pour elle pour reculer mais elle se confortait par l'idée que peut-être, elle aurait la chance de ne pas croiser son ex, ce soir. Peut-être que le monde était finalement assez grand pour eux deux. Elle était bien parvenue à ne plus le croiser en six ans et elle espérait sincèrement que sa chance ne se décide pas à tourner ce soir. Elle avait pu l'entrevoir, certes. Washington n'était pas une si grande ville mais là, c'était différent. Elle était ici, chez lui, sur son territoire.

Maureen savait qu'aujourd'hui, Trey n'était plus simplement serveur en ces lieux. Elle savait que les lieux lui appartenait. Une part d'elle ne pouvait s'empêcher d'être heureuse pour lui, de sa réussite. Elle se souvenait du temps où ils sortaient ensemble, où elle venait le rejoindre après son boulot au restaurant avec quelques plats qu'elle avait pu emporter. Elle se souvenait qu'ils rentraient ensemble chez eux, qu'ils mangeaient et qu'ils n'auraient pu être plus heureux de la simplicité de leur vie. Ils ne roulaient pas sur l'or, ils n'avaient pratiquement rien mais ils avaient le bonheur, ils avaient l'amour. La latina s'excusa auprès de ses amis après une bonne heure à ressasser des souvenirs qui avait fini par la rendre malade. Elle avait passé tellement de temps dans cet endroit qu'elle savait pertinemment où elle pourrait aller se réfugier, où elle pourrait être seule et prendre le bain d'air dont elle avait désespéramment besoin. Le fait était que toute cette année de sa vie, cette année qu'elle avait passé à croire que Trey pourrait être l'homme qu'il lui fallait ne s'était finalement avérée n'être qu'une farce. Leur amour était loin d'avoir la solidité qu'elle lui pensait et au premier coup de vent, tous s'était effondré comme un putain de château de carte. Ça avait été aussi bref mais certainement pas sans douleur. Rien à voir avec cette métaphore du pansement. Celle qu'on arrache rapidement pour éviter d'éterniser la douleur. Non, rien à voir. Elle avait longtemps souffert de cette rupture. Peut-être parce qu'en renonçant à Trey, c'est également à cette normalité qu'elle renonçait. A  cette vie simple mais surtout cette vie qu'elle n'avait vécue que pour elle-même. Et au bout du compte, elle avait fini par se dire que ce n'était pas tant l'homme qui lui manquait mais cette vie qu'elle avait pu avoir avec lui.

Elle avait gravit les escalier qui la menait au toit de l'immeuble, prenant un temps plus que nécessaire à cause de la hauteur de ses talons. Incapable de voir l’intérêt pour elle de rester encore une heure de plus quand elle savait qu'elle pouvait déjà rejoindre Rhett chez lui. Il était suffisamment tard pour qu'il se soit décidé à rentrer pour la soirée. Et penser à lui chassait l'ombre de Trey de son esprit. Mais elle savait également qu’au creux de ses bras, il ne serait même pas un souvenir. Sa pochette dans une main et une clope et un briquet dans l'autre. Les mains prises, si bien qu'elle ne tenta même pas de retenir la porte quand elle alla claquer derrière elle. En entendant la voix de l'homme de la soirée, son premier reflex fut de se retourner pour tenter d'ouvrir la porte. Tenter de prendre ses jambes à son cou. C'était lâche, infantile comme réaction mais elle ne tenait absolument pas à se retrouver toute seule avec lui. Mais voilà, la porte était bloqué. Impossible de l'ouvrir. « Non, non , non ! C'est pas vrai ! Ca peut pas être vrai ! », elle avait laissé choir tout ce qu'elle avait quelques secondes plus tôt dans ses mains, basculant tout son poids en arrière à essayer d'ouvrir la porte mais rien à faire, elle ne bougeait pas. « Putain ! », elle relâchait la poignée pour se tourner vers le brun. « Ouvres la porte ! », et comme ça, c'était les premiers mots qu'elle lui adressait en six ans de silence.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.    Lun 2 Juil - 20:57

Tu ris. Tu ne sais pas. Tu peux facilement imaginer. Une fille. Une femme même. Elle commence à paniquer. Tu piges pas encore pourquoi. Enfin à part la porte coincee. Elle t'ordonne presque d’ouvrir. Tu ris, toujours ta bouteille avec toi. Tu penses à tellement de choses. Mais pas à reconnaître cette voix. Ta sobriété étant ce qu'elle est tu es moins ébranlé que tu aurais pu l'être. Mais tu sens l’effet dévastateur que sa voix a toujours sur toi. Tu te retournes pas de suite. Si tu la regardes c’est fini. Tu perdras le peu que tu peux faire pour tenir debout. Et rien à voir avec l'école. Tu as aimé Maureen plus que tu pensais qu'on pouvait le faire et tu aimerais un jour qu'on te dise comment on fait pour oublier. Passer à autre chose. Un prénom te fais sourire. Jessie. Mais tu ne seras jamais fichu de la laisser entrer dans ta vie même si elle s’y engouffre plus souvent que tu aimerais. Elle est pas elle. Est ce stupide de s'accrocher à ce qui aurait pu être ? Est-ce si incompréhensible qu'on puisse pas partager sa femme ainsi ? Tu finis par te retourner. Tu reprends la bouteille. Tu es mauvais. Mais dans cet état, tu es infâme. Jessie semble pas le prendre souvent, Erika t'en fous une si tu l'emmerdes. Mais elles ne t’ont pas brisé le cœur. Elles. Non. - Tu veux une gorgée ? Ca te calmera. Maureen. - Son nom. Ta voix. Merde ça te fout les tripes à l'air. T’as envie de prétendre ou ne pas tout déverser. Mais le déchet que t’es devenu n’est pas à même de retenir l’acide qui est sur tes lèvres. - Tu es pas venue depuis longtemps ici. Peur de ce que tu vas y trouver ? Honte ? - T’as envie de l’insulter. De lui cracher ta verve. Mais tu retiens une partie. Mais tu es le méchant dans son histoire. Alors autant jouer le rôle non ? Tu deviens plutôt bon à ça. - Jsais pour quelqu’un qui t’a fait la morale, bonjour le club. Mais c'est pas des putes. Je les paye pas pour les passer dans mon lit. - Pourquoi tu dis ça au juste ? Même pour toi c’est bas et inutile. Surtout que tu te fais plus autant de femmes qu’avant. Tu restes là. Tu t'approches d'elle. Un sourire aux lèvres. Tout sauf amical. - Alors Maureen. Ca te dérange tellement d'être dans la même pièce que moi ? Toujours aussi sexy. Tes clients doivent aimer. - Que tu dis d’un air de dégoût. Mais elle ne te dégoute paq assez. Nan. Tes yeux la désirent. Plus que tu n’aimes l’admettre. Tu passes devant elle et murmures à son oreille. Puis tu mets la main sur la poignée qui te reste dans la main. Tu ris. - Je suis généralement seul ici et personne ne s’est encore acharné dessus. C'est con. Hein. - Que tu dis en reprenant ta bouteille. Tu veux effacer cet effet qui te rend fou. Littéralement. Tout est trop clair pour toi. Vos ébats. Vos baisers. Tes doigts glissant sur sa peau. Putain qu'on te sorte d’ici. Ou peut être que non. T’es devenu masochiste on dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Rip my heart. Rip the rest. Leave me dead.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes :: Les rp's archivés-
Sauter vers: