AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hearts Still Beating

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zara OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 20/05/2018
Pages lues : 53
Crédits : FRIMELDA
Avatar : scarlett johansson
Pseudo : fabiola
Disponibilités : indisponible pour le moment
Jordan
Âge : 34 ans

MessageSujet: Hearts Still Beating    Mar 22 Mai - 18:42


Jordan & Zara

Hearts Still Beating


Comme à mes habitudes, j’étais entrain de promener Bowie dans le quartier après avoir dîner avec mon mari. En général, je laisse le Husky me balader dans le quartier. Les rôles sont en quelques sortes inversé puis, il finit toujours par nous ramener à notre domicile pour se mettre dans son panier et faire une bonne nuit de sommeil. Je suis encore un peu pensive, je réfléchis à la lettre que j’ai écrite pour mon mari. Je ne sais absolument pas si je dois lui donner, lui dire le contenue par moi-même ou tout simplement l’effacer de l’ordinateur. De toutes façons, il va bien falloir que l’on finisse par avoir cette conversation qui traine depuis bien trop longtemps à présent. Je fus interrompu par la sonnerie de mon téléphone portable, je regarde le nom de la personne qui m’appel : Logan. J’eus un léger sourire avant de répondre à celui-ci. Nous sommes restés pendant quelques minutes au téléphone à parler un peu de tout et de rien. Logan doit partir pour un convention ce week-end avec son époux. Et je vais surement devoir passer un peu chez lui pour m’occuper de ses animaux et vérifier que tout se passe bien. En général, c’est un service que l’on se rends mutuellement. Au bout d’un moment, nous terminons par raccrocher. Je ne me suis même pas rendu compte que Bowie m’avait ramené à la maison. Faut dire qu’il connait plutôt bien le trajet depuis le temps.  C’est au bout d’une petite demi-heure que nous rentrons à la maison. Je détache le chien, retire ma veste et mes chaussures pour me rendre dans la cuisine. Une envie de jus de clémentine à nouveau. Cependant, je n’ai pas vraiment fait attention d’où était mon mari. Je bois mon verre et je me dirige vers le salon mais, celui-ci ne s’y trouve pas. « Jordan ? » Questionnai-je en partant vers la terrasse. Je dois bien avouer que je ne me suis pas du tout attendu à le voir sur l’ordinateur. Je m’avance doucement vers lui pour jeter un coup d’œil à ce qu’il fait dessus. Peut-être qu’il n’a pas fait attention à ce que j’avais écrit sur la page Word. Enfin, c’est un peu trop beau de croire qu’il ne fera pas attention à un fichier ouvert sur l’ordinateur. Car oui, comme un boulet, je n’avais pas fermé le document. Faut croire que le destin à décider de ne pas me laisser le choix au finale. Celui-ci m’a l’aire plongé dans mes écrits… Je viens à poser ma main sur son épaule pour lui faire comprendre que je suis là.
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Zara Oakley le Mar 29 Mai - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jordan OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 22/02/2018
Pages lues : 74
Crédits : yourdesigndiary (avatar) & tumblr (gif)
Avatar : Stephen Amell
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneDaryl #CHemsworthIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrath
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, n'hésite pas à demander !

#EnCours Charlie ; Zara ; Zara ; Zara
Âge : Trente-sept ans. (01.06.1981)

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Ven 25 Mai - 1:51

Zara & Jordan

Heart still beating

Mine is beating fast for you
J’avais une séance de rééducation tout de suite après les cours, et à défaut de pouvoir conduire pour le moment, je devais prendre un taxi. Dans ces moments-là, je tentais de minimiser mon bagage, et donc, nulle correction, nulle planification, rien ne me suivit jusqu’à la clinique, pas même mon ordinateur portable, qui était enfermé de façon sécuritaire, et dont je ne pensais avoir utilité pendant la soirée. Suite au traitement qui avait été particulièrement pénible - comme à chaque fois - j’étais rentré chez moi, me posant dans le canapé, seul, comme bien souvent je me trouvais à l’être. Je me doutais que Zara n’était pas loin, puisque notre chien ne m’attendait pas à la maison, mais je ne cherchai pas plus loin non plus, ce qui ne me mit pas à l’aise, venant me blaser surtout. Prenant mon téléphone, je vis que j’avais un message de la part de l’école, auquel je devais répondre dès que possible. Incapable de le faire depuis mon petit appareil, compte tenu du fait que manipuler celui-ci était un défi de tous les jours depuis l’accident, je ne vis pas le mal à emprunter l’ordinateur de ma femme pour simplement répondre à ce message. Je lui faisais confiance quand elle prenait le mien, je l’avais déjà pris précédemment, alors je ne voyais pas le mal. Ça ne me rendait pas totalement confortable, mais je n’en faisais pas un cas non plus. Me levant, je partis à la recherche de l’ordinateur, d’abord dans la chambre, dans le bureau, pour le trouver sur la terrasse. M’asseyant, je l’allumai, ne tombant toutefois pas sur un écran d’accueil vierge, mais bien ouvert sur un document. J’aurais pu seulement ne pas le regarder, s’il n’y avait pas d’écrit dessus, en première ligne Jordan, j’ai tellement de choses à te dire… À la vue de ces mots, mon coeur avait raté un temps, et la panique s’était emparé de ma personne. Était-ce là une lettre destinée à me faire comprendre qu’elle me quittait ? Sachant que je ne pourrais être bien si je ne savais pas, alors que je n’étais pas tant curieux de nature, je continuai à lire, troublé par les mots, me trouvant même à avoir les larmes aux yeux quand je lis le passage sur sa présence à l’hôpital, pendant que j’étais dans le coma. Je savais qu’elle avait été là, mais jamais personne ne m’avait précisé à quel point. Et je me sentais mal, terriblement mal, puisque je ne l’avais pas su, puisque je n’avais pas été en mesure de m’en montrer totalement reconnaissant, comme peut-être j’aurais dû l’être. Mais pourquoi le savais-je que maintenant ? Je voulus continuer à lire la lettre pour tenter de le savoir, mais à ce moment, une main se posa sur mon épaule, me faisant sursauter. En me tournant, je vis, toujours les yeux brillants, Zara, posée derrière moi. Et entre l’écran allumé et ma réaction, je savais que j’étais grillé, et je ne tentai pas de justifier. En fait, je n’aurais pas su le faire. Tout ce qui sortit de ma bouche, ce fut: « Qu’est-ce que… » Ce fut qu’après que je me rendis compte que ce n’était pas une façon d’aborder la question, puisque sans contexte, c’était à croire que j’avais regardé intentionnellement. Inspirant, j’ajoutai: « Je voulais juste envoyer un message et… » Et j’étais tombé sur ça, sur une lettre à mon nom, plutôt longue, au bout de laquelle je n’étais pas encore arrivée, comme je le dis en balbutiant: « J’ai pas tout… » sans y parvenir, encore une fois. Pinçant les lèvres, je la regardai, un air à la fois coupable et troublé au visage, espérant des explications, espérant quelque chose qui pourrait me faire comprendre, et surtout, me faire cesser d’angoisser, parce que le stress n’était pas parti, n’ayant pas encore lu où elle venait en venir avec cette lettre.
Revenir en haut Aller en bas
Zara OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 20/05/2018
Pages lues : 53
Crédits : FRIMELDA
Avatar : scarlett johansson
Pseudo : fabiola
Disponibilités : indisponible pour le moment
Jordan
Âge : 34 ans

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Mar 29 Mai - 19:47


Jordan & Zara

Hearts Still Beating


Après la petite promenade de Bowie, me revoilà à la maison. Le seul hic c’est que Jordan n’est pas dans mon champ de vision. Mais, rapidement je m’aperçois qu’il se trouve sur la terrasse de la maison avec mon ordinateur portable allumé. Finalement, le destin n’a pas décidé de me laisser le choix. Celui-ci a tout simplement prit la décision de faire lire la lettre à Jordan. Je finis par m’approcher de Jordan qui m’a l’aire bien partit dans sa lecture. A ce moment, j’ai comme l’impression que mon cœur va tout simplement lâcher. Je stresse. Je n’ai aucune idée de comment Jordan vas bien pouvoir prendre ce qui est écrit sur cette page word. Et je ne sais pas non plus s’il a tout lu. Enfin, je vais surement vite le savoir. Je pose ma main sur son épaule, le faisant sursauter et sortir de ses pensées. Lorsqu’il vient à poser son regard sur moi, je compris que cette lettre le troubler. Il commence à me dire quelques mots sans pour autant finir ses phrases. Je me pince la lèvre inférieure tandis que mon cœur continue à battre à une vitesse folle. J’ai compris qu’il se demande ce qu’est cette lettre. En même temps… Il n’a pas fini de la lire. « Je… » Commençai-je à dire avant de me stopper. Je finis par tirer une des chaises de jardins pour me mettre assisse à ses côtés. Je finis par prendre l’une de ses mains dans la mienne. Je ne sais pas trop par où commençais ou même si je dois essayer de lui parler des grandes lignes de cette lettre ou le laisse lire le reste. Enfin, je ne sais pas ce qui est vraiment le mieux à faire. Surtout que je ne me suis pas du tout préparé à avoir cette conversation ce soir. « Ce n’est pas grave. Peut-être que c’est mieux que tu sois tombé sur cette lettre. » Mon regard vient à se poser dans celui de Jordan. « Je l’ai écrite car j’avais besoin de mettre ce que je ressentais et les non-dits à plat. Je ne savais pas comme te dire tout cela et surtout… Si j’aurais eu le courage de t’en parler. » J’avais mis pas mal de choses dans cette lettre mais, bien entendue… Je suis sûre qu’il y a des choses que je n’ai pas mis à l’intérieur car je n’y avais tout simplement pas pensé. Je crois que c’est plus pour ouvrir la discussion que j’ai écrit ce texte. « Tu devrais continuer à la lire. » Lui dis-je avec un petit sourire. Je pense qu’il est vraiment temps que l’on est une bonne conversation. C’est peut-être le bon moment. « Je ne sais pas où je t’ai interrompu donc… Je te laisse la finir. » Je reste tout de même à ses côtés pour qu'il termine sa lecture.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Jordan OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 22/02/2018
Pages lues : 74
Crédits : yourdesigndiary (avatar) & tumblr (gif)
Avatar : Stephen Amell
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneDaryl #CHemsworthIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrath
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, n'hésite pas à demander !

#EnCours Charlie ; Zara ; Zara ; Zara
Âge : Trente-sept ans. (01.06.1981)

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Jeu 31 Mai - 1:52

Zara & Jordan

Heart still beating

Mine is beating fast for you
Craignant une autre dispute, je fus soulagé - et quelque peu surpris aussi - d’entendre Zara me dire qu’elle ne m’en voulait pas, m’encourageant même à poursuivre ma lecture, comme quoi elle voulait que je la lise, comme quoi il y avait vraiment des choses qu’elle souhaitait partager dans celle-ci. Devrais-je refuser de le faire, par respect pour elle, même si je savais que ç’allait très certainement me consumer si je ne savais pas ce qui en était ? L’angoisse de savoir où elle voulait en venir étant trop forte, je finis par reporter mon attention sur l’écran après avoir considéré ma femme un petit moment, cherchant là où je m’étais arrêté pour poursuivre. Et par la même occasion, j’en profitai pour relire le tout, être certain que je comprenais. Je repris lorsqu’elle évoquait cette façon qu’elle avait de fuir nos différends, s’enfermer dans le boulot, rentrer à des heures pas possibles, évitant la conversation, évitant quoi que ce soit. Et je ne pouvais le nier, je lui avais dit avant, nous nous étions disputés à ce sujet; ça me déplaisait. Ça me déplaisait parce que je sentais sa fuite, ça me déplaisait parce que ça me faisait peur pour la suite, comme le fait de lire le reste de cette lettre me faisait peur, que ces aveux, je craignais qu’ils soient la ligne directrice de ce que je craignais tant. J’avais peur qu’elle parle de prendre encore plus de distances, qu’elle évoque même la possibilité d’une séparation, d’un divorce. Je pensais plein de choses, et pourtant, jamais quoi que ce soit proche de ce que je vins à lire. Sous le choc, je perdis le souffle, ayant du mal à dire:  « Ce n’est pas… », incapable de terminer ma phrase. Et en fait, il ne servait à rien que je la termine; ce n’était pas impossible. C’était difficile à croire, mais pas impossible, dans le sens que physiquement, c’était logique. Zara et moi avions ces moments où la réconciliation était plus facile, les rapprochements aussi, et récemment, ç’avait eu lieu d’être. Mais pensais-je vraiment que pendant ce soir, nous allions concevoir un enfant ? Certainement pas. Jamais nous n’en avions parlé, même si l’envie me brûlait depuis un moment maintenant. J’avais toutefois cessé de caresser ce rêve au vu des derniers évènements, sans l’abandonner, sans avoir envie de l’abandonner pour autant. Je savais que si ç’arrivait, je serais heureux, mais là, je ne savais comment réagir. Les émotions étant trop fortes, je sentis une larme rouler sur ma joue, sans pouvoir la contrôler. Tant bien que mal, j’arrivai au bout de la lettre, tournai mon visage vers Zara, et au final, je ne sus que lui dire:  « Je t’aime, moi aussi… » Mes lèvres se pincèrent d’elles-mêmes par la suite, puisque les mots me manquaient, parce que je ne savais pas par où commencer. Serait-ce suffisant, serait-ce assez significatif ? Zara m’en voudrait-elle d’en dire si peu ? En même temps, comment pourrais-je faire mieux… Je n'avais pas écrit de lettre, je ne saurais peut-être même pas le faire, bien que là, tout de suite, j’étais conscient que nous aurions fort à discuter, et j’étais partant pour le faire, à condition d'avoir un temps pour me remettre du choc de tout ce que je venais de lire, de ce que je venais d’apprendre, que je ne réalisais même pas, pas encore en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Zara OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 20/05/2018
Pages lues : 53
Crédits : FRIMELDA
Avatar : scarlett johansson
Pseudo : fabiola
Disponibilités : indisponible pour le moment
Jordan
Âge : 34 ans

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Mar 12 Juin - 21:59


Jordan & Zara

Hearts Still Beating


Cette lettre est à double tranchant. Je ne me suis pas préparé à ce que Jordan tombe sur ce que j’avais écrit ainsi mais, dans le fond… C’est peut-être mieux que cela se passe ainsi après tout. Je dois bien avouer que lorsque Jordan se remets dans la lecture de ma lettre, je suis loin d’être tranquille. Soit, il peut mal prendre ce que j’ai écrit, soit celle-ci peut ouvrir le dialogue entre nous. Le passage que je redoute le plus, c’est tout de même celui de ma grossesse. Nous n’avons jamais parler de l’éventualité d’avoir un enfant. Je n’ai aucune idée de ce que Jordan peut penser à ce sujet. Pour le moment, je sais simplement que je ne sais même pas si je suis prête pour avoir un bébé. Entre mon boulot qui me prend de plus en plus de temps et mon couple qui n’est pas vraiment stable… Ce que je veux dire, c’est que je ne suis pas vraiment sûre que ce soit le bon moment. Même si je crève d’envie d’avoir cet enfant. Quoi qu’il en soit, ce sera un sujet dont nous allons surement devoir discuter ensemble. Lorsque est en pleine lecture de ce que j’ai écrit, j’observe son visage. Et la première phrase qu’il ne termine pas… Enfin je sais pertinemment que c’est tout simplement destiné au sujet de ma grossesse. Je préfère ne rien dire pour ne pas le déconcentré de sa lecture. Plus il avance dans la lecture de cette lettre, plus je vois les traits de son visage changer, jusqu’à voir un Jordan submergé d’émotion. Je viens me mordre l’intérieur de la lèvre sans pour autant prendre la parole. Ce n’est simplement lorsque Jordan vient à poser à nouveau son regard sur moi, qu’il vient à me dire quelques mots qui m’ont vraiment manqué à entendre venir de sa bouche. J’eus un sourire. Les quelques mots de Jordan voulaient dire beaucoup pour moi. D’une certaine manière, je sais très bien que nous pouvons encore sauver notre couple. Je viens à me lever de ma chaise pour venir me pencher sur lui pour lui dérober un tendre baiser. « Je t’aime, Jordan. » Dis-je cette fois à voix haute. Bon sang, qu’est ce que cela fait du bien de dire à nouveau ses mots. Cela faisait bien longtemps que nous ne le sommes pas dit de vive voix. Je passe doucement ma main sur son visage pour essuyer la larme qui avait couler sur la joue de mon époux et je viens à déposer à nouveau un baiser sur ses lèvres. « Tu veux quelques choses à boire, café, soda ? Je pense que nous avons à discuter ce soir. » C’est aussi une idée pour le laisse reprendre ses moyens face à ce qu’il vient d’apprendre dans la lecture de cette fameuse lettre. En même temps, je peux comprendre la surprise qu’il a dû avoir en lisant qu’il allait devenir papa dans cette lettre. Surtout que j’ai écrit à cœur ouvert. Peut-être un peu trop d’information d’un seul coup ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Jordan OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 22/02/2018
Pages lues : 74
Crédits : yourdesigndiary (avatar) & tumblr (gif)
Avatar : Stephen Amell
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneDaryl #CHemsworthIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrath
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, n'hésite pas à demander !

#EnCours Charlie ; Zara ; Zara ; Zara
Âge : Trente-sept ans. (01.06.1981)

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Jeu 14 Juin - 22:56

Zara & Jordan

Heart still beating

Mine is beating fast for you
Le baiser qu’elle vint à me donner n’était pas suffisant. J’en aurais pris plus, j’en aurais voulu plus. J’aurais aimé pouvoir la prendre dans mes bras, la serrer contre moi, et ne pas la lâcher, comme je l’avais fait, bien des fois, quand les choses n’allaient pas au mieux et que j’avais besoin, ou elle avait besoin, d’un certain réconfort. J’aurais voulu l’embrasser plus que d’un furtif baiser. J’aurais voulu l’embrasser comme s’il n’y avait pas de lendemain, comme si nous étions sur le point d’être séparés pendant un long, très long moment. Mais tout passait trop vite, tout tournait trop vite dans ma tête, à un tel point que ce fut à peine si j’entendis Zara me rendre mes propos. Enfin, je le compris, et j’y souris doucement, mais c’était comme si ça venait de loin, comme si, au bout du compte, tout cela n’était qu’un rêve duquel j’allais me réveiller. Clairement, il me faudrait un temps pour m’en remettre, pour cogiter tout ça. Mais ce temps, je ne sus l’avoir, puisque Zara reprit la parole, m’offrant de discuter de tout cela autour d’un café, d’une boisson quelconque. Avais-je vraiment besoin de boire quelque chose ? Pas vraiment. Je n’avais pas faim, je n’avais pas soif, je me sentais juste submergé, par tout ce que je venais de lire, tout ce que je venais d’apprendre. Mais sachant que je serais bien du genre à avoir la gorge sèche à un moment ou un autre, je me trouvai à dire:  « De l’eau… C’est tout… » Conscient que ma réponse était bien pathétique toutefois, encore plus au vu des quelques marques d’affection auxquelles j’avais eu droit de la part de mon épouse au passage. M’obligeant à reprendre contenance pendant quelques secondes, je réalisai qu’en fait, c’était chose bien difficile, parce que :  « Je ne sais même pas par où commencer… » Mon propos se conclut par un rire particulièrement nerveux, nerveux qui trahissait une culpabilité par rapport au fait que je ne savais même pas comment réagir à tout ça. Et je ne m’aidai pas pour la suite, me retrouvant à ne même pas attendre que Zara aille où que ce soit, oubliant le verre d’eau, oubliant tout, pour seulement lui demander:  « Ça fait combien de temps… Que tu le sais… ? » Évidemment, je parlais là de sa grossesse, parce que même si j’avais lu, tout lu de la lettre, aussi attentivement que possible qui plus est, c’était ce que je retenais le plus, et j’étais d’avis qu’on ne pouvait pas tant m’en blâmer, puisqu’apprendre que sa femme attendait un bébé, ce n’était pas rien. C’était aussi une espérance que j’avais enfouie, tout au fond de moi, certain que jamais ça n’allait se réaliser. Enfin, rien ne disait que ç’allait se réaliser non plus, mais j’y étais beaucoup plus près, plus près que jamais je ne l’avais été.
Revenir en haut Aller en bas
Zara OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 20/05/2018
Pages lues : 53
Crédits : FRIMELDA
Avatar : scarlett johansson
Pseudo : fabiola
Disponibilités : indisponible pour le moment
Jordan
Âge : 34 ans

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Mar 26 Juin - 18:00


Jordan & Zara

Hearts Still Beating


Pour moi, l’idée de m’éclipser pendant quelques minutes était la meilleure chose à faire. Jordan aurait pu prendre le temps de se remettre de la lecture de cette fameuse lettre et ainsi, nous auront plus prendre le temps de bien discuter ensemble. Mais, je sais que ce qu’il a plus lire à travers des lignes que j’ai écrite plutôt dans la soirée. Je lui adresse un doux sourire, lorsqu’il me dit ne pas savoir par où commencer. Je ne peux que le comprendre… Je ne sais même pas par où commencer moi aussi alors que j’ai écrit cette lettre. Sans rajouter un mot, je me lève pour me rendre à l’intérieur de la maison afin de lui prendre un verre d’eau pour mon époux et un café pour ma part. Celui-ci ne me laisse gère le temps de quitter la terrasse. Je le regard pendant un moment avant de me rassoir. « Je suis au courant environ deux semaines. J’ai eu quelques signes de grossesse et j’ai fait le test de grossesse. Il me reste encore à la faire confirmer officiellement mais, j’ai aucun doute sur celle-ci. » J’avoue que ce n’était pas spécialement évident, enfin c’est encore le cas, lorsque je rentre au bloc à certain moment. Je suis pas mal sujette à des nausées depuis le début de ma grossesse et franchement, par moment cela est vraiment désagréable. De toute façon, je commence à me demander si je ne ferais pas mieux d’arrêter de travailler plutôt que prévue. « Je ne savais pas comment t’en parler. Je ne sais même pas si tu désire avoir un enfant… Si c’est le bon moment, si tu es prêt à accueillir un petit être chez nous ou même, si tu veux avoir cet enfant avec moi. » Je suis plus que sincère à ce sujet. Je n’ai aucune idée d’où nous en sommes et surtout de ce que Jordan peut penser ou même ressentir pour moi à l’heure actuelle. Je suis encore plus perdue depuis que j’ai appris cette grossesse. Et je crois que finir par en parler me fera tout simplement le plus grand bien. Au moins, je pense que je pourrais être un minimum fixé. « Je ne sais pas si je suis prête à avoir cet enfant. Je t’assure que cela me terrifie énormément. » Depuis que je sais que je suis enceinte, je n’arrête pas de me poser des questions. Je me suis déjà remise en question à cause de la complexité de ma relation avec Jordan. Donc avec un bébé en plus… C’est encore plus compliquer. Pour le coup… Je suis totalement paumé. J’ai envie de garder cette enfant mais, est-ce que c’est vraiment le bon moment ? Puis, est-ce qu’il y a un bon moment pour avoir un enfant ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Jordan OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 22/02/2018
Pages lues : 74
Crédits : yourdesigndiary (avatar) & tumblr (gif)
Avatar : Stephen Amell
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneDaryl #CHemsworthIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrath
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, n'hésite pas à demander !

#EnCours Charlie ; Zara ; Zara ; Zara
Âge : Trente-sept ans. (01.06.1981)

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Jeu 28 Juin - 22:33

Zara & Jordan

Heart still beating

Mine is beating fast for you
Deux semaines. Deux semaines qu’elle se savait enceinte, deux semaines qu’elle était restée sans rien me dire. J’aurais pu lui en vouloir, mais en fait, je ne voulais pas, j’en étais incapable. Ce serait ajouter une douleur inutile, ce serait lui en vouloir pour quelque chose qui, sommes toutes, était justifié. Me remémorant ces derniers temps, je ne savais pas comment elle aurait pu me le dire. Il y avait tant de non-dits entre nous deux. Ce que je me demandais surtout, c’était l’alternative selon laquelle je n’aurais pas trouvé la lettre. Me l’aurait-elle dit ? Se serait-elle ouverte comme elle l’avait fait en pianotant sur son clavier ? Me l’aurait-elle donnée à un moment ou un autre ? Perdu parmi ses questions, il me fallut me faire violence, revenir ce sur quoi j’avais choisi de me concentrer pendant sa bref absence; cette grossesse, le fait d’avoir un enfant. Que dire à ce sujet toutefois ? Je ne trouvai pas. Heureusement - si je pouvais le dire ainsi - Zara prit la parole en premier, s’exprimant sur ce qu’elle ressentait, sentant mon coeur se briser quand elle parut si incertaine, incertaine de vouloir cet enfant, incertaine d’être prête à l’accueillir. Et pour ça non plus, je ne pouvais pas lui en vouloir, puisque je savais que notre situation ne s’y prêtait pas, et que les blessures étaient peut-être trop profondes pour offrir à ce bébé un environnement sain. Nous nous aimions toujours, c’était un départ, mais serait-ce suffisant pour tout rétablir du jour au lendemain ? Ces derniers mois, tantôt ç’avait marché, tantôt pas. Ce n’était pas constant, c’était perturbant pour nous, alors pour un enfant qui n’avait rien demandé que d’être aimé ? Je paraissais pessimiste, très pessimiste même, et ça ne me plaisait pas. Mais que pouvais-je lui dire ? Suite à ses propos, je me posai inévitablement la question, pour finalement, après avoir fermé les yeux un bref moment, en venir à la conclusion que le mieux était de lui dire comment je me sentais. Dans quel ordre ? Je ne le savais pas. J’essayai donc de ne pas réfléchir, et la première chose qui sortit, ce fut:  « Ça fait un moment que j’ai envie d’avoir un bébé… » Pourquoi c’était arrivé ? J’avais toujours eu envie d’être papa au fond, mais l’envie s’était faite plus forte, plus urgente, ces derniers mois. Était-ce le fait que je n’avais pas travaillé pendant un temps ? Que je n’avais pas mes élèves pour compenser, en quelques sortes ? C’était probable, même si je ne serais pas prêt à l’affirmer avec certitude. Là n’étant pas le point, je poursuivis plutôt en disant:  « Et… Je ne me suis jamais vu en avoir avec quiconque d’autre que toi… Mais je sais que… Tout ça… Ce n’est pas… » Les mots se perdirent dans ma gorge, qui s’était faite plus nouée au fur et à mesure que je parlais. Je n’allais pas le nier, ça me mettait mal, tout ça, ça ne me rendait pas à l’aise, si bien que j’eus un rire nerveux, avant de secouer la tête et dire:  « Je ne sais pas quoi te dire… J’en ai envie… Mais j’ai peur aussi… » Voyant bien que ça ne menait à rien, je soupirai, baissai le regard et me résignai à ajouter:  « On a tant à faire, à se dire… » Et ce que je n’osai pas ajouter, c’était lui demander si elle était prête à ça, si elle avait le temps à m’accorder pour faire une telle chose. Parce que moi, j’étais prêt. Depuis longtemps j’étais prêt à tenter de recoller les morceaux, mais trop souvent, son travail était venu entraver ces efforts, provoquant maintes disputes. Est-ce que cette grossesse pourrait changer au moins ça ? Pourrait-elle nous encourager à faire un pas dans la bonne direction ? Craignant que ce soit une idée un peu trop utopique, je restais sur mes gardes, de peur d’être déçu de nouveau, d’avoir le coeur brisé encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Zara OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 20/05/2018
Pages lues : 53
Crédits : FRIMELDA
Avatar : scarlett johansson
Pseudo : fabiola
Disponibilités : indisponible pour le moment
Jordan
Âge : 34 ans

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Mar 17 Juil - 17:13


Jordan & Zara

Hearts Still Beating


Même si je ne sais pas si je suis vraiment prête à accueillir cet enfant, si c’est le bon moment pour nous ou pas ? Enfin, non ce n’est vraiment pas le bon moment pour accueillir un bébé dans notre vie. Notre couple est un peu trop instable à mon goût mais, je pense que si on le veut vraiment… Nous pourrons retrouver ce que nous étions par le passé. Ce que je ne veux pas en revanche, ce dont je n’ai pas spécialement envie… C’est que l’on se sente obliger de mettre nos soucis de côté en espérant que tout va se régler tout seul par le billet de cet enfant. J’ai connu des couples qui ont agit ainsi pour leur bébé et a l’heure actuel… Ils sont soit malheureux, soit en plein instance de divorce avec une haine viscérale envers l’autre. Je ne veux pas de cela pour notre enfant et notre couple. Puis, je ne suis même pas sûre d’être vraiment prête à avoir un enfant mais, dans le fond, est-ce qu’on l’est vraiment ? Est-ce que je suis prête de faire passer mon métier en second plan pour Jordan et le bébé ? Je pense que oui. A vrai-dire j’y pense depuis un moment… J’ai fait de mon métier ma priorité alors que normalement, ma famille devrait l’être. Lorsque Jordan vient à reprendre la parole pour m’annoncer que cela faisait un moment qu’il avait envie de cet enfant… Un sourire apparut sur mes lèvres, d’autant plus lorsqu’il vient à rajouter qu’il n’imagine pas crée une famille avec une autre personne que moi. La suite de ses paroles, je les comprends. Je ne lui en veux absolument pas un seul instant car je suis dans la même situation que lui à ce sujet. Mais, une question me brûle la langue… Je ne sais pas si je peux vraiment lui poser en revanche… Enfin peut-être qu’il pourrait le prendre mal. J’en ai aucune idée. Je lui fis un signe positif de la tête lorsqu’il vient à me dire qu’on a beaucoup à se dire et à faire. Je suis plus que d’accord avec lui. « Je n’ai pas envie que cet enfant nous oblige à rester ensemble. » Lui dis-je sur un ton sincère. Je me pince la lèvre inférieure avant de rajouter doucement : « J’ai envie que l’on arrive à recoller les morceaux cassés entre nous… Je suis prête à faire des efforts et tout ce qu’il faudra pour sauver notre couple. Le seul truc, c’est que je n’ai pas envie qu’on le fasse pour notre bébé. Je veux qu’on le fasse pour nous. » Je ne sais pas comment il va le prendre, mais ce n’est que la vérité. « Je vais être honnête avec toi… Je ne sais pas si je suis prête ou pas. » J’eus un petit rire nerveux avant de rajouter : « Mais, je ne suis pas sûre que quiconque le soit vraiment. Je ne sais pas si je serais une bonne maman ou la pire des mères qui peut exister au monde. La seule chose que je sais à présent… C’est que cet enfant est une part de nous deux. J’ai envie de l’avoir même si je suis totalement terrifiée à l’idée de devenir maman. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Jordan OakleyGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 22/02/2018
Pages lues : 74
Crédits : yourdesigndiary (avatar) & tumblr (gif)
Avatar : Stephen Amell
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinKaya #JDewanLennon #ERedmayneDaryl #CHemsworthIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrath
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, n'hésite pas à demander !

#EnCours Charlie ; Zara ; Zara ; Zara
Âge : Trente-sept ans. (01.06.1981)

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    Ven 20 Juil - 17:05

Zara & Jordan

Heart still beating

Mine is beating fast for you
J’avais bien pensé à cette idée un peu malsaine, de tenter de sauver notre couple avec cet enfant, mais je n’avais pas osé le dire, comme si je ne voulais pas y songer, même si là, clairement, c’était inévitable. Et même quand Zara le dit, ça vient quand même me briser un peu le coeur. Parce que je savais que ce n’était pas la solution, mais aussi parce que je ne voulais pas que ça devienne la solution. Je voulais que nous soyons capables de passer au travers de nos difficultés et ce, sans qu’on se sente obligés de rester l’un avec l’autre. Personnellement, je ne m’en sentais pas obligé. Ne pas avoir voulu continuer ma vie avec ma femme, je serais parti depuis bien longtemps, peut-être même avant cet accident qui était venu physiquement et psychologiquement me miner. Mais je le voulais, même si je restais dans l’incertitude qu’il en soit de même pour mon épouse. Cette dernière vint me confirmer que c’était ce qu’elle voulait aussi, pour eux, pas pour cet enfant, mais pour offrir quelque chose de mieux à cet enfant surtout. Évidemment, il était là, on ne pouvait pas juste faire comme s’il n’existait pas, mais il devait être une source de motivation, et non pas juste une excuse. Enfin, c’était comme ça que je voyais les choses, et je tentais de me conforter dans celle-ci, mais c’était difficile, encore plus en voyant à quel point Zara semblait incertaine de tout ça, me faisant constater que moi aussi, je l’étais. Cherchant un peu de réconfort, je pris maladroitement sa main, entrelaçant nos doigts ensemble, timidement. Puis, comme si le simple geste m’avait donné du courage, je répondis:  « Soyons terrifiés ensemble, alors… » Relevant finalement le regard, je tentai de lui sourire timidement. Pendant un instant, j’avais pensé à dire, réitérer que j’avais peur également, mais je me disais que ce serait tourner en rond. Je n’étais pas celui qui avait normalement le caractère pour prendre des initiatives, mais je me disais que là, pour nous donner du courage, de l’espoir, c’était devenu nécessaire. Et pour continuer dans la lancée, même si là, ce fut pas mal plus difficile, je repris la parole, pour dire:  « Mais je t’en prie, je ne veux plus… » Incapable de terminer mon propos dans un premier temps, je détournai un peu le regard, et je finis par ajouter:  « Je ne veux plus… Passer en second plan… » Étais-je égoïste ? Peut-être un peu, oui. Est-ce que ça me rendait à l’aise ? Pas vraiment, pas du tout même. Mais il fallait que je l’exprime, il fallait que je fasse quelque chose. J’espérais juste que je ne l’avais pas vexée, même si ce n’était pas la première fois que je lui faisais savoir que passer après son boulot, après tout, ne me plaisait pas. C’était, par contre, peut-être la première fois que je lui disais aussi calmement. N’était-ce pas là un signe de progrès ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hearts Still Beating    

Revenir en haut Aller en bas
 
Hearts Still Beating
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» Fiche de Pandora Hearts Abyss
» News de Pandora Hearts Abyss
» Kingdom Hearts News Adventures RPG
» Pawn Hearts - Van der Graaf Generator

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Capitol Hill :: home-
Sauter vers: