AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you'll find theres no need to cry. (selina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité

MessageSujet: you'll find theres no need to cry. (selina)    Jeu 31 Mai - 20:45

    Ce matin, en entendant son réveil, Summer n’avait pas vraiment l’envie de se lever ou de sortir de son lit. Alors que ses mères étaient déjà parties au travail, la jeune blonde se sentait seule. Pourtant, c’est une situation qu’elle avait choisi. Elle avait décidé, de garder ce secret qui la rongé de l’intérieure dans tous les sens du terme. Depuis un peu plus de trois semaines, elle se sentait renfermée sur elle-même. Pourtant, personne ne l’avait remarqué, elle continuait de sourire, de rire, de prendre des nouvelles des autres et de faire comme si rien n’avait changé et que tout allait pour le mieux. Se redressant sur son lit, Summer attrapait son journal intime qu’elle avait rangé dans sa petite cachette la vieille au soir. Son crayon dans la main, la demoiselle tapotait dessus, ne sachant pas ce qu’elle pouvait vraiment écrire. Aucun mot ne pouvait décrire ce qu’elle ressentait. Bien sûr, elle était moins effrayé parce qu’elle l’avait déjà vécu mais dès que le soleil se couche, juste avant de fermer ses yeux pour une nuit de sommeil, elle ne peut s’empêcher de se demander : et si tu venais de vivre ta dernière journée ? Serait-elle fière de celle-ci ? Aurait-elle fait tout ce qu’elle aurait dû ? Avait-elle dit à ses proches qu’elle les aime ? A chaque fois, son cœur se serre un peu plus, comme si elle partait vraiment. En ce jour, c’est ce que la demoiselle écrivit dans son journal intime. Chaque sensation était décrite : la peur, la tristesse, l’angoisse, le courage, la force de vaincre. Mettant le dernier point à sa phrase, Summer se rendit compte de l’heure qu’il était. Dix-heures et demie, elle avait rendez-vous à l’hôpital dans une heure pile, il fallait vraiment qu’elle se prépare. Sortant à toute vitesse, la demoiselle se rendit dans salle de bain, se contenta d’un chignon un peu bâclée, une combinaison short noire, une paire de converse. Elle attrapa son exemplaire de The Notebook et descendit les escaliers assez rapidement. Sac à main, téléphone portable, elle se contenta de claquer la porte de la maison avant de partir. La demoiselle décida de prendre les transports en commun, elle ne pouvait se permettre de conduire après sa chimiothérapie et demander à quelqu’un de la ramener à la maison depuis l’hôpital serait beaucoup trop suspect à son goût. Bien sûr, elle devrait un jour en parler à quelqu’un mais elle n’avait pas encore le courage de le faire. Elle devait se concentrer sur sa force de vaincre et rien d’autre.

    Arrivant à l’hôpital, Summer se rendit directement au service cancérologie et s’installa dans la salle d’attente. Elle connaissait presque tout le monde et cela ne la rendait pas plus joyeuse. Ils étaient tous dans la même situation depuis des années, la maladie revenait s’en cesse pour chacun d’entre eux. Mais lorsqu’elle aperçut un petit garçon à peine plus âgé que son neveu, son cœur se déchira. Comment est-ce possible ? Il est si jeune, il n’a rien demandé. « Summer. » Relevant son visage, elle croisa le regard du docteur Thomas et le suivit. Comme habituellement, il lui expliqua toutes les conséquences et les effets de la chimiothérapie mais Summer n’avait pas eu le temps de les oublier. Un petit sourire aux lèvres, elle s’installa dans la salle. D’autres personnes étaient présentes, certains étaient même accompagnés. Elle s’installa dans son fauteuil et les infirmières commençaient les branchements. Elle sentit un léger pincement et regarda le produit qui commençait à couler dans ses veines. Sortant son livre et sa paire d’écouteur, la jeune blonde s’apprêtait à s’occuper pendant une longue heure.

    Finalement, l’heure passa plus vite que prévu et Summer attendit quelques minutes avant de se lever. Elle revu le docteur Thomas avant de partir et appris le prochain rendez-vous de sa chimio. « Au revoir Summer, on se voit la semaine prochaine. » Sortant de la salle, la demoiselle rangea son livre dans son sac mais continua son chemin. Elle prit l’ascenseur tout en continuant d’écouter la musique. Arrivant dans le hall d’entrée, Summer continuait son chemin. L’avantage dans les hôpitaux c’est qu’on ne connait quasiment personne. Les chances de tomber sur quelqu’un sont très rare.
Revenir en haut Aller en bas
Selina Makila-NzalaGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 11/12/2017
Pages lues : 474
Crédits : monocle. & tumblr
Avatar : Vanessa Morgan.
Pseudo : Pilgrim/Mehza
Schizophrénie : Lisbeth, la casse-cou accroc à la dépravation. (ft. Alexandra Daddario) & l'innocente et naïve Zoya. (ft. Zoey Deutch) & L'incandescente escort, Maureen. (ft. Emeraude Toubia) & la sulfureuse danseuse de ballet, Elliot. (ft. Natalie Portman)
Disponibilités : Full 6/3
Chip, Simon, Summer, Noah,Austin, Liam

Âge : 22 ans (13.01.1996)

MessageSujet: Re: you'll find theres no need to cry. (selina)    Dim 1 Juil - 12:32

Aujourd'hui, elle faisait tout de travers. Nana ne savait pas ce qu'il lui avait prit d'accepter la veille au soir d'accompagner Simon à une de ses soirées. Comme à son habitude, elle n'avait pas bu un seul verre mais il n'y avait pas que les gens qui buvaient ou se défonçaient qui connaissaient des lendemains de soirées difficiles. Avec Simon, ils étaient rentrés tard chez elle, plus tard qu'elle l'avait prévu en tout cas. Elle aurait dû se douter qu'en accompagnant son meilleur ami, il y avait très peu de chances pour qu'elle rentre suffisamment tôt pour avoir  un nombre d'heure de sommeil décent. Elle aurait pu bien évidemment rentrer sans lui. Simon était un grand garçon et elle savait qu'il pouvait se débrouiller sans chaperon mais elle n'avait simplement pas vu le temps passé. Et quand la fatigue s'était fait sentir, le brun était tellement alcoolisé qu'elle avait prit le temps de lui faire prendre une douche avant de le coucher dans son lit. Toute la nuit, il n'avait pas cessé de bouger. Peut-être parce qu'il rêvait danser encore ou bien parce qu'il était tourmenté par un cauchemar avec son ex briseuse de cœur en protagoniste principale. Nana n'aurait su le dire exactement mais le fait été que quand son réveil avait sonné au petit matin, elle avait peiné à s'extirper hors de son lit. Simon, lui, dormait encore. Et elle avait dû prendre sur elle pour ne pas lui balancer un sot d'eau sur la tête. A cause de lui, elle n'avait qu'une heure ou deux de sommeil au compteur et lui, il dormait encore comme la marmotte qu'il était. Levée du mauvais pied, elle avait alterné sa préparation entre deux canettes de redbull. On avait beau lui dire et elle avait beau le savoir que ce n'était pas bon pour la santé, cela n'empêchait qu'elle était totalement et irrévocablement accrocs. Elle avait assaisonné son breuvage avec deux pilules d'antidouleurs car la douleur dans ses jambes étaient toujours si insoutenable et elle avait prit le chemin vers l'hopital après avoir laissé une tasse de café sur la table de chevet pour son meilleur ami, ainsi qu'un petit mot qui lui souhaitait une bonne journée. De ses amis, elle en avait toujours pris soin. Parfois, on lui reprochait souvent de jouer un peu trop à la maman mais elle ne pouvait simplement pas s'en empêcher. La lecture d'un petit message d'Austin eut don de chasser quelque peu sa mauvaise humeur. Il ne disait pas grand chose de spécial mais elle aimait savoir qu'il pensait suffisamment à elle pour lui envoyé des petits messages de bons matins. Même si ce n'étaient que des textes platoniques et totalement amicaux, ça lui plaisait tout de même. Elle n'était qu'une amie pour lui, le sera à jamais. La belle brune avait commencé toutefois à le voir autrement et bien que feindre que ce n'était pas le cas, lui pesait. Elle préférait préserver leur amitié. C'était toujours mieux que rien. Et voilà, sa mauvaise humeur était de retour.

La matinée passa lentement tant elle traînait les pieds et pour une fois, elle n'avait qu'une hâte, retourner se coucher. Mais le docteur Salva était en vacance et les rares patients qu'il n'avait su décommander, elle était chargée d'en prendre soin. Elle se consolait en se disant que c'était bon pour son apprentissage et que de toute manière, elle n'avait que la matinée à tenir. Quand elle eut terminée, elle ne prit même pas la peine de se changer et préféra directement après avoir récupérer son sac de s'engouffrer dans l'ascenseur. L'ascenseur en montée. Elle soupira longuement et sorti au premier arrêt de la cage métallique. Fut sa surprise de voir sa meilleure amie pénétrer l'ascenseur en face, rangeant un large bouquin dans son sac. Elle voulu l'appeler mais son temps de réaction étant ce qu'il est aujourd'hui, à la place, elle regardait les portes de l'ascenseur se refermer. Nana fit le chemin vers l'ascenseur à son tour et appuya sur le bouton appel. « Attends... », mais qu'est-ce que Summer était venue faire à l'hopital ? Elle levait enfin les yeux pour regarder où est-ce qu'elle se trouvait et son cœur manqua plusieurs battements dans sa poitrine. Cancérologie. Non, elle devait encore être à côté de la plaque ! Mais Nana était tout sauf stupide. Il ne lui était pas difficile d'additionner un plus un. Surtout en connaissant les antécédents de sa meilleure amie. L'ascenseur s'ouvrait et elle s'y précipitait pour descendre au rez-de chaussée. Elle courrait vers la sortie, espérant intercepter la blonde tout en essayant de se convaincre que ce n'était peut-être rien, qu'il n'y avait peut-être pas de quoi s'alarmer. Que c'était peut-être qu'un simple rendez-vous de routine, un check-up annuel, peut-être. « Summer ! », elle l'appelait, traversant le hall, slalomant entre les gens. « Summer, attends ! », elle arrivait finalement à sa hauteur. L'effort sur ses cuisses étaient désagréable, comme toujours mais elle passait outre pour l'instant. L'africaine avait prit les bras de son amie, cherchant à se rassurer sans prendre le temps d'échanger un mot. Mais elle n'eut pas la chance d'être confortée dans l'idée qu'elle était probablement simplement paranoïaque. Ses doigts passaient sur ce pansement au creux de son bras. « Pourquoi... t'as... », elle relâchait son bras pour l'attirer dans ses bras, la serrant fort contre elle. Ce n'était pas difficile de comprendre, vraiment pas. « Babe... Depuis quand ? », elle voulait lui crier dessus, lui demander pourquoi elle n'avait rien dit. Mais elle jugeait que la situation ne s'y prêtait simplement pas.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité

MessageSujet: Re: you'll find theres no need to cry. (selina)    Dim 1 Juil - 16:40

Summer était légèrement fatiguée. Elle venait de subir sa première chimiothérapie, habituellement elle le supportait plutôt bien mais cela faisait plusieurs années qu’elle n’en avait pas subit. Le produit coulant dans ses veines, les picotements, les brulures, elle en était déjà fatiguée, elle en avait déjà marre mais elle reprit son courage à deux mains. Elle devait se battre, elle n’abandonnerait pas sa famille, aucun membres. Depuis quelques jours, Noah avait appris la terrible nouvelle. Elle ne voulait pas que cela se passe comme ça mais il l’avait découvert sans qu’elle ne puisse mentir, sans qu’elle n’ait aucun échappatoire. Lorsque l’infirmière avait enlevé le cathéter de sa main, elle laissa échapper un soupir de douleur. Il est vrai qu’elle sortit assez rapidement de la salle et traversa le servie cancérologie à une vitesse folle, montant dans l’ascenseur presque plein, elle ne perdait aucune seconde, elle ne voulait croiser personne qu’elle connaissait. Elle ne sentait pas la force de discuter de sa maladie avec quelqu’un de proche. Elle était forte et courageuse, c’est ainsi que tous les membres de sa famille ou ses amis proches les voyaient, elle ne voulait que personne ne la voit vulnérable, affaibli ou si fatiguée. Ecouteurs sur ses oreilles, tout en chantonnant la dernière chanson des maroon five, elle traversait le hall d’entrée, arrivant presque à la porte, elle sentait la main de quelqu’un sur son bras. Sans perdre une seconde, elle retirait ses écouteurs. « Selina. » Sa voix était assez étrange, on pouvait entendre la surprise et l’incompréhension dans celle-ci. Naturellement que Selina était présente à l’hôpital, elle y travaille, comment avait-elle pu l’oublier pendant un instant. Elle esquissa un sourire, plutôt naturel et elle reprit. « Qu’est-ce qui se passe ? Tu n’as pas l’air d’aller bien ? » En réalité, la jeune blonde essayait de noyer le poisson de faire comme si elle c’était Selina qui avait un problème et non elle. Peut-être elle l’avait croisé seulement dans le hall et ne savait pas qu’elle était en cancérologie il y a quelques minutes à peine.

La demoiselle sentait les doigts de Selina sur son pansement. Cependant, aucune expression n’apparaissait sur son visage, elle essayait de faire comme si cela ne lui faisait pas mal mais visiblement, Selina en avait décidé autrement. Elle l’attira vers elle et la serra dans ses bras. Summer la garde contre elle un instant puis elle reprit. « Selina, qu’est-ce qui … ? » Elle n’eut le temps de terminé sa phrase que celle-ci avait déjà repris la parole. Les quelques mots qu’elle prononça eu un effet dévastateur sur la jeune Dawson. Elle eut une envie de pleurer intense, comme si elle ne pouvait pas contrôler ses émotions. « De quoi tu parles ? » Elle essayait encore de faire comme si de rien n’était. Il ne fallait surtout pas qu’elle croise le regard de sa meilleure amie, sinon elle finirait par craquer. Pourtant, elle croisa son regard, pendant un instant elles se regardaient sans dire un mot. Summer, laisse les larmes coulaient sur son visage tout en secouant la tête. « Je .. Je.. Elle laissa un silence pendant quelques secondes. Deux mois .. » Elle haussa les épaules et essuya ses larmes à l’aide de ses pouces. Elle renifla légèrement avant de reprendre. « On peut en parler ailleurs ? » Ailleurs que dans le hall d’entrée de l’hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Selina Makila-NzalaGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 11/12/2017
Pages lues : 474
Crédits : monocle. & tumblr
Avatar : Vanessa Morgan.
Pseudo : Pilgrim/Mehza
Schizophrénie : Lisbeth, la casse-cou accroc à la dépravation. (ft. Alexandra Daddario) & l'innocente et naïve Zoya. (ft. Zoey Deutch) & L'incandescente escort, Maureen. (ft. Emeraude Toubia) & la sulfureuse danseuse de ballet, Elliot. (ft. Natalie Portman)
Disponibilités : Full 6/3
Chip, Simon, Summer, Noah,Austin, Liam

Âge : 22 ans (13.01.1996)

MessageSujet: Re: you'll find theres no need to cry. (selina)    Lun 9 Juil - 19:43

Des perles salins bordaient la lisière de ses paupières mais elle se refusait à en laisser couler une seule. Elle trouvait ça étonnement déplacé de commencer à se morfondre sur cette découverte quand sa meilleure amie était celle qui en avait légitimement le droit. Pourtant, en la serrant ainsi dans ses bras, ce n’était pas seulement la blonde qu’elle cherchait à conforter. Summer était malade. L’africaine ne savait pas à quel point est-ce qu’elle l’était mais un cancer, c’était toujours ce qu’il y avait de pire. Ce parasite vous rongeait de l’intérieur, aspirait la vie hors de votre corps et elle côtoyait suffisamment de médecins pour savoir que la majeure partie du temps, c’était mortel. Elle n’avait pas envie de lâcher prise, non. Si ça n’avait tenue qu’à elle, elle n’aurait jamais mis fin à cette étreinte. Espérant naïvement que dans le creux de ses bras, elle parviendrait à protéger sa meilleure amie de ce mal qui la tourmente. Mais Summer s’extirpa de ses bras pour planter son regard dans les sien, choisissant de faire comme si de rien était et échouant lamentablement. Les larmes ruisselaient sur ses joues et sous les yeux humides de la brune, elle abandonna les armes. Et c’était tant mieux parce que Nana avait bien une chose en horreur, c’est qu’on la prenne pour une conne. Les preuves étaient là, sous ses yeux. La vérité était indéniable. Aussi horrible soit-elle. Et le couperet tomba, douchant la jeune africaine froidement. « Deux mois ?! », elle n’avait pu s’empêcher de répéter, totalement ébahis. « Merde, Summer ! Deux mois ! », la surprise passée, c’était au tour de l’indignation. Nana n’avait pas envie de pleurer et encore moins avait-t-elle envie de se laisser gagner par la colère mais comment pouvait-elle rester sereine quand elle apprenait que sa putain de meilleure amie avait de nouveau le cancer et qu’en plus, elle s’était amusée à la cacher à tous le monde pendant deux putain de mois !!! Certes, elle avait visiblement choisi de se battre et ne pas se laisser dépérir parce que sinon, jamais elle ne l’aurait surpris sortant d’une séance de chimiothérapie mais tout de même ! Comment est-ce qu’elle pouvait être aussi égoïste, ça la dépassait ! Et comment est-ce qu’elle n’avait pas remarquer que quelque chose ne tournait pas rond depuis aussi longtemps, ça la rendait malade. Sa meilleure amie, sa sœur. Elle se mourrait peut-être à petit feu et elle n’avait pas été fichu de voir quoique ce soit. Pourquoi ? Elle était bien trop occupée à aller faire la fête avec Simon. Ou à baver à secret pour un garçon qui ne voyait en elle qu’une bonne amie. Nana avait été une amie pitoyable et elle s’en voulait encore plus qu’elle en voulait à Summer de l’avoir été également. Elle glissa sa main dans la sienne et l’entraina vers le parking où sa motocyclette était garée, elle souleva le siège pour lui tendre son casque et grimpa à l’avant. Le trajet vers chez elle n’était pas très long et Nana ne décrocha pas un mot de plus de tout le trajet. Elle n’arrivait pas à le croire, pas à réaliser à quel point est-ce que tout venait de partir en couille. Elle se gara dans le parking de son immeuble, reprit son casque des mains de sa meilleure amie et ouvrit la marche vers son appartement. Après quelques marches et un silence de plus en plus pesant, elles étaient finalement dans chez elle. Elle déposa le casque sur la table basse et s’installa dans le canapé. Elle leva finalement les yeux vers la blonde, croisant les bras sous sa poitrine. « Tu te rends que rien dire c’est totalement… », elle se tût, décroisa les bras pour prendre son visage entre ses mains. Les larmes débordaient finalement de ses paupières. « Je suis désolée… J’aurais dû… être là. ». Partagée entre la colère et la culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you'll find theres no need to cry. (selina)    

Revenir en haut Aller en bas
 
you'll find theres no need to cry. (selina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.
» Basement Vodou: Haitian Spirituality in Brooklyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les oubliettes :: Les rp's archivés-
Sauter vers: