AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 164
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Dim 15 Juil - 12:10

Et voilà, c'est terminé. Azraël souffle un peu devant son sac de sport, aujourd'hui, elle doit retourner à Washington parce qu'elle ne peut plus prendre de jours de congé supplémentaires, elle doit retourner bosser. Et elle en a réellement envie, parce qu'elle en a marre d'être ici, dans cette maison familiale avec son père, sa mère. Elle a l'impression que sa mima est là, ncore. Mais non, elle n'est plus, les obsèques se sont déroulées dans la plus stricte intimité, ses sœurs, ses parents, son beau-frère et sa petite sœur, quelques amis de la famille et voilà. Mais Azraël, en dépit de la tristesse, elle est heureuse parce qu'elle a été là quand sa Mima est partie. Elle était là près d'elle, et elle lui a tenu la main. Même si ça fait plus mal encore de se dire qu'elle est partie, elle se dit au moins qu'elle ne souffre plus et qu'elle est heureuse. Après tout, elle n'avait pas eu envie de se battre et Azraël n'avait pas été égoïste au point de lui demander de rester avec elle, parce qu'elle avait besoin d'elle. Non, elle l'avait laissé partir et ce n'était pas plus mal. Assise sur son lit, elle fixait le mur, fatiguée, elle devait partir dans moins d'une heure et elle était déjà prête. Peut-être qu'elle pouvait partir plus tôt ? Oui, c'était une bonne idée. Quand elle attrapait son téléphone, elle revoyait le message que lui avait envoyé Oliver et elle souriait automatiquement, elle ne s'y attendait pas le moins du monde et il fallait dire que ça avait eu le mérite de panser un peu la plaie béante de son cœur. Et elle lui avait répondu un message simple parce qu'elle n'avait pas envie de tout gâcher. Mais est-ce qu'il y a quelque chose à gâcher quand il n'y a plus rien ? vous avez quatre heures. Quoiqu'il en soit, elle ferme son sac et vérifie l'heure de son avion avant de descendre dans le salon, sa mère l'accueillant en lui tendant un thermos de café, ce qui eu  le don de la faire sourire « I love you Honey, take care, I'll see you soon. » Azraël serre sa mère dans ses bras avant de la regarder « Come to Washington mum ! You need to see our apartment honestly ! » Et sa mère la regarde, un peu rieuse avant de murmurer du bout des lèvres « Your apartment and a boyfriend perhaps ? »  L'avocate secoue négativement la tête en riant, avant de répondre d'une voix posée « No boyfriend mum, sorry. » Et elle voit son père qui arrive, elle se rapproche de lui avant qu'il ne l'embrasse sur la tempe, elle sent l'électricité dans l'air et elle n'aime pas ça. Elle ne sait pas ce qu'il a en tête et c'est assez insupportable, mais elle le connaît son père et elle sait qu'il est bien trop enjoué pour ne rien avoir derrière la tête. « I hope you'll have a safe flight Love, and I hope that you'll not have any trouble at work. If you do  just let me know and I'll sort... » Azraël se recule alors vivement de son père pour finir par lui offrir un regard assassin « No dad. No. Can you, please, just let me live my life in my way ? Please. No I'll not have any trouble at work because I was allowed to be here. You can be a fucking arse with your employees but my boss is not an arse. Let me live my bloody life the way I want it. I love my job in Washington. I love to be in that office. You can think whatever you want, you can think that it's a waste of time for me, but it's not. You should stop to be a control freak like you are. Because you're not gonna loose me but you're gonna loose mum and Aless and Alix as well. You're just a control freak and I'm done with that. » Et elle ne lui laisse pas le temps de répondre qu'elle sort de la maison après avoir embrassé sa mère qui l'a remercié du regard. Peut-être que finalement elle a réussi à dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas depuis trop longtemps.

Et son appartement est bien trop vide, elle ne supporte pas le silence assourdissant qui prend place. Elle a mal au cœur, et elle n'arrive pas à pleurer. Elle a l'impression qu'elle ne pourra plus pleurer. C'est étrange cette sensation. Elle se sent triste et apaisée à la fois, comme si elle n'attendait que ça de dire tout ce qu'elle pensait à son père. Sa mère lui a envoyé un message alors qu'elle était en chemin pour l'aéroport pour lui dire qu'elle avait bien fait et que son père était en colère mais que ça  lui passerait. Et Azraël, elle ne peut pas rester dans l'appartement, elle a besoin de bouger. Alors elle attrape son gilet, met toutes les choses importantes dans ses poches et elle se met à marcher. Elle s'arrête au chinois pour prendre une barquette à emporter avant de se remettre à marcher tout en grignotant, et ses pas l'emmène jusque chez lui.La conscience a prit le dessus sur les pas et Az' se demande bien ce qu'elle doit faire. Et s'il n'était pas tout seul. Elle essaye d'ouvrir la porte qui est verrouillée malheureusement, alors elle appuie sur l'interphone, une fois, et quand elle sait qu'il peut l'entendre, elle ose d'une petite voix « I'm sorry to be here. But I needed to see a familiar face. » Elle soupire un instant avant de passer une main dans ses cheveux « My appartment was too quiet and I went for a walk... my steps brought me here but anyway. » Elle n'avait pas besoin de s'enfoncer plus, elle se reculait alors de l'interphone et s'installait sur un banc juste à côté de l'immeuble, parce qu'elle n'avait pas envie de rentrer pour l'instant, puis peut-être qu'il voudrait s'en griller une avec elle, même si elle ne lui avait pas proposé. Peut-être. Pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 183
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Mer 5 Sep - 10:49

Ton téléphone ne fait que vibrer depuis quelques heures, tu ne daignes pas regarder qui essaie encore de te déranger alors que tu travailles, sérieusement ? Et encore, tu as de la chance d'avoir coupé le son. C'est un détail, mais il t'importe beaucoup, en ce moment, tout va de travers au bureau, des clients n'ont pas encore payé et ça vous met dans une merde assez complexe et même avec son talent inné pour la persuasion, ton meilleur ami n'arrive pas à obtenir les fonds nécessaires pour payer vos derniers travaux à l'étage. Toi de ton côté, tu te débouilles pour gérer de nouveaux clients et avec Sophie vous êtes en passe de rédiger un contrat officiel pour obliger les clients à verser un acompte dès qu'ils signent les premiers papiers, un sorte de première défense afin de vous éviter ce qu'il se passe actuellement.  C'est difficile, mais vous êtes des avocats, rien ne peut vous stopper et surtout pas les nombreuses heures de travail qui vous attendent.

Tu jettes un coup d’œil sur ta table basse, tu ne la vois même plus en réalité, tu as étalé tous tes papiers pour cette affaire du moment, un fusillade pour une affaire de drogues, rien de bien compliqué sur le papier sauf que cette affaire, elle date d'il y a douze ans et que l'accusé principal a demandé à ce qu'on réétudie l'affaire pour une très grosse somme d'argent qu'il vient de toucher suite à la mort de son père. Il est persuadé de son innocence et sans mentir, tu en doutes fortement, tout, absolument tout l'accable et pour une raison que tu ignores jusqu'à présent, les vidéos de surveillance de la journée de la fusillade ont disparu... Les investigateurs sont sur le coup évidemment, tu en as grandement besoin. Cette affaire est d''une importance capitale pour vos bureaux car c'est aussi celle que tu vas présenter à l'université pour un cas concret, l'accusé est d'accord, le juge l'est aussi et du coup, ça va vous offrir un  beau brainstorming qui tu l'espères ne va pas mener à rien. Il va d'ailleurs falloir que tu décides qui va t'accompagner pour présenter le cas, dès que vous allez obtenir les vidéos, sans elles, vous ne pouvez rien faire. L'université de droit a décidé de vous donner les meilleurs étudiants de chaque promo, les dix premiers afin de vous éviter d'être dans une salle comble avec une majorité d'idiots juste là pour se rincer l’œil sur des détails plus ou moins sordides. Tout cela est très important, tu ne dois pas te louper et jusqu'à présent, tu gères, tu as réuni les informations que tu pouvais, il n'y a plus qu'à les concentrer, préparer quelque chose de lisible pour les étudiants, insérer les vidéos manquantes et poser une date afin de gérer cette affaire. Votre implication avec l'université n'est pas nouvelle, mais c'est la première fois que vous obtenez assez d'accord pour aller présenter tout ça à des étudiants et voir comment ils peuvent réagir face à un cas concret. Vous n'avez pas prévenu, mais vous allez faire venir avec vous eux ou trois étudiants le jour du procès, ceux qui auront été les plus pertinents et utiles.

Une cigarette au coin des lèvres, tu traverses le salon, abandonnant ton  travail pour récupérer un ton briquet et surtout regarder qui t'a appelé presque toute la journée sans obtenir de réponse. Tu regardes les numéros, tu vois Paul, Sophie et des numéros inconnus, tu supprimes ton historique sans même faire attention et tu lis les quelques messages. Ce n'est pas comme si tu disais dans ta messagerie que tu préférais recevoir des messages, non... Paul a besoin de toi pour une signature et apparemment, il a signé à ta place et Sophie râle parce que tu n'as pas apposé ta propre signature et que vous risquez des problèmes mais par contre rien de ce numéro inconnu. C'est que ce n'était pas important, tu effaces les premiers messages mais avant d'en faire plus c'est ta sonnette qui se met à retentir. Tu traverses l'appartement ta clope toujours éteinte au coin des lèvres et tu réponds. « Ye.. » Même pas le temps de formuler un seul mot, ton sang se glace et tu entends une petite voix plus que familière, Azraël. Te voilà en train de froncer les sourcils et tu l'écoutes parler sans rien dire. L’interphone se coupe et tu restes figé sur place quelques secondes. Tu secoues la tête sur les côtés et tu retournes dans ta chambre, sortir des draps propres pour la chambre d'amis, car oui après de longs mois, tu as débarrassé la chambre qui te servait de  bureau inutile par une chambre d'amis, avec l'aide de ton meilleur ami qui en avait marre de dormir sur le canapé après ses cuites nocturnes. Quelques longues minutes plus tard, toujours pas d'Azraël et tu décides de descendre la rejoindre, tu pousses la porte d'entrée et enfin tu allumes ta cigarette qui traînait depuis longtemps au creux de tes lèvres. Tu la vois immédiatement et tu vas t'installer à côté d'elle, fumant tranquillement avant de parler, doucement. « If you're looking for noises that's probably not the best place you could find. » Lentement, tu lui donnes un léger coup d'épaule pour lui montrer que tu fais un peu d'humour, elle n'a effectivement pas l'air d'être dans son assiette. « What happened? » Ajoutes-tu tout en tirant sur ta cigarette attendant sagement sa réponse, sans pression pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 164
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Mer 5 Sep - 13:34

Elle a le cœur en miettes Azraël. Et elle n'arrive pas à recoller les morceaux, il lui avait fallu peu de choses pour que son cœur déjà bien trop morcelés éclate en mille morceaux. La vie lui avait prit sa grand-mère, la seule personne sur cette terre capable de la comprendre. La seule personne sur cette terre qui l'écoutait sans la juger, elle en avait passé des nuits au téléphone, quand ça n'allait pas, elle en avait passé des nuits à lui parler de son ex petit-ami qui lui avait fait vivre un enfer. Puis la dernière longue conversation qu'elle avait eu avec elle c'était sur Oliver, elle ne lui avait pas dit que c'était son patron, parce que sa grand-mère peut avoir la langue bien pendue parfois, mais elle lui avait dit qu'elle avait peur, peur de le perdre, peur que ça recommence, qu'elle aime trop encore une fois. Et elle l'avait rassuré, elle lui avait dit qu'elle devait se laisser aller, que si ils étaient ensemble, c'est que ça devait se passer comme ça. Et elle l'avait rappelé quelques semaines plus tard pour lui dire que tout était terminé, elle avait longuement pleurer au téléphone, et sa grand-mère avait encore une fois, trouver les mots justes, elle avait trouvé les bons mots pour lui dire que ça passerait, qu'elle en aurait d'autres, des chagrins d'amour. Et qu'elle serait toujours là pour elle. Sa grand-mère, elle arrivait à l'apaiser quand rien n'allait et ça depuis toute petite. Et maintenant, elle n'est plus là. Qui est-ce qu'elle va appeler quand elle aura l'impression que sa vie ne tourne pas rond ? Qui est-ce qu'elle appellera quand elle aura mal au cœur ? Personne ne pourra panser ses plaies aussi bien que le faisait sa grand-mère et ça lui donne le tournis, elle a mal. Partout et nul part à la fois, douleur sourde qui lui prend la tête et le cœur. Douleur sourde qui revient quand elle y pense un peu trop. Comme ici, dans son appartement vide. Elle aurait dû le savoir qu'il n'y aurait eu personne, elle aurait dû appeler quelqu'un pour ne pas être seule avec ses démons. Elle cherche ce que sa grand-mère lui dirait et rien ne vient, alors elle se contente d'aller marcher. Une longue balade dans la nuit, en tête à tête avec les étoiles, et ses pensées. Elle se laisse guider par ses pas, il n'y a que là qu'elle ne réfléchit pas. Elle ne veut pas réfléchir, elle ne veut pas rester seule avec ses pensées, parce qu'elle sait que ça irait encore moins bien si elle faisait ça. Elle en a encore des soucis, et voilà que son père se rajoute à la pile, elle aurait dû se taire, se contenter de laisser planer le silence et le laisser faire son médisant comme il a si bien l'habitude de faire. Mais Azraël en avait eu assez de se taire. Elle en avait eu assez qu'il rabaisse le cabinet où elle travaille. Elle en avait eu assez de se dire que rien n'est assez bien pour son père, qu'il ne tolère rien, que rien n'est assez bien pour ses filles. Il n'est pas ici. Il ne sait pas. Il ne sait rien. Et il ne saura plus rien. Elle ne veut plus en entendre parler.

Et quand ses pas la mènent ici, chez lui, elle ne sait que faire. Est-ce qu'elle reste là comme une tâche d'huile à regarder ses fenêtre éclairées par la lumière sans rien faire ? Ou est-ce qu'elle prend son courage à deux mains pour voir la seule personne qui pourrait lui faire du bien en ce moment ? Elle a besoin de le voir. Elle a besoin de sentir l'odeur de son parfum qui lui retourne le cœur à chaque fois et d'entendre le son de sa voix qui la fait automatiquement sourire, quand bien même, ils ne sont plus rien. Que deux vieux amants qui tentent de faire coordiner leurs vies sans avoir besoin l'un de l'autre. Azraël a besoin d'Oliver en ce moment. Elle le sait. Naïve. Bête comme elle est. Les mains et les lèvres sont tremblantes quand elle l'attend, elle pourrait vaciller. Heureusement qu'elle a mangé, parce qu'elle serait tombé si c'était le cas échéant. Et quand il apparaît, elle sursaute un peu, elle était ailleurs. Elle est bien trop ailleurs en ce moment. Comment va t-elle faire pour reprendre le travail sans avoir envie de fondre en larmes à chaque instant ? Quand bien même elle n'y arrive plus. Mais elle sait qu'elle se jettera dans le travail, encore plus qu'elle ne le faisait avant, parce que c'est comme ça qu'elle fait le deuil Azraël. En se plongeant dans le travail. C'est la meilleure des solutions, se plonger dans le travail. « If you're looking for noises that's probably not the best place you could find. »  elle sourit un peu en coin avec un petit rire avant de passer une main dans ses cheveux, elle est trop silencieuse. Elle le sait. Il va voir qu'il y a quelque chose qui cloche, elle qui parle trop. Toujours trop. « What happened? »  Et Azraël elle ne sait pas vraiment s'il faut qu'elle lui raconte. Puis si, de toutes façons elle est venue pour ça. Pour parler. Parce que c'était trop silencieux chez elle, alors si elle même elle se mure dans le silence, il n'y aucune logique la dedans. « It was the most horrific week of my life. My grandma passed away and I can't believe that she is gone forever. » Elle dit ça d'une voix embuée par la tristesse et elle soupire un grand coup avant de tirer longuement sur sa cigarette avant de reprendre « And I had a very bad argument with my dad. I told him to go fuck himself because he is a fucking asshole with you, with the office and I can't handle this anymore. I'm not his fucking toy. I will never be his fucking toy. I'm done with him. And I don't want to talk to him anymore. » Elle se rendait compte qu'elle avait été un peu trop impoli et elle se sentait rougir. Elle fermait un peu les yeux avant de souffler « Sorry about that. Can we go upstairs please ? » Elle ne voulait pas qu'on puisse l'entendre puis de toutes façons, ils seraient bien mieux à l'intérieur. Elle se levait alors en tendant doucement sa main, n'imposant pas sa volonté stupide du contact. « I've missed you. » Ca c'était inutile aussi. Mais elle en avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 183
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Jeu 6 Sep - 16:56

Le regard perdu dans le vide, tu attends une réponse de sa part mais bizarrement tu ne sais pas si tu désire vraiment entendre celle-ci. Ce n'est pas contre elle, mais si elle est ici, en bas de ton immeuble c'est qu'elle a besoin de toi, plus exactement de ce que vous partagiez avant tous les deux. Elle s'en rend certainement pas compte à quel point elle empiète sur ta vie privée, ça semble si naturel pour elle comme ça de débarquer chez toi à l'improviste, comme si elle venait lorsqu'elle a besoin de toi et le reste du temps, elle vit sa vie. Tu ne lui en veux pas, non, tous les gens font ça, ce n'est pas une nouveauté. Toi, tu ne le fais pas par contre, mais tu n'es pas comme tout le monde, tu as une approche sur les autres qui est bien différente, voire désagréable. Tu tires sur ta cigarette fraîchement allumée, au moins, tu peux profiter de l'extérieur pour cloper un peu. Tes lèvres finissent par se pincer lorsqu'elle t'offre une phrase en guise de réponse. « I'm sorry. » C'est tout ce que tu arrives à dire parce que tu ne sais pas réellement quoi faire, le deuil et toi ça fait plus que deux. Tu ne sais pas comment le gérer de ton côté, tu ne sais pas comment les autres font pour le gérer et au lieu de dire des conneries ou pire, de se fondre dans les normes conformistes, tu préfères tu murer dans un silence qui t'est bénéfique. Tu lui offres tout de même deux mots, tu es réellement désolé, mais ni toi ni elle vous ne pouvez faire quelque chose pour sa grand-mère. Ne croyant pas à la vie après la mort, pour toi une personne qui n'est plus de ce monde a complètement disparu de la surface de la planète. Ce ne sont que des souvenirs qui restent. Tu es bien placé pour le savoir, tu es hanté par des souvenirs de ton père que tu détestes plus que quiconque sur cette foutue planète. Tu continues de regarder en face de toi, gardant ton attention auditive sur elle et tu as raison, elle change immédiatement de sujet et comme à chaque fois, son père revient en ligne de mire. Azraël t'explique une dispute et elle apparaît comme plus importante que ce qu'il s'est passé avant et tu es incrédule, un si petit bout d femme aussi remonté contre une seule personne, comme toi, son père. Tu ne peux t'empêcher d'esquisser un sourire malgré-tout. Si toi tu as fais des erreurs avec ton géniteur, si elle peut éviter de les faire et se bousiller la vie, tu peux tenter de lui offrir des conseils, mais tu as peur que ça passe dans l'oreille d'une sourde. « You shouldn't react like that. » Tu pinces tes lèvres. « I mean, don't take it the wrong way but he's worried, probably a lot more then you can imagine, he's your father, he has his reasons to do what he's doing. He probably has is own plan.  » Tu cherches tes mots afin de ne pas la froisser, tu as l'impression de marcher sur des braises à cet instant précis. « You're giving him what he needs to act like that, it feels like you're playing his game, you give him the reaction he wants to keep going. I won't say I like him but I do respect him and i've met him a few times through the years before and after we've met. He's a man who will anything to get what he wants and trust me at the end, I think he will be the the winner, whatever it takes. » Tu hais son père, pas autant que le tien, mais tu peux la comprendre, l'avoir constamment sur le dos à se mêler de tout et n'importe quoi sans se soucier des conséquences, c'est dégueulassasse, mais c'est compréhensible. Tu aurais réagit de la même sorte si tu avais eu une fille comme Azraël avec un passé comme le sien, si elle s'était approchée d'un homme plus âgé, tu aurais immédiatement agit, avec de bonnes intentions. Il doit certainement vouloir la protéger, se protéger ainsi que toute la famille, c'est juste qu'il le fait mal. « Just remember, you share the same blood as him, just one time try to have a calm talk, put everything on the table and show him who you are, I'm pretty sure he'll be smart enough to understand... » Parce que partir après une monologue enragé, ça ne donnera jamais rien de bon, tu peux être persuadé qu'il sera dans vos bureaux cette semaine pour surveiller sa fille.

« Sure. » Ne lui laissant pas le temps de répondre à tes remarques sur son père, tu te redresses sans lui prendre la main, tu n'y prêtes pas réellement attention, ton esprit est ailleurs et tu as surtout l'impression d'avoir prononcé trop de mots qui ne sont pas en lien avec le travail pour une seule journée. Tu termines ta cigarette en quelques bouffées, tu appuies sur le code de l'immeuble et tu ouvres la porte, la tenant pour qu'elle puisse s’engouffrer dans l’immeuble à son tour. « Sorry, what did you say ? » Demandes-tu soudainement, perdu dans tes pensées, tu crois avoir entendu quelque chose d'autre, mais tu n'en es pas certain. Enfin, tu continues ton petit bonhomme de chemin en prenant l'ascenseur, pas le choix, trop d'escaliers pour rejoindre ton appartement. Tu jettes un coup d’œil sur ton téléphone et surtout tes mails sans rien voir de nouveau, heureusement. La sonnerie de l'ascenseur retentit subitement et tu sors le premier de l'ascenseur, tirant ta clé de la poche arrière de son pantalon pour ouvrir la porte que tu avais soigneusement fermée avant de partir. Tu fermes derrière elle, laissant la clé la serrure et tu vas directement dans le salon. « Well, you can... You can do what you want. » Tu hausses les épaules ne sachant pas réellement quoi lui dire de plus et tu ranges tes affaires pour les mettre sur la table du salon tout en les organisant un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 164
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Ven 7 Sep - 11:43

Elle est assise entre deux chaises la brune et ça commence déjà à la fatiguer. Elle savait pertinemment quand elle avait prit son indépendance en venant à Washington que son père ne la laisserait pas tranquille. Après tout, elle s'était lancée dans une carrière d'avocat et elle n'avait même pas prit la peine de postuler dans son bureau, mais quand elle avait décidé de reprendre ses études, elle en avait assez d'être couvé par un amour paternel un peu trop présent alors elle avait prit son envol et elle y arrivait trop bien pour que ça dure. Elle était trop heureuse pour que ce soit normal, pour que ce soit logique et que ça continue ainsi. Non, il était toujours là, intrusif au possible, comme une abeille autour d'un pot de miel, à toujours vouloir contrôler. A vampiriser. Et Azraël, elle sait que ça aurait pu être bien plus violent, que ça aurait pu partir réellement dans un combat sans pitié et qu'il y aurait eu beaucoup plus de dégâts, mais non. Elle a presque été trop gentille pour lui, il méritait pire, beaucoup plus après tout ce qu'il lui a fait subir. Mais non, trop gentille, trop douce, trop blessée la frêle colombe. Et la junior elle aimerait arrêter de dépendre de pleins de choses, de ses médicaments qui la maintiennent un tant soi peu heureuse, qui l'empêchent de replonger dans les méandres de la dépression, elle aimerait arrêter de voir son psychologue. La seule dépendance qu'elle a partiellement réussi à arrêter c'est celle à Oliver, mais le cerveau est un peu farceur, il continue à la guider jusqu'ici, parce qu'il sait, le cerveau qu'elle a besoin de lui, qu'il est sûrement le seul à la comprendre encore un tant soi peu, malgré le peu de temps qu'ils ont passés ensemble, collés l'un à l'autre, à vivre en osmose. Et encore une fois, quand il est là, près d'elle, le palpitant bat à vitesse régulière, il bat normalement, comme si c'était là, qu'elle devait être, alors que c'est tout le contraire. Il doit en avoir assez de sa présence, qu'elle soit tout le temps là, elle le sait Azraël, mais elle n'applique pas ce qu'elle sait. « Thank you. » Et elle répète ce qu'elle a répété à chaque personne qui lui ont dit être désolés de la mort de sa grand-mère, merci. Merci d'être venu, merci d'avoir de la compassion, alors qu'elle était vide Azraël. Vidée de tout sentiments un tant soi peu heureux, les merci étaient mécaniques, les sourires sur pilote automatique. Est-ce que sa grand-mère est fière d'elle là haut ? Elle espère. Elle espère qu'elle est heureuse de là où elle est, et qu'elle voit les efforts qu'elle fait, à tenter d'être heureuse. Et il faut que ça explose, ça a duré trop longtemps, elle est restée trop silencieuse un nombre trop important de minute pour que ce soit possible. Elle explose littéralement, on l'entend à sa voix, sa façon de parler, de jurer aussi. Elle qui ne jure presque jamais à part quand elle se cogne, elle a rattrapé toutes ces semaines à ne pas dire un mot plus haut que l'autre. Et elle sait qu'il aura les bons mots, qu'il ne la jugera pas. Azraël écoute patiemment et d'une oreille attentive ce qu'il lui dit sur son père et elle a la gorge qui se noue, les larmes qui lui montent aux yeux, elle qui pensait qu'elle ne pleurerait plus. Mais ça ne coule pas, non. Parce qu'au fond il a raison, elle ne s'était jamais disputé de la sorte et il avait fallu une fois pour que tout explose. La tristesse, l'aigreur, l'énervement, le contrecoup aussi. Tout avait fait explosé le cœur de la jeune Chapman. Et c'était lui qui en faisait les frais, indirectement, parce qu'il fallait qu'elle soit sèche, parce qu'il fallait qu'elle dise tout ce qu'elle pensait quand bien même, il n'était pas impliqué. Ou du moins, c'est ce qu'elle croyait. Elle n'avait pas le temps de lui répondre qu'il acceptait le fait qu'elle monte une fois de plus dans son antre. Depuis le temps. La dernière fois, c'était quand il était là, lui, son autre fléau, celui qui a brisé l'âme et qui a crée l'envie de se détruire, qui a creusé le cœur pour y mettre un peu trop de noirceur. Et elle réfléchit à ce qu'il lui a dit, s'engouffrant dans l'immeuble après avoir écrasé sa cigarette, elle sursaute quand il prend la parole, demoiselle un peu trop dans ses pensées « Nothing, it doesn't matter. » Heureusement qu'il n'a pas entendu, peut-être qu'il aurait dit quelque chose d'acide, pour lui faire comprendre qu'elle ne peut pas dire ça, elle ne peut plus dire ça. Quand elle s'engouffre dans l'ascenseur, elle lui tourne le dos et ses mains s'agrippent contre la barre pour qu'elle ne panique pas, ce n'est pas le moment, elle compte les étages dans sa tête, plus que trois, plus que deux, plus qu'un, le palpitant est affolé quand les portes s'ouvrent, quel fléau ces phobies débiles. Mais il se calme quand elle entre dans l'appartement, se remémorant encore stupidement les issues de secours, jouant de ses doigts, ne sachant pas vraiment où les mettre. « Thanks ? » Elle ne sait pas où aller, que faire, il avait raison, si elle voulait du bruit elle aurait peut-être dû aller dans un bar pour se retourner le cerveau. Et elle ose timidement « I'm... I'm gonna use your shower, quickly. » Et elle montre le chemin de la salle de bain, comme s'il ne savait pas où c'était, elle se presse alors, manque de tout faire tomber sur son passage, et elle se jette sous le jet d'eau chaude, parce qu'elle en a besoin. Les mots qu'il a prononcé lui viennent en mémoire, il la frappe comme le revers d'un coup de raquette que l'on effectue trop tard. (...) « I won't say I like him but I do respect him and i've met him a few times through the years before and after we've met. He's a man who will anything to get what he wants and trust me at the end, I think he will be the the winner, whatever it takes. » Elle ferme un peu plus fort les yeux, comme si ça allait l'empêcher d'entendre ses paroles mais elles sont là, bien encrées en lui. Elle serre la mâchoire aussi. « « Just remember, you share the same blood as him, just one time try to have a calm talk, put everything on the table and show him who you are, I'm pretty sure he'll be smart enough to understand... » Evidemment que non qu'il va pas comprendre. Il est buté, borné, et il ne comprendra jamais qu'elle est assez grande pour faire ses propres choix. Mauvais certes. Mais ses propres choix tout de même. Azraël apprendra de ses erreurs, elle le sait. Quand elle sort de la douche qui n'a pas du tout eu l'effet escompté, elle se tient au lavabo, elle va tomber si elle continue, les nuits sans sommeil, les jours sans décemment se nourrir, elle aurait dû prêter attention aux signes de son corps. Elle attrape alors une serviette comme si elle était chez elle et elle se rhabille avant de le rejoindre. « I respect my dad. And I know who he is. What he is. He is a psychorigid and he will not admit anything, and down faces everybody. » Elle soupire un instant avant de le regarder « Thank you for your words tho. » Et doucement, elle se rapproche de lui, comme si elle tentait d'apprivoiser un lion, comme si elle tentait de faire en sorte qu'il ne morde pas. « I know that I'm intrusive but I also know that you are the only person in my entourage who is non judgemental. And I needed that tonight. A quiet place with a good person. » Elle lui sourit doucement, avant de tenter le tout pour le tout. « Can you take me in your arms ? Just once. Please Oli. » Oui bon, le surnom ce n'était peut-être pas obligé mais elle avait besoin de ça. Le cœur avait besoin d'un peu de chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 183
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Mer 19 Sep - 12:53

Une à une, tu enfiles les fiches et autres feuilles qui sont posées sur la table du salon, tu essaies de les organiser de manière méthodique mais tu as toi-même du mal à te relire, ou simplement comprendre de quoi elles traitent alors tu abandonnes. Tu entends le bruit de l'eau dans la salle de bain, Azraël fidèle à elle-même se tient comme chez elle, comme tu l'as proposé de toute façon. Tu laisses tout ton bazar de côté et tu te diriges vers la fenêtre du salon qui donne sur le quartier bizarrement calme aujourd'hui. Tu l'entrouvres afin de pouvoir allumer une cigarette et fumer à l'air frais, c'est vrai que vous étiez bien tous les deux en bas, ici tu n'as pas de terrasse et sans mentir, tu ne sais même pas si tu serais à l'aise sur un terrasse à cette hauteur, tu n'es pas au premier étage dirons-nous. Tu clopes tranquillement, prenant ton temps, profitant du silence et du bruit de l'eau malheureusement pour peu de temps, elle ne tarde pas à sortir, fraîchement lavée. Peut-être qu'elle se sent un peu mieux qui sait ? C'est tout ce que tu lui souhaites en tout cas, tu ne désires pas qu'elle passe une mauvaise soirée, surtout après ce qu'elle t'a avoué. Tu bloques encore sur la nouvelle de sa grand-mère mais Azraël, elle c'est sur son père qu'elle bloque, sur cette rancœur bien ancrée en elle qui a l'air de la bouffer par dessus tout le reste. Tu te retournes lorsque tu perçois le bruit de ses pas, proches de toi. Un sourcil haussé tu ne peux t'empêcher de sourire lorsque tu l'entends parler de son père, elle lui ressemble bien trop. « Slow down. » Tu n'ajoutes rien, la laissant terminer, affichant le fond de sa pensée. De ton côté, tu t'appuies contre le rebord de la fenêtre et tu réfléchis aux prochains mots que tu vas employer. « I know someone else who will not admit anything if you know what I mean... Come on Az, you're smarter then that, you are both adults, like I said it's maybe time to do something unless you want to keep going like now ? He's always going to come after you and enter your personal space without asking anything and you're always going to be angry at hime because you think he doesn't respect you and will never be able to do it. » Tu hausses les épaules cherchant à donner un peu de relief à tes paroles dans le sens ou tu ne veux pas qu'elles soient prises comme une parole d'évangile, mais tu fais réellement de ton mieux pour lui faire comprendre que ce qu'il se passe entre elle et son père ne vient pas que de lui, mais ils sont bien deux dans cette relation à s'envoyer des pics. Tu n'es évidemment pas à ta place pour te permettre ce genre de commentaires, surtout que toi et la famille... ça n'a jamais fonctionné et puis, tu détestes son père mais tu as une once de respect pour lui d'autant plus qu'avec la puissance qu'il a dans votre milieu, il ferait qu'une seule bouchée de toi et perdre ton travail, ça serait la fin pour toi. Tu termines ta clope et tu l'écrases dans le cendrier avant de te remettre en face d'elle, ce petit bout de femme que tu n'arrives réellement plus à suivre et/ou à comprendre. Tu lui demanderais bien où sont ses sœurs, pourquoi elles ne sont pas là dans un moment pareil, mais tu fermes ta bouche, si elle te dit que tu es la seule personne qui peut lui convenir pour ce soir, soit, mais ses standards sont descendus très bas. « I'll provide you calm and peace for tonight. » Murmures-tu avant de la prendre dans tes bras pour une simple accolade, tu es mal à l'aise, elle doit le sentir parce qu'elle ne fait qu'un aller retour dans tes bras, ce n'est pas contre elle, pas du tout, c'est juste toi qui t'es éloigné des contacts humains depuis un moment déjà. Tu poses alors tes mains sur ses épaules. « I made the bed in the other room so you can sleep there. » Tu tapotes ses épaules une, deux, trois seconde et tu files dans le salon, abandonnant la fenêtre afin d'éviter que la situation devienne encore plus gênante. Tu espères qu'elle va dormir, mais tu la connais et tu sens qu'elle va refuser, tout comme manger, tu ne râleras pas, tu n'es pas son père, ni son frère et pas son compagnon, tu es un ami certes, mais à chaque fois que tu lui demandes de prendre soin d'elle, elle n'a fait qu'à sa tête, pour des raisons que tu ignores. Tu pourrais mettre son comportement sur le dos du deuil, mais ça voudrait dire qu'elle est constamment en deuil. Lorsque vous étiez tous les deux, tu avais parfois cette impression qu'Azraêl suivait tes envies à toi, sans prêter attention aux siennes or, tu n'es pas un exemple de vie saine... De son côté, elle est trop jeune pour tout foutre en l'air comme ça. Tu secoues la tête sur les côtés avant de prendre ton ordinateur portable et de l'allumer, tu as des textes à relire et des CV aussi, une plaie... Tu te poses sur le canapé, prenant ta paire de lunettes de lecture que tu avais abandonné sur le côté.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 164
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Mer 3 Oct - 21:37

Tu es en colère Azraël, tellement en colère, peut-être que c'est l'une des étapes du deuil, en vouloir à trop de gens, leur reprocher toujours quelque chose. Tu sais que tu sur-réagis et pourtant, tu ne peux pas t'en empêcher. Parce que c'est lui, parce que tu en as assez de te rendre compte que ton père est un pauvre con qui veut contrôler sa famille à la baguette. Tu t'en veux aussi, de venir ici, chez lui, toi qui criais à qui veut bien l'entendre que tout cela c'est du passé, mais tu as encore une petite affection pour lui, tu es passée à autre chose, mais tu sais que si jamais il était en danger, tu serais capable de n'importe quoi pour lui. Parce qu'il est l'un des seuls à t'avoir fait te rendre compte que la vie pouvait être plus belle qu'elle ne l'était déjà. Parce qu'avec lui, tu t'en sentie vivante et tu as eu envie de soulever des montagnes pour lui, naïve. Parfois, cette soirée te revient en mémoire et tu te demandes bien ce qui a pu cloché, puis ce message aussi, que tu as effacé rageusement, tu ne comprendras sûrement jamais, tu as cessé d'essayer de comprendre, parce qu'après tout, tu ne veux plus te rendre malade, tu as promis à ta grand-mère de vivre au jour le jour, d'être heureuse et tu vas le faire. Tu as prit rendez-vous chez ton médecin parce que tu sais que tu risque de recraquer, et tu as besoin de quelque chose de fort pour ne pas resombrer après tout, tu lui a promis de ne plus sombrer, tu lui as fait tant de promesses, sa main froide dans la tienne, toi la tête tout contre son cœur, comme avant. Comme quand tu faisais des cauchemars et que tu étais chez elle, elle te consolait, et tu restais là, tout contre elle. Tu sais qu'elle sera toujours là, dans un coin de ta tête, dans un coin de ton cœur. Quand tu finis ta tirade digne d'un discours de drama queen, tu écoutes les paroles d'Oliver et ton cœur loupe un raté. Tu humidifies les lèvres et les paroles te heurtent comme quand on se prend une vitre que l'on a pas vu « I know that I'm like him. The apple never falls far from the tree.Thanks. » réponds-tu acide, avant de soupirer et de passer une main dans ses cheveux « Sorry. » Tu ne voulais pas être médisante, ni même méchante, il est encore gentil de t'autoriser à être ici. Il aurait pu te laisser à l'extérieur, alors tu préfères ne pas être trop acide avec lui. Tu déglutis et tu soupires, réfléchissant à ce que tu pourrais dire et rien ne vient, rien n'est assez bien pour lui. Tu es bien trop énervée pour avoir des paroles censées. Et tu fermes les yeux un instant. Et tu as besoin de lui, de son calme et qu'il t'apaise. Tu le regardes « I'm taking your advice for tomorrow and all the days after. » Tu lui offres un petit sourire, gênée, tu essayes d'imprimer ses conseils, tu essayes de lui faire confiance comme tu l'as si bien fait pendant quelques temps, confiance qui s'est fait explosée en un claquement de temps, en un stupide message. Tu lui as demandé un câlin, un simple, mais tu le sens tendu alors tu ne t'éternises pas, même si tu aimerais rester plus longtemps, même si tu aimerais rester tout contre lui, parce que c'est là que tu es sûre que tu te sens le mieux, ou du moins, pour ce soir. Mais tu oublies ça bien vite. La douche t'as fait du bien mais les pensées t'assomment une fois de plus. « Thank you... for the calm, the peace and the bed. » Tu le regardes qui part et tu déglutis. Tu ne cherches rien, tu n'as pas besoin de grand chose et la seule chose que tu aurais bien besoin ce soir, tu ne l'obtiendras sûrement pas. Alors tu passes dans le salon et tu lui fais un petit signe « I'm gonna sleep. » A croire que vous agissez comme deux colocataires, bonjour, bonsoir, au revoir bonne nuit. Tu te diriges jusque la chambre non sans t'arrêter parce que la tête tourne, le cœur te fait défaut et tu as l'impression que tu vas tomber. Lorsque tu te couches dans les draps, tu restes allongée sur le flanc, tu pinces tes lèvres, et les larmes coulent toute seule, à croire que l'adrénaline redescend, et le sommeil est là, mais trop léger, il fait trop silencieux, tu es toute seule avec tes pensées et tu ne veux pas. Pas ça. Pas les pensées. Tu attrapes alors ton téléphone que tu avais abandonné sur la table de nuit et tu traînes un peu avant de te lever telle une enfant qui ne parvient plus à dormir et tu te pointes, t'appuyant sur la chambranle de la porte « I can't sleep. I didn't want to disturb you. » Mais tu l'as fait, tu te rapproches alors, un peu, et tu t'installes à l'autre bout du canapé, repliant tes jambes contre ta poitrine avant de le regarder « I'm sorry for the words I've said before. You know, my grandma said that I should say everything that I feel because it's better to feel remorse than to regret. So... I'm sorry for everything that I did, everything. When we were alone on that roof, when I tried to make you feel jealous during the party, worst thing ever. When I was so desperate, when I came here because of my ex. I should have go somewhere else. When I came here tonight. Because you're nothing more than my boss, and I'm acting like I still have feelings for you... » Tu soupires en te relevant et tu te rapproches du seul endroit où tu peux fumer, récupérant une cancéreuse dans son paquet « Tonight, I just wanted to feel you against my skin, I just wanted to feel alive with your hands against my skin. » Et quand tu te rends compte de ce que tu dis, tes joues s'empourprent et la fraîcheur qui émane de l'extérieur te fait du bien, peut-être que tu devrais y aller, mais ton corps et ton cœur n'accepteront cette éventualité que si tu y es convié, que s'il te le demande.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 183
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   Sam 13 Oct - 21:54

Sa réponse est acerbe, tu fronces les sourcils, tu n'as rien à lui dire, tu ne peux pas la contrôler, tu n'as pas le droit de lui répondre sur le même ton, elle traverse une mauvaise période, évidemment que tu ne lui en veux pas. Après oui, tes paroles n'étaient pas les meilleures mais tu as parfois l'impression qu'il faut les lui dire afin qu'elle comprenne, qu'elle se calme et qu'elle révise ses idées sur la situation. « It's fine. » Un haussement d'épaules accompagne ta réponse et puis tu la serres dans tes bras, très peu longtemps, comme demandé. Tu files ensuite, à ton travail, comme toujours et elle fil dans la chambre t’annonçant qu'elle va dormir mais tu n'y crois pas une seule seconde, tu la connais assez pour savoir que dans une heure ou moins, elle va revenir dans le salon ou te rejoindre dans ta chambre si tu y es et pour éviter cette situation tu ne vas pas dans ta chambre. Ton ordinateur portable sur les genoux tu travailles, lisant tes dossiers et autres contre-rendus pour les corriger et préparer le passage au palais de justice. En parlant de ça, tu ne seras pas des masses au bureau cette semaine entre les audiences et les cours que tu vas donner. Cette semaine qui approche ne te donne pas réellement envie mais tu n'as pas le choix. Pas question de prendre le risque d'envoyer ton meilleur ami et qu'il finisse par coucher avec une prof au lieu de donner une conférence car oui, c'est déjà arrivé. Tu glisses tes lunettes de lecture sur le bout de ton nez, tu restes face à ton écran plus que tu ne le devrais, tu t'octroies quelques pauses, cigarettes et café, tu grignotes aussi en passant, juste de quoi te remplir l'estomac. Ça dure un petit moment, à vrai dire, tu ne vois pas le temps passer et tu entends du bruit, pas énormément mais tu ais ce que ça veut dire, que tu avais raison. Lentement mais sûrement, elle te rejoint après quelques mots, s'installant à l'autre bout du canapé, remontant ses jambes contre sa poitrine. Tu restes silencieux lorsqu'elle parle, exprimant des excuses sur ses paroles passées. Tu souris en coin. « It's alright, don't wprry about all of that, it happened, you don't have to apologize for it. We got through it a bit already, didn't we? Anyway, it's fine, you're getting better. » Tu lui offres un sourire encourageant, enfin tu espères et puis, tu reposes ton regard sur ton écran. Tu ne lui en veux pas pour ce qu'elle a fait, surtout sur le toit, tu ne risque de ne jamais l'oublier même si tu ne lui en veux pas. Tu la sens se lever, elle ne tient pas en place et elle se rend vers la fenêtre, presque à l'autre bout de la pièce pour s'allumer une cigarette.

La suite de ses paroles quant à elle, elle te fait largement grincer les dents mais tu ne le montres pas, pas question qu'elle puisse avoir un aperçu de ta gêne. Tu prends des pincettes, ou pas. « You know it's not possible. » Dis-tu simplement, sans avoir la courage de la regarder dans les yeux, essayant vainement de lui faire comprendre que tu ne veux pas la blesser et surtout ne pas lui montrer que si effectivement il n'y avait que vous d’impliqués, tu serais déjà en train de l'embrasser. La vie a eu d'autres plans pour vous deux et tu as endossé le mauvais rôle et même avec celui-ci, elle est encore et toujours là, tenace, n'abandonnant jamais même si la cause est perdue d'avance. Tu fermes ton dernier mail, jetant un coup d’œil à ta montre, il est tard, enfin, même tôt. Ton ordinateur retrouve sa place sur ta table basse, tu l'éteins et tu te lèves à ton tours, récupérant ton assiette et ta tasse de café pour les mettre dans la cuisine, passant silencieusement à côté d'elle. « There's some food in the fridge, enough to make a decent sandwhich or you can take some chinese takeaway i've got left if you want to eat. » Le café, le reste, elle sait comment ça marche. « I'll go to sleep, I have a big day tomorrow. » Tu quittes la cuisine pour la rejoindre, tu passes ta main sur son épaule en guise de soutien, c'est tout ce que tu arrives à faire, de peur qu'un autre geste soit mal interprété. « I hope you'll find some rest. » Quelques derniers mots avant que tu ne rejoignes la salle de bain pour te débarbouiller, te laver les dents et tu vas dans ta chambre, fermant la porte doucement derrière toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love   

Revenir en haut Aller en bas
 
OLIVAEL ✻ No, easy baby, maybe I’m a liar but for tonight I wanna fall in love
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» And they think we fall in love but that's not it, just want to get some + Baby
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Capitol Hill :: home-
Sauter vers: