AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 162
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Ven 19 Oct - 20:44

Tu tapes du pied devant ta penderie avec pour seul vêtement, ta serviette que tu as enroulé autour de ton corps après un bain. Tu soupires un peu et sort deux robes neuves que tu as acheté pour une occasion que tu ne te souviens plus. Tu les regarde toute les deux, et finalement, c'est la petite robe noire qui l'emporte. La petite robe noire l'emporte toujours de toute façon. Tu enfiles le vêtement et tu passes dans la salle de bain, ta sœur t'alpaguant, sa porte ouverte « Are you gonna be home late, tonight ? » te demande t-elle et tu hausses les épaules « I don't know, you know that I hate those kind of evening. But I need to go. It's good for me and good for the office. » Parce que ça n'aurait pas importé le bureau, tu n'aurais certainement pas accepté l'invitation, tu te serais contenté de la punaiser sur ton tableau de liège et tu aurais omis la date en le faisant bien exprès. Evidemment, tu le fais toujours exprès, tu omets des dates que tu ne veux plus te rappeler. « You look good by the way, I'm pretty sure that all eyes will be on you » Tu ris un peu Azraël avant de lever les yeux au ciel, amusée. Tu penses le contraire, mais tu ne dis rien, tu te contentes d'aller à la salle de bain pour te maquiller un peu, hors de question de sortir avec cette tête de zombie, même si tu dors mieux, même si tu dors à des horaires raisonnables, tu as toujours autant besoin de te maquiller. Tu es rentrée à quinze heures chez toi après l'audience et tu t'es posé, ça t'a fait du bien, tu as prit des nouvelles de Sophie qui est en arrêt parce qu'elle est à deux doigts d'accoucher et tu t'es endormie, avant de te réveiller en panique pour finalement voir que tu étais dans les temps. Heureusement. Parce que tu n'aimes pas être en retard Azraël. Quand bien même tu tentes de calmer tes tocs et tes phobies. Tu tentes, tu as de nouveau prit des rendez-vous chez ton psy et ça te fait du bien, il a adapté ton traitement, tu dors mieux, tu fais moins de cauchemars. Tu attrapes une paire de chaussure quand ton maquillage et ta coiffure sont fait, et tu les enfiles. Quand tu as une notification que ton Uber est en bas, tu passes une nouvelle fois la tête dans la chambre de ta sœur qui retire le pinceau de sa bouche pour te dire « You look so amazing. Stay out of trouble by the way honey. If you know what I mean. » Oui, tu sais ce qu'elle insinue. Oui, tu sais qu'elle parle d'Oliver mais encore une chose sur laquelle tu as réussi à passer au-dessus. Tu y penses beaucoup moins, au bureau, même quand tu le croises, tu ne dis rien, ne fait rien qui pourrait te porter préjudice. Tu lui envoies un baiser de la main avant de descendre, perchée sur tes talons. Tu te dépêches, vérifie que tu as tes clés, ton téléphone, tes cigarettes dans ta pochette et tu as tout. Tu montes dans le véhicule, salue le conducteur avant de te laisser emmener sur le lieu de rendez-vous. Encore un nouveau lieu, tu aimerais bien savoir les issues de secours. Tu as la boule au ventre qui gonfle au fur et à mesure que tu vois l'adresse qui se rapproche. Tu souffles un peu et quand la voiture se gare, tu remercies le conducteur et tu sors, lisse ta robe, passe une main dans tes cheveux et tu entres dans le bâtiment, ton regard se pose partout, tu remarques les issues de secours. Ouf, elles ne sont pas loin. Tu réceptionnes une flûte de champagne et tu serres des mains, tout sent l'argent ici. Les types avec des montres hors de prix, des costumes hors de prix. Tu soupires un peu, et passe une main dans ta nuque, tu es toute crispée et les soirées avec tes sœurs à te cacher sous les tables, te manquent. Tu envoies même un message WhatsApp aux sœurs Chapman pour leur rappeler les bons souvenirs. Tu t'humidifies les lèvres et tu laisses aller tes doigts le long de ton verre. Un client se rapproche de toi et te serre la main « Chapman. Azraël Chapman. Deirdre & Smith's office. » Le type te colle sa joue contre la sienne et tu te recules gênée. « Do you know where your bosses are ? » Tu hausses les épaules. « I don't really know, I'm sorry. I'm the first here. But here they are ! » Tu montres Oliver et Paul qui viennent de rentrer dans la salle. Et tu le laisses les attendre, buvant une gorgée de ta coupe de champagne, tu as hâte de retrouver ton chez toi, cette soirée était peut-être la soirée qu'il ne fallait pas. Déjà que tu les détestais enfant, adulte c'est encore pire. « This man wanted to see you. » Et tu offres deux sourires polis avant de te reculer, t'effaçant, après tout, tu ne sais même pas ce que tu fais ici. Malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 181
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Ven 19 Oct - 21:19

Une nouvelle soirée, une de plus ajoutée à celles de cette année, la quête aux clients, le quête à l'argent surtout, Paul ne voit pas les choses minuscules, il a besoin d'en faire des tonnes, de tout montrer, de faire le spectacle. Il a tout organisé, certes sous le joug des commentaires acerbes de Sophie même si celle-ci est en arrêt, mais il a tout fait, tout réalisé, prétextant une soirée pour une œuvre de charité pour étaler aussi bien son compte en banque que sa liste de clients. Tout est calculé pour Paul, rien  ne doit déborder, il était sur le nerfs depuis des jours avec sa liste d'invités qui n'avait de cesse de s'agrandir, une excellente chose en soit mais une pression supplémentaire. L'idée était d'inviter les clients, aux frais du cabinet et de les laisser inviter d'autres potentielles personnes à enrôler dans un contrat à durée indéterminée tout cela dans une immense mascarade avec à la clé un chèque plutôt conséquent à offrir à une association dont tu as oublié le nom mais que tu sais que Sophie a soigneusement bien choisi. Pas question de laisser Paul trouver une association, sinon a pourrait foutre en l'air tout ce plan savamment monté. Tu n'es pas là par hasard et les meilleurs avocats du cabinet non plus, les plus inattendus aussi, tu ne pensais pas voir le nom d'Azraël figurer sur la liste. Non pas que tu ne veuilles pas la voir, au contraire, surtout qu'en ce moment tous les deux ça se passe de mieux en mieux, à ton plus grand bonheur mais... Paul n'a pas choisi ton ex-compagne pour rien, elle est là parce que son nom de famille est Chapman, tu es persuadé que c'est ça, parce que sinon ça veut dire que Paul veut prendre le risque de la mettre sous pression pour le teste une énième fois, ce qui pour toi, est complètement inutile. Azraël a su vous prouver à tous les deux et même aux autres avocats qu'elle est un atout car elle est  très douée. Ta confiance en ses capacités n'a de cesse de grandir et ça, même si tu gardes cette petite boule au ventre après tout ce qu'il s'est passé, ton inquiétude est et sera toujours présente.

Ce soir, tu te rends seul à cette soirée, ta cavalière à la dernière minute s'est désistée, oui tu avais demandé à Joan de t'accompagner, comme au bon vieux temps, elle est douée pour amadouer les clients, elle a une verve impeccable et elle ne se trompe jamais sur ses impressions au niveau des personnes. Malheureusement, ce matin, lorsque tu as daigné ouvrir les yeux après t'être endormi sur ton bureau, tu as vu de nombreux messages et appels manqués, son frère est tombé du toit de sa maison après avoir voulu retaper la toiture, un poignet cassé et une belle commotion cérébrale et elle a volé à son secours, lui offrant une compagnie à l’hôpital. Après avoir demandé des nouvelles, tu as accepté l'idée de passer la soirée seule à vaquer entre couples et clients sans te plaindre. En temps normal tu aurais demandé à ce que Sophie omette de parler de cette soirée à son compagnon pour rester avec toi, mais vous n'êtes pas en temps normal, elle est sur le point d'accoucher et refuse toujours de t'accorder plus de deux minutes de son précieux temps. Le tien en tout cas file à toute allure, après un passage chez le coiffeur et chez ton tailleur personnel tu te rends rapidement au bureau déposer un dossier pour en récupérer un autre avant de rentrer chez toi te préparer. Tu bosses un peu l'après-midi de chez toi, passant quelques coups de téléphone, relisant quelques notes, préparant un éventuel discours, bref, tu es occupé. Tu trouveras toujours de quoi t'occuper au lieu de prendre soin de toi, tu as de nouveau perdu deux kilos en l'espace d'une semaine. Personne ne va rien remarquer, comme toujours. Tu commanderas chinois pendant une semaine entière pour reprendre du poils de la bête, mais en attendant, tu t’octroies une douche brûlante avant d'admirer le travail de ton coiffeur, tes cheveux sont parfaits, courts, pas un seul qui ne dépasse, comme tu aimes. Tu te rases de très prêt aussi et enfin, tu enfiles chemise blanche et costume noir, jonglant avec les messages de Paul en même temps. Tu vérifies que tu as tout sous la main, cigarettes, téléphone, briquets, mouchoirs, du liquide pour payer le taxi, autres papiers importants etc... Tu quittes ton appartement téléphone collé à l'oreille pour prendre un taxi et te rendre dans l'immense salle prévue pour votre soirée, tu es presque en retard, tu aimes te faire attendre ou pas. Lorsque le taxi se stoppe, tu es époustouflé par les efforts mis en œuvres encore une fois, Paul a su mettre le paquet. Cette merde va vous coûter une blinde penses-tu en sortant du taxi, ta main droite sur ton visage. « There you are! » Paul t’accueille à bras ouverts. « Oh shit you look good. Man I thought I was the best one tonight, fuck you Deirdre. » lance-t-il en se foutant de toi, il obtient un doigt d'honneur de ta personne en guise de réponse et vous entrez dans le bâtiment. La musique, les bruits te font regretter ta présence, en ce moment, tu te trouves irritable et gêné par des bruits et odeurs, mais tu ne sais pas pourquoi. Pas le temps d'y penser, vous vous faites accoster par Azraël, qui est divine ce soir. « oh... » Tu pinces tes lèvres, tentant un sourire qui a du mal à sortir. « You look amazing. » Tu t'inclines légèrement ne lui laissant pas le temps de répondre pour aller vers ces personnes qui vous cherchaient, débutant cette soirée qui ne risque pas de se terminer de si-tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 162
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Sam 20 Oct - 16:53

Tu as tujours détester les soirées de la sorte. Ton père vous y a souvent traîné de force, toi et tes sœurs quand vous étiez enfants, et il n'était pas rare qu'il finisse ivre ce qui déclenchait souvent des disputes dans le cocon familial le lendemain. C'est peut-être pour ça que tu n'aimes pas vraiment ces soirées là. Parce que ça te rappelle de mauvais souvenirs. Mais pour une fois, ce n'est pas ton père qui est convié, mais toi. Toi, Azraël. Et quand bien même tu avais été honorée et tu étais impatiente d'y aller, l'impatience s'est ternie avec le temps, plus la semaine passée, plus tu redoutais cette soirée. Peut-être était-ce pour ne pas stresser pour ton audience, que tu as remporté haut la main, avec hargne et tactique, tu as sûrement dû reporter tout ton stress sur cette soirée et voilà que maintenant, tu n'avais plus spécialement envie d'y aller, mais tu savais aussi que si tu n'y allais pas, tu serais sûrement sur la liste noire de Paul, alors tu te forces à y aller, supprimant une énième soirée pizza-friends avec ta sœur, puisqu'Alessia a décidé de retourner vivre avec son mari. Ce qui n'est pas plus mal, ça te retire une épine du pied sur la liste des choses qui te préoccupe, tes deux sœurs sont heureuse dans leur vie, alors tu l'es aussi. Tout est en ordre dans ta tête, tout va bien, tu te sens bien. Légère et soulagée. Tu as appris de tes erreurs passées de l'année et tu n'as plus envie d'en faire d'autre. Peut-être que tu les garde pour 2019, tu ne sais pas vraiment de quoi la fin de l'année sera fait, alors tu préfères ne rien faire, ne rien dire qui pourrait te porter préjudice. Tu as aussi arrêter de prendre des dossiers à la maison pour décrocher, tu restes jusqu'à une heure raisonnable au bureau et tu es loin d'être la dernière à quitter l'immeuble désormais, il y a bien pire que toi. Tu t'es organisé de façon à avoir du temps pour toi. Même si ça implique de manger sur le pouce, de ne pas vraiment prendre le temps, au moins, le soir, tu ne rentres pas exténuée, et il n'est pas rare que tu aies le temps de passer à la salle de sport pour te dépenser. A croire que tu as décidé d'avoir enfin, un rythme de vie sain. Maintenant que tu en as terminé avec tout le stresse qu'incombe les études, tu es soulagée. Tu ne prends toujours pas de nouvelles de ton père mais tu sais par ta mère qu'il va bien, mais il est têtu, tout comme toi. Tu sais qu'un jour, tu lui pardonneras tout ce qu'il vous a fait subir, vouloir contrôler toute votre vie. Tu sais que tu lui pardonneras, mais pas maintenant, c'est encore trop frais dans ton esprit. Chaque chose en son temps t'as dit ton psy. Alors tu prends les choses comme elles viennent, tu offres les pardons à ceux et celles qui le méritent.

Quoiqu'il en soit, quand tu vois l'immense bâtisse, tu ne t'attendais pas à ça. Tu savais que Paul avait la réputation de voir les choses en grand, mais ce n'était pas du tout ce que tu imaginais, tu imaginais ça plus petit, pas une si grande salle, pas tant de musique, pas autant de serveurs qui virevoltent entre les clients friqués. Tu pensais à quelque chose de plus sobre, mais en vérité, quand tu vois le personnage qu'est Paul, tu te dis que tu t'es trompée sur toute la ligne et que ça ne t'étonne pas vraiment en vérité. Tu as remarqué quelques têtes connues, des clients que tu as déjà vu passé au bureau, des avocats aussi, que tu as vu passé, ou même que tu as côtoyé au tribunal, avant une audience, et même certains maître conférencier qui étaient venus faire des conférences quand tu étais encore à l'université. Le monde est petit, et tu sais bien au fond de toi même que tout le monde se connaît et tu ne serais pas étonnée d'apprendre que des amis de ton père sont présents ce soir. Lui qui est connu sur tout le territoire américain. Peut-être que tu aurais dû partir ailleurs finalement pour ne pas penser que certaines personnes pourraient lui rapporter tes moindres faits et gestes. Quand Oliver et Paul arrivent, tu te sens soulagée parce que tu te demandais bien ce que tu aurais pû dire à ce type qui te collait aux talons. Le compliment d'Oliver te va droit en plein cœur et tu souris un peu avant d'ouvrir la bouche pour répondre, mais il ne t'en laisse pas le temps. Tant pis, tu lui fera ton compliment plus tard. Tu écoutes d'une oreille distraite ce que cette personne leur voulait, après tout c'est l'avenir du cabinet qui est en jeu et tu as autant le droit de savoir qu'eux. Puis tu es curieuse Azraël, mais la femme qui s'approche de toi rapidement te coupe dans ton écoute et tu soupires, tu sais qui elle est. « Azraël Chapman ? It's been a while ! How are you ? Still in this office ? Your dad told me that you're a stubborn and that you don't want to move away. » Tu lèves les yeux au ciel en riant un peu avant de lui sourire poliment. « Elena with all my respects, I think that my dad has a strong opinion about my work and this office, and honestly, I think that I'm at the right place to learn. Did you hear about the auction ? It's for all the victims of domestic abuse, breach of trust as well. » Elle hoche positivement la tête et se contente de te répondre « I'll see with my husband, he will be here in a sec, say Hi to your dad for me. » Et tu lui offres un sourire hypocrite avant de réceptionner deux verres de champagne pour les offrir à Paul et Oliver avant de dire « She is a friend of mine, and I know that she loves spend her husband's money in great causes. It's a great cause by the way Paul. And congrats for all that. I'm sure that everybody will talk about it even after tonight. » Et tu leur offres un sourire en trinquant avec eux deux. L'esprit va un peu mieux et tu as moins envie de rentrer. Même si tu rêves de ton lit, tu es bien là où tu es.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 181
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Mar 6 Nov - 22:36

Lentement tu passes ta main sur le col de ta chemise que tu trouves bien trop serrée sur le coup, mais pas le temps d'y toucher, surtout pas le droit. Tu serres la main à cet homme qui vous attendait, apparemment, il voulait vous parler. Il entame une discussion totalement vierge de sens ou d'envie, sa vie nous vous intéresse pas, c'est son argent qui compte, heureusement pour toi, Paul a bien plus de talents que toi en tant que comédien. Il écoute l'homme, un Jonas, un client, mais ni de toi, ni de Paul, d'un de vos collègues et il n'a apporté personne, il ne donnera sans doute rien, vu la qualité de son costume, de sa montre, il ne vous est pas utile. C'est horrible de se dire une chose pareille mais c'est le cas pour ce soir. Vous ne pouvez pas vous permettre de passer trop de temps avec ceux qui ne vous servent à rien, mais chaque fois c'est pareil, il y aura toujours des gens qui vont passer pour profiter de la soirée, de la nourriture mais aussi et surtout de l'alcool. Vous restez poli, très à l'écoute mais son histoire comment doucement mais sûrement à vous gaver, autant toi que Paul et votre temps vous est compté. Heureusement, Jonas se confond en excuses lorsque son téléphone se met à sonner et immédiatement vous partez, lui tournant le dos, afin de couper court à cette conversation. Azraël est restée derrière vous, est-ce qu'elle écoutait ? En tout cas, elle a dû autant s'ennuyer que vous deux. Tu prends la coupe de champagne qu'elle te tend sans grande envie, l'alcool ne sera pas ton ami ce soir, absolument pas. Paul de son côté trinque rapidement pour descendre la moitié du contenu de la coupe. « This is starting pretty well, this guys we won't have to talk to him anymore. We've got to focus on the big fishies Oliver. The rest doesn't matter, let the other laywers do this. » l reprend une gorgée de son champagne. « Try to smile a little more Azraël we're not at a funeral tonight. » Paul lui fait un clin d’œil avant de disparaître dans la foule sa coupe de champagne presque vide dans la main sans faire attention aux explications d'Azraël sur la présence de cette femme à ses côtés. Toi tu restes là, peu amusé par la situation, perdant toute envie de poursuivre cette soirée, tu veux rentrer. Tu ne sais pas comment est-ce que tu vas tenir des histoires sur la vie de toutes ces personnes, ce que tu sais néanmoins c'est que c'est Paul qui va faire le discours de ce soir et non pas toi, pas question que tu montes sur l'estrade pour prendre la parole devant des gens à moitié ivres. « I'm sure Paul is glad that you're here and happy for the compliment, he's just you know, it's him he knows that everyone will remember his evening, that's all the point. » Tu hausses les épaules sans trop savoir quoi ajouter alors tu bois une gorgée de ta coupe de champagne toujours autant ennuyé par le col de ta putain de chemise. « If you find the evening too boring, you can get back home if you want. » Tu lui offres un nouveau sourire, plutôt timide, montrant ton mal-être sans réellement le vouloir. « I'll get going, I have some people to see, juste enjoy the party. » Tu t'en vas mais non pas pour aller voir des invités, mais bien pour te fumer une cigarette dehors, malheureusement, tu te rends rapidement compte que tu es suivi par un couple et heureusement, ils ne sont aussi ennuyants que votre dernière rencontre, ce fameux Jonas. D'ailleurs en parlant de lui, tu le vois se goinfrer au buffet et boire des coupes de champagne à la pelle. Ça va être compliqué ce soir de contrôler tout le monde mais bon, il va bien falloir le faire. Tu t'allumes une clope arrivé dehors, tu restes à côté des chauffages extérieurs pour éviter que tu chopes froid.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 162
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Jeu 8 Nov - 22:12

Tu n'as jamais supporté ces soirées. Ton père, il voulait toujours que tu sois parfaite, quand tu étais petite, c'était une  nouvelle jolie robe.Quand elle est devenue adolescente, c'était une robe de créateur, coiffure et  maquillage. Mais maintenant, elle avait prit la place du chef, et elle devait aller aux soirées toute seule. Elle ne voulait pas payer un coiffeur ni même un maquilleur pour elle. Elle voulait simplement être simple. Et cette soirée en tant qu'avocate, elle l'avait attendue longtemps avant de se dire que ce n'était peut-être pas une bonne idée. Elle allait mieux. Et si tout volait en éclats ce soir. Et si finalement, le fait qu'elle aille bien ne tenait qu'à un fil. Puis finalement, tout se passe comme sur des roulettes, et pourtant, le type qui t'a alpagué, est d'un ennui mortel, tu l'entends d'une oreille et cette femme... Tu aurais vraiment mieux fait de rester chez toi. Quand tu arrives avec tes coupes de champagnes pour tes deux patrons, tu leurs souris, mais il faut dire que le sourire est timide, après tout Paul t'a toujours intimidé et quand bien même tu l'as un peu dans le nez, ça va mieux. Enfin tu penses et tu espères que ce soit le cas mais tu te dis qu'il doit être hypocrite, alors tu ne préfères pas t'attarder sur lui, comme tu ne veux plus t'attarder sur la relation que tu avais avec Oliver, maintenant, tu passes à autre chose, c'est du passé. Après tout, tu avais fait un important travail sur toi même, et tu avais fait en sorte que tout ce qui était dans le passé, reste dans le passé. Parce que c'est terminé. Et tu n'as plus droit de te faire u mal, tu n'as plus droit d'avoir des pensées assassines. Tu n'as plus besoin de le faire, il n'y a plus personne qui te veut du mal. Tu iras bien Azraël pour toujours. Tu n'as même pas le temps de répondre à Paul qui vient de donner ses impressions, et tu ne peux t'empêcher de sourire plus. Parce que c'est inédit, parce qu'il a l'air heureux et certainement déjà ivre. Mais tu ne lui tiens pas rigueur. Tu jettes un coup d'oeil à Oliver et tu pinces tes lèvres pour ne rien dire, ne pas t'inquiéter. Ne pas interférer dans la vie des gens qui ne veulent plus de toi. Ou du moins, qui ne veulent pas de toi. « Yeah, I think that I know him now. And this evening is important for the office. » Tu lui souris en coin, avant de finir ta coupe de champagne en passant une main dans tes cheveux. Tu déposes le verre et tu le regardes en fronçant les sourcils parce que pourtant, tu n'as pas montrer ton aversion contre cette soirée. « I'm fine no worries. I can handle this. I've handled much more of boring evenings no worries. I'm good. »  Et tu fronces un nouvelle fois les sourcils quand tu vois le mal-être qui l'habite. Tu  le connais par cœur. Tu sais qu'il y a quelque chose qui cloche. Tu le voi bien et ton cœur se serre un peu mais tu réfutes cette sensation. Non. Ne pas te mêler de ce qui ne te regarde pas. « See you later then. » Et tu regardes autour de toi, tu retrouves une collègue et tu squattes un peu avec elle, saluant les personnes présentes qui te saluent, celles qui te demandent des nouvelles de ton père, ceux qui te félicitent.Et tu te pinces les lèvres, parce que tu as l'impression d'être une plante verte. Quand on te propose une cigarette, tu soupires et tu acceptes après quelques longues secondes, après tout, si tu n'es pas seule, il ne pensera pas que tu le suis. Tu allumes alors ta cigarettes et tu lui adresses un petit sourire, quand ta collègue t'abandonne lâchement pour aller prendre un appel de sa baby-sitter. Evidemment. Presque aucun ancien junior n'a accepté l'invitation, ou alors ils n'ont pas été conviés, tu ne sais pas, mais tu ne veux pas savoir non plus. Tu joues alors avec tes doigts, pensive, tirant sur ta cigarette et tu te rapproches de quelques pas d'Oliver, t'humidifiant les lèvres avant de te rapprocher de sorte à lui murmurer « If you need help with your shirt, it's not a problem. In decency and decorum. » Et tu te recules, tirant sur ta cigarette, ton amie se rapprochant de vous deux « I'm sorry, I gotta go, my son is sick as a dog. I'm truly sorry Oliver. » Et tu poses une main délicate sur son bras « If you need anything, just give me a call. » Tu le penses, si jamais,tu peux aider.Après tout, tu n'as personne qui t'attends à la maison. Alors si tu peux l'aider, l'accompagner aux urgences pédiatriques ou ailleurs, tu le feras avec plaisir. Et avec une tête inquiète, tu la laisses partir. Quand tu ne la vois plus, tu n'entends plus de musique à l'intérieur alors tu regardes Oliver, te rendant compte de ton sous-entendu de tout a l'heure, et tu t'en fiches. « I think it's speech time. » Et tu poses une main sur son bras avant de rentre à l'intérieur, récupérant une coupe de champagne. Même si ce n'est pas la meilleure des idées, mais tu picores des petits fours, pour éponger. Tu n'as pas envie de finir minable. Pas ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 181
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Jeu 8 Nov - 22:39

La chemise, elle est horrible, elle te serre beaucoup trop et plus tu y penses et plus la sensation devient prenante, tu ne penses qu'à ça, même la nicotine n'y change rien. Tu tires avec force sur ta cigarette, tu la descends à une vitesse ahurissante mais rien n'y fait, rien ne s'arrange, tout s'accélère. Le temps passe soit trop vite, soit trop lentement et tu sais que tu n'as rien à faire dehors, que tu dois lécher les baskets des invités, que tu dois récolter de l'argent mais tu en es tout simplement incapable. Tu es honnête avec toi-même, ce soir, tu ne peux pas mais en même temps, tu ne peux décemment pas aller voir Paul et lui dire que ça ne va pas. Comme toujours tu prends sur toi, tu portes ton fardeau invisible sur les épaules et tu fais comme-ci. Elle t'avait prévenu ton ex, elle t'en avait parlé de ce moment, que ça allait arriver et évidemment, tu ne l'as pas écouté, tu as zappé avec orgueil ses conseils. Toi, le grand garçon, qui porte un monde sur les épaules, tu sombres sous ce poids invisible mais en même temps si lourd. Tu n'oses pas regarder l'heure de peur d'être resté trop longtemps dehors, mais de peur aussi de voir que ça ne fait que quelques minutes seulement. Tu as perdu une nouvelle notion, c'est bien. Heureusement, des personnes sont autour de toi, rendant les choses plus réelles, contrôlées et pour la première fois depuis longtemps, tu bénis la présence d'Azraël, même si elle n'est pas proche de toi, tu sais qu'elle au moins, elle ne te jugera pas. Elle est accompagnée par une autre femme qui disparaît pour un coup de téléphone et elle s'approche et toi aussi, tu te tournes vers elle, cherchant un peu de courage derrière sa présence et ses mots, son murmure plus exactement, il te rend faiblard. Elle a vu que quelque chose clochait. Est-ce qu'elle sait ? Ta panique prend plus d'ampleur et pourtant, impeccable reste ton sourire face à ses mots. « Thank you Azraël. » Tu es sincère dans tes mots et pourtant, ils ont un tout autre sens que celui proposé, c'est un appel à l'aide, invisible. Tu dois partir, tu as besoin de partir et pourtant, tu es incapable de bouger. Tout ton corps te hurle de courir à t'en brûler les poumons, comme si tu étais en danger mais tu n'as pas bougée d'un millimètre. Son amie revient, elle te parle mais ses mots tu ne les comprends pas. Tu te contentes vainement de sourire alors qu'elle disparaît, apparemment, obligée mais aussi et surtout, capable de partir. Azraël te sort de tes pensées lorsqu'elle prononce de nouveaux mots et ceux-là, ils font mouche, les discours. Non. Tu secoues négativement la tête, même si tu sais que tu ne vas pas avoir besoin de parler, tu ne veux pas. Elle est dos à toi, elle ne peut pas te voir, elle est rentrée, tu es tout seul. La chaleur disparaît. Les lumières extérieures s'estompent pour que tout le monde se focalise sur l'intérieur et tu entends le premier test du micro qui te retourne littéralement l'estomac. Tu restes toujours dehors, les secondes deviennent interminables, ton cœur bat bien trop vite, ta montre connectée te prévient même que quelque chose cloque, que ce n'est pas normal. Évidement que ce n’est pas normal. Rien n'est normal à cet instant précis. Tu n'as jamais été dans un état pareil. « I can't. » Dis-tu simplement à haute voix sans le vouloir, pour personne dans la pénombre.
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 162
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Sam 10 Nov - 23:02

Ton problème Azraël, c'est les autres. Tu en as assez des autres, tu te soucies bien trop d'eux. Et tu sais que ça t'a porté préjudice, et que ça continuera de le faire. Parce qu'au fond, tu es comme ça. Tu t'inquiètes pour les autres. Parfois ils te le rendent, parfois non. Puis il y a des cas comme Oliver,ou tu es désemparée parce qu'il y a la conscience d'un côté qui te dit de ne pas te soucier de lui. Et le diable de l'autre côté qui te dit que si. Qu'il faut que tu le fasses. Tu vois bien qu'il est agacé avec sa chemise, tu vois bien qu'il ne va pas bien. Et pourtant, tu essayes de ne pas t'en préoccuper. Tu essayes d'occuper ton esprit ailleurs, avec cette femme que tu ne connais que trop peu. Parce qu'après tout, au bureau, vous vous occupez très peu de la vie de famille des autres, vous entretenez surtout des relations professionnelles, des relations courtoises et c'est tout. Mais toi t'es pas comme ça Azraël. Toi tu t'inquiètes pour les gens, on te dit souvent que tu as un grand cœur. On te dit souvent que tu fourres ton nez n'importe où. Et ce soir, tu as envie de le faire dans les affaires d'Oliver. Quand il te remercie, tu lui souris en coin, c'est fébrile comme sourire « You're welcome. » tu réponds en pinçant un peu les lèvres. Tu n'aurais pas dû répondre cela.Mais pourtant c'est ce que tu as fait. Stupide. Et tu captes que c'est le moment des discours, tu détestes les discours. Parfois, tu revois ton père se tenant droit comme un I sur l'estrade, remerciant sa femme, ses filles, ses collaborateurs. Remerciant tout le monde, comme l'hypocrite qu'il était. Parce que tu l'entendais, avant, quand tu faisais semblant de dormir, tu l'entendais dire qu'untel était insupportable, qu'untel était trop invasif, qu'untel était trop stupide. Alors son hypocrisie était bien trop étouffante. Mais ça doit marcher comme ça dans le business, t'es hypocrite ou tu te fais bouffer. Tu sais que tu peux être une teigne en procès Azraël, tu aimes jouer avec le fait que les gens te pensent trop chétive,mais tu caches surtout bien ton jeu. C'est ça ton atout.Tu es travailleuse, bien trop parfois, et tu caches bien ton jeu. Tu sirotes ta coupe de champagne, un air inquiet sur le visage, tu ne comprend pas pourquoi il n'est pas là, et tu ne l'as pas vu entrer parce que tu es près de la sortie, toi et ta peur chronique de l'enfermement. Tu serres ta coupe de champagne entre tes doigts et tu écoutes, tu écoutes le chauffeur de salle qui parle et qui laisse le micro à Paul. Tu applaudis avant de vider ta coupe d'une traite et de la déposer sur une des tables qui est par là. Resserrant ta veste le long de ton corps, tu le cherches du regard, là, sur les imposants escaliers. Et quand tu le vois, ton cœur se retourne. Tu vois qu'il ne va pas bien, tu le sais, tu le sens. Tu te rapproches de lui, et doucement, tu passes une main dans son dos. Pour l'apaiser. Pour montrer qu'il n'est pas tout seul. « Hey... Come with me. » Tu l'attires doucement un peu plus loin que le lieu, toujours à l'extérieur. Vous êtes seuls ou pratiquement seuls. Rien que quelques types engagés pour la soirée et deux trois personnes qui ne prêtent pas attention à vous, bien trop occupés dans leurs conversations. « You're gonna be ok Oli. Trust me. » Ta main se pose doucement sur son épaule que tu caresses timidement et ton doigt s'attarder sur le premier bouton de sa chemise que tu déboutonnes lentement. « We can go home if you want. Someone told me if I find the evening too boring I can go home. Please, come home with me. You need to go away from here. Paul will understand. You don't have to be strong all the time. You have your weakness. You have your strengths. Like anybody else.» Tu lui souris timidement avant de lever l'index comme pour lui indiquer de t'attendre et tu rentres à l'intérieur récupérer ton manteau avant de ressortir. « Do you wanna go home ? You can go home. It's not a big deal. Paul handles the evening with a steady hand. Trust me. » Et tu sors ton téléphone dans l'attente de commander un taxi. Tu attends juste sa réponse. Juste un oui ou un non.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 181
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Sam 10 Nov - 23:24

Désemparé, tu es désemparé, comme vivant dans un autre et nouveau monde que tu ne maîtrises pas. Ton corps s'est allié avec ton esprit t'empêchant de réaliser ce qui, en temps normal est le plus simple, respirer. Les battements de ton cœur vont dans tous le sens et tu ne peux que tu focaliser là-dessus, ça et les bruits environnants qui prennent une ampleur sans nom. Tout est trop, le moindre bruit, la moindre odeur, tout dérape. Ton monde se fissure et tu es pantin, incapable d'agir, tout s'écroule autour de toi. Tu te souviens alors, toujours au bon moment de paroles de tes proches, tu en fais de trop Oliver, quand est-ce que tu vas dormir Oliver, pourquoi tu ne vas pas voir un médecin Oliver, tu sais que tu ne tiendras pas longtemps comme ça Oliver. Évidemment, il fallait que ça arrive ce soir, à une soirée d'une importance capitale pour vous. Toujours au mauvais moment. Mais qu'est-ce qu'il t'arrive ? Ton esprit cartésien analyse tout et ne te donne rien de bon. Est-ce que tu fais une crise cardiaque ? Est-ce que tu vas mourir ? Tu n'en sais rien et quand bien même tu le savais, tu es incapable de bouger, de faire quoi que ce soit pour améliorer la situation. C'est comme si tu étais hors de toi, que tu t'observais perdre pieds dans un monde que tu maîtrisais. Vainement, tu tentes de contrôler ta respiration, mais entendre la voix de Paul à l'intérieur ne t'aide en rien à te concentrer dessus, mais heureusement, une aide vient à toi. Tu reconnais le parfum et à travers tes yeux embués, tu arrives à distinguer une forme féminine que tu connais parfaitement. Sans broncher, tu te laisses guider, vous allez plus loin, le bruit de la soirée s'estompe peu à peu. Il y a encore des personnes autour de vous, mais vous n'êtes que tous les deux pour toi et te focaliser sur cette idée arrive à instaurer un peu de calme à travers cette tempête d'émotions que tu traverses. Ses mots parviennent à ton cerveau, pas question de les analyser en long large et travers. Tu ne bouges pas lorsque ses mains se posent sur toi et tu te relâches même lorsqu'elle défait un des boutons de ta chemise que tu avais fermé jusqu'en haut. Ta respiration se calme, pas énormément, mais un peu quand même. Tu devrais la remercier, mais toujours pas de mots. Tu hoches simplement la tête de haut en bas, un peu trop vivement, comme un appel à l'aide, une réponse à sa proposition de partir d'ici, d'aller à la maison, mais bizarrement, ce n'est pas chez toi que tu veux qu'elle t'emmène, mais chez elle, tu ne veux pas retourner dans ton appartement. Tu butes sur cette idée et la crainte s'installe en toi, est-ce que vous allez chez toi ou chez elle ? Tu ne peux pas lui demander, comme si la parole ne t'était pas encore revenue. Cependant, tu arrives à bouger, ta main s'accroche à son bras, comme si tu ne voulais pas de nouveau être seul. Tu finis par la lâcher, elle doit sûrement récupérer des affaires, ou prévenir quelqu'un, tu ne sais pas mais elle a une raison, non ? Enfin, est-ce qu'elle voulait vraiment partir. Tu remarques alors qu'elle a son téléphone en main, prête à appeler un taxi et ta peur prend un nouveau tournant. Tout se bouscule dans ta tête, est-ce qu'elle appelle un taxi pour toi tout seul, est-ce qu'elle va monter dans le taxi et t'abandonner devant ton immeuble, est-ce qu'elle va venir avec toi et vous allez aller chez elle ? Toutes ces questions viennent te donner un mal de crâne infect qui t'oblige à fermer les yeux mais la vision du noir agit comme une claque en plein visage. Tes paupières s'ouvrent immédiatement. « Don't leave me, please don't. » Murmures-tu soudainement, sortant de nulles part, ces quelques mots viennent te surprendre toi-même et tu te confonds à nouveau dans ton mutisme. Tu gardes ta main sur son bras et tu attends, perdant toute patience dans l'attente de ce taxi, espérant que le meilleur des scénarios se produise car tu ne sais pas comment le reste de la soirée va se passer pour toi, tu n'es plus serein, plus certain, tu n'es tout simplement plus toi-même Oliver...
Revenir en haut Aller en bas
Azraël ChapmanGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 26/10/2017
Pages lues : 162
Crédits : uc
Avatar : jenna cutie coleman
Pseudo : HARLEEN. / Marion
Disponibilités : 1/3

en cours :
you gotta be tough if you wanna survive ♡ olivaël #2

terminé :
♡ olivaël #1
Âge : trente-et-un an.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Sam 10 Nov - 23:58

Tu n'avais absolument pas prévu la tournure que prendrait les événements. Alors si on t'avait quand tu étais monté dans le taxi, que tu finirais, a tenter de calmer Oli parce qu'il était au plus mal, tu n'y aurais pas cru. Tu es complètement alerte. L'alcool que tu as ingéré est bizarrement redescendu rapidement. Tu dois être maîtresse de tes gestes, maîtresse de tes moyens. Tu ne peux pas paniquer, tu ne dois pas paniquer. Parce que si tu paniques, il va se remettre à paniquer et tu n'en as pas envie. Tu as envie qu'il aille bien. Tu as envie qu'il se sente bien. Tu souffles un peu pour te donner du courage, déjà l'avoir éloigné du lieu de la soirée semble lui avoir fait un peu de bien. Mais tu sais que tu as gagné un round. Que tu n'as pas gagné la bataille. Elle va sûrement être longue la bataille ce soir. Tes mains sur sa chemise, tes mots que tu tentes vainement de contrôler mais tu lui proposes de rentrer parce que tu sais que c'est la meilleure des solutions, il ne pourra pas retourner à l'intérieur. Ca ne ferait qu'aggraver son mal-être, ça ne ferait qu'aggraver la situation. Et quand il hoche la tête tu comprends qu'il va pas bien. Que ça pourrait être pire encore. Tu sens ton palpitant à toi qui s'agite mais tu es maîtresse de ton corps pour une fois. Sa main sur ton bras, tu baisses doucement le regard en humidifiant tes lèvres, c'est horrible de le voir comme ça. « I'll be a sec. » Et tu te dépêches, tu commences à panique mais comme il ne dit rien, tu commandes le uber et tu attends. Tu l'attends le taxi, tu trembles un peu de froid, tu enfiles finalement ta veste que tu gardais le long de ton bras et doucement, tu poses une main sur la sienne « I'm here, I'll not leave you. » Et c'est une promesse que tu lui fais. Et le uber arrive finalement, tu le fais entrer et tu entres à sa suite. Lorsque le chauffeur te demande de confirmer ton adresse, tu valides et tu le laisses te porter, ta main qui saisit doucement la sienne et qui caresse doucement la paume de sa main pour lui imposer en quelques sortes ta présence. Tu envoies discrètement un message à ta sœur pour lui demander de ne faire aucun commentaires quand vous arriverez. Et une fois que tu arrives en bas de l'immeuble, tu te demandes si c'est une bonne idée. Mais tu n'as pas le choix, il a besoin de calme et tu le connais. S'il rentre chez lui il serait capable de bosser une fois remis sur pied. Alors tu déverouilles la porte d'entrée et tu le fais monter, ta main dans la sienne. Et tu pousses la porte de ta chambre, retirant tes talons quand tu vois qu'il n'y a plus de lumières. « Come with me. » que tu murmures avant de te faufiler jusque ta chambre, Weasley qui ne comprend rien. Weasley qui vous suit et qui vient doucement se frotter contre les jambes d'Oliver. Et tu fermes doucement la porte, et tu ôtes ta veste avant de retirer doucement la veste de son costume, tes gestes sont doux, tendre et presque maternels. Tu mets bien sa veste sur une chaise, avant de déboutonner doucement sa chemise pour le libérer, tes mains eternellement froide qui contrastent avec sa peau brûlante « Do you wanna take a shower ? » murmures-tu encore, comme si tu avais peur de faire ou de dire une bêtise. Et doucement,tu prends son visage entre tes mains « You're gonna be okay Oli. I promise you. I'm gonna take the couch when you'll be asleep. » Et tu attends comme une perdue, ta main qui caresse doucement sa joue, tes yeux qui cherchent les siens pour lui procurer une sensation d'apaisement alors que toi, ton cœur il bat trop vite. Alors que toi, ça commence à devenir la guerre dans ton organisme, mais ce n'est pas à toi de craquer ce soir. Ce soir c'est lui qui a besoin d'aide, et tu seras sa béquille, tu seras son pansement.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver DeirdreGod bless America… and Me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivé à Washington le : 15/10/2017
Pages lues : 181
Crédits : hjs (avatar) tumblr & hjs (gifs).
Avatar : rufus sewell.
Pseudo : hjs.
Disponibilités : Azraël & Lowen (2/2).
Âge : forty seven.

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   Dim 11 Nov - 0:25

L'attente est interminable et pourtant, elle est courte, simplement quelques minutes pour qu'un chauffeur vienne vous récupérer. Tu a carrément oublié ce qu'il c'était passé quelques secondes plus tôt, comme si ton cerveau avait des blancs et ils sont impossibles à combler, tu ne sais même pas ce que tu as dis quelques secondes plus tôt et pourtant, tu sais que tu as parlé. Tu t'engouffres dans le taxi à tout tour, ouvrant la fenêtre de ton côté, collant ton visage à la vitre glacée, cherchant de l'air, de quoi respirer. Tu gardes sa main offerte dans la tienne et tu la serres, doucement, une manière de te prouver qu'elle est bien ici, que ce n'est pas un mirage. Mais malgré sa présence, tu ne calmes pas le flot incessant de tes pensées. La simple idée d'être dans une voiture te rend malade, et si vous aviez un accident ? Et si le chauffeur était ivre ? Et si Azraël mourrait dans votre potentiel accident ? Et si toi, tu mourrais ? Les questions fusent dans ta tête et tu ne trouves rien, absolument rien pour les calmer et ça accentue ton mal-être qui a une place considérable en toi. Heureusement, le temps que tu te poses toutes ces questions sans queue ni tête, vous êtes arrivés à destination et dieu merci, ce n'est pas ton immeuble, mais le sien. Tu laisses Azraël régler ce qu'il y a avec le chauffeur et tu sors du taxi, titubant légèrement par manque d'assurance mais aussi et surtout d'équilibre, tes jambes sont lourdes et difficiles à contrôler. La jeune femme prend les devants et tu la suis sans broncher, entrant dans sa demeure, son monde à elle, redécouvrant des odeurs que tu avais oublié. La chaleur est oppressante mais elle possède quelque chose de familier aussi, l'ambivalence des deux sensations te rend mal à l'aise mais tu ne dis rien, tu ne peux rien dire de toute façon. Tu n'as toujours pas prononcé un seul mot pour le moment et heureusement, sinon tu serais comme un idiot à cracher sur elle tes pensées qui ne veulent rien dire, qui sont simplement menées par une panique omniprésente qui te fout en l'air. Tu abandonnes à ton tour tes chaussures, machinalement car aussitôt retirées, tu as déjà oublié que tu avis des chaussures, mas ça te permet d'observer l'animal qui joue entre tes jambes, qui semble lui aussi, quelque peu perturbé par la situation et tu captes son regard un instant avant de lever les yeux sur Azraël, proche de toi qui s'occupe de toi, elle retire ta veste de costume qu'elle pose avec délicatesse sur une chaise. Tu apprécies. Mais elle ne s'arrête pas là en venant poser ses mains sur ta chemise, déboutonnant des boutons, t'offrant à chaque fois une inspiration supplémentaire venant à parfaire ta respiration qui peu à peu redevient normale. Tu la remercies antérieurement d'avoir les mains froides, c'est tellement agréable. Tu arrives à te dire que peut-être tu ne vas pas mourir parce que tu commences déjà à te sentir mieux, tout du moins au niveau de ton corps, ta tête quant à elle est à des années lumières d'une quelconque stabilité. « You said you won't leave me. » Murmures-tu avant qu'elle ne décide de te filer entre les doigts, c'est bien ce qu'elle a dit avant, non ? Qu'elle allait rester avec toi, alors pourquoi est-ce qu'elle parle d'un canapé soudainement ? Tu n'arrives pas à te raisonner en te disant que tu es bien trop invasif, que tu es chez elle, que vous n'êtes pas un couple, mais vous êtes des amis non ? Est-ce que vous pouvez être de bons amis ? Non, tu en doutes, vous n'êtes pas faits pour être de simples amis, le destin en a décidé autrement pour vous deux et puis, son père a décidé de foutre un poing dans la gueule au destin. Tu ne l'aimes pas son père. Par contre, tu aimes les douches. Les douches, elles ne jugent personne et tu décides enfin à rebondir sur son idée, celle d'en prendre une et comme un idiot, un temps de retard, tu hoche la tête de haut en bas. « Shower sounds good. » Une douche gelée, de l'eau glacée sur ta peau, ça ne pourra pas te faire de mal, si ? Et puis, tu pourrais lui laisser un peu de temps pour souffler et en parlant de souffler, tu sens ton téléphone vibrer dans ta poche, une, deux puis trois fois, un appel. Tu ne regardes même pas, tu le sors de ta poche pour le l'abandonner sur le lit avant de sortir de la chambre sans rien ajouter de plus. Perdu dans ton monde, tu te diriges tout droit vers la salle de bains en oubliant les bonnes manières qui te sont si chères, elle ne t'en voudra pas, si ? Tu ressembles à un fantôme, tu agis comme tel. Tu fermes la porte avec délicatesse derrière toi et tu te déshabilles, préparant une serviette propre car tu sais où elles sont rangées, tu fais couler l'eau et sans prendre conscience de la température de celle-ci, tu glisses sous le flot glacé qui contraste bien trop avec ton corps te plongeant dans un état que jamais tu n'avais eu l'occasion de connaître auparavant. Durant au moins vingt minutes, tu gis sous l'eau, assit par terre, ta tête entre tes mains, perdu dans des milliers des questions qui viennent ronger ta raison qui s'est fait la malle. Tu finis néanmoins par couper l'eau, le corps prit de sursauts incontrôlables à cause de la froideur. Tes dents claquent, tes gestes sont maladroits lorsque tu essuies ta peau avec la serviette et que tu essaies vainement de t'habiller. Tu arrives même à te cogner le coude sur le rebord du lavabo avant de quitter la salle de bains, l'air débraillé pour rejoindre la chambre à pas de loup, ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me   

Revenir en haut Aller en bas
 
OLIVAEL ✻ Leave your soul inside me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sasha N. Everdeen || Dig up her bones but leave her soul alone.
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Narry Potter [Spoiler Inside]
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque
» !! ..: Poor Soul :.. !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: ailleurs-
Sauter vers: