AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Andy :: Shut up and dance with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 319
Crédits : #avatar : Hathaways #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Aaron Cute Tveit
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open baby ; kelvin ; levi ; baby ; wesley ; azura ; bran (uc.)
alternative life ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-un ans. ≡ 29 décembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:22

Andy Greenfield
With happiness as with health: to enjoy it, one should be deprived of it occasionally.

Prénom : Certain croit que mon prénom est un surnom, un diminutif d’Andrew, mais non, Andy est bel et bien le prénom que mes parents m’ont choisi. Nom de famille : On pourrait croire que je porte le nom de mon père, mais ce n’est pas le cas. À la mort de mon père, ma mère a fait le choix de me donner le sien, Greenfield. J’ignore pourquoi elle a fait cela, mais j’étais trop jeune pour donner mon opinion. Date & lieu de naissance : Je suis né le 29 décembre 1985, dans la petite ville de Dover dans le Delaware. Âge : 30 ans. Métier : Ma mère m'a toujours dit de prendre un emploi qui ramènerait un bon salaire et serait stable. Je pensais faire des études en comptabilité, mais j'ai tout claqué pour réaliser ma véritable passion. L'écriture. J'ai donc étudié en littérature et j'ai réalisé mon rêve, je suis devenu écrivain. J'ai même déjà trois livres sur les tablettes, dont un qui n'a que quatre mois. Orientation sexuelle : Hétérosexuel. Statut civil : Il fut un temps où j'étais fiancé, mais j'ai voulu voir d'autre horizon. Désormais, je suis célibataire. Statut financier : Mon portefeuille se porte très bien, même si j’ai souvent des hauts et des bas. Caractère : On pourrait me décrire de diverse manière, mais je m’en tiendrais à dire que je suis en partie quelqu’un de sociable. Oh oui ! Je n’ai pas peur d’aller vers les gens, de faire le premier pas, de dire le premier mot. J’ai même une facilité incomprise pour cela, peut-être que ça vient de mon charisme ? Ou alors c’est simplement que j’ai une facilité incroyable pour m’imposer. Tout ce que sait, c’est je serai toujours intéressé par les relations humaines, je n’aime pas être seul. Entouré d’amis, de femmes, je ne supporte pas la solitude, peut-être parce qu’ainsi je fuis face à mes propres démons. Bien entendu, on peut me considérer comme un dragueur, est-ce que je suis sérieux pour autant ? Non, je ne cherche pas l’amour, car mon cœur est déjà pris. Je préfère les histoires sans lendemain, ce qui fait de moi quelqu’un de mystérieux. Comme j’ai plusieurs amies filles ou mêmes mes potes ne comprennent pas vraiment pourquoi je reste ce mec célibataire qui pense qu’à s’amuser. Je ne parle malheureusement pas de ma vie ou du moins une partie de ma vie, j’ai même tendance à mentir sur celle-ci. Je suis d’ailleurs une bien meilleure oreille que celui qui parle de ses problèmes ou de ses sentiments, je peux être très évasif quand il s’agit de moi. Je suis quelqu’un de curieux depuis mon enfance, que ce soit envers les gens ou autre, je dois souvent assouvir ma curiosité et cela par n’importe quel moyen, me renseigner, parler, regarder… Ça m’a foutu dans la merde plus d’une fois, mais aussi permit de faire des rencontres incroyables. Malheureusement, je peux dire que je suis assez instable, je ne dirais pas violent, je n’ai jamais frappé une personne ou perdu le contrôle. Il y a simplement des moments où je sais que tout va bien et d’autre où je me noie dans ma vie et la drogue y est pour quelque chose. Malgré cela, j’essaie de rester ce mec routinier que j’ai longtemps été et que je suis toujours en quelque sorte. J’aime un peu trop planifier mon planning, mais aussi ce que je mange. Comme je fais très attention, j’ai un menu fixe que je suis à la lettre. Bien entendu je m’autorise de petits plaisirs, mais ceux-ci sont assez saisonniers. Seules mes échéances pour mes romans ne font pas vraiment parti de ma routine, j’ai un mal fou à m’y tenir. Je les dépasse régulièrement, tout du moins ces derniers temps. Mais en général, je suis imaginatif, j’ai une facilité à inventer des mondes, des histoires, même si en ce moment ce n’est pas ma force. J’ai un blocage et je dois vraiment y remédier ! Pourtant, je ne perds pas espoir en laissant le rêveur en moi croire que tout peut s’arranger. Parti politique : Démocrate. Groupe : Honey, i'm good. Avatar : Aaron Tveit.
Combien de livres lis-tu par mois ? Quels sont tes préférés ?
Ça pourrait en surprendre plus d’un, mais malgré le fait que je sois un écrivain, je ne lis pas tant de lire. Non pas que je n’aime pas lire, bien au contraire, c’est seulement que je n’ai pas autant de temps que j’aimerais en avoir pour m’accorder plus de temps pour la lecture. Toutefois, si je peux en lire un par mois je suis satisfait, deux c’est encore mieux. J’ai toujours aimer lire Jules Verne et je suis un grand fan de la saga Harry Potter. J’ai dévoré Harry Potter and the Cursed Child en une journée.

Pour toi, l'amitié c'est...
Pour moi les gens viennent et vont, je passe le temps qu’il faut en leur compagnie, mais je peux très bien vivre sans eux. Après tout, les amis sont là pour nous faire grandir. On choisit bien avec qui on veut se tenir, toutefois ce n’est pas toujours durable. Il faut savoir se relever et poursuivre notre route sans regarder derrière soi. Il arrive qu’on recroise le chemin de certaine personne, d’autre qui ne nous quitterons jamais, mais ce sont tous ces gens qui font qui nous sommes.

Quelle est la chose la plus folle qu'on a raconté sur toi ?
Une chose folle… Je sais pas trop, je ne porte pas d’attention aux rumeurs qui peuvent circuler à mon sujet. Peut-être qu’on en serait plus en lisant les tabloïds, mais ce n’est pas moi qui en raconterait. Je sais néanmoins, qu’on me demande souvent en interview pour qui sont les mots « forever with you » et on en vient souvent à croire que l’héroïne de mon premier roman est une personne réelle. Je ne démentirais pas cela, ce roman est pour moi un exutoire vis-à-vis des regrets que j’ai pour une personne. Des regrets qui ne se sont jamais éteint. Est-ce assez pour dire que c’est quelque chose de fou ? Je ne crois pas.
1. ★ Enfant unique pendant un temps, je n’avais pas beaucoup de personne à qui parler. Surtout que je n’ai pas eu la chance de connaître mon père. Il est décédé du diabète lorsque j’avais deux ans, depuis je fais très attention à ce que je mange. Je ne veux pas finir comme lui. 2. ★ Durant le lycée, je faisais partie de l’équipe de baseball de mon école. 3. ★ Mon eau de vie se trouve à être le café, je suis dépendant de la caféine, mais pas seulement de cela. Depuis quelques années, je suis aussi devenu dépendant à la drogue dont l’amphétamine, la méthadone, la cocaïne, l’héroïne et d’autres substances. L’alcool est aussi une autre de mes dépendances, mais je dirais qu’elle est moins prononcer que les autres. 4. ★ Je prends mon café noir, je n’y mets jamais de lait ni de crème, pas même du sucre. La seule chose que je mets parfois c’est du brandy ou bien du whisky. 5. ★ J’ai horreur des serpents et une de mes plus grandes peurs est le syndrome de la page blanche. Malheureusement, j’en souffre depuis un moment. 6. ★ Ma mère me coupait les cheveux avec un bol lorsque j'étais jeune sur la chanson it's my life de No doubt. Entendre cette musique me rappelle cette période. Il a d'autre style vestimentaire que je préférais oublier comme les chemises dragon ball ou la tresse Jedi. 7. ★ Pendant une période de ma vie, j’ai vécu pratiquement une année complète en Alaska. J’avais besoin d’une retraite fermer pour me ressourcer. J’ai travaillé à la prison en offrant des ateliers de lecture. 8. ★ J’ai écrit trois livres : The art of my silence, Unfaithful World, You can chose freedom. Le premier livre est dédié à la seule femme que j’ai réellement aimée, Baby. Elle a découvert, il y a quelques mois ce roman. Lui en laissant une copie le jour où j’ai donné une conférence à son école. Je l’ai écrit pour m’excuser de ce que j’avais fait. 9. ★ Mon troisième livre est un plagiat, je l’ai volé à un camarade de cours à l’université. J’ai fait cela alors que mon éditeur me mettait la pression que pour que j’arrive à l’échéance souhaité. Je me suis rappeler de cet essai et j’ai copié l’histoire. J’en suis peu fière, mais j’estime que je n’avais pas trop le choix comme je ne trouvais plus d’inspiration pour écrire. Je n'ai néanmoins jamais dit à personne d'où m'était venu cette historie. 10. ★ Depuis que j’ai revu Baby, j’ai recommencé à écrire. Seulement mon esprit s’embrouille et j’ai de la difficulté à achever ce nouveau roman. 11. ★ À dix-neuf ans, je me suis fiancé avec Baby, mais j’ai lâchement rompu nos fiançailles. Néanmoins, je n’ai jamais cessé de penser à elle et je porte à mon cou mon alliance où les mots « Forever with you » sont gravés. 12. ★ Je ne suis pas fan de la musique qu’on entend le plus souvent à la radio, ce que j’aime c’est le jazz. 13. ★ Quand j’étais jeune, je croyais que lorsqu’on parlait de marché noir, celui-ci était un lieu bien précis où très peu de gens savaient réellement l’endroit exact. 14. ★ J’ai une sœur de 13 ans ma cadette que ma mère a eu avec son second conjoint. On ne se connait pas tellement. 15. ★ Quand j’étais jeune, je rêvais d’avoir un chien, mais ma mère m’a offert un poisson rouge, Rocky. J’ai découvert que je n’avais pas de talent avec les animaux, après deux jours Rocky flottait entre deux eaux. En le regardant partir dans la toilette, je me suis juré que plus jamais je n’aurais d’animaux.
Prénom : Alice. Pseudo sur le net : monocle. Âge : 26 ans. Pays : Pays des caribous ! Comment as-tu découvert le forum ? En suivant le lapin blanc Quelles sont tes premières impressions ? J'adore ce que fait ma Baby Crédits : @Shiya & @leepacey Un petit mot pour la fin ? Je vous aimes bande de fou  


Dernière édition par Andy Greenfield le Ven 18 Nov - 4:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 319
Crédits : #avatar : Hathaways #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Aaron Cute Tveit
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open baby ; kelvin ; levi ; baby ; wesley ; azura ; bran (uc.)
alternative life ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-un ans. ≡ 29 décembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:22

You want to make a memory
say my name

« Qu’est-ce qu’il a grandi Cecilia ! » Courant dans le sous-sol, en faisant des bruits de moteur d’avion avec ma bouche, je ne portais pas d’attention aux amies de ma mère. J’étais perdu dans mon monde, cette fois j’étais un aviateur qui survolait la mer dans le but de trouver l’île aux sirènes. Mon imagination ne me manquait pas, j'aimais me créer des univers. Ainsi je m'évadais pour oublier ce qui m'entourait. « Andy veux-tu arrêter, tu m’étourdi. » Cette fois, je m’arrêtais tournant la tête vers ma mère qui me regardait les mains sur les hanches son fer à friser dans les mains. Laissant retomber mes bras contre moi, je poussais un soupir. En raison de mon jeune âge, elle ne me laissait pas jouer seul à l’étage, donc lorsqu’elle avait des clientes, je devais être dans le sous-sol aussi. Ce n’était pas si ennuyeux… Enfin si ce l’était, je m’ennuyais rapidement en écoutant ces histoires d’adulte. Je rêvais d’aventure, de mystère, de devenir le prochain Indiana Jones ! Je me voyais déjà coiffé d’un stetson, un blouson en cuir et un fouet. L’image me plaisait bien, mais pour l’instant j’étais loin d’être un grand chercheur, mais plutôt un grand rêveur. Trainant les pieds, j’allais m’asseoir sur une chaise de la « salle d’attente », croisant mes pieds et bloquant mes mains entre mes genoux, je regardais tout autour de moi. Toutes ces femmes assises riant et parlant de tout et de rien. Leur discussion pouvait être sur leur époux, leur travail, la dernière couleur à la mode, un design qui avait fait une robe incroyable avec des épaulettes colossale et bien entendu moi. Assis, j'imaginais déjà la suite de mon histoire, je venais d’être fait prisonnier par la reine des sirènes et je devais à tout prit me sortir de cet enfer. Je me mettais donc à penser à un plan d’évasion pouvant contrer cette vilaine reine. « Il entre en primaire cette année ? » Je tournais la tête vers la femme qui avait posé la question. Quant je disais que j'étais un sujet de conversation ! Ces femmes semblaient avoir un plaisir fou à parler de moi. Peut-être parce que j'étais le seul enfant de ma mère, mais aussi le seul homme de la maison. Comme mon père était mort lorsque j'étais encore un bébé. « Il aurait dut, mais il y a eu un souci avec son dossier, il devra rester cette année à la maison. » Je grimaçais, de toute manière je n’avais pas envie d’aller à l’école. Ça devait être barbant ! Je préférais rester chez moi dans mon univers. Et même si cet univers comprenait des femmes beaucoup trop curieuses adorant les potins. « Allez Andy c’est ton tour. » Je tournais la tête vers ma mère qui me présentait la chaise de coiffeur. Je n’aimais pas tellement qu’on touche à mes cheveux, mais bon au moins je pouvais lui faire confiance. Pas tout à fait, même pas du tout, mais c’était quand même moins pire qu’un inconnu. Seulement, comme c’était ma mère je n’avais pas droit à ce que je voulais – même si à cinq ans je ne savais pas trop ce qui me ferait envie. Elle me donnait bien la tête qu’elle désirait. « D’ailleurs, je t’ai pas dit Cece, mais mon nouveau copain m’a demander… » Elle ne continuait pas ses mots, mais je la voyais bien faire des gestes dans le miroir. Je tournais la tête pour regarder ma mère. « Maman ça veut dire quoi ? » Je répétais le geste sans gêne, sans même penser à la signification que celui-ci pouvait avoir. Elle arrêtait mes mouvements avant que je n’ai fini. « Ce n’est rien mon cœur. » Je fronçais le nez, surtout en voyant les femmes rigoler. J’étais trop jeune pour comprendre ? « Mais ! » Elle passait ses doigts dans mes cheveux. « Tu comprendras plus vieux. » Ah non, pas question. Je ne voulais pas vieillir. Être vieux c’était moche. Affichant une moue, je croisais mes bras sur mon torse et écrasant mon dos dans le siège, je ronchonnais contre ces adultes qui me voyaient comme un bébé !

Enfin le lycée, je franchissais un nouveau cap. Au collège j’étais comme tous les gamins de mon âge, je m’amusais. Je rêvais de pouvoir rencontrer la princesse Leïa après être devenu un jedi incroyable. Bref, premier jour vers cette dernière étape avant l’entrer à l’université. C'était incroyable de me dire que j'en étais rendu là. Remontant la sangle de son sac sur mon épaule, je fermais la portière du mini van de ma mère, étouffant ainsi les pleures de ma sœur assise dans son siège de bébé. Ma mère avait un nouveau petit ami et ils avaient eut ensemble une petite fille. J'avais un peu de mal avec elle, pas que je ne l'appréciait pas, mais plutôt parce qu'elle avait du mal à vivre sans moi. Je poussais un soupir. « Hey Andy ! » Je tournais la tête vers un brun bien plus grand que moi à l’apparence d’une allumette. Mon sourire s’étirait sur mes lèvres et saluant ma mère, je me dirigeais vers cette bande avec qui j’avais grandi. En fait, le bon côté de vivre dans une petite ville c’est qu’on se connait tous, et bien entendu on va à l’école ensemble, on se voit en dehors des cours, autant qu’on va presque à la toilette en meute. Même si on changeait d'établissement, on savait qu'on restait tous ensembles. Le dépaysement était bien moins terrible qu'ailleurs. On restait la même petite bande. « Hey ! » disais-je en leur faisant une accolade. Ça restait tout de même imposant d’arriver dans une nouvelle école, de passer des plus vieux aux plus jeunes. On regardait une bande de dernière année passer près de nous. Wouah ! C’était quelque chose ! Agrippant la sangle de mon sac, je suivais mes potes vers le gymnase où il aurait une assemblée générale en ce premier jour de classe. Assis tous en ligne, je déposais mon coude sur mon genoux grignotant l’ongle de mon pouce, tandis que mon regard balayait la foule assise. Je ne cherchais pas quelque chose en particulier, mais je n'aimais pas particulièrement ces discours. Je remarquais une tête blonde, fronçant aussitôt les sourcils. Un coup de coude à mon ami à ma droite, geste qui le fit pousser une sorte de plainte. Levant les yeux au ciel, je me tournais vers lui, lui pointant la fille que je n’avais jamais vue. Même si on était les nouveaux bébés de l’école, on connaissait bien des visages. Et je n'avais décidément jamais vu son visage. « C’est qui ? Une nouvelle ? » Nous n’avions rien de discret à tous la regarder et telle une immense vague d'ignorance chacun d’eux haussèrent les épaules les uns après les autres. Mais qui pouvait-elle être ? « Andy ça va ? » Je tournais la tête vers mon ami, acquiesçant avant de ramener mon regard vers elle. Elle n'était pas si loin que ça, à peine deux rangés plus bas dans l'estrade. Il y avait tellement de question qui se chamboulait dans ma tête. Je voyais son regard bleu se tourner vers moi, mais je ne bronchais pas. Je devais vraiment être lourd, mais qu'importe ! « Andy cette place est libre ? » Je relevais mon regard vers une fille que je connaissais du collège et pour qui un de mes potes en pinçait. « Euh ouais. » disais-je en me poussant un peu plus pour lui faire de la place. J'entendais des murmures près de moi, mais encore là je n'en avais tellement rien à faire. Mon regard se posait à nouveau sur cette fille. Nos regards se croisant une nouvelle fois, je souriais avant de la saluer. Elle me rendait ce sourire et je voyais sa main se lever, tout du moins avant qu'une fille que j'avais fuit tout l'été hausse le ton pour que je la remarque. Détournant le regard, je glissais ma main dans mes cheveux puis sur ma nuque sous les rires de mes potes. Néanmoins, un sourire restait plaqué sur mes lèvres à l'idée même que la blonde m'avait rendu mon sourire. C'était con. Après tout, peut-être que je ne l'avais juste jamais remarqué et qu'elle saluait quelqu'un d'autre. Le directeur commençait son discours, je l'observais un instant avant de ramener mon regard vers la blondinette. Je n'osais pas aller la voir, surtout à cause de la fille qui avait prit place près d'elle. Mais rien m'empêchait de la regarder ! Et puis, elle était plus intéressante que ce discours. Une tape sur mon torse et je tournais finalement la tête pour voir mes amis quitter l’estrade. Prenant mon sac, je me levais pour les suivre. Finalement, je ne saurais pas qui pouvait être cette fille.

-✽✽✽-

« B, tu veux quoi ? » demandais-je en tournant la tête vers la jeune femme. J’avais pris l’habitude de la surnommé ainsi, surtout qu’en l’appelant par son prénom, Baby, beaucoup de personne ne la connaissant pas croyait qu’on était ensemble. J'essayais donc d'éviter les malentendus, pourtant ce n'était pas si simple que cela. Pourtant, ça me botterait bien, mais bon je ne savais pas trop si j’étais son genre de type. Elle me plaisait bien, beaucoup même et puis on s’entendait bien, pas de prise de tête, une amitié simple. On avait les mêmes goûts, et pour dire, on pouvait passer de longue heure côte à côte à lire le même ouvrage. Bien que ce n’était pas la seule chose qui nous unissait, mais j’aimais partager mes lectures, mes opinions, mais surtout mes rêves d’écriture. Beaucoup ignorait ce rêve qui me hantait, celui d'être écrivain. Pourquoi elle était l'une des rares personnes à le savoir ? Je ne pouvais pas dire, je lui avais simplement révéler comme ça. Je lui souriais, prenant note de ce qui lui ferait envie. Après ce n’était pas bien dur, il n’y a pas une panoplie de choix dans un cinéma. Un rencard ? Non, une sortie entre ami planifié depuis l'annonce de ce premier film de cette saga qu'on aimait tous les deux. J’étais curieux de voir Harry Potter sur grand écran. Livre qu’on appréciait et dont on avait passé des heures à commenter. Je la regardais et l’envie de passer ma main sur sa taille me tiraillait, mais je me réservais, glissant plutôt mes mains dans mes poches de jeans. Arrivé au comptoir de commande, je prenais deux popcorns, deux cocas format petit – format qui pouvait tout de même abreuver une dizaine de personne, et quelques friandises. Je glissais les sachets de friandise dans mes poches de mon blouson et lui tendait sa part. « C’est quoi le numéro de la salle ? » demandais-je après avoir payé et m’être retourné pour la suivre. Marchant près d’elle, je commençais déjà à me goinfrer dans mon popcorn, prenant ceux-ci à même le sac avec ma bouche. Même si on était pas une métropole, la file pour entrer dans la salle semblait interminable. Ils y avaient autant d'adulte que de jeune et cela malgré l'heure de la représentation. « Bin y’a du monde ! » disais-je en haussant les sourcils, plusieurs têtes m’étaient familière. Je saluais certaines personnes, puis tournait mon regard vers Baby. « J’espère qu’il y aura assez de place pour tout le monde… Mais au pire tu pourras toujours t’asseoir sur moi. » Je laissais un sourire s’étirer sur mes lèvres, bien sûr je plaisantais. Quoi que ! Atteignant le bout de la file, j’appuyais mon dos contre le mur. Nous n'étions pas les derniers, mais loin d'être les premiers. Discutant des attentes du film, on arrivait dans la salle se trouvant deux places côtes à côtes. Ça aurait été con qu’on soit à deux endroits différents. Assis près d’elle, je laissais le film commencer sur l’histoire de ce sorcier orphelin. Bien sûr, je faisais le clicher du mec avec la main sur le bras du siège attendant pour voir si elle la prendrait. J'aurais pu faire la technique dus bras autour du cou, mais je ne voulais pas précipiter les choses et dans un cinéma ça n'avait rien de discret. N'empêche, je me demandais vraiment s'il pouvait se passer de quoi entre nous. Vers la moitié du film, je sentais nos mains l'une contre l'autre et j'allais chercher la sienne, me décrochant un sourire satisfait. À la fin du film, je sortais de la salle. « Parfois je me demande vraiment comment Ron réussi à survivre. » disais-je en poussant un soupir. J’aimais bien ce personnage, mais parfois je ne le supportais tout simplement pas. On discutait de nos appréhensions jusque chez elle. Arrivé, je regardais sa maison. « Bon. » Je parlais comme si tout finissait maintenant, pourtant la soirée pouvait continuer un instant. Juste quelques secondes de plus. Je m’approchais d’elle, allant jusqu’à déposer mes lèvres sur les siennes. Au bout d’un moment, quelques secondes, minutes ? Je me reculais, lui adressant un sourire. « Bonne nuit B. » Je ne savais pas vraiment quoi dire d’autre, j’avais agi par impulsion et voilà le résultat…

Le lycée touchait à sa fin et le bal de promo arrivait enfin. Devant le miroir se trouvant dans ma chambre, je poussais un soupir. Tout allait finir avec ce bal, le lycée, des amitiés… En fait, la vie d’adulte nous attendait avec le commencement de l’université. Certains restaient à Dover, d’autre partait quittant le Delaware pour vivre une vie loin de notre petite ville. Je ne faisais pas exception à cette règle, désormais avec Baby on s’était inscrit à des écoles l’une près de l’autre pour ainsi rester ensemble. Je pouvais dire avec certitude que notre relation était sérieuse, j’étais amour d’elle. Je l’avais toujours été du moment où mes yeux s’était posé sur elle dans le gymnase le premier jour du lycée. Bon à ce moment-là, je ne pouvais pas dire que j’étais amoureux, mais j’avais été attiré par elle. C’est en apprenant à la connaître que j’étais tombé sous le charme de cette fille. La porte de ma chambre s’ouvrait, tournant la tête pour voir le visage de ma mère qui me souriait. Je lui rendais avant qu’elle ne rentre se dirigeant vers moi. Je me tournais tout en jouant avec un bouton de manchette que je n’arrivais à arranger. « Comme tu lui ressemble. » me disait-elle alors que je savais très bien qu’elle parlait de mon père. Je remarquais cette lueur brillante dans son regard, me faisant sourire péniblement. On en parlait si peu souvent, mais il lui arrivait d’avoir des moments de nostalgie comme à cet instant. Étirant les bras, elle vint attacher mon bouton de chemise avant de nouer ma cravate autour de mon cou. « Tu vas chercher Baby à quelle heure ? » Je relevais ma manche pour regarder ma montre. « Dans une heure. » Elle acquiesçait sans pour autant me regarder. « Je suis contente que tu ais trouvé une fille bien. » Je l’étais aussi. « En plus, vous partez ensemble pour l’université. Mon garçon devient grand. » Je laissais un rire m’échapper. « Tu parles de moi comme si je partais déjà. C’est simplement le bal de la promo, je ne pars pas tout de suite. » disais-je en relevant son menton pour qu’elle me regarde. Je savais qu’elle souhaitait mon bonheur et que je ne vive pas comme elle avait vécue. On n’était pas dans la misère, mais une coiffeuse monoparentale n’était pas un rôle facile à jouer. Personnellement, je trouvais qu’elle s’était débrouillée à merveille. Elle était mon modèle. J’embrassais sa joue après qu’elle est finie mon nœud de cravate. « Merci. » Elle me souriait, quittant ma chambre et me laissant seul. Je me retournais vers la glace observant mon reflet. Un coup d’œil à la porte de ma chambre désormais fermé, je me dirigeais vers ma commode ouvrant le tiroir de chaussette. Je ne mettais qu’un instant pour fouiller dans celle-ci en ressortant une paire que Baby m’avait offert noël dernier. Pinçant mes lèvres, j’en sortais une petite boîte en cuir lustré. Je m’assoyais sur mon lit, ouvrant celle-ci pour regarder une bague en or blanc avec un minuscule diamant. J’avais enchaîné les boulots durant les vacances pour arriver à acheter ce bijou. J’avais gardé secret cette idée, mais maintenant j’étais prêt à franchir le pas. Ce n’était pas forcément commun pour quelqu’un de mon âge, mais j’avais trouvé la fille avec qui j’avais envie de faire ma vie. Poussant un soupir, je refermais le boitier. « Andy vient on va prendre des photos de toi ! » Un second soupir. Je rangeais la bague dans mon tiroir. « J’arrive. » disais-je en sortant de ma chambre pour me diriger vers le rez-de-chaussée. J’aurais pu faire ma demande à ce bal, mais je voulais vraiment un moment rien qu’à nous. Non pas quelque chose où j’aurais mes amis pour se moquer de moi. Je descendais les marches, me figeant en voyant le flash de l’appareil. J’avais en horreur d’être pris en photo ainsi, mais bon ma mère voulait semble-t-il des souvenirs. Je faisais quelques clichés avant d’aller chercher Baby chez elle.

-✽✽✽-

Passant une main dans mes cheveux, j’attendais en file pour acheter un billet pour partir à Washington. Je devais y rejoindre Baby pour emménager avec elle dans ce nouvel appartement qu’on avait pu trouver pour nos études. J’avais l’impression que toute notre avenir était tracé, des études stables, un petit couple parfait, un mariage tout aussi parfait en vue, des enfants, une belle maison… J’allais devenir un comptable. Pourtant, ce n’était pas ce que je souhaitais. Oui j’aimais Baby, pour moi il n’y avait qu’elle, mais est-ce que c’était suffisant ? Je me mordais la lèvre en pensant à toutes ces possibilités qui pouvait s’offrir à moi si je décidais de ne pas changer ma voie. Tout comme je pensais à toutes ces possibilités qui pourraient s’offrir à moi en claquant tout. J’arrivais au comptoir, regardant l’employé. Un moment de réflexion. « Un billet allé simple pour New York. » disais-je finalement en fermant mes yeux une faction de seconde. J’avais bel et bien donné une destination au hasard. Puis, je sortais mon portefeuille pour payer. Je remerciais l’homme en prenant le ticket qu’il me donnait, avant de prendre mes sacs et de me dirigeais vers le quai d’embarquement. J’avais pris le bus qui partait le plus tôt, soit dans quinze minutes, poussant un soupir. Je me trouvais une place tranquille au fond du car, mettant mes écouteurs dans mes oreilles et rabaissant le capuchon de ma veste sur ma tête. Je ne souhaitais pas être dérangé. Je fermais mes yeux, ne sachant pas trop pourquoi je faisais cela. Mais j’en ressentais le besoin. Je ne voulais pas d’une vie bien rangé, je ne voulais pas être le mari parfait avec un boulot stable. Je voulais écrire, je voulais vivre. J’étais trop jeune pour penser au mariage, ce n’était pas normal. Vous me direz c’était tout de même moi qui lui avait demandé sa main ! Je savais qu’à cet instant je ressentais une envie particulière de vivre ma vie. Je ne pouvais pas la laisser passer, voilà tout. Pourquoi je ne prenais pas le temps d’en parler avec Baby ? Ces deux semaines loin d’elle, m’avait fait réfléchir. Bien entendu je l’aimais toujours, mais je ne voulais pas qu’elle soit la seule fille que j’ai connue dans ma vie. Je n’arrivais pas à savoir vraiment ce que je voulais, sauf le fait de désirer une vie différente. Le bus se mettait en marche j’ouvrais mes yeux pour les refermer aussitôt. Est-ce que je faisais la bonne chose ? Oui, j’en étais certain. Je pouvais le faire, découvrir une autre voie. Ouvrant les yeux, je regardais cette alliance à mon doigt. C’était symbolique, je repensais à cette soirée au cinéparc lorsque je lui avais demandé sa main. Mon portable vibrait dans ma poche, je le sortais, lisant son message. Pourquoi à ce moment précis ? Je ne pouvais pas dire, mais je fermais celui-ci le glissant dans ma poche, je retirais mon alliance pour aller la glisser à la chaîne que je portais toujours à mon cou. Je n’en revenais pas de faire cela, mais j’étais fier de moi – d’une façon tout du moins. Appuyant ma tête contre la vitre, je regardais le paysage défiler, disant ainsi au revoir à Dover. Je choisissais une vie différente, une vie que l’on n’avait jamais attendue de moi. Je ne savais pas ce qui m’attendait à New York, mais au moins se ne serait pas un diplôme en comptabilité ! Je pourrais toujours m’inscrire comme étudiant libre en littérature dans une université. Je tentais ainsi de me convaincre, fermant les yeux j’effaçais le souvenir de Baby, me rendant ainsi plus fort quant à mes choix.

Étendu dans le lit de l’hôtel, j’entendais mon portable sonner. Poussant une plainte, je sortais ma main de sous mon oreiller cherchant sur la table de nuit celui-ci. J’arrivais à le prendre, le décrochant. « Andy enfin ! T’es où ? Ta dédicace commence dans quinze minutes. » Je relevais la tête en me passant une main sur le visage. Si je voulais être franc, je n’avais pas envie d’aller faire cette dédicace. « C’est bon je suis en chemin. » disais-je en me redressant, je n’avais pas trop le choix, même si j’avais une terrible gueule de bois. M’assoyant sur le rebord du lit, je passais mes mains sur mon visage, avant d’étirer l’une d’elle qui prit la chaîne déposer sur a table de nuit pour que je le passe autour de mon cou. Je sentais mon alliance froide caresser ma peau. Me levant, je m’étirais prenant les vêtements soigneusement pliés pour me diriger vers la salle de bain. Autant dire qu’en regardant mon reflet je ne m’attendais pas à voir ces yeux injectés de sang. Je grimaçais, vraiment ma vie n’avait plus rien à voir avec ce que je m’étais imaginé. Je me douchais rapidement, puis m’habillais cachant soigneusement mes bras couvert de cicatrices dû aux fois où j’avais pris de l’héroïne, je n’aimais les afficher. Me fumant une clope, je descendais pour aller prendre un taxi qui me conduirait jusqu’au lieu de la dédicace. Dans le taxi, je regardais le paysage urbain pensant à l’éventualité que peut-être elle n’était pas bien loin de cette ville. Si j’étais venu, vivrions-nous dans cette ville ? Qu’est-ce qu’elle avait pu devenir ? À ces pensées, je me surprenais à jouer avec mon alliance. Le taxi arrêtait sa course devant une librairie, je restais assis un instant prenant finalement une profonde inspiration. Ce n’était pas la première fois que j’en faisais, mais cette fois j’avais cette boule au ventre. Sans doute l’abus d’alcool et de substance que j’avais pris la veille. Ouvrant la portière, je sortais me dirigeant vers la porte d’entrée. Je poussais celle-ci sans porter mon regard vers l’intérieur, mais j’avais à peine mit un pied à l’intérieur que je voyais mon éditeur se diriger vers moi. « Te voilà ! » Il posait ses mains sur mes épaules, me regardant alors que je n’affichais aucune émotion. « T’as une mine affreuse. » Était-ce vraiment nouveau ? Je délogeais de ses mains, me dirigeant vers cette table où des gens étaient déjà réunis. Mon regard se portait sur la réplique en carton géante de la couverture de mon dernier roman. Je détournais le regard, allant prendre place derrière la table. « Bonjour tout le monde, désolé pour l’attente. Mais la séance va pouvoir commencer. » Je me pinçais un instant l’arrêt du nez, avant de relever le visage pour accueillir la première personne. Je me montrais souriant et amicale, ce que j’étais généralement seule ma nuit avait créé un être aigri. Mais les heures passaient et mon humeur changeait. J’aimais le contact avec ces gens, c’était en parti pourquoi j’aimais autant faire des dédicaces. Le contact, les critiques, les compliments… Je tendais le livre signé à la femme qui se tenait devant moi. Un petit garçon fut le prochain. « Salut, t’es pas un peu jeune pour aimer ce genre de livre ? » disais-je avec un sourire au coin des lèvres. Mes livres n’avaient pas d’âge fixe, mais il ne devait pas avoir plus de dix ou douze ans gros maximum. Il me tendait un livre. « En fait, c’est pour ma mère. » J’haussais les sourcils, il était venu pour sa mère. « Et elle s’appelle ? » demandais-je en ouvrant à la première page. « Baby Coleman. » Je me figeais, fronçant mes sourcils. « Comment ? » Je devais rêver ! Il n’avait pas vraiment dit… Il répétait, ah si il l’avait bien dit. Je me passais une main dans mes cheveux. Puis je regardais la page où était écrit le titre de mon roman. Je frottais l’extrémité de mon crayon sur mon front. Prenant une profonde inspiration, je commençais à écrire. « Salut B. J’aimerais bien te revoir, je serai au starbucks dans Cathedral Heights, demain vers 15h. Andy. » Je fermais le livre avant de le donner au gamin. Comme ça elle avait un enfant ! Elle s’était mariée ? Je souriais à la personne suivante, alors que mon regard suivait le gamin vers la sortie.

-✽✽✽-

Étendu dans mon lit d’hôpital, je regardais le vide devant moi. Je ne bronchais pas d’un millimètre. Ce n’était pas bien dure à comprendre que je n’en pouvais plus d’être dans cet endroit. Je n’écoutais pas ce que disait Baby et son fils, qui heureusement m’avait amené de quoi à manger mieux que le jell-o multicolore. En fait, depuis que je l’avais vu à mon réveil, j’avais du mal à soutenir son regard. Rien n’aidait lorsqu’elle amenait son fils avec elle. J’en venais à me demander comment ça avait pu arriver. Comment elle avait fait pour m’oublier si vite. En fait, c’était sans doute plus compliqué que ça, mais je ne savais pas comment décrire cette situation. Pourquoi elle faisait tout cela pour moi ? Je détournais la tête, portant mes yeux sur le moniteur. Ça serait bien qu’on me donne de la morphine. J’avais peut-être fait une overdose, mais je ne me sentais pas près de lâcher les substances qui me donnait la force de continuer. D’un côté, je me trouvais pitoyable, mais de l’autre, je savais que je ne pouvais pas tout arrêter. Me droguer, c’était devenu aussi quotidien que de péter. J’en avais besoin, mais je me ravisais bien de le dire à mon médecin. Préférant plutôt mentir en disant que tout allait bien, que c’était la première fois que je prenais autant de narcotique et autre cochonnerie. « Dites, pourquoi vous ne m’avez pas dit que vous connaissez ma mère ? » Je tournais mon regard pour regarder le garçon assis sur la chaise à ma gauche. Il me regardait de ses grands yeux bleus. « Je sais pas, peut-être que je doutais que ce soit elle. » marmonnais-je, bien que je n’eusse jamais ressenti ce doute. Après tout, les personnes s’appelant Baby Coleman ne court pas les rues. Et je savais qu’elle résidait dans cette ville, seul l’étonnement de savoir qu’elle avait un fils m’avait fait perdre mes mots. Je continuais de le regarder, ses traits me rappelait ceux de Baby, je me demandais néanmoins qu’elle tête pouvait avoir le père de cet enfant. « Vous auriez pu demander. » J’esquissais un faible sourire. Il semblait gentil, mais je ne savais pas trop comment agir avec lui. Il me faisait voir ce que je n’aurais jamais avec Baby, ce que j’avais détruit en la quittant. Peut-être que je n’étais pas fait pour avoir une famille. Qui aurait pu croire qu’elle serait mariée avec un gosse ! J’avais beau me répéter cela sans cesse, je n’arrivais toujours pas à en croire mes yeux. « Baby je suis désolé, mais je me sens fatigué. » Je la voyais se lever indiquant à son fils de venir avec elle. D’un faible signe de la main, je lui disais au revoir avant de fermer les yeux. La fatigue n’était en fait qu’un prétexte. Je n’arrivais pas à le regarder comme sa mère. « Mais qu’est-ce que tu as fait… » me disais-je dans un murmure. Je n’aurais jamais dû prendre contact avec elle. Laisser notre passé où il se trouvait, même si je ne l’avais jamais oublié. Peut-être que je devais m’éloigner, de toute je n’allais rien lui amener de bon. Je le savais, suffisait de voir mon état et où je me trouvais pour comprendre. Poussant un soupir, je me tournais sur le côté pour regarder par la fenêtre. Je devais tourner la page, laisser le passé et marcher vers l’avenir, même si ça me détruirait de le faire. Je me devais de le faire pour son bien !

Prenant mes baguages en arrivant à l’aéroport, je poussais un soupir tout en continuant de chiffonner mon billet. Pendant l’heure où j’avais été dans les airs, je n’avais pas cessé de chiffonner ce billet. J’étais de retour dans cette ville… Houra ! Ou pas… Disons simplement que ma dernière visite dans la capitale avait été un véritable échec. En la quittant, je ne pensais pas y revenir d’aussitôt, c’est ce que je croyais jusqu’à recevoir ce coup de téléphone de ma mère. Je me mettais en file pour prendre un taxi, repensant aux mots que ma mère m’avait dit au téléphone. Mais quelle idée de partir en voyage à cette période ? Je me retrouvais donc à venir garder ma sœur sous la demande de ma mère. Rendre ce service ou plutôt, revoir ma sœur me faisait plaisir. Elle était encore jeune quand j’étais parti à New York et pour le peu de fois qu’on se voyait sinon, je pouvais me dire que j’allais passer un bon moment avec elle. Je montais dans un taxi, donnant l’adresse de la maison et prenant le chemin de celle-ci. Je restais silencieux, regardant le paysage, essayant de ne pas penser à Baby que j’avais revu par deux fois dans cette ville. J’arrivais difficilement à l’oublier et malgré le fait que j’ai fait une overdose à ma dernière visite, je n’avais pas cessé la consommation. Au contraire, j’avais l’impression qu’elle était de plus en plus fréquente, mais aussi plus dure pour mon corps. Je n’arrivais pas à l’oublier et ça me rendait tout simplement dingue. Arrivé devant la maison de ma mère et son mari, je descendais pour remonter l’allée et toquer à la porte. « Ah mon chéri ! » Les lèvres de ma mère s’abattirent sur ma joue pour s’y coller dans un baiser mouillé, alors qu’elle avait à peine ouvert la porte. « Entre. Entre. » Elle me prenait le bras pour me faire entrer plus rapidement dans sa maison. J’avais l’impression qu’elle ne m’avait pas vu depuis tellement longtemps que je finirais par succomber sous toutes ces embrassades. « Kara n’est pas encore revenue de l’école, mais ça ne saurait tarder. Malheureusement, nous on doit partir. Tu vas réussir à te débrouiller ? » Je passais ma main sur mon front, finissant par acquiescer. Garder ma sœur ne serait pas si terrible que cela ! Si ? Je saluais le conjoint de ma mère et les regardais partir. J’avais une sorte de mauvais pressentiment. Prenant mon sac, j’allais le poser dans la chambre d’ami n’ayant pas de chambre à moi. Cette maison vide me décourageait quelque peu. Puis, le son d’une porte qui claque se fit entendre. Je descendais au rez-de-chaussée, voyant Kara se diriger vers la cuisine. « Eh bien, salut. » Elle se retournait surprise, relevant pour me regarder alors que je m’appuyais sur la rampe de l’escalier. « Andy ? » Un sourire apparu à la commissure de mes lèvres. « Qu’es-c’tu fais ici ? » Elle n’avait plus l’apparence du bout de choux que j’avais laissé à Dover avant de supposément partir pour Washington. « M’man m’a demandé de venir te… garder. Elle m’a dit que la dernière fois qu’ils étaient parti tu avais fait un si gros party, qu’il était hors de question cette fois que tu sois seule. » Elle me dévisageait, poussant un soupir d’exaspération avant de tourner les talons pour aller dans la cuisine. J’allais la rejoindre m’appuyant sur le rebord de la porte : « Je suis pas là pour jouer au flic. Tu n’as sans doute pas envie de me voir ici et je peux le comprendre, mais essayons de faire un effort. » Je savais que Kara avait mal prit mon départ, ma mère me l’avait dit. Je posais mon regard sur ma cadette, avant de tourner à mon tour les talons et partir. « D’accord. » Je laissais mon sourire reprendre place, revenant vers la cuisine. « Tu sais ça me fait plaisir de te voir. Tu me manques Andy. » Je lui souriais, m’approchant pour la prendre dans mes bras. Voilà ma jeune sœur ! Mon petit bout de choux à moi. Mon babysitting ne pourrait pas être si pire que ça !


Dernière édition par Andy Greenfield le Ven 18 Nov - 3:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Baby ColemanGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/09/2016
Pages lues : 432
Crédits : Mayiie & Tumblr
Avatar : Julianne Hough.
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#Encours Andy + Andy + Azura + Crystal + Juliet + Wesley
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (30.10.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:25

T'es sûre que tu ne parles pas de bébés ? (a)

Parce que ouais, toi et moi, on va faire plein de bébés Arrow

Rebienvenue, t'es tout beau ! I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you

_________________

We'll build this love from the ground up + For worse or for better + And I will be all you need + Beside you I'll stand through the good and the bad + We'll give all that we have - And we'll build this love from the ground up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ryan CampbellGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 11/09/2016
Pages lues : 576
Crédits : TAG ♥
Avatar : Jensen Ackles
Pseudo : Elina
Schizophrénie : Eric L. Ashford, le psychologue (Michael Fassbender)
Disponibilités : Arizona ~ Megara#3 ~ Noäm ~ Eveline
Âge : 34 ans (17/07/83)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:30

Re bienvenuuuuue à toi
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:32

Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 319
Crédits : #avatar : Hathaways #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Aaron Cute Tveit
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open baby ; kelvin ; levi ; baby ; wesley ; azura ; bran (uc.)
alternative life ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-un ans. ≡ 29 décembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:33

Baby ; Je vais pas me taper des bébés Mais je veux bien faire des bébés

Ryan & Jules ; Merci

_________________

Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Baby ColemanGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/09/2016
Pages lues : 432
Crédits : Mayiie & Tumblr
Avatar : Julianne Hough.
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#Encours Andy + Andy + Azura + Crystal + Juliet + Wesley
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (30.10.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:36

Owiiiii plein de bébés

_________________

We'll build this love from the ground up + For worse or for better + And I will be all you need + Beside you I'll stand through the good and the bad + We'll give all that we have - And we'll build this love from the ground up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 319
Crédits : #avatar : Hathaways #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Aaron Cute Tveit
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open baby ; kelvin ; levi ; baby ; wesley ; azura ; bran (uc.)
alternative life ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-un ans. ≡ 29 décembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:38

Oh yeah

_________________

Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Baby ColemanGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/09/2016
Pages lues : 432
Crédits : Mayiie & Tumblr
Avatar : Julianne Hough.
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Levi #THoechlinWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Disponible pour deux RP's, tu peux demander !

#Encours Andy + Andy + Azura + Crystal + Juliet + Wesley
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (30.10.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:40

My body is ready

_________________

We'll build this love from the ground up + For worse or for better + And I will be all you need + Beside you I'll stand through the good and the bad + We'll give all that we have - And we'll build this love from the ground up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 319
Crédits : #avatar : Hathaways #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Aaron Cute Tveit
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open baby ; kelvin ; levi ; baby ; wesley ; azura ; bran (uc.)
alternative life ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-un ans. ≡ 29 décembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   Ven 18 Nov - 0:41

string string string string string string Come to my bed

_________________

Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Andy :: Shut up and dance with me   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andy :: Shut up and dance with me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» Shut up and drive — LIBRE
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Shut up and take my money! [with Onyx and Cloud]
» Andy Berger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Vos papiers, s'il vous plait :: Mon autobiographie :: Bienvenue à Washington-
Sauter vers: