AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chip #The physics is theoretical but the fun is real

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 619
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 9:05

Chip Danvers
Superpowers, don't always make you a superhero.

Prénom : Vous voulez que je vous dise ? Je crois que ma mère est devenue une fervente des croustilles quand elle était enceinte ou sinon je suis né alors que mon père faisait une partie de poker et c’est en l’honneur des jetons gagnés que je porte le prénom Chip. Certaines personnes pensent que c’est une plaisanterie, mais je vais être franc. Je l’aime ce prénom, c’est court, simple et personne ne l’oubli. Il me convient parfaitement puisque je n’aime pas être ignorer. Mais je dois bien dire, j’ai tout de même mener mon enquête, en fait Chip est un prénom d’origine anglaise et il se trouve que c’est le diminutif de Charles ou Christopher. Banal quand on y pense, je préfère garder les hypothèses qui concernent mes parents. Nom de famille : Je porte fièrement le nom de Danvers, héritage que mon père me lègue. Ce n’est pas un nom qui mérite qu’on le traîne dans la boue, donc j’y fais attention même si bien souvent mes agissements n’en sont pas dignes. Ce n’est pas volontaire, mais c’est difficile de changer le caractère d’une pile électrique… Date & lieu de naissance : Tout comme mon frère jumeau, je suis né le premier novembre dix-neuf cent quatre-vingt-dix-huit avec exactement deux heures et demi d'avance sur lui. Je suis l’aîné, même si je me demande parfois si je n’aurais pas dû sortir après lui. C’est dans le Children’s National Medical Center à Washington DC que j’ai vu le jour. Ça fait donc de moi un véritable natif de la capitale, c’est pas tout le monde qui peut en dire autant ! Âge : Cette année, j’ai fêté mon dix-huitième anniversaire, dire que je pourrais être majeur… Mais non je dois encore attendre trois années avant d’enfin pouvoir me qualifier d’adulte. En attendant, je profite de ma jeunesse à fond la caisse ! Métier : C’est avec regret que je peux dire être encore au lycée, contrairement à mon frère je n’ai pas pu entrer à l’université. C’est une chose que j’ai dû mal à accepter et cela depuis que j’ai redoublé soit il y a deux ans. Je me retrouve donc à jouer de nouveau le lycéen. Et je continue à travailler pour l’entreprise familiale, notamment en allant aider à l’entretien du jardin de la maison blanche. Je n’aspire pas à rester dans cette voie, en fait, une fois le lycée terminer j’aimerais bien devenir bodyguard. Orientation sexuelle : J’en sais trop rien… Je n’ai jamais eu de petite-amie ni même de petit-ami, ce genre de relation ne m’a jamais réellement attiré. Je dois sembler étrange, mais je n’éprouve pas le désir d’être en couple et puisque je suis puceau, je ne peux pas savoir avec certitude ce qui m’attire. Femme ou homme, qu’importe en quelque sorte, mais si on me demandait de réellement choisir, je dirais que les femmes m’attirent davantage. Statut civil : Je vis une relation compliquée avec moi-même, c’est suffisant ! Mais en vrai, je suis marié à mes potes, mais célibataire dans l’âme ! Statut financier : Puisque je vis toujours chez mes parents, je ne manque de rien, surtout que ma famille est fortunée. Néanmoins, je gagne mon propre argent en travaillant. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais c’est suffisant pour m’acheter ce que je désir sans avoir à demander à mes parents de me prêter de l’argent. Caractère : Ce n’est jamais simple de se décrire, ce que je suis… Depuis que je suis jeune, pas plus haut que trois pommes, on m’a diagnostiqué comme hyperactif. Je dois bien admettre que ça me représente à merveille. Je ne suis pas capable de rester une seule seconde en place, je dois toujours bouger. C’est à se demander comment je fais pour dormir ! Être hyperactif, m’a donc amené à devenir sportif. J’ai vraiment le sport dans le sang, encore là j’ai commencé aussi très jeune. Peut-être pas par quelque chose qui m’intéressait, mais c’était assez pour brûler mon énergie. Avec les années, j’ai développé mes propres goûts envers les sports que je pratique, que ce soit des sports plus solitaires comme en équipe, je donne toujours mon 200%. Je ne suis pas le plus compétitif, je le fais avant tout pour m’amuser et je suis loin d’être un mauvais perdant. Toujours le premier à me relever d’une défaite, je garde toujours mon sourire. Ce charisme m’a énormément facilité la vie, j’ai l’approche facile. Je vais vers les gens, je leur parle et je sais les mettre en confiance. Certain me voit comme un leader et je ne dirais pas le contraire, je ne me vois pas un jour président, mais j’ai une facilité à réunir les gens et bien entendu, je ne laisse jamais personne derrière moi. En tant que véritable tornade humaine, j’ai la fâcheuse habitude de foutre le bordel derrière moi, ma chambre c’est un chantier de vêtement. Mes parents me le reprochent souvent, mais que voulez-vous je n’ai tout simplement pas le temps de faire le ménage ! Vingt-quatre heure ce n’est pas assez dans une journée ! Je ne suis pas non plus la personne la plus studieuse qui soit, j’ai même eu souvent des problèmes à l’école et j’ai dû suivre des cours particuliers, mais ça ne semble pas rentrer. Parti politique : Fêter ses dix-huit ans quelques jours avant les élections c’est plutôt pas de bol, surtout quand ce sont des élections comme celle-ci. Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été fasciné par la maison blanche, le président et tout ça. J’ai été émerveillé la première fois que j’ai rencontré Obama et même lorsque j’ai parlé à Malia Ann pour la première fois. J’ai donc toujours vu mes idéaux comme le revendiquait les démocrates. Seulement, en suivant cette campagne, j’ai vite réalisé que c’était du n’importe quoi. J’ai revu mes convictions et j’ai fait un vote blanc, à voir dans quatre ans si j’aurai choisi un parti ! Groupe : Drink with me. Avatar : Tom Holland.
Combien de livres lis-tu par mois ? Quels sont tes préférés ?
En toute franchise, je ne lis que les livres demandés à l’école et encore… Ce n’est pas que je n’aime pas la littérature, mais je n’arrive pas à rester assez longtemps en place pour apprécier réellement ce que je lis. Je n’arrive jamais à l’intrigue qui rend les romans intéressant. Généralement, ma lecture se résume à deux ou trois pages avant que je sois pris de bougeotte et que je laisse tout en plan pour sortir. Je demande plutôt à mon frère de me résumer les livres, car en vérité je ne regarde pas trop de film non plus. Me tenir assis plus de quinze minutes est tout un art, sinon il faut prévoir de la corde. Je ne pourrais pas dire quel livre je préfère ou que j’ai aimé, je ne suis même pas certain que j’en ai déjà fini un. Néanmoins, je lis ce que je trouve intéressant sur les réseaux sociaux. Je suis quelques blogs que je trouve intéressant, mais ça se limite vraiment à cela. Peut-être que je devrais me mettre aux livres audio ?

Pour toi, l'amitié c'est...
L’amitié pour moi c’est tout simplement une question de vie ou de mort. Je ne suis pas capable d’être seul, la solitude n’est tout simplement pas fait, peut-être parce que je n’ai jamais été seul. Avoir un jumeau fait souvent qu’on fait tout à deux, pourtant on n’a pas les mêmes centres d’intérêts. En fait, on se ressemble en aucun point, même physiquement on est loin de se ressembler. Malgré ça, on s’entend très bien. C’est rare qu’on nous voit se faire la gueule. Il est sans doute celui qui me connait le mieux, même si on n’est pas aussi soudé que dans notre enfance. Le moment où on a décidé de faire chambre à part, on a commencé à se tenir avec des gens différents. J’ai en quelque sorte remplacé la présence de mon frère par des amis de l’école. J’ai ma petite clique et on est inséparable. On se texte à tout moment, on s’appelle et on se voit tous les jours sans exception. J’ai vraiment fait les quatre cent coups avec eux, mais en vérité mon meilleur ami reste mon père. Parfois, on dirait qu’il voudrait m’étrangler ou me donner un bon coup au derrière, mais je sais qu’il m’aime. Depuis mon enfance, je le vois comme mon idole, mon héros, mon père, mon meilleur ami et je crois pas que cela changera un jour, même si en ce moment je lui en fais voir de toutes les couleurs, mais c’est ça à mon âge on est là pour mener la vie dure à nos parents !

Quelle est la chose la plus folle qu'on a raconté sur toi ?
Ce qu’on peut raconter sur moi… Franchement, je n’y fais pas attention, ceux qui ont des trucs à dire ne savent pas de quoi il parle et cherche l’attention. Mais comme beaucoup de personne, certaines rumeurs à mon sujet ont circulé. Comme le fait que je prenne des stéroïdes, mes performances sportives sont plus que bonne et on dirait bien que ça dérange certaines personnes. Il y a eu le moment où j’ai redoublé, on faisait circuler le fait que c’était à cause de la drogue. On a même déjà dit que j’étais sorti avec Malia Ann, la fille d’Obama. Les gens sont vraiment prêts à tout pour croustiller leur vie en s’alimentant de celle des autres. Je n’en vois vraiment pas l’intérêt, mais bon… Si ça leur fait plaisir, peut-être que la prochainement fois je serais l’initiateur de ces rumeurs. Je pourrais toujours dire à ce blog que j’ai couché avec Selena Gomez ! Au moins, je pourrais les tirer à mon avantage !
001 ★ Dans mon enfance, je faisais de la gymnastique et de la danse. Je crois que ma mère désirait bien plus une fille que deux garçons. Bien que j’aie gardé mon agilité, je pratique d’autres sports comme le football, le foot, la boxe, le golf, l’escalade, le basket, le snow… Faire autant de sport me permet de dépenser mon surplus d’énergie, même si ça ne semble jamais assez. 002 ★ Je pourrais dire que je sais bien danser, mais pas n’importe quoi. Les cours que je prenais quand j’étais jeune c’était du ballet. Je me débrouille bien avec les autres styles, suffit de copier les pas des autres. Sauf que, je ne dis à personne que je sais danser. 003 ★ Depuis que je suis haut comme trois pommes, j’ai toujours vu mon père comme mon héros. C’est pourquoi, je copiais tout ce qu’il faisait. Je me suis donc rasé pour la première fois quand j’avais cinq ans, pas un poil sur le menton, j’ai fini en pleure et en sang. Après cette mésaventure, il a toujours gardé un œil sur moi. 004 ★ Aussi étonnant que soit la chose, il m’arrive parfois de ne pas être entouré de mes amis, dans ces moment-là j’ai toujours mes écouteurs dans mes oreilles. J’écoute le plus souvent de la pop ou du rock. 005 ★ Même si ma mère fait de bon plat, je donnerais toujours mon âme pour manger du subway. J’en mange au moins cinq fois par semaine. 006 ★ Je me considère comme un cuisinier basique, mais à la maison je suis le roi de la crêpe et du pancake. 007 ★ En cours, j’ai toujours l’extrémité de mon crayon dans la bouche. Je passe mon temps à mâché les effaces ou les bouchons. Aucun n’y échappe. 008 ★ J’ai mon permis depuis un moment déjà, mais toujours pas de voiture. C’est une lutte perpétuelle avec mes parents pour finalement en avoir une pour moi seul. À quatre c’est difficile d’aller à certain endroit si toutes les voitures sont prises. Mais je suis convaincu que je gagnerai un jour cette bataille. 009 ★ Je possédais un grain de beauté sur le menton, mais il y a environ un an je l’ai fait retirer comme il me gênait. 010 ★ Travaillant à la maison blanche, j’ai toujours été fasciné par cet endroit. J’ai pu entrer une fois dans le bureau ovale et je me suis assis sur la chaise présidentielle. J’ai prétexté que c’était pour regarder la vue des jardins, mais en vrai je jubilais en étant assis dans cette chaise. 011 ★ J’aime bien les plantes, mais je n’ai pas le pouce très vert. Il faut croire que je n’ai pas les gênes de ma mère. 012 ★ Je suis un fervent utilisateur de réseaux sociaux, je suis sur plusieurs d’entre eux, je poste régulièrement que ce soit des photos, commentaires, vidéos. Mon père me confisque souvent mon portable quand il voit que je ne fais que cela sans réellement parler. C’est même devenu interdit à table ou dans les moments familles à moins que ce soit pour immortalisé un moment. 013 ★ Même si j’ai toujours besoin de bouger, il arrive que je me pose et c’est souvent pour les soirées film en famille. Un incontournable ! Même si c’est souvent la chicane entre ma mère et mon jumeau et moi. Elle veut une histoire romantique, on veut de l’action, mais c’est toujours papa qui tranche. 014 ★ Ma famille possède un chalet dans le Vermont, il est à même la montagne Stratton. Ce qui est pratique quand tu as envie d’aller skier ou pour ma part aller faire du snow. J’aime passer mes vacances d’hiver dans cet endroit, faire du snow toute la journée, rentrer à la maison pour prendre un grand chocolat chaud avec double ration de marshmallow, un plaid, le tout devant la cheminée. Plus jeune, j’aimais aussi faire des anges des neiges ou des bonhommes de neige avec mon père et mon jumeau. 015 ★ L’hiver est sans doute ma saison favorite, même si j’ai horreur de choper un rhume. Quand je suis malade je suis une vraie plaie ! 016 ★ Il m’est arrivé d’accompagner mes parents durant leur voyage d’affaire. Je me souviendrai toujours de quand on a été à Québec, je n’ai jamais compris un traître mot. Certaine personne trouve que le français est une belle langue, moi j’y comprend que dalle ! 017 ★ J’aime bien les fêtes foraines ou les parcs d’attractions, on ne s’ennuie jamais dans ce genre de lieu. 018 ★ Jusqu’à mes quinze ans j’ai partagé ma chambre avec mon jumeau, on avait des lits superposés, mais durant de nombreuses années, je descendais dans celui de mon frère après que notre mère nous eut raconté une histoire et on s’endormait dans le même lit. Seul le tonnerre nous faisait déguerpir de notre chambre pour aller dormir entre nos parents. 019 ★ Quand j’ai envie de sortir, mais je sais qu’il est tard et que ça ne plairait pas à mes parents, je dis que je vais faire mes devoirs. Je ne suis pas certain que ma tactique soit très bonne. Je pense même que mon père a découvert le pot aux roses aux regards qu’il me lance quand je dis ça… Il faut dire que je ne suis pas le lycéen le plus studieux. 020 ★ Puceau, voilà ce que je suis… Bien que ça ne me dérange pas, ce n’est pas l’avis de tout le monde. Comme si réellement mes amis en avaient quelque chose à faire que je le sois ou pas. Bref, durant une soirée un peu trop arrosé, j’ai accepté qu’on m’inscrive sur Tinder. Je sais pas trop si ça changera à ma condition, mais bon autant s’amuser, non ? 021 ★ Depuis mon enfance, je prends des médicaments pour mon hyperactivité, bien qu'on m'ait jamais diagnostiqué TDAH, mais j’ai horreur de les prendre. J’ai l’impression de ne pas être moi-même quand je suis sous leur effet. En fait, je trouve que j’ai l’air d’un zombie, donc il m’arrive de ne pas les prendre et cela depuis un moment même si je ne le dis pas à mes parents. 022 ★ J’évite tout ce qui contient de la caféine, j’ai essayé une fois et le résultat n’était pas des plus recommandable. Je n’ai jamais retenté l’expérience, avoir l’air de Quicksilver en permanence ce n’est pas une vie ! 023 ★ Je vis au vingt-et-unième siècle, j’aime la technologie et j’essaie d’avoir chaque nouveau gadget à sa sortie. Néanmoins, je ne suis pas un fan d’apple. Je trouve leur produit cheap et beaucoup trop couteux. 024 ★ Bien que j’aime la technologie que je vis à notre époque, j’adore les vieux trucs. Surtout ce que mon père ou ma mère m’a déjà montré quand j’étais gamin. Je garde précieusement un vieux view master 3D avec les images de Winnie the Pooh.
Prénom : Alice. Pseudo sur le net : monocle. Âge : Vingt-six ans, baby ! Pays : Canada. Comment as-tu découvert le forum ? Je l'ai mis sur ma liste de cadeaux de noël et pouf il est apparu Quelles sont tes premières impressions ? RMM is the best   Crédits : dreamacoholic & tumblr Un petit mot pour la fin ? Vous préférez BBQ ? Nature ? Ou assaisonné ?

Code:
<pris>TOM HOLLAND</pris> ► Chip Danvers

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.


Dernière édition par Chip Danvers le Dim 11 Déc - 6:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 619
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 9:05

You want to make a memory part one
#family most important

At this moment, I know that the answer has to be yes. I am defeated. By my own father. How Darth Vader. Grandir n’est pas seulement une question de croissance. On grandit en regardant nos parents, imitant leur geste, répétant ce qu’ils disent. Ils sont la forme d’enseignement le plus pur qu’un enfant puisse avoir. C’est le parent qui donne la ligne de conduite à suivre, ce qui est mal et ce qui est bien. Il délimite la frontière à ne pas franchir. Et c'est dans ce moment le plus innocent que l’enfant apprendra les valeurs qui feront de lui un adulte. « Chip calme-toi. » Je relevais le regard pour regarder mon père assis à ma droite. « Tu ne te souviens pas, mais c’est ce que ta mère te disait le plus souvent quand tu étais jeune. » « Paaaaaaaaaaaaaa’ » rouspétais-je honteux qu’on révèle ce détail alors que Yasmin venait pour la première fois à la maison. « Voyons Chip. Il n’y rien de mal là-dedans. » C’était bien son avis à lui et non le mien, pensais-je en jouant avec les petits pois qui trainait dans mon assiette. Ce repas s’annonçait comme ma potence, mon père racontant ces moments de mon enfance que j’aurais préféré taire à jamais. Je ne détestais pas mon père, depuis mon enfance je le voyais comme mon héros, mais c’était bien ça que je craignais le plus. Qu’est-ce qu’il pourrait bien sortir comme connerie. Parce que oui j’en avais fait des choses durant mon enfance qui pouvait sembler tellement adorable venant d’un enfant, mais un poids honteux pour un garçon de mon âge. « Chip a toujours été un gamin regorgeant d’énergie. Ma femme et moi, on ne savait bien souvent pas quoi faire de lui. Déjà qu’on devait élever des jumeaux, on avait hérité d’un monstre à batterie. » Je poussais un soupir, appuyant ma joue dans la paume de ma main, alors que ma fourchette continuait de jouer avec les petits pois. Je sentais le regard de Skye se poser sur moi, relevant mes prunelles brunes vers lui, je remarquais son sourire en coin. Entre lui et moi, on avait beaucoup plus de chose à dire sur moi. Skye était l’ange entre nous deux, c’était le petit garçon tranquille qui passait inaperçu et moi, j’étais la tornade ambulante qui bousculait tout sur son passage. Parfois, j’aurais aimé être comme mon frère, mais décidément on n’était pas fait pour se ressembler. Déjà physiquement on avait rien en commun si ce n’était notre couleur de cheveux et encore. À son sourire, mon envie de prendre de la purée de pomme de terre et lui envoyer en plein visage me traversait l’esprit, je réprimais bien vite cette idée en sentant un autre regard sur moi, celui de ma mère. Elle pouvait être aussi douce que Skye, si elle voulait se montrer sévère, elle en était tout aussi capable. « Chip a su marché bien avant son frère, je crois même qu’il a toujours tout fait avant lui. À peine savait-il marché qu’il désirait déjà courir. On avait de la difficulté à le garder en place. Toujours en train de se promener dans la maison à la moindre occasion. On ne pouvait pas se permettre d’être distrait. » En soit, je n’avais pas tant changé. Je bougeais tout autant, si ce n’était pas plus. Être assis à la table était pour moi déjà un calvaire, je sentais mes jambes sous la table trépider à l’idée de me lever. On m’avait vite diagnostiqué hyperactif. Ma famille s’était toujours demandé si je n’avais pas plutôt un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité. Parfois, je me le demande aussi, mais les médecins n’en sont jamais venus à cette conclusion, mais peut-être que j’en fais mais à un pourcentage inférieur à dix pourcents. Je n’en sais trop rien, mais il est certain que je n’arrive pas à rester bien longtemps concentré et j’ai depuis toujours du mal avec mes études. « Je me rappelle un soir, il devait avoir environs trois ans. Amaryllis était en train de leur donner un bain. Déjà là ce n’était pas une tâche facile entre Chip qui éclaboussait partout et Skye qui demandait toujours plus de savon pour jouer avec les bulles. Je rentrais du travail, le simple bruit de la porte et des clés que l’on déposait sur le meuble d’entré, que je pouvais déjà entendre le clafoutis de l’eau dans la baignoire. Je n’avais pas encore pris la direction de la salle de bain que je voyais un Chip… » Je soupirais, baissant le regard sur ma viande. « Paaaaa’ j’t’en prie… » « …nu comme un verre, la tête couverte de shampoing trottinant à vive allure vers moi en criant : papa. » Si j’avais pu à cet instant même, je me serais laisser mourir en mettant ma tête dans mon assiette, espérant que les petits pois s’infiltreraient dans mes narines et ainsi je pourrais mourir plus dignement que si la honte me rattrapait. J’entendais un ricanement, discret, relevant mon regard, je remarquais Yasmin la main sur ses lèvres qui me regardait. « Tu devais être adorable. » disait-elle en me souriant, mais j’avais peine à lui rendre son sourire tant mon envie de me cacher sous la table grandissait. J’avais pourtant demander à mon père d’être correcte, j’aurai espéré qu’il aurait tais ces souvenirs. « Il faut dire que Chip a toujours beaucoup aimé Neil. Pendant une année entière, il a tenu à s’habiller comme son père, à se coiffer comme lui, il n’acceptait rien si ce n’était pas toi qui le faisait n’est-ce pas chéri ! » J’entendais le rire de mon père, un rire contagieux en temps normal. « C’est bien vrai, le premier jour où il a décidé de m’imiter, je l’ai vu le matin arrivé vêtu d’une de mes chemises. On aurait dit qu’il portait un chapiteau tellement celle-ci était grande, il faut dire entre un adulte et un enfant de trois ans la différence est considérable. Quand j’ai voulu lui retirer la chemise, il a complètement éclaté en sanglot. Il a été à la garderie vêtue de ma chemise. Chérie, on a bien des photos de cette journée ? » Les albums photo, ce vieux truc qui sert plus de torture pour démontrer comment on a l’air idiot. Je détestais les séances spéciales accordé à la contemplation de photo de mon enfance. À croire que mes parents aimaient tout photographier. On avait un nombre incalculable d’album, illustrant chaque parti de notre enfance à Skye et moi. Par chance, j’avais mon arme secrète, les albums de mes parents que j’avais pris soin de numérisé pour garder en archive. Un jour qui sait ça pourrait toujours me servir ! « Oui, on doit avoir des photos de ce moment. On pourra toujours les regarder après le repas, si tu le veux bien Yasmin. » « Oui madame. » Je jetais un regard à mon amie qui me souriait. « Non, mais le père de Yasmin est photographe, elle veut sans doute pas voir vos photos d’amateur. » Je tentais le coup, espérant qu’elle ne voudrait pas réellement voir ces photos. « Au contraire, j’ai bien envie de voir à quoi tu ressemblais bébé. » C’était raté… Ne pouvant contrecarré ce complot, je me décidais à manger ce qu’il y avait dans mon assiette…

Le plat principal terminé, j’avais aidé ma mère à débarrasser la table, alors que mon père continuait de parler relatant des souvenirs plus embarrassant les uns que les autres. « N’échappe pas les couverts. » disait ma mère, alors qu’elle me suivait jusque dans la cuisine. Je déposais le tout près du lave-vaisselle. « Elle est vraiment adorable la petite voisine. Tu l’aimes bien non ? » Passant la première assiette sous l’eau avant de la mettre dans le panier, je me figeais me tournant pour regarder ma mère qui me souriait. « Maaaam’n ! » Ce soir c’était vraiment ma soirée pour l’accentuation du a, démontrant mon embêtement vis-à-vis de la situation. « Chippy, mais c’est que tu as les joues rouges. » Je restais un moment stoïque, regardant ma mère sans comprendre ce qu’elle insinuait. Sans me laisser le temps de réagir, elle passait ses bras autour de moi et me serrait contre elle appuyant sa joue contre ma tête. « Tu grandis si vite. » Ouais c’était relatif, pour mon âge j’étais plutôt petit… « Quel joli spectacle. » Je tournais mon regard pour apercevoir Skye entrant dans la cuisine avec le reste de la vaisselle sale. « Mais laisse-moi. » disais-je à l’intention de ma mère qui me serrait toujours contre elle. M’éloignant, je la voyais humecter ses doigts pour venir replacer une de mes boucles rebelles en me souriant. « Faite vite, j’ai fait votre gâteau favori. » Oui avec mon frère on était différent, mais au moins on avait la même chose en commun, on aimait le même gâteau. Le New York Cheesecake. Je continuais de passer la vaisselle sous l’eau, les donnant à Skye pour qu’il les place dans le lave-vaisselle. « Drôle de soirée. » Je tournais ma tête pour regarder mon jumeau qui me souriait. « Une torture tu veux dire. » Je ne savais pas ce qui prenait à mes parents, mais ils semblaient prêts de relater toute ma vie en une seule soirée. Pourtant, ce n’était pas la première fois que Yasmin venait à la maison. Rester pour manger, oui, mais sinon elle passait pour venir nous chercher et allez jouer avec elle. J’étais persuadé que mes parents complotaient pour une raison que j’ignorais encore, mais l’éventualité qu’ils nous voient ensemble n’était pas à exclure. Sauf que, je ne ressentais rien pour Yasmin, en fait les filles en générales, ni même les mecs. Disons que je ne m’en préoccupais pas, quand on jouait tout le monde était égaux. « Je préfère pas imaginer tous ce qu’ils vont raconter. » disais-je en fermant le robinet et me tournant pour regarder Skye. Je l’enviais d’être plus grand que moi, mais je pouvais toujours espérer grandir encore. « Ouais… Je crois que je vais surtout éviter de ramener ma première copine à la maison. » Je laissais un rire m’échapper, si c’était ainsi à chaque fois qu’on ramenait une fille à la maison, on pouvait être certain que nos relations ne dureraient jamais au-delà de ces dîners. « Mais qu’est-ce que vous faites tous les deux ? » Notre mère entrait dans la cuisine allant chercher le gâteau dans le réfrigérateur et nous poussant pour retourner dans la salle à manger. « Vous étiez parti vous cachez ? » Mon père semblait vraiment prendre son pied, je prenais place face à Yasmin qui abordait un large sourire. Murmurant un « désolé » elle balayait mon mot d’un signe de la main. Elle semblait s’amuser aussi, ce qui était d’autant plus embarrassant. Je savais qu’elle s’amuserait à me sortir ces archives tôt ou tard. Ce n’était vraiment pas à mon avantage qu’elle connaisse tout ça sur moi ! « Alors qu’est-ce que je racontais ? » « Vous parliez de Noël. » Pourquoi l’encourageait-elle ? « Ah oui ! Les garçons ont longtemps cru au Père Noël, ils avaient neuf ans quand ils ont cessé d’y croire, n’est-ce pas ? » demandait-il en posant son regard sur ma mère qui acquiesçait d’un mouvement de la tête tout en coupant la première part de gâteau. « Et on l’a découvert en surprenant notre père en train de manger les biscuits la nuit de Noël. Il a ri comme le Père Noël, mais il avait zappé qu’il ne portait pas de costume comme à l’habitude. » « Je me souviens, tu m’as dit lorsqu’on s’est vu par après que Noël c’était que mensonge. » ajoutait Yasmin, me décrochant un sourire, alors que toute la tablée se mettait à rire. Je pouvais au moins dire ça, chez nous le rire était facile et contagieux. Ma famille était plus importante que tout et même si j’avais honte de mon père à cet instant, je savais qu’il ne voulait pas à mal. « C’est vrai que cette année-là, j’avais été plus négligeant, mais votre mère avait oublié le costume chez le nettoyeur et pour une fois vous ne dormiez pas dans le salon. » Il se tournait vers Yasmin, et je savais déjà ce qu’il allait raconter. « Vois-tu ces deux là ont très vite eu envie de voir le Père Noël, à croire que les parades et le centre d’achat ne leur suffisait pas. Vers quatre ou cinq ans, ils ont commencé à aller en cachette dormir dans le salon. On les couchait tôt, mais on a découvert qu’ils sortaient de leur chambre en douce pour aller se coucher près du sapin. Mettre des cadeaux sous l’arbre avec eux dans les pattes, c’était une mission impossible, mais on n’osait pas les réveiller. Ils semblaient si paisibles, donc on les laissait dormir là. » Et je me souvenais de la déception que mon frère et moi éprouvions en découvrant qu’on s’était endormi sans avoir pu voir l’homme barbu du Nord. À chaque année, je voulais le remercier pour les cadeaux de l’année précédente. J’avais très souvent ce que je demandais sur ma liste pour le Père Noël. Et ce que je préférais, c’était la chaussette accrochée à la cheminé. Elle était toujours remplie, débordant de bébelles en tout genre. Je crois que c’est encore ce que je préfère. « Vous deviez être adorables ! » Je regardais Yasmin qui semblait être sous le charme du cuteness des twins Danvers durant notre enfance. « Ils ont toujours été adorables mes bébés. » On entendait la nostalgie dans le son de la voix de notre mère. Je piquais ma fourchette dans le gâteau pour le porter à ma bouche. Miam.

À peine avais-je mit la première bouchée du gâteau dans ma bouche, que j’entendais la voix de ma mère : « Ça me rappelle lors de leur premier cours de ballet. » Damn it ! Je manquais d’avaler ma boucher de travers, toussant plusieurs fois et buvant une gorgée de lait pour faire passer le tout. Je voulais bien qu’on parle de moi nu sortant du bain, mais hors de question qu’on parle de cette période de ma vie. J’avais fait du ballet durant quatre années, ma mère désirait tant qu’on suive des cours… Je préférais de loin la gymnastique, mais je n’avais pas vraiment mon mot à dire à cette époque… Au moins, j’avais Skye qui me tenait compagnie, mais on restait très peu de garçon dans ces disciplines. « Ça va mon chéri ? » J’acquiesçais, le regard rempli de larme. Je toussais une nouvelle fois, baissant mon regard sur mon assiette. Je craignais le pire pour les prochaines minutes. Option un, mourir de honte avec les souvenirs que ma mère allait raconter. Option deux, m’étouffer avec le gâteau… L’une comme l’autre me semblait tout à fait plausible et hypothétiquement réalisable. Je sentais encore le goût du fromage dans ma gorge, me versant un autre verre de lait pour changer le goût. « Ils étaient adorables dans leur maillot de danse. Skye semblait tellement excité à l’idée de commencer, mais Chip lui faisait comme toujours il voulait faire plus que les autres. Le professeur n’avait pas encore commencé le cours, qu’il était déjà là faire des pirouettes et sauter partout. » Au moins, ça résumait bien la différence entre mon frère et moi. Je jetais un regard suppliant à ma mère pour qu’elle ne continue pas son histoire. « Il était tellement à fond dans ce qu’il faisait, qu’il n’a pas vu le miroir. Mon petit Chippy a foncé droit sur celui-ci. » Ce n’était pas la première fois qu’elle utilisait ce surnom devant mes amis, mais j’en ressentais toujours autant d’embarras en la voyant le dire avec tant de tendresse. Je posais ma main sur mon front, accablé par cette soirée. On ne pouvait pas parler de Skye aussi ? Ce serait bien… « Il s’est tout de suite mit à pleurer et son frère fit de même, pourtant Skye ne s’était pas fait mal. » C’est vrai que pendant longtemps on faisait cela, aussitôt que l’un de nous deux se faisait mal on pleurait avec l’autre. Avec les années ça s’était arrêté, peut-être que Skye en avait marre de toujours pleurer comme je passais mon temps à me faire mal. Repoussant mes limites, je désirais tellement faire toujours plus dans tout, que je finissais bien souvent plus amocher qu’autre chose, mais je tenais bon. Rien ne pouvait vraiment m’arrêter. Si j’arrivais à surpasser mon objectif, j’étais heureux. Et bien que le ballet ne fût pas trop ma tasse de thé, j’avais toujours voulu arriver à faire plus, me surpasser une fois de plus et c’était pareil pour la gymnastique. D’un sens si je n’avais jamais fait cela, aujourd’hui je ne serais pas si agile. Aimant bien épater la galerie en faisant quelques salto arrière et ça m’avait aidé dans d’autres disciplines. « Tu te souviens chérie quand ils ont eu leur premier spectacle ! » Ma mère se mettait à rire doucement, je ne savais pas trop si on devait bien le prendre ou non… « Ils étaient tout ce qu’il y a de plus adorable dans leur costume d’animaux. » « Et c’est Skye ou Chip qui avait perdu un chausson ? » On voyait sur le visage de ma mère ce moment de réflexion apparaître. Aurait-elle oublié un moment de notre vie ? J’en doutais fort, elle saurait se souvenir de lui prolongeant notre calvaire. Je ne savais pas trop si Skye aimait cette partie de la soirée, mais en tout cas son sourire semblait s’être effacé. Je lui adressais un regard qu’il n’esquiva pas et en même temps on se frottait le front. « Vous faites le même geste. » s’exclama Yasmin, qui se mit à rigoler, alors qu’on semblait étonné. Je posais mon regard sur ma main. « Vous ne saviez pas que vous faite ça parfois ? » continua-t-elle en souriant. « Euh non. » répondait mon frère, alors qu’on se regardait mutuellement comme si on ne comprenait pas ce qui se passait. « Si vous le faite souvent même. » Je tournais mon regard pour voir mon père nous sourire. Sûrement encore un truc de jumeau. Ce n’était pas rare qu’on nous dise des choses dans ce genre, les jumeaux ont tendances à faire ça ou ça… Je n’étais pas trop certain si c’était du fait qu’on soit jumeau qui causait cela, peut-être simplement parce qu’on avait passé notre vie ensemble ? Après tout on avait toujours été ensemble et cela depuis la création. Même si on était dans deux sacs amniotiques, qu’on avait chacun notre placenta, on avait grandi dans le même ventre. Plus jeune nos parents avaient dû nous expliqué pourquoi on ne se ressemblait pas, pourquoi on disait qu’on était de faux jumeaux. Il a un terme pour cela, dizygote. On ne partagerait pas les mêmes chromosomes. Comprendre tout cela, n’a pas été chose aisé, mais on y est parvenu. On devait simplement comprendre le terme « faux jumeaux » ça ne voulait pas dire que nous ne l’étions pas, mais seulement que physiquement on n’était pas identique, ce qu’on ne pouvait pas cacher. On pouvait passer pour deux frères, mais jumeaux… Et pourtant, c’était le cas, on avait juste évité de porter les mêmes vêtements de différentes couleurs. « J’ai jamais fait gaffe. » disais-je en mangeant une autre bouchée de gâteau. « Moi non plus. » renchérissait Skye, mais on savait tous les deux que maintenant on allait faire attention à cela. Des plans pour qu’on surveille nos moindres faits et gestes !

On avait fini de manger, me levant je débarrassais une nouvelle fois la table, cette tâche étant accordé à mon frère et moi la plupart du temps. « C’était très bon, madame Danvers. » disait Yasmin alors que je retirais son assiette de devant elle. « Apelle-moi Amaryllis. » Mes parents ont toujours été du genre sociable et chaleureux, nos amis étant toujours bien accueillit – et encore plus si dans leur espoir on pouvait ramener une petite amie, j’étais de plus en plus certain que ma mère voyait cette éventualité naître en nous regardant Yasmin et moi. Seulement, on n’était pas les amis éprouvant de tel sentiment l’un envers l’autre. « Tu as besoin d’aide ? » me demandait-elle. « Ça va. » répondais-je en prenant la direction de la cuisine pour finir ce que j’avais commencé entre le plat principal et le dessert. Ouvrant la porte du lave-vaisselle avec mon pied, je nettoyais les derniers couverts pour les placer dans la machine. « Tu aurais pu l’invité depuis un moment. » Je tournais la tête pour voir mon père arriver dans la pièce tenant le plateau à gâteau. « Ça n’adonnait pas c’est tout. » disais-je en fermant l’eau du robinet. J’aimais mon père, mais je pouvais aisément prédire son discours. Il suffisait que je regarde son regard. « Ne cherche pas, on ne sort pas ensemble. » Mon père levait les mains en l’air, après avoir déposé le plateau sur le comptoir, et d’un air innocent il disait : « Je n’ai rien dit, mais elle te plait bien ? » Je plissais les sourcils. « Je ne m’intéresse pas aux filles. » « Oh ! » La boulette… Je sentais mes joues devenir chaudes, elles devaient avoir pris une teinte cramoisie. Je secouais mes mains devant moi. « Non c’est pas ce que j’ai voulu dire. » affirmais-je en baissant le regard. « C’est juste que je cherche pas à avoir de copine… Désolé. » Après à douze ans c’est normal, non ? Je n’avais jamais été le mec qui a des petites copines étant jeune, je n’avais même jamais embrassé une fille, pas même pour tester un bisou. Il approchait de moi, posant sa main sur mon épaule : « Ça viendra, tu es encore jeune. C’est normal. À un moment, tu seras près et qu’importe ton choix ta mère et moi t’aimerons toujours. » Je relevais mon regard vers lui, fronçant un sourcil, certes je ne m’étais jamais penché sur la question à savoir quel était mon orientation, mais bon physiquement je ressentais plus d’attirance pour les filles que les garçons. Je n’étais pas prêt à m’intéresser à des filles de cette façon… Je n’étais peut-être pas normal ? Peut-être que j’étais attiré par les garçons sans le savoir ? En tout cas, mon père semblait insinuer cela, restait à savoir si c’était le cas. Je finissais par adresser un sourire à mon père, qui me répondait d’un sourire serrant un peu plus mon épaule. Sans ajouter un mot, je retournais dans la salle à manger, je pensais y trouver Yasmin m’attendant, mais elle n’y était pas. Il n’y avait plus personne, avançant dans la maison, je croisais Skye. « On se voit plus tard, je sors. » J’acquiesçais d’un signe de la tête, le regardant sortir et reprenant la quête qui était destiné à trouver ma meilleure amie. Des rires parvenant du salon m’interpellèrent et je me dirigeais vers ceux-ci. Je m’attendais à tout, cette soirée prenait une tournure plutôt inattendu. En général, Yasmin passait me prendre à la maison et on partait jouer dehors, mais là mes parents semblaient bien déterminer à la garder avec nous. J’aurais peut-être dû dire qu’on accompagnait Skye à l’extérieur, mais il semblait être trop tard, elle était prisonnière des griffes de ma mère. Je la retrouvais assise sur le canapé à regarder un album photo. « Ici on était chez les parents de Neil, c’était pour l’anniversaire des jumeaux… » Elles ne semblaient même pas réaliser que je me trouvais dans la pièce. Je poussais un soupir, me laissant tomber dans le canapé devant eux. En m’assoyant, je remarquais que Yasmin relevait son regard vers moi, m’adressant un sourire. « Je vous savais mignon, mais tu ne m’avais jamais montré cet ensemble ! » Yasmin m’avait vu sur plusieurs coutures, comme elle était une voisine, habitant quelques maisons plus loin, on la connaissait depuis plusieurs années déjà. Elle sortait la photo de l’album pour me la tendre. Sur le cliché j’étais vêtu d’un gros pull vert avec un reine tricoté qui avait une tête plus grosse que la mienne et Skye lui avait eu droit au bonhomme de neige. On ne devait pas avoir plus de deux ans, si ce n’était deux ans pile. « Je me souviens de ce jour… » Une main prenait la photo que je tenais, suivant du regard le geste, je croisais le visage e mon père qui semblait nostalgique à son tour. « C’est la première fois qu’ils ont déballer leurs cadeaux sans aide et ils ont tenus la conversation à leur grand-mère sans arrêt. Je ne me souviens plus sur quel sujet, mais ils avaient de la parlotte ce jour-là. On a eu de la difficulté à les faire s’asseoir pour souffler les bougies de leur gâteau. » Je regardais mon père, pinçant mes lèvres, je savais que peu de temps après ce moment sa mère était tombé malade. Je n’avais pas tant connu ses parents contrairement à la famille de ma mère qui je voyais plus régulièrement – si ce n’était pas pour dire que je les voyais dans ma soupe ! « Oh mais c’est splendide ! » Je tournais mon regard pour voir Yasmin qui semblait émerveiller devant d’autres photos. « Oh oui, c’était durant notre voyage en Laponie, on avait amené les garçons voire le village du Père Noël. C’était leur premier voyage. » J’étais trop jeune pour m’en rappeler, mais on avait des photos accrochées dans l’escalier menant à l’étage, parmi tous les autres cadres photos de famille. J’avais dû aimer ce voyage puisque j’étais toujours souriant sur chacune des photos. Qui pouvait se vanter d’avoir été en Laponie ? « Tu as déjà nagé avec des dauphins ! » « Euh ouais, je te l’avais pas dit ? » Elle me faisait un signe de négation avec la tête regardant plus attentivement les photos. Ça devait être lors de notre voyage à Riviera Maya. J’avais eu la chance de voyager, mes parents ne nous limitaient pas à d’autre région du pays, on partait à l’étranger au moins une fois par année. Du moins quand j’étais jeune, jusqu’au moment où mon père achète un chalet dans le Vermont. On y passait les vacances d’hiver là-bas et mon père ne pouvait pas avoir autant de congé comme il était devenu PDG d’une des nombreuses entreprises appartenant à mon grand-père. Je souriais en regardant Yasmin qui semblait s’émerveiller devant nos photos. Ça n’avait rien à voir avec le travail de son père, j’avais vu ses photos, c’était incroyable. Nous on devait avoir des focus fait au mauvais endroit, des fronts coupés ou bien des ciels plus présents que nos visages. Ça avait son charme, mais bon. Puis, je sentais le regard de mes parents se poser sur moi, mais quand je regardais ma mère elle me souriait et détournait le regard pour le porter sur l’album. « Oh ça c’était dans un temple, Chip s’était perdu et on venait de le retrouver. Pourquoi on a une photo de ça ? » Je voyais mon père sourire. « Ça nous faisait un souvenir de plus. » « Paaaaaaaaaaaaaaaaa’ » Décidément mon père ne ressemblait pas à l’homme qu’on pourrait croire quand on le voyait au sein de l’entreprise. « C’est toi qui avait dit vouloir jouer Indiana Jones, tu vois tu as rayé cette option après cela. » Seriously ! Je lui lançais un regard qui en disait long, le faisant éclater de rire.

Les pages de l’album avaient continué de tourner, ma mère en avait même sorti un second. Ils semblaient bien partis pour faire le tour, je sentais déjà mes jambes se mettre à bouger. Je n’allais pas pouvoir rester bien plus longtemps assis à les regarder s’exclamer et passer des commentaires sur des photos. Je me levais. « Je reviens. » disais-je en prenant la direction de l’étage. En montant les marches, je jetais un coup d’œil aux photos exposées. Je passais tellement souvent dans cet escalier, que je ne prenais même plus le temps de regarder celles-ci. Elles faisaient partie du décor au point tel que je les avais oubliés. Mon regard se posait sur une photo où j’étais couvert de terre sur les joues et le front, un large sourire entre ma mère et un homme d’un certain âge, mon grand-père maternel. C’était la première fois que je travaillais pour son entreprise. Il avait fondé une multinationale à partir de rien. C’était parti d’un homme aimant la botanique, qui avait passé sa vie à travailler dur. Commençant comme simple fleuriste pour ses parents, puis développant une entreprise de paysagiste et il avait connu ma grand-mère qui se passionnait pour les plantes médicinales et il se lança dans le domaine pharmaceutique. Ma famille possède plusieurs entreprises partout au pays, mais aussi dans le monde, mais on reste discret. On a toujours été ainsi. Mes grands-parents n’ont jamais possédé une immense demeure et c’est pareil pour mes parents. On a simplement un jardin gigantesque, le plus gros de toute la rue… Mais sinon, on semble assez modeste, mais en réalité j’ignore la fortune globale de ma famille. Je regardais le visage de mon grand-père, il avait toujours voulu m’amener sur le terrain, me montrer le métier de paysagiste. Sur la photo, je n’avais que dix ans, j’avais commencé jeune, mais puisque je n’étais jamais seul et que je servais surtout pour l’entretien ainsi que le plantage, je n’avais pas besoin d’être diplômé. Je devais simplement suivre les directives qu’on me donnait. Il me payait en cornet de glace, comme mon frère on avait grandi avec des plantes, on s’avait depuis notre jeune âge s’en occupé, mais je ne me voyais pas en faire mon métier plus tard. Je devais bien avouer, que je ne savais pas comment le dire à mes parents. Je voulais voler de mes propres ailes ! Depuis que j’avais commencé à aller entretenir le jardin présidentiel avec une équipe de mon grand-père, j’avais su que je voulais devenir président… Ou pas, non, je ne me voyais pas comme un leader qui gouvernerait, mes aspirations étaient moins louables, moins fantasques. Je ne savais pas encore ce que je désirais faire, mais j’avais encore le temps d’y penser. Je gravissais les quelques marches restantes, me dirigeant vers ma chambre, enfin pour dire plus précisément celle de mon frère et moi. En poussant la porte, je regardais ma chambre vide et le soleil qui se couchait à l’horizon à travers ma chambre peignant les murs d’un orange crépusculaire. Le temps ce soir avait passé à une vitesse folle. Je m’assoyais sur le lit de mon frère, je ne savais pas trop pourquoi j’étais monté. Le sentiment que je devais bouger, me changer les idées, une période trop longue assise sans doute. Je passais une main dans mes cheveux. Je me relevais pour me diriger vers la salle de bain et lorsque j’en ressortais, je tombais sur Yasmin qui m’attendait dans ma chambre. « Tes parents sont sorti. » On était donc tous les deux seuls dans la maison. Il ne faut pas croire qu’il allait se passer quelque chose. « Ils sont vraiment gentils. » Je souriais, glissant mes mains dans mes poches. « Oui. Un peu chiant quand ils s’y mettent, mais je les aime beaucoup. » Elle rigolait, mais je savais qu’au fond d’elle, elle devait envier ma famille. Elle n’avait jamais connu sa mère et son père était souvent absent. Vivre avec ses grands-parents ce n’est pas comme vivre avec ses parents. « Tu sais, tu peux venir à la maison quand tu veux. » Ce n’était pas moi que ça allait déranger, elle s’entendait bien avec Skye et mes parents l’apprécier. Elle me souriait. « Merci Chippy. » Je me prenais le visage entre mes mains. « Argh… Tu vas pas t’y mettre aussi ! » Elle rigolait une fois de plus. « C’est mignon. » J’écartais mes doigts pour la regarder. « C’est horrible on dirait une marque de chocolat… » « Ne me fait pas t’appeler Chipits ! » Mes mains retombaient le long de mon corps, l’expression de mon visage changea immédiatement de l’embarras, il devait démontrer mon dégoût, déconfit à cette idée qu’elle m’attribut ce surnom horrible. « T’es pas sérieuse ? » « Oui, tout ce qu’il y a de plus sérieuse. » Je grimaçais, je savais qu’elle remettrait ce surnom sur le tapis à tout moment. Mon regard se posait sur quelque chose qu’elle tenait dans sa main. « Qu’est-ce que… » « Oh ! Ta mère m’en a fait cadeau ! » Elle me montrait une photo de nous deux, à voir le décor derrière nous on devait être chalet. « Je ne l’avais jamais vu. » Je souriais. « Et si on allait finir cette soirée dehors, tu dois bien vouloir te dégourdir les jambes ! » Je passais mon bras tour de son cou. « T’as pas idée ! »

Me laissant tomber sur le balcon, je laissais mes jambes s’étendre dans les marches, appuyant mes bras sur les lattes de bois, et regardant Yasmin prendre place sur une des marches. On venait de passer quelques heures à jouer, la nuit était tomber et malgré qu’on soit dans une métropole, on arrivait à voir quelques étoiles. Très peu, certes, mais présentes. Je portais mon regard sur celles-ci : « Je me demande s’il y a d’autre civilisation… » « Tu cherches une explication à ta naissance ? » Un rire m’échappait, me redressant, je la poussais doucement suite à cette plaisante. « Eh bien voilà que ça fait déjà des disputes. » Je tournais mon regard pour voir mon père et ma mère revenir. « Hop hop, poussez-vous et laissez-nous monter. » On se décalait pour leur faire de la place. « Vous désirez boire quelque chose ? Je peux vous l’amener. » proposait ma mère en nous souriant. « Moi ça va. » « Moi aussi, merci quand même. » On lui souriait. « Très bien. Chip ne rentre pas trop tard. » « Non, mais je vais aller reconduire Yasmin chez elle avant de rentrer. » Elle acquiesçait, avant de suivre mon père à l’intérieur de la maison. « Quand je serai de l’âge de ta mère, j’aimerais lui ressembler. Ils semblent tellement heureux. » Et pourtant, ce n’était pas toujours le cas. Quand il y avait des disputes entre eux, il était préférable de ne pas se trouver dans la même pièce qu’eux. « Tu flash sur mon père ? » Je voyais les joues de ma meilleure amie devenir rouge, avant qu’elle me pousse à mon tour, me faisant éclater de rire. « Pourquoi vous riez ? » Je reconnaissais la voix de Skye. « On se demandait de quelle planète tu venais ! T’es trop grand pour être humain. » Je continuais de rire, alors qu’il prenait place avec nous sur les marches. « Tu parles, tu t’es vu. Fallait manger tes croutes ! » Je basculais la tête vers l’arrière riant de bon cœur. On aurait pu prendre un millier de photo, c’était ce genre de moment que je préférais. « Hey une étoile filante ! » disais-je une fois que j’avais ouvert les yeux, pointant le ciel. Tous trois on portait notre regard vers le ciel, observant le point lumineux. « Idiot, c’est un hélicoptère ! » « Oh. » « C’est déjà une bonne chose, tu n’as pas dit que c’était un ovni. » Je pouffais de rire, accompagné de mon frère et Yasmin. Non, vraiment pour rien au monde je voudrais échanger ces moments. C’était sans prise de tête, de simple moment où on se permettait de délurer sans réfléchir, riant. « On sait pas il venait peut-être le rechercher pour lui greffer de nouvelle jambe et ainsi le rendre plus grand ! » Yasmin continuait le délire, en ajoutant toujours plus. « Arrête, je vais me faire pipi dessus ! » J’en avais mal au ventre, les larmes naissant à coin de mes yeux. « Chippy va faire pipi ! » Essayant de me retenir de rire, je voyais dans le regard de mon jumeau l’éclat d’un rire. « Bon je devrais rentrer, sinon on va se demander où je suis. » Lui adressant un sourire, on se levait tous les trois pour se diriger vers la maison de Yasmin. Certes, elle n’habitait pas bien loin, mais valait mieux pas prendre de chance. Je n’avais pas faire deux pas, que je me mettais à faire une roue, puis une seconde. « Ton frère ne sait vraiment pas marcher comme tout le monde. » « Je te le dis c’est lui ET, il a même la grandeur. » Je me redressais. « Hey je vous entends ! » Pointant mon frère du doigt : « ET téléphone maison !! » disais-je en prenant une voix fausse ne ressemblant rien au personnage de Spielberg. Mais c’était vrai, c’était plus fort que moi, depuis que j’avais appris la gymnastique, j’en faisais dès que je pouvais. Ça me permettait de m’entraîner, garder la forme puis que je ne faisais plus de ballet contrairement à mon frère. « Merci de m’avoir raccompagné. On se voit demain ! » « Bonne nuit Yas’. » disions-nous en cœur, la saluant avant de retourner chez nous pour aller nous coucher.

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.


Dernière édition par Chip Danvers le Lun 12 Juin - 16:12, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 619
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 9:06

You want to make a memory part two
#friendship forever

I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun. Arrivé à un certain point, l’apprentissage de nos parents ne suffit plus à grandir, on doit voler de nos propres ailes, vivre nos propres erreurs pour ainsi continuer de grandir. Ces moments, on les partage bien souvent avec nos amis, ces expériences qu’on désir garder secrètes, mais qui détermineront quel adulte nous deviendrons. L’influence qu’à une amitié peut amener à changer quelqu’un en bien comme en mal, il faut simplement trouver ceux qui nous ferons nous épanouir sans pour autant nous détruire. Le chemin s’annonce ardu, certain resteront près de nous, d’autres partiront et quelques rares deviendront notre pilier, une seconde famille. « Tu te magnes ! » J’enfilais mon boxer, mon portable coincé entre mon oreille et mon épaule, sautillant sur place espérant presque m’habiller plus rapidement en agissant ainsi. « C’est bon, je te rejoins là-bas. » disais-je finalement en laissant mon portable glisser et l’attrapant avant qu’il ne touche le sol. Soulagé d’avoir évité la catastrophe, je me passais la main sur mon front. « Je te texte dès que je pars de chez moi. » « T’es mieux ! » Roulant mon regard vers le ciel, je terminais mon appel avec mon meilleur ami. La porte de ma chambre s’ouvrait et je me tournais pour voir Yasmin. « Merde tu pourrais pas cogner ! » « C’est pas pire que si je te voyais en maillot de bain ! » Je la regardais découragé passant ma langue sur mes dents, avant de secouer légèrement la tête pour continuer d’enfiler mon jeans, puis mon t-shirt. « Tu sais si Skye sera à la fête ? » Sortant ma tête de l’encolure de mon t-shirt, je me passais une main dans mes cheveux bouclés tout en portant un regard à ma meilleure amie. « Sans doute, il m’a dit qu’il viendrait. » Depuis notre entré au lycée, on pouvait nettement affirmer qu’on avait pas la même gang d’amis, encore moins depuis que j’avais redoublé. Deux ans que je me retrouvais dans une classe plus jeune que mon âge. Ça ne me dérangeait pas plus que ça, puisque j’étais sans la même classe que Yasmin, mais avec Skye on avait simplement prit plus de distance. Certes on se voyait toujours à la maison, on se textait, mais quand on a pas les mêmes amis, on se retrouve à moins faire de chose ensemble. Je pouvais dire ce redoublement me faisait foutrement chier, rien qu’à y penser je me souvenais de la voix de mon père quand il avait vu mes notes cette année. « Tu plaisante ! » Avait été ses premiers mots. Il faut dire que mon hyperactivité m’avait toujours nui dans mon apprentissage. Il avait donc voulu voir mon professeur principal. « Chip est doué quand il s’agit du sport, je suis certain qu’il pourrait mettre ce même intérêt dans ses autres cours, mais il semble toujours distrait. Il rend ses devoirs en retard et souvent inachevé, ses examens ne sont malheureusement pas bien plus étoffés. » C’était ce qu’il avait dit à mes parents, ce qui ne leur avait pas plu. Ils auraient pu s’arranger pour que je puisse passer mon année, mais ce fut ma punition. Je devais apprendre de mes erreurs et bien sûr j’avais été mis sur le banc de touche quant à mon poste de quater back de l’équipe de football. Le coach ne pouvant pas me prendre dans l’équipe avec des notes aussi déplorables. Seule Yasmin avait été contente de mon redoublement. Je me retrouvais donc le plus vieux de la classe et tous mes amis que j’avais connu avant mon redoublement se retrouvait à l’université. Je me sentais légèrement seul, enfin façon de parler, puisque j’avais toujours été le mec qui parle à tout le monde et qui ne laisse personne derrière. Pouvais-je me qualifié de populaire ? Je ne m’étais jamais décrit ainsi, mais je ne me voyais pas non plus comme un loser. J’étais plus un entre deux, mais ça ce n’était que mon avis. « Ah. » Je me tournais pour regarder Yasmin assise sur mon lit, ce que je venais de dire semblait ne pas lui plaire plus que cela. « Si tu veux je le text pour savoir. » Personnellement, que mon frère soit là ou pas, ça ne changeait pas grand-chose à ma vie, je le verrais tout de même demain matin en me levant. Le meilleur moment ! Il avait toujours une tronche affreuse en se levant ! « Non, ça va. » Elle me souriait, mais je voyais bien que celui-ci sonnait plus faux qu’autre chose. Haussant les épaules, je glissais mon portable dans la poche de mon jeans et prenait mon blouson Levis. « On y va ? » Suivant Yasmin, je dévalais les marches pour arriver à la porte. « Tu sors ? » Me tournant, je voyais mon père apparaître dans le couloir essuyant ses mains avec une serviette. « Euh… Ouais je vais étudier chez Yas’. » mentais-je, sachant très bien que si mon père savait que j’allais à un party un soir de semaine, il mettrait ma tête sur le bout d’une pique avant que j’aie pu dire un mot pour me sortir de cette situation. « C’est vrai ? » demandait-il en regardant ma meilleure amie, qui me jetait un coup d’œil. « Oui, monsieur Danvers. » Il nous observait tour à tour, puis retournait dans la cuisine. « Ne rentre pas trop tard. » Je me mordais la lèvre, poussant Yasmin à l’extérieur de la maison. « Tu m’avais pas dit que tu pouvais pas sortir, Chippy ! » Elle me frappait l’épaule. « Aïe ! » disais-je en me frottant le bras et la regardant. « Il aime pas savoir que je n’étudie pas… Mais ce qu’il ne sait pas, ne lui fait pas de mal. » « Chip, si ton père sait, tu vas être vraiment privé de sortie un de ces jours ! » Rendu-là j’aviserai, voilà ce que je me disais toujours. Et puis c’est pas comme si je pouvais redoubler encore ! Si ?

Montant dans la voiture de Yasmin, je posais mes pieds sur le tableau de bord. « Te gêne pas ! » Laissant ma tête tomber sur mon épaule, je lui adressais un large sourire. « Tu feras ce que tu veux quand j’aurai une voiture. » Si un jour mon père daignait m’en acheter une. Ce qui n’était pas gagné d’avance ! Elle poussait un soupir et je savais que j’avais gagné cette manche. Se mettant en route, je sortais mon portable de ma poche envoyant un sms à Lyam : « J’suis en chemin » J’avais tenu promesse en lui envoyant ce message texte court et précis, une fois appuyé sur envoyé, je remettais mon portable dans ma poche, puis j’allumais la radio. Mes pieds comme ma tête se mettait à se dandiner au son de la musique, bien que je ne disse à personne que je savais danser, seule Yasmin était au courant, il m’arrivait que la musique m’emporte et je me retrouvais à faire quelques pas. C’était encore plus fréquent que j’avais mes écouteurs dans mes oreilles, certains se mettent à chanter au lieu de faire du lip sync, moi je faisais des pas de danse. On arrivait devant la maison où avait lieu le party, se stationner allait être une chose ardue, mais on trouvait une place un peu plus loin dans la rue. L’endroit était déjà bien occupé, la musique ambiançait la rue. Je saluais quelques têtes que je reconnaissais, et avec Yasmin on entrait dans la maison, nous arrêtant à l’entrer. Il y avait plus de gens que pouvait vraiment supporté la maison. « Allons-nous chercher à boire. » disais-je à l’oreille de ma meilleure amie et prenant les devants, elle glissait sa main dans ma main pour qu’ainsi on éviter d’être séparé. Un geste tout ce qu’il y a de plus anodin. Ce n’était pas parce qu’on se tenait par la main qu’on était en couple ! Je savais qu’elle avait un petit ami – ou tout du moins en avait eu un, même si elle se refusait de me dire qui s’était prétextant que je ne le connaissais pas, ce que je n’étais pas totalement convaincu. Je n’allais pas non plus la forcer à m’en parler si elle ne voulait pas le faire ! On avait simplement toujours été très démonstratif, beaucoup pensait qu’on était un couple, mais non. Je l’avais toujours vu comme une sœur, et c’était certain que ça ne changerait jamais. Je ne pensais pas non plus qu’elle en éprouvait pour moi, n’étant pas du tout son genre de mec ! On avait à peine mit les pieds dans la cuisine où j’étais certain qu’on pourrait se trouver un verre, que j’entendais mon prénom. Dur d’esquiver quand tu t’appelles Chip… « Moi je dis que Chip peut vous mettre la pâtée ! » On m’empoignait l’épaule me plaçant devant une table où un jeu de bière pong. « Allez t’es capable, ces mecs pensent que personne ne peut les battre ! » J’haussais un sourcil ne voyant pas trop comment moi je pourrais arriver à battre ce mec qui se tenait devant moi. Il avait le double de ma carrure et il était clair qu’il cuvait plus souvent qu’il réfléchissait. Je le détaillais, remarquant qu’il avait sans doute bu plus que je le croyais. « Ça marche ! » disais-je en voyant Yasmin arriver près de moi deux verres en plastique dans les mains. « Tu es certain ? » me murmurait-elle. « Ouais, il devrait pas tenir super longtemps. » Du moins je l’espérais, si je finissais ivre mort, jamais mon père me croirait après ça ! Et puis c’était bien la dernière chose que je désirais qu’il découvre, mes parents me tuerait s’ils savaient que je buvais abondamment durant les party et encore plus s’ils découvraient aussi que je me droguais, rien de bien fort. J’avais essayé diverses drogues, mais n’aimant pas le feeling, ayant l’impression de carburer à la caféine, je ne prenais rien de plus que des joints. Mais tout cela, je ne le faisais que durant des soirées comme celle-ci. Une question d’apparence ? Peut-être. Je ne cherchais pas à être cool, mais je trouvais ennuyeux d’être le seul à jeun, les délires ne sont pas les mêmes dans ces moments-là. La partie commençait et bien vite, je me mettais à mettre la pâtée au pauvre mec qui peinait à réussir un lancer. Il avait bu tous ses verres avant que je n’entame le second. Me tournant, je faisais un high-five à Yasmin après avoir pris le verre qu’elle m’avait gardé. Éclatant de rire, on s’éloignait et je me mettais à chercher mon meilleur ami du regard. Je savais qu’il serait un peu reclus, mais mon regard se posait sur mon jumeau. « Skye ! » criais-je, voyant ma best s’arrêter net en m’entendant crier. Il me faisait signe de la main, se faufilant vers nous. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Je le regardais, soulevant mon verre en guise de réponse. « La même chose que toi ! Et commence pas j’ai déjà assez de pa' ! » « Un jour il va découvrir ce que tu fais quand tu prétends étudier ou faire tes devoirs et je pourrai te dire, j’te l’avais dit quand il te punira. » Je laissais un sourire naître sur mes lèvres, j’avais dix-huit ans, cet âge où on est pas sérieux parce que tout ce qu’on désir c’est vivre notre jeunesse avant de devenir adulte. « J’aviserai rendu là ! » Après tout, je n’étais pas là pour me prendre la tête ! Passant près de mon frère, je continuais de me faufiler parmi la foule de fêtard. La musique semblait de plus en plus forte. Je remarquais Lyam et d’autre personne de ne notre petite clique, me tournant je voulais faire signe à Yas et mon frère de me suivre, mais ils faisaient des messes basses. Fronçant les sourcils, je ne cherchais pas à comprendre davantage. Les laissant parler entre eux, je me faufilais vers le petit groupe, me laissant tomber près de Lyam. « Yo. » disais-je avec un large sourire, saluant les autres de cette poignée de main qui était nôtre.

Yasmin s’assoyant sur mes genoux, je passais mes bras autour d’elle, appuyant mon menton sur son épaule. C’est sûr avec ce genre de geste, il est plus propice de croire qu’un jour on finirait ensemble, mais je continuais de dire que je n’étais pas intéressé à sortir avec quelqu’un. Ça n’avait pas changé, je n’étais même pas certain que ça changerait un jour. Célibataire me convenait très bien ! « Vous formez un joli couple. » Je posais m regard sur la fille assit devant nous. Un sourire se formait immédiatement sur mes lèvres, laissant Yasmin rire. « Quoi lui et moi ? On est pas un couple ! » J’approuvais en faisant signe que non de la tête. « Oh pourtant j’aurais cru à vous voir. » Ça m’amusait de voir ce qu’on laissait croire, mais je connaissais Yasmin depuis tellement longtemps maintenant qu’on avait une amitié hors du commun. Je ne pouvais pas la décrire, mais cette relation, je ne la vivais qu’avec elle. Je ne manquais pas d’amies filles, mais on était jamais aussi démonstratif et tactile. « Tu devrais vraiment te trouver une copine. » Tournant ma tête vers Lyam, je gardais ma joue appuyer sur l’épaule de ma best. « Nah… » J’avais tout ce qu’il me fallait, enfin si on prenait pas en compte le sexe… Ça c’était au point mort, mais je n’étais pas le mec le plus dégourdit quand il s’agissait de sexe… À croire que ma libido avait quitté le navire bien avant ma puberté ou elle ne s’était jamais rendu à bon port ! Je devais bien être le seul de notre petite clique qui n’avait jamais couché, mais ça me convenait très bien. Je savais aussi que Skye avait passé ce cap, aimant bien me le rappeler, ce n’était pas difficile de se souvenir. « C’est vrai Chippy, tu plaies bien ! Alors pourquoi te priver ? » Je relevais mon regard vers Yasmin qui avait tourné sa tête vers moi. « Je suis bien comme ça. Où est le mal ? » « T’as dix-huit et t’es puceau ! » Je me reculais pour regarder Skye assit de l’autre côté de moi. « Et ça dérange ? » disais-je avec étonnement. Je voyais pas le mal, ma vie sexuelle ne regardait que moi. « T’es toujours puceau ! » En voilà une qui venait d’arriver en ville… Je la regardais, elle semblait encore plus choquée de savoir cela que moi qu’on semblait jugé. Il faut dire que j’avais l’habitude et je le prenais en riant plutôt que de le voir comme un reproche. De nos jours être vierge à mon âge c’était plutôt rare, encore plus pour quelqu’un de sociable. Le souci ne venait pas du fait que j’étais reject et que je n’avais donc aucune occasion, là je ne forçais pas la chose. J’avais déjà refusé des propositions de fille qui souhaitais qu’on sorte ensemble. Seulement, je n’avais pas envie de mettre avec une fille que je ne connaissais pas simplement pour montrer que j’en étais capable. Faire ça ce n’était pas moi, je valais mieux que ça ! « File-moi ton portable ! » Je fronçais mes sourcils. « Tu comptes faire quoi ? » demandais-je sans broncher, je n’allais très certainement pas lui prêter mon portable, sans savoir ce qu’il comptait faire avec. La confiance ? À cet instant, il n’y en avait pas ! Je sentais Yasmin bouger sur mes jambes, glissant sa main dans ma poche pour en sortir mon portable, elle le déverrouilla en un tour de main. Pourquoi je lui avais donné mon code ? « Hey ! » m’exclamais-je alors qu’elle tendait mon portable à mon meilleur ami. « T’inquiète on va simplement remédier à tout cela. Tu veux pas de copine, fine, mais hors de question que tu restes puceau ! » « Non, mais qu’est-ce que ça change ? » demandais-je m’attendant surtout au pire. « Ça change que tu manques quelque chose. » Je poussais une sorte de grognement, appuyant mon front dans le dos de Yasmin, qui tapotait ma cuisse. « Tu vas faire quoi Lyam ? » « L’inscrire sur Tinder. » Tinder… C’était pas l’appli où on disait si la personne nous plaisait physiquement et si c’était réciproque, on s’envoyait en l’air ? « Pas mal ! » « Vous croyez que ça fonctionnera ? » « Hey, je suis encore là vous signal ! » disais-je en relevant la tête, laissant Yasmin me la tapoter doucement. « Oh je croyais que tu te cachais ! » « Ha.Ha.Ha ! » Elle me souriait, me laissant pousser un soupir de désespoir. Qu’est-ce que j’avais fait pour subir ça ? Ou plutôt qu’est-ce que je n’avais pas fait… Ça, je connaissais déjà la réponse. « Tu as bien une photo potable de toi sur ton portable… » Potable ! « Attend, je crois que j’ai ce qu’il nous faut. » Je regardais par-dessus l’épaule de Yasmin qui cherchait dans ses photos pour en trouver une de moi. « Non, mais tu vas pas mettre ça ! » m’exclamais-je en voyant la photo qu’elle envoyait sur mon portable. « Bin oui, faut bien montrer que tu as des abs ! Le but c’est pas que tu sembles tout mignon. » Dans quoi on m’embarquait ! « Tu as des abs ! » Décidément cette fille arrivait en ville… Bon, je la connaissais pas trop comme elle était nouvelle, mais j’avais l’impression d’être une bête de foire à chacune de ses réactions. « Oh oui, il paraît pas c’est tout ! » Yasmin se levait et remontait mon t-shirt pour afficher mes abdos. « Hey ! » disais-je en repoussant mon t-shirt vers le bas pour qu’elle arrête de me dévêtir de cette façon ! « Voilà ! Ton compte est créé ! » Lyam me lançait mon portable, que j’attrapais au vol posant mon regard sur l’écran. Dix-huit ans. Puceau. Mais inscrit sur Tinder… Voilà qui promettait d’être une toute nouvelle aventure !

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.


Dernière édition par Chip Danvers le Lun 12 Juin - 16:12, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jade BraxtonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 27/08/2016
Pages lues : 671
Crédits : Cosmic Dust (Avatar), stardustjvn (gif)
Avatar : Katherine Mcnamara
Pseudo : Lydia
Âge : 22 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 9:25

Je te préfère sauce BBQ, je peux te manger quand ? (a)

Re-bienvenue avec Spider-Man

I love you pink

_________________
Jade Braxton

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 619
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 9:27

Quand tu veux

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys WalkerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 22/09/2016
Pages lues : 409
Crédits : MØRPHINE. (avatar) bat'phanie (sign) smoking cat (crackship)
Avatar : Bridget Satterlee
Pseudo : smoking cat
Âge : Vingt cinq ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 12:25

Bienvenue encore parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sheri BrackenreidGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/09/2016
Pages lues : 601
Crédits : avatar : Mad Hattress ; signature : sosoland ; gifs : tumblr&Monocle♥&trucpau
Avatar : Lily Cuteness Collins
Pseudo : Trucpau
Âge : Née le 14/03/1990 - 27 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 12:30

pink string I love you pink string I love you pink string I love you pink string I love you pink string I love you pink string I love you

VOILA

Re-bienvenue

_________________
It's always about you.
I know the feeling like you'll never win. Your heart's in the washer, your head's in the spin. You try and you try, but you can't catch a break. But sometimes believing is all that it takes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Winnie K. HalpertGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/12/2016
Pages lues : 168
Crédits : (c) Fae & Tumblr
Avatar : Hayden Panettière
Pseudo : Mayiie
Âge : Vingt-quatre ans. (17 avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 14:11



pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink pink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Spencer GardnerGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 30/10/2016
Pages lues : 320
Crédits : Ma face.
Avatar : Joshua Jackson
Pseudo : Fictifs-Therapy.
Âge : 36 ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 14:59

Have fun avec cette nouvelle tête
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 619
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    Dim 4 Déc - 16:41

Avalanche de smiley

Merci à tous les quatre

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip #The physics is theoretical but the fun is real    

Revenir en haut Aller en bas
 
Chip #The physics is theoretical but the fun is real
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Les chips en spécial?
» Votre Goût de Chip's Lay's préféré
» CHIP MCQUEEN ► nico mirallegro
» Chip → Maman disait toujours : « N’est stupide que la stupidité. ».

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Vos papiers, s'il vous plait :: Mon autobiographie :: Bienvenue à Washington-
Sauter vers: