AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 358
Crédits : #avatar : Morrigan #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Ryan priceless Gosling
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open kelvin ; wesley ; azura ; bran (uc.) ; baby
flashback or flashforward ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-deux ans. ≡ 10 novembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   Jeu 15 Déc - 8:43

Kelvin & Andy
This night is the night... or just coffee time !
Assis devant mon ordi, je regardais mon écran sur une page word où quelques mots étaient écrits. Seulement, c’était les mêmes depuis un moment, je ne trouvais plus l’inspiration comme toujours. Elle avait peu à peu décliné depuis que j’avais rencontré cette fille dans la rue. Mea culpa c’était de ma faute si j’avais cru avoir affaire à une dealeuse ! Grave erreur qui m’avait finalement donné une bonne claque en plein visage. Même si je ne disais pas, j’y réfléchissais. À quoi ? La possibilité d’aller passer quelques temps dans un centre de désintox. Je ne m’étais jamais perçu comme un toxicomane, d’accord j’avais fait une overdose il y a quelques mois, mais ça ne voulait rien dire. Quelqu’un qui prenait de la drogue pour la première fois pouvait aussi en faire une, donc… En quoi j’avais des similitudes avec un toxico ? C’est en me méprenant sur cette fille que j’avais réalisé que mon cas était bien plus grave que ce que j’aurais pu croire. Passant mes doigts sur mes lèvres, je continuais de regarder mon écran, mais rien me venait. J’humectais mes lèvres, sentant ce manque m’envahir au fils des secondes. Je secouais la tête, je devais remplacer la drogue par autre chose. Je me levais, passant ma main dans mes cheveux tout en sortant de la chambre d’ami de chez ma mère. Mon regard se posait sur la chambre de Kara où j’apercevais de la lumière. Je savais que ce n’était pas bien, mais elle faisait partie des raisons pourquoi je me refusais d’aller en centre. Non pas que je souhaitais qu’elle connaisse cette facette de moi, tout au contraire ainsi je préservais – sûrement égoïstement, son innocence à mon égard. Je connaissais ses difficultés avec ses parents – en l’occurrence ma mère et mon beau-père, si je partais alors que j’avais promis de la garder à l’œil, je ne valais pas grand-chose… Poussant un soupir, je descendais pour prendre la direction de la cuisine. Il existait bien une chose qui pouvait me faire passer l’envie de stupéfiant, bien que je ne fusse pas certain si je serais pas mieux de faire une désintox pour cela aussi. Le café. J’arrivais dans la cuisine, me dirigeant vers l’armoire. En ouvrant la porte, je restais étonné de ne pas trouver le sachet de grain colombien. J’avais pourtant acheter un sachet neuf, il y a… Posant mes mains sur le comptoir, je poussais un second soupir. Il y a plus d’une semaine, normal qu’il n’en reste plus…Pas le choix, je devais sortir pour aller en acheter, hors de question que je ne prenne pas de café ! Vêtement d’un survêtement, j’enfilais mon blouson de jeans pour ainsi braver l’air frais de décembre. « Kara, je sors. Je n’en ai pas pour longtemps. » disais-je malgré tout incertain qu’elle m’ait entendu. Prenant les clés, je sortais pour marcher jusqu’à la voiture que je prenais pour me rendre à une petite épicerie que je savais ouverte malgré l’heure plus que tardive. Quelle idée de prendre un café alors que minuit allait bientôt sonner ses douze coups. Je me garais dans le parking pratiquement désert et me dirigeais vers la l’intérieur, harpant les allées à la recherche de celle où je pourrais trouver le café. Une musique d’ambiance se faisait entendre avec le silence régnant dans ce lieu, briser parfois par le tournement de page de journal que le caissier faisait après avoir sans doute lu l’article qui lui plaisait. Il y avait tout ou plus une ou deux autres personnes. Des oiseaux de nuit sans doute qui venait pour une petite fringale ou comme moi pur quelque chose de plus vitale. D’un geste que je pouvais qualifier comme un tic, je me mettais à frotter mon bras où je faisais mes injections d’héroïne. Un tic que j’avais commencé à avoir au fil des années suite à la prise de cette drogue. Je détestais les cicatrices que ça causait, ce bras marquer par l’entrée de l’aiguille n’avait rien de glorieux à être montré. Ce n’était pas pour rien que je ne portais plus de t-shirt ou tout ce qui pouvait dévoiler mes bras. Je trouvais finalement l’allée du café, m’approchant je remarquais qu’il ne restait qu’un sac. Super ! Je posais ma main dessus, mais alors que j’allais le prendre pour me diriger vers la caisse, je réalisais que je n’étais pas le seul à tenir ce sac. « Excusez-moi, mais je l’ai vu le premier. » disais-je à l’adresse de l’homme qui convoitait la même chose que moi !

_________________
Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kelvin ForrestGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/11/2016
Pages lues : 152
Crédits : Avatar: blake ; Signature : Beylin ; Gifs : tumblr & Trucpau
Avatar : Theo James
Pseudo : Trucpau
Schizophrénie : Sheri Brackenreid #lcollins
Savannah Miles #lpipes
Amaryllis Danvers #nwatts
Jay Maxwell #jlsoffer
Elizabeth Pollard #bheathcote
Lexie White #lliberato
Disponibilités : CLOSED

AndyFête des cerisesSoloraPercyAnaëlleAlaskaDorrin
Âge : 33 ans - 1er mars 1984
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   Mar 3 Jan - 22:06

Andy & Kelvin
This night is the night... or just coffee time !
Je me réveillai en sursaut et maudissais une fois de plus mon travail. Pourquoi j’avais accepté une telle offre ? Parce que c’était dans mon devoir, certes, mais une femme oui pourquoi pas, mais un ENFANT ? Non ! Jamais je n’aurais dû, même s’il est âgé, à chaque fois que je me fais réveiller c’est de sa faute. Me frottant les yeux, je me lève, enfilant un bas de jogging ainsi qu’un t-shirt pour me diriger vers la cuisine, croisant du regard le jeune garçon avec un sourire qui voulait tout dire. Levant la tête, je croise celui de Solora et hausse les épaules. Je n’ai plus le cœur de dire quoi que ce soit. Attrapant mon journal, je le lis et comme tous les jours, je prépare mon café. Tellement absorbé dans ma lecture, je n’entends que les derniers mots de Solora. « Plus de café. » Et en effet, ma main ne trouve rien, pas de café, pas de sachet, rien ! Je claque le placard et tourne la tête vers les deux intrus de ma maison. « Quelqu’un peut me dire qui a osé prendre mon café et ne pas en racheter ? » Je les foudroie du regard, c’est le seul truc auquel ils n’ont pas le droit de toucher. Je déteste ce genre de chose, je quitte la pièce en étant en rage et pas besoin de l’exprimer encore plus, ils ont très bien compris. Mais le petit de Solora me rend encore plus en colère, pourquoi ? Car ça me met hors de moi et elle le sait, je crois… Ronchonnant, je me dirige vers ma chambre et attrape de quoi m’habiller convenablement puis vais prendre une douche. Ca m’apaise légèrement mais quand je ressors pour les recroiser, mon regard redevient aussi sombre qu’auparavant. Depuis que ces deux-là sont dans ma vie, elle est carrément bouleversée, mes habitudes sont changées alors que je fais toujours en sorte de les garder et à en voir Solora, ça lui fait plaisir. Je vous jure. Jurant, je sors de l’appartement, leur conseillant vivement de ne pas le quitter jusqu’à mon retour. Manquerait plus qu’ils m’échappent et que je leur courre après. Je file vers le magasin le plus proche, plus vite j’aurais mon café, plus vite je serais de bon poil. Ou pas. Tout le monde sait que je ne peux pas commencer ma journée sans mon café, même mon boss il fait en sorte que j’en ai une tasse sur mon bureau le matin au cas où. Sauf qu’on est plus au bureau. Malheureusement. Puis je ne prends pas n’importe quelle marque donc il y a intérêt à y avoir ce que je veux. Ne prenant pas le temps de regarder autour de moi, je fonce au rayon qui correspond à ce que je souhaite et attrape le paquet de café mais je sens comme une résistance et effectivement, lorsque je lève le regard, je croise celui d’un homme qui tient également ce même paquet. J’arque un sourcil à sa phrase et secoue la tête, sans lâcher le café. « Excusez-moi mais… il n’y a pas écrit votre prénom dessus, je me trompe ? » Non mais il se prenait pour qui, je suppose qu’il a besoin de son café aussi mais… je suis prioritaire. Cependant, en l’observant de plus près, je remarque que sa tête me dit quelque chose, vraiment. « Je ne vous aurais pas déjà croisé ? Votre tête me dit vaguement un truc. » Je me mets à chercher, ça ne peut pas faire si bien longtemps. Si ? Je finis par lâcher le café car j’ai l’air ridicule et lui aussi, on pourrait croire deux filles qui se disputent une robe, là, c’est juste du café. Puis… Enfin il me fait tilte, je connais ce mec car c’était un écrivain qu’adorait ma femme. « Vous êtes écrivain, non ? » Bon, d’accord c’est un peu trop de questions et il pourrait se croire dans un interrogatoire mais je suis à deux doigts de lui laisser le café s’il y répond, sinon, je me battrais. Je croise les bras sur la poitrine et le détail du regard pour m’en faire une image précise de quand ma femme l’a rencontré. Mais je ne situe ni l’endroit, ni son nom. Il va sûrement pouvoir remédier à ces petites questions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 358
Crédits : #avatar : Morrigan #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Ryan priceless Gosling
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open kelvin ; wesley ; azura ; bran (uc.) ; baby
flashback or flashforward ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-deux ans. ≡ 10 novembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   Mer 25 Jan - 8:02

Kelvin & Andy
This night is the night... or just coffee time !
Héroïne. Voilà ce qui était ma plus grande dépendance, j’en avais certes d’autre, mais c’était celle dont j’éprouvais le plus grand des besoins. Ça pouvait sembler con, mais je ne pouvais m’en passer. Ressentir ses effets, vivre sur l’adrénaline de sa grandeur. Elle me faisait oublier la merde que j’étais, comme quoi que les gens riches et célèbres n’ont pas forcément la vie qu’ils désirent. Ça j’en était pleinement conscient, mais je ne pouvais rien faire pour remédier à tout cela. J’en étais devenu dépendant et maintenant, je transférais cette dépendance sur le café. À un point tel que j’aurais pu me mettre une intraveineuse au bras pour être certain que celui-ci faisait amplement son effet. Étant à court, j’étais prêt à me battre bec et ongle pour avoir ce que je désirais et pourtant, je me montrais poli envers l’homme qui avait mis sa main sur le même paquet que moi. À contrario, celui-ci ne semblait pas d’une humeur la plus conciliante. « Et le vôtre non plus, que je sache. » répliquais-je en serrant un peu plus le paquet dans ma main. Cette scène, sans doute filmer par une caméra de surveillance, avait quelque chose de puéril, ce qui ne m’empêchait pas non plus de garder le sac en main. Il était hors de question que je lui donne celui-ci. J’en avais besoin et j’étais prêt à manger les graines moulues pour simplement sentir la caféine dans mon corps. Pathétique, je sais. Je relevais finalement mon regard vers cet homme, alors qu’il me disait me connaître. Observant son visage, je fronçais légèrement les sourcils, incertain, je ne savais pas quoi dire, mais à bien y réfléchir sa tête ne m’était peut-être pas inconnu. Le plus dure peut-être c’était que je n’avais jamais été doté d’une bonne mémoire des visages et encore moins des noms. Ce qui se trouvait à exaspérer mon éditeur quand je soulignais ne pas reconnaître le tiers des gens qui venaient à mes dédicaces, alors que beaucoup d’entre eux venaient d’ailleurs et avaient fait un long chemin pour me voir ou me revoir. Ça n’empêchait pas que je fusse reconnaissant envers eux, même si je ne les replaçais pas. « Ça ce peut. » Après tout, on pouvait déjà s’être croisé dans la rue. Qui sait ? Mais, il semblait déjà connaître la réponse à sa question ou tout du moins à celle qu’on se posait. Était-il de ceux qui était déjà venu à ma dédicace que j’avais donné il y a quelques mois au sein de la capitale. Ou bien avait-il simplement vu ma photo derrière un de mes livres ? Si c’était la seconde option, il restait simplement à savoir pourquoi moi il me rappelait quelque chose. Bien que je cherchasse dans ma tête, je ne replaçais pas, bien que je ne ressentisse pas ce sentiment de déjà-vu. Prenant le sac qu’il avait finalement relâché, je le regardais. Il allait me trouver étrange de le regarder ainsi avec autant d’intensité. Il n’avait rien à craindre, je n’allais pas lui sauter dessus – bien que ce détail il l’ignorait totalement. « Oui, je le suis. » Voilà qui avait le mérite d’être clair tout en étant vague par la même occasion. L’hypothèse qu’il soit un de mes lecteurs partait en fumé. Après tout, s’il l’avait été, il aurait su que j’étais écrivain. « Andy Greenfield. » continuais-je, peut-être que ça lui dirait quelque chose, même si moi je restais dans le vague. « Vous me dites aussi quelque chose… » Frottant mon menton d’une main, je posais de nouveau mon regard sur celui-ci. « Sauf que je n’arrive pas à vous replacer. Vous êtes éditeur ? » demandais-je sachant que non, mais peut-être que je faisais fausse route, ça n’aurait pas été surprenant. Bien souvent, je n’étais pas à jeun quand je rencontrais des gens, préférant planer un peu. C’était mieux ainsi, je percevais ces moments plus agréablement, même si ça restait des chimères. Pour ce que ça donnait…

_________________
Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kelvin ForrestGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/11/2016
Pages lues : 152
Crédits : Avatar: blake ; Signature : Beylin ; Gifs : tumblr & Trucpau
Avatar : Theo James
Pseudo : Trucpau
Schizophrénie : Sheri Brackenreid #lcollins
Savannah Miles #lpipes
Amaryllis Danvers #nwatts
Jay Maxwell #jlsoffer
Elizabeth Pollard #bheathcote
Lexie White #lliberato
Disponibilités : CLOSED

AndyFête des cerisesSoloraPercyAnaëlleAlaskaDorrin
Âge : 33 ans - 1er mars 1984
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   Dim 5 Fév - 0:10

Andy & Kelvin
This night is the night... or just coffee time !
Je ne savais pas que j’allais tomber sur quelqu’un qui voulait aussi du café à cette heure-là mais vu sa tête je compris qu’il était comme en manque de caféine. Puis sa réaction sur le prénom qui pouvait se trouver sur le paquet me fit sourire. Enfin pas ce sourire gentil non, plutôt celui où on a envie de coller une gifle à celui qui se trouve en face de nous. « C’est vrai mais on va tout de même pas se faire ça au shifumi ? » Car franchement j’avais passé ce stade de me battre pour une bagatelle mais apparemment lui non, quand je vis son mouvement vers le paquet quand je l’avais lâché. Merde, c’était vraiment sa drogue ce truc ? Heureusement que je n’étais pas tellement comme ça car ça ferait presque peur. Enfin j’espérais, il faudrait que je demande à Solora quand même… Oui je lui demanderai je ne voudrais pas devenir comme lui en train de vouloir frapper quelqu’un pour un paquet de café. Mais en l’observant, je remarquais qu’il ne m’était pas inconnu et je ne passais pas par quatre chemins pour lui demander si on ne s’était pas déjà croisé. Je levais un peu le menton pour acquiescer je ne savais pas où je pouvais le replacer mais au final. C’était une évidence. En fait, cet écrivain je le connais plus que bien. Enfin je sais qu’il a écrit quelques romans et pas plus, je sais seulement que ma femme était fan et qu’elle n’hésitait pas à aller à toutes ses dédicaces et je ne pouvais lui refuser, voilà pourquoi il me disait quelque chose, il avait ce lien avec ma défunte femme… Je dois même avoir un de ses bouquins dans mes cartons, ceux auxquels je n’ai pas encore touché. Je ne sais pas où installer mon repaire personnel pour rechercher ceux qui lui ont fait du mal. Secouant la tête, je le regardais et attendis sa réponse car il se pouvait aussi que je me trompe. Andy. Ah bah oui c’était bien lui ! Un sourire s’étendit sur mon visage à cette nouvelle. Voilà, je venais de retrouver un lien avec ma femme et ça me faisait bizarre. Pas tant que ça me gênait en fait, c’est comme si quelque chose ou quelqu’un me raccrochait à elle et j’appréciais. « Ah bah oui c’est bien vous ! Andy Greenfield. » Je me répétais son nom pour moi histoire de ne pas l’oublier cette fois-ci mais ça m’étonnerait. Surtout que je pouvais le racoler avec d’autre sujet à présent qui sont le café et son addiction pour lui, puis le fait que ma femme adorait ses romans. Cependant, je ne sais pas comment je pouvais lui dire quelque chose, je n’étais jamais présent lors de ses dédicaces ou bien je gardais mes distances car toutes ces filles en train de baver sur lui et sa plume, non merci je n’avais pas que ça à faire. « Je ne vois pas comment… » Je haussais les épaules et réfléchissais, peut être qu’il m’avait aperçu en fait ? Je n’en savais rien mais sa proposition me fit rire si bien que je riais presque de bon cœur, ce qui m’arrivait jamais. « Non, j’aurais bien voulu ça paie mieux. Je suis policier. » Un sourire sur mes lèvres et je secouais la tête me passant une main dans mes cheveux. « Peut être que vous m’avez souvent vu avec ma femme ? Elle adorait vos livres, c’était une fan. Jamais elle n’a loupé un jour de dédicace et c’était la première le matin à la sortie d’un de vos livres. Je vous jure, une accro ! » Je n’avais jamais lu ses bouquins et ça ne m’était jamais venu à l’esprit. En fait, je n’avais pas essayé de comprendre ce que pouvait trouver ma femme à lire ses bouquins. « Il va falloir me donner votre secret, car je n’ai jamais vu Jessica aussi joyeuse en lisant un bouquin. Je vous jure un grand sourire, tout le temps et je passais en dernier. » C’est la première fois que j’osais reparler d’elle ainsi et au fond, ça me fit un bien fou. Il en avait sûrement rien à foutre ce Andy mais moi je m’en foutais, ma femme revivait par lui et le fait qu’ils avaient été en contact.

_________________

I want something just like this
I'm not looking for somebody. With some superhuman gifts. Some superhero. Some fairytale bliss. Just something I can turn to. Somebody I can miss
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Andy GreenfieldGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 18/11/2016
Pages lues : 358
Crédits : #avatar : Morrigan #gif : tumblr #crackship : monocle.
Avatar : Ryan priceless Gosling
Pseudo : monocle. (alice)
Schizophrénie : Derrick (Chris Wood) ≡ Rhett (Grant Gustin) ≡ Chip (Tom Holland) ≡ Carter (Anna Kendrick) ≡ Solora (Chloe Bennet) ≡ Lowen (Dan Stevens) ≡ Devon (Zoe Kravitz)
Disponibilités : open kelvin ; wesley ; azura ; bran (uc.) ; baby
flashback or flashforward ≡ baby
waiting list ≡ maximilian ; eric
old memories ≡ baby ; kallista
Âge : Trente-et-deux ans. ≡ 10 novembre 1985
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   Dim 26 Mar - 4:53

Kelvin & Andy
This night is the night... or just coffee time !
L’homme devant moi ignorait que j’étais prêt à aller beaucoup loin qu’une partie de shifumi pour obtenir ce café. C’était soit ça, soit je sortais d’ici pour trouver la première piquerie glauque du quartier pour me défoncer. C’était un détail qu’il ignorait et dont je n’avais pas envie de lui faire part de cela. Étendre ma dépendance pour susciter la pitié des gens, ce n’était pas moi. Mais je priais pour qu’il lâche ce paquet de café, ce qu’il finit par faire à mon plus grand soulagement. Pratiquement obnubiler par le paquet, j’en avais presque oublié l’homme à mes côtés. Je sortais de mes pensées en entendant à nouveau la voix de l’homme. Il n’avait pas poursuivi son chemin et je n’allais pas nier que je trouvais cela étrange. Cherchant qui il pouvait être, lui semblait me replacer plus aisément. Je me sentais mal de ne pas le replacer comme lui venait de le faire, mais je tentais néanmoins un maigre sourire. Habituellement, j’étais plus charismatique, mais je ressentais ce besoin de prendre de la caféine, ce besoin de m’évader dans la douce chaleur de ce goût amer. Tripotant le paquet de café moulu, j’observais en silence l’homme dont j’ignorais toujours le prénom ou même le nom. Nous n’étions certes pas sur le même pied d’égalité, mais bon. Je cherchais néanmoins une parcelle d’idée qui pourrait me dire qui était cet homme. Son rire m’étonnait, je ne comprenais pas à quoi ce que je venais de dire était amusant. J’y avais été par logique, peut-être un éditeur, j’aurais pu très bien dire lecteur, mais étrangement, j’avais un peu de mal à l’imaginer en train de lire un de mes romans. Deux de trois portaient sur la romance, des histoires d’amours comme toutes les filles en rêves et je ne voyais pas tellement ce mec lire un tel livre. C’était peut-être cliché de penser ça, mais il ne semblait pas dégager l’homme fleur bleu, l’homme qui serait prêt à étaler des pétales de roses dans la maison entière pour simple plaisir de faire sourire sa compagne. Encore là c’était un jugement, mais on ressemble souvent à l’impression qu’on dégage. « Oh ! » disais-je en découvrant son métier. En effet, ça lui convenait mieux qu’éditeur. Je me sentais quelque peu bête, mais je pouvais toujours mettre cela sur la faute de la drogue, de ce manque que j’éprouvais. « Ça se peut fortement, je n’ai pas une bonne mémoire des visages, peut-être que j’en vois trop… » disais-je avec un ton désolé. Mais ce qu’il me disait à propos de sa femme trouvait le tour de me faire sourire, cette fois plus franc. Ça faisait toujours plaisir de savoir que mes romans intéressaient des gens. « Vous n’êtes plus avec votre femme ? » demandais-je finalement, réalisant qu’il parlait toujours d’elle au passé. « Si vous désirez, je peux lui laisser un petit mot spécial… » Je fouillais dans mes poches à la recherche de quoi écrire. « … Je dois bien avoir quelque chose sur moi pour écrire. » C’était plutôt rare que je me trimballasse un crayon ou même du papier, mais parfois on est étonné de voir ce qu’on peut trouver. « En tout cas, ça me fait plaisir de voir que mes romans sont appréciés. Et il n’y a pas de secret, les femmes aiment la romance. » Je m’arrêtais pour pincer mes lèvres, après tout mon premier roman parlait de mon histoire avec Baby. C’était ma romance et aujourd’hui, la flamme c’était envolé, perdu sans doute à jamais et elle avait pris ma plume avec elle. « Donnez-lui de l’attention, aimez-la et elle vous portera plus d’attention qu’à mes romans. » Je relevais mon regard vers l’homme, lui adressant un sourire en coin.

_________________
Love could be set in motion quickly, but true love needed time to grow into something strong and enduring. Love was, above all, about commitment and dedication and a belief that spending years with a certain person would create something greater than the sum of what the two could accomplish separately.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kelvin ForrestGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 15/11/2016
Pages lues : 152
Crédits : Avatar: blake ; Signature : Beylin ; Gifs : tumblr & Trucpau
Avatar : Theo James
Pseudo : Trucpau
Schizophrénie : Sheri Brackenreid #lcollins
Savannah Miles #lpipes
Amaryllis Danvers #nwatts
Jay Maxwell #jlsoffer
Elizabeth Pollard #bheathcote
Lexie White #lliberato
Disponibilités : CLOSED

AndyFête des cerisesSoloraPercyAnaëlleAlaskaDorrin
Âge : 33 ans - 1er mars 1984
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   Dim 25 Juin - 17:30

Andy & Kelvin
This night is the night... or just coffee time !
Je ne savais pas qu’on pouvait être si accro à la caféine, qu’on serait prêt à tout pour. Mais apparemment l’homme devant moi était capable de tout. Si bien que je ne voulais pas me battre, je préférais lui laisser le café. J’allais bien faire un autre magasin pour en trouver, même s’il fallait que je prenne la voiture. Apparemment, il était en manque donc autant lui laisser, moi c’était plus pour affronter la journée que j’en prenais. Mais à voir la tête de la personne en face de moi, c’était beaucoup plus significatif. Puis plus je le regardais et plus son visage me disait quelque chose, jusqu’à ce que j’apprenne que c’était un écrivain. Maintenant, je le replaçais, il était un des auteurs préférés de ma femme. Je savais qu’elle l’avait suivi un temps et avait voulu le voir pour qu’il signe son livre. Un souvenir de plus me raccrochant à ma femme. Voyant son expression quand j’annonçais mon métier, je fis un petit sourire avant de me balancer sur mes pieds d’avant en arrière puis de balayer sa phrase d’un geste de la main. « Sûrement, vu votre popularité, j’en doute pas une seconde. » Je souris avant de me dire que la célébrité doit parfois être difficile à gérer. Je suis bien content de faire mon travail au fond. Ce n’est pas pareil mais je ne sais pas si je pouvais supporter autant d’attention et de personnes autour de moi. Car je doute que la vie d’auteur célèbre soit si facile que cela. Comme la vie d’acteur en somme. Alors que je parle de ma femme au passé, je tique en entendant sa question. Soupirant, je baisse la tête pour regarder mes chaussures le temps que le malaise passe puis relève la tête. « Disons cela comme ça. » Je ne veux pas m’attarder plus sur le pourquoi je parle de ma femme au passé et je me contente de regarder autour de moi pour voir les produits qui se trouvent dans les rayons. Passionnant. Puis je ne compris pas tout de suite mais il cherchait à écrire un mot pour ma femme, j’ouvris la bouche prêt à l’arrêter puis je m’arrêtais dans mon élan, attendant… Je ne me sentais pas si bien que ça, mon visage s’était décomposé et c’était rare les fois où je laissais mes émotions transparaître. L’écouter parler et l’écouter faire ce genre d’effort me faisait plaisir mais ça me rendait malade. Si seulement elle avait été là encore… « S’il vous plaît… » Le ton que j’employais était presque insistant pour qu’il arrête de vouloir bien faire. Je ne lui en voulais pas, il ne savait pas, mais ça devenait insoutenable de voir cette envie de bien faire. « Je ne vous le fais pas dire. » Je serrais la mâchoire, je ne voulais pas le brusquer ou l’envoyer balader, alors j’attendais. Puis sa dernière phrase m’acheva, si bien qu’à son sourire, je répondis tristement en me passant une main sur le visage. « Dans ce cas, je crois que j’ai fait tout l’inverse de ce que vous dites. » J’avale ma salive puis l’arrête quand je le vois continuer de chercher de quoi écrire quelque chose. « Ne vous inquiétez pas pour le message, ça ne servira pas à grand-chose. » Ma voix est brisée, je ressens tout ce que je cache au fond de moi. J’ai horreur de cela. Il a touché une corde sensible, il ne peut pas le savoir. Je soupire avant de me reprendre et de me redresser. « Ma femme est décédée. Ca ne sert à rien. » Je ferme les yeux un quart de seconde et me reprends avant de regarder autour de moi pour savoir si nous étions bien seuls. Me sentir vulnérable et faible, je détestais cela. En même temps, quel homme aimerait être dans ce genre de position ? Certainement pas moi. « Je suis désolé de vous couper dans votre élan. » Je l’étais vraiment, le voir se donner tant de mal pour ne serait-ce marquer quelques mots sur un bout de papier me faisait plaisir pour ma défunte femme. Rare était les personnes capable de faire ce genre de chose.

_________________

I want something just like this
I'm not looking for somebody. With some superhuman gifts. Some superhero. Some fairytale bliss. Just something I can turn to. Somebody I can miss
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy   

Revenir en haut Aller en bas
 
This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This night is the night... or just coffee time ! :: Keldy
» 07. It's Coffee Time !
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Anacostia :: Nightshop-
Sauter vers: