AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Winnie K. HalpertGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/12/2016
Pages lues : 171
Crédits : (c) Mayiie & Tumblr
Avatar : Hayden Panettière
Pseudo : Mayiie
Âge : Vingt-quatre ans. (17 avril)
MY SOUL

MessageSujet: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Mar 13 Déc - 22:44

Chip & Winnie
Let's get ready to ruffle

Chaque année et ce, depuis que j’étais enfant, ma famille et moi avions pour habitude de nous rendre au moins une fois à la patinoire qui se trouve derrière le musée national de l’art. Ce n’était pas une grande patinoire, mais elle avait quelque chose de charmant, faisant en sorte que j’adorais y aller, à chaque fois. Je ne disais pas cela seulement parce que le patinage artistique avait fait partie de ma vie pendant longtemps; même après mon accident, sitôt que j’avais pu remettre des patins et avancer un peu, j’avais pris le temps de me rendre à la patinoire et y passer du temps avec ma soeur, celle qui m’avait grandement encouragée à le faire d’ailleurs. Aujourd’hui, ce n’était pas avec elle que je comptais m’y rendre toutefois, ni même avec mon mari qui, lui, n’avait jamais apprécié le patinage de toute façon. C’était à croire que nous étions aux antipodes tous les deux, mais il préférait certains sports à d’autres, tout comme moi, et jamais ça nous avait posé problème. Je m’étais toujours trouvé quelqu’un d’autre pour m’y rendre, et cette année ne fit pas exception à la règle, même si dans le cas présent, c’était une première, et une première qui me laissait, je devais l’admettre, quand même un peu perplexe. En effet, il était prévu que je m’y rendre, le soir même, en compagnie de Chip, ce jeune homme que j’avais rencontré via Tinder, application dans laquelle je m’étais perdue à quelques reprises ces derniers temps. Dans un premier temps, je n’en avais pas été fière, j’en avais même parlé à personne, parce que je me refusais de laisser croire aux gens que je voulais tromper mon mari ou quelque chose du genre. Je ne savais pas ce que je cherchais, je ne savais pas là où ça pourrait me mener, surtout compte tenu du but recherché par les gens qui s’inscrivaient et naviguaient sur cette application. Par contre, Chip était différent. Il ne cherchait pas ce que la normale des gens cherchaient et au bout du compte, en échangeant des messages, une connexion s’était formée. Je savais bien que ça ne disait pas tout, mais il était attentionné, gentil, ouvert, et cela me plaisait. Pour sûr, je voulais plus le connaître, peut-être me faire un ami en sa personne, je ne savais pas trop, et je supposais que j’allais le découvrir pendant la soirée. Impatiente et anxieuse à la fois, je m’étais préparée environ une heure avant l’heure prévue pour le rendez-vous. Je m’étais vêtue d’un jean avec lequel je pourrais mettre mes patins sans aucun problème ainsi qu’un haut plus chaud que d’habitude. Je décidai de coiffer mes cheveux en deux tresses, comme j’avais l’habitude de le faire, et je mis un bonnet par-dessus. Quand je fus prête, j’enfilai un manteau ample, qui ne l’était pas assez pour couvrir ma grossesse, mais quand même confortable pour l’occasion, ainsi que mes bottes et des gants. Compte tenu que j’étais seule à la maison ce soir, mon mari étant de garde pour la soirée et la nuit, j’étais libre de me déplacer comme je le voulais, et ayant ma propre voiture, j’aurais pu l’utiliser, mais puisque se garer dans les environs de la patinoire était un peu plus pénible, je décidai d’utiliser ma voiture et le transport en commun à bon escient. Je me garai non loin d’une entrée de métro, pour finalement utiliser ce transport pour la suite. De plus, compte tenu que Chip et moi nous nous sommes donnés rendez-vous là, c’était parfait. Une fois sur place, je me positionnai là où je pensais être la plus visible, guettant, un peu nerveuse, les personnes qui passaient pour tenter d’y trouver Chip.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 630
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Mer 14 Déc - 4:43

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

Franchement, qui aurait pu croire que cette inscription sur Tinder m’aurait réellement amené à connaître quelqu’un ? Quand mes potes m’avait inscrit, j’avais capitulé sans pour autant espéré que quelque chose se passe. Perdre ma virginité ainsi me semblait too much, non pas que je pensais comme une fille, pétales de rose et conte de fée, ce n’était pas plus dans mon objectif. En fait, je ne savais pas comment ça se passerait mais très certainement pas de ces deux manières. Je devais quand même avouer que la fille que j’avais rencontré me plaisait physiquement, sinon jamais on n’aurait été mis en contact. On avait discuté et elle me paressait gentille, mais un peu honteuse quant à ses choix. Ce qui me décrochait un sourire à chaque fois qu’elle plaidait coupable. Personnellement, je voyais pas le mal dans cela, chacun ses goûts et je ne serais pas le premier à la critiquer, après chaque individu est unique et on se doit de l’apprécier comme il est. On n’est pas là pour changer les gens ! Écouteur dans mes oreilles j’écoutais de la musique en me dirigeant vers la cuisine tout en textant à Yasmin. Elle semblait sceptique quant au fait que je rencontre cette fille. Et dire qu’elle était l’une de ces personnes qui m’avait mis sur cette appli. Passant une main dans mes boucles brunes, je poussais un soupir en lui disant qu’elle n’avait pas à s’en faire. Si cette fille s’avérait être une dangereuse psychopathe, elle n’allait très certainement pas m’attaquer sur la patinoire. J’ouvrais la porte du réfrigérateur prenant la pinte de jus qui s’y trouvait. « N’oublie pas de prendre un verre. » Je sortais ma tête du frigo, regardant mon père, mes lèvres sur le goulot de la bouteille. Il haussait les sourcils en prenant cet air qui devait me mettre en garde si je ne prenais pas de verre. Je refermais la porte du frigo avec mon pied, ouvrant l’armoire où se trouvait les verres avant de me servir. « Tu crois que tu pourrais me déposer au national mall dans une heure ? » Il me regardait. « Je demanderais pas si j’avais ma propre voiture ! » soulignais-je avec un sourire satisfait. Je n’étais pas prêt à abandonner cette bataille contre mon paternel ! Il poussait à son tour un soupir, acquiesçant. « Je vais avoir une voiture ! » L’étonnement se lisait sur son visage. « Non. J’irai te déposer là-bas. » Flûte ! Et zut ! Un gars s’essai ! « Merci. » disais-je en tournant les talons. « Le jus Chip, remet le dans le frigo. » Marchant à reculons, je remettais la pinte dans le frigo, souriant à mon père. C’était certain le jour où j’allais quitter cette maison, il allait s’ennuyer ! Je retournais dans ma chambre, m’arrêtant par celle de mon frère. Prenant appui sur le cadrage de la porte, je le regardais le nez plongé dans ses livres d’école. « Tu devrais sortir au lieu de rester à l’intérieur ! » disais-je en prenant une gorgée de jus, regardant mon frère par-dessus le rebord du verre. « Et toi tu devrais étudier. » J’haussais les épaules… Je ne le faisais jamais, alors il y avait peu de chance que je commence aujourd’hui alors qu’on m’offrait d’aller passer du temps dehors ! Entre ça et passer mon après-midi le nez dans mes cahiers à apprendre la trigonométrie, je préférais faire du sport, prendre l’air… « Tu sais où m’man a mis nos patins ? » Il me faisait signe que non de la tête, le remerciant, je tournais les talons pour me diriger vers ma chambre. Je devais déjà m’habiller ou du moins me changer, je n’allais certainement pas sortir en bermuda avec un vieux t-shirt Batman usé à la corde. Enfilant des vêtements plus chauds, je descendais à nouveau mettant mon verre dans le lave-vaisselle. « M’maaaaaaaaaaaaaaan ! » criais-je dans toute la maison. Je la voyais arrivé en haut des marches, me regardant d’un air légèrement paniqué. « Tu as mis où nos patins à glace ? » Elle parut soulagée et se mit à réfléchir. « Tu as regardé sous l’escalier ? Sinon ils devraient être au sous-sol s’ils sont ici. » Je n’avais pas calculé qu’ils pouvaient être au chalet, j’espérais que non… Je la remerciais. « Pourquoi, tu vas en faire ? » « Euh oui. » disais-je en me dirigeant vers la porte sous l’escalier, je m’engouffrais dans cet espace ridiculement petit, entendant le grincement des marches, signe que ma mère les descendait. « Tu vas en faire avec Yasmin ? » Continuant de chercher, je lui répondais : « Non, avec une autre amie. » Je ne désirais pas entrer dans les détails, sachant que si je le faisais, elle me poserait une tonne de question auxquelles je ne pourrais pas échapper. « Les voilà. » disais-je en sortant la boîte contenant mes patins. Je regardais ma montre à mon poignet, j’étais dans les temps. Prenant la boîte, j’en sortais la paire de patin que je déposais sur le rebord de la porte avant d’enfiler mon manteau. « C’est une fille du lycée ? » me demandait ma mère, je relevais mon regard vers elle. « Ouais. » C’était un mensonge, chose que je n’avais pas pour habitude de faire et qui ne me plaisait pas, mais je ne me voyais pas lui dire que j’avais rencontré cette fille sur une application qui avait la réputation d’être utilisé pour rencontrer des plans culs. Elle ne pourrait pas comprendre, j’en étais certain. Surtout que je ne voyais pas Winnie pour cela, j’aimais discuter avec elle et je voulais simplement apprendre à la connaître mieux. Mon père arrivait enfilant à son tour son manteau, je saluais ma mère, passant mes patins autour de mon cou, je suivais mon père jusque dans sa voiture. Dans la voiture, je lui demandais comment ça se passait au boulot, une conversation comme une autre en gros. On arrivait près du musée, en sortant, je mettais mon bonnet sur ma tête, saluant mon père en disant que je me débrouillerais pour entrer. Je fermais la portière, prenant mon portable pour regarder l’heure. Il y avait tout de même pas mal de monde. Je ressentais une pointe de stresse, après tout c’était la première fois que je faisais quelque chose dans le genre. Elle ne semblait pas être encore arrivée, je me dirigeais donc vers un banc pour enfiler mes patins. Attendre n’était malheureusement pas une chose que je savais faire, enfin pas attendre sans rien faire. Me tourner les pouces ce n’était pas mon activité préférée. Je montais sur la glace, faisant un tour complet de la patinoire, avant de voir une jeune femme attendre à l’extérieur de la patinoire. Je m’approchais de la bande, croisant mes bras sur celle-ci. « Winnie ? » disais-je n’étant pas certain si c’était elle ou non. J’avais vu des photos de Winnie, je savais à quoi elle ressemblait, mais quelle certitude que c’était bien elle ? Elle semblait se reconnaître, je la saluais d’un signe de la main. « Par ici ! »

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Winnie K. HalpertGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/12/2016
Pages lues : 171
Crédits : (c) Mayiie & Tumblr
Avatar : Hayden Panettière
Pseudo : Mayiie
Âge : Vingt-quatre ans. (17 avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Ven 16 Déc - 2:59

Chip & Winnie
Let's get ready to ruffle

À l’entrée du métro, je regardai les gens débarquer d’un premier train, puis d’un second, et un troisième, provenant du sens contraire de celui par lequel j’étais arrivée. Je regardai presque chaque personne passant non loin de moi, même celles plus loin, espérant toujours voir une tête brune similaire à celle que j’avais vu sur les photographies de l’application, sans succès. Les minutes passèrent, et l’heure où nous aurions dû nous rencontrer commença à être dépassée de quelques minutes, m’obligeant ainsi à me poser des questions et remettre cette rencontre en question. M’étais-je trompée dans l’heure, ou encore l’endroit où nous devions nous rencontrer, voire même le jour ? Et si ce n’était qu’une plaisanterie, un malentendu ? Et si jamais j’avais mal interprété les messages que Chip et moi nous nous étions envoyés ? Je n’avais clairement pas envie de songer de cette façon, parce que le jeune homme me paraissait tout sauf méchant ou sournois, mais puisque c’était la première fois, je ne pouvais clairement pas faire autrement. Toutefois, parce que je n’avais pas envie non plus de tout gâcher à partir de simples suppositions, je pris la décision de lui laisser le bénéfice du doute, pendant encore un moment. Puis, lorsque le quatrième train se vida et que je ne le vis pas arriver, je soupirai fortement, décidant de ne pas rester plantée là plus longtemps. Je me trouvais ridicule et de plus, à rester debout au même endroit trop longtemps, je commençais à avoir mal aux pieds, encore plus rapidement qu’à mon habitude, et c’était particulièrement désagréable. Au final, compte tenu qu’il était prévu que nous nous rendions à la patinoire dès le départ, je décidai, au bout du compte, de marcher jusqu’à celle-ci. Non seulement, c’était à quelques pas de la dite station de métro, mais de plus, si jamais il me cherchait ou quelque chose du genre, j’avais toujours mon téléphone sur moi, alors je le préviendrais que j’étais déjà sur place. Après, peut-être que moi-même, j’aurais dû suivre mon propre conseil dans le cas présent, mais tourmentée par d’autres idées et questionnements, je n’y avais pas songé. C’était ridicule, j’étais consciente, mais le mal étant fait, je croisai les doigts pour que cela n’ait pas trop affecté l’organisation de la soirée. Arrivée à la patinoire que je connaissais par coeur, puisqu’elle ne changeait pas au fil du temps ni perdait son charme pour autant, je regardai pendant un bref instant les patineurs, jusqu’à ce que soudainement, l’un d’entre eux, qui se tenait plus loin, appuyé sur les bandes aménagées pour les patineurs qui voulaient prendre une pause, ou qui voulaient avoir quelque chose pour se retenir, en vienne à me regarder, puis m’interpeller. Enfin, c’est mon prénom que je crus comprendre dans la foule qui se trouvait là - pas trop nombreuses, heureusement - et après un regard un peu plus attentif dans la direction de la dite personne, je reconnus la tête brune que j’avais vue sur ces fameuses photos. Le signe de la main que le jeune homme me servit par la suite ne fit que confirmer ce que je pensais déjà; c’était Chip, c’était bel et bien lui. Il était venu, il s’était simplement pointé à la patinoire plutôt que d’attendre dans le métro. Soulagée, heureuse de le voir, je ne me fis certainement pas prier et je m’approchai pour aller le saluer. Une fois que je fus à sa hauteur, je lui dis, enthousiaste:  « Salut ! » Je m’arrêtai de marcher une fois que je fus en face de lui, puis après lui avoir servi un sourire un peu plus juvénile, j’ajoutai:  « Je suis désolée de t’avoir fait attendre ! Je… », remarquant qu’après m’être lancée dans mon propos que celui-ci pouvait sonner un peu idiot. Un rire nerveux vint trahir mon embarras, mais parce que je n’étais pas du genre à avoir peur du ridicule ou ne pas être en mesure d’assumer mes erreurs, j’ajoutai:  « Je t’attendais au métro en fait ! Mais ce n’est pas grave, l’essentiel c’est qu’on se soit retrouvés, je suppose ! » Un haussement d’épaules fut suffisant en mon sens pour confirmer le fait que je ne m’en faisais pas trop de ce côté, et remarquant que j’avais fait un monologue à moi toute seule depuis que j’étais arrivée, je choisis de lui demander, tout banalement:  « Comment tu vas ? », me disant que je pouvais quand même me permettre de lui poser cette question avant de commencer à enfiler mes patins, d’autant plus que j’avais tant l’habitude que je ne mettais pas de temps à le faire et que de plus, il y avait un banc prévu à cet effet juste à côté, donc je n’aurais pas à m’isoler ou quelque chose du genre pour y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 630
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Mar 17 Jan - 1:21

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

Enfilant mes patins, je sentais que cette journée serait amusante. Si j’avais pu ressentir du stresse peu de temps avant d’enfiler mes patins, maintenant celui-ci semblait s’être envolé. Ce n’était pas dans mes habitudes de ressentir cela. En général, j’étais le genre de personne fonçant tête baissée, qui avait une aisance depuis la naissance à aller vers les gens. Ça n’avait pas changé, puisque j’étais persuadé que je n’aurais pas de mal avec Winnie. Je ne savais pas trop où tout cela allait nous mener, mais qui vivra verra comme on dit. C’est sûr, je pouvais me poser une tonne de question. Après tout, rencontrer quelqu’un via le net, ou comme pour cette fois, via une application, c’était toujours quelque chose qui pouvait laisser un doute. Était-elle vraiment comme je l’avais pensé ? Me faisais-je des films quant à cette fille ? Je ne savais pas trop et si je prenais réellement le temps de réfléchir, je ne savais plus quoi penser. Je devais simplement laisser les choses aller sans plus de questionnement. Inutile que je m’embrouille l’esprit avec rien. Patin à mes pieds, je sortais mon portable pour voir un autre message de Yasmin. Je poussais un soupir, c’était bien une première envers ma meilleure amie, je ne soupirais jamais lorsqu’il s’agissait d’elle. Ne prenant même pas le temps de lire ledit message, je remettais mon portable dans ma poche avant de me lever et d’aller sur la glace. Je n’étais pas un grand patineur, je savais la base et comment faire pour ne pas me péter la gueule, après tout c’était comme des patins à roue alignée. Ça je savais en faire, c’était pratique comme moyen de transport, un peu moins quand je me rendais dans un endroit où je ne pouvais pas être en patin, mais bon, tant pis, la vie ne peut pas être parfaite ! Mais je faisais moins couramment du patin à glace, mais c’était comme du vélo, non ? Tant qu’on ne me demandait pas de faire des pirouettes, je savais que je pouvais tenir sur mes patins, de toute manière, il aurait été hors de question que j’accepte de faire quelque chose qui pourrait mettre en évidence le fait que j’avais déjà fait de la danse classique. Tranquillement, je me mettais à patiner entre les gens déjà présents sur la patinoire. Je faisais un tour avant de m’arrêter sur le rebord en croyant avoir aperçu Winnie. Je pouvais nier que cette fille avait de quoi pour attirer le regard. Alors qu’elle approchait, je laissais mon sourire s’étendre sur mes lèvres, démontrant ainsi mon plaisir de la voir. « Salut. » répondais-je sans laisser mon sourire disparaître. Je la regardais, bras croiser sur la bande, sourire toujours présent. C’était plutôt dur de croire qu’il m’arrivait d’être morose. Ce n’était pas une chose que j’avais l’habitude d’exprimé et puis, je la sentais bien cette journée. Je ne savais pas ce que serait le résultat final, peut-être que mon attitude finirait par l’exaspérer. J’étais tout de même le genre de personne à courir à droite et puis à gauche comme une poule sans tête. Mon but n’était pas de lui donner le tournis, mais on sait jamais, parler par sms ce n’est pas comme être devant la personne. Mon sourire néanmoins se figeait en l’entendant rire, elle semblait nerveuse ou alors quelque chose clochait. Mais quoi ? Je ne tardais pas à le découvrir et je me sentais con. Oui, con. J’avais complètement oublié qu’on devait se rejoindre au métro, en fait, en voyant l’heure j’avais su que je ne pourrai pas m’y rendre en métro. C’est pourquoi j’avais demandé à mon père de venir me reconduire plutôt que d’arriver en retard. Pour ce que ça avait donné, j’étais là que depuis quelques minutes, mais elle, depuis combien de temps elle attendait ? Frappant mon front avec la paume de ma main, je la regardai laissant à mon tour un rire nerveux m’échapper. « J’ai complètement oublié le métro ! » disais-je en laissant mon front venir frapper la bande et mes pieds glisser par derrière – position idéal pour créer une jambette. Je relevais mon regard, pour regarder Winnie. « Au moins, ça te soulage si je dis que je suis arrivé que depuis cinq minutes ? » Je lui adressai un sourire en coin, avant de me redresser complètement et ainsi éviter à tous les gens sur la patinoire de s’écrouler comme des dominos par ma faute. « Sinon ça va, je ne pourrais pas aller mieux. Dehors à faire du sport, y’a rien de mieux ! Et toi ? » C’était toute ma vie, si certain penchait pour l’intérieur, restant bien confortable dans la douce chaleur, je préférais de loin être à l’extérieur et au diable si je me retrouvais avec un glaçon au bout du nez ! Je la regardais prendre place sur le banc : « Alors tu as déjà fait du patin à glace ? »

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Winnie K. HalpertGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/12/2016
Pages lues : 171
Crédits : (c) Mayiie & Tumblr
Avatar : Hayden Panettière
Pseudo : Mayiie
Âge : Vingt-quatre ans. (17 avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Dim 22 Jan - 23:53

Chip & Winnie
Let's get ready to ruffle

Nullement vexée de ce malentendu, je ne sus faire autrement que de rire doucement à la réaction de Chip lorsque je lui annonçai que je l’avais attendu à la station de métro, comme il me semblait que nous nous étions dits au moment d’organiser cette fameuse sortie. Après tout, pourquoi en ferais-je un drame ? Je n’avais pas attendu pendant une heure, le jeune homme n’avait pas décidé de me faire faux bond, et nous avions fini par nous trouver malgré tout, alors franchement, ce n’était pas la fin du monde. Et puis, il me fallut admettre que la réaction de Chip avait un petit quelque chose de mignon, certainement en raison de la sincérité qu’il dégageait dans son propos. En effet, je pouvais bien voir qu’il était vraiment confus de tout cela, qu’il ne faisait pas juste cela pour me sentir mieux. Bref, il était un peu comme je l’imaginais au travers de nos messages échangés l’un à l’autre, voire même encore plus adorable. Puis, à mes yeux, il le fut encore plus quand il tenta de trouver de quoi rattraper le coup, m’arrachant là un petit sourire et une réponse qui se déclina comme suit:  « Oui, un peu ! En tout cas, c’est bon à savoir ! Et puis, l’essentiel, c’est qu’on n’ait pas attendu l’un et l’autre dans notre coin pendant des heures, n’est-ce pas ? » Enfin, peut-être que j’avais quelque peu exagéré, puisque nous avions quand même chacun un téléphone portable, nous aurions pu nous envoyer des messages, nous appeler, ce genre de chose-là. Pourquoi ne l’avions-nous pas fait toutefois, ici et maintenant ? C’était un mystère que je ne saurais pas résoudre dans le cas présent et qu’en toute honnêteté, je ne voulais pas vraiment résoudre, dans le sens où m’attarder à ce petit accroc ne servirait fort probablement à rien, outre retarder le moment de commencer à passer une belle soirée en compagnie l’un de l’autre. Dans le cas présent, je préférai de loin lui répondre, avec enthousiasme, sitôt que je me fus installée sur le petit banc:  « Ça va, merci ! » Puis, je retirai mes bottes afin de commencer à enfiler mes patins, soulagée de constater sitôt que le petit ventre qui commençait à se manifester sous mon haut je me gênait pas trop pour m’adonner à cet exercice que j’avais fait une tonne de fois dans ma vie. Satisfaite, j’enfilai un premier patin et je commençai à le lacer, sans toutefois pour autant oublier mon interlocuteur, bien que je ne le regardais pas nécessairement, concentrée à attacher mon patin. Cela me sauva quelque peu la peau, si je pouvais le dire ainsi, au moment où il en vint à me demander, probablement en toute curiosité, si j’avais déjà fait du patin à glace avant aujourd’hui. Parce que ma première réaction fut, sans que je ne puisse vraiment le contrôler, d’esquisser un sourire particulièrement amusé, comme je le faisais chaque fois que quelqu’un me demandait si je savais patiner ou toute question liée à cette interrogation principale. Pourquoi je ne voulais pas que Chip le voie ? Parce qu’après tout, c’était la première fois qu’on se voyait, qu’il n’était pas au courant et que je ne voulais pas non plus provoquer un malaise. Puis, une fois que j’eus repris ma contenance - et que j’eus terminé de lacer mon patin - je relevai la tête et je lui répondis:  « Un peu oui, quand même ! J’en faisais davantage quand j’étais plus jeune, mais j’aime bien venir ici, au moins une fois par an. » Il était vrai qu’à ce moment précis, peut-être que j’aurais pu lui dire que j’aurais pu être, en ce jour précis, patineuse artistique professionnelle, m’entraîner en vue des prochains Jeux Olympiques, quelque chose du genre, d’autant plus que ça aurait été logique, puisqu’à un moment ou un autre, j’allais embarquer sur cette glace, et je n’arrivais pas à faire comme si je ne savais pas patiner, c’était juste trop naturel me concernant. Et puis, pourquoi lui mentir sur mes capacités en fait ? Tout cela pouvait paraître contradictoire, mais en vérité, je ne voulais pas juste jouer les vantardes du premier coup, me disant que je pourrais toujours faire comme si mon propos était une petite blague et me rattraper par la suite en développant davantage mes dires. Mais pour le moment, je me contentai plutôt de lui rendre la question en affirmant:  « Et toi ? À ce que j’ai vu, tu sembles déjà pas mal agile sur tes lames ! » Et ça, je le disais plutôt sincèrement, d’autant plus que j’estimais ne pas avoir perdu la capacité de voir si quelqu’un avait le potentiel de devenir un bon patineur ou pas. En fait, pour sûr, j’aurais pu devenir entraîneure de carrière, j’étais persuadée que j’aurais eu l’expérience et le talent pour le faire, mais le destin en avait décidé autrement, et je n’en étais pas déçue non plus, bien loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 630
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Dim 19 Fév - 8:52

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

« C’est sûr que là, ça aurait été dommage. Mais je pense bien qu’on aurait fini tout de même par se trouver. » disais-je en relevant mon regard vers Winnie. « Après tout la magie des portables, c’est assez formidable, même si je sais pas pourquoi je n’ai pas pensé à t’envoyer un sms pour te prévenir que j’étais arrivé. » Parfois, je devrais apprendre à me la fermer… Je m’enfonçais de plus en plus, laissant presque un rire nerveux m’échapper. Inutile que je me mette à stresser pour si peu, il y avait pire comme situation, mais je devais bien admettre que cela était une première. Ce n’était pas une fille que j’avais rencontré en cours, on était pas amis tout du moins pas exactement. Je ne savais pas comment qualifier ce que nous étions, mais rien ne servait que je me formalise tout cela. Ceci n’avait rien à voir avec rencard amoureux. Je devais simplement agir normalement et pourtant, j’avais l’impression de ne dire que des bêtises, d’avoir l’air d’un écervelé… Alors qu’elle prenait place sur le banc, je poussais un soupir, tentant de reprendre contenance. C’était le mieux que je pouvais faire et c’était surtout le mieux à faire. M’appuyant sur le rempart de la patinoire, je la regardais mettre ses patins. Au début, mal habile, je reprenais bien vite mes aises. Parler était quelque chose que je n’avais pas de mal à faire. M’enquérir des gens non plus, j’avais toujours porter une attention particulière à chaque personne. Parler que de moi, je n’arrivais pas à le faire. Non pas que j’étais le genre de personne refermer sur lui-même ou qui avait une certaine difficulté à s’ouvrir. Oh non, ça je n’avais pas de mal, si on me posait des questions j’y répondais volontiers, je n’avais rien à cacher – pas même le fait que j’étais puceau – j’avais toujours été confiant et sur de moi. Je m’acceptais comme j’étais et la honte ne faisait pas partie de ma vie – si j’omettais de parler de cette période où je faisais de la danse classique pour le plaisir de ma mère. Un sourire s’étirait sur mes lèvres, je n’avais jamais été un grand patineur sur glace, mais tout comme elle, j’y allais au minimum une fois par année. Ce n’était pas mon sport d’hiver préféré, mais sans monter une fois sur mes patins, l’hiver me semblait différent. Les habitudes sans doute. « Je me débrouille, j’ai appris jeune, mais ce n’est pas ce que je pratique le plus. Donc si je tombe à un moment, on saura que je ne suis pas là pour faire mon fin finaud. » Ce qui n’étais pas le cas, je n’agissais jamais ainsi, me montrer le meilleur c’était pas mon genre, au contraire ça pouvait aisément m’exaspérer. Il y a toujours meilleur que soit et il faut simplement l’accepté. Bien entendu, si elle m’aurait dit être une quiche en patin, je lui aurais proposé de l’aider sans même réfléchir, mais si tous deux nous savions patiner, ce serait un moment sans doute moins embarrassant et plus plaisant. Je lui souriais finalement, attendant qu’elle finisse de chausser ses patins pour lui tendre la main et l’aider à monter sur la glace. Ça avait été plus fort que moi et réalisant mon geste, j’hésitais à reprendre ma main, mais je la laissais plutôt faire le choix de la prendre ou non. Je n’allais pas mal le prendre si elle refusait de prendre celle-ci. « Tu pratiquais d’autre sport étant plus jeune ? » demandais-je finalement, sachant très bien que c’était un sujet qui me passionnait plus que tout le reste.  

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Winnie K. HalpertGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/12/2016
Pages lues : 171
Crédits : (c) Mayiie & Tumblr
Avatar : Hayden Panettière
Pseudo : Mayiie
Âge : Vingt-quatre ans. (17 avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Sam 25 Fév - 6:26

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

Voilà un petit moment que Chip et moi nous nous échangions des messages comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, et alors que nous étions sur le point de nous voir face à face, nous n’étions pas capable de faire pareil, alors que c’était pourtant la normale des choses. Voilà ce que je compris des propos du jeune homme, et sachant que j’étais tout aussi coupable que lui pour le coup, parce que je n’avais pas pris l’initiative non plus de lui en envoyer un. J’avais pris pour acquis que nous allions nous retrouver au métro, donc je n’avais pas songé à ne faire ne serait-ce que prévenir que j’étais bien arrivée et que je l’attendais. Venant de moi, qui était bien souvent scotchée à son téléphone portable, surtout parce que c’était essentiel à mon métier, c’était, en mon sens, tout à fait pathétique. Mais pourquoi avais-je agi ainsi ? Ce n’était pas la première fois que je rencontrais quelqu’un avec qui j’avais fait connaissance par l’intermédiaire d’Internet… Est-ce que le fait que ce soit via Tinder avait eu un rôle à jouer ? Peut-être, je ne savais pas trop, et pour être franche, je n’avais pas vraiment envie de démystifier la situation, aussi intrigante celle-ci soit-elle, parce que dans l’immédiat, je me disais que l’essentiel était que nous nous étions trouvés, et que nous étions, je l’estimais, prêts à passer du temps en compagnie l’un de l’autre. La chose étant donc réglée à mon avis, ce fut sans trop de problème que je déviai le sujet de conversation, en venant à parler des compétences du jeune homme à se déplacer sur deux lames sans trop de problème. C’est ainsi que j’appris un peu son expérience, et ce fut sans trop de surprise - parce que j’avais bien compris que le sport prenait beaucoup de place dans sa vie - qu’il en vint à me parler qu’il en pratiquait d’autres. Curieuse d’en entendre davantage - et curieuse de l’apprendre de vive voix surtout - je lui demandai, par simple curiosité:  « Et quel est le sport que tu pratiques le plus en ce moment ? » Puis, jugeant que j’étais capable de faire deux choses en même temps dans le cas présent, je me permis de continuer à attacher mes patins tandis qu’il répondait à ma question. Puis, une fois que je fus prête, je me levai, puis je me dirigeai vers l’entrée la plus proche pour aller sur la patinoire. C’est là que je fis la rencontre de la main de Chip, tendue en ma direction, comme si, en toute galanterie, il voulait m’aider à aller sur la glace. Clairement, je ne m’y en attendais pas, mais je dus admettre que… Ça avait quelque chose de particulièrement mignon. Ne voulait pas l’humilier avec une expression inappropriée, je me contentai de simplement lui sourire doucement, et histoire de ne pas le mettre dans l’embarras, je la pris, puis tandis que je mettais le pied sur la glace, je répondis à sa question en affirmant:  « Eh bien, disons que je me suis toujours concentrée sur un sport en particulier. » Alors que je terminais ma phrase, je lâchai sa main, puis je fis un pivot trop élégant pour être totalement naturel afin de le considérer. Le pire, c’est que je le fis sans trop m’en rendre compte, et c’est qu’après-coup que je réalisai que… je venais de me griller. Me mordillant la lèvre inférieure, j’ajoutai, dans un haussement d’épaules:  « Le patinage artistique. » Je n’étais pas honteuse de ne pas l’avoir mentionné plus tôt, parce que je n’étais pas du genre à m’en vanter, mais ce que j’espérais pour le coup, c’était que je n’avais pas foutu un malaise, parce que ce serait bien triste, dès notre première rencontre, de mettre Chip inconfortable parce que j’étais à l’aise sur des patins et il l’était moins. Évidemment, je n’avais pas l’intention de commencer à faire des pirouettes, surtout pas dans ma condition, mais bon, je ne pouvais pas deviner ce qu’il pensait non plus pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 630
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Dim 26 Mar - 6:24

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

Toujours appuyé sur la bande de la patinoire, je la regardais chausser ses patins. Le menton poser dans le creux de ma main ganté, je laissais un sourire s’étirer sur mes lèvres. Si on me prenait par les sentiments, bien qu’habituellement les gens étaient plus aisément corruptibles avec de l’argent ou de la nourriture, moi on pouvait facilement avoir toute mon attention si on abordait le sujet de sport. C’était ma drogue à moi. « En ce moment… J’en fais plusieurs, je ne suis pas vraiment le genre de personne qui arrive à se limiter qu’à une seule activité sportive. Je fais beaucoup de boxe puisque j’ai tout l’équipement chez moi, c’est assez facile, je n’ai pas besoin de sortir quand j’en ressens l’envie. Je fais aussi de l’escalade, du basket, du football et du golf. Je suis plutôt varié, mais c’est rare que je n’aime pas un sport. » disais-je finalement en haussant les épaules. Si je pouvais en faire pour le restant de ma vie, je serais l’homme le plus heureux du monde. Le plus étrange venait néanmoins du fait que je ne souhaitais pas en faire un métier, j’aurais pourtant eut mes chances, mais je n’avais jamais cherché à le devenir. Je le faisais pour m’amuser et non pour la compétition, j’étais toujours celui qu’on voyait heureux malgré une défaite. Le petit mec trop optimiste qu’on apprécie, mais qu’on aimerait bien secouer malgré tout. Je n’avais pas le sentiment de compétition très développé et ce n’était pas à mon avantage de ne pas l’avoir. J’aurais pu vouloir devenir prof de lycée en sport ou coach sportif, mais mon objectif était tout autre. Toujours appuyé, je continuais de parler. Je m’étais transformé en vrai moulin à parole : « Mais j’aimerais bien essayer la plongée prochainement, faudrait que je me renseigne, ça doit être bien dans le sud de pouvoir sous l’eau, voir un monde différent du nôtre. » Je finissais par réaliser que je parlais sans doute beaucoup trop puisqu’elle avait fini de mettre ses patins alors que je lui offrais un monologue sur ma passion. Je sentais le rose me monter aux joues, avant de me ressaisir. Qu’est-ce que j’aurais l’air si elle remarquait cette marque de gêne ? J’inspirais pour expirer aussi rapidement, me redressant en lui tendant ma main et tournant la conversation sur elle. Mon geste avec ma main, je ne l’avais pas réfléchi, en aucun cas j’avais pensé à quoi on pourrait s’imaginer si je lui tendais la main. J’avais simplement l’habitude de le faire avec des amies. Ça me semblait naturel et sans arrière-pensée – de toute manière, il n’y en avait jamais avec moi. On pouvait pratiquement tout faire avec moi sans que je voie une opportunité pour quelque chose se rapportant à de la drague ou à un besoin de sexe. Ma meilleure amie pouvait dormir en petite tenue que je ne me sentais pas mal à l’aise ou certain que je perdrais le contrôle. On aurait dit que ma libido était au point mort, mais je ne m’en plaignais pas, puisque je ne ressentais pas le besoin d’en avoir – tout du moins, pour le moment, chaque chose en son temps. J’adressais un sourire à Winnie lorsqu’elle prit ma main, j’étais bien curieux de savoir quel sport elle avait bien pu pratiquer. Réponse qui me sembla évidente au moment où elle lâcha ma main pour faire un pivot. Stoïque, je la regardais sans trouver les mots pour parler. C’était gracieux, ce que je n’avais pas le moins du monde sur des patins à glace, j’avais plus l’air d’un hockeyeur trop baraquer pour vraiment sembler être à l’aise, mais qui compte sur son bâton pour lui donner de la prestance et l’utiliser comme canne au besoin ! « Wow. » soufflais-je plus pour moi que pour elle. Je devais avoir une tête idiote, mais tant pis. Je secouais la tête pour reprendre mes esprits, son geste était simple et pourtant… voilà quoi ! « Je me disais aussi que c’était trop gracieux pour être joueuse de waterpolo ! » Je lui adressais un sourire, avant de laisser un petit rire m’échapper. Je patinais un coup vers elle : « Donc le patinage artistique, je sais pas pourquoi, mais je trouve que ça te convient parfaitement. Moi qui pensait être le plus cool sur cette glace, mon égo vient d’en prendre tout un coup. » Je m’arrêtais pour rigoler, avant de poursuivre : « Je plaisante, c’est génial. Tu as arrêté d’en faire ? » demandais-je en me mettant à patiner de reculons pour la regarder lorsqu’elle me répondrait.

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Winnie K. HalpertGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 02/12/2016
Pages lues : 171
Crédits : (c) Mayiie & Tumblr
Avatar : Hayden Panettière
Pseudo : Mayiie
Âge : Vingt-quatre ans. (17 avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Lun 3 Avr - 0:28

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

J’avais déjà deviné que Chip était un amateur de sport avant de lui demander les sports qui l’intéressaient, mais je ne pensais certainement pas que ces intérêts étaient variés à ce point et que plus encore, il se permettait d’en parler avec un enthousiasme qui trahissait grandement l’amour qu’il pouvait avoir pour cette série de loisirs auxquels il aimait clairement s’adonner. Ne faisant pas partie de ses filles qui s’exaspéraient de voir un homme s’extasier devant ces activités, je ne m’en montrai pas embêtée, bien au contraire. En effet, je trouvais que c’était beau à voir, qu’il s’intéresse à autant de choses, d’où le fait qu’au moment où il en vint à mentionner qu’il voulait élargir ses horizons en essayant la plongée à un moment ou un autre, je ne sus faire autrement que de lui dire, avec un enthousiasme non-feint:  « Wow ! C’est vraiment cool tout ça ! » Malheureusement, je ne sus lui dire que j’aimerais bien essayer moi aussi. Non pas que je caressais ce rêve à proprement parler, mais disons que j’aimais bien essayer de nouvelles choses, alors quand des propositions arrivaient sur la table, j’avais bien du mal à dire non. Cependant, au vu de ma condition, il me fallait que je me limite pour encore quelques mois. Je savais bien que ce n’était pas chose nouvelle me concernant, compte tenu de ce qui m’était arrivé lorsque j’étais adolescente, mais ça demeurait quelque peu frustrant, d’autant plus que je me doutais bien qu’une fois que mon bébé serait au monde, le temps me manquerait pour faire autre chose, et qu’en ce moment, je ne pouvais certainement pas dire à Mike que j’avais des plans et qu’il devrait se débrouiller avec le bébé. Non pas que je pensais qu’il allait faire un mauvais père ou quelque chose dans le genre, mais disons que les choses étaient plus que complexes, d’où le fait que sortir un peu, profiter du grand air et de la patinoire avec un nouveau visage, nouveau visage qui venait avec une attitude plus que rafraichissante, cela me faisait le plus grand bien. Décidée à en profiter pleinement, je ne voulus pas non plus mettre un malaise avec mes compétences en patin, mais mon passé et surtout mes réflexes m’avaient bien rapidement trahi, venant mettre sur le visage de Chip un air impressionné et dans sa bouche, un commentaire qui, au bout du compte, ne me mit pas inconfortable, mais eut pour effet de me faire rire doucement. Puis, ce rire, quand il s’estompa, laissa place à un petit sourire, puisque je considérais que ce qu’il venait de dire était tout sauf méchant. À vrai dire, je le prenais pour un compliment, ce qui me fit plaisir, évidemment, même si je ne pus m’empêcher de rétorquer, au moment où il en vint à soulever le souci de son amour-propre:  « Oh mais tu te débrouilles très bien, je t’assure ! » Aurais-je pu me passer de ce commentaire, sachant que j’en avais fait un du même genre précédemment ? Possible, mais j’avais tant ce souci de ne pas mettre qui que ce soit inconfortable sur une patinoire que bon, c’était maintenant devenu plus fort que moi pour le coup. Heureusement, j’avais développé aussi, au fil du temps, la capacité de ne pas trop m’attarder sur la question, faisant en sorte que ce fut sans trop de problème que la discussion se poursuivit et de ce fait, ce fut sans trop hésiter que je répondis à la question du jeune homme en affirmant:  « De façon intensive, oui. Depuis que j’étais gamine, j’étais à la patinoire chaque jour, ou presque. Puis quand j’étais au lycée, je me suis blessée au genou. » C’était chose difficile à croire en ce moment, je l’admettais, compte tenu que je patinais en compagnie de Chip sans trop de problème, voire même aucun problème en fait. Pour cette raison, je crus bon d’ajouter, en guise d’explication:  « Je n’ai pas gardé de séquelles graves de l’accident, mais disons que je peux patiner qu’occasionnellement, jamais je ne serai capable d’encaisser le choc des sauts comme auparavant. » Enfin, parfois, il était vrai que je me permettais de virevolter un peu plus que la normale, mais il était clair que jamais je ne saurais retrouver mon niveau d’avant. Et d’une certaine façon, c’était peut-être triste, mais me concernant, ce n’était pas la fin du monde, comme je le prouvai en concluant, dans un haussement d’épaules:  « Mais je vis bien avec, maintenant. » Je n’eus pas l’intention d’aller plus loin dans mes explications, mais je me sentis quand même interrompue dans mes propos lorsque soudainement, je vis un gamin, qui zigzaguait sans trop savoir où aller, s’approcher dangereusement de Chip. Sitôt, je lui dis:  « Oh, attention ! » et par réflexe, donc sans trop réfléchir, je pris sa main pour qu’il se décale un peu afin d’éviter l’accident.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 630
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   Dim 21 Mai - 7:14

Winnie & Chip
LET'S GET READY TO RUFFLE

Chacun possédait ses forces et ses faiblesses, bien que je plaisantasse sur mon égo, je savais que je ne pouvais pas être le meilleur dans tout. Je n’étais de toute manière pas le genre de mec à se la péter et se croire le meilleur, bien qu’il y eût quelques domaines où je pouvais en surprendre plus d’un. J’acceptais donc son talent certain pour le patin et puis, ça me confirmait qu’elle aimait au moins un sport. Elle avait semblé impressionnée lorsque je lui avais dit tous les domaines sportifs que je pratiquais, et c’était une infime liste. Car des sports j’en avais essayé plus d’un et certain, je préférais les garder secrets. Je me concentrais plutôt sur son sourire ainsi que son rire. J’avais une facilité avec les gens, mais une première rencontre n’était pas toujours facile. Surtout quand la rencontre avait été créé à partir d’une application. Ça pouvait ne pas cliquer une fois face à face. Elle aurait pu me trouver ennuyeux, ne pas aimer les sports et donc s’emmerder à m’écouter parler. Elle aurait pu être le genre de fille trop délicate que je ressentais le besoin de faire gaffe à chacun de mes mots ou mes gestes, rendant les moments lourds de non dis. Ce n’était pas ce que je ressentais. Non pas non plus, qu’elle n’était pas délicate, mais je ne ressentais pas le besoin de prendre des pincettes parce que chacun de mes propos pouvait être mal interprété. « C’est que tu ne m’as pas vu m’étaler ! » Je lui adressais un sourire taquin, alors que je continuais à patiner de reculons, tournant la tête de temps en temps pour voir où j’allais. Inutile qu’en disant cela, je lui offre aussi rapidement un tel spectacle ! La regardant et tentant de garder un bon rythme, je l’écoutais parler d’elle. Au moment où elle parlait de sa blessure, une grimace m’échappait. J’avais mal pour elle. Je ne pouvais pas dire pourquoi, mais me blesser et devoir arrêter un sport me rendrait malade. J’avais besoin de cela pour vivre et comment faire sans cette essence ? Je ne voulais même pas imaginer. Non. Non. Non ! « Je suis désolé de l’apprendre. » Je lui adressais un sourire en coin, affichant une légère moue par la même occasion. « Je ne sais pas comment tu fais. Je ne pourrais pas arrêter. Je crois que même blesser, je continuerais. » Ça pouvait paraître stupide, mais je voyais la chose ainsi, ma vie sans sport, je ne la voyais pas possible. Couper mes ailes, c’était me retirer une partie de moi. En l’écoutant parler, j’avais baissé ma vigilance. Sentant la main de Winnie prendre la mienne, je me rapprochais d’elle. « C’était moins une. » disais-je en posant mon regard sur le gamin, avant de porter mon regard vers ma sauveuse. Je n’avais pas réalisé que je me trouvais désormais très près d’elle. Nos visages se trouvaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Ravalant ma salive, je sentais une douce chaleur au niveau de mes joues. « Merci. » disais-je en reprenant ma main et me raclant la gorge, avant de me reculer et de lui adresser un sourire. Je ne pouvais pas dire pourquoi je me sentais ainsi, mais c’était bien une première pour moi. « Ça n’aurait pas été juste de te montrer mes talents pour me vautrer, si c’était quelqu’un qui m’y avait aidé. » plaisantais-je en me remettant à patiner. Glissant mes mains dans mes poches, je poursuivis : « Je crois que je vais me contenter de patiner sans me la jouer, ça évitera les catastrophes. » Je rigolais, patinant près d’elle. Gardant un instant le silence, je me risquais à poser une question. J’allais sans doute sembler con, mais bon… « Habituellement, quand on a une bague à l’annulaire gauche c’est qu’on est marié, non ? » Je fis une pause de quelques secondes : « Pourquoi tu en portes une ? »  demandais-je en toute innocence, je l’avais simplement ressenti lorsqu’elle avait pris ma main et je ne comprenais pas trop pourquoi elle portait une bague qui pouvait signifier autant pour le plaisir. Craignait-elle que je tentes une approche ?

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chip & Winnie + Let's get ready to ruffle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» WINNIE ROSE ; I'm ready for the fight and fate.
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Un .gif animé de Winnie...
» Winnie l'Ourson... le nounours d'Aline...
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Capitol Hill :: national mall-
Sauter vers: