AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 232
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Lun 19 Déc - 11:16

J’inspirais profondément en attendant Chip juste en bas de chez lui, les bras croisés et le regard tendu à l’idée de lui suivre à sa fameuse soirée. En effet mon ami m’avait proposé de l’accompagner à une de ses grosses soirées qu’il fait de temps en temps ce qui malgré l’invitation qui me faisait plaisir, m’angoissait un peu. D’une part car je n’en avais jamais fait, bien sûr j’avais déjà bu quelques verres avec mes frères et sœurs quand j’étais du cirque mais jamais trop plus, et d’une autre car il y allait sans doute avoir beaucoup de monde.  Et je n’aimais pas particulièrement les grosses foules, ça avait un peu tendance à me stresser sans compter que dans ce genre d’endroit, les gens sont cons, les gens sont lourds et les gens allaient sans doute recevoir mon poing dans la gueule s’il me les brisait vraiment. La patience n’était pas ma principale vertu et on peut dire qu’il m’en fallait peu pour m’emporter. Toutefois, malgré toutes ces appréhensions, j’avais accepté de le suivre. Peut-être parce que j’avais l’impression que cela me rendait un peu plus normal, et c’était ce que je recherchais, de pouvoir reprendre les droits sur une vie que l’on m’a volé. Et je devais bien avoué que sans le savoir Chip m’offrait une grande partie de ce que je recherchais en atterrissant ici. Tout n’était pas gagné et ne le serait pas tant que je n’aurais pas atteint ma majorité mais c’était un pas en avant, même si je finissais par me dire que vivre ici de vol et dans une maison abandonné pendant encore trois ans allait s’avérer long, j’étais prêt à l’affronter chaque soir si cela me permettait de m’offrir la vie que je désirais. Car plus jamais je ne me plierais au désir de quelqu’un et plus jamais je ne me laisserais dicter ma conduite. Mais l’heure n’était pas au pensée sombre, je voyais finalement Chip arrivé et je ne pu m’empêcher de sourire en me disant qu’après tout j’étais avec lui et cela ne pouvait que bien se passer. Au pire nous allions rigoler, sans doute boire, probablement pas avec modération mais c’était l’occasion de m’amuser, de profiter du moment que l’on m’offrait et j’étais comme ça. Je vivais à fond l’instant présent.  « Hey, madame est enfin prête ? » disais-je en le taquinant notamment sur le temps qu’il avait mit à se préparer, c’est pas comme-ci je l’attendais en bas. Mais je m’en foutais, le poussant légèrement pour mettre fin à la taquinerie. J’attendais que mon pote me dise où nous allions aller car je savais même pas où il m’emmenait mais surtout je ne connaissais pas vraiment la ville ce qui s’avérait parfois difficile pour me déplacer. « Tu nous as prévu quoi pour ce soir alors ? » Je grattais quelques infos même si je me doutais un peu déjà de la réponse. C’était pour lancer un peu la conversation, même si je ne doutais que nous allions bien parler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 747
Crédits : #avatar : Eilera #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Ven 20 Jan - 5:44

Austin & Chip
L'art de rester classe en toutes circonstances
Sortant de la douche – à croire que chaque moment où je m’apprêtais à voir Austin, je sortais de la douche… – je me dirigeais vers ma chambre pour me vêtir et ainsi pouvoir enfiler des vêtements plus aptes à la sortie. Passant une main dans mes cheveux, je regardais comme à mon habitude mon portable pour voir les notifications, à savoir si quelqu’un avait posté sur les réseaux sociaux ou encore si j’avais un message. Je remarquais que Yas’ avait posté une photo qu’aussitôt je commentai d’un message avec une avalanche d’emoji. De toute, on allait surement se croiser ce soir. Fin prêt, je posais un brixton sur ma tête avant de descendre, passant devant le salon où je croisais un bref instant le regard de ma mère qui se levait de son roman. « Chip ? » Je m’arrêtais, grimaçant discrètement, avant de revenir vers le salon pour aller la voir. Ce soir, mon père n’était pas là, encore une grosse soirée au travail. Skye était je ne sais où et ma mère semblait de la tranquillité de la maisonnée et le fait que Daisy dormait pour lire. « Oui ? » disais-je en relevant le rebord de mon chapeau pour qu’elle puisse voir mon regard et ainsi éviter de me dire que je le lui cachais. « Tu sors ? » Instinctivement, je me grattais le derrière de mon oreille. « Oui et je vais être en retard. » Elle me toisait, ce genre de regard qui se trouve à être plus perçant que des rayons X. « Tu y vas avec ton copain ? » Sans prendre le temps de réfléchir ou d’analyser le sens qu’elle voulait donner à cette phrase je répondais : « Oui. » Une réponse donné bien vite, trop vite. « Non c’est… » Je poussais un soupir, balayant le vide de ma main. « Laisse. Je peux y aller ? » Elle me faisait un signe de la tête, j’attrapais mon blouson et avant de sortir, je prenais une profonde inspiration. J’avais encore réussi à me mettre les deux pieds dans le plat avec mes parents. À continuer ainsi, ils allaient me croire gay… Enfin, ça c’était peut-être le cas qui sait ! Mais je ne m’en formalisai pas, n’étant pas prêt à tomber amour. Je sortais dehors, sentant l’air frisquet de décembre venir caresser ma peau malgré mes vêtements. Une fine fumée claire s’échappait de mes lèvres. « Tu t’es regardé ? C’est pas des seins que je vois ? » disais-je avec mon éternel sourire, approchant de mon ami. Riant de bon cœur quand celui-ci me poussait, je tournais néanmoins la tête pour apercevoir ma mère à la fenêtre qui nous regardait un sourire aux lèvres. Secouant la tête, je reportais mon attention sur Austin, avant de me mettre en route. « Une teuf. » disais-je, une activité qui était bien ce que je faisais le plus en ce moment si je ne prenais pas en compte le sport. « C’est pas trop loin d’ici on peut facilement y aller à pied. » continuais-je en tournant dans la direction d’où avait lieu la fête. Ça allait être le genre de soirée animée où il ne suffit pas trop de penser. « Je crois que ma mère pense qu’on sort ensemble. » disais-je en jetant un coup d’œil à Austin.

_________________
Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 232
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Dim 12 Fév - 18:56

Les bras croisé, je me demandais si Chip allait finalement réussir à sortir de chez lui ou s’il allait falloir que j’aille le chercher par la peau des fesses. J’aurais pu aller jusqu’à sa fenêtre pour voir ce qu’il pouvait bien faire mais j’évitais de débarquer sans prévenir depuis le léger incident de la dernière fois. J’avais suffisamment vu Chip nu pour une vie entière depuis quand je venais le voir, ce que je faisais encore souvent, je planifiais bien date et heure, je venais le plus discrètement possible et je n’approchais plus mes mains de la moindre serviette. C’était en quelques sortes plus sur pour son intimité et pour moi. Mais là, il trainait beaucoup et j’allais lui botter les fesses rien que pour ça, ou bien c’était moi qui devait sans doute être trop impatient à cause du stress qu’engendrait une simple soirée. Enfin elle n’était pas simple puisqu’il m’avait parlé de teuf mais c’était banal pour la plupart des gens de mon âge, mais pas pour moi semble-il. Je me faisais vraiment des angoisses là où il n’y en a pas mais tout ce monde me faisait paniquer. Mais finalement mon ami avait fini par pointer le bout de son nez et ce n’était pas pour me déplaire. Je décroisais mes bras, le rejoignant de quelques pas ce qui était inutile puisque j’allais les refaire un instant plus tard. « C’est pas parce que t’es musclé et moi pas que tu dois te moquer de ma graisse, ok princesse ? » C’était en quelques sortes puéril mais après tout, l’enfance n’est elle pas le moment de notre vie où l’on s’amuse le plus ? Nous rions tous les deux et c’ était l’essentiel, je ne m’imaginais pas être ce genre de type toujours sérieux, qui ne rie jamais tout simplement pour paraitre classe. Moi je riais, je m’amusais peut importe ce que les gens pensaient de moi. Je me suis suffisamment fait dicter ma conduite tout au long de ma vie pour continuer encore aujourd’hui. Finalement je lui avais demandé où nous allions, histoire de me faire une idée de la destination mais finalement sa réponse ne m’aida pas plus que ça. Je devais lacher prise et arrêter de croire que je n’étais pas capable de faire des choses normales. Le bon côté des choses c’était que c’était à côté justement, bon pas de mon appart abandonné mais j’allais surement finir la nuit chez lui de toute façon. Au moins pour une fois ses parents savent que l’on est ensemble, enfin qu’on sort tous les deux pas ensemble ensemble, même si c’est en quelque sorte ce que croyait sa mère d’après les dire de mon ami. Pour être honnête, sa déclaration me fit éclater de rire, parce que je ne m’y attendais pas forcément, ou si en fait. « Moi aussi je croyais qu’on était ensemble, c’est pas vrai ? Oh non ne me brise pas le cœur Chip pitié » Je faisais une fausse tête triste avant de reprendre toujours sur le ton de l’humour. « Bah ils auraient pu te trouvé pire comme copain, j’suis pas trop dégueu. » Oui, je me faisais des fleurs, c’était gratuit et ça faisait du bien au morale. « Faut dire qu’avec la dernière fois… » Je ne finissais pas ma phrase, je n’étais pas vraiment en position de faire le malin vu que tout était de ma faute à 90% mais ce n’était pas grave. C’était bien un truc sur lequel on rira plus tard en racontant cette histoire à nos enfants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 747
Crédits : #avatar : Eilera #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Dim 26 Mar - 4:55

Austin & Chip
L'art de rester classe en toutes circonstances
Musclé, je ne pouvais pas nier que derrière cet air de garçon sans forme, le genre qu’on penserait dénué de forme se cachait quelques muscles bien découpés et élancés. Sauf que je ne pouvais pas non plus dire que mon ami était bien dodu, le truc des seins c’était qu’une simple plaisanterie. Je ne connaissais pas sa masse graisseuse et en vérité, j’en avais rien à foutre. On a tous des corps différents et ce n’était pas ça qui changerait mon amitié pour Austin. L’intérieur est bien plus important que l’extérieur, c’est ce que je disais toujours, ne m’intéressant jamais au physique que pouvait avoir les gens. C’était peut-être pour cela que je n’avais pas de mal à approcher les gens, à briser certaine barrière. « Comment tu parles à ta princesse ? » faisant mine de m’offusquer, alors qu’un rire se trouvait au bord de mes lèvres. Un rire que je ne tardais pas à laisser m’échapper. Venant du cœur, je le laissais s’évanouir dans la noirceur de cette soirée fraîche. Je prenais la direction de l’endroit où aurait lieu la fête. Si on partait sur cette note euphorique, la soirée s’annonçait amusante. Glissant mes mains dans mes poches, j’abordais un sujet que je ne savais décrire. Est-ce que ça me gênait ? Je ne pouvais pas dire, après tout Austin avait été celui à qui j’avais offert mon premier baiser. Certes, j’avais fait cela qu’en guise de pratique, mais tout de même. Un baiser reste un baiser, même si l’intention est différente de ce que les rumeurs laissaient croire. Je le laissais rire, affichant un sourire en coin. « Tu sais j’essaie d’oublier ce moment plus que tout, chéri. » Bien que je ne savais pas si les mecs m’attiraient – oui le baiser avec Austin n’avait pas été une chose qui m’avait illuminé dans cette voie, non pas qu’Austin ne pouvait pas être mon type ! Mais simplement parce que pour moi c’était une pratique, rien de plus… Je sais c’est simplet… – voir un mec me déshabiller que ce soit par accident ou simplement en réalisant qu’il saluait paupaul – non je ne l’ai pas nommé ainsi ! – me laissait un goût amer. Malgré ces dires, un sourire amusé prenait de nouveau place sur mes lèvres. Je sortais mes mains de mes poches les plaçant devant mon visage. « Non mais tu sais pas à quel point c’est chiant… J’ai l’impression d’enchainer boulette sur boulette quand mes parents me parlent de mes amours. » Je poussais une sorte de grognement. Déjà que mes amis avaient du mal à me voir puceau, si mes parents s’en mêlait, qu’est-ce que j’allais faire ? Je poussais un soupir, retirant mon brixton pour passer ma main dans mes boucles brunes. « Je me demande si tous les parents sont ainsi… » J’avais une fois de plus parler sans réfléchir. Je savais pour Austin, pinçant mes lèvres, je baissais mon regard. « Désolé. » disais-je d’une petite voix. J’ignorais ce que c’était de vivre sans parents, je ne connaissais pas la vie sans eux, sans une famille soudée. Je n’étais pas né avec une cuillère en argent à la bouche, mais je n’avais pas à me plaindre, ma famille était même le genre de cliché qu’on pouvait voir dans les séries. L’homme qui tombe amoureux d’une femme rencontré par hasard, donnant naissance à des jumeaux. Je n’avais pas eu la vie difficile comme mon ami et parfois, je l’oubliais, malgré que je ne m’appuyais jamais sur mon sort. Préférant ne pas m’attarder sur le sujet, je changeais celui-ci : « Alors combien de verre tu vas boire avant que je te trouve ko par terre ? »

_________________
Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 232
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Mer 5 Avr - 0:38

Je ne m’étais pas offusqué de la remarque de Chip sur mes seins qui entraient dans la plaisanterie au contraire, j’avais même parlé de ma graisse. Pourtant, je n’étais pas du tout gros, au contraire, j’étais plutôt gringalet, assez mince et de taille moyenne. Je n’avais pas la carrure de Chip qui lui était plutôt bien taillé et était plutôt musclé. J’étais bien placé pour le savoir étant donné que je l’avais déjà vu plus d’une fois torse nu et même totalement nu mais c’était une autre histoire. Dans tous les cas, je ne l’enviais pas, j’étais bien dans mes baskets et c’était ce qui comptait. « Je lui parle comme je veux, dans tous les cas ma princesse est trop love de moi pour bouder. » Je riais franchement en même temps que lui, décidemment nous partions loin pour peu de chose. C’est ça qui était bien, tout était tellement simple avec lui. Je lui suivais toujours à l’endroit où nous devions aller pour faire la fête. Je fus assez surpris lorsqu’il évoqua ce que sa mère pensait de notre relation. Pour être honnête ça m’amusait un peu et ça m’était égal. Je me fichais parfaitement qu’on pense que j’étais en couple avec Chip ou non même si je comprenais qu’il soit gêné que ce soit sa mère qui pense cela. Je savais au fond de moi que je n’avais pas de sentiments amoureux pour mon ami, de l’amour ? Si en revanche j’en avais énormément, je l’aimais comme on même ses meilleurs amis et je ne le niais pas. Il avait fait beaucoup pour moi, mais même s’il était celui avec qui j’avais eu mon premier baiser, je savais au fond que je ne l’aimais pas de cette façon là. C’était juste un entrainement, une pratique en attendant la fois où nous embrasserions sérieusement quelqu’un. Toutefois, il était mon premier baiser et rien ne changerait ça mais je l’embrasserais même maintenant à l’instant que ça n’y changerait rien. Je ne voyais pas le mal, nous étions amis. Toutefois je plaisantais en affirmant croire que nous étions ensemble et qu’il allait me brisé avant d’évoquer ce fameux moment gênant où je l’avais déshabiller sans faire exprès, me retrouvant en tête à tête avec son anatomie, ayant plus de proximité avec la sienne que je n’en avais jamais eu avec la mienne. J’en riais mais ce jour là, je crois que mon teint était resté rouge une bonne partie de la soirée. « Je comprend, je comprend… » Je tapotais son épaule en signe de compassion. « Moi je ne pourrais jamais oublier cette image au moment où j’ai glissé avec ta serviette. » J’en rajoutais volontairement une couche, je n’avais pas été le plus gêné de nous deux et aujourd’hui, ça ne me faisait plus rien d’en rigoler. Au contraire j’aimais en plaisanter et en rajouter encore et encore, surtout si ça gênait mon ami. Il ajoutait qu’il enchainait les boulettes dès que ces parents lui parlaient amour. Je ne savais pas ce que c’était mais je devais imaginer ce que c’était. Je lui avais piqué son chapeau lorsqu’il l’avait retiré pour passer une main dans ses cheveux tout en se demandant si tous les parents étaient ainsi. Je n’avais même pas prêté attention à ce que lui avait vu de mal lorsqu’il s’excusait. Je ne faisais plus attention, mes parents étaient morts depuis onze ans, je m’y étais fait et je n’allais pas en vouloir à tous les gens de la terre qui parlait de leur parent. « T’inquiète Bro’, j’pense que les miens auraient fini pareil » Je levais les yeux au ciel en voyant bien qu’il était un peu gêné de ce qu’il pensait être une bourde, c’est pourquoi je changeais de sujet pour détendre l’atmosphère. « Ca m’va pas trop ce style de chapeau tu trouve pas ? Y t’va mieux à toi, j’te l’rend » Joignant la parole au geste, j’attrapais son chapeau que j’avais mis sur ma tête pour le replacer à nouveau sur la sienne. Finalement, il lança à son tour un nouveau sujet qui me fit sourire. « Tu finiras KO avant moi » En vrai, je n’en savais rien mais c’était un peu le même principe que qui pissera le plus loin. Toujours une compétition mais je connaissais assez peu mon taux maximal d’alcoolémie mais j’allais bien le découvrir. « T’as intérêt à te gérer si tu veux pas que j’doive te ramener chez toi et te changer. Ca donnerait encore une raison à ta mère de se poser des questions. » Je faisais le malin mais en vérité, je craignais que ce soit moi qui finisse vraiment en PLS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 747
Crédits : #avatar : Eilera #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Jeu 14 Sep - 13:49

Austin & Chip
L'art de rester classe en toutes circonstances
« Ça c'est ce que tu crois. » répliquais-je en fronçant légèrement les sourcils. Je tentais d'aborder un air perplexe, une attitude loin de ce que je ressentais en réalité, car Austin n'avait pas tort. Bien qu'une amitié planait sur nous, je ne trouverais pas la force de le bouder. Toutefois, je ne faisais rien pour laisser entrevoir cette vérité, bien plus amusé à laisser planer un certain doute, à lui de voir s'il me croirait ou non, mais un sourire se dessinait sur mes lèvres presque imperceptible, mais tout de même présent. Tout du moins, avant de laisser un rire les franchir, l'attitude renfrogner n'était pas quelque chose que j'arrivais à jouer bien longtemps. Bien au contraire, la joie ornait généralement mon visage et cela qu'importe la situation. Il y avait peut-être qu'à l'école où on pouvait me voir afficher un air plus blasé. L'ennui de me retrouver sur un banc d'école était palpable en toute perspective. Mais ce soir, il n'était pas question d'école ni d'étude, or il n'y avait aucune raison pour que je m'ennui. J'allais simplement profiter de ma soirée avec Austin et qu'importe ce que les gens diraient de nous, je n'allais pas là-bas dans l'espoir de m'afficher. Je désirais simplement passer la soirée avec un ami et s'il y avait quelqu'un pour y voir autre chose et bien tant mieux pour lui ! En espérant qu'il ne se produise rien qui pourrait entrevoir un ragot quelconque ! « Arrête ! Je suis certain que tu rêvais de me retirer ma serviette ! » je ne pensais pas que c'était le cas, ça avait été un accident et je le savais, mais bien qu'embarrasser par cette tournure d'événements, je trouvais tout de même la force d'en ajouter une couche. Et j'en rajoutais une autre en parlant de mes parents. Cette fois, je me sentais con, bien qu'Austin ne semblait pas en faire un cas. Moi, je me sentais mal car au fond j'en venais à me demander ce que je pourrais faire sans mes parents. J'avais leur mener la vie dure en ce moment, ils faisaient parti de ma vie. Je finissais par poser mon regard sur Austin qui s'était coiffé de mon chapeau. « C'est pas à ton avantage. » disais-je en rigolant, en fait, c'était pas moche. Je remettais mon brixton sur ma tête tout en glissant mes mains dans mes poches. « Ah bon c'est ce que tu crois ! » Ce n'était peut-être pas tout à fait faux, je pouvais très vite tomber KO. J'avais pourtant l'habitude de boire, mais depuis l'arrivé de Daisy, je ne contrôlais plus la quantité d'alcool que je pouvais ingurgité et c'est bien vite que je pouvais me retrouver saoul mort. « Le pire c'est que je crois que ça leur ferait un peu trop plaisir... » Ma mère cherchait tellement à savoir ce qui advenait de mes amour que voilà qu'elle était prête à croire n'importe quoi. La musique se faisait entendre et le bourdonnement des conversations commençait à arriver jusqu'à nos oreilles. « Je crois qu'on est arrivé. » disais-je en m'arrêtant devant une maison où des jeunes de notre âge tout comme des plus vieux se tenaient sur la pelouse verte de plastique en main, par les fenêtres on pouvait distinguer une foule de personne. « Y'a du monde ! On va se chercher un verre ? »

_________________
Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 232
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   Mer 27 Sep - 22:58


Qui l’aurait cru pourtant que Chip et moi serions tant amis. Tout ne nous opposait pas mais peu de choses nous rapprochaient pourtant nous étions amis. Et avec lui je découvrais la vie d’un jeune, je redécouvrais ce que vivre signifiait et j’aimais ça. J’arrivais à être naturel et à plaisanter alors que j’étais tellement renfermé de nature. « C’est pas beau de mentir ! » rétorquais-je lorsqu’il me faisait comprendre qu’il serait capable de me bouder assez longtemps. Pour ma part, même avec mon caractère parfois dur à vivre, je savais que je ne pourrais et ne voudrait pas le faire. Puis seulement quelques secondes après, il riait et je le suivais de bons cœurs, bien conscient que si notre amitié devait prendre fin un jour, ce n’était en tout cas pas demain la veille que ça arriverait. Mais je cessais de penser au pire tout en le suivant vers notre destination festive. Certes les gens allaient sans doute encore parler, comme depuis que je commence sérieusement à trainer avec Chip pour dire qu’on était ensemble. Moi je m’en fichais personnellement car je ne connaissais pas la moitié de ces gens et que c’était flatteur qu’on pense que j’avais réussi à conquérir Chip, ce boulet presque pire que moi en amour. Mais lui n’avait sans doute pas envie d’avoir cette image. Toutefois si ça venait réellement à l’emmerder, je serais le premier à faire fermer leur clapet à ces langues bien trop bavardes. Puis j’étais revenais sur l’événement de l’autre fois dans laquelle j’avais eut un tête à tête avec une partie de son corps que j’aurais aimé ne jamais voir, encore moins d’aussi prêt. « Mais oui t’as raison j’avais tout prévu ! » Je levais les yeux au ciel, ce n’était qu’un accident. Certes un accident assez con qui ne pouvait nous arriver qu’à nous, mais un vulgaire accident. Le sujet dérivait sur ses parents, moi personnellement, ça ne me gênait pas non plus que ses parents se fassent des idées, je ne formalisais pas de ce genre de chose mais encore une fois, il s’agissait de lui et lui seul et il était bien cent fois plus concerné que moi. Et tout en parlant, Chip avait fait une petite gaffe qui aurait sans doute pu me blesser si je n’avais pas fait le deuil de mes parents depuis des années. Certes c’était toujours difficile de penser à eux, mais j’avais perdus mes parents à sept ans et je ne pouvais pas blâmer toutes les personnes du monde d’avoir les leur. Pour changer de sujet, je lui avais piqué son chapeau que j’avais mis sur ma tête conscient que ça ne m’allait pas. Les casquettes m’allaient plutôt bien, mais je n’avais vraiment pas une tête à chapeau, j’avais alors préféré lui rendre. « Oui j’en suis sûr ! » Finalement peut-être allions nous savoir qui tenait le moins l’alcool, même si je me disais réellement qu’on finirait sans doute tous les deux par terre. Toutefois jouant la carte de la taquinerie une nouvelle fois, je le prévenais de ne pas avoir à m’obliger à le ramener et à le changer s’il ne voulait pas que ses parents se fassent plus d’idée sur notre relation. Nous arrivions finalement à la fête et je me sentais réellement de bonnes humeurs, loin de mes craintes de début de soirée. « On va faire la fête ! » disais-je tout excité et surtout motivé en réponse à la proposition de Chip d’aller nous chercher un verre. Nous nous rendions vers le bar improvisé devant lequel je ne savais pas vraiment quoi prendre. « Allez surprend moi ! » Je ne connaissais pas tout ces alcools alors j’allais sans doute me fier aux gouts de Chip. Lorsque nous furent servis, je trinquais mon verre contre le sien. « A cette soirée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de rester classe en toutes circonstances + Chip
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» Haiti a la recherche de sa classe moyenne
» Bonjour dans toutes les langues
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???
» Chaud Gun ou Gun chaud (ça fait plus classe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown :: Boite de nuit-
Sauter vers: