AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 635
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil   Mer 14 Déc 2016 - 22:46

Neil & Chip
You're not drunk if you can lie on the floor without holding on
L’alcool. Voilà que celui-ci coulait dans mes veines depuis un petit moment, en fait, depuis le début de la soirée. Décembre déjà bien entamé, ce n’était pas chose rare de voir des party de noël à pratiquement chaque jour. Une occasion de plus pour faire la fête en somme. Je n’allais pas à chacun d’eux, trop faire la fête n’est pas non plus mon plus grand plaisir, être complètement déchiré non plus, mais cette fois je m’étais peut-être un peu trop laisser aller. La pire chose pour moi c’était les jeux d’alcool, ne pouvant dire non, je me retrouvais à vite perdre le fils. Un verre. Puis un second. Et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’une première bouteille soit vide. « Tu devrais vraiment réduire. » Je relevais mon regard sans doute vitreux vers Yasmin qui venait de mettre sa main sur mon épaule. Déjà bien alcoolisé, je n’avais pas non plus chaumé sur les joints. Je ne me considérais pas comme un gros fumeur, mais dans les party je m’en autorisais quelques-uns. Sinon, je ne prônais pas la drogue. « Za va j’peux en prendre. » Elle semblait découragée, me prenant le bras, je la suivais. J’avais à peine fait deux pas que je me prenais les pieds ensemble manquant de peu de m’étaler sur le sol. « Ooooooooooooooups. » disais-je en tentant de ne pas pouffer de rire. Si je soufflais dans la balloon il était certain que l’alcootest friserait 0.52% d’alcoolémie dans ma mon sang ! Je n’étais certes pas en état de conduire, de toute manière je n’avais toujours pas de voiture et puis j’étais venu avec Yasmin donc c’était évident qu’on reviendrait ensemble. En tant que chauffeur désignée, elle semblait bien décidée à me faire entrer. « Marche pas trop vite… Le planché tourne… » C’était un fait avéré, à le regarder ce fichu planché allait dans tous les sens et aucun moyen de de mettre un pied devant l’autre. « Tu n’avais qu’à pas boire autant ! » Je regardais ma meilleure amie affichant une moue boudeuse, soufflant entre mes lèvres fermer je les faisais vibrer dans un son ressemblant à celui d’un cheval. Ce qui me fit rigolé. « T’es pas possible en ce moment. » C’est vrai qu’habituellement j’étais plus sage, je ne pouvais pas dire pourquoi j’étais dans un tel état. Rien n’avait changé dans ma vie pour que je veuille autant me défoncer. En fait, si l’arrivé de la fille de la meilleure amie de ma mère. C’était sans doute assez pour que je n’en arrive là ! Je n’avais rien contre la gamine, elle avait perdu ses parents c’était normal que des gens l’accueil ! Mais pourquoi nous ? C’était sans doute égoïste, mais je ne désirais pas partager mes parents… Je partageais déjà avec Skye, mais ça c’était différent ! Et si cette gamine restait, appellerait-elle mon père, papa ? Je montais dans la voiture de Yasmin, remontant mes jambes près de mon corps, tout en appuyant mon front contre la fenêtre. « Tu peux me dire ce qu’il va pas ! » Je restais silencieux, regardant le paysage qui défilait atrocement vite pour moi. « Arrête la voiture, j'vais… » Déjà qu’elle ne roulait pas vite, je n’étais même pas certain qu’elle appuyait sur l’accélérateur, elle mit le pied sur le frein, envoyant ma tête frapper la fenêtre après un petit mouvement de recul. J’ouvrais la portière et je me vidais les entrailles sur la chaussée. « Beurk Chip ! » Même si rien de plus ne sortait, je continuais de faire des efforts. Ma tête tournait encore, je me redressais, me calant dans le siège. Croisant mes bras, je frottais mon front à l’endroit où il avait frappé la vitre. Elle finissait par s’arrêter devant ma maison, je sortais, me penchant pour la regarder. « Merzi. » « Va te coucher ! » Un faible sourire et je me dirigeais vers la maison d’un pas titubant. Habituellement, je montais par le côté de la maison, escaladant jusqu’à ma fenêtre que j’ouvrais pour m’y glisser. Sauf que là c’était une mission suicide. Dans mon état j’allais sans doute me retrouver suspendu par un pied, la tête dans le vide jusqu’au petit matin. En y réfléchissant, je ne savais même pas l’heure qu’il était, mais à en croire la noirceur, il était tard. Aucune lumière d’allumer à l’intérieur, mes parents devaient déjà être couché. Je sortais mon portable de la poche de mon sweat, éclairant la poignée, je tentais de mettre ma clé pour déverrouiller. Ça ressemblait presque à un jeu de hasard ! Un peu à droite, un peu à gauche… Bingo ! J’entendais le cliquetis en tournant la clé. M’engouffrant dans la maison endormie, je fermais les yeux espérant ne pas faire de bruit. Encore une cause perdue, puisque je me prenais les pieds dans une paire de botte, me faisant trébucher. Je me tournais pour les regarder, mettant mon doigt sur mes lèvres : « Chuuuuuuuuut ! » leur disais-je malgré que le son vînt de moi et non d’elles… La lumière s’allumait, aveuglé par celle-ci je poussais une forme de grognement. « La lumière… Argh ! Éteindre ! »

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neil DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/12/2016
Pages lues : 118
Crédits : angel dust|avatar ◈ tumblr|gifs
Avatar : RDJ
Pseudo : shellhead.
Âge : 50 ans ◈ 26 juin 1966
MY SOUL

MessageSujet: Re: N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil   Mer 1 Fév 2017 - 22:32

Neil & Chip
You're not drunk if you can lie on the floor without holding on
Un bruit sourd le tira de son sommeil. Pas les échos du bois qui craque, d'un tuyau qui grince ou de la force du vent contre les vites. Un bruit qui n'était pas naturel et qui alerte immédiatement. Neil jeta un regard à sa femme qui dormait toujours près de lui. Il n'allait pas la réveiller et l'alarmer. Car Neil n'avait pas imaginé le bruit et sa source semblait toujours se trouver dans le hall d'entrée. Lorsque Neil tendit l'oreille et s'imprégna du silence de la nuit, il discerna d'autres sons qui lui parvenaient de manière étouffée. Un cambrioleur? S'ils n'affichaient pas leur argent aux yeux du monde, il n'était un secret pour personne tapant leur nom dans Google, que les Danvers avaient un train de vie très confortable. Qu'une âme égarée décidé de percer les murs de leur demeure pour avoir sa part du gâteur, ça n'était pas impossible à imaginer. Ça n'en était pas moins alarmant pour autant. Neil n'avait jamais été le genre de personne à paniquer. Plus borné que consciencieux, son instinct le poussait à descendre faire face à l’intrus. Mais il ne s'agissait pas que de lui. Sa femme, ses enfants, dormaient sous ce toit, et jouer à la tête-brûlée ne les mettait pas plus en sécurité. Appeler la police? La réaction était trop extrême pour Neil, d'autant plus qu'il ne connaissait pas encore la situation à laquelle il faisait face. En sortant de sa chambre et en approchant l'escalier à pas feutrés, il se félicita de cette décision. Les sons, plus nets, qui lui parvenaient maintenant, ne correspondaient pas à ceux qu'un homme en mission. Non. Il s'agissaient de ceux d'un esprit bien plus apaisé. Peut-être trop. Neil alluma d'un coup la lumière et fut récompensé par la plainte de son fils. Neil descendit les quelques marches qui le séparait du plancher, là où s'offrait le spectacle qu'était son fils. Neil examina son visage, les lèvres pincés sous les vérités qu'il y trouva. Le regard fuyant et vitreux, les joues rosies, l'air absent, Chip avait semble-t-il passé une "bonne soirée". Alors certes,Neil avait été jeune lui aussi et n'avait berné personne en prenant un verre d'alcool le jour de ses 21 ans et fait semblant de se remettre du goût. Chip était assez grand pour faire ses propres choix et si Neil n'était pas naïf au point de penser que son fils n'avait jamais touché une goutte d'alcool, il y avait une limite entre boire une bière en cachette et se déchirer complètement en soirée. Le voir ainsi, au beau milieu de la nuit, complètement à l'Ouest et pas le moins du monde gêné par son entrée fracassante et les preuves de ses actes d’illégalité sur son visage, acheva d'agacer Neil. « Tu as une idée de l'heure qu'il est?!» dit-il d'un ton qui se voulait encore calme, même si l'on sentait le tonnerre gronder derrière. Il s'approcha et grimaça. L'alcool, la sueur et quelque chose qui ressemblait à un relent de vomi. C'était sûr, Chip n'avait jamais autant été au top. Neil secoua la tête. Il ne savait pas ce qui clochait chez Chip ces derniers temps. Plus impulsif, plus évasif également, quelque chose semblait le préoccuper. Quelque chose à l'école? Peut être un problème de relation? Neil n'en savait rien et ça le préoccupait. Chip n'avait d'ordinaire pas de scrupule à lui parler de ses soucis. Mais cette fois-ci, se n'est pas quelque chose qu'il souhaitait partager. « Tu as de la chance que ce soit moi qui te trouve et pas ta mère » continua-t-il, une tentative de culpabilité qu'il avait un peu honte d'utiliser, mais Neil voulait enfoncer le clou. Il était dans un de ces états. Ce n'est pas ainsi qu'on a envie de retrouver son fils, celui qu'on arrive jamais à dissocier du bébé qu'il portait jadis dans ses bras. « Ou la petite! » maugréa-t-il. Daisy avait dû mal à s'endormir la nuit et conservait un sommeil très léger, perturbé par les cauchemars provoqués par le décès de ses parents. Neil l'avait retrouvé une nuit, à moitié cachée par une couverture sur canapé à regarder un film Disney sur la tablette, pour attendre le lever du jour. Elle n'avait pas osé aller dans la chambre de ses parents d'adoption. Neil avait vite corrigé cette pensée. Tout cela pour dire que si la petite fille avait été réveillée par le bruit et qu'elle était venue trouver l'origine du bruit, elle aurait vu Chip comme ça. Ça n'était pas un super exemple. Ça n'était pas digne de Chip de toute manière. Neil le connaissait par cœur et il ne comprenait décemment pas ce qui poussait Chip vers son côté destructeur ses temps-ci. Vraiment pas. « Tu mériterais de te faire arrêter pour consommation illégale d'alcool. Rien de mieux pour décuver et apprendre de ses erreurs qu'une nuit en cellule! » railla-t-il, masquant son inquiétude par des vagues de réprimande.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chip DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 04/12/2016
Pages lues : 635
Crédits : #avatar : shellhead. #gif : tumblr
Avatar : Tom amazing Holland
Pseudo : monocle. #alice
Âge : Dix-huit ans, dude ! #1nov98
MY SOUL

MessageSujet: Re: N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil   Dim 23 Avr 2017 - 6:03

Neil & Chip
You're not drunk if you can lie on the floor without holding on
Si la discrétion était quelque chose dont je pouvais faire preuve en temps normal, à cet instant précis, j’étais loin de l’être. Je ressemblais davantage à un éléphant dans une boutique de porcelaine. J’aurais dû m’attendre à réveiller quelqu’un, mais je ne pensais qu’à moi pour une fois. La lumière allumée, je plaquais mes mains sur mes yeux comme si la pénombre aiderait à mieux dealer avec la clarté. En fait, ça ne changeait rien, puisque aussitôt que j’entendis les pas de la personne descendant de l’étage, j’écartais mes doigts, grimaçant au contact de la lumière caressant mes paupières. J’étais peut-être complètement déchiré, mais je pouvais encore saisir qui était la personne qui venait vers moi. À cet instant, j’aurais préféré que ce soit Skye, au moins, lui, il aurait pu me couvrir face à mes parents. Toutefois, c’était mon père qui arrivait me jetant un regard que je ne pouvais d’écrire. Face à lui, je ne trouvais d’autre chose à faire que de laisser mon regard dévier du sien. J’avais toujours vu mon père comme un héros, je ne cherchais pas à le décevoir, mais je savais qu’à cet instant, il se serait. Moi, je le serais si j’étais lui. Jouant avec mes doigts, je tournais ma langue sept fois avant de passer tout commentaire. Je sentais le dégueulis de mot au bord de mes lèvres. À sa question, je laissais un long soupire m’échapper, faisant trembler longuement mes lèvres, j’accompagnais celui-ci d’un haussement d’épaule. C’était vrai je l’ignorais, mais jamais à jeun, j’aurais eu l’audace de répondre de cette manière à mon père. Je glissais mes mains dans mes poches, arrêtant ainsi tout mouvement avec mes doigts. Baissant mon regard lorsqu’il fit allusion à ma mère, je remontais un regard haineux – mais non souhaité – vers mon père lorsqu’il parla de Daisy. Jamais je ne lui avais lancé un regard comme celui-ci. C’était mon héros, celui qui m’inspirait, celui que je soutenais toujours. C’est ce que j’avais fait lorsqu’il s’était disputer avec ma mère il y a de cela quelques années. J’étais du côté de mon père, toujours. Je l’idolâtrais, littéralement. Mais je voyais bien en ce moment que je n’avais plus la même place. « Oh la pauvre… » avais-je répliqué, regrettant aussitôt mes mots, pinçant mes lèvres tout en détournant le regard. Je faisais des gamineries, peut-être qu’en fait j’étais une sorte d’enfant roi ? Je ne souhaitais pas partager mes parents et quoi d’autre ? « Alors appel les flics ! Fais-moi passer une nuit en prison ! Je serai toujours mieux qu’ici. » Encore des paroles que je regrettais ! Fichu alcool qui me faisait parler plus vite que je ne prenais le temps de peser mes mots… Je sortais mes mains de mes poches, lui lançant un regard sombre, je passais près de lui pour prendre la direction de ma chambre : « Puisque je suis sûre que tu ne le feras pas, je vais aller me coucher. » Je passais ma langue sur mes lèvres, mais avant d’arriver aux marches pour monter à l’étage, je sentis un goût acide et désagréable remonter dans ma gorge. M’arrêtant, je me tournais pour m’élancer dans la salle de bain du rez-de-chaussée, j’avais à peine eu le temps de pousser la porte que je peinturais les murs de la pièce de vomi. L’estomac vidé, je me laissais glissé sur le mur propre et frais. Appuyant ma tête contre celui-ci, je fermais les yeux : « Pourquoi tu sembles préféré Daisy ? C’est pas ta fille… Tu penses à nous ? À moi ? » avais-je fini par dire en entendant les pas de mon père. J’avais replié mes jambes contre mon torse et contenant ce que je croyais être des larmes perlant mes cils.

_________________

Team friendship Guys care about sports teams. I'm not talking about simply rooting; I'm talking about a relationship that guys develop, a commitment to a sport team that guys take way more seriously than, for example, wedding vows.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neil DanversGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 07/12/2016
Pages lues : 118
Crédits : angel dust|avatar ◈ tumblr|gifs
Avatar : RDJ
Pseudo : shellhead.
Âge : 50 ans ◈ 26 juin 1966
MY SOUL

MessageSujet: Re: N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil   Lun 8 Mai 2017 - 15:59

Neil & Chip
You're not drunk if you can lie on the floor without holding on
Le regard qu'il lui lança, Neil était à peu près sûr de ne l'avoir jamais vu auparavant. Pas un qui lui était destiné du moins. Le genre de regard qui a une finalité bien autre que le geste en lui-même: celui de faire passer un message où les mots ne sont pas nécessaire. L'amour, la tristesse. La haine. Neil se redressa imperceptiblement en reconnaissant la noirceur qui se logeait dans les pupilles de son fils. Il ne l'a comprenait, l'a craignait même. C'était étrangement blessant d'être regardé ainsi, et Neil eu un instant pour compatir de ces parents qui subissent la hantise constante de leur enfant. Comment ils le supportent, Neil n'en avait aucune idée. Il aurait pu mettre l'attitude de son fils sur le compte de l'alcool, mais la rancœur dans son regard tranchait brutalement avec la nonchalance qui l'avait habité quelques instants plus tôt. A croire que les mots de Neil l'avait sorti de sa torpeur juste assez longtemps pour qu'il puisse communiquer sa colère. Non, il ne comprenait décidément pas. Encore moins la remarque acide et mauvaise qu'il glissa à l'encontre de Daisy. Il n'en fallait pas plus pour que Neil se remette d'aplomb. « Hey, je parlerai sur un autre ton si j’étais toi » trancha-t-il, agacé et perdu. « Tu pourrais avoir un peu de compassion! ». Chip avait toujours été un peu garçon, sensible au monde autour de lui et généreux. Que celui-ci ne puisse pas ouvrir son cœur et sa compassion à sa nouvelle sœur restait une énigme complète pour Neil. Son histoire était tout bonnement tragique, et aucun problème, aussi immature soit-il, ne pouvait faire oublier cela. Ceci sembla néanmoins être la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Si Chip aurait pu accepter son erreur dignement, se faire tout petit et ne pas aggraver sa situation, la réalité fut tout autre. Agressif, il riposta. Et si Chip était rarement méchant, quand il décidait de l'être, il savait toujours où frapper. « Tu es saoul, tu ne sais pas c’que tu dis » répondit Neil d'une voix plate après un battement de silence. Neil lui trouvait des excuses. C'était préférable que d'admettre que son fils lui en voulait, qu'il ne se sentait plus bien chez lui, et tout cela pour une raison que Neil ignorait complétement. Chip lui lança un nouveau regard plein de mépris et Neil senti ses poings se serrer le long de ses cuisses, tiraillé entre l'envie de lui crier dessus pour son attitude et l'envie de le serrer dans ses bras pour lui demander ce qui n'allait pas. Il ne fit ni l'un ni l'autre, observant son fils lui passer devant, moquant son autorité. « Je devrais. Ça te ferait peut être réfléchir deux fois avec de recommencer » dit-il à son fils qui prenait la direction de sa chambre, conscient que les mots étaient vains. « Et ne me tournes pas le dos, j'en ai pas fini avec toi! » Neil pouvait sentir l'échec comme un goût terriblement amère dans sa bouche, mais il refusait de laisser son fils s'en tirer avec ce manque de respect. Si Chip voulait lui faire comprendre qu'ils n'étaient plus "copains", alors très bien, Neil allait jouer le père bête et méchant. Chip ne l'écouta pas, continuant son chemin. Neil resta un instant planté dans le hall avant de le suivre, décidé à ne pas en rester là. Cependant, lorsqu'il entra dans la salle de bain à la suite de son fils, la colère s'évapora aussitôt pour laisser place à l'inquiétude. Vu son état, il n'était pas étonnant que son estomac se rebelle, et Chip méritait de souffrir des conséquences de sa beuverie, mais Neil n'aimait pas voir son fils souffrir pour autant. Il ne lui vint pas à l'esprit de l'engueuler d'avantage pour ce qu'il venait de faire, même si Neil était à peu près sûr que c'était lui qui allait être de corvée nettoyage. Il s'agenouilla devant son fils et passa une main sur son front moite, dégageant quelques mèches qui tombait devant ses yeux. Il ne s'attendait pas à ce que Chip parle, et encore moins pour dire de tels mots. « Chip... » souffla-t-il, la vulnérabilité dans le ton de son fils lui brisant le coeur. C’était sur le bout de sa langue. Le désir d’avouer, de dire au grand jour que Daisy était belle est bien sa fille, de faire comprendre à Chip qu’il ne pouvait décemment faire une distinction entre l’un et l’autre, et de le soulager par la même occasion. La conversation qu’il avait eu avec Amaryllis lui revenait de plein fouet. Elle avec eu raison sur toute la ligne, et comment avait-il pu en douter un instant ? Les mères ont toujours raison. Il aurait dû prendre la chose plus au sérieux, éviter de la voir comme un caprice plutôt qu’une blessure, et parler à ses fils. A Chip, car c’est lui qui semblait en pâtir le plus. Et pourtant, il ne comprenait toujours pas. Jalouser la petite fille lui paraissait complétement absurde. Orpheline et terriblement jeune, il paraissait normal de passer du temps avec elle et de la choyer le temps qu’elle s’acclimate dans cette nouvelle famille et se remette du traumatisme qu’elle venait de vivre. Neil n’allait pas mentir et dire qu’il n’essayait pas, en un sens, de rattraper le temps perdu. Il avait  passé six ans de sa vie à considérer Daisy comme la fille de ses voisins. Ce qu’elle était indéniablement, peu importe le sang dans ses veines. Il ne l’avait pas tenu dans ses bras à sa naissance, pas vu faire ses premiers pas et entendu prononcer son premier mots. Autant de souvenirs qui étaient ancrés à vie dans sa mémoire quand il s’agissait de Chip ou Skye. Alors oui, peut être compensait-il. Est-ce que cela voulait dire qu’il n’négligeait ses autres enfants ? Il aurait juré que non. «C'est ridicule voyons, vous êtes tous mes enfants, je n'ai pas de favoris » pressa-t-il. Certes, il avait passé plus de temps avec Daisy ces derniers temps, mais cela ne voulait pas dire qu'il n'aimait plus ses fils! « Bien sûr que je pense à toi » continua-t-il, le contraire lui paraissant absurde. «Tu sais que je t'aime Chip, n'est-ce pas? ». Ne lui disait-il pas? Ne le montrait-il pas? Voilà une vérité qu'il était persuadé de communiquer chaque jour de sa vie, que ce soit par ses gestes, ses paroles ou ses actions. Il adorait ses fils, les aimait d'un amour sans nom et serait prêt à tout pour eux. Et ceci depuis qu'ils étaient venus au monde et jusqu'à ce que son propre cœur cesse de battre. Daisy allait désormais aussi entrer dans cette catégorie, car Neil n'avait jamais connu qu'une manière de traiter ses enfants.  «Dis moi ce qui va pas » demanda-t-il en faisant glisser sa main jusque dans sa nuque avant d'y exercer une légère pression.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil   

Revenir en haut Aller en bas
 
N° 1786 :: You're not drunk if you can lie on the floor without holding on :: Chil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Drunk on love (2)
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» You're young, you're drunk, you have knives; shit happens...” [Lou&Sin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Cathedral Heights :: home-
Sauter vers: