AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Austin&Levi ▬ More Human Now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 987
Crédits : (c) Cranberry & Tumblr
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Austin&Levi ▬ More Human Now   Mar 27 Déc - 18:28

Austin & Levi
More Human Now

Cela faisait maintenant presqu’un mois que j’avais la permission de sortir du centre pour quelques heures, le temps d’une brève sortie et pourtant, jamais je n’en avais profité avant aujourd’hui. Ce n’était pas parce que je craignais maintenant le monde extérieur, parce que bien souvent avant d’obtenir cette autorisation, j’avais grandement déploré le fait que je ne pouvais pas aller plus loin que la cour intérieure du bâtiment, qui était bien aménagée, certes, mais qui n’avait plus son charme initial quand on la connaissait par coeur, comme c’était mon cas. En fait, la meilleure façon que je pourrais expliquer ma soudaine réticence à sortir, c’était le fait qu’en vérité, je n’en avais pas nécessairement envie. Si mon autorisation avait pris place plus tôt, peut-être que ça aurait été différent, mais celle-ci avait concordé environ au même moment où j’avais revu Derrick, que je m’étais pris la tête avec Savannah à ce sujet et que soudainement, tout cela tournait dans mon esprit au point que je n’avais plus pensé à mentionner à qui que ce soit que je pouvais faire de brèves sorties. Au final, il avait fallu limite me tirer de force, et ce n’était pas une des personnes qui avait l’habitude de venir me visiter qui était parvenu à me sortir de ma chambre. En effet, c’était un de mes amis que je m’étais fait en ces lieux, parce qu’à force de vivre au même endroit, il fallait socialiser quand même un peu, qui m’avait proposé de venir se promener en compagnie de sa femme et d’un ami, puisque techniquement, compte tenu du fait qu’il ne fallait qu’un seul adulte pour pouvoir sortir, il avait le droit de me faire sortir également. Au début, je n’étais pas trop convaincu et au final, je m’étais laissé emporter à l’extérieur. Je me retrouvai donc à prendre l’air pour la première fois depuis ce qui me semblait une éternité, et même si je n’en profitai probablement pas autant que je ne l’aurais voulu dans un premier temps, parce que sans vouloir être ingrat, certainement que j’aurais voulu faire cette première sortie avec quelqu’un de mon entourage, mais je dus admettre que je l’appréciais malgré tout. En fait, ce fut à un tel point que pour exprimer ma reconnaissance, même si ce n’était peut-être pas de la meilleure façon qui soit, je décidai à un moment de proposer:  « Je vais aller nous chercher des cafés, je reviens. » soit lorsque je vis un marchand ambulant non loin, et que je ne me voyais pas trop me mêler de la discussion à ce moment précis. Heureusement, mon idée fut bien accueillie, ce qui me donna l’occasion de m’approcher du dit marchand. Compte tenu que je n’étais pas le seul, j’attendis patiemment mon tour en file, regardant autour de moi, comme si jamais je n’avais vu la ville précédemment, alors que ce n’était pas le cas. Enfin, disons que je la voyais avec un regard différent, même si certaines choses, clairement, ne changeaient pas. Ce dernier fait, j’en eus une preuve concrète au moment où, tandis que je considérais vaguement les choses, je vis un jeune homme commencer à accélérer le pas, après avoir dérobé quelque chose à une femme, probablement dans la poche de son manteau ou son sac grand ouvert. Je n’étais pas un justicier, mais je tentai quand même de l’interpeller pour arrêter son geste, mais avant que je ne puisse porter quelconque geste héroïque, je me surpris à reconnaître l’homme qui venait de le poser, ce qui fit en sorte que sans trop réfléchir je lâchai un:  « Austin !? » qui semblait sorti de nulle part pour bien des gens, mais qui, là, tout de suite, exprimait parfaitement mon étonnement, même si je ne savais toutefois pas si celui-ci serait partagé par le principal concerné.

_________________

Elle était mon rêve. Elle a fait de moi ce que je suis, et la tenir dans mes bras était plus naturel pour moi que d'entendre battre mon coeur.  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 189
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Dim 12 Fév - 16:44

Les jours passaient et restaient tous les même, j’avais quitté le cirque pour m’offrir une vie meilleur mais maintenant, en plus de ne plus avoir ni famille ni semblant de toit concret sur la tête, je peinais à subvenir à mes besoins. La part que Gaspard nous donnait chaque mois, même minime était un confort non négligeable qui me manquait maintenant parce que ce n’est pas les quelques dollars que me donnent les passants lorsque je fais quelques tours dans la rue qui vont subvenir à des besoins. Parfois j’en avais marre et d’autres fois je me satisfaisais de la situation, je l’avais voulu et j’avais su à quoi m’attendre après tout. Je savais que j’allais devoir rester ainsi jusqu’à ma majorité pour pouvoir ensuite me remettre dans le système sans avoir à passer par la case famille d’accueil et foyer de l’enfance, sans compter qu’aller voir les services sociaux reviendraient à déclarer que j’étais encore en vie, et je ne me sentais pas prêt à devoir répondre à une centaine de question. J’avais beau être dans le registre des enfants disparus, je ne m’étais jamais vraiment senti kidnappé, Gaspard n’était pas pour moi un tortionnaire même si je n’approuvais pas ses méthodes et je ne voulais pas le trahir, même lorsque je repensais à toutes les fois où lui ou d’autres membres de la troupe ont levé la main sur moi. Donc je devais composé avec le minimum que j’avais réussi à avoir, ce vieil immeuble abandonné, la maigre valise que j’avais prit en partant et les sous que je réussissais à me faire avec mes tours et en volant les porte-monnaies des gens. C’est triste à dire mais j’étais bon pour ça, je ne comptais même plus le nombre de gens que j’avais volé. Heureusement que la ville était grande et que je pouvais changer de zones assez souvent sinon je ne doutais pas que j’aurais fini par me faire prendre un jour ou l’autre. C’est d’ailleurs ce que je m’adonnais à faire en trainant dans une rue marchande. J’essayais de viser ceux que je pensais avoir le portefeuille plein, histoire de n’avoir à en prendre qu’un ou deux et pas trop, mais il ne fallait pas que je tombe sur des gros riches car eux ne paye que parte carte bancaire, encore que si elle fonctionne sans code, je suis preneur. Je m’étais installé pas loin d’un café ambulant parce que souvent, les personnes remettent mal leur porte-monnaie dans leur poche et il me facilite le travail. Je m’étais d’abord approché l’air de rien et j’avais saisi son porte-monnaie dans son sac avant d’accélérer le pas pour être sur qu’elle ne le remarque quand je serais encore à côté d’elle. J’avais fini par arriver vers le marchant quand je remarquais un visage presque familier m’observant. Et il connaissait mon nom, j’avais garder mon regard sur lui bien un moment. Il me disait quelque chose mais je ne savais plus d’où… Comment s’appelait-il déjà Lenny… Lewis…Louis… C’était un prénom en L j’en étais sûr. Je crois que je l’avais trouvé bourré un jour dans mon immeuble et que je lui avais prêté mon matelas le temps de décuver. Me semble qu’il avait gerbé partout aussi. Ah mais oui LEVI ! Après enfin avoir satisfait mon esprit, je revenais sur terre après bien une minute, pour l’observant avant de finalement lui répondre. « Salut. Je pensais pas que tu te souviendrais de moi, vu que la dernière fois où on s’est vu… » Je lui souriais, c’était une façon sympathique de dire que je savais qu’il m’avait vu mais qu’il devrait éviter de l’ouvrir à ce sujet. « Comment ça va depuis le temps ? » Comme je n’étais pas une grosse pourriture, je finissais tout de même par me montrer aimable et entamé une conversation tout en regardant ce que j’avais dans ce fameux porte-monnaie, j’en sortais finalement quelques pièces avant de me mettre dans la file avec lui. « Levi c’est bien ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 987
Crédits : (c) Cranberry & Tumblr
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Sam 25 Fév - 6:01

Austin & Levi
More Human Now

Clairement, je ne m’attendais pas à voir une vieille connaissance ici et maintenant, et visiblement, je n’étais pas le seul à penser ainsi. L’interpellé sembla pris par surprise, se retourna pour me considérer. D’un, ça ne fit que me confirmer que je l’avais bel et bien reconnu et de l’autre, ça le fit arrêter dans sa course. Puisque c’était ce à quoi je m’attendais, ce que je voulais, d’une certaine façon, je fus rassurer, mais à mon désarroi, il ne sembla pas enclin à lâcher le dit porte-monnaie pour le redonner à la dame ou quelque chose du genre. Un coup d’oeil en sa direction me fit comprendre que celle-ci ne s’en était même pas rendu compte, puisqu’elle poursuivait sa route comme si de rien n’était, mais cela ne changea rien au fait que j’étais trop peu convaincu de tout ce qui se déroulait dans la situation présente. Déstabilisé, ce fut à peine si j’entendis les propos du jeune homme, reportant pleinement mon attention dans la discussion au moment où il me demanda comment j’allais depuis la dernière fois que nous nous étions vus. Maladroitement, tout ce que je trouvai à lui dire, ce fut:  « Hum… Ça va, et toi ? » Au fond, je savais bien que c’était une réponse plus que pathétique. Mais qu’aurais-je pu lui dire d’autre ? Que j’essayais d’aller mieux, mais que ce n’était pas facile, parce que je ne me droguais plus, parce que je ne pouvais pas le faire ? Allais-je lui avouer que j’étais en désintoxication ? Que c’était ma première sortie et que le monde extérieur ne me disait pas grand-chose pour le moment ? Que si ça n’avait pas été du porte-feuille dérobé, peut-être que je ne l’aurais pas abordé ? En mon sens, aucune de ces réponses n’était appropriée, soit parce que c’était trop cru, soit parce que c’était étaler ma vie d’une façon que je ne pouvais pas me le permettre. Enfin, certaines gens l’auraient peut-être fait, mais ce n’était pas mon genre et ça ne l’avait jamais été. Si Austin se souvenait ne serait-ce qu’un peu du comportement que je pouvais avoir à son égard, comme à l’égard de tout le monde à l’époque, il se rendrait rapidement compte que malgré ma sobriété, celui-ci n’avait pas trop changé. Et s’il ne s’en souvenait pas, alors il allait l’apprendre, ou le réapprendre, mais quoi qu’il en soit, ce n’était pas ici et maintenant que j’allais commencer à parler ouvertement de ma vie, ça, c’était sûr et certain. Mais bon, cela ne voulait pas dire que je n’allais pas complètement parler non plus; au moment où il en vint de confirmer quel était mon nom, ce fut sans trop de difficulté que je viens à hocher la tête pour le lui assurer que c’était bel et bien ça en ajoutant un simple:  « C’est ça. » Par la suite, un petit silence s’installa, inévitablement, parce que je n’ajoutai pas quoi que ce soit dans l’immédiat. En vérité, je ne sus pas quoi dire, parce que pendant ce silence, sans que je ne le veuille vraiment, je me mis à repenser à ce porte-monnaie volé, qu’Austin s’était même permis de sortir pour prendre quelques pièces, probablement pour se payer un café également. Grimaçant quelque peu, je fus aux prises avec un terrible dilemme pour me rendre compte qu’en fait… Ce n’était pas mon problème. Après tout, peut-être avais-je mal vu, peut-être que c’était le sien et il ne faisait que le récupérer - même si la couleur et les motifs avaient tout pour me convaincre du contraire - et s’il se faisait pincer… Ce n’était pas moi qui avais volé quoi que ce soit. C’était peut-être méchant, mais me soucier des problèmes des autres, c’était trop peu pour moi. Par contre, puisque c’était bien difficile de tout oublier d’un seul coup, sans le vouloir vraiment, j’en vins à lui demander:  « Quoi de neuf ? Ça fait un bout, quand même… » Et ça, c’était une évidence que je venais de déclamer, et je me doutais bien que le jeune homme ne pourrait dire le contraire, puisque c’était lui qui l’avait soulevée en premier.

_________________

Elle était mon rêve. Elle a fait de moi ce que je suis, et la tenir dans mes bras était plus naturel pour moi que d'entendre battre mon coeur.  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 189
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Dim 26 Mar - 17:05

Honnêtement, je ne m’attendais pas à être interpellé en plein vol par une personne connaissant mon prénom. En général les gens ne me remarquaient même pas, j’étais plutôt rapide et puis les gens sont souvent trop concentré dans leur conversation, sur leur téléphone ou encore pressé d’arriver à destination qu’ils regardaient à peine autour d’eux. Mais ce n’était pas grave, le porte-monnaie était déjà en ma possession et je ne comptais absolument pas le rendre à sa propriétaire. Une fois que j’en aurais tiré ce dont j’avais besoin, je le déposerais simplement quelque part jusqu’à ce que quelqu’un l’apporte aux objets trouvés. Seulement, le type qui m’avait appelé, je savais qu’il me disait quelque chose et que je le connaissais mais je n’étais d’abord pas parvenu à remettre le doigt sur son prénom dans un premier temps. A force de réfléchir et de piocher dans mes souvenirs, j’étais tout de même finalement parvenu à me souvenir de son prénom et de la circonstance de notre rencontre. Je l’avais baby-sitté toute la nuit après l’avoir vu trainé totalement en bad, drogué ou ivre mort, ou peut-être les deux et je m’étais occupé de lui en priant qu’il ne me reste pas entre les doigts. Il semblait mieux, plutôt calme. Je lançais alors la conversation en lui disant que j’étais étonné qu’il se souvienne de moi avant de lui demander comment il allait, on ne pouvait pas dire qu’on se connaissait tout de même des masses mais ça faisait toujours plaisir de recroiser des gens qui ont touché le fond. Il avait meilleur mine, il devait sans doute s’en sortir. « Ca va. » Le moins que l’on puisse dire, c’était tout de même qu’il n’était pas bien bavard. C’était pourtant lui qui m’avait interpellé pour finalement ne pas savoir quoi me dire ? Il était toujours bizarre ce type en tout cas, sans doute m’avait il vu voler parce que je doutais vraiment qu’il n’ait envie qu’on se tienne la conversation. Mais maintenant j’étais là et j’allais surement me prendre un café donc autant papoter un petit peu, même si monsieur Levi se la jouait grand brun mystérieux. On a tous nos jardins secrets au fond donc je faisais avec. Au moins je ne m’étais pas trompé de prénom, c’était déjà ça. En général, je me souvenais assez bien des gens du quartier que je côtoyais souvent mais lui je ne l’avais vu qu’une fois et j’avais fini par me dire que c’est son état qui l’avait conduit dans mon immeuble et pas un quelconque manque de logement. Toutefois, malgré mes efforts pour tenir la conversation, un certain silence s’installa. Je ne savais pas trop quoi dire, on ne s’était pas suffisamment vu pour que je puisse ouvrir un sujet de conversation de façon banale alors j’attendais simplement que la file avance sans ouvrir la bouche. Toutefois, c’est lui qui m’interpella à nouveau pour me demander ce que j’avais de neuf en mettant en évidence que ça fait un bout de temps. Ca ce n’était pas moi qui dirais le contraire. « Bah… Rien ma vie n’a pas bougé et moi non plus ! » Je riais légèrement face à ce constat déplorable. Aucun changement, pas d’avancée, rien. «  Et toi ? On te voit plus trainer dans les parages depuis un moment ! »  J’avançais encore dans la file en observant mon interlocuteur. « Bah on fond ça fait plaisirs de revoir de vieil tête parfois ! Sans jeu de mot avec ton âge ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 987
Crédits : (c) Cranberry & Tumblr
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Lun 3 Avr - 0:05

Austin & Levi
More Human Now

Austin n’avait pas halluciné en constatant que je ne traînais plus vraiment dans ce coin où généralement, je flânais dans l’espoir de trouver quelqu’un qui serait prêt à me donner une dose à un prix raisonnable. De ce fait, je ne pouvais clairement pas contredire son propos. Plus encore, je pourrais même me permettre en lui dire que je ne traînais plus où que ce soit, à l’extérieur en tout cas, et ce, depuis quelques mois maintenant. Cependant, puisque j’avais le sentiment que l’ironie - bien que le propos soit véridique - ne soit pas vraiment bienvenu dans la conversation actuelle, je me contentai de simplement acquiescer en hochant la tête doucement, tandis que dans ma tête, je commençais à réfléchir si oui ou non, je devrais lui dire le pourquoi du comment je ne traînais plus tant que ça dans les environs où nous avions pour habitude de nous croiser. Est-ce que nous étions assez « proches » pour que je lui parle de cela ? Non pas que je voulais l’insulter ou quoi que ce soit, mais peut-être que lui, il n’aurait pas envie de m’entendre le dire non plus… Ne sachant pas trop où m’en tenir, je ne dis rien, me contentant de simplement rire légèrement au commentaire qu’il passa par la suite, déplorant le fait que mon rire se fit un peu plus nerveux que je ne l’aurais peut-être voulu dans un premier temps, trahissant ainsi toute la réflexion qui se faisait dans ma tête. Et pire encore, quand je constatai que ma réflexion était si longue que le silence que j’imposais à la conversation risquait de provoquer un malaise qui n’était certainement pas bienvenu dans le cas présent, je dis, sans trop réfléchir:  « Eh bien malheureusement, ça ne risque pas d’arriver très souvent prochainement… » En temps normal, je n’aimais pas du tout parler au sens figuré, je me trouvais toujours ridicule et je n’arrivais pas à tenir mon bout. Peut-être étais-je un lâche, mais quand la conversation me rendait inconfortable, j’avais plus tendance à fuir, détourner le sujet plus qu’autre chose. Sauf que là, dans mon hésitation, dans l’imprévu de la rencontre, je m’étais trahi tout seul, faisant en sorte qu’au bout du compte, je n’eus pas vraiment le choix de lui dire le pourquoi du comment on ne me voyait plus et que très certainement, on ne me verrait plus. M’avouant résigné à dire la vérité, et comprenant que ce n’était pas une honte, mais surtout un fait que je ne pourrais pas cacher indéfiniment, je soupirai doucement, puis je finis par avouer:  « Je suis en cure de désintoxication… » Un sourire timide et nerveux apparut sur mes lèvres à ces dires, et ne sachant pas ce que je pourrais ajouter de plus pour le coup, je me contentai de simplement guetter la réaction du jeune homme, espérant sincèrement qu’il n’allait pas supposer que ma cure, mon changement de mode de vie, signifiait que je ne voulais plus le revoir à partir de maintenant. Parce que bien que notre relation se soit instaurée sur des bases plutôt douteuses, il n’en demeurait pas moins que je serais capable d’accepter de le retrouver à un moment ou un autre, même si j’allais bien sûr faire mon possible pour ne pas me laisser traîner dans des endroits passés susceptibles de me faire replonger, parce qu’au vu des efforts que je faisais depuis des semaines maintenant, c’était la dernière chose que je voulais.

_________________

Elle était mon rêve. Elle a fait de moi ce que je suis, et la tenir dans mes bras était plus naturel pour moi que d'entendre battre mon coeur.  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 189
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Jeu 6 Avr - 22:08

J’avais peut-être mis du le temps à le reconnaitre mais maintenant je me souvenais bien de qui il était. Si j’avais eu des doutes, c’était un peu parce que lorsque l’on vit dans la rue, on croise beaucoup de visages, on ne leur parle pas forcément mais on apprend à les connaitre, leur nom, on les voit chaque jour et on voit leur nom. J’ai appris beaucoup de nom au fil de ces mois, et maintenant que je me souvenais du nom de Levi, je revoyais parfaitement tout. Il y avait eu bien sur cette fois où il était venu trouver refuge dans mon immeuble, totalement shooté à je ne sais quoi, ivre peut-être et je m’en étais occupé. Je n’étais pas forcément le genre de personnes à vouloir aider le monde entier, mais lui je l’avais aidé, je l’avais calmé et je l’avais surveillé le restant de la nuit. Mais je l’avais déjà vu avant, il trainait dans le quartier, il passait souvent devant mon immeuble et s’arrêtait pour le fixer. Je voyais beaucoup de choses et pourtant peu de gens me remarquait, sans doute parce souvent, je cherchais l’emplacement de leur porte-monnaie. Alors j’avais bien remarqué qu’il ne passait plus dans le quartier, enfin, je ne l’avais pas vraiment remarqué mais je le comprenais maintenant en le voyant. Mais en vérité, je ne cherchais pas à connaitre les raisons de son absence, je voulais simplement faire la conversation. Je n’étais pas du genre à m’immiscer dans la vie des autres ni à me mêler de ce qui ne me regarde pas. Au contraire, découvrir les secrets des autres ne m’intéressait pas, parce que j’aimais pas qu’on s’immisce trop dans les miens, et des secrets, j’en avais pas mal. J’avais conclu sur une petite blague pour détendre l’atmosphère parce qu’il me semblait tout tendu le petit. Et j’étais du genre comme les bébés, à ressentir quand quelqu’un est en colère ou encore joyeux. Il m’avait alors répondu que le revoir n’allait pas arriver souvent très prochainement, ce qui me provoqua un regard étonné. Je ne demandais simplement pas de détail me contentant de répondre un simple. « Ah d’accord. » Pour ne pas m’étaler sur la conversation. Il devait sans doute avoir ses raisons et je n’étais personne pour le juger, au contraire, s’éloigner de ce quartier n’était pas forcément des plus mauvais. C’est alors qu’après quelque seconde qu’il reprit la parole pour me donner une explication, il était en cure de désintoxication. Ma mine avait dû être encore plus étonnée qu’elle ne l’avait été auparavant. Mais j’étais content pour lui, ça ne devait pas être l’idéal à vivre mais si ça pouvait l’aider. « Ah… C’est bien ça ! » Je lui souriais timidement sans vraiment savoir quoi dire, on n’était pas tellement intime et au fond, je connaissais peu de chose sur lui, si ce n’est qu’il avait été un gars de la rue, comme moi. « T’es pas obligé de me parler. » Avais-je alors subitement dit cela avant de me rendre compte de la dureté de mes mots qui pouvait sans doute être mal interprété. Je me reprenais alors. « Je veux dire, t’es pas obligé de te confier à moi si t’en as pas vraiment envie, on se connait pas et j’suis pas du genre à forcé les gens à me raconter tous leur secret. » Tout en parlant, je posais mes deux paumes l’une sur l’autre ma nuque, croisant les bras derrière ma tête de façon décontracté. « Je voulais juste que tu sache que t’étais pas obligé, mais si t’en as envie, ça me fait plaisir d’apprendre que tu t’en sors. » Contrairement à certain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 987
Crédits : (c) Cranberry & Tumblr
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Lun 17 Avr - 22:02

Austin & Levi
More Human Now

Austin parut quelque peu surpris de mes propos avant de dire au bout du compte que ce n’était pas une mauvaise chose. Dans un premier temps, je dus admettre que sa réaction me rendit quelque peu nerveux, mais après, j’en fus un peu plus rassuré, comme le sourire un peu maladroit que je lui servis vint le prouver. Pourquoi étais-je soudainement rassuré ? Ça par contre, je ne sus pas vraiment le dire. Était-ce parce que je pensais qu’il allait réagir autrement ? Qu’il allait me rire au nez, me dire que c’était la pire idée que j’avais eue de ma vie - alors qu’au fond, ce n’était pas mon initiative ? Qu’il allait tenter de me convaincre de revenir vers ce côté obscur que je tentais encore et toujours de quitter ? Était-ce pour cela qu’on nous demandait d’être accompagné d’au moins un adulte lors de notre première sortie ? Voilà bien des remises en question qui, au final, n’eurent même pas raison d’être, comme je le réalisai dans la seconde où je dus attendre qu’Austin se prononce sur le sujet. Puis, un peu plus rassuré, j’en vins à comprendre qu’en fait, c’était surtout parce que c’était la première fois que je venais à annoncer ma cure à quelqu’un qui m’avait connu presqu’exclusivement lors de mes mauvais jours. Quand je trainais dans les rues, ces rues trop peu fréquentées, ce n’était pas par plaisir, c’était parce que bien souvent, je cherchais ma dose, je n’en avais plus et j’en avais désespérément besoin. Je n’avais d’ailleurs aucun souvenir que le jeune homme ait pu me voir autrement que sous influence ou bien en manque. De quoi avais-je l’air maintenant que j’étais sobre, et quelque peu perdu ? Je n’en savais trop rien, mais pendant un instant, j’en vins à me sentir gêné, parce que j’avais l’impression de ne savoir que dire, de ne pas être en mesure d’alimenter la conversation, rien de tout cela. Enfin, il n’était pas nouveau que j’avais tendance à être quelque peu réservé, mais sans avoir consommé quoi que ce soit susceptible de me délier la langue, c’était fort probablement pire. Inconfortable, je gardai donc le silence, et je ne sus faire autrement que de mentalement remercier Austin de prendre la parole une nouvelle fois pour me rassurer et me dire que je n’avais pas besoin d’en parler si je ne le souhaitais pas. Enfin, mon souci, ce n’était pas exactement cela, comme je me dis qu’il me vaudrait mieux le préciser dans le cas présent en affirmant:  « En fait c’est pas que je ne veux pas t’en parler… C’est que pour être franc, je ne saurais pas trop quoi te dire. » Trouvant mon propos idiot sitôt que j’eus terminé de le prononcer, j’eus un rire nerveux qui trahit mon état d’esprit, mais heureusement, je sus reprendre ma contenance à peu près rapidement, pour finalement ajouter:  « Enfin, il n’y a pas grand-chose à raconter à ce sujet… » En tout cas, rien qui se raconte vraiment en de telles circonstances, je supposais. Je me doutais bien qu’Austin n’était pas là pour m’entendre parler de mon sevrage pénible, du fait que c’était une de mes premières sorties, que la bouffe n’était pas trop délicieuse à manger… Qu’y avait-il d’intéressant dans tout cela ? En mon sens, pas grand-chose, mais après, si jamais Austin voulait savoir un truc ou un autre, tant et aussi longtemps que ce n’était pas trop personnel, je lui laissais désormais l’opportunité de le faire, ou bien de changer de sujet, cela ne me gênerait clairement pas non plus.

_________________

Elle était mon rêve. Elle a fait de moi ce que je suis, et la tenir dans mes bras était plus naturel pour moi que d'entendre battre mon coeur.  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Austin HayesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 13/12/2016
Pages lues : 189
Crédits : Keiserinne [avatar] ➤ tumblr [gifs]
Avatar : Finn Harries
Pseudo : Mekhaï
Âge : 19 ans ➤ 9 avril 1998
MY SOUL

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Mar 13 Juin - 18:18

J’avais été assez surpris lorsqu’il m’avait annoncé être en cure de désintoxication. Pas que je vois cela comme une mauvaise chose, au contraire, je sais ce qu’est la misère et je comprends parfaitement ce désir de vouloir s’en sortir et si la cure était son aide, alors il avait totalement raison. Ce qui m’avait le plus surpris était sans doute qu’il m’en parle si facilement. Je n’étais pas habitué aux confidences, j’étais quelqu’un qui ne révélait jamais rien de lui alors quand on le faisait avec moi, ça m’étonnait toujours un peu. Surtout que Levi et moi n’étions absolument pas proche, raison de plus. Finalement, je lui avais tout de même répondu que je pensais que c’était une bonne chose. Je me doutais bien que l’avis d’un adolescent de dix-huit ans lui importerait sans doute peu, mais je n’avais rien trouvé d’autre à faire. Que pouvais-je dire d’autre que de l’encourager à s’en sortir ? Je pensais alors que c’était la meilleure chose à faire dans la situation actuelle. Parce que je le pensais sincèrement, le monde de la rue est un endroit horrible dont il est très difficile de se dépêtrer, que ce soit à cause des drogues, des violences ou de l’argent. Rares sont ceux qui peuvent s’en sortir et encore plus rare ce qui le veule alors si Levi parvenait à se sortir des drogues, il faisait forcément le bon choix. Toutefois, je ne comprenais cependant pas pourquoi cela le gênait-il autant car il pouvait être fier du combat qu’il menait. Certes si me l’avouer le mettait mal à l’aise, il n’aurait simplement pas dû le faire. Après tout, je ne l’avais forcé à rien et ne lui avait pas mis un couteau sous la gorge pour qu’il me raconte sa vie, c’était son choix alors inutile de se sentir mal à cause de ça. Toutefois, je mettais alors un point d’honneur à le rassurer et lui dire qu’il n’était pas obligé de m’en parler. Je n’obligeais personne à rien et je dormirais tout aussi bien cette nuit en ayant ou non cette conversation. Pas que je m’en foute, mais c’était son choix et sa décision. Je sais que je n’aime pas parler et je détesterais me sentir obligé de le faire alors je ne vais pas l’imposer à quelqu’un. En revanche s’il le souhaitait réellement alors je serais toute ouïe à écouter ses confidences même si je n’étais pas du tout le meilleur conseiller. Il m’expliquait que ce n’était pas qu’il ne voulait pas en parler mais qu’il ne saurait pas quoi me dire. Mais c’était pourtant lui qui avait lancé ce sujet. J’avais du mal à le suivre. De toute façon il n’avait pas grand-chose à dire d’après ses dires. Je haussais les épaules en l’observant. « Dis ce que tu veux me dire sinon je ne te force pas. J’ai horreur qu’on me tire les vers du nez alors j’vais surement pas le faire. » Et je ne comptais pas poser trente mille questions, il dirait ce qu’il voudrait et puis c’est tout. Je me languissais surtout de pouvoir enfin m’acheter mon café avec mon petit butin. Je restais derrière lui avant de lui demander, tout en haussant les épaules. « Oh fait, pourquoi tu m’as appelé ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 987
Crédits : (c) Cranberry & Tumblr
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente ans.
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   Dim 25 Juin - 21:24

Austin & Levi
More Human Now

Heureusement pour moi, Austin ne me tint pas rigueur quant au fait que je n’avais pas grand-chose à dire concernant ma cure de désintoxication. Je savais très bien que maintes gens auraient probablement insisté pour en savoir davantage, me demander comment je me sentais, bref, m’obliger à parler de choses que je voulais garder pour moi pour le moment, ou au minimum que je ne voulais pas dire à la première personne passant par là. J’étais conscient que ce n’était pas l’idéal me concernant, puisque pour cette raison, je ne parvenais pas encore à confier quoi que ce soit de trop personnel aux thérapeutes du centre, alors qu’ils étaient là pour m’aider. Ça, je le savais, mais il n’en demeurait pas moins que je ne les connaissais pas suffisamment pour leur accorder ma pleine confiance. En fait, quand venait le temps de parler de ce que j’avais vécu, je faisais confiance à personne. Alors personne ne devait le prendre mal à mon avis, c’était simplement comment j’étais. Mais là, tout de suite, histoire de montrer à Austin que j’appréciais le fait qu’il semblait me comprendre, je lui souris timidement, et je me décidai à lui dire:  « En gros je passe mes journées au centre, j’essaie de ne pas trop penser à quoi que ce soit de trop lourd, pour ne pas… Tu sais, avoir envie de replonger… » Au bout du compte, j’en avais dit plus que je ne l’aurais cru dans un premier temps, et bien rapidement, je me sentis paniquer à cette idée, si bien que je décidai de m’arrêter là, histoire de ne pas commencer à me sentir trop mal et justement, vouloir céder ou quelque chose du genre, d’autant plus que là, j’étais à l’extérieur, je n’avais pas qui que ce soit pour me retenir, sauf mes pulsions. Bien sûr, je tentais aussi bien que possible de me dire que je n’allais plus toucher à de la drogue, qu’importe ce que celle-ci était, parce que je ne voulais pas replonger, je me refusais de décevoir Savannah et Haley, mais bien souvent, je m’étais dit cela, et toujours, j’avais cédé. Enfin, il était vrai que les circonstances n’étaient pas les mêmes dans le cas présent, mais il n’en demeurait pas moins que je ne me faisais pas totalement confiance, pas encore en tout cas. Dans ces circonstances, ce fut limite une bénédiction que soudainement, Austin vienne à détourner le sujet de conversation, même si ce fut d’une façon qui se trouva à être plutôt gênante pour moi. En effet, très vite, je me rendis compte que je ne pouvais pas vraiment me contenter de lui dire que je pensais l’avoir vu voler de l’argent à une dame ou quoi que ce soit du genre. Peut-être que cela ferait de moi une meilleure personne, mais jamais je n’avais cru être bien placé pour dire une chose pareille, alors je ne pensais pas pouvoir le faire aujourd’hui. Mais comment lui mentir ? Au final, ce fut plutôt hésitant que je vins à lui dire:  « Oh euh… C’est que je t’ai vu au loin, et je t’ai reconnu… Enfin je pensais t’avoir reconnu… » J’eus un petit rire nerveux, puis ce fut avec un haussement d’épaules que je terminai en disant:  « Visiblement j’avais raison. », me doutant bien que ce que je venais de dire était tout sauf crédible, mais j’avais encore espoir qu’au vu de mon inconfort naturel à être à l’extérieur, puis le fait qu’Austin était au courant de ce qui se passait avec moi, ça allait passer malgré tout.

_________________

Elle était mon rêve. Elle a fait de moi ce que je suis, et la tenir dans mes bras était plus naturel pour moi que d'entendre battre mon coeur.  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Austin&Levi ▬ More Human Now   

Revenir en haut Aller en bas
 
Austin&Levi ▬ More Human Now
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» austin&levi ϟ fantômes du passé
» Floride//Caroline
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Orton & Pretty Vs Austin & Cena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Georgetown-
Sauter vers: