AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 1125
Crédits : Tag (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Baby #JHoughAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Indisponible, mais tu peux réserver ta place !

#EnCours Eden ; Gabriel ; Haley ; Haley ; Maxine ; Zoya
#Alternatifs&Groupe
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (31.08.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Dim 28 Jan - 1:34


Haley & Levi

What doesn't kill you makes you stronger

And I am stronger because of you
J’avais craqué. Craqué parce que je n’étais pas suffisamment à l’aise pour dire que j’avais accepté de mon plein gré, comme si c’était une proposition qui m’avait pleinement réjoui. Il était évident que l’éventualité ne m’avait pas déplu, mais il n’en demeurait pas moins qu’elle m’avait fait plus peur qu’autre chose dans un premier temps. Voilà maintenant deux semaines que j’avais accepté, environ deux fois par semaine, de remplacer le chanteur régulier du bar de l’hôtel, qui se donnait en spectacle pendant deux heures, à l’heure de l’apéritif, à la vue de tout le monde, puisque c’était un bar accessible à tous, venant s’assurer que les mineurs ne consommaient pas quoi que ce soit qui ne leur était pas permis que s’ils commandaient. Le système fonctionnait bien, l’ambiance était agréable, alors pour les conditions de travail, je ne pouvais pas m’en plaindre. C’était surtout le fait de chanter de nouveau, à caractère professionnel, qui avait ravivé de vieux démons, m’avait fait stresser, jusqu’à ce que je m’installe dans ce coin prévu pour les musiciens, et moi-même, par la même occasion, et que je me rende compte qu’en fait, ce n’était pas plus mal. Mon premier soir ne fut pas idéal, mais ne fut pas une catastrophe non plus. Lentement, mais sûrement, je m’habituais, j’élargissais mon répertoire. Et ce soir, j’avais l’impression que j’étais prêt à avouer à ma fille, Haley, ce que je faisais quand je lui disais que j’allais rentrer tard pour le repas. Pour le moment, je lui disais que je travaillais, ce qui était vrai, mais je ne m’étais pas encore senti d’attaque à lui avouer que je chantais de nouveau. Peut-être qu’en d’autres circonstances, je ne l’aurais pas fait, pas tout de suite, mais au vu de ce qu’elle était en train de vivre, entre autres avec le départ de sa mère, son emménagement permanent dans ma demeure, j’estimais que cela ne pourrait pas lui faire du mal. Et le pire des cas, si elle ne réagissait pas aussi vivement, de façon aussi positive que je l’imaginais, que je l’espérais surtout, cela lui donnerait une petite soirée où elle n’aurait pas à rentrer directement à l’appartement pour faire ses devoirs et voilà tout. Peut-être avait-elle besoin de sortir un peu, se changer les idées, même si c’était pour se rendre sur le lieu de travail de son paternel. Prenant donc le risque de lui faire ce que je voulais considérer comme une surprise, je m’étais préparé au moment prévu, comme je le faisais d’habitude. Vêtu d’une chemise blanche, un pantalon propre et un veston assortis, ç’aurait été le moment pour moi de quitter sans rien faire d’autre, mais cette fois-ci, je pris le temps d’envoyer un message à ma princesse pour lui demander de ne pas rentrer à la maison comme elle le faisait d’habitude, mais bien de venir me retrouver au bar de l’hôtel, pour que nous puissions passer la soirée ensemble après mon service. Ensuite, je pris la route, direction l’hôtel, où je me rendis directement au bar. Avant de toutefois rejoindre les musiciens pour répéter un peu, s’assurer que le son convenait, je fis un détour vers le bar. Au serveur présent pour la soirée, je montrai une photo récente d’Haley, histoire de lui préciser que lorsqu’elle arriverait, qu’il lui serve une limonade avec de la grenadine, et un extra de cerises. Au début, il trouva ma demande un peu exigeante, mais quand je lui tendis l’argent nécessaire, avec un surplus, il ne tarda pas à acquiescer. Puis, sur ce, je m’installai, effectuant le test de son avant de me préparer plus amplement, en retrait, dans les vestiaires. Et au moment venu, je m’installai en compagnie des autres, derrière le micro, à ma place, commençant le petit concert d’ambiance, non sans guetter l’entrée du coin de l’oeil à presque chaque moment, attendant avec impatience le moment où ma fille arriverait, dans l’espoir qu’elle aie reçu le message et accepte de venir, bien évidemment.

_________________
There's a want and there's a need. There's a history between. Girls like her and guys like me. I've got boots and she's got wings. I'm hell on wheels and she's heavenly. I'd die for her and she lives for me. Cowboys and angels
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Haley MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/12/2016
Pages lues : 207
Crédits : Eriam
Avatar : Kristina Pimenova
Pseudo : Sugarbabe
Schizophrénie : la sexy Kayla ( feat. Marie Avgeropoulos ) - le canon Jayden ( feat. Ricky Whittle)
Disponibilités : Rp en cours : Derrick - Levi -Levi Malik


Rp's finis :
Savannah - Levi - Levi - Levi - Levi Alternatif- - topic commun anniversaire Levi -
Âge : 13 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Dim 28 Jan - 23:09


What doesn't kill you makes you stronger
ft Levi & Haley

Ma vie n’était que chamboulement et pas des moindres, j’avais juste la sensation que quelqu’un avait tourné une roue du destin et que la flèche s’était posée sur comment vivre autant de changements, de bouleversements en si peu de temps. Quand une chose commençait à aller beaucoup c’était une autre qui venait tout détruire. Je pensais à mon accident à la danse, j’ai fait vivre un enfer à mes parents parce que j’étais têtue et que j’avais simplement peur. Peur d’avoir à nouveau mal, peur d’avoir perdu le niveau. Et je m’étais simplement trompée. Et sincèrement c’était tellement bon de reprendre les cours, à son rythme, bien sûr, je ne pouvais pas forcer mais j’acceptais le défi, forcément et bien j’avais un peu plus de temps à côté, vu que je ne prenais plus cours que deux fois semaine au lieu de cinq, mais cela me permettait de profiter un peu plus de mes amis et de mes parents. Enfin de mon papa seulement… C’est difficile d’en parler mais bon, papa disait qu’il fallait que je laisse mes sentiments et mes émotions sortir, mais je tente encore de faire bonne figure devant lui. Parce que lui n’est pas responsable de ce qu’il se passe, il ne fait que subir comme moi. J’avais préparé un repas pour mes parents pour m’excuser de mon comportement avec l’accident dans l’espoir de les réunir. J’avais toujours eu dans l’espoir que mes parents auraient pu se remettre ensemble. Sauf que maman lorsqu’elle est entrée dans l’appartement que j’avais pu emprunter pour ma surprise, a fait un grand non de la tête, en disant que ce n’était pas possible et elle est partie en courant. Je me suis retrouvée assez bête, face à papa, alors que je tenais mon petit plateau avec les deux coupes de champagne. C’était Jessie qui m’avait aidé à réaliser cette surprise. J’avais regardé papa tellement désolée, et à voir son visage lui aussi venait de se prendre une claque. Je savais parfaitement bien qu’il tenait à maman et qu’il venait d’être lui aussi touché par sa réaction. Mais je pensais sincèrement que ça serait la seule chose qui allait me rendre triste, mais non. Il y a exactement trois semaines, maman est rentrée après son boulot, j’étais déjà chez tonton et je bossais sur mes devoirs quand elle m’a demandé de la rejoindre dans le salon. Forcément j’ai cru que j’avais fait une bêtise, que l’école avait téléphoné pour dire que j’avais de mauvaises notes. Mais non, elle m’annonçait qu’elle venait d’obtenir un nouvel emploi mais à deux milles kilomètres de Washington et qu’elle avait accepté. J’avais penché la tête… Sans comprendre, en quelques mots maman me laissait le choix de la suivre ou non. Je n’avais pas pris longtemps à réfléchir, je voulais rester ici avec papa. Parce que je savais très bien ce que je représentais pour lui et que j’avais envie de rester ici où j’avais tous mes repères. Forcément ce n’est pas avec joie que j’ai vu maman prendre son avion, devoir prendre toutes mes affaires de chez tonton qui forcément lui aussi était triste, mais je savais que je pourrais le voir quand je voulais. Cela faisait exactement deux semaines que j’avais emménagé avec papa, que malgré ma tristesse , j’allais bien. Maman me téléphonait tous les deux jours pour prendre des nouvelles, je lui en voulais quand même d’être partie. Mais je faisais bonne figure. En cette belle journée, je finissais les cours pour trouver un sms de papa me demandant de le rejoindre sur son lieu de travail. Cela me surprenait un peu mais pourquoi pas. C’était peut-être le bon moment aussi pour lui offrir mon cadeau. Une fois mon sac à dos installé sur mes épaules je me dirigeais vers son hôtel. J’entrais par le grand hall et je me dirigeais vers le bar de l’hôtel, lieu de notre rendez-vous. Il y avait pas mal de monde, et surtout de la musique. J’avançais un peu timidement en cherchant papa que je ne trouvais pas. Il y avait une petite pause entre deux chansons, le chanteur était occupé à discuter avec un des musiciens mais je ne trouvais toujours pas papa. J’arrivais à la hauteur du barman, je m’installais sur un tabouret pour lui demander doucement “ Bonsoir Monsieur, veuillez m’excuser de vous déranger mais je cherche Levi Abberline , pourriez-vous me dire où je peux le trouver? “ Le barman s’était retourné posant devant moi une limonade grenadine, ma boisson préférée et plein de cerises , mes fruits préférés, je ne comprenais pas tout juste que le barman posa son doigt sur sa bouche pour me faire comprendre de me taire. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il se passait, je déposais rapidement mon sac sur le sol pour me retourner vers la petite scène , j’en profitais pour commencer à lui faire un texto inquiète de ne pas le trouver.



black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 1125
Crédits : Tag (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Baby #JHoughAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Indisponible, mais tu peux réserver ta place !

#EnCours Eden ; Gabriel ; Haley ; Haley ; Maxine ; Zoya
#Alternatifs&Groupe
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (31.08.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Lun 29 Jan - 1:43


Haley & Levi

What doesn't kill you makes you stronger

And I am stronger because of you
Je pensais sincèrement avoir perdu totalement l’habitude de chanter en public, à un tel point que les premières fois, c’était à peine si je regardais la foule, petite ou grande, parce que je ne voulais pas perdre le fil des paroles, de la musique. Maintenant, je me détendais quelque peu, même si ce soir, quelque chose me rendait nerveux, mais ça n’avait rien à voir avec ma performance, ou du moins, pas directement. J’étais nerveux de voir ma fille arriver, de m’assurer qu’elle aie reçu mon message, qu’elle avait eu envie de me retrouver. Après tout, elle aurait pu refuser, préférer rentrer à l’appartement. Au vu de tout ce qui s’était passé dans sa vie dernièrement, avec moi, avec sa mère, avec tout le monde, elle pourrait ne pas avoir le moral, et je ne pourrais que m’en montrer compréhensif, même si pour sûr, j’en serais déçu. Et puis, si elle venait, comment allait-elle réagir ? Allait-elle m’en vouloir de ne pas lui en avoir parlé ? Ça aussi, ça me rendait quelque peu angoissé, si bien que lorsque soudainement, je la vis arriver à l’entrée du bar, je fus limite soulagé que la chanson prenne fin à ce moment. Les quelques personnes présentes vinrent à applaudir, me poussant à les remercier timidement, puis me retourner. Je me retournai d’abord pour boire une gorgée d’eau, mais aussi pour regarder discrètement ma fille, qui avait pris place, et qui recevait désormais son verre. Elle ne semblait pas prête à partir, et pour moi, c’était parfait. Me disant que c’était peut-être le moment, je m’adressai aux musiciens, venant à leur demander s’il était possible de faire une exception, jouer une chanson en particulier, répétée, mais qui n’était pas au programme. Heureusement pour moi, ils ne s’y opposèrent pas, m’arrachant un sourire, et surtout un sincère remerciement. Par contre, ce ne fut pas suffisant pour que je me tourne, pas immédiatement. Prenant une nouvelle gorgée de ma bouteille d’eau, je le faisais surtout pour gagner un peu de temps supplémentaire, reprendre ma contenance, parce que je savais que je me lançais, que c’était là que j’aurais réponse à toutes mes questions, tous mes doutes. Et sachant que je ne pouvais rester ainsi bien longtemps, je finis par me retourner, me positionnant de nouveau pour faire face au bar, au groupe qui était présent. J’entourai le microphone de ma main, puis je m’y approchai, cette fois-ci non pas pour chanter, mais bien pour y prendre la parole. Ce ne fut pas simple, ce fut un peu maladroit, mais je parvins quand même à dire:  « Hum… Cette prochaine chanson, j’aimerais la dédier à une personne toute spéciale pour moi… » Et voulant m’assurer que j’avais la pleine attention de ma fille, j’ajoutai, tout en la regardant, avec un petit sourire bien malgré moi:  « Haley, celle-là est pour toi… » D’un petit signe de la main, je laissai les musiciens lancer la chanson, que je savais une des préférées de ma fille. Évidemment ça en était une version accompagnée au piano, à la batterie et la guitare acoustique, mais il n’en demeurait pas moins que j’avais bon espoir qu’elle la reconnaisse. En tout cas, je m’appliquai autant que possible pour ne pas la décevoir, même si mon coeur battait la chamade dans ma poitrine, à un tel point que je craignais qu’on vienne à l’entendre. Mais limite, ça ne me gêna même plus au bout d’un moment, puisque mon regard était seulement posé sur ma fille, tentant de percevoir sa réaction aussi bien que possible, malgré la lumière, malgré les gens qui étaient là, lui dédiant sincèrement cette chanson, les quelques minutes que je souhaitais lui consacrer, même si, dans ma tête, parce qu’elle était là, et si elle voulait bien rester jusqu’au bout, toute cette série de chansons à suivre lui serait dédiée, ce qui, pour moi, ne serait pas tant différent, puisque chaque fois que je chantais maintenant, je le faisais en pensant à elle, puisque c’était grâce à elle que j’avais pu recommencer, et j'espérais que cela me permettrait de lui exprimer, en quelques sortes, ma reconnaissance, puisque je lui en devais beaucoup, je lui devais même tout.

_________________
There's a want and there's a need. There's a history between. Girls like her and guys like me. I've got boots and she's got wings. I'm hell on wheels and she's heavenly. I'd die for her and she lives for me. Cowboys and angels
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Haley MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/12/2016
Pages lues : 207
Crédits : Eriam
Avatar : Kristina Pimenova
Pseudo : Sugarbabe
Schizophrénie : la sexy Kayla ( feat. Marie Avgeropoulos ) - le canon Jayden ( feat. Ricky Whittle)
Disponibilités : Rp en cours : Derrick - Levi -Levi Malik


Rp's finis :
Savannah - Levi - Levi - Levi - Levi Alternatif- - topic commun anniversaire Levi -
Âge : 13 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Mer 31 Jan - 22:32


What doesn't kill you makes you stronger
ft Levi & Haley

Je trouvais cela tellement étrange de voir ma boisson préférée, des cerises mais surtout pas de papa. Je me demandais où il était caché et surtout pourquoi me donner rendez-vous au bar sachant qu’il travaille dans l’hôtel et non au bar. Mais peut-être qu’il était encore occupé et qu’il préférait que je l’attente à un point sûr. Mais je voulais le prévenir que j’étais bien arrivée, quand j’entendis la voix venant de la scène, cette voix je la connaissais. Je relevais la tête vraiment doucement pour croiser le regard de papa. Sur scène, un micro à la main. J’avais un peu de mal à croire ce que je voyais à l’instant. Mon père, un micro, entrain de me dédier une chanson. Ce n’était pas possible. Je déposais mon portable dans la poche ma petite veste. Sans le lâcher du regard, pour l’entendre chanter “ Wonderwall” d’Oasis, c’était une de mes chansons préférées, pourtant elle n’était pas assez nouvelle mais c’était comme ça, on ne choisit pas toujours ce qu’on aime en musique. Et j’avais cette petite faculté d’aimer la musique sans doute comme lui et de pouvoir la jouer un peu à la guitare, en sachant que je n’avais jamais pris un seul cours. Je ne le lâchais pas du regard, j’étais vraiment fascinée par la facilité dont papa prenait possession de cette petite scène. Je me souvenais encore quand j’avais découvert qu’il avait chanté dans sa jeunesse combien j’avais trouvé un papa stressé et peu sûr de lui. Et là c’était une toute autre personne, vraiment à l’aise et sûr de lui. Je me doutais qu’au fond de lui, il devait se demander comment j’allais réagir, mais la petite fille sauvage que je suis, n’était pas en mesure de lui faire une crise tout simplement parce que j’étais fière de lui. Je penchais vraiment la tête et je chantais avec lui bon tout bas pour éviter qu’on puisse m’entendre mais j’étais certaine qu’il se doutait que je chantais aussi. Finalement je me disais que pour lui offrir ma surprise c’était sans doute la bonne soirée, le bon moment, même si à mon tour je ne savais pas comment j’allais m’y prendre. Mais Luna m’avait rassurée quand même en me disant  que je devais me lancer que c’était la plus belle des choses que je pouvais faire pour lui. Mais là tout de suite je me concentrais sur papa, il ne me lâchait pas du regard, j’en étais presque gênée et mal à l’aise qu’il ne regarde pas les autres personnes qui se trouvaient dans la pièce. La chanson se terminait petit à petit, je ne savais pas si j’avais le droit de monter sur la scène alors afin d’éviter des soucis à papa, je me suis mise debout pour taper dans mes mains et aussi un peu crier, bah les gens pouvaient me regarder je m’en fichais j’étais juste vraiment tellement fière et heureuse de le voir heureux lui aussi, c’était ce qui m’importait que mon papa soit enfin totalement heureux dans sa vie, qu’il puisse oublier son passé et surtout avancer. Et le voir avec un micro et chanter me prouvait que nous étions passé à autre chose. Je reprenais ma place correctement sur le haut tabouret et je profitais dans ma boisson et de mes cerises, j’attendais papa, et je tentais d’avoir un regard froid, juste pour le faire marcher un peu.



black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 1125
Crédits : Tag (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Baby #JHoughAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Indisponible, mais tu peux réserver ta place !

#EnCours Eden ; Gabriel ; Haley ; Haley ; Maxine ; Zoya
#Alternatifs&Groupe
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (31.08.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Lun 5 Fév - 3:21


Haley & Levi

What doesn't kill you makes you stronger

And I am stronger because of you
Haley paraissait plus calme, moins confuse que lorsque je l’avais vue dans un premier temps lorsqu’elle s’était installée sur son tabouret, prête à sortir son téléphone, peut-être pour m’appeler ou pour m’envoyer un message. Son téléphone ne semblait plus exister pour elle pendant un instant, et à un moment donné, nos regards vinrent à se croiser. Dans l’air calme de ma fille, je trouvai moi-même une certaine sérénité, sérénité qui me donna un peu plus de confiance en moi, qui fit en sorte que je ne craignis plus d’aller au bout de la chanson sans me planter à un moment ou un autre. Et puis, il fallait admettre que le fait qu’elle vienne à bouger les lèvres au même rythme, de la même façon que les miennes, me montrant qu’elle aussi, silencieusement sûrement, elle se chanter les paroles de sa chanson tant-aimée, venait m’aider, mine de rien, et surtout, me rendait plus qu’heureux. Bien sûr, pour ne pas perdre le fil, je ne le montrai pas, me laissant tout simplement porter par la chanson, porter par ce moment que, malgré la présence de bien des gens, je considérais comme un instant privilégié avec ma fille, si je pouvais le dire ainsi. Limite, je fus triste que la chanson prenne fin, puisque la magie vint à se briser. Heureusement, ça ne fit que laisser place à une autre sorte de magie, cette magie selon laquelle je voyais ma princesse applaudir la première, s’exclamer un peu plus que la normale des gens, ce qu’elle n’aurait certainement pas fait si elle avait été en colère contre moi ou un truc du genre. Inutile de mentionner que cela me fit chaud au coeur, et je ne sus faire mieux que de lui servir mon plus beau sourire avant de reprendre la suite du concert, comme c’était prévu. Une chance, il n’en restait pas tant à faire, puisqu’autrement, je n’étais pas certain que j’aurais été capable de rester sur scène sans aller voir personnellement ma fille bien longtemps, déjà que là, ce ne fut pas nécessairement facile. La fin du concert se déroula sans problème, mais une fois que le tout fut terminé, que j’eus remercié le petit groupe qui se trouvait encore là, qui venait d’arriver, qu’importe, je ne me fis pas prier pour quitter la scène. Évidemment, je pris quand même le temps de remercier mes collègues, encore plus chaleureusement que d’habitude, au vu de la faveur qu’ils m’avaient faite. Ceux-ci n’en semblaient pas trop embêtés, mais quand même, j’avais l’impression de lui avoir demandé quelque chose de considérable, alors pour sûr, je me sentais redevable. Chose faite, nous allâmes chacun dans notre coin. Personnellement, c’était toujours le moment où je me dirigeais aux vestiaires pour récupérer mes choses et quitter pour rentrer à mon appartement, mais là, je faisais une exception, parce qu’on le veuille ou pas, cette soirée était exceptionnelle. À la place, je me rendis directement dans le bar, m’approchant du tabouret où Haley était toujours installée avec sa boisson, apparemment faite à la perfection. Pour cela, je pris quelques secondes pour adresser un sourire à mon collègue derrière le comptoir pour le remercier une nouvelle fois, puis je reportai mon attention sur ma fille, venant à lui dire:  « Bonsoir ma puce. », retenant un sourire, me rendant compte qu’en vérité, je ne savais pas tant comment réagir. J’avais bien compris que cette surprise ne lui avait pas déplue, mais comment les choses allaient se passer maintenant ? Si ce n’était que de moi, je la prendrais dans mes bras pour la serrer de bonheur et de soulagement, mais je ne me le permis pas, refusant de la brusquer, de faire quelque chose qui pourrait gâcher le moment.

_________________
There's a want and there's a need. There's a history between. Girls like her and guys like me. I've got boots and she's got wings. I'm hell on wheels and she's heavenly. I'd die for her and she lives for me. Cowboys and angels
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Haley MilesGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/12/2016
Pages lues : 207
Crédits : Eriam
Avatar : Kristina Pimenova
Pseudo : Sugarbabe
Schizophrénie : la sexy Kayla ( feat. Marie Avgeropoulos ) - le canon Jayden ( feat. Ricky Whittle)
Disponibilités : Rp en cours : Derrick - Levi -Levi Malik


Rp's finis :
Savannah - Levi - Levi - Levi - Levi Alternatif- - topic commun anniversaire Levi -
Âge : 13 ans
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Mer 14 Fév - 0:16


What doesn't kill you makes you stronger
ft Levi & Haley

Je voulais vraiment garder mon sérieux devant papa, et bien évidemment je comprenais qu’il ne puisse pas me rejoindre tout de suite, c’était son moment aussi et je me doutais bien que ce qu’il faisait était une nouvelle facette de son travail. Mais il était bien évident que j’étais vraiment fière de lui. C’était l’un des plus beaux cadeaux qu’il pouvait me faire. On en avait tellement discuter et le chant était pour lui quelque chose d’important même si je n’étais pas au courant totalement du pourquoi il ne voulait plus chanter ou plutôt avec quel rapport était son blocage. C’était un simple blocage, il n’y avait pas d’autres mots. Et là ce soir, je réalisais que petit à petit il faisait de grands pas et qu’il reprenait petit à petit confiance en lui et surtout en sa passion. Et franchement quand je l’ai entendu à côté de moi, ne sachant pas comment s’y prendre pour me parler, j’avais juste envie de lui sauter dans les bras mais sa façon de m’aborder était tout simplement super mignon. Je me tournais vers lui après avoir avalé une autre cerise, tout en croisant les bras.” Et depuis quand tu me caches ça ? “ Je tentais de rester sérieuse, mais je savais que j’allais finir par craquer, et je ne voulais pas décevoir papa non plus et qu’il se sente mal à l’aise de m’avoir caché ça. Je finis par exploser de rire en lui sautant dans les bras. Je m’en fichais sincèrement de la réaction des gens autour de nous, de la clientèle de l’hôtel de papa. Je ne les connaissais pas et je ne comptais pas faire leur connaissance non plus. “ Tu as été formidable papa, c’est encore mieux que lorsqu’on a chanté dans le salon chez Luna “ Je descendais de ses bras pour reprendre place sur mon tabouret “ Et tu fais ça depuis quand? “ J’étais tout de même curieuse. Je le fixais un peu “ Je propose qu’on aille s’installer à une table on sera plus tranquille que toi debout et moi assise sur ce grand tabouret, en plus j’ai fini toutes les cerises” Je remerciais le barman pour sa gentille attention à mon égard, même si je me doutais que papa devait être derrière aussi ce genre d’idées. J’attirais papa vers une table un peu tranquille, attrapant mon sac sachant que j’avais un bien précieux à l’intérieur que j’avais envie de partager avec lui, mais d’abord j’avais envie qu’il m’explique tout le concernant comme ça j’allais pouvoir continuer sur le fait que j’étais fière de lui et que moi aussi j’avais une grosse surprise pour lui. “ Papa, je suis sincère, je suis tellement heureuse et te voir avec un micro, aussi rayonnant ce n’est que du bonheur” Je le fixais un peu ‘amoureuse’ comme une enfant peut l’être de son papa. Après tout, en y réfléchissant papa avait toujours tout fait pour que je sois bien, pour que je sois fière de lui et même si a un moment j’ai un doute de son amour pour moi, je n’aurais jamais du avoir ce doute, jamais jamais et je m’en voulais encore. Et ce que j’avais fait avec l’aide de Luna signait pour moi des millions d’excuses et des millions de merci et de reconnaissance et surtout d’admiration.




black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Levi AbberlineGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 17/08/2016
Pages lues : 1125
Crédits : Tag (avatar) ;; Tumblr (gifs)
Avatar : Tyler Hoechlin
Pseudo : Mayiie
Schizophrénie : Baby #JHoughAmalia #DCameronLennon #ERedmayneTommy #SClaflinIsaiah #KHaringtonMicah #NJonasNoah #DO’BrienCarson #KMcGrathJordan #SAmell
Disponibilités : Indisponible, mais tu peux réserver ta place !

#EnCours Eden ; Gabriel ; Haley ; Haley ; Maxine ; Zoya
#Alternatifs&Groupe
#EnAttente

Âge : Trente-et-un ans. (31.08.1986)
MY SOUL
Carnet de relation
Relationship:

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   Aujourd'hui à 1:29


Haley & Levi

What doesn't kill you makes you stronger

And I am stronger because of you
Haley allait-elle me reprocher de ne pas lui avoir dit avant que j’avais décidé de chanter de temps à autre au bar de l’hôtel ? M’en voudrait-elle de lui avoir caché avant aujourd’hui ? Je le redoutai pendant un instant, même que j’eus sincèrement peur que ce soit le cas à sa question, bien que tout semblait s’être bien passé dans un premier temps, lorsque j’étais encore sur la scène. Terrifié pendant un instant, je ne sus que lui répondre. Au final, ce ne fut même pas moi qui brisai le silence, mais bien ma fille, qui se jeta dans mes bras, faisant tomber la tension, le stress, d’un seul coup, me donnant l’occasion de me réjouir de cet instant, serrant ma fille avec bonheur dans mes bras, fermant même les yeux un petit instant pour profiter de cette étreinte, me moquant bien du fait que nous étions en public, du fait que je pourrais être reconnu par les clients encore présents pendant le concert. Pourquoi aurais-je honte du fait que ma fille soit là ? De la serrer dans mes bras ? À mes yeux, ça ne faisait aucun sens. Plus encore, je n’eus pas honte de lui offrir un air profondément touché quand elle vint à complimenter ma performance, lui souriant aussi bien que je le pouvais, bien que mes yeux, brillants, en disaient certainement beaucoup plus long que mon regard. Je repris une certaine contenance que lorsqu’Haley réitéra son propos précédent, dans une question différente, mais qui me demandait la même chose à peu près. Conscient que je ne saurais y échapper, je dis donc:  « Ça fait… Environ deux semaines. » Je n’eus pas le temps de lui expliquer pourquoi je ne lui avais pas dit avant qu’elle reprit la parole, me proposant d’aller s’asseoir autre part, ce qui ne me gênait pas. Acquiesçant d’un signe de tête, je repris malgré tout la parole pour lui demander:  « Tu en veux un autre ? », ne voyant pas pourquoi je le lui refuserais, après tout. Moi-même, je ne dirais pas non à quelque chose à boire, même si un verre d’eau serait bien suffisant pour le coup. La soirée était à nous, elle était spéciale, rien ne servait de se presser ou de se priver à mon avis. Ensemble, nous nous rendîmes donc à une table libre, où nous serions tranquilles pour passer du temps ensemble, là où j’eus droit à de nouveaux propos de ma fille, propos qui m’allèrent droit au coeur, m’apportant limite les larmes aux yeux. Inspirant profondément, je lui répondis, bien que ce fut d’une voix moins assurée que je ne l’aurais voulu:  « Merci ma puce… Je suis si content que tu sois venue… » Comprenant que ce ne serait pas un mauvais moment pour lui dire la vérité concernant ce nouveau travail, je marquai une pause, et j’ajoutai:  « Je ne te l’ai pas dit avant parce que je ne savais pas trop si ça allait marcher ou non… Ça n’a pas été facile de recommencer… » De façon professionnelle, en tout cas, ça n’avait pas été simple, tant physiquement - le temps étant passé depuis la dernière fois que j’avais pris un micro - que psychologiquement - puisque mon blocage ne s’était pas fait du jour au lendemain, quand même. Mais maintenant, c’était chose faite, ça ne m’avait pas fait si mal et surtout, je me sentais heureux, heureux parce que la personne comptant le plus à mes yeux l’était pour moi. Et plus encore, ce n’était pas comme si c’était sans histoire, comme je le fis savoir à Haley en ajoutant, d’un air plus réjoui, moins rempli d’émotions:  « Mais… C’est un peu grâce à toi, tu sais ? », me permettant même de lui sourire doucement, non pas que je plaisantais, mais parce que c’était sincère. Sans elle, certainement que je n’aurais pas eu le courage de chanter de nouveau, certainement pas de cette façon. Et maintenant que j’avais son avis, son approbation, j’avais l’impression que rien ne pouvait m’arrêter, pas en ce qui concernait le fait de chanter à l’hôtel. Pour le reste, c’était hors de question, puisque j’étais bien heureux avec ma fille chez moi, dans mon quotidien désormais bien implanté, que je n’avais clairement pas envie de voir changer de nouveau, voire même jamais.

_________________
There's a want and there's a need. There's a history between. Girls like her and guys like me. I've got boots and she's got wings. I'm hell on wheels and she's heavenly. I'd die for her and she lives for me. Cowboys and angels
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger   

Revenir en haut Aller en bas
 
Haley & Levi ▬ What doesn't kill you makes you stronger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» what doesn't kill you makes you stronger
» What does not kill me makes me stronger - Hippo
» what didn't kill us made us stronger.
» What doesn't kill you make you stronger + Octavia
» Born to kill all lives...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Downtown :: hôtel capital Hilton-
Sauter vers: