AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 535
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Mar 28 Mar - 20:57

Malgré ce qu'elle laisse paraître, Joyce est une jeune femme blessée par la vie, mais son sourire constant ne permet pas de déceler la moindre de ses souffrances qu'elle avait pu traverser au fil de sa vie. Et aujourd'hui elle se sentait réellement heureuse pour la première fois depuis longtemps. Peut-être que c'est Tommy qui lui permettait d'être aussi sereine, ou du moins, moins différente de ces femmes qui travaillaient dans le même immeuble qu'elle. La jolie blonde avait toujours, à tord, accordé beaucoup trop d'importance à ce qu'on pouvait penser ou dire d'elle, et bien des fois ça l'avait mis à terre. Mais malgré toutes ces épreuves qu'elle avait dû traverser, elle était toujours debout et avec le sourire en prime.

Joyce ne quitta pas des yeux Tommy lorsqu'il retourna à son bureau. Il avait quelque chose qui la fascinait mais elle ne savait quoi exactement. Une fois qu'il fut hors de portée pour ses yeux, elle se concentra sur sa tâche, à savoir être une bonne réceptionniste pour Tommy, c'était le plus important. Elle installa alors quelques petits trucs personnels, comme la photo de son fils, avant de finalement lire les papiers que l'ancienne réceptionniste avait laissé. Puis, elle alluma l'ordinateur afin de se familiariser un peu avec le matériel qu'elle allait devoir utiliser. Par la même occasion, elle en profita pour noter deux ou trois petites choses qu'elle ne savait pas vraiment comment faire histoire de pouvoir demander à Tommy. Non seulement pour qu'il puisse voir qu'elle est réellement motivée mais aussi pour qu'elle puisse faire les choses correctement et ne pas le décevoir. Parce qu'au fond, pour la suédoise c'était le plus important.

Alors qu'elle était plongée dans la lecture des documents laissés par l'ancienne réceptionniste, le téléphone sonna, ce qui fit sursauter la belle blonde. Sur l'instant elle fut surprise parce qu'elle ne s'était pas encore habitué à la sonnerie de son téléphone. Mais derrière cette surprise, elle était totalement à l'idée que c'était son premier appel et que son travail commençait dès maintenant, et elle était livrée à elle-même. Elle commença à paniquer légèrement, mais essaya de se ressaisir en respirant calmement. Après quelques secondes, elle prit le combiné en main et essaya de paraître assurée, alors que c'était tout le contraire.

" - Grayson Towers Inn, bureau de Tommy Grayson, que puis-je faire pour vous ?"

Elle ignorait si le discours qu'elle venait de tenir était juste, mais elle avait fait du mieux qu'elle pouvait, après tout, ce genre de choses changent en fonction de l'entreprise, et ce n'est pas toujours facile de s'adapter, surtout pour elle, qui sortait de quatre ans au chômage.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 244
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente-deux ans. (Vingt-sept avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Lun 3 Avr - 0:21

Joyce & Tommy
Un fossé entre deux mondes

Visiblement, Joyce n’avait pas remarqué que j’étais celui qui avais pris le combiné pour l’appeler, puisqu’elle répondit avec une voix et un propos plus que professionnel. Son ton de voix était chaleureux, mais pas trop, et ses mots étaient sortis de sa bouche avec un naturel presque déconcertant. Bref, pour moi, c’était juste parfait, et pendant un instant, j’eus envie de commencer à blaguer au téléphone pour voir comment elle allait réagir, mais quand je guettai depuis la vitre comment elle se comportait et que je voyais que son comportement n’était pas des plus naturels, je laissai tomber l’idée de l’embêter. Seul problème ? À force de la regarder et à sourire comme un con sans le vouloir, j’oubliai d’ajouter quelque chose dans le téléphone, laissant alors passer quelques secondes de silence dans le combiné, quelques secondes qui pouvaient paraître normale quand nous étions face à face, mais qui, dans une conversation téléphonique, était parfaitement susceptible de susciter des interrogations. Sitôt que je m’en rendis compte toutefois, je rattrapai le coup en disant, sans trop réfléchir:  « Oh euh… Hey, c’est moi, Tommy ! » Puis, comme si j’espérais qu’elle était en train de me considérer au travers de la vitre entourant mon bureau, je lui fis un petit signe de la main, puis finalement, j’ajoutai:  « Je me demandais si tout allait bien et si tu étais prête à aller manger. » Je savais bien que je lui avais dit que j’allais attendre qu’elle me fasse signe pour que nous puissions aller déjeuner ensemble, mais je m’étais rendu compte que non seulement, lui demander pourrait peut-être la rendre plus à l’aise, puisqu’elle ne semblait pas trop confortable à l’idée de prendre des initiatives ou bien s’imposer et en toute franchise, je commençais à avoir faim. Bien sûr, si elle n’était pas prête, je n’allais pas faire tout un cas non plus, mais disons que si jamais nous pouvions y aller bientôt, ce ne serait pas de refus, parce que même si j’étais gourmand, je n’avais pas nécessairement envie de gâcher mon appétit parce que j’avais trop faim en mangeant quelques oursons en gélatine. Puis, tandis que nous étions au téléphone, et comme pour justifier le silence que j’avais laissé passer plus tôt, je crus bon d’ajouter:  « En passant, ta réponse au téléphone, elle est géniale, ne change pas ça ! », espérant que cela la mettrait en confiance un peu, même si clairement, je ne voulais pas m’en tenir qu’à cela comme compliment la concernant. Quelque chose me disait que peut-être ce ne serait pas le seul que je lui ferais, surtout si elle faisait un bon boulot comme je le présageais, mais disons que je considérais cela comme une base, pas juste quelque chose d’exceptionnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 535
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Lun 3 Avr - 7:01

Après son hésitation, la suédoise finit par prendre le téléphone posé sur spn bureau, non sans appréhension,  puis lorsqu'elle annonça l'endroit où la personne se trouvait, aucune voix de l'autre côté. Quelqu'un qui s'était trompé de numéro ? Peut-être. Mais c'est alors qu'elle finit par entendre une voix masculine qui se présenta. Tommy. Oh mon dieu ! Comment avait-elle pu être aussi stupide ? Tout à coup, elle se sentait encore plus idiote qu'elle ne l'était déjà. Mais d'un autre côté, elle se sentait quelque peu rassuré que ce fut "que" lui.

Lorsqu'il annonça que c'était lui, bien évidemment, la blonde releva la tête pour le regarder au travers de cette vitre qui les séparait l'un de l'autre. Un petit sourire se dessina au coin de ses lèvres, et encore plus lorsque ce dernier lui fit un petit signe de main. Elle avait tout de même du mal à se dire que cet homme était désormais son patron. Il y avait ce petit quelque chose qui faisait qu'elle avait du mal à le considérer comme tel. Peut-être parce que d'habitude, il y a une distance à laisser entre un patron et son employée, alors que là, elle n'en a laissé aucune, un peu sous directives d'ailleurs, sinon elle serait sans doute encore en train de le vouvoyer à l'heure actuelle.

Puis, en regardant l'heure sur son écran d'ordinateur, elle hocha la tête, avant de se rappeler que c'était une conversation téléphonique et non une simple conversation en face à face.

" - Oui avec plaisir. Je me prépare et on peut y aller." répondit-elle dans le combiné avant de raccrocher cordialement et de se lever pour se rendre aux toilettes.

Heureusement qu'elle avait demandé avant où ils se trouvaient. Elle s'y réfugia quelques minutes, qui pouvaient sans doute paraître très longues pour Tommy. Mais Joyce avait ce besoin de s'isoler quelques minutes pour respirer, pour se retrouver tout simplement. Une fois qu'elle se sentait d'attaque, elle en sortit, retourna à son bureau, saisit sa veste et toqua à la porte du bureau de Tommy, toujours son sourire timide sur les lèvres.

" - Je suis prête si tu veux, on peut y aller."

Au fond, elle était heureuse que Tommy ai prit cette initiative de la faire sortir de son bureau, sinon elle aurait sans doute chercher pendant plusieurs heures comment aborder le sujet, et lui demander d'aller manger, alors elle mentirait si elle disait que ça ne l'arrangeait pas. Et puis, en même temps ça lui permettra de faire plus ample connaissance avec cet homme avec qui elle allait désormais passer ses journées.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 244
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente-deux ans. (Vingt-sept avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Dim 9 Avr - 14:28

Joyce & Tommy
Un fossé entre deux mondes

Ce fut avec un sourire satisfait que j’accueillis la nouvelle comme quoi Joyce était prête à se rendre au restaurant pour le déjeuner. Cependant, je ne l’exposai pas trop non plus, considérant le fait que ma satisfaction était quelque peu égoïste. Évidemment, j’étais content de me rendre à ce déjeuner pour apprendre à connaître davantage la personne avec qui j’allais interagir le plus dans ce bureau, mais j’étais aussi heureux de pouvoir lâcher ces dossiers pendant un instant, oublier le boulot ne serait-ce qu’un peu, et il fallait dire que quand même, j’avais plutôt faim. enfin, ce dernier élément n’était pas vraiment une exception, puisque bien souvent, j’avais faim et je passais outre, ou bien j’allais me servir dans la réserve que je m’étais faite dans un tiroir de mon bureau. Mais là, pas besoin d’utiliser mes réserves, il me suffit d’attendre pendant un instant que Joyce soit définitivement prête à partir. Cet instant, il ne fut pas des plus longs, puisque quelques minutes après, elle se manifesta à la porte de mon bureau me permettant alors de lui dire, après avoir acquiescé à ses propos:  « Je suis prêt aussi. » Puis, histoire de ne pas la faire attendre, je me levai de mon bureau, puis j’attrapai mon manteau que j’avais placé derrière ma chaise, à défaut d’avoir eu le courage d’aller le déposer sur le porte-manteau qui se trouvait dans le coin de la pièce. Je l’enfilai, puis je tirai la porte du bureau pour laisser Joyce passer en premier, comme précédemment. Puis, sitôt que nous fûmes sortis et que j’eus son propre bureau bien en vue, je me rappelai un détail que je ne lui avais pas mentionné plus tôt, et histoire de ne pas l’oublier, je crus bon de lui mentionner tout de suite:  « Au fait, pour les appels internes, il y a différents codes, plus courts qu’un numéro. Je vais m’assurer qu’on t’en fournisse une liste pour que tu saches qui appelle, ou qui appeler en cas de besoin. » Clairement, je ne comprenais pas pourquoi l’ancienne réceptionniste ne l’avait pas laissé précédemment, à moins qu’elle ait tout appris par coeur et que de ce fait, elle s’en soit débarrassé… Quoiqu’il en soit, j’allais m’assurer que ce soit chose faite, parce que je ne pouvais pas les lui donner par coeur. Enfin, à l’exception d’un, que je ne tardai pas à lui fournir en affirmant:  « Par exemple, moi, c’est le 007. » Inévitablement, un sourire idiot apparut sur mes lèvres, parce que bien sûr, j’avais fait exprès d’avoir ce numéro. Pourquoi ? Simplement par plaisir, parce que j’aimais bien, trouver de petits plaisirs dans ce que je faisais. Ça rendait le boulot pas mal plus supportable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 535
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Mar 11 Avr - 21:06

Joyce n'était pas encore des plus à l'aise avec son nouveau travail, mais, elle essayait tant bien que mal de tout imprimer dans son esprit afin d'être le plus opérationnelle possible. Bien évidemment, elle allait sans doute avoir des questions d'ici les prochains jours, concernant ses tâches ou même son travail en lui-même. Mais l'idéal serait qu'elle soit le plus autonome possible pour montrer sa réelle détermination pour ce poste.

Quelques minutes plus tôt, ou heures, elle n'avait pas vraiment vu sa matinée passer, Tommy lui avait proposé d'aller découvrir les restaurants du coin pendant leut pause déjeuner. Elle avait bien évidemment accepté, parce que déjà, ça lui permettrait de pouvoir discuter un peu avec son patron, mais aussi, parce que ça lui permettra d'avoir une bonne adresse pour les prochaines fois où elle décidera d'aller manger dehors, que ce soit seule ou accompagnée.

Concentrée dans son travail, le téléphone se mit à sonner, sur le coup, ça l'a surprit un peu, mais elle allait vite s'y habituer, de toute manière, elle n'avait pas vraiment le choix, puisqu'elle était standardiste maintenant, alors le téléphone serait son outil de travail le plus précieux. Au bout du fil, Tommy, son patron qui venait lui demander si tout se passait bien et si elle était prête à aller manger. Elle ferma alors les applications sur son ordinateur, raccrocha le téléphone, prit soin de prendre son portable et après avoir enfilé sa veste, elle était prête. Quelques pas plus tard, elle se trouva à l'entrée du bureau de son supérieur pour lui signifier qu'elle était prête à y aller s'il l'était aussi.

Il prit également sa veste, et après quelques secondes, ils se retrouvaient tous les deux hors du bureau du patron, marchant côte à côte vers les ascenseurs. Pendant l'attente de ces derniers, il lui spécifia qu'il y avait des diminutifs pour les téléphones plutôt que de taper le numéro entier de la personne demandée. Elle se tourna alors vers lui, lui adressant un large sourire, plus franc que ceux précédents, lorsqu'il lui annonça qu'il lui fournirait le papier les regroupant, avant qu'il ne précise que son code était le 007. Cette information arracha un petit rire à la belle blonde.

" - Donc comme ça, tu es un agent secret ? Qu'est-ce que tu caches comme secret ?"

C'était assez matant et Joyce arrivait à se demander si les personnes choisissaient leur code ou bien s'ils étaient attribués automatiquement. Sans le premier cas, ça ne l'étonnerai pas que ce soit lui qui est décidé de porter ce numéro, ça le représentait plutôt pas mal en réalité, mais Joyce décida de ne pas s'étaler sur ce sujet, de peur de paraître trop envahissante dès le premier jour.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 244
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente-deux ans. (Vingt-sept avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Lun 17 Avr - 22:26

Joyce & Tommy
Un fossé entre deux mondes

Un rire franc s’échappa de ma bouche au moment où Joyce en vint à passer un commentaire sur mon choix de numéro d’appel interne. Non pas parce que je me moquais d’elle où de sa quelconque naïveté, parce que cela n’avait pas lieu d’être. Au contraire, j’étais plus que ravi qu’elle ait vu tout de suite l’allusion et que plus encore, elle se soit permise de tenir un tel propos, puisqu’en mon sens, cela montrait qu’elle commençait à être un peu plus à l’aise en ma compagnie et franchement, je ne saurais pas m’en plaindre. Et finalement, même si cela, c’était un peu plus personnel, propre à ma personne, j’étais content qu’elle l’ait pris de cette façon, et qu’elle n’ait pas roulé les yeux au ciel, comme la dame à qui j’avais demandé de m’attribuer ce numéro. Elle aussi, elle avait compris la référence, mais elle ne l’avait pas trouvée drôle, simplement enfantine et ridicule, comme la majorité des gens en ces lieux, en gros. Bien sûr, cela m’avait quelque peu vexé, mais j’avais décidé de ne pas m’en faire, parce que je savais déjà, en venant installer l’entreprise à Washington, que bien de mes comportements ne seraient pas approuvés de tous, de personne en fait. Enfin, je ne disais pas que Joyce allait être d’accord avec tout ce que je faisais, mais disons que je préférais de loin la voir amusée plutôt qu’exaspérée. Et pour cette raison, je décidai de jouer le jeu pendant un instant, en lui répondant d’un haussement d’épaules:  « Ce sera à toi de le découvrir. », lui servant par la suite un petit sourire que je voulus un peu mystérieux, même si ça, ça me ressemblait un peu moins, compte tenu qu’en temps normal, j’étais tel un livre ouvert. J’assumais parfaitement qui j’étais, je ne le cachais pas, et je parlais avec franchise, la plupart du temps en tout cas. N’allant pas plus loin toutefois, puisque l’ascenseur arriva à ce moment, je m’y dirigeai en laissant Joyce passer devant moi, puis une fois que nous fûmes dans l’habitacle, je crus bon de demander:  « Le restaurant est à une distance raisonnable à pied, mais pas trop près non plus. Tu veux marcher ou bien y aller en voiture ? » En attendant sa réponse, j’appuyai malgré tout sur le bouton du rez-de-chaussée, puis au pire, je m’ajusterais pour atteindre directement le garage afin d’aller y prendre mon véhicule, puisqu’une éventualité ou l’autre ne me gênait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 535
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Mar 18 Avr - 8:53

En entendant le rire de Tommy, pendant un instant Joyce crut qu'elle avait mal fait que de penser tout haut, ou même de lui dire franchement ce qu'elle pensait de cette référence. Qui, en toute cause, était plutôt osée mais marrante. Et dans tous les cas, elle n'avait pas à juger quoique ce soit, et encore moins les décisions qu'il avait pris avant qu'elle n'arrive dans l'entreprise. Mais fort heureusement pour la jolie blonde, elle se rendit rapidement compte que son rire n'était ni moquer, ni quoique ce soit d'autre. Il semblait juste heureux de la question et presque amusé de la situation. Son enfantin eut pour effet de faire naître un large sourire sur celui de la suédoise face à lui. Elle ne s'attendait pas vraiment à une réponse de sa part, et pourtant, il venait encore attiser le mystère qui l'entourait depuis que Joyce avait mis les pieds dans son entreprise.

" - Je saurai découvrir le moindre de tes secrets alors j'espère pour toi que tu prêt !"

Bon ok, réaction complètement idiote de la part de la jeune Sandberg, mais en vérité, c'était sorti tout seul. Et peut-être que le fait qu'elle ne réfléchisse même plus avant de parler, venait tout simplement du fait qu'elle se sentait plus à l'aise avec lui. Ou bien, à l'aise en général avec l'environnement dans lequel elle allait désormais évoluer. Et puis ce n'était pas une si mauvaise chose si ? Elle lâchait un peu de pression pour une fois, et ça ne pouvait pas lui faire de mal, tout comme à Tommy d'ailleurs.

" - On peut y aller à pieds agent 007, sauf si vous désirez qu'on prenne la voiture."

Le midi Joyce aimait bien marcher, elle avait l'impression de vivre, de respirer, d'être libre. Elle tenait beaucoup à cet instant où elle coupait tout lien avec son travail pour se concentrer uniquement sur elle. Une heure. L'instant de la pause déjeuner. Et après, elle pourrait se remettre à travailler plus sereinement.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 244
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente-deux ans. (Vingt-sept avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Sam 29 Avr - 1:56

Joyce & Tommy
Un fossé entre deux mondes

Sans stresser, sans hésiter un instant, je haussai les épaules, un sourire aux lèvres, pour signifier à Joyce qu’effectivement j’étais prêt à ce qu’elle découvre mes soi-disant secrets, même si au fond, j’étais d’avis que je n’en avais pas vraiment. Depuis toujours, j’étais tel un livre ouvert; je racontais ma vie à qui le voulait bien, j’assumais parfaitement ce que je pensais et comment j’agissais, parce que je ne voulais pas avoir de tracas ou de complexes. Enfin, je ne pouvais pas nier que depuis que j’avais intégré l’entreprise, bien avant le décès de mon paternel, il m’avait fallu faire des ajustements quant à mon mode de vie, des ajustements qui étaient plutôt frustrants par moments, je ne pouvais pas vraiment le nier, mais dans l’ensemble, je tentais de rester celui que j’étais au fond, d’où ces ajustements dans l’entreprise, d’où le fait que je n’avais pas voulu que Joyce en vienne à me vouvoyer et m’appeler monsieur. Je voulais que pour une fois, il n’y ait pas cette barrière patron - employé entre une personne et moi-même, surtout avec une personne que j’allais côtoyer au quotidien, et encore plus avec cette même personne qui semblait être le genre de personne qui saurait profiter de cette ambiance. En tout cas, c’était ce que j’espérais, et déterminé à continuer sur cette voie, quand elle en vint à me répondre qu’elle préférait y aller à pied, je décidai de jouer le jeu avec elle, lui demandant le plus sérieusement du monde:  « Qui dit que j’ai une voiture ? Je pourrais très bien me déplacer en Batmobile… » Bon d’accord, peut-être que j’y étais allé un peu fort pour le coup, mais je m’en moquais, d’autant plus que pour le moment, il n’y avait personne pour nous entendre. Mais ça, ce fut de courte durée, puisque par la suite, lorsque nous arrivâmes au rez-de-chaussée, nous nous retrouvâmes de nouveau en public, mais cela ne changea rien au fait que je continuai à marcher à ses côtés tandis que nous étions en route vers les grandes portes vitrées de l’entrée principale du bâtiment. Puis, en un rien de temps, nous fûmes à l’extérieur, au coeur d’une rue passante, où généralement, les voitures n’osaient pas trop s’aventurer. Cependant, pour nous rendre au restaurant, il nous fallait prendre une autre rue, une artère où les voitures, là s’en donnaient à coeur joie, si bien que c’était limite si ce n’était pas une course à obstacles, passer par là. De mon côté, je commençais à avoir l’habitude, mais me doutant que ce n’était pas le cas de Joyce, je crus bon, une fois que nous y fûmes arrivés, de lui tendre mon bras, lui prouvant toutefois que je ne laissais rien sous-entendre en lui affirmant:  « C’est une intersection plutôt survoltée, parfois il faut traverser en courant presque… » Je n’en vins pas à lui dire que surtout, je tenais à ne pas la perdre dans la foule, ou compromettre sa sécurité. Après, si elle se sentait suffisamment à l’aise pour traverser cette folie sans mon aide, tant mieux, mais je préférais lui proposer et la prévenir plutôt que de la laisser à elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joyce SandbergGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 05/02/2017
Pages lues : 535
Crédits : Odyssea (avatar), anaëlle (sign).
Avatar : Kara Killmer.
Pseudo : Odyssea.
Âge : 26 ans (14 Juin).
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Dim 30 Avr - 15:08

La jeune blonde commençait lentement à se sentir de plus en plus à sa place dans cette entreprise, non pas par rapport aux autres jeunes femmes qui y travaillaient. Elle savait pertinemment qu'elle ne leur arrivait, et ne leur arriverait probablement jamais à la cheville, cependant, Tommy avait joué un rôle important pour elle. Il avait laissé tomber les barrières entre patron et employé de telle sorte à ce que l'ambiance soit plus appréciable. Cela n'empêchait absolument pas la blonde de ne pas en profiter pour faire n'importe quoi, elle était ici pour travailler, et elle comptait bien démontrer à Tommy qu'il avait fait le bon choix et qu'il ne le regretterai pas. Même si pour cela elle devait passer des soirées au bureau, peu importe, c'était des sacrifices qu'elle était prête à faire, et qu'elle avait déjà fait pour prouver qu'elle était digne du poste qu'on lui avait offert.

Alors que le jeune homme lui propose deux options pour se rendre à l'endroit où ils pourront se restaurer, elle n'hésite pas et opte pour y aller à pied. Elle aime marcher et ça ne lui fait pas de mal, même si elle passe déjà son temps à marcher pour aller et revenir du travail. C'est ça quand on a pas de véhicule pour se rendre sur son lieu de travail, elle est dépendante des transports en commun, alors forcément c'est moins pratique. Mais c'est aussi bien de marcher, ça lui fait faire un certain temps de sport dans une journée, puisqu'elle n'a pas vraiment le temps d'en faire à côté. Comme beaucoup de passes temps qu'elle pourrait avoir d'ailleurs.

La réponse de Tommy fit éclater Joyce d'un rire joyeux, un rire simple qu'elle n'avait pas plus eu depuis longtemps. Cet homme qui était son patron était peut-être un petit peu gamin, mais qu'importe, ça lui faisait un bien fou de rigoler de cette manière, et jusqu'à présent, il n'y avait que lui qui y était parvenu. Après avoir repris son sérieux, elle s'adressa de nouveau à lui.

" - Dans ces cas-là tu devrais faire attention à ne pas te faire repérer en plein jour. C'est plus prudent d'y aller à pieds !"

Elle allait dans son sens parce qu'elle trouvait ça tellement bien de se détendre, de ne pas toujours être sérieux et de profiter de la vie. C'est quelque chose qu'elle n'avait plus fait depuis des années, et lâcher prise des fois n'était pas plus mal.

Une fois dans la rue, les deux jeunes marchaient côte à côte jusqu'à ce qu'il lui tende son bras, comme un gentleman l'aurait fait sur le tapis rouge menant à une quelconque cérémonie. Sur le coup, elle ne comprenait pas vraiment, et il avait dû voir son air interrogateur. Il finit par lui expliquer la raison, bien qu'elle fut assez sceptique, elle ne préférait pas prendre de risques et glissa son bras autour de celui de son patron pour traverser cette artère qui semblait être comme un torrent infesté de crocodiles ou autres dangereux animaux dans une jungle. Cette vision l'amusa et elle laissa échapper un léger rire avant de se reconcentrer pour qu'ils arrivent sain et sauf sur l'autre rive.
Revenir en haut Aller en bas
http://odyssea-gallery.e-monsite.com
avatar
Tommy S. GraysonGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 28/01/2017
Pages lues : 244
Crédits : (c) Shiya & Tumblr
Avatar : Sam Claflin
Pseudo : Mayiie
Âge : Trente-deux ans. (Vingt-sept avril)
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   Dim 14 Mai - 22:59

Joyce & Tommy
Un fossé entre deux mondes

Bien que je fus ravi que la blonde choisisse de jouer le jeu jusqu’au bout plutôt que de me considérer comme si je sortais d’un autre monde et que je ne savais me comporter en société - comme bien des gens le faisaient à mon égard d’ailleurs - je décidai de ne pas aller plus loin. Non pas que je ne voulais pas être joueur, continuer à plaisanter, mais parce qu’en toute franchise, je préférais de loin veiller à notre bien-être et sécurité à tous les deux plutôt que de prendre un risque qui, dans le cas présent, s’avérait complètement inutile. Avais-je l’air un peu trop prévoyant pour le coup ? Je ne pensais pas. Téméraire, j’avais toujours été du genre à traverser les rues sans faire gaffe aux feux de circulation, décidant que le moment de traverser représentait celui où il n’y avait plus personne dans les environs, ou quand les voitures étaient suffisamment éloignées pour que je puisse me permettre de traverser en courant. Cependant, depuis l’accident de mon frère, tout cela avait grandement changé. Bien sûr, je n’étais pas le piéton le plus exemplaire qui soit, mais je faisais davantage attention et là, je voulais faire gaffe à ce que ce soit pareil pour la jeune femme qui m’accompagnait. Voulais-je montrer que je savais être gentleman par la même occasion ? Peut-être que oui, ça non plus, je ne pouvais pas le nier. Mais heureusement, Joyce n’hésita pas trop longtemps, acceptant de m’offrir son bras pour que nous puissions traverser. Histoire de ne pas provoquer quelconque malaise, je m’en tins à cela comme contact avec elle, d’autant plus que pour le coup, je préférai me concentrer sur le fait de traverser. J’attendis donc que la voie soit libre, puis une fois que ce fut le cas, je lui dis, à la presse:  « Allez, on y va ! », sachant très bien qu’il y avait toujours une voiture susceptible d’arriver de nulle part. Cette fois-ci, heureusement, ce ne fut pas le cas, et quelques mètres plus tard, nous fûmes de l’autre côté de la rue, exactement à un bloc du restaurant. Satisfait pour le coup, je souris à Joyce, ne sachant toutefois pas trop si je me devais de lâcher son bras désormais, ou pas. Étrangement, cela ne me gênait pas tant, mais après, peut-être que cela ne rendait pas Joyce confortable ? Mais si jamais je me détachais d’elle, allait-elle mal le prendre ? Ne sachant pas trop comment réagir, je décidai plutôt de jouer de mes habiletés, faire comme si j’avais zappé que nous étions ainsi liés, puis finalement utiliser ma main libre pour lui désigner le restaurant et lui dire:  « C’est juste là. » Ce que je lui désignai, c’était un petit bâtiment, qui ne semblait pas avoir quoi que ce soit de spécial, d’où le fait que je me permis d’ajouter:  « Il ne ressemble à rien vu d’ici, mais la nourriture y est délicieuse. » Et le service également, était irréprochable. Mais ça, je ne lui dis pas, puisque de toute façon, notre progression faisait en sorte que nous y étions bientôt, alors elle serait en mesure de le découvrir d’elle-même sous peu.

_________________

You're an angel, tell me you're never leaving 'Cause you're the first thing I know I can believe in
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un fossé entre deux mondes [Feat. Tommy S. Grayson]
» Glace Cendrée, le coeur déchiré par deux mondes
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: La cour d'école, tant de plaisir :: Les rp's archivés-
Sauter vers: