AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Gabriel A. WinchesterGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/04/2017
Pages lues : 305
Crédits : TAG
Avatar : Jake Gyllenhaal
Pseudo : TAG
Schizophrénie : Le seksy beau brun masseur et sereal baiseur alias Jared feat Ian Somerhalder & La barmaid au caractère bien trempé alias Megara feat Phoebe Tonkin
Disponibilités : COMPLET - IsaiahSujetCommunLexie
Âge : 32 ans
MY SOUL

MessageSujet: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Sam 2 Sep - 12:15



❝J'ai trop bu M'sieur l'agent❞
Libre & Gabriel
Avec le piratage informatique en ce moment c'était la galère. Vraiment. Les ordinateurs qui se coupent ainsi que les lumières. La ville était en panique et nous on devait gérer tout ça ! Autant dire que les heures sup ça y allait ! Tout le monde avait été réquisitionné pour qu'on puisse être du mieux possible sur tous les fronts. Puisqu'évidemment les coupures n'étaient pas la juste pour le plaisir d'un ptit génie il était évident qu'il allait y avoir des tentatives de braquages et autres en tout genre. Actuellement j'étais de garde au commissariat. Parce qu'il fallait bien quelqu'un pour y rester aussi, évidemment. Etant sergent j'avais plutôt l'habitude d'être sur le terrain, d'enquêter, etc mais parfois il fallait s'organiser rapidement et on avait pas le temps de faire ce qui convenait à tout le monde en fonction de son grade. Si on voit que personne n'est placé au commissariat et bien on s'y place.

En voyant un collègue entrer avec un civil je relevais les yeux sur eux et me levais pour me rendre vers mon collègues et lui demander ce qu'avait fait cette personne. Etat d'ébriété sur la voix publique. Je soupirais. Oui parce qu'on devait s'occuper de tout le bordel à cause du piratage mais on ne devait pas non plus pour autant arrêter de s'occuper des autres. "Génial, les cellules sont pleines ce soir" C'était pas la prison ici il y avait juste des cellules de dégrisement pour ceux qui devaient y passer une nuit et basta. Et ce soit ça c'était remplis très vite, comme les soirs de fêtes sauf que la c'était pas la fiesta dehors. Bon je laissais quand même mon collègue filer on avait besoin de lui ailleurs. J'allais bien me débrouiller. "Bon viens avec moi" je lui fit signe de me suivre dans la pièce où je me trouvais juste avant "Du coup tu vas t'asseoir ici et on va devoir se tenir compagnie pour la nuit" J'allais vers la cafetière pour me faire couler un café, après tout il fallait bien que je tienne la nuit "Un café ?" ça ne lui ferait pas de mal. Je n'étais pas du genre à condamné les gens juste parce qu'ils étaient bourré mais la lois c'était la lois et c'est vrai qu'être bourré dehors ça peut être dangereux et aussi déranger les gens. Mais après ça n'était pas bien grave non plus.
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
http://tag-gallery.e-monsite.com/
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 98
Crédits : (c) Schizophrenic & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment, mais tu peux venir quand même demander !

#EnCours Adela + Chip + Eric + Gabriel + Johan + Luis + Noäm + Prunille
#EnAttente


Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Mar 5 Sep - 2:25

Gabriel & Isaiah
J'ai trop bu M'sieur l'agent


La coupure qui était survenue dans une bonne partie de la ville avait aussi eu ses répercussions au lycée, et pas qu’à moitié. Panique chez les étudiants, panique chez les enseignants, impossibilité de sortir avant le début de la soirée, bref, rien n’avait tourné rond, si bien que lorsque j’avais finalement pu sortir de l’école pour rentrer chez moi, la nuit était déjà tombée, et ce n’était pas en raison du manque d’électricité. Combien de temps s’était-il écoulé avant mon heure prévue de retour et l’heure qu’il était ? Je ne savais pas trop, mais lorsque je rentrai chez moi, je compris que c’était suffisamment long pour que Maureen en vienne à piquer une crise de colère, et pas qu’une petite. Normalement, quand il était question de quelques minutes et que je l’avertissais au préalable, ça passait. Un regard noir et c’était chose terminée. Mais là, n’ayant pas de réseau ou quoi que ce soit pour la prévenir, je ne l’avais pas fait, et même si elle avait vu comme tout le monde ce qui se passait, elle trouva quand même le moyen de m’en vouloir. Sauf que là, au vu de ma fatigue, du fait que même dans les pires circonstances, elle ne parvenait pas à être compréhensive, j’en eus assez. Ne parvenant plus à être passif comme trop souvent je l’avais été, je lui lâchai, voire même hurlai, un:  « Tu me fais chier, merde ! » Et avant qu’elle puisse s’approcher avec le premier objet qu’elle était susceptible de trouver, je claquai la porte sans demander mon geste, marchant rapidement vers le premier bar que je trouvai. Au début, je voulus simplement prendre le temps de me calmer, attendre que Maureen en vienne à se calmer, même si ça, c’était loin d’être gagné. Je pris donc un premier verre, et un second, puis sans m’en rendre compte, je cessai de les compter. Je partis seulement lorsque le barman en vint à me dire qu’il était temps de quitter les lieux, puis rentrer à la maison. N’ayant clairement pas envie de rentrer à la maison, je quittai malgré tout en maugréant, et seul dans la rue, à pied, je perdis le contrôle. Je me mis à marmonner, voire à crier parfois, tout en titubant, plus en contrôle de mes gestes. Ce fut ainsi que j’alarmai une personne qui vint à m’aborder, puis, sans que je le comprenne, qui m’empoigna, plaçant mes mains derrière mon dos et me passant du métal froid autour; des menottes. Tentant de me débattre, je lâchai un:  « Hey, lâchez moi ! » mais celui-ci fut vain. Rapidement, je n’eus plus la force de faire quoi que ce soit, alors je le suivis tant bien que mal jusqu’au commissariat le plus près. Et sans que je ne puisse vraiment me rendre compte de ce qui se passait, je me retrouvai dans une pièce austère, quelque peu assommé, avec un autre homme, un autre policier, qui en vint à m’offrir un café. Surpris, parce que je n’avais jamais vu ces agents comme étant courtois de la sorte, je grognai pour accepter, même si je ne fus pas certain que mon message ait été compris. Suite à cela, je me retrouvai à fixer le vide, et en grimaçant, je finis par dire, sans trop réfléchir, puisque je n’étais plus en état de réfléchir:  « N’appelez pas ma femme pour qu’elle vienne me chercher… » Puis, comme un enfant pris en faute qu’on était sur le point de disputer, je baissai le regard, sans toutefois fermer les yeux, pour ne pas être aux prises avec des étourdissements, et j’ajoutai, en marmonnant:  « Ce n’est pas ma faute… Je… J’ai rien fait… J’ai jamais rien fait de mal… » Bien sûr, mon discours était incompréhensible, sauf peut-être pour moi, mais encore là, je n’osai pas aller plus loin, ayant désormais qu’une seule envie, soit de fondre en larmes, me cacher dans un coin et y rester jusqu’à ce que le mal passe, mais je ne pouvais pas faire ça. Je ne pouvais pas bouger de cette chaise, je ne pouvais rien faire du tout, bien malgré moi.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriel A. WinchesterGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/04/2017
Pages lues : 305
Crédits : TAG
Avatar : Jake Gyllenhaal
Pseudo : TAG
Schizophrénie : Le seksy beau brun masseur et sereal baiseur alias Jared feat Ian Somerhalder & La barmaid au caractère bien trempé alias Megara feat Phoebe Tonkin
Disponibilités : COMPLET - IsaiahSujetCommunLexie
Âge : 32 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Jeu 7 Sep - 6:08



❝J'ai trop bu M'sieur l'agent❞
Libre & Gabriel
Pas question de jouer les strip-teaseur en ce moment ça non. On avait réellement besoin d'un maximum de flic en ville pour ne pas dire tout le monde. Les renforts n'étaient d'ailleurs pas de trop ! Le pire à gérer était sans aucun doute l'état de panique. Bien sûr ça ne concernait pas tout le monde mais ça atteignait quand même un bon nombre de la population de la ville et c'était un nombre suffisant pour foutre un beau bordel ! Heureusement il y avait des personnes qui comprenait qu'avec cette coupure énorme on avait déjà un tas de chose à gérer et qui évitaient de nous compliquer la vie. Certains flics novices paniquaient aussi d'ailleurs puisque c'était la première fois qu'ils étaient confrontés à une situation de ce genre et aussi importante. Tout le monde avait la pression évidemment et il fallait se montrer professionnel.

Alors que j'étais de garde au commissariat un collègue m'apporta un grand brun chevelu qui avait trop bu. Pas de bol mon gars t'aurais du rester au chaud à l'intérieur ça t'aurais évité ce petit problème. La pièce n'était pas très éclairée on avait sortis nos batterie de secours pour dépanner et faire fonctionner à maximum de chose mais on était pas loin de l'éclairage à la bougie. Etant donné que les cellules de dégrisements étaient déjà remplies j'avais décidé de le prendre avec moi dans la pièce où j'étais juste à côté. La nuit risquait d'être longue alors personnellement un café ne me ferait pas de mal mais j'étais pas contre lui en filer un non plus. J'étais pas un gros blaireau coincé du cul après tout, je m'étais moi aussi retrouvé dans des états pas possible avec l'alcool, surtout à l'époque du boys band, ça et la fumette. J'étais loin du flic qui avait eu un parcours exemplaire toute sa vie. Comme toute réponse j'eu un grognement d'ours qui me fit légèrement rire et je fis un deuxième café avant de les poser les deux sur la table et de m'asseoir en face de lui "Si c'était un oui voilà ton café et si c'était un non ben c'est pas grave je le boirais aussi" non parce que je déchiffrais beaucoup de choses mais ça c'était un grognement de feignasse, aucune bonne volonté pour grogner positivement ou négativement. « N’appelez pas ma femme pour qu’elle vienne me chercher… » Franchement je le trouvais presque mignon on aurait dit un gamin prit la main dans le sac, en train de voler des bonbons chez le boulanger du coin « Ce n’est pas ma faute… Je… J’ai rien fait… J’ai jamais rien fait de mal… » Je ris avant de lui tapoter l'épaule "T'en fais pas je vais appeler personne, tu vas rester avec moi jusqu'au matin histoire de décuver un peu et tu rentreras chez toi" j'haussais les épaules "Ou ailleurs après ça c'est toi qui voit" Il avait vraiment pas l'air dans son assiette hein, tu m'étonnes qu'il ai foutu le bordel dans la rue, il devait à peine prendre conscience de ce qui se passait autour de lui. Je me levais et allait chercher un seau pour le mettre à côté de sa chaise "Ça c'est si t'as envie de vomir parce que je suis une très mauvaise femme de ménage, donc si ça vient tu prends le seau" Je me rassis et but quelques gorgées de mon café "Moi à ta place je vomirais maintenant, tu te sentiras mieux avant et t'auras moins l'air d'un mort vivant" ça ferait toujours moins d'alcool dans le corps.
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
http://tag-gallery.e-monsite.com/
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 98
Crédits : (c) Schizophrenic & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment, mais tu peux venir quand même demander !

#EnCours Adela + Chip + Eric + Gabriel + Johan + Luis + Noäm + Prunille
#EnAttente


Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Lun 11 Sep - 2:10

Gabriel & Isaiah
J'ai trop bu M'sieur l'agent


Tandis que le policier semblait prendre un malin plaisir à se moquer de ma personne, moi, je me sentais si honteux, si perdu, que je ne sus pas trop comment réagir. De ce fait, lorsqu’il déposa le café devant moi, je restai de marbre, même si au fond, j’étais ravi qu’il ait compris ce que je voulais, malgré mon manque de mots. Je réagis seulement au moment où il en vint à me dire qu’après la nuit, je pourrais rentrer chez moi. À ces propos, je ne fus pas soulagé, enthousiaste ou quoi que ce soit. Au contraire, je grimaçai, déjà anxieux de justement, rentrer chez moi. Je savais que ce ne serait pas joli, je savais que ce serait même horrible. Limite, je ne savais même pas si je serais capable de rentrer chez moi sans en sortir en un seul morceau. À cette idée, en m’imaginant Maureen m’attendre avec un couteau de cuisine - ce qu’elle serait bien capable de faire - j’eus un haut-le-coeur, fort probablement encouragé par tout l’alcool que j’avais ingéré. Le policier l’avait-il remarqué ? Limite je pourrais le croire, au vu de ce qu’il vint à me dire, combiné au fait qu’il avait pris la peine de m’apporter de quoi me déverser au besoin. Orgueilleux, si je pouvais le dire ainsi, je ne voulus pas me vider les tripes, donc je tentai de me convaincre que le café pourrait m’aider à faire passer cette sensation désagréable, mais ce ne fut pas le cas. J’ignorais si c’était le café ou mon idée qui était mauvais, mais ça ne vint rien arranger. Au contraire, cela finit de me convaincre de me pencher au-dessus du seau, histoire de m’y vider, vider l’alcool que j’avais ingéré, et certainement le petit sandwich au jambon trouvé à la cantine de l’école, la seule chose qui avait pu me sustenter pendant ce moment horrible. Le cauchemar dura un petit moment, et quand je me redressai, je me sentais un peu moins nauséeux, mais pas mieux mentalement pour autant. En vérité, c’était pire; je reprenais lentement, mais sûrement mes esprits, je commençais à comprendre ce qui se passait, et surtout les conséquences que cela pourrait avoir pour la suite. Le visage blême, dégoulinant de sueur, je considérai celui qui était obligé de me servir d’interlocuteur pour la soirée. C’est là que je ne compris pas un truc, et les sourcils froncés, je lui demandai:  « Pourquoi je suis ici en fait ? » Enfin, pas en ces lieux, ça, je le savais, mais plus exactement dans cette pièce, parce que:  « Je ne suis pas supposé être dans une cellule ? On vous a puni ? » Au final, je n’aurais pas dû poser cette dernière question, puisqu’elle fut suffisante pour me secouer et me faire comprendre que toute cette histoire n’était probablement pas qu’un incident isolé. Écarquillant les yeux, je vins à dire, plus pour moi-même que quiconque:  « Oh merde… » Passant mes mains dans mes cheveux, mon souffle commença à s’accélérer à l’idée que cette histoire me laisse une trace dans un dossier et que je puisse perdre mon emploi à cause de ça. J’avais toujours été clean avant aujourd’hui, jamais je n’avais fait quelconque faux pas, mais ça, c’était différent. Sur le bord des larmes limites, j’ajoutai:  « Mais ça va se passer comment ? Ça va rester dans un dossier ? Je vais avoir des ennuis… » Je m’arrêtai, comme si j’avais besoin de quelques secondes pour assumer le tout, et au final, j’ajoutai, sans même laisser le temps à l’homme de me répondre:  « J’ai passé toute la journée à m’occuper de tout et rien, à cause de cette fichue panne… Et comment je suis récompensé ? Je reçois une claque sur la gueule, comme d’habitude… » Je ne parlais pas tant du fait que j’avais été arrêté, limite, c’était secondaire. Je parlais évidemment de ma femme et de son comportement envers ma personne, comme je le précisai sans le vouloir quand j’ajoutai:  « Pourquoi c’toujours moi qui doit payer, hein ? Pourquoi elle, elle n’a rien ? Pourquoi elle se donne le droit de me faire chier à tout coup comme ça ? C’est pas juste… » Et là, encore encouragé par mon état d’ivresse, des larmes commencèrent à couler sur mes joues, et encore comme un gamin, je cachai mon visage dans mes bras, sur la table, et je marmonnai:  « J’en ai marre… », n’osant même plus relever la tête pour regarder le policier qui, lui, devait désormais bien se marrer de me voir ainsi. Était-ce pour ça qu’il m’avait gardé avec lui, pour le divertissement ? Si c’était cela, alors c’était pas mal bien triste pour lui, le pauvre.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriel A. WinchesterGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/04/2017
Pages lues : 305
Crédits : TAG
Avatar : Jake Gyllenhaal
Pseudo : TAG
Schizophrénie : Le seksy beau brun masseur et sereal baiseur alias Jared feat Ian Somerhalder & La barmaid au caractère bien trempé alias Megara feat Phoebe Tonkin
Disponibilités : COMPLET - IsaiahSujetCommunLexie
Âge : 32 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Mer 8 Nov - 2:54



❝J'ai trop bu M'sieur l'agent❞
Libre & Gabriel
Franchement des mecs bourrés dans ce commissariat j'avais l'habitude, j'en voyais tous les jours, même si c'était rarement moi qui les ramenais vu que ça n'était pas mon boulot premier. Sans déconné, il n'y avait aucun soir où ces cellules de dégrisement étaient toutes vides. Ce soir elles étaient toutes pleines. Pleines d'hommes pleins. Enfin d'hommes et de femmes mais plus d'hommes quand même. Et le nouvel arrivant était également un homme. Un imbibé de plus et j'avais du le prendre avec moi dans la pièce d'à côté vu qu'il n'y avait plus de place. D'ailleurs ça ne sembla pas perturber l'homme en question. Du moins jusqu'à ce qui vomisse ses tripes après mon conseil. J'avais attendu tranquillement les bras croisés et le dos appuyé contre mon dossier. Et c'est donc la qu'il s'inquiétait enfin de savoir où il était « Pourquoi je suis ici en fait ? » et par la j'imaginais qu'il attendait une autre réponse que "Parce que t'es complètement torché" « Je ne suis pas supposé être dans une cellule ? On vous a puni ? » Sa dernière question m'arraché un léger rire. Finalement j'allais peut-être pas m'ennuyer avec lui "Tu es la parce que y'a plus de place en cellule de dégrisement, et moi je suis la parce qu'il faut bien quelqu'un pour te surveiller. Pis sans moi t'aurais vomis par terre" oui je surveillais aussi le sol, je devrais être augmenter ! Avec moi pas besoin de techniciens de surface ! Ceci dit si quelqu'un avait du nettoyer son vomi c'est pas seulement augmenté qu'il aurait du être mais même doublé, berk. « Oh merde… » Vu ses yeux rond il devait être en train de réalisé dans quelle situation il se trouvait. Avec moins d'alcool dans le corps c'était un peu plus simple de réfléchir ! Il commençait à stresser et à flipper, ça se voyait « Mais ça va se passer comment ? Ça va rester dans un dossier ? Je vais avoir des ennuis… » Je me redressais pour appuyer mes avants bras sur la table mais je n'eu même pas le temps de lui répondre qu'il enchaînait déjà « J’ai passé toute la journée à m’occuper de tout et rien, à cause de cette fichue panne… Et comment je suis récompensé ? Je reçois une claque sur la gueule, comme d’habitude… » Je voulais une fois de plus répondre mais il ne s'arrêtait plus, bon sang une vraie pipelette ! « Pourquoi c’toujours moi qui doit payer, hein ? Pourquoi elle, elle n’a rien ? Pourquoi elle se donne le droit de me faire chier à tout coup comme ça ? C’est pas juste… » Et en plus de ça il se mit à pleurer. Oooh non. Je devrais peut-être appeler Eric, quelqu'un semblait avoir besoin d'un psy la « J’en ai marre… » Bon je pigeais pas tout mais il allait falloir le calmer un peu. Quoi que je n'étais pas sûr qu'il apprécie tout ce que j'avais à lui dire mais j'espérais quand même qu'il n'allait pas encore plus se mettre à pleurer "Bon écoute je vais être bref. Nous on t'as amené ici parce que t'étais bourré et que tu causais des problèmes, le pourquoi du comment t'en es arrivé à la on ne le connait pas et ça n'est pas ce qui pourra justifier quoi que ce soit, ça restera quand même sur ton casier judiciaire" je ne pouvais pas lui mentir la dessus juste pour le rassurer "Mais pourquoi tu blâmes ta nana ? De quoi tu parles quand tu dis que toi tu dois payer et que elle elle a jamais rien ?" Ah ben attend même sans être flic la ça rendait curieux quand même ! Et puis comme on avait pas trop d'autres choses à faire que parler autant lancer le sujet.
©️ Pando


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tag-gallery.e-monsite.com/
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 98
Crédits : (c) Schizophrenic & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment, mais tu peux venir quand même demander !

#EnCours Adela + Chip + Eric + Gabriel + Johan + Luis + Noäm + Prunille
#EnAttente


Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Lun 13 Nov - 0:58

Gabriel & Isaiah
J'ai trop bu M'sieur l'agent


De ce que je compris des propos de l’agent, je n’étais pas le seul à m’être retrouvé dans cette situation pendant cette soirée. Mais est-ce que cela excusait vraiment ce que j’avais fait ? Allait-on me laisser partir parce qu’il y avait un trop-plein de gens ? Feraient-ils un tri pour constater que c’était à peine si j’avais eu une contravention depuis que j’étais un adulte et que de ce fait, je pouvais être excusé ? Je ne pouvais nier que j’aimerais bien que ce soit aussi facile, mais malheureusement, ce n’était pas comme ça que ça marchait. Et ça me dégoûtait, non pas du système, mais de moi-même, d’avoir perdu les pédales de la sorte, d’être limite devenu quelqu’un que je n’étais pas pour le coup. Et pire encore, maintenant c’était officiel; bien que ce soit un incident isolé, ç’allait faire une tâche à mon dossier criminel, dossier qui était toujours regardé de près par le lycée, comme probablement par n’importe quel employeur. Je savais que je ne pouvais pas les blâmer, et tout ce que je pouvais espérer, c’était le fait que mes années d’expérience et le fait que cette incartade ne concernait pas des adolescents ou enfants viendrait m’épargner pour le coup, puisque si jamais je n’avais pas de boulot, alors je n’avais plus rien. Dans le flou par rapport à cela, puisque je n’avais pas entendu quelconque cas similaire depuis les dix ans que j’étais employé au lycée, cela ne vint certainement pas me rassurer par rapport à tout cela, et mélangé avec ce qui venait de se passer avec Maureen, le trop-plein que j’avais pu ressentir au cours de la soirée, je commençais limite à craindre que j’allais m’effondrer au sol tellement tout ça tournait dans ma tête, tellement je doutais que je serais en mesure de le supporter. Et pourtant, ce n’était pas comme si je ne m’étais jamais prouvé à moi-même que j’étais capable d’en prendre avant de me sentir dépassé, parce que jamais je n’avais paniqué de la sorte, soit au point de commencer à pleurer devant un inconnu, inconnu qui ne comprenait pas du tout ce qui était en train de se passer. Évidemment, je ne pouvais pas l’en blâmer, bien loin de là, mais cela ne voulait pas dire que j’étais prêt à me taire pour autant, bien loin de là. Sous l’effet de l’alcool, je me retrouvai à faire quelque chose que très rarement, j’avais fait auparavant, à savoir commencer à en parler, ouvertement, presque sans gêne. Je ne le fis pas d’emblée, j’introduisis le sujet en demandant simplement:  « Tu as une femme, toi ? » En d’autres circonstances, certainement je me serais senti mal de tutoyer un agent de la paix, mais là, je n’avais plus de filtre, comme je le démontrai encore une fois en ricanant, avant d’ajouter:  « Bah j’espère que si oui, elle ne t’a pas caché quoi que ce soit. Ou sinon, attends longtemps avant de l’épouser. Parce qu’après le mariage… Eh bah, tout change… » C’est là que soudainement, les choses devinrent un peu plus floues, dans le sens où je ne savais pas si j’étais en train de me confesser ou bien de simplement me parler à moi-même, me faire la morale d’avoir attendu tout ce temps, d’avoir été si tolérant. Perdu quelque peu dans mon délire donc, je poursuivis:  « Au début, elle est mignonne, toute douce, elle te fait l’amour comme personne. Puis là, elle se fâche, elle te frappe. Tu lui fais un truc qui ne lui plait pas, elle te frappe. Et même quand tu fais un truc qui devrait lui plaire, elle te frappe ! Tu aides le lycée avec cette fichue panne ? Elle t’attend avec un couteau de cuisine en main… C’est lourd, ça m’énerve, j’en peux plus… » Mes yeux vinrent à s’embuer de larmes de nouveau, mais je ne pleurai pas. à la place, je restai là, sans rien dire, ne sachant pas si je devais prendre une gorgée de ce café ou bien si celui-ci allait me faire vomir de nouveau, puisque déjà, j’avais le haut-le-coeur à repenser à tout ça. Pas de quoi vider mes tripes de nouveau, mais suffisamment pour que je grimace, lâche un rot - même pas sur commande - et que je ne sache plus que dire, que faire.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriel A. WinchesterGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 24/04/2017
Pages lues : 305
Crédits : TAG
Avatar : Jake Gyllenhaal
Pseudo : TAG
Schizophrénie : Le seksy beau brun masseur et sereal baiseur alias Jared feat Ian Somerhalder & La barmaid au caractère bien trempé alias Megara feat Phoebe Tonkin
Disponibilités : COMPLET - IsaiahSujetCommunLexie
Âge : 32 ans
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Lun 13 Nov - 6:00



❝J'ai trop bu M'sieur l'agent❞
Libre & Gabriel
Je ne pouvais pas lui mentir sur le coup du casier judiciaire, ça serait forcément reporté dedans. Tu pouvais pas jouer la dessus de la même façon qu'un patron de magasin à la "Ben écoute tu m'as l'air sympa en plus t'as des beaux cheveux alors je vais te faire une réduction" ben oui ben non, malheureusement ça ne fonctionnait pas comme ça. D'ailleurs la même si moi je voulais enfreindre les règles il y avait le flic qui l'avait l’amener qui savait qu'il était la. Bon ça n'était pas la pire des choses qu'on pouvait trouver sur un casier judiciaire et au moins il n'avait pas prit le volant donc il n'avait pas été un gros inconscient à mettre la vie des gens et la sienne en danger. Il avait trop picolé et avait fait le con un peu trop au mauvais endroit quoi, mais ça n'était pas ce qui le pénaliserait le plus. En tout cas l'alcool plus l'arrestation ça semblait faire un très mauvais mélange chez ce type. Il craquait. Je ne m'attendais pas à le voir pleurer, à la limite parler de plein de choses, protester ou bien au contraire s'endormir mais pleurer non je ne m'y attendais pas.

Il me parlait de sa chérie, avec qui il vivait apparemment et avec qui visiblement ça ne se passait pas très bien. « Tu as une femme, toi ? » j'étais surpris de la réponse mais j'allais toute fois lui répondre sauf que je n'en eu pas le temps qu'il reprenait déjà sans attendre ma réponse « Bah j’espère que si oui, elle ne t’a pas caché quoi que ce soit. Ou sinon, attends longtemps avant de l’épouser. Parce qu’après le mariage… Eh bah, tout change… » Ça avait quelque chose de touchant. Il me parlait comme s'il était une vieille personne en fin de vie, à établir des constats et à donner des conseils à un jeunot pour qu'il ne reproduise pas les mêmes erreurs que lui. Même si bien sûr il allait de soit que son expérience à lui était unique et ne pouvait pas être reportée sur toute les autres relations comme il était en train de le dire. Ceci dit je n'allais pas lui faire remarquer, tout le monde avait tendance à faire de son cas personnel une généralité quand il déprimait alors quand en plus il y avait l'alcool... "Non je ne partage ma vie avec personne" Il était malheureux dans son couple, il avait l'air de souffrir à cause de choses qu'elle lui aurait caché. Tout ça faisait que je développais de l'affection pour lui de toute évidence. Oui j'avais de la peine pour lui, il semblait être un brave type et je doutais qu'il ai mérité ce qui lui arrivait mais c'était souvent comme ça. Au début, elle est mignonne, toute douce, elle te fait l’amour comme personne. Puis là, elle se fâche, elle te frappe. Tu lui fais un truc qui ne lui plait pas, elle te frappe. Et même quand tu fais un truc qui devrait lui plaire, elle te frappe ! Tu aides le lycée avec cette fichue panne ? Elle t’attend avec un couteau de cuisine en main… C’est lourd, ça m’énerve, j’en peux plus… » finalement au fut et à mesure qu'il parlait je me rendais compte que la situation était bien plus sérieuse que je ne me l'étais imaginé. Je me redressais sur ma chaise et posais mes avants-bras sur la table en joignant mes mains "Tu veux dire qu'elle te bat et te menace avec des armes blanches parfois ?" C'était rare que ça soit dans ce sens mais ça arrivait, la preuve, et c'était tout aussi écœurant. "Et tu n'as jamais pensé à porter plainte ?" c'était encore la meilleure solution pour stopper ce qu'il vivait. Bon il pouvait encore quitter sa femme mais si celle ci était violente voir dangereuse comme il me le spécifiait elle pouvait très bien le retenir en le menaçant ou bien recommencer avec le prochain, porter plainte pour pouvoir l'appréhender me paraissait une bonne solution. Après bien sûr s'il l'aimait ça risquait d'être compliqué et c'était très souvent ça le problème "Tu n'as absolument pas à subir ça, c'est pas normal et tu n'as pas à l'accepter" alors oui c'était typiquement un discours de flic mais: surpriiise ! Je suis un flic ! Il fallait qu'il le sache, qu'il sache qu'il avait la possibilité de faire quelque chose pour pouvoir y mettre un terme. Moi ce genre de comportement me rendait fou alors savoir que ça allait continuer parce qu'il ne voulait pas porter plainte oui ça me rendrait fou aussi c'était clair. Mais malheureusement je ne pouvais rien faire à sa place. Après je sais que je pourrais trouver un moyen de la prendre sur le fait mais ça voulait dire attendre que ça se reproduise et ça n'était pas la technique idéale même si elle était efficace.
©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
http://tag-gallery.e-monsite.com/
avatar
Isaiah E. NavarroGod bless America… and Me
Voir le profil de l'utilisateur
MY BOOK COVERArrivé à Washington le : 29/03/2017
Pages lues : 98
Crédits : (c) Schizophrenic & Tumblr
Avatar : Kit Harington
Pseudo : Mayiie.
Schizophrénie : Levi #THoechlinBaby #JHoughWinnie #HPanettiereLennon #ERedmayneTommy #SClaflinMicah #DBonetaNoah #DO’Brien
Disponibilités : Complet pour le moment, mais tu peux venir quand même demander !

#EnCours Adela + Chip + Eric + Gabriel + Johan + Luis + Noäm + Prunille
#EnAttente


Âge : Trente-quatre ans. J'assume parfaitement le fait que je ne les fais pas et je l'utilise pour embêter mes collègues parfois.
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   Aujourd'hui à 2:43

Gabriel & Isaiah
J'ai trop bu M'sieur l'agent


C’était là que pure ironie, signe comme quoi j’étais carrément blasé de la situation dans laquelle je me trouvais actuellement, je considérai le policier devant moi chanceux de ne pas avoir de femme, même de ne pas avoir qui que ce soit dans sa vie. En d’autres circonstances, peut-être j’aurais été d’avis que c’était triste pour lui, puisque vivre seul, j’avais appris que c’était quand même un vide important, mais j’en venais désormais à la conclusion, d’une façon plus claire que jamais - oui, même si j’étais ivre - que vivre avec une personne nuisible à sa vie était pire qu’être seul. C’était carrément inutile que je me voile la face plus longtemps, que je tente de faire comme si j’étais heureux alors qu’en fait, mon mariage m’apportait que problèmes, souffrances, et danger pour la suite, danger pour ma personne, limite danger pour les autres, j’en avais l’impression. Après, je parvenais toujours à me convaincre que j’exagérais les faits, que peut-être ce n’était pas si horrible que ça, comparativement à ce que certaines personnes pouvaient vivre au quotidien, mais ça, devant un homme de la loi, ce n’était même plus une bonne excuse, et je le compris quand il vint à mettre mon problème en termes judiciaires, rendant le tout plus officiel, mais aussi plus effrayant, si je pouvais le dire ainsi. Et le pire dans tout cela, c’était que je ne voyais même pas comment je pourrais y apporter quelconque nuance pour rendre le tout faux, pour que ce ne soit pas aussi direct. Tout ce que je sus faire, ce fut de répondre, marmonnant plutôt qu’affirmant:  « Ouais… » Mine de rien, c’était la première fois qu’on me le disait comme ça, même si j’étais conscient que mon épouse avait un problème d’agressivité depuis longtemps, mais l’entendre de façon aussi concrète, c’était perturbant, à un tel point que je me perdis quelque peu dans mes pensées, venant altérer encore plus ma capacité à fournir des réponses claires à l’officiel, alors que celui-ci cherchait juste à m’aider. Enfin, c’était l’impression que j’avais, estimant que si jamais ce n’était pas le cas, il ne m’en parlerait pas, et il en viendrait encore moins à me proposer de porter plainte, ou du moins me demander si j’avais songé à le faire. Mais n’étant pas capable de parler clairement, calmement, tout ce que je sus faire à cette idée, ce fut de rire nerveusement, toujours en ayant en tête cette situation qui en devenait limite pathétique à mes yeux en ce moment. Puis, une fois que je me calmai à peu près, je dis:  « Plein de fois… » Bon, ce n’était pas complètement ridicule non plus, mais il n’en demeura pas moins que je ne parvins pas à aller plus loin, à expliquer que chaque fois, je me ravisais, parce que j’avais peur que cela ne serve à rien, parce que j’avais peur qu’on me juge, parce que je craignais de le regretter, puisque mine de rien, c’était ma femme et dans un premier temps, je l’avais épousée par amour, pas parce que quiconque m’y avait forcé. Mais là, je devais admettre que l’amour entre nous deux était bel et bien mort. Mais est-ce que cela voulait dire que je devais faire volte-face sur mon attitude ? Cesser de prendre les coups, agir ? Étais-je idiot si je disais que je n’en étais pas sûr ? Certaines gens pourraient croire que oui, mais moi, j’estimais que j’étais juste perdu, et avec un cerveau grisé par la boisson, c’était encore pire. Par contre, je n’en perdis pas mes principes, cette mentalité affectée avec laquelle je vivais depuis plusieurs années, et je ne pliai pas directement aux propos du policier devant moi. Mais refusant de jouer les bornées, ayant compris à la minute où j’étais rentré chez moi plus tôt que ça ne pouvait continuer ainsi, je fis une concession, demandant:  « Et si j’entrais au commissariat en affirmant que ma femme me bat, sans preuve concrète, vous feriez quoi ? » Ce n’était pas là un reproche que je tentais de lui faire, même si ma phrase était loin d’être bien tournée pour faire croire le contraire. En fait, je voulais seulement m’informer, savoir vraiment ce qui en était, plutôt que de croire que si j’entrais et je tenais de tels mots, on viendrait à se moquer de moi ou un truc du genre.

_________________

Parfois j'aimerais pouvoir remonter le temps et effacer tout ce qui fut triste. seulement la gaieté ne disparaîtrait-elle pas aussi ?  - Nicholas Sparks
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MY BOOK COVER
MY SOUL

MessageSujet: Re: J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai trop bu M'sieur l'agent /Isaiah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» ROOKIE + AGENT LIBRES
» QUAND L'AGENT AGRICOLE ET LE FAUX INGENIEUR PIETINENT UN AGRONOME ETUN INGENIEUR
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
READ MY MIND :: Washington, District of Columbia :: Downtown :: hôtel de police-
Sauter vers: